Modérateurs: Staff Rencontres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

Salon des Audiophiles du 06

Message » 28 Mar 2012 12:19

***************************************************************************
* Abonnez vous à votre groupe régional : "Résidents de ..........." *
***************************************************************************
Avatar de l’utilisateur
Syntaxeror
Administrateur Forum Général
Administrateur Forum Général
 
Messages: 9776
Inscription: 13 Juin 2003 22:03
Localisation: Nice

Annonce

Message par Google » 28 Mar 2012 12:19

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 05 Avr 2012 9:52

Premières journées les vendredi 13 de 14h à 21h et le samedi 14 avril de 10h à 18h autour de configurations franco-françaises :

Atoll Electronique viendra avec la série 400 au complet (CD400, IN400, PR400, AM400) et le DAC200. Laurent Mansion représentera la marque sur place.
Jean-Marie Reynaud sera présent avec son produit étendard, la Concorde Suprême et la nouveauté 2012, l'Abscisse ! Jean-Claude Reynaud sera votre interlocuteur pendant ces 2 journées.

Image

- Sébastien
denisebastien
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 711
Inscription: 16 Juin 2003 10:20
Localisation: Antibes

Message » 05 Avr 2012 14:47

Je vais essayer de passer.

Olivier
Avatar de l’utilisateur
chimoult
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1105
Inscription: 25 Sep 2000 2:00
Localisation: Nice
  • offline

Message » 05 Avr 2012 17:51

Viens je ne serai pas loin :mdr:
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 05 Avr 2012 17:54

jacko a écrit:Viens je ne serai pas loin :mdr:


çà tombe bien, il faut que tu passes à la maison :mdr:
Avatar de l’utilisateur
chimoult
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1105
Inscription: 25 Sep 2000 2:00
Localisation: Nice
  • offline

Message » 05 Avr 2012 19:44

Yes sir !
Mais en ce moment c'est chaud !

J'espère avoir encore un peu de temps libre après Pacques ... avant la haute saison !
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 23 Avr 2012 19:02

Voici donc mon petit compte rendu de ces deux journées.

Comme je suis à 5 minutes en voiture je n’avais pas d’excuses pour ne pas y aller.
Une occasion unique d’écouter le meilleur de l’électronique Atoll, le meilleur du catalogue JMR avec une quasi avant première des « Abscisse », enceinte vraiment surprenante.
Pour moi deux opportunités à ne pas louper et comme Jean Claude Reynaud était là en personne je m’en serai voulu de louper une telle opportunité.
Laurent d’Atoll était là pour présenter la série 400 d’Atoll et nous en dire plus sur ses produits.

Jean Claude Reynaud à gauche et Laurent à droite
Image

Vendredi arrivée tardive … malheureusement pas le temps de m’éterniser, mais déjà les écoutes me plaisent. Quelques photos prises rapidement, demain sera un jour plus propice.
Samedi le grand jour !
10h du matin tranquillou, on se salut, je baffre quelques viennoiseries et on peut passer aux choses sérieuses.

Deux systèmes étaient présents et optimisés selon les contraintes de la pièce.

Le premier constitué d’un lecteur CD400, un préampli PR400 et un bloc AM400. On pouvait aussi utiliser un DAC200 sur lequel Jean Claude Reynaud avait branché un boîtier de conversion pour attaquer le DAC en AES à partir de son Macbook et profiter de sa bibliothèque de musique sans perdre en information sur les flux numérique. Cette fantastique électronique nourrissait bien entendu les imposantes et magnifique « Concorde Suprême ».

Image

Image

Image


Le deuxième système plus modeste, si on peut le définir en ces termes, un CD400, l’intégré IN400 et les toutes nouvelles et étonnantes « Abscisse ».

Image


On peut dire que nous avons été gâté !

