[EP.V] – Chapitre I – Une histoire de médium – (2ème partie)

Haute-Fidélité — publié le 23 juin 2013
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Morel propose plusieurs médiums à dôme de 2 ou 3 pouces.

Image Morel EM 1308

Leurs bobines mobiles utilisent une technologie propriétaire, ”Hexatech”. Le fil d’aluminium hexagonal permet une bonne tenue en puissance et un meilleur rendement. La structure ”External Voice Coil” (EVC) limite les distorsion pour le respect de la balance tonale. Les aimants néodymes sont largement utilisés. Image Morel MDM 5506

Monacor propose aussi un grand dôme 3 pouces (75mm), financièrement très accessible, le DM75TB. Image Le tissu bien amorti de sa membrane permet des taux de distorsion très bas, un rayonnement omnidirectionnel exceptionnel, une grande efficacité dynamique de 400 à 7000 Hz. Le saladier en ABS, le moteur néodymium refroidi par ferro-fluide assurent un bon rendement et la linéarité de réponse médium. Le DM75TB peut être associé à des hautparleurs grave et aigu de qualité, particulièrement des tweeters rubans.

Visaton, spécialiste du bon rapport qualité/prix, propose deux dômes de deux pouces assez différents, un souple et un rigide, les G50FFL et DSL50FFL

Le Visaton DSL 50FFL Image est destiné au médium entre 800 et 5000 Hz. Son dôme titane, très dur et très léger, résonne peu.

Le G 50FFL (2′) Image avec son dôme tissé enduit, permet une bande passante plus large, de 800 à 7000 Hz. Sa suspension amortie linéarise la réponse en fréquence et évite les sur-oscillations partielles.

Les puissants champs magnétiques et le bon remplissage de l’entrefer par ferrofluide, assurent une bonne efficacité et une grande puissance admissible.
Igor : Intéressantes possibilités, mais loin des performances de mes dômes béryllium
Yamaha ! Seule solution, le marché de l’occasion et de la récupération.
Jacques : Là, je n’ai pas d’informations.
Igor : Mais toi, en fin de compte, que penses-tu concrètement des médiums à dôme ?
Jacques : Je n’ai pas eu l’occasion d’écoute sérieuse de systèmes récents, tel le ProAc. Si je me fie à ma mémoire pas encore totalement défaillante, je crois, quatre réalisations des années 70 m’ont subjectivement impressionnées. La Ditton 66, L’Infinity Quantum Line Source (QLS), dont il a été question plus haut, la Dynaudio Conséquence et la Yamaha NS1000M.

Je n’ai pas grand chose à ajouter sur la Celestion sauf son point faible, je crois, l’absence d’une quatrième voie, bas médium. La transition entre un haut-parleur de 12 pouces (31cm) à cône assez lourd pour une fréquence de résonance suffisamment basse, et un médium à dôme léger de deux pouces est forcément délicate.

L’infinity QLS est surtout intéressante par les solutions proposées pour deux faiblesses des médiums à dôme spécialisés :
– Présence d’une voie spécialisée bas médium,
– multiplications des dômes pour obtenir une surface d’émission bien adaptée à la masse d’air à déplacer dans le local d’écoute (impédance acoustique).

Photo : DR

Précédente Suivante