Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: indien29, Steph Home Theater et 36 invités

Toutes les enceintes HiFi

ENCEINTES DE MONITORING ACTIVES - Vos avis, vos CR ?

Message » 04 Avr 2007 21:44

:wink: :wink: :wink: :wink:
tourteau
 
Messages: 1227
Inscription: 18 Mar 2007 21:57
Localisation: 94
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Avr 2007 21:44

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Avr 2007 21:50

Avis aux amateurs d'enceintes de monitoring amplifiées professionnelles de haut de gamme, autrefois connues sous la marque STUDER (REVOX... ça vous dit quelque chose ?) :

http://www.psiaudio.com/products/product_stereo.html

J'ai pas pu écouter, c'était en démo statique au SATIS
Mais il parait que ca sonne bien...

Edit : revendeur en france : http://www.rs422.fr/psi.htm
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 04 Avr 2007 21:59

J"ai l'impression qu'avec la profusion d' Ipod et autres produits audio nomades, sans parler des consommateurs de musique sur PC, les enceintes actives risquent d'avoir de beaux jours devant elles.
Mambosun
 
Messages: 1113
Inscription: 15 Mar 2006 23:27
Localisation: 92
  • offline

Message » 04 Avr 2007 22:37

De bonnes actives ont besoin d'une bonne source, les miennes montrent toutes les insuffisances du mp3, elles préfèrent le SACD :wink:
KurtLil
 
Messages: 2264
Inscription: 24 Oct 2000 2:00
Localisation: Compiègne ou Lille j'sais plus!
  • offline

Message » 04 Avr 2007 23:43

zeroundemi a écrit:Avis aux amateurs d'enceintes de monitoring amplifiées professionnelles de haut de gamme, autrefois connues sous la marque STUDER (REVOX... ça vous dit quelque chose ?) :

http://www.psiaudio.com/products/product_stereo.html

J'ai pas pu écouter, c'était en démo statique au SATIS
Mais il parait que ca sonne bien...

Edit : revendeur en france : http://www.rs422.fr/psi.htm


En effet, très bonne enceintes. J'ai longtemps travaillé avec des A5 Studer que l'on retrouve sous le logo PSI 25-3. Ce sont des enceintes qui présente l'avantage d'être peu fatiguante contrairement à des Genelec. Ce sont des enceintes que j'aurais bien installé à la maison mais elles sont un peu grosse pour mon intérieur et pas WAF pour un sous.

Cela m'a permis de me donner une idée du son que je souhaitais chez moi. C'est chez A2T que j'ai trouvé ce que je cherchais: un rendu précis (certain dirons analytique) mais avec de la musicalité. C'est différent des enceintes Hi-F i souvent typée.

A mon sens les avantages d'avoir l'amplification intégré sont:

- Une optimisation et une dévelloppement conçu pour l'enceinte qui en fait un couple indisociable.
- Eviter la galère de la quête du Graal pour trouver l'ampli qui va bien.
- Une économie puisque l'on évite de rentrer dans le cycle achat-revente.

J'ai ouvert un topic sur ce système A2T avec un CR d'écoute.
Dernière édition par LGDS le 05 Avr 2007 10:15, édité 1 fois.
LGDS
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2513
Inscription: 14 Nov 2002 22:18
Localisation: Ile de France
  • offline

Message » 05 Avr 2007 10:07

Mambosun a écrit:J"ai l'impression qu'avec la profusion d' Ipod et autres produits audio nomades, sans parler des consommateurs de musique sur PC, les enceintes actives risquent d'avoir de beaux jours devant elles.