Côté Atoll :

La série 400 m’intrigue depuis son annonce.
En effet Atoll se lance pour la première fois dans le très haut de gamme avec des produits à plus de 4000€. C’est un saut énorme par rapport à la série 200 et au PR300. Après écoute et inspection de ces électroniques on comprend immédiatement que le prix est très largement justifié. D’aspect extérieur et finition on note un construction irréprochable. L’usinage des radiateurs donne cette forme unique à ces appareils. Les façades suivent parfaitement la continuité des courbes. Les appareils se superposent et dessinent un ensemble totalement cohérent et complémentaire. D’un point de vu esthétique tout simplement somptueux ! In vivo bien plus beau qu’en photo.
La prise en main est simple, des commandes sobres et simplifiées en façades sans perte d’ergonomie et facilité d’utilisation.
Niveau technique Atoll a utilisé des composants sélectionnés pour leur qualité mais aussi leur compatibilité entre eux afin d’assurer la meilleure musicalité possible en plus de mesures laboratoires exemplaires. La série 400 est aussi entièrement symétrique de conception ce qui à ces avantages.
Le CD400 est un lecteur de type « top loading ». La mécanique CD Pro se trouve sous une trappe à ouverture manuelle et utilise un palais presseur aimanté afin d’assurer la meilleure stabilité possible du disque. Il dispose d’entrées numériques pour être utilisé comme DAC indépendant. On y trouve deux PCM1794 pour assurer le mode conversion différentiel et des étages de sortie à composants discret à l’instar des lecteurs très haut de gamme. Ce choix permet de contrôler parfaitement les performances des sorties analogiques sans risque d’être pénalisé par une qualité relative d’AOP.
Le PR400 ressemble à s’y méprendre au IN400 mais dispose d’une double sortie XLR.
Le AM400 est un bloc assez discret compte tenu de ça puissance. Sur le papier il affiche les mêmes performances que la section amplification du IN400 mais il utilise toute la réserve d’énergie et propose un mode bridge pour le passer en mode mono.
Le IN400 est la version intégrée qui précédait la version PR + AM. On y trouve une amplification double mono et 8 transistors Mos-fet par canal.
http://www.atoll-electronique.com/gamme-400.php
Le DAC200 utilise une connectique très complète, avec section de sortie symétrique et asymétrique. Dac PCM1792 et étage de sortie à composant discret.
http://www.atoll-electronique.com/convertisseur-dac.php

Gros plan sur le CD400
Image

CD400 et PR400
Image

DAC200 et AM400
Image

CD400 et IN400
Image

Côté JMR :

Le cœur d’une écoute : les enceintes.
Pour cette occasion Jean Claude Reynaud et Easylounge n’ont pas fait les choses à moitié.
On a d’un côté le fleuron de la gamme actuelle la « Concorde Suprême » de l’autre la dernière nés « Abscisse ». Toute deux bénéficient d’une finition irréprochable, on peut même féliciter le constructeur qui offre une qualité largement supérieure à un grand nombre d’autres marques vendant pourtant plus cher.
JMR c’est une histoire de famille et de tradition, c’est une évidence lorsqu’on rentre en contacte avec ces merveilles. Bien qu’un inconditionnel de B&W je me suis toujours demandé comment sonnaient ces enceintes made in France aux finitions parfois atypique. Finalement il n’y a pas si longtemps j’ai enfin écouté chez un ami et là une évidence, JMR ça sonne merveilleusement bien, ça sonne comme j’arrive à aimer et je suis difficile pour ne pas dire obtus des oreilles.
Le son n’est pas tout, il y a aussi la finition et l’aspect esthétique et lorsque l’ensemble de ces paramètres sont au service de la musicalité alors on tant vers une subtile perfection qui garde toute la personnalité du concepteur et de son héritage.
Oui pas moins que ça !
Un tour d’horizon de presque toutes les enceintes JMR expliqué et commenté par Jean Claude Reynaud permet de mieux comprendre. Les enceintes JMR ont évolué en innovant, en s’améliorant tout en suivant une véritable passion. Le mot d’ordre est ce concevoir une enceintes qui commencera par plaire à son concepteur, elle doit fournir une émotion et des émotions à l’écoute nous en avons eu.

