Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: doniboni, fiyo, jldb83, lolo05, MaTTrs, Olivier D, SamyAddict et 32 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Devialet D-Premier, une nouvelle référence ?

Message » 11 Déc 2016 14:38

padcost a écrit:
pat789 a écrit:
M'enfin, c'est justement ça le problème que soulève Scytales.
C'est qu'une différence de 1 ou 2 db peut faire passer le Devialet pour une star par rapport aux autres amplis, nos oreilles percevant une dynamique + importante sans que le cerveau discerne un niveau + élevé.
Voilà tout....
Etant donné que tous les amplificateurs ne fonctionnent pas à leur optimum à la même puissance, égaliser les niveaux au poil près ne garantit pas l'égalité de l'optimum de chacun des amplificateurs. Non seulement ne le garantit pas, mais fausse la comparaison.
Si on veut rester dans la technique, il faudrait comparer les amplificateurs à moult niveaux différents. Et là ça complique pas mal les choses, non ?
Mais qu'écoute-t-on en comparant deux amplificateurs (ou deux produits audio quelconque) ? On écoute leur musicalité : on cherche à savoir s'ils "expriment" la musique de manière non seulement différente, mais plus ou moins plausible. La différence de musicalité, si elle existe, émergera d'elle-même plus ou moins rapidement en fonction non pas de l'ajustement plus ou moins précis, et arbitrairement fixe, des niveaux — au contraire mieux vaudrait le varier le plus possible —, mais essentiellement grâce au talent de l'écoutant lui-même, de ce qu'il sait de la musique en général, ou seulement ce qu'il sait du morceau écouté. C'est d'ailleurs pourquoi chaque spécialiste de l'écoute utilise toujours ses mêmes propres enregistrements qu'il connaît par cœur, et qu'un certain consensus peut se dégager d'écoutes de mêmes produits effectuées par des personnes différentes dans des lieux différents...


Supposons que j'ai un piano droit dans mon séjour. Je l'enregistre afin de pouvoir comparer, mettons trois amplificateurs très différents sur ma chaîne, disposée dans le même séjour.

J'écoute l'enregistrement avec un des amplificateurs et je règle le niveau jusqu'à ce que, subjectivement, je ressente la même sensation de niveau sonore que le vrai piano d'à côté.

J'écoute l'enregistrement avec le deuxième amplificateur en réglant le niveau un peu plus bas qu'avec le premier. Il y a de forte chance que le son me paraisse moins vivant, le piano plus petit, plus distant, manquer de corps et de nuance dynamique, avoir des timbres moins riches. Pour vous en convaincre, faites-vous plaisir en écoutant sur votre propre chaîne un disque de piano au niveau que vous estimez optimal pour que la reproduction de l'enregistrement soit juste parfaite, puis "repasser la bande" en mettant moins fort.

J'écoute maintenant l’enregistrement de mon piano droit avec le troisième amplificateur en réglant le niveau un peu plus fort qu'avec le premier. Il y a de fortes chances que le son me paraisse plus puissant que nature, le piano boursouflé, empâté et fatiguant à écouter, avec des timbres quelque peu métalliques. Pour vous en convaincre, faites-vous plaisir en écoutant sur votre propre chaîne un disque de piano au niveau que vous estimez optimal pour que la reproduction de l'enregistrement soit juste parfaite, puis "repasser la bande" en mettant plus fort.

Ceci étant fait, je prends mon premier amplificateur et, à la place de mon enregistrement de piano, j'y balance, par exemple, le signal de calibration de mon tuner, en général un sinus d'environ 330 Hz, et je mesure la tension à la sortie de l'amplificateur avec un voltmètre. Je mesure une tension quelconque, disons 1,46 V RMS. Je fais la même chose avec mon deuxième amplificateur, celui que j'avais réglé moins fort, et je mesure une tension de sortie de 1,05 V RMS. Je recommence avec mon troisième amplificateur, celui que j'avais réglé plus fort, et je mesure une tension de sortie de 1,97 V RMS.

