Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Exabot [Bot] et 23 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Amplis numériques

Message » 23 Avr 2003 17:53

ajds a écrit:[Pour moi et en francais : quand on mets "un nombre d'impulsions de durée calibrée" cote à cote dans l'espace temporel on obtiens justement "une série d'impulsions de largeur variable", la largeur étant une fonction du signal d'entrée, ce qui correspond tout à fait à la définition de base du PWM.
Ben non, ça ne marche pas car les "impulsions calibrées" du DSD ne vont pas se trouver "cote à cote" comme tu dis, car le flux DSD passe son temps à basculer d'un coté à l'autre !

En regardant deplusprès certains trucs que tu as dit, je crosi avoir compris où se trouve ta confusion entrre DSD et PWM : apparement (si je t'ai bien compris), tu penses qu'en prenant un signal PWM et en le discrétisant temporellement on va obtenir un signal DSD : à intervalle régulier on regarde le niveau du PWM, s'il est à l'état haut on met un 1, sinon un 0
C'est à dire que si on prend un PWM obtenu à partir d'un signal dent de scie à 280kHz (1/10 de la fréquence du DSD) et qu'on regarde son état à 2.8MHz pour créer du DSD par ta méthode, on aurait alors avec une entrée nulle le signal suivant : 000001111100000111110000011111, puisque le PWm serait à 50% de rapport cyclique et de fréquence de base 1/10 de l'horloge DSD.

Le "vrai" signal nul du DSD c'est 01010101010101010101010101, ce qui est quand même franchement différent ! Le filtre passe-bas de sortie aura beaucoup plus de mal à éliminer le premier signal que le 2ème, vu que le rapport des fréquence est 5 !

En fait, en faisant brutalement la "discrétisation" du signal PWm par ta méthode, tu vas perdre beaucoup d'informations contenu dans le signal puisque tu vas arrondir la durée des états haut et bas du PWM à des multiples entiers de la période du DSD. Pour ne pas trop perdre d'infos lors de la discrétisation, il faudrait donc que la fréquence de discrétisation soit TRES largement supérieure à celle de la dent de scie, ce qui est incompatible d'une fréquence PWM élevée et d'une fréquence du flux binaire raisonnable...

a+

jb
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Annonce

Message par Google » 23 Avr 2003 17:53

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 23 Avr 2003 18:22

jbcauchy a écrit:Ben non, ça ne marche pas car les "impulsions calibrées" du DSD ne vont pas se trouver "cote à cote" comme tu dis, car le flux DSD passe son temps à basculer d'un coté à l'autre !


le PWM aussi si les fréquences correspondent !

En regardant deplusprès certains trucs que tu as dit, je crosi avoir compris où se trouve ta confusion entrre DSD et PWM : apparement (si je t'ai bien compris), tu penses qu'en prenant un signal PWM et en le discrétisant temporellement on va obtenir un signal DSD : à intervalle régulier on regarde le niveau du PWM, s'il est à l'état haut on met un 1, sinon un 0
C'est à dire que si on prend un PWM obtenu à partir d'un signal dent de scie à 280kHz (1/10 de la fréquence du DSD) et qu'on regarde son état à 2.8MHz pour créer du DSD par ta méthode, on aurait alors avec une entrée nulle le signal suivant : 000001111100000111110000011111, puisque le PWm serait à 50% de rapport cyclique et de fréquence de base 1/10 de l'horloge DSD.

Le "vrai" signal nul du DSD c'est 01010101010101010101010101, ce qui est quand même franchement différent ! Le filtre passe-bas de sortie aura beaucoup plus de mal à éliminer le premier signal que le 2ème, vu que le rapport des fréquence est 5 !

En fait, en faisant brutalement la "discrétisation" du signal PWm par ta méthode, tu vas perdre beaucoup d'informations contenu dans le signal puisque tu vas arrondir la durée des états haut et bas du PWM à des multiples entiers de la période du DSD. Pour ne pas trop perdre d'infos lors de la discrétisation, il faudrait donc que la fréquence de discrétisation soit TRES largement supérieure à celle de la dent de scie, ce qui est incompatible d'une fréquence PWM élevée et d'une fréquence du flux binaire raisonnable...



Mais non pas du tout, tu repars sur ton idée f0/f1 : pourquoi veut tu prendre 1/10 en fréquence, m'enfin ?