Commençons par les « Concorde Suprême » sur l’ensemble CD400, PR400 et AM400 avec parfois des alternances sur le DAC200 pour tester le système sur de la musique dématérialisé. Elles s’imposent par un design issu de l’expérience de la marque. Le haut parleur d’aigu est constitué qu’un double ruban le tout isolé du reste de la caisse dans sa « chambre » en forme d’obus inversé. Le médium est légèrement en retrait vers l’arrière par rapport à la section basse. A l’écoute le constat est immédiat, ces enceintes sonnent vraiment très bien. L’image sonore délivrée est parfaite et peut se modulé en inclinant le tweeter pour s’adapter parfaitement à la position d’écoute. On note un équilibre exemplaire des timbres et une restitution très réaliste des instruments et des voix. Une légère chaleur dans la restitution des basses et des hauts médiums pour accentuer la musicalité des morceaux. Les flatter sans les dénaturer, ce qui est très rare. Attention à ce qu’on utilise en amont car il me semble qu’une électronique rigoureuse et performante s’impose sous peine de catastrophe musicale. Heureusement la série Atoll 400 est à niveau et l’équipe d’Easylounge sait ce qu’elle fait. Cette caractéristique n’est pas un défaut, c’est la marque des grandes enceintes, elles donnent le meilleur du meilleur mais sont intraitable avec un signal de mauvaise qualité.
De grandes écoutes se sont donc enchaînées !

Image
Image
Image
Image
Image
Image

Les « Abscisse » d’aspect plus discrète et avec une sonorité différente.
On retrouve le même type de tweeter et des hauts parleurs médium et de basse plus petit.
Cette enceinte est peut être petite par sa taille mais avec son potentiel est énorme. Les premières écoutes sur l’ensemble CD400 et IN400 montre que l’abscisse » a tout d’une grande : équilibre, impacte, vivacité et aucune agressivité. Finalement les « Abscisse » ont alterné sur l’ensemble PR400 et AM400 pour en tirer le maximum de performance possible. Ces enceintes sont tout simplement fabuleuses ! Moins enveloppantes que les « Concorde Suprême », moins chaleureuses mais subjectivement plus juste (Jean Claude me corrigera). En tout cas le choix de petits hauts parleurs fait ici ses preuves. On obtient des basses, des vraies qui s’entendent et qui ne traînent pas, une précision dans les impactes rarement atteint sur des produits dans cette gamme de prix. D’ailleurs les B&W 804Di bien plus cher ne sonnait pas aussi bien dans mes souvenirs.
Jean Claude Reynaud signe une très belle réussite technique et musical avec une esthétique visuelle exemplaire, en tout cas je trouve les « Abscisse » superbe et musicalement exceptionnelle.

Image
Image

Jean Claude Reynaud et son bébé
Image

Les morceaux se sont enchaînés sur les deux systèmes. Beaucoup de genre différent sont passé au fil des visiteurs, quelque soit le niveau d’écoute la restitution était excellente !
Un samedi pluvieux mais musicalement lumineux !

Jean Claude Reynaud
Image

Laurent d'Atoll
Image

Les écoutes
Image
Image
Image
Image
Image

! Cliquer sur les images pour les agrandir !
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 23 Avr 2012 19:03

Deuxième rencontre Easylounge en full NAIM.

Image

Le distributeur l’Audiodistribution est venu avec un grand nombre de produits pour monter deux gros systèmes capables de faire de la musique par réseau et plus traditionnellement par CD.
Une occasion rêvé de tester les rarement visibles enceintes de la marque, les Ovator !

Système 1 sur les S-400
Image

Le premier système mettait en œuvre les Ovator S-400, des enceintes déjà d’un assez gros gabarit. 106cm pour 31kg c’est déjà pas mal. Finition bois irréprochable, haut parleur haut médium spécial NAIM BMR. Une sorte de coaxial isolé dans une structure cylindrique.
Sensibilité de 88db seulement avec une impédance pouvant tomber à 3.2 Ohms. A ne pas utiliser avec un amplis pépère ou manquant de capacité en courant.
L’électronique très complète accompagnait les belles anglaises.
Le lecteur de CD CD5 XS et son alimentation FLATCAP XS, classique mais efficace.
Le NDX un lecteur réseau pilotable sur iPad (entre autre).
Le NAC 152 XS en guise de préampli.
Le NAP 155 XS en bloc d’ampli stéréo.
Le Super UNITI, un système tout en un complet comprenant un lecteur de réseau avec une interface complète, pouvant servir de DAC, de préampli ou d’intégré. Une sorte de NDX + NAC + NAP, il servira d’alternative pour tester les S-400.
Du beau monde au portillon.
En écoute il faut reconnaître que le système marche bien. Que NAIM n’est pas appuyé davantage son savoir faire comme constructeur d’enceinte est un grand tord. Les S-400 ne sont pas forcément simple à faire bouger, mais ici elles sonnaient vraiment très bien délivrant un son détaillé, percutant et un poil chaleureux. Une écoute dynamique et très musicale.
La combinaison avec le Super Uniti très convaincante. L’appareil est capable de décoder du numérique c’est évident et sait faire bouger des enceintes exigeantes comme les S-400.

