[Ep.III] Igor Kirkwood : Les écoutes

Haute-Fidélité — publié le 22 juin 2013
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Les impressions de frahlt

ersonnellement, c’est simple : c’est le meilleur système que j’ai jamais entendu.
La justesse des timbres, la définition, la spatialisation des instruments, tant en largeur qu’en profondeur et en hauteur sont remarquables.
Igor a réussi un pari délicat : sur le plan acoustique, la pièce s’efface pour nous donner l’illusion d’être sur le lieu de la prise de son.

Deux exemples pour illustrer cet effet :

- Vivaldi (Concerto pour 2 mandolines en sol majeur FV n°2 – Calliope B0000269QO)
Image La précision du placement de chaque mandoline est diabolique.

- Messiaen (Livre du Saint Sacrement / Susan Landale – XIII Les deux murailles d’eau)
Image La réverbération de l’orgue en profondeur et en hauteur produite par l’architecture particulière de l’abbatiale Saint Ouen de Rouen est superbement reproduite.
Elle donne effectivement l’illusion de voir s’écarter et se refermer les flots.

La qualité du traitement acoustique de la pièce est certainement pour beaucoup dans ce résultat, ainsi que le travail méticuleux d’Igor sur ses enceintes et bien sûr l’apport de TMS sur les mesures et le réglage du BSS.
Si chaque point pris isolément est certainement d’excellente facture technique, mon impression est que le tout surpasse la somme des parties, la technique s’effaçant devant la magie qui opère lors de chaque écoute.

Image

J’use rarement de superlatif dans mes (rares) CR, mais je me lasse pas des quelques occasions qu’Igor a pu me donner d’écouter son système.
Lors de la dernière en date, totalement impromptue, j’ai eu le privilège d’assister à une (petite) partie du travail de mastering sur des chants grégoriens des Moines Bénédictins de Sainte Madeleine du Barroux en présence du Maitre de Chapelle et de son adjoint.
Alors que ce travail s’effectue le plus souvent au casque ou avec des monitors très proches, il était là physiquement possible à plusieurs personnes d’écouter dans d’excellentes conditions le rendu du futur CD, de proposer des adaptations et de juger immédiatement de leur bien-fondé.

En bref, Igor a effectivement atteint son but : se doter d’un studio dans son salon (et l’inverse) !

Précédente Suivante