Moi je prends un PWM avec acquisition en dent de scie. Tu trace une ligne droite (signal nul) et tu obtiens 010101010101010101 exactement comme sur du DSD.

Et puis je n'ai pas dit qu'on pouvait obtenir un signal DSD à partir d'une forme PWM quelconque !
Je dis qu'un DSD est une forme de PWM : à partir du moment on l'on maintiens à l'état haut ou bas le signal binaire sur toute la durée de la période (ici 1/2.8 Mhz) : on obtiens alors un signal PWM (au sens fondamental du terme : signal modulé en largeur d'impulsion) et ce signal la, effectivement, si tu fais la transformation inverse (1 quand niveau haut et 0 quand niveau bas) a la fréquence de 2.8 Mhz ben tu retrouve le bitstream DSD, c'est d'une logique implacable :lol:
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Avr 2003 18:36

Et puis bon, je suis pas le seul à dire que le DSD c'est du PWM :

http://www.hometheaterhifi.com/volume_8 ... -2001.html

DSD uses Pulse Width Modulation (PWM) technology, which is fundamentally different from the familiar Pulse Code Modulation (PCM) format that has served us well for compact disc during the last two decades


http://ourworld.compuserve.com/homepage ... rmat03.htm

La technologie DSD est basée sur une méthode de numérisation appelée Pulse Width Modulation (PWM),


http://www.psaudio.com/articles/sdat.asp

Modern day uses of PWM include the Laser disc, DLP projectors (Digital Light Processing displays), DSD (Direct Stream Digital) or SACD


ect,ect tout le monde est un peu près d'accord pour dire que le DSD est une variante de PWM. M'enfin, sur le fond, je suis d'accord que ca peut être une question de point de vue ;)
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Avr 2003 18:49

Je suis d'acord avec AJDS personnellement, car quelle est la différence physique entre N 1 à la suite (un extrait d'un flux DSD) du durée T, et une impulsion 1 de durée NT ?? Ca revient à dire que le DSD est une forme de PWM, même si son encodage à partir d'un signal analogique est différent de la méthode "dents de scie" (encore que ...) :roll: :roll:
J'aurais voulu être un artiiiiiiiiiiiste .... ouillllllle
Finalement la HiFi c'est pas mal ;-)
Avatar de l’utilisateur
Kador
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3409
Inscription: 14 Mar 2002 2:00
Localisation: 31 cassoulpif

Message » 23 Avr 2003 19:08

ajds a écrit: Mais non pas du tout, tu repars sur ton idée f0/f1 : pourquoi veut tu prendre 1/10 en fréquence, m'enfin ?

Moi je prends un PWM avec acquisition en dent de scie. Tu trace une ligne droite (signal nul) et tu obtiens 010101010101010101 exactement comme sur du DSD.
Oui, mais quelle est la durée de ton 0 et de ton 1 ?
Pour que cela soit la même durée entre les transitions que le DSD, cela veut dire que ta dent de scie est de fréquence 1.4MHz (1/2 de la fréquence DSD)

Mais dans ce cas, la durée à l'état haut et à l'état bas sera variable mais toujours inférieur à 2 cycles de l'horloge 2.8MHz !
Lorsque le rapport cyclique sera de 10% par ex (donc signal à 10% de la pleinne échelle), alors la durée à l'état haut serait de 1/5 de cycle 2.8MHz, soit 5 fois plus courte que l'état haut le plus court du DSD ! Ton signal sera alors différent du signal DSD équivalent...
Et quand le rapport cyclique atteint 1% ? et 0.1% ? et 43.257% ? :wink:

Voila plein de choses contenues dans ton signal PWM créer avec une dent de scie à 1.4MHz que tu ne pourrais pas représenter directement par du DSD ! C'est bien pour cela que le DSD et le PWM sont différents : pour représenter avec la même finesse un signal de bande passante et dynamique donnée, les fréquences optimales ne sont pas les mêmes.