Les S-400
Image

CD 5XS, FLATCAP XS, Super Uniti
Image

La suite NAC 152 XS et NAP 155 XS
Image

Système 2 sur les S-600
Image

Le second système passe à un autre niveau. Les S-600 d’un autre gabarit étaient les reines à bichonner. Là on touche à plus ardu à faire marcher. Les belles double presque le volume de la caisse, double poids et passe à des haut parleurs beaucoup plus gros. Le BMR est plus élaboré et ajoute une suspension à l’opposé du HP à l’arrière de l’enceinte. On retrouve l’isolation du reste de la caisse par un cylindre. Look très semblable et finition toujours irréprochable.
Vu les mensurations il fallait une électronique plus généreuse, lAudiodistribution est heureusement venu avec plus gros en respectant les recommandations NAIM.
La source unique un HDX, serveur musical réseau et disque dure.
Une très belle bête pilotée pour l’occasion par un iPad. Un petit écran LCD couleur affiche la jaquette du titre en lecture, c’est très sympa.
Un NAIM DAC, un DAC comme son nom l’indique, très élaboré avec traitement de réduction du jitter et processing numérique propriétaire NAIM.
Un NAC 202 comme préampli.
Un NAP 200 comme bloc d’ampli stéréo.
Un système imposant donc, mais que donnait il ?
On note les doutes liés à une basse impédance et une sensibilité sous les 90db, il faut du jus et du volume. A tous coup il faut une amplification un peu plus charpentée, mais à au niveau les S-600 s’expriment tout de même très bien avec le NAP 200.
Une écoute encore plus chaleureuse avec des basses très présente et enveloppante.
Une belle écoute donc après quelques efforts d’optimisation.

Les S-600
Image

Le BMR des S-600 en vue arrière
Image

L'électronique du système 2
Image

Le serveur HDX
Image

Le DAC
Image

Le NAC 202 et le NAP 200
Image


Dans les deux cas ce que nous avons fait !
Sébastien d’Easylounge confirmera, bien positionner les Ovator et leur donner un bon câble d’enceinte est impératif tout comme la qualité de la source et de l’amplification.

Deux belles écoutes caractérisées par une sonorité musicale, chaleureuse … à l’anglaise made in NAIM quoi.

Image

Je repars ravis d’avoir assouvi ma curiosité après une écoute d’enceintes rare en magasin.
Très envi d’allumer mon matos pour le comparer à chaud et pas trop d’aller voter … mais j’y suis allé malgré tout … faut bien !
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 23 Avr 2012 19:25

Beau reportage, comme d'hab :oldy:

Normalement, je devrais être là pour la journée linn :D
Avatar de l’utilisateur
chimoult
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1105
Inscription: 25 Sep 2000 2:00
Localisation: Nice
  • offline

Message » 23 Avr 2012 23:33

J'ai un client cette semaine je ne pourrai pas être très présent !

Du coup je compte sur les visiteurs pour faire leur petit CR.

J'espère surtout venir pour la démo B&W 800 et Accuphase !
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 01 Mai 2012 10:23

Troisième évènement anniversaire Easylounge avec du full LINN.

Image

De nouveau une belle rencontre centrée sur un constructeur unique, LINN.
Je pense qu’il n’est plus nécessaire de présenter ce constructeur mondialement connu qui s’est illustré au file des années grâce à sa gamme d’électroniques mais aussi d’enceintes.

De nos jours LINN se concentre exclusivement sur la music haute résolution dématérialisée.
Le label musique propose en ligne un très grand choix de morceaux et album sous différents codec et échantillonnage. Les drives ont disparu du catalogue pour laisser place à des streamers DAC qui assurent une convergence technologique et ergonomique vers une hifi nouvelle génération sans pour autant négliger la qualité et la restitution de la musique.

