Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 30 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Laisser les amplis allumés ou non ?

Message » 18 Juin 2008 18:33

Pour les violons, et selon mes dernières infos qui sont très anciennes, le verni des Stradivarius reste un mystère...
clonedvinyl
 
Messages: 1824
Inscription: 09 Sep 2005 14:46
Localisation: 78
  • offline

Annonce

Message par Google » 18 Juin 2008 18:33

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 18 Juin 2008 18:34

FREUD912 a écrit:...ou alors la plupart des audiophile sont sourds, ce qui serait un comble :lol:

Les audiophiles ne sont pas sourds, au contraire, ils ont même tendance à entendre des choses qui n'existent pas :wink:
micheloupatrick
 
Messages: 1016
Inscription: 04 Avr 2006 15:47
  • offline

Message » 18 Juin 2008 18:35

cyayon a écrit:ben moi sur mon accuphase y a rien à voir entre l'ampli chaud vs froid ...

et pourtant je suis dur d'oreille ! :oops:

je pense qu'il faut traiter le pb au cas par cas et ne pas en faire une généralité...


+1 sur mon Accuphase c'est encore mieux avec un peu d'attente.
Faut dire qu'il chauffe un peu le bougre au bout d'une heure.
En plus, ça ne me paraît pas illogique sur un bloc en pure classe A.
Dernière édition par fgero le 18 Juin 2008 18:39, édité 1 fois.
fgero
 
Messages: 3837
Inscription: 23 Oct 2004 23:44
Localisation: 92
  • offline

Message » 18 Juin 2008 18:38

van.alstine a écrit:Chauds ou froids il y de toutes façons des amplis qui resteront irréductiblement mauvais :mdr:


V.A. inside © ® ™ :mdr:
fgero
 
Messages: 3837
Inscription: 23 Oct 2004 23:44
Localisation: 92
  • offline

Message » 18 Juin 2008 18:43

clonedvinyl a écrit:Pour les violons, et selon mes dernières infos qui sont très anciennes, le verni des Stradivarius reste un mystère...


Elle sont vraiment très anciennes tes infos : on disait cela déjà au XIXe siècle...

Que la recette du vernis de Strad soit perdue est une chose mais c'est sans grande importance, car elle était semblable à celle utilisée par les autres luthiers ! Et du vernis originel, de toute façon, il ne reste rien... sur un violon dont le vernis a été régulièrement repris et pour certains d'entre eux totalement refait comme le manche, la tête... pour ne rien dire des réparations innombrables et parfois lourdes subies par certains d'entre eux !

Faut chercher ailleurs !
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 18 Juin 2008 18:45

clonedvinyl a écrit:
haskil a écrit:...

... l'immense majorité des salles et des théâtres construits des 17e au 19e... avaient une acoustique de très mauvaise qualité... Cette proportion est tombée très très bas depuis qu'on sait calculer !


Cette immense majorité était peut-être aussi le fait d'incompétents...


Pas du tout, elle était dûe au fait que l'on ne maitrisait pas l'acoustique ! Et que M. Sabine, lui, a révolutionné cette discipline par le calcul et qu'il est devenu d'un coup beaucoup plus facile de prévoir l'acoustique finale d'une salle. Ensuite, on apprécie ou pas le résultat, mais il correspond à l'étude...
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 18 Juin 2008 18:45

Alors effectivement, mes illustrations ne sont pas pertinentes.
Pour la Bastille, j'avais cru à un plantage. Si c'est un strict respect du cahier des charges, bravo !

Pour le reste, je ne fuis pas les explications scientifiques, j'en suis même avide.

Pour moi, nombre d'aspects de la retranscritpion musicale non encore théorisés et maîtrisés n'en sont pas pour autant irrationnels. pour plusieurs ce n'est qu'une question de temps.
J'ai la chance d'avoir de temps à autre des échanges avec les fabricants, comme peut en avoir chacun lors des diverses possibilités de rencontre (salons,...), et plusieurs m'ont fait part de l'optimisation ultime de certains aspects à l'écoute, après évidemment verdict des mesures poussées (choix de composants,...).

Pour le préchauffage nécessaire de certaines électroniques transistors et numériques (convertisseurs,...), j'aimerais bien avoir des explications, mais en tout cas, c'est un point sur lequel certains fabricants insistent particulièrement auprès des revendeurs. Pareil pour le rodage pour d'autres appareils, et il s'agit là de composants et circuits électriques.