Je dis qu'un DSD est une forme de PWM : à partir du moment on l'on maintiens à l'état haut ou bas le signal binaire sur toute la durée de la période (ici 1/2.8 Mhz) : on obtiens alors un signal PWM (au sens fondamental du terme : signal modulé en largeur d'impulsion) et ce signal la, effectivement, si tu fais la transformation inverse (1 quand niveau haut et 0 quand niveau bas) a la fréquence de 2.8 Mhz ben tu retrouve le bitstream DSD, c'est d'une logique implacable
Ben non : à partir du moment où tu forces ton impulsion à être de durée 1/2.8MHz, tu ne modules plus sa durée (puisque tu l'imposes !!!!), ce n'est donc plus du PWM !
Donc, ta phrase serait plutot : "à partir du moment on l'on maintiens à l'état haut ou bas le signal binaire sur toute la durée de la période (ici 1/2.8 Mhz)", on ne module plus la largeur de l'impulsion, et tu retrouve le bitstream DSD mais pas du PWM. CQFD

C'est donc bien là que se trouve la nuance : en PWM, la durée des états 0 et 1 n'est pas imposé par le codage, alors que pour le DSD elle l'est !!!

Et puis, pour le fait que tu trouves des sites où on considère le DSD comme du PWM, cela ne me surprend pas mais ne prouve rien, à part que le coté plutot "abstrait" de la représentation DSD entraine plein d'incompréhensions à son sujet.
Il y a bien énormément de gens qui utilisent le terme "numérique" pour des ampli en classe D purement analogiques, alors...

jb
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Message » 23 Avr 2003 19:29

Ben ça me fait pas changer d'avis, le DSD est juste une forme particulière de PWM avec des impusions de durée multiple de 1/2,8M, ce qui est nécessaire pour le stockage sur un support numérique pour lequel les états de durée variable n'existent pas :wink:

Ca revient à imposer une liste discrète (finie) de rapports cycliques (puisque tu aimes ça JB :wink:) au lieu de toutes les autoriser. C'est sur que c'est moins souple que du PWM pur, mais le PWM sans contrainte n'est pas "vraiment" numérique car le rapport cyclique est définit sur un espace continu ! Or le propre du numérique c'est de travailler sur des espace discontinus !!!

Donc le DSD c'est du PWM, avec une contrainte qui s'appelle le numérique :wink:
J'aurais voulu être un artiiiiiiiiiiiste .... ouillllllle
Finalement la HiFi c'est pas mal ;-)
Avatar de l’utilisateur
Kador
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3409
Inscription: 14 Mar 2002 2:00
Localisation: 31 cassoulpif

Message » 23 Avr 2003 19:44

Kador a écrit:Je suis d'acord avec AJDS personnellement, car quelle est la différence physique entre N 1 à la suite (un extrait d'un flux DSD) du durée T, et une impulsion 1 de durée NT ??
Mais c'est justement le fameux "N" qui correspond grosso-modo au rapport f1/f0 d'un message précédent que j'ai fait à AJDS et qu'il s'est empressé de réfuté !!!! :o

Et puis, vous n'avez par l'air de comprendre la façon dont seront répartis les N 1 : dans le cas du PWM ils sont PAR DEFINITION les un à la suite des autres sans passage par 0, alors que pour le DSD il seront répartis uniformément parmis les 0, ce qui n'est pas la même chose.


Bon, je reprends à la base :
Prenons un signal DSD avec une entrée nulle, le flux est alors 010101010101 etc. Jusque là vous suivez ? :wink:
Prenons un signal PWM avec une entrée nulle. On va avoir une succession d'état haut et bas de période égale à 1/2 de la fréquence de la dent de scie (en gardant cet exemple de génération du PWM de façon "analogique"). Si on veut que le flux numérique soit identique au flux DSD, cela impose que la fréquence soit 1/2 de celle du DSD, donc 1.4MHz, de façon à ce que la durée à l'état haut soit identique à la durée des "1" du DSD (idem pour 0).