C'est la réflexion que je suis en train de me faire. Je cherche des petites enceintes pour brancher mon pc, mon I-pod et ma Xbox360 qui se trouvent dans ma chambre à coucher. Dans un magasin Apple, je suis tombé la-dessus:
Image
Image
Ca m'a bluffé... avec du mp3 compressé à 128, je trouvais que le son (notamment le registre grave était bien meilleur que toutes les enceintes PC que j'avais pu écouter auparavant). Ce sont des deux voies, bassreflex, alimentées par un ampli de 50 whats... en plus, elles sont très jolies en blanc! 350 euros la paire.
LeLapin
 
Messages: 3521
Inscription: 08 Mar 2002 2:00
Localisation: montreux

Message » 05 Avr 2007 10:09

la nouvelle série comporte deux entrées audio (1Xcinch et 1Xminijack sur le dessus) et les borniers pour relier les deux enceintes sont désormais à vis (et plus à guillotine comme sur la photo).
LeLapin
 
Messages: 3521
Inscription: 08 Mar 2002 2:00
Localisation: montreux

Message » 05 Avr 2007 12:46

LeLapin a écrit:
Mambosun a écrit:J"ai l'impression qu'avec la profusion d' Ipod et autres produits audio nomades, sans parler des consommateurs de musique sur PC, les enceintes actives risquent d'avoir de beaux jours devant elles.


C'est la réflexion que je suis en train de me faire. Je cherche des petites enceintes pour brancher mon pc, mon I-pod et ma Xbox360 qui se trouvent dans ma chambre à coucher.


:D
Ce que j'avais tendance a croire était le contraire de vous ..car si totale transparence alors tout les défauts des enregistrements ressortent donc pb acrus avec Ipod et autres car de moins bonne qualité qu'un CD, me trompes je ??
tourteau
 
Messages: 1227
Inscription: 18 Mar 2007 21:57
Localisation: 94
  • offline

Message » 05 Avr 2007 13:56

je pensais surtout au côté pratique: une paire d'enceintes amplifiées est plus facile à caser dans un bureau que deux enceintes bibliothèques et un ampli (avec tout le cablage qui va avec).

de plus, pour du mp3, la qualité n'est pas primordiale.
LeLapin
 
Messages: 3521
Inscription: 08 Mar 2002 2:00
Localisation: montreux

Message » 05 Avr 2007 18:04

LeLapin a écrit:la nouvelle série comporte deux entrées audio (1Xcinch et 1Xminijack sur le dessus) et les borniers pour relier les deux enceintes sont désormais à vis (et plus à guillotine comme sur la photo).


Pour un produit que se veut de qualité... le choix de récupérer l'audio via la prise jack casque l'ipod n'est pas du tout la solution qui offre la meilleur qualité. Il est nettement plus interressant de prélever le signal à niveau ligne sur le connecteur dock. C'est d'ailleurs la solution retenu par Advance et tous les autres.

tourteau a écrit::D
Ce que j'avais tendance a croire était le contraire de vous ..car si totale transparence alors tout les défauts des enregistrements ressortent donc pb acrus avec Ipod et autres car de moins bonne qualité qu'un CD, me trompes je ??


Il est certain que les enregistrements "moyen" sont mis à rude épreuve sur un système de type monitoring. C'est une des craintes que j'avais en passant au 3117 qui sont ultra précises... au final, on se rend compte qu'il y a plus d'enceintes qui mettent à mal les enregistrements que de disques mal enregistré ! ouf...

Ce qu'il faut bien comprendre lorsque que l'on fait la démarche de se tourner vers le monitoring, c'est que la culture d'écoute enceinte HI FI est très différente (je ne parle pas de qualité, juste d'esthétique sonore). Il faut donc se "déshabituer" et passer par une phase d'adaptation.

Pour faire une analogie gratonomique, je dirais qu'il faut ré apprendre à ne pas rajouter systématiquement du sel du poivre ou autres choses là où finalement le plat se suffit à lui même. J'adore les champignons et je les ai redécouvert le jour où je n'ai plus mis d'ail, de persil mais juste un chouilla de sel.

En audio, je dirais que la neutralité doit se trouver dans l'ensemble "préamp ampli enceintes", ensuite si l'on veut signer le son... on peut le faire au niveau de la source.