Image

Cette nouvelle démo s’orientait totalement autour de cet axiome.
Pour en assurer le bon déroulement LINN nous a gâté avec un système constitué des éléments suivants :

LINN Akurate DSM. Il s’agit d’un streamer DAC et préampli doté d’un grand nombre d’entrées. Nous y trouvons les traditionnelles SPDIF et Toslink mais aussi des entrées HDMI qui servent entre autre à la compatibilité des sources SACD. Une entrée asymétrique, symétrique et phono (configurable) pour les sources analogique complètent l’arsenal. Les sorties analogique peuvent être symétrique ou asymétrique.
La gestion réseau se fait simplement par UPnP via une prise RJ45 classique.
Le Akurate DSM est compatible FLAC, WAV, ALAC, MP3, WMA, AIFF, AAC et OGG ce qui offre un large éventail de possibilités.
Une interface nommée Kinsky compatible PC, Mac et Linux simple, intuitive et gratuite permet le pilotage du Akurate DSM et la sélection des morceaux stockés sur un NAS (par exemple) se trouvant sur le réseau.

Image

Kinsky sur iPad
Image

LINN Akurate 4200. Un bloc d’ampli délivrant 4 canaux à 200w sous 4 ohms. Le système est pensé pour assurer de la multi amplification passive ou bien active via des cartes optionnelles spécifiquement dédiées aux enceintes LINN. Le Akurate 4200 utilise un système d’amplification propriétaire LINN nommé CHAKRA. Il s’agit d’un procédé innovant permettant d’optimiser les performances d’amplification tout en réduisant les consommations de courant et en limitant les pertes de signal.
Le système CHAKRA tourne autour de deux principes utilisés de manière complémentaire.
Un transistor monolithique propriétaire est au cœur du système et assure l’amplification des premiers watts. Ceci permet de conserver la rapidité et la linéarité d’exécution. Afin d’assurer les hausses de puissance le transistor principal est secondé par une batterie de gros transistors bipolaire qui lui servent de boost.
Ce design novateur ne nécessite pas de très grosses alimentation comme le ferait un ampli classe A ou A/B, une simple alimentation à découpage suffit. LINN développe sa technologie propriétaire et équipe ses amplis par de vraies alimentations à découpage audiophile de très haute qualité.
On a donc un ampli très performant et puissant, le plus compacte possible avec une consommation électrique très réduite et donc des rendements consommation puissance très performants.

Image

Image

LINN Majik LP12. La platine vinyle clés en main de LINN. Superbe platine entièrement monté sur suspension, bras Pro-Ject 9cc finition carbone et cellule LINN. La grande sœur Sondek LP12 est presque nue et se monte à la carte avec un grand choix d’options, bras, cellule, sortie phono etc.

Image

Réglage de la Majik LP12
Image

LINN Akurate 242. Les enceintes LINN parfaitement adaptées aux amplifications de la marque permettant la fameuse multi amplification active.
Il s’agit d’enceintes 5 voies ce qui est très ambitieux d’un point de vu filtre.
LINN propose plusieurs combinaisons d’utilisation. Il est possible d’utiliser l’enceinte de manière classique en filtrage passif (filtre de l’enceinte), filtrage actif (en amont par l’ampli en mode multi amplification) et mixte passif actif. Dans ce dernier mode on peut jongler avec les possibilités de l’entrée de l’enceinte après acquisition des bonnes cartes à insérer dans l’Akurate 4200.
Durant la démo nous avons utilisé un mode mixte, nous n’avions qu’un seul Akurate 4200. Il est possible d’utiliser plusieurs amplis et avoir autant de canaux que de voies sur l’enceinte et faire du full actif.

Image

Image

Image

Image

Double évent à l'arrière
Image

Gros plan : médium, tweeter et super tweeter
Image

Gros plan sur l’impressionnant jeu de bornier permettant la multi amplification active
Image

Sur le terrain le système marche merveilleusement bien.
Il faut un peu de travail pour trouver la bonne configuration, la gestion du filtre de l’enceinte n’est pas forcément simple et nécessite des essais. Une fois bien configuré, place à la musique.
Les Akurate 242 se dévoilent comme des enceintes assez neutre et surtout exacte dans les timbres. Généreuses et un poil chaleureuse dans le bas médium, elles savent agréablement remplir une pièce à haut volume. A bas volume le système reste cohérent et toujours assez véloce dans les impactes. Le choix d’un Akurate 4200 n’est pas un hasard.
Le Akurate DSM se révèle être un excellent streamer, DAC et préampli. L’application de contrôle permet facilement de browser les morceaux et ouvre tout le système à l’utilisateur sans restriction de zone.

