Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 26 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Un Ampli avec grosse sortie courant

Message » 13 Mai 2012 11:59

Bonjour,

bien sûr qu'il y a un grosse différence entre résistance et impédance
la résistance se mesure en courant continu, elle est fixe, pour un HP, elle est légèrement inférieure à son impédance à 1 KHz
l'impédance se mesure avec de l'alternatif, c'est la résistance à telle ou telle fréquence
sur une résistance pure non inductive, l'impédance et la résistance seront identiques
l'impédance d'une enceinte est donné pour une mesure avec du 1000 Hz
avec d'autres fréquences de mesure, ça varie plus ou moins, parfois (souvent) beaucoup
moins il y a de variations, plus l'enceinte est réussie et plus elle s'associe à n'importe quel ampli
plus c'est tortueux, plus elle est loupée, mais le politiquement correct appelle ça "difficile à driver" ou "gourmande" !

Michel...
Dernière édition par MickeyCam le 13 Mai 2012 15:14, édité 2 fois.
MickeyCam
 
Messages: 3630
Inscription: 30 Oct 2008 23:17
Localisation: Antibes, Alpes Maritimes
  • offline

Annonce

Message par Google » 13 Mai 2012 11:59

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 13 Mai 2012 12:43

La variation d'impédance crée des variations de courbe de réponse non négligeables si l'ampli a une impédance de sortie plutot élevée, ce qui est le cas des amplis a tubes (sauf le cas particulier de AR qui en général limite celle ci aux alentours de 0,5ohms).Par contre si l'ampli (+ les cable)s ont une impédance globale très faible,il va de soi que les variations d'impédance du hp ne produiront pas e variations dans la réponse.
La variation d'impédance ne me parait pas génante pour les valeurs élevées,c'est juste pour le MINIMUM de la courbe que l'appel en courant sera maximum.
Il parait donc utilie de verifier juste la valeur de ce minimum et facile de calculer en fonction de la puissance necessaire (compte tenu du rendement en dB/w/m) quel courant sera absorbé au maximum.
maxitonic
 
Messages: 1802
Inscription: 26 Jan 2010 9:58
Localisation: Marseille
  • offline

Message » 14 Mai 2012 14:40

Le test du Cube mentionné par Scytale est indicatif de la marge de fonctionnement des amplis. En testant un ampli avec une large gamme d'impédance complexe (résistance+ capa ou inductance), cela donne une bonne indication du dimensionnement de l'étage de sortie.

Le problème des charges complexes, c'est que cela induit dans les transistors de sortie une dissipation plus importante. Cela n'entraine aucun problème particulier tant que cela n'est pas sur une trop longue durée entrainant un échauffement du radiateur et donc des transistors avec une fiabilité réduite à long terme, et tant que les circuits de protections ne rentrent pas oeuvre (cela est en général assez audible, distorsion d'intermodulation très fatiguante).

En dehors de cela, un ampli HK est comme la plupart des amplis grand public, à savoir qu'il n'a qu'un transistor NPN et un transitor PNP pour l'étage de sortie. Donc la dissipation des transistors ne dépassera jamais une certaine limite. Le choix de HK de faire fonctionner l'ampli à plus faible tension limite la puissance max de sortie, mais avec comme conséquence d'autoriser un plus grand courant avant une dissipation intolérable.

Les tests avec une impulsion sur une faible charge permettent de caratériser les étages de sortie mais ne donne pas grande indication sur l'alimentation (hormis les capas...) car le cycle est souvent trop court par rapport à la période secteur (50Hz)

Sinon, je ne sais pas comment la plupart des audiophiles arrivent à caractériser à l'écoute la possibilité d'un ampli à driver une enceinte... Moi, hormis connecter un scope en sortie, ou à écouter une distorsion fatiguante, je ne décèle pas grand chose...
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3249
Inscription: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 14 Mai 2012 17:05

Nexus.6 a écrit:Le test du Cube mentionné par Scytale est indicatif de la marge de fonctionnement des amplis. En testant un ampli avec une large gamme d'impédance complexe (résistance+ capa ou inductance), cela donne une bonne indication du dimensionnement de l'étage de sortie.

Le problème des charges complexes, c'est que cela induit dans les transistors de sortie une dissipation plus importante. Cela n'entraine aucun problème particulier tant que cela n'est pas sur une trop longue durée entrainant un échauffement du radiateur et donc des transistors avec une fiabilité réduite à long terme, et tant que les circuits de protections ne rentrent pas oeuvre (cela est en général assez audible, distorsion d'intermodulation très fatiguante).

En dehors de cela, un ampli HK est comme la plupart des amplis grand public, à savoir qu'il n'a qu'un transistor NPN et un transitor PNP pour l'étage de sortie. Donc la dissipation des transistors ne dépassera jamais une certaine limite. Le choix de HK de faire fonctionner l'ampli à plus faible tension limite la puissance max de sortie, mais avec comme conséquence d'autoriser un plus grand courant avant une dissipation intolérable.

