B&W CT 700 et Sim2 tri-DLP

Comptes-Rendus — publié le 7 avril 2009
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Le videoprojecteur Sim2 C3X 1080

Si la partie sonore est essentielle pour nous plonger dans l’univers d’un film, il ne faut pas oublier l’image. La découverte de ce vidéoprojecteur est une bonne surprise.

Image

Il s’agit d’un modèle tri-DLP d’une résolution native Full HD (1920×1080).
La technologie employée est assez rare, mais se révèle d’une grande efficacité.
La technologie DLP est souvent de type “mono DLP”. Puisque la matrice DLP est unique, il est alors nécessaire de faire appel à une roue chromatique pour obtenir une image couleur. Si ce procédé permet de conserver intact les caractéristiques intrinsèques de la technologie DLP (grande profondeur des noirs, bonne colorimétrie, contraste natif de haut vol…), il ajoute néanmoins un défaut qui peut être d’importance pour ceux qui y sont sensibles : les AEC !

Les AEC (pour effet d’Arc En Ciel) sont des flashs colorés qui peuvent survenir sur des images hautement contrastées (typiquement sur des sous-titres blancs sur fond noir par exemple). Ce défaut est directement lié à la rotation de la roue chromatique et ne touche donc pas les tri-LCD (un panneau LCD pour chaque composante de couleur), ni les tri-DLP, objet de ce CR.

 

Image

Sim2 n’en est pas à son premier coup d’essai sur ce segment haut de gamme du tri-DLP. Son précédent modèle, d’une “simple” résolution de 720p, proposait déjà une image d’un piqué impressionnant, pouvant concurrencer bien des modèles Full HD.
Associant sa technologie tri-DLP à une résolution Full HD, aidé par l’un des meilleurs lecteurs Blu-Ray du moment, le Pioneer LX91, nous a surpris par son image nette et précise, d’un tel piqué, que nous pouvions croire à un effet quasi-3D. Les plans se détachaient avec aisance, laissant apercevoir une profondeur de champ qui n’avait rien d’artificiel. Le moindre détail, y compris dans les noirs, était parfaitement décelable..
D’une manière générale, l’image 24p qui nous a été projetée était à la fois douce, piquée, nuancée sur toute la gamme du spectre de couleurs et surtout cohérente. Aucun défaut à signaler, aucune dérive chromatique sur les bords de l’image liée à un objectif de médiocre qualité, aucun défaut d’affichage lié à une matrice DLP mal sélectionnée…
L’optique, d’une grande qualité, est d’ailleurs choisie en fonction du recul du vidéoprojecteur. Sim2 propose donc plusieurs objectifs, à choisir au moment de l’achat, afin d’adapter au mieux les données physiques de l’appareil en fonction de ses contraintes de placement. 

Image

Le résultat de l’image que nous avons perçu, nous amène à vous conseiller de ne pas accorder trop d’importance à tous les chiffres concernant la résolution, ils sont plus un faire-valoir commercial qu’un reflet réel d’une qualité technique. En faisant varier l’ouverture de l’iris de l’objectif d’un vidéoprojecteur ou le rétro-éclairage d’un téléviseur, il est possible de considérablement augmenter la valeur de contraste. Cela ne se fait pas sans perte et il peut survenir un phénomène de “pompage” : lors d’un changement brusque de luminosité (passage d’une scène claire à une scène sombre ou vice-versa), l’appareil réagira avec une certaine latence.
Sur le vidéoprojecteur testé, nous n’avons noté qu’à une seule reprise ce défaut, ce qui est très léger. Le contraste natif de l’appareil doit être suffisamment élevé pour grandement soulager l’iris dynamique.

 

La connectique est complète et ne saurait souffrir d’aucun manque : 
- tout d’abord, en vidéo, on trouve :
2 entrées HDMI, une entrée YUV au classique format RCA, une entrée S-vidéo, une entrée vidéo composite, ainsi qu’une prise RVB au format D-Sub 15 (idéal pour y connecter un PC).
- en entrées-sorties informatiques ou électriques, on trouve une prise USB, une prise RS232, une entrée remote et des triggers 12v (pour commander un écran électrique par exemple).
- à noter la présence d’une sortie audio-numérique optique pour récupérer le son d’une des deux prises HDMI et ainsi attaquer son ampli HC.

Ce dernier né de Sim2 est donc une belle réussite. Évidemment, au regard du prix (30.000€), on est tenté de se dire que Sim2 était face à une obligation de résultat, et non de moyen.
Le contrat est rempli !
Cela dit, on peut regretter l’absence de compensateur de mouvement. Ce dispositif, permettant d’améliorer la fluidité native du 24p (d’origine assez saccadé), est de plus en plus présent chez la concurrence (avec plus ou moins de bonheur, il est vrai). Sim2

 

Informations générales

Afin de faire taire les rumeurs qui circulent sur divers forums, voici quelques informations concernant le futur de B&W sur le segment du haut de gamme.

ImageLa série 800 va bientôt fêter ses 10 ans. Son remplacement est donc bel et bien prévu, certainement durant le courant du 2ème semestre 2010

La fabuleuse 801D n’est pas arrêtée. Le contexte économique actuel oblige B&W à revoir l’agencement de ses stocks afin d’en réduire le coût. Cependant, la 801D reste disponible sur commande, auprès de tout le réseau de distribution B&W, moyennant un délai de livraison de 3 semaines.

Précédente Suivante
Tags: , ,