Prenons maintenant un signal constant mais non nul (par ex cela correspondrait au "plat" d'un signal carré basse fréquence). Supposons par ex que sa valeur soit exactement au milieu entre le zéro et la valeur de saturation haute. Il est donc au 3/4 de l'échelle crète-crète.
Si on le passe dans un circuit PWM, cela va se traduire par un signal de rapport cyclique 75%. Si, comme vu juste au dessus, on a choisit une fréquence de 1.4MHz pour la dent de scie, on a donc en sortie du PWM un signal de fréquence 1.4MHz et de rapport cyclique 75%, donc il est pendant 3/4 de la période 1.4MHz à l'état haut(soit 1.5 cycle du DSD), puis il est à l'état bas pendant 1/4 du cycle 1.4MHz (soit 1/2 cycle DSD). Ce signal est-il équivalent à du DSD ? Evidement que non, puisque la durée des états n'est plus égale ni multiple de la période du 2.8MHz !!!!
Si on veut que ce signal PWm soit équivalent à du DSD, il faudrait que la durée à l'état haut soit égale ou multiple de la période du DSD. Cela impose donc que la fréquence de la dent de scie soit 1/4x2.8MHz (afin que cela corresponde à trois 1 l'un derrière l'autre puis un 0, et on recommence).

Pour représenter le DSD comme un flux PWM discrétisé come le décrit Kador, il faudrait donc trouver une fréquence de répétition du signal PWM qui soit à la fois égale à 0.5*2.8MHz et 0.25*2.8MHz !!!!

Si on fait le calcul pour d'autres tension (par ex, 1/10 de la pleine échelle, 1/100 de la pleine échelle, 1/3, etc), on va trouver encore plein d'autres contraintes que devra vérifiée la fréquence de la dent de scie sous la forme f=A*2.8MHz, avec A différent à chaque fois.
Je pense que vous vous rendrez compte qu'il est impossible de trouver une fréquence qui convienne ! :wink: :roll: :wink:

Voilà selon moi une démonstration concrète que le DSD n'est pas simplement un signal PWM... :wink:


Ca revient à dire que le DSD est une forme de PWM, même si son encodage à partir d'un signal analogique est différent de la méthode "dents de scie" (encore que ...)
Justement ton "encore que" me gène pas mal : la façon la plussimple de comprendre le DSD en partant du schéma PWM est la suivante : le signa lanalogique arrive sur l'entrée + du comparateur, mais sur l'entrée -, au lieu de mettre un signal dent de scie, on ré-injecte l'intégrale du signal numérique que l'on a récupéré en sortie du comparateur. Il n'y a donc aucun générateur de sinus, et c'est ce rebouclage intégrale qui force le système à "osciller" en faisant constament basculer la sortie entre 0 et 1...

a+

jb
Dernière édition par jbcauchy le 23 Avr 2003 21:01, édité 1 fois.
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Message » 23 Avr 2003 20:17

jbcauchy a écrit:Oui, mais quelle est la durée de ton 0 et de ton 1 ?
Pour que cela soit la même durée entre les transitions que le DSD, cela veut dire que ta dent de scie est de fréquence 1.4MHz (1/2 de la fréquence DSD)

Mais dans ce cas, la durée à l'état haut et à l'état bas sera variable mais toujours inférieur à 2 cycles de l'horloge 2.8MHz !
Lorsque le rapport cyclique sera de 10% par ex (donc signal à 10% de la pleinne échelle), alors la durée à l'état haut serait de 1/5 de cycle 2.8MHz, soit 5 fois plus courte que l'état haut le plus court du DSD ! Ton signal sera alors différent du signal DSD équivalent...
Et quand le rapport cyclique atteint 1% ? et 0.1% ? et 43.257% ? :wink:

Voila plein de choses contenues dans ton signal PWM créer avec une dent de scie à 1.4MHz que tu ne pourrais pas représenter directement par du DSD ! C'est bien pour cela que le DSD et le PWM sont différents : pour représenter avec la même finesse un signal de bande passante et dynamique donnée, les fréquences optimales ne sont pas les mêmes.


bon ok, oublions la dent de scie : pour moi c'est juste un exemple imagé pour faire le rapprochement entre 2 méthodes d'acquisition d'un signal PWM.

Ben non : à partir du moment où tu forces ton impulsion à être de durée 1/2.8MHz, tu ne modules plus sa durée (puisque tu l'imposes !!!!), ce n'est donc plus du PWM !


Mais pas du tout ! La durée de l'impulsion n'est pas imposée. Elle est complètement variable en fonction du bitstream. Seule la durée minimale est imposée et ca c'est obligatoire dans tout système à découpage.

Donc, ta phrase serait plutot : "à partir du moment on l'on maintiens à l'état haut ou bas le signal binaire sur toute la durée de la période (ici 1/2.8 Mhz)", on ne module plus la largeur de l'impulsion, et tu retrouve le bitstream DSD mais pas du PWM. CQFD


ben non, 011100011111111001111111110000, c'est de la modulation en largeur pour moi.