Les tests avec une impulsion sur une faible charge permettent de caratériser les étages de sortie mais ne donne pas grande indication sur l'alimentation (hormis les capas...) car le cycle est souvent trop court par rapport à la période secteur (50Hz)

Sinon, je ne sais pas comment la plupart des audiophiles arrivent à caractériser à l'écoute la possibilité d'un ampli à driver une enceinte... Moi, hormis connecter un scope en sortie, ou à écouter une distorsion fatiguante, je ne décèle pas grand chose...

au doigt mouillé pour déterminer la vitesse l'air pulsé par le HP multiplié par l'aire la membrane divisée par le carré de la section de cuivre de sa bobine .
j_yves
 
Messages: 4199
Inscription: 18 Oct 2002 14:21
  • online

Message » 14 Mai 2012 17:38

:mdr:

En tout ca, faut pas regarder la grosseur du HP. Souvent accopagné d'un meilleur rendement sur une gamme de fréquence basse, il demande moins de puissnce... Les premières enceintes de l'époque héroique du cinéma étaient énormes et étaient alimentée par des amplis à lampes de quelques watt pour sonoriser de grandes salles...
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3249
Inscription: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 14 Mai 2012 18:32

Nexus.6 a écrit::mdr:

En tout ca, faut pas regarder la grosseur du HP. Souvent accopagné d'un meilleur rendement sur une gamme de fréquence basse, il demande moins de puissnce... Les premières enceintes de l'époque héroique du cinéma étaient énormes et étaient alimentée par des amplis à lampes de quelques watt pour sonoriser de grandes salles...

Absolument .... et pourtant on ne compte plus le nombre de fois où on lit le contraire... hélas
j_yves
 
Messages: 4199
Inscription: 18 Oct 2002 14:21
  • online

Message » 14 Mai 2012 23:08

Bonjour,

je ne relève même plus, quand on contredit une légende fausse mille fois répétée, on se prend une volée de bois vert...

Michel...
MickeyCam
 
Messages: 3630
Inscription: 30 Oct 2008 23:17
Localisation: Antibes, Alpes Maritimes
  • offline

Message » 14 Mai 2012 23:21

Nexus.6 a écrit::mdr:

En tout ca, faut pas regarder la grosseur du HP. Souvent accopagné d'un meilleur rendement sur une gamme de fréquence basse, il demande moins de puissnce... Les premières enceintes de l'époque héroique du cinéma étaient énormes et étaient alimentée par des amplis à lampes de quelques watt pour sonoriser de grandes salles...


oui surtout que pour certains ont tendance a subjectivement mieux sonner avec des amplis a faible taux de contre réaction(donnant plus de corp, de fausse matière, via une membrane moins bien tenue qui fait "sa vie") alors qu'un ampli a basse impédance les tiendra bien mieux et aura comme effet subjectif un fort "dégraissage" du grave, l'audiophile pourrait alors dire "mon mono-triode a plus de capacités a driver mes enceintes que le gros totor de mon voisin.

du coup le terme technique d'origine est galvaudé et audiophile (pour certains) et ingénieur ne parlent pas la même langue vu qu'ils disent l'inverse !
Un changement de laine de verre s'entend bien plus qu'un changement de câble !
Sujet: Projet de traitement acoustique de mon installation
Steph-Hifi
Administrateur Forum Haute-Fidélité
Administrateur Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 5195
Inscription: 10 Nov 2002 2:55
  • online

Message » 14 Mai 2012 23:40

Nexus.6 a écrit:Le test du Cube mentionné par Scytale est indicatif de la marge de fonctionnement des amplis. En testant un ampli avec une large gamme d'impédance complexe (résistance+ capa ou inductance), cela donne une bonne indication du dimensionnement de l'étage de sortie.

Le problème des charges complexes, c'est que cela induit dans les transistors de sortie une dissipation plus importante. Cela n'entraine aucun problème particulier tant que cela n'est pas sur une trop longue durée entrainant un échauffement du radiateur et donc des transistors avec une fiabilité réduite à long terme, et tant que les circuits de protections ne rentrent pas oeuvre (cela est en général assez audible, distorsion d'intermodulation très fatiguante).

En dehors de cela, un ampli HK est comme la plupart des amplis grand public, à savoir qu'il n'a qu'un transistor NPN et un transitor PNP pour l'étage de sortie. Donc la dissipation des transistors ne dépassera jamais une certaine limite. Le choix de HK de faire fonctionner l'ampli à plus faible tension limite la puissance max de sortie, mais avec comme conséquence d'autoriser un plus grand courant avant une dissipation intolérable.

Les tests avec une impulsion sur une faible charge permettent de caratériser les étages de sortie mais ne donne pas grande indication sur l'alimentation (hormis les capas...) car le cycle est souvent trop court par rapport à la période secteur (50Hz)

Sinon, je ne sais pas comment la plupart des audiophiles arrivent à caractériser à l'écoute la possibilité d'un ampli à driver une enceinte... Moi, hormis connecter un scope en sortie, ou à écouter une distorsion fatiguante, je ne décèle pas grand chose...


Je suis bien d'accord avec toi. :wink:
Sinon, pour ce que j'ai quoté en gras, tu dois être comme tout le monde, si la distorsion se fait entendre alors tu en conclus qu'il y a un manque.
Mais pour un écrêtage modéré, elle est plutôt cachée, et c'est sur la durée que l'on finit par s'en rendre compte, ou mieux, on peut faire des essais comparatifs avec des amplis mieux dimensionnés pour valider ou non cette sensation.
pheno
 
Messages: 13225
Inscription: 30 Déc 2009 0:49
Localisation: 76
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message