Maintenant, il ne faut pas croire que les enceintes de monitoring sonnent toutes de la même manière... ce serait trop simple. Dans le domaine professionnel , nous les choisisons sur des critères qui sont par exemple leur usage. On utilise pas les mêmes enceintes en mixage musique, qu'en montage son audiovisuel ou en mixage cinéma. Et les débats existent de la même manière que dans le milieu audiophile mais entre ingé son ! Peut être avec moins de passion houleuse, heureusement ! :lol:

Les critères de sélection se font aussi sur l'adaptabilité au local, critère hyper important car le couple enceinte/local est étroitement lié. Pour ma part, c'est un des critères qui ma fait sélectionner les A2T.

J'ai comme souvenir un de mes profs de son qui avait pour habitude de dire que le choix des enceintes c'est le bordel....et que le choix d'un micro était nettement plus simple car plus objectif, il avait entièrement raison.
LGDS
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2513
Inscription: 14 Nov 2002 22:18
Localisation: Ile de France
  • offline

Enceintes de monitoring

Message » 05 Avr 2007 20:01

Salut,

Si ça vous intéresse, j'ai essayé des ADAM A7 :
http://www.homecinema-fr.com/forum/view ... #170698267

:D
Magnitude
 
Messages: 106
Inscription: 07 Juil 2006 22:57
Localisation: Paris
  • offline

Message » 05 Avr 2007 20:11

Magnitude a écrit:Salut,

Si ça vous intéresse, j'ai essayé des ADAM A7 :
http://www.homecinema-fr.com/forum/view ... #170698267

:D


Ton CR résume bien ce que donne l'écoute de tels enceintes. Je comprend ton envie de les comparer à tes références Hi Fi. A mon avis, la boutique doit pouvoir te prêter une paire pendant un week end.
LGDS
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2513
Inscription: 14 Nov 2002 22:18
Localisation: Ile de France
  • offline

Message » 05 Avr 2007 21:24

Si ça t'intéresse, j'ai retrouvé l'email que j'avais envoyé à un pote, adepte de hifi, où je raconte mes impressions.
(superlong mais permet de comparer des écoutes par albums)

(Cds lus par le lecteur dvd du PC. Je me souviens d'avoir été profondement ému par la scintillance des violons dans la 5e de Tchaikovsky quand j'ai écouté via le Cambridge)

Aux sources du son.
TEST DES ALESIS PROLINEAR 820.

Et voila, j’ai devant moi les deux grands cartons contenant mes nouveaux moniteurs. Ils sont plus grands que prévu : 15 kg chacun, posés à gauche et à droite du poste de télévision elles paraissent plus imposantes que ce dernier. Entièrement noires, leur look n’est pas ce qu’on peut appeler convivial, mais fait plutôt dans le genre efficace. Elles sont là avant tout pour le travail et leur profondeur du coffre inspire la confiance, l’on se dit que le son sera forcement bon. Positionnées à un peu plus d’un mètre d’écart, je les branche en sortie minijack de la Creative son X-FI Elite Pro vers deux jacks par un cable bon marché senn. Sans doute plus tard je remplacerai celui-ci par un cable plus conséquent. Le volume derrière chaque enceinte est mis à huit sur dix, ce qui me fera varier le volume de la carte son de trois à neuf sur dix suivant le niveau sonore des titres testés.
Première mise sous tension : les deux témoins lumineux vert de saturation s’allument doucement, les moniteurs sont prêts.
Après plusieurs jours d’essais, l’opinion est très partagée. Autant elles excellent sur de la musique électronique ou chantée, autant elles souffrent dans du classique en général et dans certaines chansons en particulier (phénomène de résonance dans la pièce d’écoute ?). Certains morceaux sont tout simplement inécoutable : disparition d’instruments, voix cachée, bouillie dans les basses.. mais d’autres se révèlent magiques : voix naturelle et présente, instruments ultra vrais, un son plein de vie qui respire.


Les points forts :
Précision de restitution à top niveau
Très bonne dynamique, punch
Douceur du tweeter en soie.
Basses puissantes et propres
Effets stereo digne d’une holographie sonore


Les points faibles.