De mon coté, ces recommandations correspondent bien avec l'expérience d'utilisation de ces appareils, la nécessité soulignée de rodage et de préchauffage est pour moi évidente sur certains types d'appareils.
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 18 Juin 2008 21:04

mlemieux a écrit:Petite remarque : en général, les grands télescopes exigent une mise en température de quelques heures avant utilisation, car ceux-ci se trouvent en général sur de hautes montagnes. Mais c'est pour l'optique (et non l'électronique, autant que je sache).

C'est valable aussi pour les petits télescopes - y compris sans électronique - y compris au ras des pâquerettes sur une plage ; essentiellement pour des raisons de condensation sur les optiques, de turbulences de l'air dans le trajet optique, et de pièces mécaniques de précision sensibles à des variations de température :wink:
Just two cents d'un ex-astronome amateur
abricot
 
Messages: 695
Inscription: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse

Message » 18 Juin 2008 21:12

clonedvinyl a écrit:Cependant, difficile de se faire plaisir sans polluer la planète.
Même quand je pète, je troue la couche d'ozone. :D

Pas forcément, il y a deux catégories de gens: ceux qui hébergent (à vie) dans leur flore intestinale, à l'instar des vaches, des bactéries qui produisent du méthane qui troue la couche d'ozone, et ceux qui n'en hébergent pas !
Bientôt un bonus écologique pour les non-méthanogènes ?
(fin du HS fleuri d'un microbiologiste)
abricot
 
Messages: 695
Inscription: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse

Message » 18 Juin 2008 21:52

grand x a écrit:La question de départ est : est-il utile de laisser les amplis allumés?
-un élément factuel: les concepteurs de certaines électroniques le recommandent, pour des raisons citées par ailleurs. C'est aussi le cas d'utilisateurs "confirmés" (autres fabricants, utilisateurs professionnels ,...)


Sans tomber dans la paranoïa, un concepteur d'électronique hifi n'aura aucun problème à recommander de laisser allumée en permanence une électronique.
Enfin, à sa place ça ne me poserai pas de problème de ce côté là, au contraire : un ampli peut bien tomber en rade au bout de cinq ans au lieu de vingt, surtout si l'audiophile rachète un engin de la marque, ma foi... :wink:
J'ai lu récemment que les concepteurs automobiles prenaient de plus en plus en compte la fiabilité de leurs véhicules, l'avantage en terme de business n'étant pas forcément dans le sens d'un carosse qui tourne rond pendant 300,000 km...
La notion (bien vague) de musicalité a bon dos, dans ce cas au moins, hein !

grand x a écrit:-un élément subjectif, ou du moins moins scientifique: le rendu semble plus musical à certains expérimentateurs avec des électroniques laissées en veille.
Pour ce dernier point, il suffit de faire sa propre expérience, sur du long terme (veille systématique sur 2 semaines, et extinction systématique sur une même période), et la nécessité se fera jour ou non, pour le système et l'auditeur concerné. C'est le plus simple et le plus efficace.


Simple oui. Et le principal est d'écouter ses disques avec plaisir. Simple certes, mais efficace, vraiment ? Quand on voit comme il est difficile de comparer rigoureusement deux appareils à l'oreille (instrument de mesure hautement subjectif, il parait de plus que la mémoire auditive ne dure que qques secondes...) - faite donc un test d'écoute en aveugle, c'est chiant mais instructif, pas tellement sur les différences d'un appareil à l'autre, mais plutôt sur les notions de perception et de subjectivité. Comme tu le dis, la conclusion de ce genre d'expérience ne peut être que subjective.

grand x a écrit:Mais mon sentiment profond est que la théorie et le mesurable sont encore en deça de tout ce que la musique et la musicalité peuvent englober. Et par ailleurs, on ne mesure jamais qu'une infime partie des éléments physiques et électriques que met en jeu la musique, et bien souvent (trop souvent) sur des valeurs standard choisies arbitrairement. Il est relativement facile de concevoir des appareils parfaits aux mesures standards (rendement, distorsion, contre réaction, bande passante,...) et qui, ne tenant compte que de ces critères, resteront bien ennuyeux ou fatiguants à l'écoute.
Là où s'arrêtent le mesurable et la théorie, l'expérimentation et la sensibilité peuvent permettre d'aller plus loin, avec les bons outils.