Image

Image

Une nouvelle très bonne écoute qui m’a donné l'envie d’écouter de la musique en rentrant chez moi … c’est bon signe !
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 01 Mai 2012 11:09

Beau compte rendu comme d'habitude :wink:

Par contre, je vais être un peut plus critique que toi sur cette écoute. J'ai eu le plaisir de profiter du système le samedi matin tout seul :mdr:

Autant, je trouve les électroniques et surtout le DSM excellents autant je suis resté sur ma faim au niveau des enceintes. Elles offrent une très belle image mais je les trouves fades, voire étouffées.
Probablement à cause de la complexité du filtre qui fait baisser le rendement. A mon avis, le vrai potentiel du système ne peut être atteint qu'en full actif.

D’ailleurs en modifiant la conf du bornier "magique" et en dédiant un ampli au seul HP de grave ça allait beaucoup mieux !

Pour revenir sur le DSM, ce produit est vraiment bien fait. Il répond au car de tour et son ergonomie a été bien travaillée. La construction est très soignée et le concept vraiment novateur.

En tout cas, un grand merci à l'équipe d'Easy Lounge pour l'organisation de ces écoutes.
Avatar de l’utilisateur
chimoult
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1105
Inscription: 25 Sep 2000 2:00
Localisation: Nice
  • offline

Message » 02 Mai 2012 9:25

Prochaines et dernières journées les 4 et 5 mai autour des marques Accuphase et B&W !

Image

Nous vous présenterons pendant ces 2 jours 2 systèmes :
Le "gros" :
- Transport CD-SACD Accuphase DP-900
- Convertisseur Numérique-Analogique Accuphase DC-901
- Préampli Accuphase C-3800
- Amplificateur de puissance Pure Classe A Accuphase A-65
- Enceintes colonnes Bowers & Wilkins 800 Diamond
- Câbles WireWorld Eclipse en HP, modul ...

Le "plus petit" :
- En source, nous utiliserons l'excellent lecteur réseau Linn Akurate DS
- Amplificateur intégré Accuphase E-250
- Enceintes bibliothèques Bowers & Wilkins 805 Diamond
- Caisson de basses Velodyne Digital Drive 12"
- Câbles Silent Wire et Furutech ...

- Sébastien
denisebastien
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 711
Inscription: 16 Juin 2003 10:20
Localisation: Antibes

Message » 13 Mai 2012 18:30

Désolé pour le CR tardif … je suis un peu bousculé par le travail …

Dernière rencontre anniversaire Easylounge avec Accuphase et Bowers&Wilkins.
Pour l’occasion les deux intervenants Hamysound et Bowers&Wilkins France n’ont pas lésiné.
Hamysound s’est chargé des électroniques et nous a apporté la crème Accuphase.
Le transport audio numérique très haut gamme DP-900 secondé par son indispensable DAC DC-901. Un préampli C-3800 accompagné par son binôme le bloc d’ampli stéréo pure classe A A-65.
Côté Bowers&Wilkins tout simplement le vaisseau amiral de la gamme 800, la très imposante 800Di.
Il s’agissait donc d’un très gros système.

Image

Easylounge avait aussi assemblé un deuxième système à partir de matériel en démonstration permanente. Des 805Di amplifiées par un Accuphase E-460 et un LINN Akurate DS en tant que source. Un caisson de basse Velodyne DD+12 pour soutenir les petites 805Di.

Image

Parlons un peu des électroniques exceptionnelles Accuphase présentées durant ces deux journées. De toute évidence Accuphase n’a pas usurpé sa réputation. Les appareils sont d’une finition irréprochable, la construction si rigoureuse que la marque n’est pas avare de montrer les entrailles de ses réalisations. On le sait, Accuphase c’est du vrai haut de gamme à la japonaise. Le poids ne ment jamais, les Accuphase sont bien rempli en électronique et sont construit avec une grande générosité d’aluminium ce qui assure non seulement une bonne isolation de l’appareil aux champs électrique environnant mais aussi une inertie capable d’absorber les vibrations néfastes au bon fonctionnement des composants.
En tous cas je vous engage à aller voire les photos des intérieurs de ces machines, c’est superbe et on sait ce pourquoi on paie.