Maintenant, je prends mon deuxième amplificateur et, toujours avec le signal de calibration émis par mon tuner, j'augmente son niveau pour avoir 1,46 V RMS en sortie, c'est-à-dire exactement le même niveau de sortie que celui du premier amplificateur. Je prend ensuite mon troisième amplificateur, et, à l'aide du même signal de calibration de mon tuner, je diminue son niveau pour avoir 1,46 V RMS en sortie, c'est-à-dire exactement le même niveau de sortie que celui du premier amplificateur.

Je procède à une nouvelle comparaison de mes trois amplificateurs ainsi réglés et je peux désormais parler de choses sérieuses.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10127
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Annonce

Message par Google » 11 Déc 2016 14:38

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 11 Déc 2016 15:09

Ou tu peux étalonner les 3 niveaux à l'oreille lorsque tu connais le niveau du piano que tu écoutes normalement; C'est pour cela que les gens viennent avec leur CD pour écouter un système, non ?

Si un ampli est transformé lorsqu'il est écouté à 2dB de plus qu'un autre ampli, le choix reste vite fait...

Heureusement que les revendeurs ne voient pas venir des gars dans leur boutique avec des voltmètres, ohmètres et des batteries de voiture ou chez les concessionnaires avec les bagages ou leur sièges auto et la poussette pour tester les bagnoles. :D
The less is more
fredicol
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1804
Inscription: 23 Juil 2004 0:51
Localisation: BAGNEUX
  • offline

Message » 11 Déc 2016 17:33

fredicol a écrit:Ou tu peux étalonner les 3 niveaux à l'oreille lorsque tu connais le niveau du piano que tu écoutes normalement; C'est pour cela que les gens viennent avec leur CD pour écouter un système, non ?

Si un ampli est transformé lorsqu'il est écouté à 2dB de plus qu'un autre ampli, le choix reste vite fait...

Heureusement que les revendeurs ne voient pas venir des gars dans leur boutique avec des voltmètres, ohmètres et des batteries de voiture ou chez les concessionnaires avec les bagages ou leur sièges auto et la poussette pour tester les bagnoles. :D


A l'oreille c'est vite dit , quand on connait la mémoire auditive d'un être humain pour différencier un niveau d'un autre ,surtout sur 1 ou 2db :wink:
52gege
 
Messages: 1724
Inscription: 13 Fév 2009 14:25
  • offline

Message » 11 Déc 2016 20:48

+1 avec Scytales :bravo:
fstoulouse
 
Messages: 249
Inscription: 13 Déc 2012 23:51
Localisation: Très près de TOULOUSE
  • offline

Message » 03 Jan 2017 18:00

Bonjour et Meilleurs voeux de bonheur musical aux devialet-istes.
Une petite question: quelqu'un a -t-il pu écouter un Devialet expert pro et jugez de l'apport (ou non) de l'upgrade à 3500roro ?
ENZO-ENZO
 
Messages: 142
Inscription: 13 Juin 2005 20:39
Localisation: Montélimar
  • offline

Message » 03 Jan 2017 21:36

Scytales a écrit:
padcost a écrit:Etant donné que tous les amplificateurs ne fonctionnent pas à leur optimum à la même puissance, égaliser les niveaux au poil près ne garantit pas l'égalité de l'optimum de chacun des amplificateurs. Non seulement ne le garantit pas, mais fausse la comparaison.
Si on veut rester dans la technique, il faudrait comparer les amplificateurs à moult niveaux différents. Et là ça complique pas mal les choses, non ?
Mais qu'écoute-t-on en comparant deux amplificateurs (ou deux produits audio quelconque) ? On écoute leur musicalité : on cherche à savoir s'ils "expriment" la musique de manière non seulement différente, mais plus ou moins plausible. La différence de musicalité, si elle existe, émergera d'elle-même plus ou moins rapidement en fonction non pas de l'ajustement plus ou moins précis, et arbitrairement fixe, des niveaux — au contraire mieux vaudrait le varier le plus possible —, mais essentiellement grâce au talent de l'écoutant lui-même, de ce qu'il sait de la musique en général, ou seulement ce qu'il sait du morceau écouté. C'est d'ailleurs pourquoi chaque spécialiste de l'écoute utilise toujours ses mêmes propres enregistrements qu'il connaît par cœur, et qu'un certain consensus peut se dégager d'écoutes de mêmes produits effectuées par des personnes différentes dans des lieux différents...


