Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: guyniol et 45 invités

Toutes les enceintes HiFi

enceintes Cabasses: quels modèles à rechercher?

Message » 27 Aoû 2005 17:05

Bonjour

actuellement en train de regarder pour des enceitnes, de façon à accompagner mon ampli sansui (AU X501 et AU 117 et AU 919), j'aurai voulu savoir si il y a des modèles d'enceintes Cabasse de la "grande époque" (enceintes closes) qui soient vraiement au dessus des autres?

j'ai entendu parler des Sampan 310 (léger) et 311 (lourd), très réputé mais très chère en occase.

les Skiffs ont aussi bonne presse.

J'ai lu également que les écoutes à bas volumes étaient assez délicates à mettre en oeuvre?

pouvez vous me renseigner?

philoucmoi
philoucmoi
 
Messages: 380
Inscription: 24 Mai 2005 9:19
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Aoû 2005 17:05

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Aoû 2005 17:39

on voit un peu tout et n'importe quoi pour le prix des cabasses de cette époque là.
Certains vendeurs hallucinent et d'autre sont raisonables.

Des 311 au dessus de 500 euros la paire je pense que c'est du délire.
Si ça peut t'aider j''ai un ami qui a vendu des 312 (clipper 2) entre 500 et 600 euros il y a environ 2 ans.
Les 310, plus bas de gamme valaient neuve 4000F la paire, les 311 6000F et les 312 7500F il y a 25 ans.
Les prix ont bien sur augmenter au cours des années (les dernières 312 12000f à 14000F)
Ca nous rajeunit pas :cry:

Quand au son,c'est des cabasse de l'époque 8)
A marier avec des électroniques douces et pourvu en grave.

Alpes94 connait bien les cabasse, il devrait te renseigner mieux que moi.

Fred
fast freddy
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2333
Inscription: 25 Jan 2003 16:06
Localisation: Neuf cinq
  • offline

Message » 27 Aoû 2005 18:08

Les Skiff sont des bass-reflex.

Les enceintes historiques les plus connues sont les sampan (lourd et lèger pour les très anciennes puis 310 et 311). Les Clipper et Sloop sont généralement des modèles réussis et efficaces. Bien au-dessus: Galion, Brigantin et les asservies.

En général, les modèles équipés du médium à cône sont un peu plus faciles à optimiser car moins généreux autour de 2kHz (cette générosité se manifeste surtout hors de l'axe et on en devine l'existence sur les courbes hors de l'axe (45°). Les modèles équipés du médium DOM 12 sont plus chatouilleux et demandent un environnement proche mieux contrôlé et donc plus absorbant car ce médium est bourré d'énergie en dehors de l'axe. L'écoute peut devenir un peu claire. Malgré tout, j'ai une préférence pour le DOM12 même s'il faut faire attention.

Pour les pièces vraiment pas terribles, le mieux est de s'intéresser aux deux voies (Brick, Dinghy ou les modèles qui ont suivi avec grave/médium à membrane en mousse alvéolaire), c'est plus simple à bas niveau et dans les pièces claires car la puissance rayonnée est moins importante dans le médium, bien que la courbe dans l'axe soit linéaire. Selon la pièce, on peut obtenir un léger adoucissement, favorable à l'écoute à niveau plus réduit.

Les Cabasse étaient faites pour écouter la musique à niveau réel. Elles demandaient des amplis puissants et des pièces assez vastes, capables d'accueillir une formation de chambre (au-moins un duo avec piano demi-queue). C'étaient des enceintes "bourgeoises" car cette marque fut longtemps très chère et tout le monde ne pouvait s'en offrir (une petite Ketch 2 voies de 25W, descendant à 70 Hz coûtait 1950F pièce il y a plus de 20 ans). C'était très bon sur les voix et des tas d'instruments mais il fallait oublier la musique orchestrale et l'orgue. A cette époque, les gens savaient et leurs goûts étaient vraisemblablement plus précis qu'aujourd'hui. Ceux qui avaient les moyens d'acheter du Cabasse habitaient rarement un 2 pièces/cuisine et étaient familiers du concert. Le niveau d'écoute ne leur posait pas de problème parce qu'ils recherchaient le concert à domicile. Ce n'est que beaucoup plus tard que la réputation de la marque a poussé certains à sacrifier leurs économies pour des Cabasse, d'autant plus que les démos du Festival du Son étaient généralement convaincantes. Ceux qui n'ont pas connu cette époque ont du mal à imaginer le culte voué à cette marque (d'autres fabricants jouirent d'une réputation comparable: JBL, Elipson du temps de Joseph Léon, Quad...). Tout ceci appartient à un certain passé mais Cabasse demeure la marque la plus citée de nos jours par le grand public français.

