BE HCFR : Sony VPL-AW15

Home-Cinéma, Tests et Bancs d'Essais — publié le 9 septembre 2007
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Extraits vidéo

EXTRAITS VIDEO SD: à partir de DVD

LOTR Ep. I: La Communauté de l’Anneau (chapitre 3) :
Premier essai: la saturation et la teinte des couleurs ne sont pas bonnes. Un petit tour dans le menu du projecteur, la saturation est augmentée, la teinte diminuée, c’est mieux.
Second passage: Les couleurs sont bien saturées, le piqué est bon, la profondeur de champs est correcte. Cependant, l’image paraît terne par rapport à celle délivrée par un DLP.

Gladiator (chapitre 9):
La fluidité est excellente. Le double contour propre à la source, n’est pas accentué par le projecteur. Par contre, les dégradés de couleurs sombres sur les turbans sont aux abonnés absents.

Monstres et Cie (chapitre 4):
La saturation des couleurs est bonne, le piqué et la profondeur de champs sont cette fois encore très bons.

Pacte des loups (chapitre 6):
Les vêtements des chasseurs de loups sont mal rendus : il manque des détails dans les capes et les chapeaux, ainsi que le grain propre aux textures. Quant aux dégradés de rouges, ils tirent un peu vers le marron, renforçant ainsi le côté terne du Sony AW15.

SW Ep.V – L’empire contre-attaque (chapitre 14):
Les blancs ne sont pas brûlés. Par contre, la grille pointe le bout de son nez dans les couleurs uniformes (ciel notamment). Le shading observé pendant la calibration ne se manifeste pas.

Gladiator (chapitre 19):
L’image manque cruellement d’éclat. Les métaux ne bénéficient pas de leur aspect brillant caractéristique. Le piqué et la fluidité demeurent très bons, mais les couleurs restent ternes.

LOTR Ep.I – La Communauté de l’anneau (scène de la Moria):
Les noirs sont très denses, voire même impressionnants pour un tri-LCD transmissif. L’iris est parfaitement géré et se fait oublier. Par contre, il n’y a aucune lisibilité dans ces fameux noirs. Les détails des colonnes ne sont pas restitués. Dommage…

Sleepy Hollow (chapitre 6):
Une fois de plus, les noirs sont très denses, mais on perd tous les détails de cette scène (le bouton de la redingote de Johnny Depp entre autres).

Pirates des Caraïbes (chapitre 9):
Cette scène ne révèle qu’un très léger vertical banding dans les scènes uniformes, VB accentué par l’effet de grille. Cela reste cependant négligeable. Par ailleurs, le travelling est parfaitement fluide (incroyable la fluidité de ce projecteur…)

Le Dernier Samouraï (chapitre 33):
Le niveau de détail est très bon, que ce soit sur les premiers plans ou sur les arrière-plans. Les couleurs sont bien saturées. Rien à redire.

From Hell (chapitre 2):
Le travelling vertical lent est parfaitement fluide, mais les noirs, certes denses, sont toujours bouchés. Les tuiles et les briques des immeubles ne sont, en effet, pas du tout visibles. Les gros plans, lors de la scène de jour, sont bien définis et les couleurs naturelles.

EXTRAITS VIDEO HD: à partir de HD-DVD

Les infiltrés (chapitre 8 ):
Les détails de la veste de Matt Damon sont aux abonnés absents. Toujours et encore ce problème de restitution des scènes sombres, même en HD.

Troie (chapitre 3):
Les couleurs sont bien rendues et le piqué très bon. Cependant, ce dernier pourrait être encore meilleur et une certaine frustration est de mise.

Troie (chapitre 15):
Toujours cette fluidité impeccable (même en 48Hz) sur ce travelling particulièrement difficile. Pas de judder, bien !

EXTRAITS VIDEO HD: à partir de BR

Cinquième élément (chapitre 5):
Les cheveux de Leeloo et les tons chairs sont bien rendus. Belle profondeur de champs qui immerge le spectateur dans le vide. On reste malgré tout sur sa faim quant au piqué.

Pirates des Caraïbes (chapitre 2):
La colorimétrie est bonne mais les reflets sur l’eau ne sont pas très scintillants. Il manque des dégradés dans les roches où l’on voit les squelettes pendus. Le visage du personnage accueillant Johnny Depp sur le ponton n’est pas bien rendu : il devrait être plus buriné et moins rouge. L’image de ce Blu-ray, particulièrement bien encodé, est globalement décevante.

Précédente Suivante
Tags: , ,