Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: maxitonic, Mega93 et 38 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Qualité du son et les Watts rms

Message » 19 Mar 2008 20:24

expertdoc a écrit:
filip-63 a écrit:
hautcoeur a écrit:...
..... Ce qui compte surtout c'est le dimensionnement de l'alimentation. C'est l'alimentation qui doit fournir les watts et lorsqu'elle s'écroule la musique disparait.
.......


Le naimiste que je suis ne peut qu'approuver :wink:

8)


Vi Vi, c'est d'ailleurs pour ça que, chez naim, ils en rajoutent une en option :lol: :wink:


:mdr: :lol: :wink:
Nono
 
Messages: 23471
Inscription: 09 Avr 2004 19:56
Localisation: 2.8 en Beauce !
  • offline

Annonce

Message par Google » 19 Mar 2008 20:24

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Mar 2008 20:24

hautcoeur a écrit:Bonjour,

Premièrement : Ecouter ... Les différences s'entendent ...

Ensuite La meilleur façon est de regarder sa conception physiquement sur l'appareil et sur des photos.

Une bonne documentation, ou revue de presse, doit fournir des photos de l'intérieur et une description des composantes.
Ce n'est pas suffisant.

Le niveau de sortie de certains amplis Naim, pour reprendre l'exemple donné plus haut, s'effondrent sur charge inductive ou capacitive, c'est à dire lorsque le courant en sortie d'ampli est en avance de phase ou en retard de phase par rapport à la tension, selon la charge que l'on colle à la sortie de l'amplificateur.

Alors que sur une sage résistance de 8, 4, ou même 2 ohms, on ne verra pas l'amplificateur s'effondrer, au contraire, parce que la sage résistance ne déphase pas le courant par rapport à la tension, contrairement à ce que fait un condensateur ou une self. Manque de bol, une enceinte acoustique électrodynamique tout ce qu'il y a de plus classique ne se comporte qu'exceptionnellement comme une résistance, et beaucoup plus fréquemment comme une self ou un condensateur, sur la plage des fréquences audio.

On ne voit les amplis s'effondrer lorsqu'on leur colle une charge qui s'écarte d'une résistance que grâce à quelques revues qui mesurent les amplis avec une résistance plus un condensateur ou une self en sortie.

Et là, même des amplis dotés de gros transfos et de gros et nombreux condensateurs ne tiennent pas la charge, alors qu'ils tiennent le coup avec des résistances pures en sortie, allant jusqu'à sortir plus de puissance, voire en la doublant, chaque fois que la résistance de charge est diminuée par deux.

Pourquoi?

Parce que ce qui fournit la puissance, ce n'est pas l'alimentation mais... l'étage de sortie.

L'étage de sortie doit supporter non seulement de sortir la puissance consommée par la charge, mais aussi et surtout la puissance perdue en chaleur à travers lui, car les caractéristiques de conversion d'un étage de sortie en classe A, B, ou AB ne sont pas parfaite. Il y a des pertes.

Or, les charges inductives ou capacitives ont cela de pernicieux pour les amplificateurs qu'elle peuvent donner l'apparence de consommer moins de puissance efficace (en watt) mais, mais à cause du déphasage entre tension et courant qu'elles imposent, elles font augmenter la dissipation de chaleur dans l'étage de sortie.

Si cet étage n'est pas capable d'encaisser le choc et/ou si, pour limiter le "stress" sur l'étage de sortie, le concepteur de l'ampli a inclu une circuit qui limite le courant à travers l'étage de sortie pour le protéger, et bien le niveau en sortie d'amplificateur diminue sur charge réactive par rapport au niveau qu'il est possible de sortir sur charge purement résistive. Et sur certains appareils, le niveau s'effondre carrément, surtout lorsque la charge est très réactive.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10077
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 19 Mar 2008 23:21

Scytales a tout a fait raison lorsqu'il affirme que les enceintes sont des charges complexes.

J'ai essayé, mal m'en pris, de simplifier, la fin (et la faim) aidant mon heure de repas....

Il est évident que le succès d'un amplificateur est dépendant de la qualité de l'ensemble de ses
composants, du shéma, et de l'étage de sortie.

Quand au tests sur des charges résistives il n'apportent rien. Nous ne disons pas le contraire.
Ils sont insufisant.

