Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Amplis ASR Emitter I et II

Message » 11 Mar 2011 0:53

Hors sujet édit par totof66
FDRT
 
Messages: 6575
Inscription: 23 Jan 2004 19:48
  • offline

Annonce

Message par Google » 11 Mar 2011 0:53

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 11 Mar 2011 5:50

On reviens sur le sujet SVP :wink:
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 11 Mar 2011 11:00

Hors sujet édit par totof66
DaveStarWalker
 
Messages: 8844
Inscription: 25 Aoû 2006 11:08
Localisation: Système solaire (pour l'instant)
  • offline

Message » 11 Mar 2011 11:12

Hors sujet édit par totof66
DaveStarWalker
 
Messages: 8844
Inscription: 25 Aoû 2006 11:08
Localisation: Système solaire (pour l'instant)
  • offline

Message » 11 Mar 2011 15:27

Dernier avertissement après c'est carton, dur d'en arriver là pourtant j'avais prévenu :-?
Contestation par MP
Bon WE
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 15 Mar 2011 20:26

CR de Jean yves quelqu'un de très sympa , CR publié sur Elbi :
Jean-Yves66 a écrit:Je vais tenter de livrer ici quelques impressions laissées par le système de Fredfish.

Avant cela, je souhaiterais le remercier pour ce partage, mais aussi sa famille pour son hospitalité et les Elfbistes pour leur accueil.

La plupart des membres présents connaissaient la configuration précédant l’arrivée de l’intégré ASR. Pour ceux qui étaient sur mars au cours de ces derniers mois, je rappelle que les 802 Di étaient auparavant drivées par l’Art & Technologie SE 50-I, un intégré délivrant 2x50 watts qui avait été initialement choisi pour animer des biblio de course, avant de faire ses preuves, et de bien belle manière paraît-il, sur les anglaises à forte tête. Je ne reviendrai pas non plus sur les autres éléments du système (vive la Suisse libre!) ni sur l’acoustique de la pièce d’écoute qui contribue largement au résultat final.

Les disques ont défilé pendant presque 5 heures, de sorte que le système a été jugé sur différents genres musicaux. Le rap, le trash métal ou encore la musique punk ont cependant été évités (merci Fred !). Parmi les enregistrements choisi, j’ai retenu You Sun Nah, Manu Katché, Nils Landgren, Jordi Savall, Christina Pluhar, Paolo Pandolfo, Hadouk trio… Bref, que du beau monde.

Dans un ordre relatif et avec les limites de ma mémoire…

- Une guitare solo : il s’agissait du premier morceau et mes oreilles étaient encore froides. Néanmoins, les timbres sont beaux. Enormément de micro-détails. Instrument cependant grossi, à ce stade, je ne sais si c’est le fait d’un volume sonore trop important ou d’une volonté de l’ingé son.

- Musique symphonique, un enregistrement assez ancien: l’énergie dans le grave et la perception des dimensions de la salle de concert frappent d’emblée. On plonge dans l’œuvre, ravi au passage par la qualité des timbres, qu’il s’agisse des instruments à vent ou des cordes, et par le dialogue des différents pupitres. Le faible niveau de bruit de fond est souligné par des oreilles averties et au fait des questions techniques. Personnellement, je trouve que cet ampli dégage une force tranquille. Il a quelque chose de rassurant : on sait qu’il répondra présent quelle que soit l’énergie demandée.

- Un duo voix et piano : quelques secondes suffisent pour que l’on se rende compte que la voix et l’instrument ont été enregistrés dans des conditions différentes. La première donne l’impression d’avoir été captée dans un local confiné tandis que le piano se déploie dans une pièce aux dimensions généreuses. La voix est naturelle. Le rendu du piano est ample et fouillé. En un mot comme en cent, le piano sonne comme… un piano, ce qui n’est pas trivial.

- Une autre symphonie ensuite, pas du Mahler mais de Mahler (on a du la faire mille fois celle-la, mais tant pis). La prise de son laisse à désirer, c’est plat et j’ai du mal à digérer la bouillie de violons. La tolérance du système a ses limites. GIGO, comme on dit en mode binaire. Le suivi de piste laisse à désirer, on interrompt le morceau (merci Jason, je te le revaudrai; désolé Laurent).