C'est quoi le bon outil ? L'écoute seule ? On revient à nouveau à la subjectivité.
abricot
 
Messages: 695
Inscription: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse

Message » 18 Juin 2008 22:04

Je ne t'avais jamais lu, Abricot. Mais je pense que je vais prendre du plaisir à te suivre dorénavant.
Tes remarques sont pleines de bon sens et dénuées de toute agressivité. La classe quoi.

Bon j'arrête de te cirer les pompes, je voudrais pas me faire sucrer mon bonus écologique. :mdr:
dinosaure 77
 
Messages: 1675
Inscription: 23 Fév 2007 12:38
Localisation: 77
  • offline

Message » 18 Juin 2008 22:21

On pourrait aussi réfléchir à la "convergence" étonnante des argumentaires développés par une certaine presse, certains distributeurs et certains constructeurs !

Et je parle pas pour toi Xavier :wink: !

Comme j'ai mauvais esprit, je ne peux m'empêcher de penser (mais peut-être ai-je tort) que fabriquer un ampli de puissance HiFi stéréo (je ne parle pas du pré-ampli) est la chose la plus bête qui soit au monde pour qui possède les compétences en électronique analogique.

- Alors comment se différencier ? Comment créer de la valeur ajoutée à ce produit d'une grande banalité ? Comment bâtir un argumentaire motivant sur un produit aussi standard ? 8) :roll:

La facade taillée dans l'alu massif traité anti-mis ! Le rodage des ions négatifs, sinon l'audiophile risque de perdre ses cheveux à cause d'un haut-medium trop agressif. Le préchauffage, concept tellement apaisant après une journée de stress au boulot !

- Et une fois l'achat réalisé, sur un produit d'une grande fiabilité, d'une grande durée de vie et dont l'évolution technologique est quasi-nulle (produit mature depuis plusieurs années), comment faire en sorte que les magasins magasinent, que les journalistes journalisent, que les fabricants fabriquent ? Comment faire en sorte de satisfaire le besoin d'achat/plaisir de l'audiophile ? :roll: 8)

Les câbles en argent massif plaquée platine dont on pourra changer à l'envie ! Les pieds à amortisseurs, les pointes et contre-pointes, j'en passe et des meilleures.


Mébon ! C'est pas grave non plus :D
syber
 
Messages: 10322
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 18 Juin 2008 22:27

:roll: Mais le but est peut-être juste de SE faire plaisir, comme celui qui astique ses chromes pendant des heures...Et même si c'est idiot, ben c'est bon pour le moral :D
FREUD912
 
Messages: 2542
Inscription: 11 Sep 2006 19:40
Localisation: Rennes
  • offline

Message » 18 Juin 2008 22:41

Je pense que l'indication de laisser en veille, prononcée par des concepteurs, va dans le sens d'une plus longue durée de vie des appareils, en tout cas pas de gérer la programmation d'une obsolescence ou de provoquer des usures prématurées. Il reste des concepteurs passionnés, qui veillent à la durabilité de leurs appareils, ou en tout cas n'essayent pas de la diminuer.

Les bons outils lorsque la mesure est inopérante, c'est de parfois fonctionner indirectement, en mettant par exemple des signaux marquant plus des différences à la mesure puis à l'oreille, mettant en évidence de plus ou moins grandes toniques de coffrets. ou de passer certaines musiques ou enregistrements caractéristiques de certains aspects de retranscription, qui passent plus ou moins à l'oreille, mais que ne différencient pas les mesures.

Pour le gain de musicalité -ou non - avec des électroniques laissées en veille, les écoutes répétées font disparaitre une grande part de subjectivité, d'autant que parfois on est surpris par des configurations pas comme on les avait pensées, et qui viennent malgré tout conforter les conclusions précédentes -ou non.

Par ailleurs, c'est subjectivement que nous sélectionnons nos cables, nos appareils, les associations, mais on peut avoir un minimum de savoir faire et de savoir écouter pour permettre à des tendances nettes de se dégager.