Le problème est que beaucoup se sont mis à acquérir et à écouter ces enceintes dans des conditions qui n'étaient plus les bonnes. Un AU 117 n'est pas un ampli de grande puissance. Dans ce cas, les deux voies, plus modestes, pourraient convenir davantage ou un sampan 310 assez directif et un peu rustique dans l'aigu. Ces Sampan équipèrent beaucoup de clubs/discothèques, à une époque où l'on pouvait encore discuter et se comprendre autour d'un verre.

Il faut impérativement essayer.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 27 Aoû 2005 18:44

je ne sais pas pourquoi mais je préfère quand tu parles de Cabasse que de BW... et pourtant je n'ai rien contre BW (au contraire j'en ai eu avec plaisir)...


cela viendrait il de toi ?
ougo
 
Messages: 5743
Inscription: 12 Mai 2004 18:05
Localisation: Lausanne
  • offline

Message » 27 Aoû 2005 19:49

Je ne changerais rien à mon parcours. J'ai passé de merveilleux moments chez Cabasse et je ne regrette rien, bien au contraire. J'en parle avec tendresse car ce fut une époque pleine d'amitiés et de passions.

B&W est ma suite logique. L'idée que s'en font quelques forumeurs est assez fausse, comme l'était l'image que quelques "leaders d'opinion" ont donné de Cabasse.

Une entreprise est souvent très différente, vue de l'extérieur ou de l'intérieur. Je m'amuse beaucoup en lisant ce qui se dit sur le forum car beaucoup sont loin d'imaginer le côté très familial de B&W et cela fait 9 ans que j'y collabore de façon indépendante. S'il y avait du faux, là-dedans, je crois que j'aurais fini par m'en apercevoir.

En France, nous somme peu et très majoritairement, nous avons un long, voire un très long passé dans la hifi. L'un des membres de l'équipe est dans la hifi depuis 19 ans (moi, cela fait officiellement plus de 31 ans) mais construisait déjà ses propres amplis. Nos carrières se sont souvent suivies. Il a commencé chez Cabasse. Un autre est fils d'un ancien de chez Diedrichs/Thorens, à qui j'ai acheté mes deux TD125 en 1976. Il fut également importateur de matériels audiophiles. Son fils a travaillé longuement à l'Audio Distribution (Naim). Nous sommes tous des passionnés et notre équipe est toute petite (7 en tout). Je suis indépendant mais bien assimilé au sein de B&W, même à l'international.

Quand on parle de marketing, je trouve cela rigolo car nous avons peut-être un peu plus de réussite que d'autres mais je crois que c'est notre enthousiasme qui est est notre meilleure arme. Chaque fois que nous nous retrouvons, c'est une vraie fête et c'est la même chose avec une bonne partie de nos revendeurs.

Quand nous rendons visite à un revendeur, nous avons davantage l'impression de visiter un cousin qu'un client et nous sommes reçus de manière très familiale (nous sommes parfois invité au mariage des enfants, invités à la maison de campagne etc. c'est vraiment super). Tout cela parce que nous sommes dans ce métier depuis longtemps et que notre sillage est propre.

Si je parle différemment de B&W et de Cabasse, c'est que je ne veux pas me servir de ce forum comme d'une tribune commerciale. Je fais de mon mieux en tous cas. Je suis donc sur la réserve quand je parle de B&W pour ne pas être surpris en flagrant délit de commerce. C'est parfois dur car tous n'ont pas cette élégance et certaines interventions relèvent du n'importe quoi et c'est parfois haineux, agressif et franchement indigeste.


Pour Cabasse, je peux parler de cette marque avec d'autant plus de liberté que cette période appartient probablement définitivement au passé.

Sinon, si vous voulez savoir ce que je pense des enceintes des deux marques, je vous répondrai que j'ai acheté deux Albatros en 1983 puis deux Matrix 801S3 en 1997 puis cinq Nautilus 801 en 2000. J'ai tout payé et tout gardé. Aucun regret.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 27 Aoû 2005 19:57

d'autant plus que les démos du Festival du Son étaient généralement convaincantes.


Philippe, je serais plus généreux : elles étaient convaincantes et on s'y pressait !

