BE HCFR : Mitsubishi HC6000

Home-Cinéma, Tests et Bancs d'Essais — publié le 15 octobre 2007
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Extraits vidéo

EXTRAITS VIDEO SD: à partir de DVD

LOTR Ep. I : La Communauté de l’Anneau (chapitre 3) :
Premier essai : la saturation est trop poussée. Un petit réglage dans le menu (couleur à -1 sans filtre, et à -3 avec filtre) et l’on retrouve une image équilibrée.
Second passage : Les couleurs sont bien saturées, le piqué est excellent, de même que la profondeur de champs.

Gladiator (chapitre 9) :
La fluidité est au rendez-vous sur les différents travellings. Le double contour, propre à la source, est légèrement accentué par le projecteur. Les dégradés de couleurs sombres sur les turbans sont bien rendus.

Monstres et Cie (chapitre 4) :
La saturation des couleurs est bonne, le piqué et la profondeur de champs sont à nouveau excellents.

Pacte des loups (chapitre 6) :
La texture des vêtements est très bien rendue, mieux que sur un DLP qui a tendance à délivrer un aspect “plastique” et peu flatteur. Les détails dans les chapeaux et les capes sont là, les dégradés de rouges bien rendus, mais pas au niveau des meilleurs projecteurs.

SW Ep.V – L’empire contre-attaque (chapitre 14) :
Les blancs ne sont pas brûlés, la grille est invisible (sauf à 1m) et aucun shading ne se manifeste.

Gladiator (chapitre 19) :
Les couleurs sont bien saturées. C’est un festival de couleurs entre les tigres et les tuniques de leurs gardiens. Les métaux sont bien brillants, au même titre qu’un DLP. Le piqué et la fluidité sont toujours excellents.

LOTR Ep.I – La Communauté de l’anneau (scène de la Moria) :
Les noirs sont très denses, beaucoup plus que sur son prédécesseur le HC5000. L’iris est parfaitement géré et reste discret. De plus, les noirs sont très lisibles, mais pas parfait (iris automatique oblige).

Sleepy Hollow (chapitre 6) :
Une fois de plus, les noirs sont très denses et les détails bien rendus. Un peu plus de lisibilité dans les noirs aurait été la bienvenue. Par ailleurs, c’est la première fois que l’iris se laisse entrevoir. Contrairement au HC5000, il est très véloce et très bien géré.

Pirates des Caraïbes (chapitre 9) :
Aucun vertical banding à l’horizon, ni d’horizontal banding comme sur le HC5000. Manifestement, Mitsubishi a corrigé tous les défauts du prédécesseur. Le travelling est parfaitement fluide.

Le Dernier Samouraï (chapitre 33) :
Le niveau de détail est très bon, que ce soit sur les premiers plans ou sur les arrière-plans. Les couleurs sont bien saturées et les baïonnettes bien brillantes.

From Hell (chapitre 2) :
Le travelling vertical lent est parfaitement fluide et les noirs bien lisibles, avec toujours ce petit retrait par rapport à d’autres vidéoprojecteurs. Les gros plans, lors de la scène de jour, sont bien définis et les tons chairs bien rendus.

 

EXTRAITS VIDEO HD: à partir de HD-DVD

Les infiltrés (chapitre 8 ) :
Les détails de la veste de Matt Damon sont bien visibles. Aucun problème de noirs bouchés, même en HD.

Les infiltrés (chapitre 24) :
Les immeubles en arrière-plan sont très détaillés, on voit très loin. Le HC6000 dévoile tout son potentiel en HD.

Troie (chapitre 3) :
Les couleurs sont bien rendues et la foule est très détaillée. Beaucoup de petits détails sont visibles dans les arrière-plans.

Troie (chapitre 15) :
La fluidité est parfaite, aucun judder à l’horizon.

 

EXTRAITS VIDEO HD: à partir de Blu-Ray

Cinquième élément (chapitre 4) :
Beaucoup de détails sur les visages, on voit même la petite rayure sur le gros bouton rouge. Impressionnant !

Cinquième élément (chapitre 5) :
Les cheveux de Leeloo et les tons chairs sont bien rendus. La profondeur de champs est extraordinaire et nous plongeons dans le vide avec elle. Dans le taxi, le piqué est, une fois de plus, excellent.

Pirates des Caraïbes (chapitre 2) :
La colorimétrie est très juste. L’aspect brillant des reflets sur l’eau est bien rendu. Le visage du personnage accueillant Johnny Depp sur le ponton est presque parfait, quasiment au niveau d’un HD1 en terme de colorimétrie.

Toutes ces scènes ont été revues avec le filtre. Les résultats sont globalement similaires. Seul un examen attentif a permis de déceler les différences suivantes :

  • meilleure colorimétrie
  • contraste supérieur renforçant la profondeur de champs
  • noirs plus denses
  • piqué légèrement inférieur
  • luminosité plus faible 

Précédente Suivante
Tags: , ,