- Le grand Jordi ensuite. Sa viole est ample. Le moindre mouvement du Maître, sa respiration et son corps à corps avec l’instrument sont révélés par le système. Son instrument apparaît dans toute sa splendeur et sa richesse harmonique (c’était pareil avec le piano). Quelques voix s’élèvent pourtant : on ne retrouve pas la brillance de l’Artech. Ben oui, justement, ici, on a laissé tombé la technique, il ne reste plus que l’Art. L’ampli est totalement transparent. On peut avoir l’impression qu’il manque quelque chose, mais en réalité, c’est parce qu’il ne rajoute rien. L’ASR ne joue pas sa propre partition, mais se met totalement au service de l’œuvre, de son interprétation et de son enregistrement. Mais ce n’est qu’une façon de voir les choses, un auditeur parle, lui, de matité.

- Hadouk Trio. L’enregistrement est spectaculaire. Belle tenue dans le grave. Aucune dureté sur les instruments à vent. Les peaux (des percussions) sont superbement rendues. C’est ici que le manque de profondeur de l’image commence à me gêner.

- Manu Katché. Tout est en place. J’aime beaucoup l’impact des percussions. De nouveau, le système brille par ses timbres, l’absence de dureté et le niveau de détail. Beaucoup de micro-informations, mais elles sont à leur place et enrichissent le message sans le dénaturer. On ne nous les jette pas à la figure en disant « t’as vu hein, toutes les infos que je te donne ». On est dans la retenue. On ne surjoue pas (chez ces gens là !).

- You Sun Nah. De nouveau un bel enregistrement, mais exigeant. La voix est superbe. Le système ne tombe dans aucun des pièges qui lui sont tendus.

- Nils Landgren. Je vais être bref et me contenterai d’une onomatopée : waow (cf Manu Katché pour le détail). C’est le coup de boules (Fred, je parle des 802, pas de toi ! ;-))

- Paolo Pandolfo. Beaucoup de subtilité et de sensibilité. Dommage pour le manque de profondeur. J’ai un peu de mal avec le grave, que j’aurais souhaité un poil plus tendu, mais peut-être ne l’est-il pas plus sur le CD, je n’en sais rien.

- Christina Pluhar. J’ai trouvé le rendu passionnant, mais d’autres se sont emmerdés. Tout était en subtilités. J’étais touché par le dialogue des instruments, mais d’autres ne voyaient pas à quoi se raccrocher. Ici, comme à maintes autres reprises, on évoque l’Artech, qui, avec un haut médium et un aigu plus aiguisés, donne davantage de relief au flux musical.

- Il déjà 20h00, le resto nous attend. Déjà ! Pas la moindre fatigue auditive et pour être sincère, je serais volontiers resté quelques heures supplémentaires en compagnie de cette batterie d’électroniques, à nourrir le beau Jason.

- Pour terminer :
1) Quelques messages clés, en guise de conclusion : un système à vivre, très raffiné, qui livre immédiatement les intentions artistiques de l’interprète ainsi que celles de l’ingé son/du mixeur, tout en recréant avec précision les ambiances. De l’énergie, superbes timbres, beaucoup de micro-informations, très faible bruit de fond (les silences !), micro-dynamique élevée.
2) Un constat : cet ampli, qui réunit le meilleur du tube et du transistor, ne convient pas à tout le monde. On est loin des canons de la Hi-Fi. Je ne veux pas dire que c’est mieux, chacun ses goûts, mais c’est différent. Certains trouveront que le système n’est pas assez spectaculaire. Pour faire une analogie automobile, on est bien plus proche du raffinement et de la force tranquille du V8 d’une BMW 540 i que de l’hystérie du 4 cylindres en ligne d’une Honda S2000.
3) Un regret : la profondeur de l’image sonore.
4) Une petite réserve : le système me paraît un peu trop sage, d’où…
5) Un pronostic : d’autres enceintes se marieront encore mieux avec le gros teuton.
6) Maintenant, je pense savoir à quoi ressemble la neutralité.
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 16 Mar 2011 10:42

totof66 a écrit:CR de Jean yves quelqu'un de très sympa , CR publié sur Elbi :
Jean-Yves66 a écrit:Je vais tenter de livrer ici quelques impressions laissées par le système de Fredfish.