Source CD/SACD DP-900.
Le transport par excellence par Accuphase.
La machine est très impressionnante. Sa conception se base sur le principe de l’optimisation des flux numérique sans upsampling. Les CD sortiront donc en PCM 16bit 44.1 Khz et les SACD en DSD natif. Afin d’y arrivé le DP-900 est équipé d’alimentations surdimensionnées et filtrées au maximum. Les flux numérique sont traités par un FPGA qui applique des routines propriétaires Accuphase. La mécanique est maison et taillée dans l’aluminium, elle pèse 10,7 kg à elle seule ! Le lecteur totalise 30kg. Cette impressionnante mécanique assure une lecture stable sans vibration et dans un silence absolu. L’ouverture et la fermeture du tiroir se fait avec une souplesse exemplaire, sans aucun bruit et sans variation de vitesse. On sent immédiatement la robustesse et la fiabilité de la construction.
Les flux numériques sont véhiculés soit par une sortie coaxial soit par une sortie propriétaire Accuphase HS-Link sous forme de prise RJ45. Cette dernière permet la transmission du DSD, c’est elle qui nous intéresse le plus et c’est elle qui sera utilisée durant les deux jours de démo.

Image

DAC DC-901.
Le partenaire du DP-900.
On y retrouve la formule Accuphase, grosse alimentation, filtration maximum et construction lourde. Ce n’est pas côté courant et stabilité que ces Accuphase peuvent faire défaut.
Le DC-901 utilise un FPGA. Il sert à mettre en œuvre le MDSD d’Accuphase qui permet d’appliquer des filtres numériques propriétaires en vu de réduire les erreurs et d’accentuer les performances des décodeurs.
La conversion numérique analogique est confiée à deux DAC ESS Sabre ES9018. Ces DAC exceptionnels affichent des données constructeur de très haut niveau. Ils sont capables d’un décodage très performant, PCM et DSD natif.
Ils proposent aussi un circuit interne de correction du jitter.
Comme le ES9018 est un DAC à 8 canaux le DC-901 possède l'équivalent de 16 DAC utilisés pour le décodage. Le MDSD en tir parti pour assurer le décodage le plus précis et exacte possible.

Image

Le Préampli C-3800.
Il s’agit du fleuron de la marque.
Blindé d’entrées et de sorties, section processeur externe, circuit symétrique réel, conception à carte (21 au total sans compter la PCB). La qualité Accuphase de nouveau, 24,8kg sur la balance, du très lourd pour un préampli hifi.

Image

Réglage caché sous la trappe
Image

L’amplificateur bloc A-65.
Capable de descendre à 1 ohms ! 2x 60 watts de puissance et pure classe A avec une distorsion harmonique au pire à 0.07%, on peut considérer qu’il n’y en a pas !
Affichage vu-mètre digital à chiffre ultra précis.
Borniers démesuré … une très belle machine.

Image

Réglages caché sous la trappe.
Image

Impressionnant câblage Wireworld et Furutech
Image

L’intégré E-460.
2x 180 watts, caractéristiques constructeur exemplaire, il sera largement suffisant pour les 805Di.

Image

Voilà donc pour l’électronique, côté enceinte je pense que nous connaissons tous les 800Di et les 805Di, au moins sur le papier.

Passons au plus intéressant, les écoutes ! Et essayons de déterminer si la pratique rejoint la théorie.
Soyons honnête les deux systèmes mis en œuvre était assez complexe et on demandé du travail pour sonner correctement. C’est bien là le paradoxe, plus un système hifi est performant et plus il demande du travail pour donner le meilleur de son potentiel.

