Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 44 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Le facteur d'amortissement

Message » 30 Nov 2005 20:30

Une fiche semblable était encore sur le site Internet de Cabasse, mais elle a malheureusement disparue il y a deux ou trois ans. Elle me paraissait pourtant très pratique (comme pas mal d'autres documents de Cabasse, d'ailleurs)
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10105
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Annonce

Message par Google » 30 Nov 2005 20:30

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 30 Nov 2005 20:40

TMS a écrit:PS3 : continuer sur la tecnique devient assez pointu, pas facile voire impossible sur un forum, et nécéssite un minimum de prérequis...


Oui, effectivement... Permettez moi donc de poster plutôt qu'un long discours... un gros schéma, histoire qu'il y ait au moins ceux qui connaissent leur loi d'Ohm qui arrivent à suivre :

Image

Les valeurs en Ohms sont plus ou moins nominales, et ne figurent que pour suivre le raisonnement. En réalité, ce sont des fonctions de la fréquence qui prennent des valeurs dans l'ensemble des "nombres complexes" (f:R->C)
Quand au circuit de l'enceinte, ce n'est qu'un exemple parmi d'autres circuits possibles.

Dans le facteur d'amortissement "classique", on coupe la figure selon les pointillés de gauche.
A gauche, l'ampli, 0.08 Ohms, à droite, la charge, dont on néglige les câbles, 8 Ohms. Facteur d'amortissement : 100
Ce que cela signifie : la résistance de l'ampli est petite, l'impédance de l'enceinte est grande, donc l'ampli "tient" l'enceinte.
A quoi ça sert : on sait que si on utilise une enceinte dont l'impédance est trop basse, l'ampli la "tiendra" moins bien.

Dans le facteur d'amortissement "corrigé", on coupe la figure au milieu. A gauche, l'ampli et les câbles, 0.18 Ohms. A droite, l'enceinte, 8 Ohms. Facteur d'amortissement : 44

Dans l'approche "motionnelle", on coupe la figure selon les pointillés de droite. A gauche, tous les circuits, 6.58 Ohms. A droite, l'équipage mobile des haut-parleurs, impédance comprise entre 1.6 et 4.8 Ohms (limites tolérées dans la loi d'additivité des impédances en courant alternatif). Facteur d'amortissement : entre 0.24 et 0.73.
Première remarque : est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi dans ce cas M. Augspurger divise 8 par 6.4 ? Il s'agit pour moi d'une erreur de calcul.
Seconde remarque : le facteur d'amortissement de l'ensemble est bien plus bas que celui de l'ampli seul.
Ce que cela signifie : l'ensemble des circuits délivrant le courant risque de ne pas "tenir" les haut-parleurs, contrairement à ce que laisse penser le facteur d'amortissement de l'ampli.
A quoi ça sert : je ne sais pas trop. Les enceintes difficiles pour lesquelles on privilégie les amplis à fort facteur d'amortissement ne correspondent pas à ce schéma ni à ces valeurs, qui sont ceux d'une enceinte "facile à tenir". Et de toutes façon, on ne connait pas l'expression complète de l'impédance motionnelle, qui va définir la "tenue" des HP.

L'avantage du facteur d'amortissement "corrigé" sur le facteur d'amortissement "motionnel", c'est qu'on connaît complètement l'impédance de l'enceinte, et celle des câbles, et on connait mieux celle de l'ampli que celle des équipages mobiles. On peut donc mieux évaluer son effet.
Les effets du "facteur d'amortissement motionnel" que l'on abandonne alors, nous sont donnés par les mesures effectuées sur l'enceinte elle-même : réponse en fréquence, et réponse impulsionnelle. Si effectivement les circuits de l'enceinte ne "tiennent pas" les haut-parleurs, comme nous le révèlerait le facteur d'amortissement motionnel, sa courbe de réponse nous le dira de toutes façon.
Pio2001
 
Messages: 5952
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 30 Nov 2005 20:48

Ayant digéré tout ça, je propose la conclusion suivante :

Le facteur d'amortissement de l'ampli est anéanti par les composants de l'enceinte. En clair, cela signifie que les faiblesses de l'ampli sont négligeables devant celles de l'enceinte !

C'est pas beau, ça :idee: ?
On a inventé la poudre :D !
Pio2001
 
Messages: 5952
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 30 Nov 2005 20:57

:lol: :lol: :lol: :lol:

En gros, ça veut p'tête dire qu'il est plsu facile de faire un excellent ampli qu'une excellente paire d'enceintes ?


Et que finalement, les revues professionnelles qui mesurent la puissance d'un ampli dans le grave en déphasant le signal de 6O ° (de mémoire) ne se trompent pas trop quand elles montrent que des amplis de 200 watts n'en sortent plus que quelques uns dans ce cas là quand d'autres ne bronchent pas.

