Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Conseils, Guides et Tutos pour la correction acoustique passive

L'acoustique du home-cinéma pour les néophytes

Message » 19 Déc 2009 18:36

J'ouvre ce sujet pour répondre aux nombreux MP reçus, où vous me demandez de revenir sur le forum.
Une des raisons qui m'ont amené à quitter le Guide du débutant est que l'acoustique étant un domaine très vaste, la discussion partait dans tous les sens, amenant des réponses contradictoires s'adressant à des applications trop différentes.

C'est pourquoi je souhaite que ce sujet se limite à l'isolation, la correction et l'agencement des home-cinémas (projection) dans les pièces dédiées. Je n'ai rien contre la hifi, c'est un domaine passionnant dont l'acoustique mérite à elle seule un sujet si ce n'est plusieurs. Mais les problématiques de la hifi sont trop éloignées de celles du HC pour mélanger les deux et, en ce qui me concerne, je n'ai matériellement pas le temps de suivre plusieurs sujets. Enfin, l'acoustique hifi renvoie systématiquement vers des expériences, des opinions et des croyances très subjectives et si chargées de passion qu'il me semble difficile de garder une ligne de conduite cohérente longtemps.

Enfin, il y a les home-cinémas de salon. Tous le monde n'a pas la chance de disposer d'une pièce dédiée, moi le premier. Cependant, sauf cas marginaux, je ne vois pas bien comment introduire une correction efficace dans un salon sans le défigurer et déclencher les foudres de l'entourage (waf). Cela dit, il existe de nombreuses solutions pour construire un traitement acoustique invisible, mais elles sont souvent plus onéreuses qu'une pièce dédiée, et comme les gagnants du loto fréquentent très peu ce forum...

L'objet du sujet
Le propre des forums est de pouvoir confronter des idées et de débattre. C'est très bien quand la majorité des intervenants maîtrise le sujet. Ici, la situation est particulière: d'un coté nous avons des débutants parfois néophytes cherchant une initiation ou des conseils, et de l'autre des connaisseurs, amateurs ou professionnels, désireux d'apporter leur savoir. Je demandes aux pros de se mettre à la portée des débutants ici et d'aller sur "Acoustique pour les initiés" pour débattre entre eux de problèmes particuliers.

Une autre raison pour laquelle j'avais disparu de ce forum, venait la contradiction quasi systématique, stérile et destructrice, liée à la multiplicité des facettes d'un sujet trop étendu et mal cadré. Si à chaque fois qu'on pose une pierre, il y en a un qui donne un coup de pied dedans, on avance pas.
Quand on avance une théorie, on doit être capable de la démontrer. Je demande à tous ceux qui pensent détenir une vérité d'étayer leurs propos par une démonstration physique (ou mathématique si elle est compréhensible par tous) et de ne pas se contenter de poser un lien qui renvoie vers un texte, détourné du contexte et qu'eux mêmes n'ont pas toujours bien compris. De même, les affirmations du genre "t'as qu'à aller écouter chez machin" ou "chez moi ça sonne super" ne prouvent rien et n'apportent rien aux autres. Enfin, pour que le sujet conserve une cohérence, évitez de dériver vers d'autres applications ou d'autres domaines de l'acoustique. Merci.

Je profite de ce préambule pour remercier ceux qui m'ont aidé à progresser dans la conception des cinémas et particulièrement, Kevin Collier (Warner Bros), Doc Goldstein (Universal), Chris Jenkins (Todd Ao), Tomlinson Holman (USC), Gary Rydstrom (*) et Tom Hidley.

Image
(*) Gary Rydstrom devant sa console Lafont chez Lucasfilm (Skywalker Sound) à l'époque de Starwars (source Mix magazine). Ingénieur du son et sound editor, Gary a reçu 8 Oscars et 14 nominations pour les films : Backdraft, Terminator2, Jurassic Park, Titanic, Saving Private Ryan, Starwars, Monsters Inc, Minority Report, Finding Nemo, Lifted... Aujourd'hui, Gary travaille pour Pixar.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 19 Déc 2009 19:57, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2181
Inscription: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Annonce

Message par Google » 19 Déc 2009 18:36

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Déc 2009 18:37

Je m'adresse aux débutants et j'ouvre la discussion avec cette question:
Qu'est-ce que la dynamique ? Y attachez-vous de l'importance ou est-ce un paramètre secondaire ?
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2181
Inscription: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 19 Déc 2009 19:29

En tant que débutant pour moi la dynamique c'est par exemple dans un film après un silence une explosion apparaît la puissance de l'ampli et les hp à restituer d'un coup du son est très difficile car ils doivent tout donner et d'un coup.
C'est la capacité à pouvoir faire cette explosion comme dans le réel qui est un gage d'une bonne installation.
C'est comme ça que je le perçois .
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 19 Déc 2009 19:46