Le système 1 : DP-900, DC-901, C3800, A-65 sur 800Di.
Le vendredi le système ne marchait pas bien ! Et oui autant de matériel de qualité et le résultat n’était pas à la hauteur de nos espérances. Nous sommes face à plusieurs problèmes. Tout d’abord les électroniques Accuphase étaient neuve et demandaient indéniablement un rodage. Du coup remerciements particulier à Hamysound qui a mis à disposition du matériel d’exception fraîchement déballé ! Si on fait la somme totale … saluons leur générosité !
Comme le matériel est resté en fonction toute la nuit les écoutes du samedi furent bien meilleures.
Ensuite vient le problème de la pièce. Les 800Di sont tout de même imposante et demande beaucoup plus de volume et certainement un traitement acoustique passif de la pièce, même minime.
Nous avons écarté les enceintes pour améliorer l’aération, changé le pincement pour bien centrer l’image sonore. Encore un point qui a contribué à améliorer les écoutes du samedi.
Dernier problème, la 800Di est gourmande ! Je dirais même vorace ! Si je me base sur mon expérience, les 803Di sont passée par de la classe A/B 188 watts, puis classe A A/B 10w + 150w pour finir sur de la classe A A/B 20w + 450w et enfin elles ronronnent comme elles le doivent ! Très clairement même si le A-65 a de la maîtrise il ne suffisait pas. Il aurait fallut plus de jus ou faire de la bi amplification. Deux A-65 en mode bridgé mono … là je pense qu’on aurait été nickel.
Malgré tout les écoutes du samedi ont fait oublier les problèmes constatés le vendredi.
Il ne manquait q’une meilleure tenue du grave, ce que seul une amplification plus puissante pouvait assurer. Il ne faut pas oublier que les 800Di utilisent deux woofers de 25cm avec de gros aimants, les faire bouger correctement n’est pas une chose facile.
Le samedi la restitution me convenait beaucoup plus, on sent bien le potentiel énorme mais difficile des 800Di. Un son précis dans le haut, un médium caractérisé et tout aussi plaisant que celui des 802Di (normal) et un ensemble assez chaleureux avec des basses enveloppantes mais qui manquaient un peu d’assise et de vélocité. Toujours ce problème de manque de puissante côté ampli. Cependant on reste dans du très haut niveau avec une amplification un peu plus généreuse tout aurait été parfait et on n’aurait pas eu une bonne écoute mais une écoute exceptionnelle.
La grosse claque fut le couple DP-900, DC-901.
Précision, rapidité … tout y est !
Transmission des datas et décodage parfait, l’ensemble excelle sur les bons disques et est impardonnable sur les mauvais enregistrements. Le rendu est tel qu’on en oublie la présence de la mécanique. Absolument splendide !

Image

Image

Image

Image

Image

Magnifique sérigraphie "Bowers&Wilkins" gravée dans la partie aluminium du pieds de la 800Di
Image

Câble d'enceinte haut de gamme Wireworld.
Image

Le système 2 : E-460, Akurate DS, DD+ 12 et 805Di.
Vendredi aussi un problème.
Le paramétrage automatique du DD+12 totalement erroné … tout rentrera dans l’ordre le samedi … décidément une vraie loi des séries !
Une fois tout bien au point nous pouvions passer sérieusement aux écoutes.
On obtient un système cohérent, preuve qu’un 2.1 bien fait marche très bien en hifi.
Petite pointe dans le haut du spectre, un rendu un peu trop clair à mon goût.
Peut être que dans ce cas le E-460 était trop puissant pour les petites 805Di.
Par contre les impactes étaient indéniablement bien maîtrisé et les basses quasiment parfaite.

Image

Image

Au final deux écoutes assez différentes et toute deux de très bonne facture.
Dommage de ne pas avoir écouté les 800Di au meilleur de leur forme, mais ça me donne envie de les tester de nouveau avec une amplification mieux appropriée !
Seul regret … le prix du couple DP-900 DC-901 … car j’ai adoré ces deux machines et je me serais bien fait un petit plaisir … très gros en l’occurrence !

Image

Image

Image

Image
Dernière édition par jacko le 18 Sep 2012 20:04, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
jacko
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
Administrateur Délégué & Contributeur HCFR
 
Messages: 29052
Inscription: 12 Juin 2002 12:45
Localisation: Antibes
  • offline

Message » 28 Mai 2012 10:56

Wouah! Comment j'ai pu rater ca ? :roll:
Merci pour le CR

Patrick
PatrickAudiophile
 
Messages: 747
Inscription: 23 Déc 2005 13:36
Localisation: nice
  • offline


Retourner vers Provence - Alpes - Côte d'Azur

 
  • Articles en relation
    Dernier message