C'est peut être pour ça que certains amplis puissants ne tiennent pas bien les HP de grave :idee: Et d'autres moins puissants nettement mieux : car ils ne sont pas limités, eux, par le déphasage apporté par certains enceintes dans le grave et qu'ils sont plus puissants que les premiers là où il le faut :idee:


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 30 Nov 2005 20:59

Le problème n'est-il pas surtout de savoir sous quelle impédance minimale la puissance annoncée peut être fournie ?
Choixpeau
 
Messages: 354
Inscription: 03 Oct 2005 12:54
  • offline

Message » 30 Nov 2005 21:07

Il ne semble pas qu'il n'y ait que ce facteur. Des amplis acceptant de fournir leur puissance maximale sous 4 ohms, par exemple, à 40 Hz, comme plus haut, ne délivrent plus que le quart de leur puissance maximale avec un déphasage dans le grave quand d'autres le peuvent. Cf. les BE d'Etienne Lémery dans Sono qui mettent à mal quelques amplis de ce point de vue. Si je n'ai pas jeté une vieille revue, je pourrais donner quelques exemples qui étaient instructifs.

Mais les revues hifi de toute façon ne se cassent pas le trognon en France : puissance sous 8 ohms et charge résistive pure. Pour le 4 ohms et le 2 ohms, on repassera. Comme pour la mesure de puissance sur charge plus complexe qu'une résistance.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 30 Nov 2005 21:12

Est-ce que ce n'est pas après tout les performances annoncées qui ne sont pas tenues ? Un ampli capable soit disant de travailler sous 2 ohm qui ne le peut en réalité pas ? Ou des enceintes annoncées pour 6 ohms qui descendent jusqu'à 2 ?
Choixpeau
 
Messages: 354
Inscription: 03 Oct 2005 12:54
  • offline

Message » 30 Nov 2005 21:17

Dans ce BE, il y avait des amplis qui acceptaient de fonctionner sous 2 ohms (sans se couper donc), sans pour autant délivrer une puissance à peu de chose près égale au double de 4 ohms qui lui est à peu de chose près égale au double de 8 et qui pourtant semblait bien, de mémoire, avoir une puissance avec déphasage dans le grave inférieure à leur puissance non déphasée sous 8 ohms.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 30 Nov 2005 21:31

haskil a écrit:En gros, ça veut p'tête dire qu'il est plsu facile de faire un excellent ampli qu'une excellente paire d'enceintes ?


Houlàlà, Hôlà, Hélàhô !

On n'a parlé QUE du facteur d'amortissement !

haskil a écrit:C'est peut être pour ça que certains amplis puissants ne tiennent pas bien les HP de grave :idee:


Ben pour ça, il faut connaître leur impédance de sortie complexe : amplitude et phase à toutes les fréquences.
On aura ainsi le "facteur d'amortissement complexe" 8)
A moins qu'elle ne soit due à des perturbations non linéaires, il devrait rendre compte de cette chute dans le grave avec déphasage.
Pio2001
 
Messages: 5952
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 30 Nov 2005 21:46

expertdoc a écrit:J'avoue que cela fait un moment que je suis largué et comme dirait mon fils "de chez largué" :o :o :o :wink:


Je suis d'accord avec toi, ça commence à aller un peu "loin"... je m'arrêterais donc là... après ça risque de devenir de la discution de "spécialistes" avec 99,9% des lecteurs largués :wink:

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4733
Inscription: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77

Message » 30 Nov 2005 21:54

haskil a écrit::lol: :lol: :lol: :lol:

En gros, ça veut p'tête dire qu'il est plsu facile de faire un excellent ampli qu'une excellente paire d'enceintes ?


Et que finalement, les revues professionnelles qui mesurent la puissance d'un ampli dans le grave en déphasant le signal de 6O ° (de mémoire) ne se trompent pas trop quand elles montrent que des amplis de 200 watts n'en sortent plus que quelques uns dans ce cas là quand d'autres ne bronchent pas.

C'est peut être pour ça que certains amplis puissants ne tiennent pas bien les HP de grave :idee: Et d'autres moins puissants nettement mieux : car ils ne sont pas limités, eux, par le déphasage apporté par certains enceintes dans le grave et qu'ils sont plus puissants que les premiers là où il le faut :idee:


Alain :wink:


Alain, je suis assez d'accord avec toi.

Une des raisons est qu'un ampli demande la "maîtrise" ou l'optimisation de moins de paramètres qu'une enceintes; N'oublions pas qu'un ampli travaille en dux dimensions (amplitude et temps), alors que l'aoustique et donc l'électroacoustique sept dimensions (position spatial, vectorisation, temps : 3 + 3 + 1)

je pense aussi que la plupart des amplis sont désignés en partant du principe qu'une enceintes (résistance pure) est un pur récepteur (donc calcul en deux cadrans) et que peu de constructeurs vont jusqu'à envisager un fonctionnement en quatre quadrants, en envisageant (ce qui est la réalité) qu'une enceinte réinjecte du signal qui n'est pas directement lié à ce qui entre dans l'ampli...

pour revenir au thread, le facteur d'amortissement tel qu'il est utilisé couramment (marketing) ne montre aucune fécette de cette problématique. même avec un déphasage de 60° dans la charge, on ne considère toutours qu'une charge purement passive :idee: (même si ce type de test donne déjà un éclairage intéressant sur l'ampli en question..)