Avant cela, je souhaiterais le remercier pour ce partage, mais aussi sa famille pour son hospitalité et les Elfbistes pour leur accueil.

La plupart des membres présents connaissaient la configuration précédant l’arrivée de l’intégré ASR. Pour ceux qui étaient sur mars au cours de ces derniers mois, je rappelle que les 802 Di étaient auparavant drivées par l’Art & Technologie SE 50-I, un intégré délivrant 2x50 watts qui avait été initialement choisi pour animer des biblio de course, avant de faire ses preuves, et de bien belle manière paraît-il, sur les anglaises à forte tête. Je ne reviendrai pas non plus sur les autres éléments du système (vive la Suisse libre!) ni sur l’acoustique de la pièce d’écoute qui contribue largement au résultat final.

Les disques ont défilé pendant presque 5 heures, de sorte que le système a été jugé sur différents genres musicaux. Le rap, le trash métal ou encore la musique punk ont cependant été évités (merci Fred !). Parmi les enregistrements choisi, j’ai retenu You Sun Nah, Manu Katché, Nils Landgren, Jordi Savall, Christina Pluhar, Paolo Pandolfo, Hadouk trio… Bref, que du beau monde.

Dans un ordre relatif et avec les limites de ma mémoire…

- Une guitare solo : il s’agissait du premier morceau et mes oreilles étaient encore froides. Néanmoins, les timbres sont beaux. Enormément de micro-détails. Instrument cependant grossi, à ce stade, je ne sais si c’est le fait d’un volume sonore trop important ou d’une volonté de l’ingé son.

- Musique symphonique, un enregistrement assez ancien: l’énergie dans le grave et la perception des dimensions de la salle de concert frappent d’emblée. On plonge dans l’œuvre, ravi au passage par la qualité des timbres, qu’il s’agisse des instruments à vent ou des cordes, et par le dialogue des différents pupitres. Le faible niveau de bruit de fond est souligné par des oreilles averties et au fait des questions techniques. Personnellement, je trouve que cet ampli dégage une force tranquille. Il a quelque chose de rassurant : on sait qu’il répondra présent quelle que soit l’énergie demandée.

- Un duo voix et piano : quelques secondes suffisent pour que l’on se rende compte que la voix et l’instrument ont été enregistrés dans des conditions différentes. La première donne l’impression d’avoir été captée dans un local confiné tandis que le piano se déploie dans une pièce aux dimensions généreuses. La voix est naturelle. Le rendu du piano est ample et fouillé. En un mot comme en cent, le piano sonne comme… un piano, ce qui n’est pas trivial.

- Une autre symphonie ensuite, pas du Mahler mais de Mahler (on a du la faire mille fois celle-la, mais tant pis). La prise de son laisse à désirer, c’est plat et j’ai du mal à digérer la bouillie de violons. La tolérance du système a ses limites. GIGO, comme on dit en mode binaire. Le suivi de piste laisse à désirer, on interrompt le morceau (merci Jason, je te le revaudrai; désolé Laurent).

- Le grand Jordi ensuite. Sa viole est ample. Le moindre mouvement du Maître, sa respiration et son corps à corps avec l’instrument sont révélés par le système. Son instrument apparaît dans toute sa splendeur et sa richesse harmonique (c’était pareil avec le piano). Quelques voix s’élèvent pourtant : on ne retrouve pas la brillance de l’Artech. Ben oui, justement, ici, on a laissé tombé la technique, il ne reste plus que l’Art. L’ampli est totalement transparent. On peut avoir l’impression qu’il manque quelque chose, mais en réalité, c’est parce qu’il ne rajoute rien. L’ASR ne joue pas sa propre partition, mais se met totalement au service de l’œuvre, de son interprétation et de son enregistrement. Mais ce n’est qu’une façon de voir les choses, un auditeur parle, lui, de matité.

- Hadouk Trio. L’enregistrement est spectaculaire. Belle tenue dans le grave. Aucune dureté sur les instruments à vent. Les peaux (des percussions) sont superbement rendues. C’est ici que le manque de profondeur de l’image commence à me gêner.