Pour moi, les écoutes sur long terme sont parlantes, par la notion de confort d'écoute qui se dégage sur du long terme plus avec une configuration qu'avec une autre, quand le changement A/B en donne rien dans l'immédiat. Parfois, la différence entre 2 écoutes ne s'entend pas, mais cette différence se ressent: on est incapable de dire sur quel critère se fait la différence, mais elle est marquée. Et la musicalité supérieure peut se sentir par cette impression générale, diffuse, que tout va mieux.

Et même si la réponse n'était que subjective, ce serait celle qui est préférée, même à tort, qui serait à privilégier pour la mise en veille ou pas. C'est le plaisir, même basé sur de fausses impressions, à défaut d'éléments plus objectifs à portée, tant que l'on n'a pas à portée d'éléments plus objectifs, toujours préférables.

Avec de la sensibilité, et la recherche du plaisir, on arrive à palier, même avec erreur, aux limites du mesurable (cas du choix de tubes, de cables, de placement,...)
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 18 Juin 2008 23:09

grand x a écrit:Je pense que l'indication de laisser en veille, prononcée par des concepteurs, va dans le sens d'une plus longue durée de vie des appareils, en tout cas pas de gérer la programmation d'une obsolescence ou de provoquer des usures prématurées. Il reste des concepteurs passionnés, qui veillent à la durabilité de leurs appareils, ou en tout cas n'essayent pas de la diminuer.


Cela me rappelle l'anecdote du fabricant d'économes (pour éplucher les légumes quoi...) qui les proposait uniquement en marron pour que la ménagère puisse le confondre et l'oublier dans ses épluchures...stratégie gagnante sur le long terme ? :lol: Je ne suis pas convaincu que les constructeurs aient réellement à cœur la solidité de leur matériel sur le long terme et qu'ils ne se préservent pas un peu de place pour le marché du remplacement...

grand x a écrit:Les bons outils lorsque la mesure est inopérante, c'est de parfois fonctionner indirectement, en mettant par exemple des signaux marquant plus des différences à la mesure puis à l'oreille, mettant en évidence de plus ou moins grandes toniques de coffrets. ou de passer certaines musiques ou enregistrements caractéristiques de certains aspects de retranscription, qui passent plus ou moins à l'oreille, mais que ne différencient pas les mesures.

Pour le gain de musicalité -ou non - avec des électroniques laissées en veille, les écoutes répétées font disparaitre une grande part de subjectivité, d'autant que parfois on est surpris par des configurations pas comme on les avait pensées, et qui viennent malgré tout conforter les conclusions précédentes -ou non.

Par ailleurs, c'est subjectivement que nous sélectionnons nos cables, nos appareils, les associations, mais on peut avoir un minimum de savoir faire et de savoir écouter pour permettre à des tendances nettes de se dégager.

Pour moi, les écoutes sur long terme sont parlantes, par la notion de confort d'écoute qui se dégage sur du long terme plus avec une configuration qu'avec une autre, quand le changement A/B en donne rien dans l'immédiat. Parfois, la différence entre 2 écoutes ne s'entend pas, mais cette différence se ressent: on est incapable de dire sur quel critère se fait la différence, mais elle est marquée. Et la musicalité supérieure peut se sentir par cette impression générale, diffuse, que tout va mieux.

Et même si la réponse n'était que subjective, ce serait celle qui est préférée, même à tort, qui serait à privilégier pour la mise en veille ou pas. C'est le plaisir, même basé sur de fausses impressions, à défaut d'éléments plus objectifs à portée, tant que l'on n'a pas à portée d'éléments plus objectifs, toujours préférables.

Avec de la sensibilité, et la recherche du plaisir, on arrive à palier, même avec erreur, aux limites du mesurable (cas du choix de tubes, de cables, de placement,...)


Là franchement c'est la porte ouverte à tout...
Personnellement je crois aux mesures, à la perception de mes oreilles également. Par contre je crois déjà beaucoup moins à ma mémoire auditive, un peu plus au fait que ma perception puisse s'acclimater à un système particulier et en occulter consciemment ou inconsciemment les défauts intrinsèques...

Et en ce qui concerne les écoutes répétées, elles ne font à mon sens pas disparaitre une grande part de subjectivité puisque c'est toujours toi, le sujet qui écoute...Au contraire, ta seconde écoute est sans doute influencée par la perception que tu as retirée de ta première écoute, donc déjà moins objective que la première... :lol:
dinosaure 77
 
Messages: 1675
Inscription: 23 Fév 2007 12:38
Localisation: 77
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message