Stridence sur certains aigus
Metalisation sur certains mediums

En détail:

(mp3)
/Malesch/You play for us today. L’impression d’etre en face d’un mur sonore : le sons est projeté depuis la même distance, mais sur une hauteur et largeur différentes. Et d’autant plus fort lorsqu’on s’approche de mes enceintes, meme à volume reduit (1h du mat). Tous mes tests seraient-ils à recommencer d’une distance moins grande ?
/ boney M/Never change.. . L’intérpretation feutrée et douce est une invitation à faire l’amour
/Pink Floyd 6. Idem. Ambiance feutrée et invitante.. Aucune âme sensible ne pourra y résister. Porno chic.
/Terry Riley. In C. Quand la musique chiante devient intéressante. Les gling-gling sont rellement en 3D, les modulations des autres sons sont riches et nouvelles à chaque fois.
/Everyday routine. Image holographique, basses propres.
/ATB. Basses de pure folie, bonne surprise. Elles frappent réellement l’air, pulsent et s’éteignent aussitôt pour recommencer le bpm suivant. Excellent. Beau son de piano, dense et profond (echo inside)
/Celine Dion s’il suffisait d’aimer. Les haut mediums surprennent tout de suite par leur force sans forcer. La voix est ronde dans les aigus et non stridente.


CD's en vrac:

Vangelis. Conquest of Paradise. Son soyeux et doux, on voit bien comment les attaques sont preparées par le compositeur. Chœur beau mais un peu caché par la musique. Piano maigrichon. Percussions ressortent le mieux.
Smetana. Die Moldau. Tous les instruments jouent leur propre partition sans s’enchevetrer entre eux. Les attaques dans les aigus des vents mordantes. L’entrée des basses est magique et seule vous emmene dans le voyage de la musique. Les violons ont un son riche, leur articulation souple et belle. Beaucoup de grace dans la restitution. Les vents de l’intro un peu tassées par contre.
Beethoven. Lettre pour Elise. Certes on est loin d’un vrai son de piano, mais suffisamment beau pour s’emouvoir de l’interpretation. Notes en general bien detachées, mais envelloppées d’un halo harmonique (résonance d’écoute ?). Un bon reglage d’equaliseur permet d’obtenier un beau haut medium. Accord final réaliste.
Brahms. Ungarischer Tanz N1. La majorité de l’orchestre bien spatialisée, mais les basses se confondent. Sur les violons, les enceintes malgré leur look imposant, se prennent pour des ballerines. Fluidité de l’ensemble.
J. Strauss. Annen-Polka. Donne tout de suite envie de danser. Aigus quelque peu clinquants. Détachement entre les différents instruments bien audible, ce qui les rend crédibles.
Over the Rhine/Give me strength. LE drive basse/batterie nous tient en haleine tout au long de la chanson, details internes impressionants.


Metallica/Black album
/Enter Sandman. La menace de la fureur sonore est bien menée, les batteries dissuasives, guitares propres, voix detachable.
/ Sad but true. Batterie en star, guitare manque de deep bass pour vraiment accrocher.
/ Hollier than thou. Les enceintes s’en donnent à coeur joie à cracher les riffs frappants du groupe. Obligé de limiter le volume par prudence de sa santé. Impressionant, bien que manquant de deep bass encore. Son presque trop propre pour donner du réel plaisir.
/the unforgiven. Très joli echo et bonne précision. L’entrée en matière impressione de facilité de transition entre le debut calme et le son de Metallica. Non, ce n’est pas une chanson pop : )
On remarque bien la difference de traitement entre le refrain et le corps de la chanson pour le chanteur.
/Whenever I may roam. Le son sourd du début confirme la déception qui vient après. On est loin de l’arrachage de gueule comme ca devrait être. Ps : en éteignant l’équaliseur, le résultat est bien meilleur.
/Nothing else matters. Guitare superbement claire de l’intro, magnifiques piqués. L’entrée de la basse / batterie atteint l’effet attendu, c’est tripant. Avec un peu de réglages d’equaliseur c’est encore plus probant. A chaque album, ses propres réglages ?
/ M friend of misery. Excellente spatialisation, la reverbe des guitares leur permet de s’envoler.