- Manu Katché. Tout est en place. J’aime beaucoup l’impact des percussions. De nouveau, le système brille par ses timbres, l’absence de dureté et le niveau de détail. Beaucoup de micro-informations, mais elles sont à leur place et enrichissent le message sans le dénaturer. On ne nous les jette pas à la figure en disant « t’as vu hein, toutes les infos que je te donne ». On est dans la retenue. On ne surjoue pas (chez ces gens là !).

- You Sun Nah. De nouveau un bel enregistrement, mais exigeant. La voix est superbe. Le système ne tombe dans aucun des pièges qui lui sont tendus.

- Nils Landgren. Je vais être bref et me contenterai d’une onomatopée : waow (cf Manu Katché pour le détail). C’est le coup de boules (Fred, je parle des 802, pas de toi ! ;-))

- Paolo Pandolfo. Beaucoup de subtilité et de sensibilité. Dommage pour le manque de profondeur. J’ai un peu de mal avec le grave, que j’aurais souhaité un poil plus tendu, mais peut-être ne l’est-il pas plus sur le CD, je n’en sais rien.

- Christina Pluhar. J’ai trouvé le rendu passionnant, mais d’autres se sont emmerdés. Tout était en subtilités. J’étais touché par le dialogue des instruments, mais d’autres ne voyaient pas à quoi se raccrocher. Ici, comme à maintes autres reprises, on évoque l’Artech, qui, avec un haut médium et un aigu plus aiguisés, donne davantage de relief au flux musical.

- Il déjà 20h00, le resto nous attend. Déjà ! Pas la moindre fatigue auditive et pour être sincère, je serais volontiers resté quelques heures supplémentaires en compagnie de cette batterie d’électroniques, à nourrir le beau Jason.

- Pour terminer :
1) Quelques messages clés, en guise de conclusion : un système à vivre, très raffiné, qui livre immédiatement les intentions artistiques de l’interprète ainsi que celles de l’ingé son/du mixeur, tout en recréant avec précision les ambiances. De l’énergie, superbes timbres, beaucoup de micro-informations, très faible bruit de fond (les silences !), micro-dynamique élevée.
2) Un constat : cet ampli, qui réunit le meilleur du tube et du transistor, ne convient pas à tout le monde. On est loin des canons de la Hi-Fi. Je ne veux pas dire que c’est mieux, chacun ses goûts, mais c’est différent. Certains trouveront que le système n’est pas assez spectaculaire. Pour faire une analogie automobile, on est bien plus proche du raffinement et de la force tranquille du V8 d’une BMW 540 i que de l’hystérie du 4 cylindres en ligne d’une Honda S2000.
3) Un regret : la profondeur de l’image sonore.
4) Une petite réserve : le système me paraît un peu trop sage, d’où…
5) Un pronostic : d’autres enceintes se marieront encore mieux avec le gros teuton.
6) Maintenant, je pense savoir à quoi ressemble la neutralité.


Merci 8)

Amicalement,
David :wink:
DaveStarWalker
 
Messages: 8844
Inscription: 25 Aoû 2006 11:08
Localisation: Système solaire (pour l'instant)
  • offline

Message » 16 Mar 2011 12:49

J'y étais, superbe écoute déjà d'entrée :P manque quelques paufinage mais c'est déjà de haut niveau
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 16 Mar 2011 12:53

c'est ça ton CR totof? :o :roll: :mdr:
Gort'h
 
Messages: 10401
Inscription: 25 Juin 2004 14:36
Localisation: 33670
  • offline

Message » 16 Mar 2011 12:56

Gort'h a écrit:c'est ça ton CR totof? :o :roll: :mdr:


Non moi j'ai juste souligné quelques points, ont pouvait pas faire mieux que le CR très pertinent de jean yves :o

totof66 a écrit:Excellent CR je vaudrais souligner :

- Aucune fatigue auditive.
- Le meilleur du tube et de la classe D.
- Neutre pas trop chaud pas trop froid , le Juste Son reproduit .
- Un matériel de haut niveau qui donne je dirais 80% sans le paufinage de l'appareil lui même qui a un niveau de gain et part les cables.
- Il y a du grain et de l'émotion.

Perso je pourrais vivre avec :lol: :lol: :wink:

Ce que j'aimerais c'est un médium plus chaleureux même si ce n'est plus une restitution juste. :?