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 27 Aoû 2005 21:43

petite aparté:
Philippe désolé de te dire ça, mais ton discours sur B&W fait très "esprit d'entreprise". Que tu sois passionné de hifi ne me pose pas de problème, mais j'ai vraiment du mal à adhérer à ce genre de discours.

j'espère juste qu'un jour, tu ne regretteras pas d'avoir pensé comme celà...

fin de l'aparté

Et au niveau de leur garantie à vie? Comme ce sont des HP cabasse, je suppose qu'hormis passer par Cabasse, c'est impossible.

philoucmoi
philoucmoi
 
Messages: 380
Inscription: 24 Mai 2005 9:19
  • offline

Message » 27 Aoû 2005 21:47

Je crois avoir vu sur des PA récentes de magasins (dernier HF peut être) une paire de Bisquine à 300€. Je les connais bien et elles me semblent fidèles de la tradition CABASSE à un prix abordable. DAns le même sens des DORIS c'était pas mal non plus.
Celà étant la génération d'avant SLOOP, CLIPPER, SAMPAN ..... GALION IV c'était quelque chose AMHA.
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline

Message » 27 Aoû 2005 23:33

A plus de cinquante ans, il est difficile de changer et d'envisager des regrets ou alors, c'est tout mon passé que je risque de regretter.

Je ne vois pas bien pourquoi j'aurais un esprit d'entreprise chez B&W et pas chez Cabasse ? Et puis, l'esprit d'entreprise est plutôt une qualité. Nos boîtes se porteraient probablement mieux s'il y avait justement un peu plus d'esprit d'entreprise. C'est du reste ce qui distingue une entreprise prospère d'une entreprise qui se traîne. Dès lors que le personnel n'est plus très motivé, les choses finissent par se gâter et c'est le personnel qui finit par trinquer.

Quand on travaille en équipe réduite dont la moitié sont déjà des copains de très longue date, qu'on a la chance de travailler avec un patron qui investit énormément dans la recherche et la qualité car B&W n'appartient qu'à un seul homme, ce n'est pas une grosse boîte pleine d'actionnaires ou un fond de pension américain; le proprio, c'est un canadien tout seul mais un homme qui pense à 300 à l'heure: Joe Atkins qui doit avoir à peine 45 ans.

J'ai collaboré à Cabasse puis un peu avec Celestion et donc Kef et même avec Jamo pour une période courte car il fallait former le personnel pour la reprise d'Onkyo. J'ai visité tous leurs labos mais nulle part je n'ai vu de tels moyens consacrés à la recherche, qui représente un état dans l'état chez B&W.

Je n'oblige personne à penser comme moi mais je suis vraiment très choqué quand on me pose de telles questions. C'est vraiment mal me connaître. Cet esprit d'entreprise, je le vis pour tout ce que j'entreprends, y compris pour les enregistrements pour lesquels je prends énormément de risques. Même le forum n'y échappe pas où je tente de renseigner du mieux que je peux en évitant de commercer. Pour quel bénéfice personnel ?

Personne n'est tenu d'aimer le son B&W et ce n'est pas la question du jour (je rappelle que nous sommes sur un sujet Cabasse).

Ce qui est totalement incompréhensible, c'est la haine que nous semblons susciter chez quelques-uns (car je ne peux pas envisager la question qui m'est posée sous un angle différent, le sous-entendu est trop clair). Nous n'avons rien fait de négatif, travaillons plutôt consciencieusement, ne nous fichons pas du peuple car on en met plutôt beaucoup pour les sous qu'on demande.

Et comble de tout, voilà que je viens dire qu'il est agréable de travailler dans cette maison, qu'on est une bande de bons copains, qu'on rigole pas mal et qu'on se fait même un arbre de Noël. C'est pas juste car certains auraient aimé nous imaginer avec des super voitures voyantes, une allure de jeunes marketeux boutonneux avec un nez crochu et voilà que nous sommes simplement issus du sérail. M.... alors !

Et si, finalement, B&W ressemblait simplement au côté positif de l'image qu'il véhicule ? Serait-ce vraiment aussi inimaginable ? Moi je trouve que non car vous pouvez demander à tous ceux qui s'y trouvent et puis, il y a le turn-over chez B&W qui est plutôt très faible. Garder le même chef de produit pendant neuf ans, est-ce indécent ? Et dire que je suis le plus récent de tous les chefs produits B&W. Et si c'était parce nous y sommes bien ? Pourquoi n'envisager les choses que sous un angle négatif ?