Prodigy/ the fat of the Land.
On redecouvre le disque. Tous les elements de la construction (instrus, reverbes) sont comme sur la paume de la main : parfaitement identifiables. Les attaques de basses sont correctes, à 10hZ près on frôle le son ventral, mais le son produit est digne d’une bonne petite discotheque (diesel power notamment). Comparé au classique, le son est très ouvert, presque d’ambiance (les aigus de Narayan semblent provenir d’une musique de film). Test parfaitement reussi.




Jean Guillou – Orgue- Modest Mussorgsky - Pictures at an exhibition - Dorian Recordings 24 bit – audiophile
/Il Vecchio Castello. Les notes calmes du debut dans le haut médium impressionnent par leur douceur, on les entend respirer, vibrer, vivre. Bien spatialisées. On se perd un peu dans l’avalanche des basses ensuite.
/Ballet of the Chicks in their Shells. Très beau son dans les aigus, ample et clair.
/Bydlo. Les notes les plus basses sont bien mordantes sans être guimauve. Les basses de la ligne melodique très bien detachées, construisent leur propre mélodie. Le crescendo est maîtrisé, fort juste ce qu’il faut. Les infrabasses de la fin sont audibles et discernables.
/Petrouchka. La semaine grasse. On a du mal a croire qu’une seule personne joue, l’impression d’entendre un millier d’orgues.


Best of Doors, SACD.
/Who do you love (live). Immédiatement, on a l’impression d’etre dans la foule, avec le groupe en sureéevation droit devant. L’ecart dynamique entre les cris de la foule et le jeu des musiciens rend le concert crédible. Batterie sourde, mais vivifiante. Les basses floues, mais on imagine bien le bassiste prendre son pied en jouant. Excellentes attaques. Entrée du piano realiste : bien placée a gauche sur la scène, dans son coin.. Interprétation de Jim sérieuse et appliquée, Jim est presque devant nous. Image holographique, test réussi.
/Soul Kitchen. L’orgue et la guitare ultra précis ce qui contraste étrangement avec la voix de Jim avec beaucoup d’echo. Guitare très en relief.
/People are strange. Guitare archivraie, voix agréable. Lorsque tous les instruments entrent, spatialisation énorme, presque l’impression d’être avec 4 enceintes tellement le son est sphérique. Force le respect.
/Riders on the storm. On suit bien la ligne de basse, l’entrée, le develloppement. En revanche, le son de l’orgue qui devrait être cristallin est ici rocailleuse. L’image sonore a un effet de cinema stereo, en triangle. Belle assise dans le grave.
/Love her madly. Image sonore holographique.
/Light my fire. L’orgue est energique, mais les aigus débordent. Beau marriage basse batterie. Voix belle mais malheureusement cachée.


The glory of Gershwin
/Chris de Burgh. Do what you do. Ambiance cosy d’une vraie scène.
Belles nuances de grave dans la voix.
/Carly Simon. I’ve got a crush on you. Voix grave, calme et posée. On entend bien juqu’au dernier millidecibel d’intonation de la chanteuse. Belle présence de l’ensemble.
/Cher. It ain’t necessarily so. Violons trépidents de l’introduction, voix de velours qui manque peut-être un peu de profondeur, entrée des instruments bien en swing. Toutes les notes de la basse sont discernables, on dirait un cours de basse.
/Kate Bush. The man I love. Bizarrement, la star n’est pas la voix mais les instruments à vents, vraiment beaux et naturels. On voit bien Kate Bush derrière le micro, sans doute trop près car la voix manque d’articulation.
/Willard White. Bidin My Time. Voix consistante lorsque le chanteur reste dans le bas du registre, aigus trop aiguisée. En baissant le volume, on obtient un résultat meilleur, plus agréable à l’oreille. L’ensemble un peu pataud.
/Sinead O’Connor. My Man’s gone now. Enregistrement aéré, voix troublante, physiquement palpable.