C'est donc bien là que se trouve la nuance : en PWM, la durée des états 0 et 1 n'est pas imposé par le codage, alors que pour le DSD elle l'est !!!


La différence entre toi et moi c'est que tu considère le PWM par rapport à la manière de l'optenir (dent de scie, calcul numérique, ect, ect) alors que de mon coté, je prends la définition fondammentale du PWM qui est un signal modulé en largeur d'impulsion.

Et puis, pour le fait que tu trouves des sites où on considère le DSD comme du PWM, cela ne me surprend pas mais ne prouve rien, à part que le coté plutot "abstrait" de la représentation DSD entraine plein d'incompréhensions à son sujet.
Il y a bien énormément de gens qui utilisent le terme "numérique" pour des ampli en classe D purement analogiques, alors...
jb


Il y a quand même quelques gens sérieux dans le lot, comme le constructeur PS-Audio, sinon quelques autres :

Un modulateur PWM à partir de PCM chez PULSUS : ils utilisent du Delta-Sigma (autrement dit une variante de DSD) pour générer le PWM :
http://www.pulsus.co.kr/pulsus_english/ ... PS9604.pdf

Un site qui retrace en intro l'historique de la modulation Delta : en substance c'est du PWM :
http://www.cs.tut.fi/~rosti/1-bit/

Delta modulation (DM) was developed in the 1940s for voice telephony applications. Differential pulse-code modulation is a technique in which the derivative of the signal is quantized. When signal changes between sample periods are small, the quantizer's word length can be reduced. With very high oversampling rates, the changes between sample periods are made very small, thus the quantizer can be reduced to low-bit. A 1-bit DPCM coder is known as a delta modulator (DM). In other words, DM codes the differences in the signal amplitude instead of the signal amplitude itself. Yet another name for DM is pulse width modulation (PWM).


Rane :
http://www.rane.com/pdf/note137.pdf

PCM (Pulse Code Modulation) and
PWM (Pulse Width Modulation)
Another way to look at this, is that this simple device
actually codes a single bit of information, i.e., a comparator is
a 1-bit A/D converter. PWM is an example of a 1-bit A/D
encoding system. And a 1-bit A/D encoder forms the heart of
delta-sigma modulation.



Enfin, je crois que le plus simple, au point ou on en est, ca va être d'envoyer un mail à Sony/Philips pour savoir si leur DSD peut être considéré comme du PWM :lol:
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Avr 2003 21:10

ajds a écrit:bon ok, oublions la dent de scie : pour moi c'est juste un exemple imagé pour faire le rapprochement entre 2 méthodes d'acquisition d'un signal PWM.
Ca ne change rien au problème !Je n'utilisais la dent de scie que pour me rapprocher de TA description du PCM, e nespérant que ce sera plus facile à comprendre pour toi !


Mais pas du tout ! La durée de l'impulsion n'est pas imposée. Elle est complètement variable en fonction du bitstream. Seule la durée minimale est imposée et ca c'est obligatoire dans tout système à découpage.
Ben, non, en PWm analogique, la durée de l'impulsion n'est pas quantifiée, contrairement à ce que tu explqiues !


La différence entre toi et moi c'est que tu considère le PWM par rapport à la manière de l'optenir (dent de scie, calcul numérique, ect, ect) alors que de mon coté, je prends la définition fondammentale du PWM qui est un signal modulé en largeur d'impulsion.
Dans ma définition, je ne tiens absolument pas compte de la manièmre de l'obtenir : j'utilisais la dent de scie et le cas du PWm numérique pour essayer de me faire comprendre (sans succès visiblement...).

Ma définition du PWM est simple, et c'est celle que j'ai toujours trouvé dans des bouquins d'élec non-hifi : un signal PWm, c'est un signal "carré" de fréquence fixe et de rapport cyclique variable.

En clair, la durée à l'état haut est variable, la durée à l'état bas aussi, mais la somme des 2 durées est CONSTANTE afin de garantir la constance de la fréquence de découpage.

Si cette condition de fréquence de découpage constante n'est pas vérifée, selon moi c'est un algo de découpage type classe D, mais ce n'est plus du PWM !!!!!
Si ta définition du PWm était exact, cela veut dire que tout système à découpage peut se prétendre être du PWM....