Supposons que j'ai un piano droit dans mon séjour. Je l'enregistre afin de pouvoir comparer, mettons trois amplificateurs très différents sur ma chaîne, disposée dans le même séjour.

J'écoute l'enregistrement avec un des amplificateurs et je règle le niveau jusqu'à ce que, subjectivement, je ressente la même sensation de niveau sonore que le vrai piano d'à côté.

J'écoute l'enregistrement avec le deuxième amplificateur en réglant le niveau un peu plus bas qu'avec le premier. Il y a de forte chance que le son me paraisse moins vivant, le piano plus petit, plus distant, manquer de corps et de nuance dynamique, avoir des timbres moins riches. Pour vous en convaincre, faites-vous plaisir en écoutant sur votre propre chaîne un disque de piano au niveau que vous estimez optimal pour que la reproduction de l'enregistrement soit juste parfaite, puis "repasser la bande" en mettant moins fort.

J'écoute maintenant l’enregistrement de mon piano droit avec le troisième amplificateur en réglant le niveau un peu plus fort qu'avec le premier. Il y a de fortes chances que le son me paraisse plus puissant que nature, le piano boursouflé, empâté et fatiguant à écouter, avec des timbres quelque peu métalliques. Pour vous en convaincre, faites-vous plaisir en écoutant sur votre propre chaîne un disque de piano au niveau que vous estimez optimal pour que la reproduction de l'enregistrement soit juste parfaite, puis "repasser la bande" en mettant plus fort.

Ceci étant fait, je prends mon premier amplificateur et, à la place de mon enregistrement de piano, j'y balance, par exemple, le signal de calibration de mon tuner, en général un sinus d'environ 330 Hz, et je mesure la tension à la sortie de l'amplificateur avec un voltmètre. Je mesure une tension quelconque, disons 1,46 V RMS. Je fais la même chose avec mon deuxième amplificateur, celui que j'avais réglé moins fort, et je mesure une tension de sortie de 1,05 V RMS. Je recommence avec mon troisième amplificateur, celui que j'avais réglé plus fort, et je mesure une tension de sortie de 1,97 V RMS.

Maintenant, je prends mon deuxième amplificateur et, toujours avec le signal de calibration émis par mon tuner, j'augmente son niveau pour avoir 1,46 V RMS en sortie, c'est-à-dire exactement le même niveau de sortie que celui du premier amplificateur. Je prend ensuite mon troisième amplificateur, et, à l'aide du même signal de calibration de mon tuner, je diminue son niveau pour avoir 1,46 V RMS en sortie, c'est-à-dire exactement le même niveau de sortie que celui du premier amplificateur.

Je procède à une nouvelle comparaison de mes trois amplificateurs ainsi réglés et je peux désormais parler de choses sérieuses.
Mais pourquoi donc les choses "sérieuses" commenceraient-elles seulement après égalisation des niveaux de sortie ? Le niveau de sortie rigoureusement égalisé ne garantit en rien un jugement compétent sur la musicalité d’un amplificateur. Quelque soit le niveau de sortie, un amplificateur plus musical que celui d’à-côté s’entendra comme plus… musical, quand bien même varierait-on à l’infini les niveaux de volume sonore de chaque appareil.