Rachmaninov Concerto N3 & Sonate N2 par Horowitz (1978-1980)
/Concerto. Piano decevant, sonne comme s’il était joué dans garage fait de carton. Il est neanmoins bien tendu et chaque note est parfaitement discernée, on réalise le génie de l’interprète. Son de l’ensemble rêche, manque évident d’envergure. L’orchestre sonne comme un quartet de chambre. Les sons disparaissent avant d’émouvoir, ce qui rend l’ensemble rude. Les cellos ressortent le mieux.
/Sonate. Enorme différence, piano sucré bien que manquant de présence, de corps. L’impression que la musique est amenée par le vent depuis l’extérieur. Les basses sont excellentes : légères et tendues.
Applaudissements mous en général, fondus en masse uniforme.


Pause pour le refroidissement (et lavage de vaisselle)
L’impression que je cherche plutôt les qualités qu’elles ne viennent toutes seules à moi.
Reglage fin de l’equaliseur : très légère baisse dans les 500Hz pour aerer le registre grave et 4kHz pour enlever de l’agressivité, très légère augmentation à partir de 8kHz. Les résultats obtenus donnent envie de réécouter tout encore une fois.


The beach boys. Pet sounds.
Très beau son de la basse, des effets precis dans les aigus. On entend particulierement le travail sur la reverberation, tandis que tous les elements restent positionnés à leur place. Dynamique entre differents elements remarquable. La polyphonie est saisissante.


Mamie Jazz trankil
Ah, c’est autre chose la !! Autant ces enceintes réussissent à rendre les guitares de Pink Floyd agressives et stridentes, autant la voix achète tout de suite. Donne envie d’écouter chaque chanson jusqu’au bout. Trop de basses résonnantes par contre.


Queen Best of. SACD
/Bohemian rhapsody. Dans la première partie, le son precis mais voilé. Piano a un son rustique. Aigus stridents. Belle entrée de la batterie, presque émouvant. Lors des choeurs, les enceintes se réveillent brusquement et délivrent une belle dynamique.
/Save me. Voix neutre. On discerne les détails des instruments, des notes que je n’ai jamais entendu jusqu’à la.
/We are the champions. Voix réaliste, on imagine la vitre de séparation de la cabine du studio.


Alex Twin/Selected works.
/Xtal. Ambiance saisissante, basses réussissent l’exploit d’etre puissantes, profondes et douces (marque de fabrique d’Alex Twin ?). Sensation d’une vraie chillout de discothèque si on est correctement assis face aux enceintes. L’élargissement stereo au milieu de la chanson force le respect.


Love/Forever changes
/Alone again or. Drive vivifiant. Bouillie dans les basses.
/A house is not a motel. Voix très douce et agréable, guitares soyeuses et energiques en meme temps. Parfait.
/The daily planet. Ensemble plus que convenable avec surprises sonores (voix rajoutées, coups de batteries hors programme)
/Old man. Sensation d’entendre le chanteur pleurer en chantant : étrange et émouvant. Belles basses : basse, cello. Piano enfin bon : présent et feutré !! Composition très riche. Violons de la fin comme nulel par ailleurs. Batterie ultraréaliste.
/7 Les instruments jouent pour de vrai. Homogeneité de l’ensemble.
/Summer in the summer. Trompettes (?) douces à souhait, voix presente, dialogue instrumental bien retranscrit.
/ The good humor man… Des le début, sensation d’ecouter du bon jazz band, attaques doucement agréables. Voix un peu métallique (reverbe ratée ?)


Love/ (ecoute en stereo)
/My little red book. Intro des instruments : batt bass guit guit parfaite, sons vrais. Avec l’apparition de la voix l’effet magique se perd et ne se retrouve que parfois au fil de la chanson : refrain à plusieurs voix, jeu du chanteur proche de nous.
/ A message to pretty. Très beaux sons, presque impression d’un concert dans un bar, sur la guitare et la voix notamment. Impossible de zapper la chanson pour avancer le test.
/Emotions. Digne d’une BO d’un vrai western. Lorsque les guitare s’allument, sensation tres agreable de réalisme et d’irréel en même temps.
/Signed DC. Voix impressionnante non par la présence ou le réalisme, mais par l’ouverture des sons par le chanteur. Etrange à dire, mais impression que sa bouche est grande d’un bon demimetre. Les instruments en retrait par contre, bizarement (point fort de la chanson)
/Signed DC alter. Voix très en avant, mais instruments, lorsqu’ils ressortent, s’en sortent très bien. Musique de chambre, la nuit, en sourdine : la restitution eveille l’imagination.