Bref, je confirme bien que ce n'est qu'une question de vocabulaire....

Mais si je me trompe, il faudra me trouver la faille dans mon explication concernant la relation F=A*2.8MHz du PWM "convertible" en DSD... (d'ailleurs, en me relisant, y'en avait une : j'avais mis 4 au lieu de 1/4, donc j'ai édité le message).

Enfin, je n'ai pas non plus l'intention de passer des heures là-dessus !

a+

jb
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Message » 23 Avr 2003 21:26

Comme tu dis c'est essentiellement une question de vocabulaire, car si tu regardes le signal PWM sans tenir compte du rapport cyclique ou de la fréquence de découpage qui ne sert grosso modo qu'à la génération du PWM, c'est "comme si" le PWM n'avait pas de fréquence propre puisqu'elle varie en fonction du signal.

Si on veut que ce signal PWm soit équivalent à du DSD, il faudrait ...


Enfin on a jamais dit (enfin pas moi, et ajds non plus je crois) que PWM et DSD étaient équivalents (au sens bijection), mais que le DSD pouvait se concevoir comme une forme de PWM.

M'enfin on va pas y passer des heures, l'important est de comprendre comment ça marche, pas de se chamailler sur des querelles de terminologie ;-)
J'aurais voulu être un artiiiiiiiiiiiste .... ouillllllle
Finalement la HiFi c'est pas mal ;-)
Avatar de l’utilisateur
Kador
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3409
Inscription: 14 Mar 2002 2:00
Localisation: 31 cassoulpif

Message » 23 Avr 2003 21:44

Kador a écrit:Comme tu dis c'est essentiellement une question de vocabulaire, car si tu regardes le signal PWM sans tenir compte du rapport cyclique ou de la fréquence de découpage qui ne sert grosso modo qu'à la génération du PWM, c'est "comme si" le PWM n'avait pas de fréquence propre puisqu'elle varie en fonction du signal.
Mais là tu décris le DSD !
Pour le PWM, la fréquence est fixe, justement ! :wink:
Mais c'est pas grave....

M'enfin on va pas y passer des heures, l'important est de comprendre comment ça marche, pas de se chamailler sur des querelles de terminologie ;-)
Tu m'enlèves les mots de la bouche ! Enfin du clavier ! :wink: :lol:

D'ailleurs, c'est pas tout ça mais j'ai du DIY en cours, moi... :roll: :wink:
Et il faut encore que je réponde aux mails et MPs et que je m'occupe des mes plantes : elles ont une de ces soifs avec la chaleur sèche d'aujourd'hui ! :P Je sens que je vais être "obligé" de trinquer un coup avec elles pour finir la soirée en beauté ! :wink:

A la prochaine !

jean-baptiste
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Message » 23 Avr 2003 22:56

jbcauchy a écrit:Ma définition du PWM est simple, et c'est celle que j'ai toujours trouvé dans des bouquins d'élec non-hifi : un signal PWm, c'est un signal "carré" de fréquence fixe et de rapport cyclique variable.

En clair, la durée à l'état haut est variable, la durée à l'état bas aussi, mais la somme des 2 durées est CONSTANTE afin de garantir la constance de la fréquence de découpage.


ahh ben voila, c'est bien un problème de vocabulaire, parce ce que ma définition du PWM ne tiens pas compte de la forme du signal ou d'un rapport cyclique !

Elle est beaucoup plus générale, et corresponds, en français, a ce que l'on trouve sur ce site (définition publiée au Journal Officiel, quand même ;) ):

http://www.cfwb.be/franca/bd/tcomfich.htm

Modulation d'impulsions en durée

Domaine : télécommunications/techniques de télécommunication
Catégorie grammaticale et genre : n.f.
Synonyme(s) : Modulation d'impulsions en largeur. MID. MIL.

Définition :
Modulation d'une suite d'impulsions périodiques dans laquelle le signal modulant agit sur la durée des impulsions.
Source : Arrêté du 27.04.82 (J.O. du 24.06.82) (2166)

Note : 1. MIL est le sigle correspondant à "modulation d'impulsions en largeur". 2. MID est le sigle correspondant à "modulation d'impulsion en durée". (C.F.B.)