+1 pour moi aussi, la capacité à pouvoir passer de tout à rien en un instant.
Et c'est effectivement important pour moi dans la mesure ou c'est là que passe tout le message de la bande son, si tout était au même niveau, qu'est ce qu'on se ferait ch****
christmike
 
Messages: 2916
Inscription: 02 Oct 2005 15:47
Localisation: Val d'oise

Message » 19 Déc 2009 20:31

Il me semble que c'est la différence de niveau exprimé en DB entre le son le plus bas et le plus haut que l'on peut atteindre sur un enregistrement sonore. Cette notion m'interesse car pour moi, si l'on est dans une salle HC qui n'est pas bien insonorisé, cela veut dire que sur des dynamique importante comme celle d'un blue ray, on risque souvent de jouer de la télécommande pour avoir un niveau de dialogue acceptable et que les scènes d'actions ne réveille pas tous le reste de la maison voir pire, les voisins .... On peut maintenant utilsé un limiteur de dynamique, mais pour ma part, je trouve ca dommage d'alterer le signal original ... Pour l'instant cela fait partie d'une des raisons pour laquelle je ne suis pas encore passé au Blue Ray.
thiaux
 
Messages: 55
Inscription: 15 Jan 2007 11:11
Localisation: Le Plessis Robinson
  • offline

Message » 19 Déc 2009 21:20

Bonsoir à tous et merci pour ce post Jean-Pierre Lafont,

Il me semble qu'il y a 2 types de dynamique :

1 - Ce que j'ai envie de qualifier de "micro-dynamique" qui fait toute la différence, par exemple, sur l'extinction d'une note de violon.
C'est aussi hyper important pour "tenir" le bas du spectre et le rendre le plus articulé possible....(mais je confond peut-être avec la définition)

2 - La dymanique impulsionnelle qui est l'écart d'intensité entre le son le plus fort et le plus faible.

Ce paramètre est primordial : il rend le son "vivant", A.M.H.A.
SEBASTINUS
 
Messages: 152
Inscription: 16 Mai 2009 12:18
  • offline

Message » 19 Déc 2009 21:50

Bonsoir.

Tout d'abord un grand Bravo à JPL pour cette initiative, car malheureusement certains post qui se voulaient orientés vers les débutants tournent régulièrement à la bataille d'experts
Et si on en ets à la bataille d'experts, alors c'est que l'on est plus dans le domaine du débutant, car je pense que même venant "d'écoles différentes", les bases de l'acoustique et du traitement sont admises par tous.

Au sujet de la dynamique, je dirais que c'est la différence entre les niveaux extrêmes qu'est capable de reproduire un système.
Il y aurait donc la dynamique enregistrée du support, (dvd, blu ray, etc...) et la dynamique du système HC.

Surement en mal, j'avoue que jusqu'à maintenant je n'y attachais pas trop d'importance dans les specs d'un ampli par exemple.
Comme dit plus haut, ce qui est particulièrement désagréable au sein d'un enregistrement d'une grande dynamique, d'avoir à monter le volume pour les dialogues et de le baisser pour ne pas se perforer les tympans à la prochaine explosion.
bezain
 
Messages: 385
Inscription: 27 Sep 2003 15:06
  • offline

Message » 20 Déc 2009 11:37

Cette dysproportion éventuelle entre les dialogues et les effets sonores ne peut-il pas être compensé par le réglage, au niveau de l'ampli, du gain de la voie centrale par rapports aux autres enceintes ?
MachA57
 
Messages: 277
Inscription: 31 Oct 2008 17:00
  • offline

Message » 20 Déc 2009 11:49

La dynamique d'un home cinéma, c'est l'écart de niveau d'intensité sonore qui existe entre le son le plus faible que l'on peut entendre (confortablement) et le son le plus fort qu'on puisse y produire.
Les images étant plus parlantes que les discours, on peut comparer la dynamique avec l'échelle de contraste d'une image.

Sur l'illustration ci dessous, les noirs représentent le silence et les blancs, le son le plus fort que la chaîne puisse produire. La figure 1 représente la progression du niveau sonore depuis le silence jusqu'au niveau maximal, par bonds de 10% pour mieux identifier les niveaux intermédiaires.

Il arrive que le son d'un DVD soit compressé (figure 2). C'est un crime. La compression dynamique n'est normalement pas autorisée pendant le mastering (sauf pour le codage avec une expansion à la lecture) ou dans quelques cas extrêmes pour éviter la saturation du support (transfert optique sur film par exemple).
Dans la chaîne de reproduction, certains préamplis possèdent un compresseur dont le rôle est précisément de réduire la plage dynamique, entraînant de facto la perte d'une composante essentielle du la bande son du film.

Image
En mettant de coté la compression, les sons faibles peuvent être masqués par le bruit résiduel ambiant et par la réverbération. Le bruit résiduel est produit par souffle des amplis, la ventilation de la pièce ou du projecteur et par les bruits extérieurs liés à une mauvaise isolation (figure 3).