En tout ca il mérite tout le paufinage qui vas lui être fait je compte sur fred pour ça et je n'en doute pas que très bientôt l'écoute sera encore meilleure bien qu'elle soit déjà de haut niveau.
totof66
 
Messages: 10366
Inscription: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 26 Fév 2012 16:13

bonjour

C'est étonnant, on dirait que l'ASR rencontre plus de succès en belgique !
quasiment un an que ce post n'a pas bougé !

nous avons reçu l'ASR emitter I en test il y a une semaine, c'est très prometteur :love:
j'essayerai de faire un CR d’écoutes tres prochainement
hifilink
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 269
Inscription: 19 Aoû 2011 1:22
Localisation: Portes de Lyon

Message » 26 Fév 2012 17:13

Il y a eu des avis assez divergeants sur cet appareil je crois.
Ça semble pourtant du bon matos. Un peu lent?
Gort'h
 
Messages: 10401
Inscription: 25 Juin 2004 14:36
Localisation: 33670
  • offline

Message » 27 Fév 2012 0:33

Bonsoir.
J'ai acquéri il y a peu de temps un asr emitter 2 hd et bien ,je ne regrette pas du tout mon investissement .
Je n'est pas assez d'expérience pour vous dire si il est mieux que intel ou intel ,mais j'ai certainement trouvé celui qu'il me faut .
Son écoute est belle ,velouté, maitrisé,tout est bien en place ,et je sais par avance que je peux avoir mieux en remplaçant mes enceintes (klipsch rf7).
je pense sérieusement partir sur des cornwalls ,et cependant j'aurais une petite question .
Sachant que les cornwalls sont données pour 100w max admissible et que mon asr fait 2 fois 250w ai-je un risque d'abimer les enceintes?
merci.
djack
 
Messages: 190
Inscription: 07 Mai 2009 13:42
  • offline

Message » 27 Fév 2012 1:36

djack a écrit:Bonsoir.
J'ai acquéri il y a peu de temps un asr emitter 2 hd et bien ,je ne regrette pas du tout mon investissement .
Je n'est pas assez d'expérience pour vous dire si il est mieux que intel ou intel ,mais j'ai certainement trouvé celui qu'il me faut .
Son écoute est belle ,velouté, maitrisé,tout est bien en place ,et je sais par avance que je peux avoir mieux en remplaçant mes enceintes (klipsch rf7).
je pense sérieusement partir sur des cornwalls ,et cependant j'aurais une petite question .
Sachant que les cornwalls sont données pour 100w max admissible et que mon asr fait 2 fois 250w ai-je un risque d'abimer les enceintes?
merci.


bonsoir
un conseil : en parallèle de Klipsch, écoutez des Tannoy (série prestige ou glenair) avec votre ASR ...
ASR + Tannoy est un très bon mariage :wink:
(et je dis cela alors que je ne fais pas tannoy ...)

bien cordialement
Marc
Home Audio Selection
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 2567
Inscription: 05 Sep 2006 22:01
Localisation: 2 points d'écoutes sur le Sud-Ouest (périphérie TOULOUSE et BORDEAUX)
  • offline

Message » 27 Fév 2012 1:38

djack a écrit:Bonsoir.
J'ai acquéri il y a peu de temps un asr emitter 2 hd et bien ,je ne regrette pas du tout mon investissement .
Je n'est pas assez d'expérience pour vous dire si il est mieux que intel ou intel ,mais j'ai certainement trouvé celui qu'il me faut .
Son écoute est belle ,velouté, maitrisé,tout est bien en place ,et je sais par avance que je peux avoir mieux en remplaçant mes enceintes (klipsch rf7).
je pense sérieusement partir sur des cornwalls ,et cependant j'aurais une petite question .
Sachant que les cornwalls sont données pour 100w max admissible et que mon asr fait 2 fois 250w ai-je un risque d'abimer les enceintes?
merci.


bien sûr que non, aucun pb ... je fais marcher pour ce qui me concerne un ASR Emitter 1 Exclusive avec des Avantgarde de 104 dB !
et c'est juste parfait :love:
Home Audio Selection
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 2567
Inscription: 05 Sep 2006 22:01
Localisation: 2 points d'écoutes sur le Sud-Ouest (périphérie TOULOUSE et BORDEAUX)
  • offline



Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message