Anglais : Pulse width modulation. PWM.
Néerlandais : Impulsduurmodulatie.
Allemand : Pulsdauermodulation.



Nous étions donc bien tous d'accord mais sans le savoir, il suffit de parler la même langue et tout rentre dans l'ordre :lol:

Allez, je bois un coup a ta santé Jb 8)
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Avr 2003 23:09

ajds a écrit:Elle est beaucoup plus générale, et corresponds, en français, a ce que l'on trouve sur ce site (définition publiée au Journal Officiel, quand même ;) ):

Modulation d'impulsions en durée

Domaine : télécommunications/techniques de télécommunication
Catégorie grammaticale et genre : n.f.
Synonyme(s) : Modulation d'impulsions en largeur. MID. MIL.

Définition :
Modulation d'une suite d'impulsions périodiques dans laquelle le signal modulant agit sur la durée des impulsions.
Je veux pas me vanter, mais "périodique", ça veut bien dire ce que ça veut dire... Quand je parlais de fréquence constante !

Toi qui parlais de la compréhension du français, tu as oublier de lire un mot de ta définition !
Si la périodicité des impulsions est constante mais pas la durée de celles-ci, on se ramène bien à un rapport cyclique qui varie !

Nous étions donc bien tous d'accord mais sans le savoir, il suffit de parler la même langue et tout rentre dans l'ordre :lol:
Oh, ça, je l'avais compris depuis un moment, et puis entre toi et moi, cela commence à être l'habitude. :wink:

Allez, je bois un coup a ta santé Jb 8)
Merci ! A la tienne ! :P

Bon, faut vraiment que j'enlève cette petite musique à la réception de nouveaux mails, car je me sens obliger de venir répondre :oops: .
Evidement, il suffirait que je me déconnecte... :roll:
jbcauchy
 
Messages: 3165
Inscription: 22 Oct 2001 2:00
Localisation: Chatellerault
  • offline

Message » 23 Avr 2003 23:52

jbcauchy a écrit:Je veux pas me vanter, mais "périodique", ça veut bien dire ce que ça veut dire... Quand je parlais de fréquence constante !

Toi qui parlais de la compréhension du français, tu as oublier de lire un mot de ta définition !
Si la périodicité des impulsions est constante mais pas la durée de celles-ci, on se ramène bien à un rapport cyclique qui varie !



Et c'est reparti pour un tour :lol:

Alors mon interpretation stricto-senso de la définition :

- la suite d'impulsions périodiques c'est le signal 11111111 à l'infini du DSD consititué d'impulsions unitaires et périodiques, de période 1/2.8 MHz, appelons ca période "T".
- la durée des impulsions unitaires résultantes après modulation c'est soit 0 (impulsion de largeur nulle correspondant à la valeur binaire 0) soit T (impulsion sur toute la période correspondant à la valeur binaire 1)

La modulation rencontrée ici est binaire, c'est du tout ou rien, mais à très haute fréquence, à comparer avec une modulation "analogique" ou chaque impulsion peut prendre une infinité de valeurs entre 0 et T.

Si l'on lit bien mot pour mot la définirion, il est indiqué nulle part, comment ces impulsions sont modulées, une modulation tout ou rien est donc acceptable ;)

Bon, ca c'est pour respecter la définition, au bout du compte, la concaténation des valeurs liées à cette modulation brutale va donner quelque chose qui ressemble beaucoup plus à une modulation analogique 8)

Je tiens au passage à signaler la justesse des propos de Kador quand il dit :
Kador a écrit:Ca revient à imposer une liste discrète (finie) de rapports cycliques (puisque tu aimes ça JB :wink:) au lieu de toutes les autoriser. C'est sur que c'est moins souple que du PWM pur, mais le PWM sans contrainte n'est pas "vraiment" numérique car le rapport cyclique est définit sur un espace continu ! Or le propre du numérique c'est de travailler sur des espace discontinus !!!

Donc le DSD c'est du PWM, avec une contrainte qui s'appelle le numérique :wink:
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 24 Avr 2003 0:15

Oula !!!
ca a chauffé par ici...
je lirais tout ca demain parce qe j'ai comme l'impression qu'il faut etre en forme pour tout comprendre ;)
guest
 
Messages: 23526
Inscription: 15 Fév 2001 2:00
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message