La dynamique peut également souffrir d'un niveau trop fort. Il s'agit d'une saturation de l'ampli ou des enceintes (figure 4). En règle générale, les niveaux trop élevés (au delà de 105 dBC) sont à éviter. Ils sont dangereux pour vos oreilles, pour votre matériel et mauvais pour les relations avec votre voisinage. Le son le plus fort (normalement fixé à 20 dB au dessus du niveau nominal), est limité par la puissance des amplis, le rendement des enceintes et la bienveillance des voisins, là encore dans le cas d'une isolation insuffisante.

La réverbération excessive masque les sons faibles qui suivent immédiatement des sons fort (plus fréquent au cinéma qu'en musique). La figure 5 illustre une alternance de sons faibles en noir et de sons forts en blanc sur un intervalle de temps. Le graphe en rouge représente l'enveloppe du signal. Chaque alternance dure 0,25 seconde (c’est le tempo d’une discothèque). Avec une réverbération de 0,5 seconde, on voit que les sons faibles sont partiellement masqués par les sons plus forts. Dans cet exemple, la dynamique est limitée à 30dB.

Image
Notre cerveau, habitué à se diriger en localisant les sources dans l'espace, reconstitue une partie du signal et "gomme" subjectivement une partie de la réverbération. Cependant, les test d'intelligibilité par reconnaissance de logatomes (sorte de syllabe), montrent qu'une partie significative du message sonore est perdue.

La dynamique est donc un paramètre important. C'est elle qui apporte le relief sonore en ajoutant une dimension à l’action. Pour un film, la dynamique est plus grande que pour la musique classique et encore plus grande que pour la musique de jazz ou de variétés.
Les réalisateurs jouent avec pour amplifier les émotions. Il faut donc la préserver.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 20 Déc 2009 12:35, édité 4 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2181
Inscription: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 20 Déc 2009 11:56

Comment la préserver alors ? :)
MachA57
 
Messages: 277
Inscription: 31 Oct 2008 17:00
  • offline

Message » 20 Déc 2009 12:01

Justement, ces constats soulèvent d'autres questions:
Quelle dynamique peut-on espérer dans un home cinéma?
Comment la préserver?
Comment la mesurer?

Je vous laisse imaginer des solutions. Je répondrai plus tard...
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2181
Inscription: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 20 Déc 2009 12:06

Déjà, si la réverbération est la cause d'une perte de définition des sons faibles, peut-être qu'une absorbtion assez importante pour obtenir un Tr60 assez faible serait la solution ?
MachA57
 
Messages: 277
Inscription: 31 Oct 2008 17:00
  • offline

Message » 20 Déc 2009 12:33

Youppi !, nous y voila :

La dynamique peut détériorer la définition; OK, trés intéressant, merci.
Mais alors pourquoi un local trop absorbant (une chambre sourde) rend le son "sans vie" ? :
Est-ce que notre oreille est "mal habituée" ?
Comment traiter l'acoustique du lieu pour obtenir cet équilibre si subtil entre définition et dynamique ?

- That is the Question -
SEBASTINUS
 
Messages: 152
Inscription: 16 Mai 2009 12:18
  • offline

Message » 20 Déc 2009 13:29

Je ne souhaite pas débattre de la réverbération pour l'instant, sinon le sujet va partir dans tous les sens et personne n'y comprendra rien. Ce n'est pas le seul facteur qui altère la dynamique.
Je vous réponds en MP pour ne pas vous laisser sur votre faim.

Nous aurons, j'espère, l'occasion de revenir largement sur la réverbération.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2181
Inscription: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 20 Déc 2009 14:10

Jean-Pierre Lafont a écrit:Justement, ces constats soulèvent d'autres questions:
Quelle dynamique peut-on espérer dans un home cinéma?
Comment la préserver?
Comment la mesurer?

Je vous laisse imaginer des solutions. Je répondrai plus tard...
JPL

Pour le HC, si vous dites que 105 db devient dangeureux pour nos oreilles, j'aurai tendance à dire qu'une dynamique de 110 - 120 db devrait être pas mal. Bien sûr, à des instants très bref pour marquer une certaine ponctuation.

Pour la préserver, j'aurai tendance à utiliser de l'absorption pour jutement éviter la réverbération. Je ne pense pas à être dans une chambre sourde mais par exemple, si je regarde les graph ci dessus, le graph d'émission du signal avec un step tous les 0,25 secondes, je me dis qu'un temps de reverberation de 0.2 s ferait l'affaire pour restituer correctement ce signal ( en considérant que la branche haute du signal ne dure pas plus de 0,05 secondes ).

Question, ce graph d'émission sonore toutes les 0,25secondes, est il prit au hasard ?

Pour la mesurer ? je ne sais pas trops car je me doute que cela doit varier en fonction des frequences donc comment choisir le signal initial ?
thiaux
 
Messages: 55
Inscription: 15 Jan 2007 11:11
Localisation: Le Plessis Robinson
  • offline


Retourner vers Correction Acoustique Passive

 
  • Articles en relation
    Dernier message