[Ep.II] Igor Kirkwood : Le système

Haute-Fidélité — publié le 22 juin 2013
Précédente Suivante
VN:F [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 ( votes)

L’égalisation avec filtrage actif : BSS FDS-366T omnidrive

Par la suite, de nombreuses discutions avec Philippe Vaïdie (Ingénieur du Son et mixeur de production de France 3) et Mireille Faure (Ingénieur du Son) l’avaient convaincu que la mise en oeuvre de son filtre actif et l’optimisation de son Studio devait se faire impérativement par… TMS… aussi présent sur HCFR, membre de l’association depuis peu :wink:, et réalisateur de prestigieuses cabines de contrôle son (+Trinnov). à France 3, à la Villette etc…

Igor contacte donc TMS qui lui propose quatre solutions (par ordre croissant de coût) :
1/ Behringher tweaké
2/ BSS London blue
3/ BSS FDS-366T Omnidrive Compact plus
4/ Trinnov

Igor a choisi le filtre actif BSS FDS-366T Omnidrive, coupé a 400 Hz et 24 dB par octave sous réserve que les mesures TMS confirment cette possibilité (au lieu de 500Hz d’origine 12 dB/oct.).

Image
Image

La fréquence de coupure en médium aigu étant laissée au choix de TMS en fonction des résultats des mesures. Le coeur du système d’Igor est donc constitué de cet élément d’égalisation professionnelle, rackable, qui ne paye pas de mine, mais qui est indispensable dans une logique de filtrage actif.
Même si son coût intrinsèque peut paraître élevé (2 700 € PPI + une carte mémoire de 512 ko a 346 €), sa flexibilité (3 entrées, six sorties, échantillonnage à 96 kHz, égalisation sur chaque entrée et chaque sortie, etc.) en fait un véritable couteau suisse de l’égalisation et un must reconnu par les professionnels du filtrage actif.

L’apport de TMS a été varié. Outre le positionnement optimal des enceintes, un apport surprenant a été la détection d’un problème de directivité du fameux tweeter Bérylium vers 4 kHz. La solution est simple : supprimer l’arête au bord du tweeter. La mise en oeuvre est originale : ce sont les talents de sculpteur de l’épouse d’Igor qui ont été mis à contribution pour obtenir la déclivité souhaitée :wink:.

Image

L’analyse du RT60 montre la qualité globale du traitement acoustique de la pièce :

Image
Image

Le rapport TMS a écrit:On note un manque de précision dans l’extrême grave, accentué sur l’enceinte de droite, dû au manque d’amortissement de la salle et à sa
dimension, sans que cela soit très gênant si le caisson de grave additionnel est réglé en conséquence.

Chaque enceinte peut alors faire l’objet d’une optimisation, en commençant par le choix des fréquences de coupure.

Le rapport TMS a écrit:Les fréquences de coupure retenues sont 400 Hz pour le grave/médium et 2600 Hz pour le médium/aigu. Les pentes (acoustique + électrique) sont du 4ème ordre de type Linkwitz-Riley, garantissant une réponse temporelle en fonction de la fréquence la plus plate possible, condition pour l’obtention d’un son neutre.

Le résultat est sans appel, comme le montrent les courbes ci-après :

Corrections enceinte frontale gauche :
- 9 réglages / grave
- 8 réglages / médium
- 7 réglages / aigu
- 1 réglage / entrée

Image

Corrections enceinte frontale droite :
- 3 réglages / grave
- 7 réglages / médium
- 6 réglages / aigu
- 1 réglage / entrée

Image

Soit au final, une très belle réponse impulsionnelle (rouge D; noire G – Clio + micro B&K mesuré à 4.15m, position de l’auditeur – 2ème séance) :

Image

Après la 2ème séance d’optimisation par TMS, les fréquences de coupure pour le système seront:
- médium-grave 400Hz 24 dB/octave et médium-aigu 3 kHz 12 dB/octave
- caisson DD 15 100 Hz enceintes en small pente THX

S’y ajoutent l’égalisation du caisson Vélodyne DD15 : 9 réglages (8 + contour, utilisé pour égaliser) :

Sans le DD15 :

Image

Avec le DD15 (gauche) :

Image

Avec le DD15 (centre) :

Image

Avec le DD15 (droite) :

Image

Et bien sûr le plus délicat et qui signe l’optimisation TMS: les délais des 7 haut parleurs. Le résultat est cette courbe d’ensemble :

Image

Qui appelle le commentaire suivant de TMS :

Le rapport TMS a écrit:Les accidents résiduels montrés par la courbe globale en 1/3 d’octave sont en dehors de l’effet de fusion psychoacoustique (lié à la méthode d’égalisation physiotemporelle™ employée) et ne doivent donc en aucun cas être corrigés, n’étant pas perçus comme tel par notre audition.

Si l’on s’intéresse au ressenti, et sans préjuger des CR d’écoutes de l’équipe HCFR qui suivront, la courbe suivante et l’appréciation de TMS sont éloquentes :

Image

Le rapport TMS a écrit:Cette mesure illustre un son neutre et naturel, en dehors des modes et des cultures d’écoutes.

Pour compléter ce reportage, il nous reste à vous présenter l’électronique autour du BSS FDS-366T, puis dans un prochain article, vous faire (enfin) part de nos impressions d’écoute :wink:.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Précédente Suivante