Je suis un grand garçon (il serait temps) et rien ne me dit que je terminerai ma carrière professionnelle avec B&W car beaucoup de choses peuvent se produire d'ici quelques années. J'ai quitté Cabasse en 1996 et je ne regrette pas de l'avoir fait car je n'y ai que d'excellents souvenirs. Y rester aurait été sans doute difficile car les gens auxquels j'étais attaché sont tous partis en retraite ou sont morts. Cette maison n'est donc plus celle que j'ai connu. J'en parle avec beaucoup de plaisir et je vois pas pourquoi ce serait différent chez B&W car pour moi, la même histoire se poursuit ici. Et s'il devait y avoir une suite ailleurs, j'espère qu'elle sera également une suite logique.

Je suis d'autant plus libre que je ne suis pas employé de B&W mais simple consultant.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 28 Aoû 2005 1:38

Philippe Muller a écrit:Personne n'est tenu d'aimer le son B&W et ce n'est pas la question du jour (je rappelle que nous sommes sur un sujet Cabasse).

Ce qui est totalement incompréhensible, c'est la haine que nous semblons susciter chez quelques-uns (car je ne peux pas envisager la question qui m'est posée sous un angle différent, le sous-entendu est trop clair). Nous n'avons rien fait de négatif, travaillons plutôt consciencieusement, ne nous fichons pas du peuple car on en met plutôt beaucoup pour les sous qu'on demande.


Je te rassure tout de suite, j'ai fait une écoute de B&W il y a peu (couplé à du Naim) et j'ai trouvé ça pas mal. j'ai jsute trouvé les basses un peu trop rpésentes, mais c'est surtout une histoire de gouts.

Pour ce qui est de la haine, je n'en ai pas, et il n'y en avait pas dans ma remarque. N'ayant pas du tout cet esprit d'entreprise (que je trouve très formaté), je trouve toujours un tel discours bizarre. Je bosse sur toulouse et les gens travaillant pour Airbus ont un peu les mêmes discours, ce que je ne comprends pas. Si Airbus avait besoin de licencier, il n'hésiterait pas 2mn, tout esprit d'entreprise qu'il y ait.



Et pour mon histoire de garantie à vie?? Qq peut me répondre? N'est ce pas trop galère quand il y a un problème?

philoucmoi
philoucmoi
 
Messages: 380
Inscription: 24 Mai 2005 9:19
  • offline

Message » 28 Aoû 2005 2:01

Il me semble(mais je peux me trompé)que la garantie à vie "Cabasse" n'est valable uniquement sur les hp et pour le premier proprio.
La garantie n'est donc pas cessible,mais à confirmer...


PS:les enceintes closes,c'est vraiment un autre monde :D
supertotof
 
Messages: 1127
Inscription: 01 Juin 2004 13:07
Localisation: Près du GYM....
  • offline

Message » 28 Aoû 2005 2:20

comment fair een cas de problème?

on met les enceintes à la poubelle?

philoucmoi
philoucmoi
 
Messages: 380
Inscription: 24 Mai 2005 9:19
  • offline

Message » 28 Aoû 2005 9:32

Pour la garantie à vie, à condition que rien n'ait changé, elle n'était accordée qu'au premier acheteur (sinon on appellerait cela une garantie pour l'éternité) et n'était donc pas cessible.

Elle n'était pas appliquée en cas de destruction du haut-parleur par négligence: coup ou bobine brûlée.

Malgré tout, si la garantie est refusée, l'enceinte est réparable. Il suffit de payer l'échange standard de haut-parleur.

Pour l'esprit d'entreprise: ce n'est pas une qualité anormale quand on veut considérer le travail comme une partie positive de son existence et non comme une période contraignante de sa vie. Vu le temps passé au travail, je plains ceux qui partent bosser en traînant les pieds et je prends comme une chance de continuer à attaquer chaque nouvelle journée avec plaisir.

Pour la haine, je n'en ferai pas une maladie parce que c'est un sentiment assez français, qui n'est justifié par rien, sinon par le rejet de tout ce qui réussit. La haîne est véhiculée par des gens qui n'ont pas confiance en eux - des "losers" en quelque sorte - qui ne travaillent pas à améliorer leurs propres performances mais qui espèrent la réussite en attendant que l'équipe adverse déclare forfait.

Dans le cas de B&W, cette idée de position dominante est totalement absurde. La marque occupe un rang très élevé au niveau mondial parce qu'elle occupe un rang honorable dans plus de pays que la majeure partie de ses confrères. Et comme B&W est présent dans plus de 60 pays; 60 fois une position honorable, cela finit par faire un gros chiffre. Le point fort de B&W est de proposer des enceintes suffisamment universelles et finies avec soin pour être appréciées un peu partout dans le monde, chose qui arrive à peu de concurrents.