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4733
Inscription: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77

Message » 30 Nov 2005 22:09

haskil a écrit:Il ne semble pas qu'il n'y ait que ce facteur. Des amplis acceptant de fournir leur puissance maximale sous 4 ohms, par exemple, à 40 Hz, comme plus haut, ne délivrent plus que le quart de leur puissance maximale avec un déphasage dans le grave quand d'autres le peuvent. Cf. les BE d'Etienne Lémery dans Sono qui mettent à mal quelques amplis de ce point de vue. Si je n'ai pas jeté une vieille revue, je pourrais donner quelques exemples qui étaient instructifs.

Mais les revues hifi de toute façon ne se cassent pas le trognon en France : puissance sous 8 ohms et charge résistive pure. Pour le 4 ohms et le 2 ohms, on repassera. Comme pour la mesure de puissance sur charge plus complexe qu'une résistance.

Alain :wink:


En Allemagne, Stereoplay mesure les amplificateurs sur des charges résistives de 8, 6, 4, 3 et 2 ohms, puis, pour chacune de ses charges, effectue une mesure avec un signal déphasé de 60°. Le signal de test est un ton de 60 Hz intermittent avec du silence.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10105
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 30 Nov 2005 22:09

Scytales a écrit:....
Jacques, si je comprends bien, le deuxième chiffre, le plus proche de ce que l'on entend, c'est, dans ton affirmation, celui qui est mesuré aux bornes de la bobine mobile d'un haut-parleur, c'est bien cela?

En quoi ce chiffre serait plus proche de ce que l'on entend que celui issu de la mesure aux bornes de l'enceinte? Par effet suggestif? Vu que la bobine du haut-parleur est physiquement plus près des oreilles sur le trajet du signal que ne l'est le bornier de l'enceinte?

C'est plutôt cette image de la proximité d'un chiffre avec l'écoute qui ne me parait pas pertinente, car elle ne repose que sur un effet d'association.


Pour rester simple (et accessible), l'impédance dite motionnelle est l'image, dans le modèle électrique, de l'impédance de rayonnement du HP (enceinte), donc ce qui génère le son...

Le véritable "récepteur" est représenté par cette impédance... et toutes les impédances en série entre elle et le générateur de tension idéal (à impédance nulle) font donc partie de l'impédance de "source" qui est en série avec le générateur "parfait"

Est-ce plus clair?

jacques

PS : ce qui veut dire en clair pour moi, c'est que le FA tels que donné par moultes fabricants d'ampli est plus du bullshit marketing qu'une réalité électroacoustique :-?

peut-être que la "vérité est ailleurs" comme le dit le sous-titre d'une série... :wink:
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4733
Inscription: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77

Message » 30 Nov 2005 22:23

haskil a écrit:M'enfin tant que Pio2001 ne l'est pas, on finira bien par une conclusion recevable, car le gars il sait calculer et connait visiblement son affaire. Raison pour laquelle, le point 3 des PS de Jacques ne m'agrée guère : Pio 2001 est compétent, il a des arguments et si ses contradicteurs gardent leur calme comme il garde le sien et qu'ils fournissent des arguments, aussi complexes soient-ils, on finira bien, par élimination successive par savoir ce qu'est réellement ce Facteur d'amortissement, comment il se mesure, quelle est son importance et à partir de quels chiffres il devient intéressant.

Faudra demander une p'tite synthèse à la fin : et là nous la comprendrons tous.

Alain :wink:


Alain

j'ai parlé de prérequis, pas de compétences (type mathématique ou physique)

pour aller au fond des choses, il va être nécessaire d'avoir une bonne connaissances des modèles de HP ( Thiel, Small, Keele, etc...).

Et quand je parle de connaissance, c'est pas purement "intellectuel", conceptuels ou spéculatif (ou de pouvoir jongler avec des équations ou des concepts), mais de "sentir" phyqsiquement comment ça peut marcher...

Et puis ensuite ça finit par "barber" parce que les gens se sentent largués... certains l'écrivent, mais combien sont silencieux... :(

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4733
Inscription: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77

Message » 30 Nov 2005 22:24

ce qu'on peut en dire de tout ca

c'est que PSS audio est au parfum

http://www.pssaudio.com/indexfr.php?rubrique=decibel

ok je sors... :lol: :lol: :lol: :lol:
Steph-Hifi
Administrateur Forum Haute-Fidélité
Administrateur Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 5298
Inscription: 10 Nov 2002 2:55
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message