Nous ne sommes cependant certainement pas les seuls à dire avec détermination l'importance
de l'alimentation, qui est plus que souvent laisser pour contre pour des raisons purement
budgétaires.
hautcoeur
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 350
Inscription: 13 Fév 2007 10:46
Localisation: Québec

Message » 19 Mar 2008 23:55

Je suis d'accord avec pas mal de choses dites précédemment, et j'en apprends d'autres. Notamment en ce qui concerne le rapport charges complexes/ampli/alim, et pour ce qui est du prix de l'alim. Ceci dit, par rapport au sujet de départ, là on arrive carrément dans le haut de gamme...

Il est possible de trouver ou de se faire un truc très correct, même sans utiliser du composant de luxe, car me concernant, ce que m'a appris le DIY est la chose suivante : un composant 10x meilleur est 100x plus cher... Tout est question de comproms, peu nombreux sont ceux qui peuvent se permettre de ne pas en faire ! Pour un prix donné moyen, il y a du choix marketingo-technique judicieux et du moins judicieux, et la subjectivité de chacun pourra en plus ajouter une variable de plus à l'équation...

Sur les thèmes abordés ici, je pense notamment au pont de diodes : Je pensais que celui-ci avait un rôle plutôt limité sur la musicalité de l'ensemble, or, selon toi, hautcoeur, il est plutôt capital, ce pont de diodes ! Je suis en ce moment sur une réalisation, j'avais choisi des diodes Schottky (MBR20100CT en l'occurence), que je n'ai pas montées, finalement, car je me suis aperçu que le courant inverse était bien plus important que sur une diode de redressement classique, et parce que, deuxièmement, j'ai lu que les diodes de redressement rapide bruitaient beaucoup plus l'alim, au final...

Qu'en est t il vraiment ? Et Qu'apporte, concrêtement, un pont à base de diodes rapides sur le résultat que sort l'alim ?
Get
 
Messages: 85
Inscription: 21 Jan 2007 8:59
  • offline

Message » 20 Mar 2008 0:13

expertdoc a écrit:...Vi Vi, c'est d'ailleurs pour ça que, chez naim, ils en rajoutent une en option :lol: :wink:


:lol: :roll: Je ne sais pas où tu as vu des alim. optionnelles sur les amplis Naim ? :wink:

8)
Naim Audio, Linn, Benz, EAR, Sonus Faber, Rudistor, Focal
filip-63
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1892
Inscription: 19 Avr 2005 20:04
Localisation: Auvergne

Message » 20 Mar 2008 14:00

Un pont de diode fabriqué dans un même matériel et selon une faible
tolérance offre l'avantage d'avoir peu d'écart de tolerance entre les diodes
Certes on peut aussi appairer des diodes individuelles...

il est aussi plus facile de refroidir un pont sachant que les performances
des diodes varient avec la température.

D'un autre coté il est plus facile d'établir un desing complexe avec des
diodes indépendantes. Par exemple un "Snubber network" avec une résistance en série
et un condo en parallel pour chaque diode afin de réduire le bruit de commutation.
Ce desing peut réduire le bruit des Schottky.

On peut aussi utiliser un tube de redressement...

Le pont seul ne fait pas l'alim, il faut trouver le pont ou les diodes qui vont
le mieux dans le schéma par rapport à l'ampli à alimenter.
hautcoeur
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 350
Inscription: 13 Fév 2007 10:46
Localisation: Québec

Message » 20 Mar 2008 14:18

En remplaçant un pont de diodes en ligne par un pont de diode carré de plus grande capacité ne chauffant pas et un régulateur LM 317 par 1080 CT plus costaud et ne chauffant pas du tout non plus vu ce qui lui est demandé, j'ai amélioré la restitution sonore d'un préampli à tubes !

Il était déjà excellent avec ses composants d'origines qui me gênaient uniquement parce qu'ils chauffaient trop à mon goût malgré les data sheet qui trouvaient cette température comme étant normale (75-80 ° pour le LM 317 sur son radiateur quand même pour une température ambiante de 22 °). Maintenant ils sont tièdes...

Et le son est meilleur, incontestablement.


Sinon évidemment + 1 avec Scytales et les précisions de Hautcoeur.


Si l'on pouvait faire passer l'idée que la qualité d'un amplificateur découle davantage de sa conception et de sa réalisation que de la seule oreille d'or de leurs concepteurs ou que du sens des vis du boitier extérieur ou du desserrage des vis qui tiennent les transistors sur le radiateur.... on ferait un grand pas : celui sépare l'ombre ésotérique de la lumière de la haute fidélité.


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message