Il faut dire que les enceintes chères étaient souvent aussi sexy que des boîtes à godasse. La place était libre et personne n'avait jamais pris de risques aussi énormes là-dessus. Avec la série Nautilus 800, c'était la première fois qu'une marque proposait une gamme complète à un prix décent et un standard de réalisation très élevé. Le succès est considérable depuis.

Il faut rapprocher le mépris voué à B&W de celui qui est porté à Bose et B&O (tiens cela commence par un B également). L'un a eu l'idée de développer les enceintes microscopiques et a râflé le marché mondial (sans oublier sa place en sono) et l'autre a eu l'idée de faire du design avant tout le monde et personne n'arrive à lui prendre la moindre parcelle de réussite. Vous remarquerez combien tous leurs concurrents tentent de proposer des produits à la Bose ou à la B&O.

Du coup certains bons audiophiles français (un peu caricaturaux tout de même) ne se féliciteront pas que ces marques aient pu réussir en ayant une excellente idée et en prenant des risques pour la mettre en oeuvre mais clâmeront que les gens qui achètent ça sont des boeufs et que ces produits sont nuls. Et le français caricatural (pas besoin de citer de noms, ils sont faciles à identifier) montrera son génie en achetant des appareils que personne n'a jamais acquis avant lui, en déclarant qu'ils sont les meilleurs du monde et qu'il n'y a que lui qui sait (bon, il n'y a aussi que lui qui est convaincu). Et bien, le problème, c'est que ce français là, il aimerait que la boîte se casse vite la figure pour que personne d'autre puisse acheter les mêmes meilleurs matériels que lui sauf, si ce français devient importateur de la marque; il dira que les autres français sont des boeufs parce qu'ils ne se précipitent pas dans sa boutique pour acheter en masse et être 60 millions de rares privilégiés, comme lui.

Sommes-nous si loin de la vérité ?

Le plus marrant c'est que lorsque vous louchez sur un Jeff Rowland numérique, vous admirez un amplificateur Ice Power de... Bang & Olufsen. Ben oui ! Et vous n'avez pas fini d'en voir du Ice Power.

La façon dont certains défendent leurs choix pourrait être intéressante, touchante ou pathétique s'il n'y avait une forme d'agressivité qui accompagne ces conseils. Dire que telle marque est bonne ou qu'elle est très colorée peut se comprendre. Vômir que telle marque est colorée relève du psycho malade. Surtout que ce genre de remarque s'accompagne rarement d'un argumentaire compréhensible de tous. C'est souvent simplement péremptoire et pas du tout intéressant.

Sommes-nous si loin du sujet ? Cabasse.

Non car ce qui se passe aujourd'hui avec certaines marques, s'est passé avec Cabasse dès que cette marque a rencontré le succès et est devenu le premier fabricant français pendant quelques temps. Le problème de Cabasse était que près de 80% de son marché était français. Les corbeaux se sont mis à croasser, comme ils le font si bien pour d'autres marques sur ce forum et sur d'autres, et Cabasse a terriblement souffert. Les corbeaux sont largement responsables du déclin de cette marque. Ce sera différent pour les Bose B&O, B&W... car ces marques sont bien implantées dans le monde et que l'esprit français ne règne qu'en France. Et JM-Lab, qui est loin d'être bête, a bien compris que si les corbeaux ont un peu contribué à sa réussite en démolissant ses concurrents, le mieux était de se développer rapidement à l'étranger pour s'en sortir lorsque son tour viendra d'être la cible des c....

Revenons donc à Cabasse, une maison qui fit notre fierté.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 28 Aoû 2005 9:43

Vu sur illel une paire cabasse sloop m5 à 500€ la paire.....
NOIR
 
Messages: 21774
Inscription: 21 Déc 2004 18:31
  • offline

Message » 28 Aoû 2005 10:11

Avant de revenir à Cabasse, permets moi de te dire Philippe que ta démonstration est brillante et que je la plussoie comme on dit.

A un détail prêt : il y a la vérité et la façon dont elle est perçue.

Et il faut toujours prendre en compte la façon dont une vérité est perçue, quand bien même elle est déformée par les prismes singuliers dont tu te fais l'écho avec pertinence, de façon que l'image déformée de cette vérité ne devienne pas la vérité.

Là, nous aurions besoin de notre ami Dub dont la maitrise la philosophie pourrait nous aider à percer le mur des apparences.


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline


Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message