A condition que l’on sache ce que l’on cherche à entendre. Si p.ex., sur un enregistrement donné, il existe trois plans sonores très distincts (cas du premier enregistrement du disque fournit par Diapason d’Or-Matériel de l’année 2016), il sera très facile de distinguer qui fait quoi des trois amplis en question, et on pourra toujours monter et descendre le bouton de volume, ou laisser les niveaux rigoureusement égalisés, le meilleur sera vite reconnaissable par son meilleur relief, entre autres choses, et donc son meilleur étagement des plans sonores, et surtout sa plausibilité générale. Pour ne prendre que le critère du relief, mais on peut utiliser moult autres critères, évidemment (opératoires dans les enregistrements qui suivent sur le disque). On distingue mal pourquoi une égalisation – arbitraire – de niveau de sortie des trois amplis serait seule garante du jugement esthétique de l'audiophile. Est-ce qu'un mélomane se défendrait de porter un jugement sur le talent d'un pianiste sous prétexte qu'il l'entend ce jour-là dans une salle différente d'un concert précédent à une place différente ? Bien sûr que non.

Et si aucune différence ne s’entendait, c’est que ces trois amplis sont tous bons ou… tous mauvais. S’ils sont tous bons, un audiophile digne ce nom aura tôt fait de l’expliciter en décrivant ce qu’il aura écouté, et dans le cas où ils seraient tous mauvais (harpe avec un son brouillon de guitare sur le même plan que la chanteuse elle-même quasiment noyée dans le chœur au fond d’un tunnel) un audiophile pas même chevronné s’étonnera de l’incongruité de ce qu’il entendra.
padcost
 
Messages: 1414
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 03 Jan 2017 21:53

padcost a écrit: Mais pourquoi donc les choses "sérieuses" commenceraient-elles seulement après égalisation des niveaux de sortie ?


C'est pourtant simple : si on ne s'assure pas que les amplificateurs produisent rigoureusement le même niveau sonore, on ne compare pas seulement des amplificateurs entre eux, mais en même temps des amplificateurs et des niveaux sonores différents, de sorte que si une différence est perçue, on ne saura pas à quoi en attribuer la cause. Au fait que les amplificateurs sont différents ? Au fait que les niveaux sonores sont différents ?
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10127
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 03 Jan 2017 22:35

Scytales a écrit:
padcost a écrit: Mais pourquoi donc les choses "sérieuses" commenceraient-elles seulement après égalisation des niveaux de sortie ?


C'est pourtant simple : si on ne s'assure pas que les amplificateurs produisent rigoureusement le même niveau sonore, on ne compare pas seulement des amplificateurs entre eux, mais en même temps des amplificateurs et des niveaux sonores différents, de sorte que si une différence est perçue, on ne saura pas à quoi en attribuer la cause. Au fait que les amplificateurs sont différents ? Au fait que les niveaux sonores sont différents ?
Tu te prononces à partir d'un document sonore. C'est lui qui te permet de discriminer deux amplis. Sans ce document, il ne te reste que la mesure. Et que dit sur leur musicalité la mesure de trois appareils ? Rien. Tu n'écoutes pas un niveau sonore, ça n'a pas de sens ! Comparer des appareils c'est dégager leur musicalité. Rien d'autre. Quelque soit le niveau sonore que de toute façon tu peux régler au mieux comme bon te semble. Je décris ici la réalité d'une écoute banale. Et on ne voit pas comment un auditeur placé dans des conditions ordinaires d'écoute devrait systématiquement se tromper dans son jugement.
padcost
 
Messages: 1414
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 04 Jan 2017 11:22

des compte rendus sérieux des nouveaux amplis "pro", gamme 440 ?
invite97
 
Messages: 840
Inscription: 30 Avr 2007 23:39
Localisation: 92
  • offline

Message » 06 Jan 2017 14:47

Je me demande si cet upgrade Expert ----> Expert Pro a eu du succès
chez les possesseurs de Devialet. Je vais questionner mon revendeur.
ENZO-ENZO
 
Messages: 142
Inscription: 13 Juin 2005 20:39
Localisation: Montélimar
  • offline

Message » 06 Jan 2017 16:17

sur le devialetchat évidemment ils plussoient. Mais je n'ai pas eu l'occasion de comparer. Eux non plus d'ailleurs et c'est là le problème. Il faut renvoyer le matos qui est alors modifié. Donc pas de comparaison in situ possible.
invite97
 
Messages: 840
Inscription: 30 Avr 2007 23:39
Localisation: 92
  • offline



Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message