Vangelis/Reprise
/Bon voyage/Dreams of surf. Vagues trop confinées aux enceintes, mais parfaitement fluides. Basses de l’intro tres mal definies, confuses, en revanche ce qui vient ensuite, pour peu qu’on soit bien placé, invite vraiment au voyage. Les petits bruits celestins sont absolument sublimes, c’est ce qu’il y a de plus beau à l’écoute de cette composition.
/conquest of paradise. Superbes voix de chœur : on voit les hommes faire « mmm » ensemble, les yeux fermés, se balancant au rythme de l’œuvre.
/Monastery. Son très pur et ample. La richesse de la restitution invite à monter le volume : gare aux voisins ! Chœur mangé par la musique, mais laisse apparaître une belle definition.
/Come to me. Sonorités fidelement reproduites, la voix est envellopante car non centrée sur un micro. Manque un peu de profondeur, mais se rattrape par la la legereté, le survol de la scene panoramique.
/Light and shadow. Envergure necessaire est atteinte mais sans plus. Belle définition dans la séparation des voix. Basses trop gourmandes, tuent le paysage sonore des chœurs.
/Rachel’s song. Belle image stéréo, sons profonds et purs. La voix se perd dans son echo, dommage, mais certaines de ses inflexions vont droit au cœur. En fin de compte, emouvant, la sensation de chant passe si on se prend au jeu. Ensemble tres joli, la scene sonore est en meme temps futiriste et antique.
/Dawn. Les pas sont bien mesurés et le tempo de la chanson se met dessus avec bonheur. La hauteur de la voix étonne et fait penser, imaginer un monde extraterrestre d’où elle pourrait provenir. Le chœur homme est très diffus, difficilement cernable au début, se demarque un peu par la suite, mais reste flou et lointain. Les enceintes retranscrivent sans broncher l’attaque finale, impressionant. C’est d’ailleurs leur point fort : jouer en meme temps des aigus puissants et des basses précises et vice versa et dans tous les sens.
/Prelude. Très belle profondeur sonore : on a l’impression d’explorer l’espace vers l’avant, pour un peu, on sentirait sur sa peau le vent cosmique. Mais comment Vangelis fait-il ?? : )


Iron Maiden / Live after death.
/ Aces high. Belle dynamique. Foule manquant de relief et chanteur lointain. Les batteries se dechainent en beaux diables. On entend presque toutes les notes constituantes des accords des guitares, qu’ils soient calmes ou furieux. Echo sur la voix facilement materialisable, basse à 100 à l’heure.
/Flight of Icarus. L’intro des guitares est de tonnerre, on comprend pourquoi ce groupe à été si adulé.
/Rime of the ancient mariner, passage calme et suite. On entend tout, l’impression être au devant de la scene, avec la foule derrière et sur les cotés et les musiciens devant. Gare aux fautes de jeu !! Superbes guitares, veloutées, avec de multiples effets bien audibles. La transition vers le feu se fait naturellement, sans forcer. Les guitares sont volontairement acerées, excellente technique de jeu : je comprends mieux le succès du groupe !
/Powerslave. Chanson peu interessante en soi, mais le rendu de certains passages mis en valeur est probant de la qualité des enceintes.
/Hallowed by thy name. Si on ferme les yeux, la foule prend vie, elle prend forme tel un ocean mouvant devant nous. Scène immense, le chanteur est bien en chair, malgré le son de la voix par forcement naturel. L’émotion des mots accentuée par la cloche nous rentre dans les veines, très beau. Meilleur enregistrement de l’album à mon avis.
En general, la voix est certes cachée, mais on voit bien le chanteur, l’articulation des phrases parfaitement rendue. Microdynamiques rendent le concert plus vrai.


Guns N Roses/1
/Civil War. Guitare claire très belle de calme et de douceur, voix bien placée, basse excellement bien reproduite, pafaitement juste. L’élargissement stéréo fait aimer la chanson. Je pourrais ecouter en boucle pendant une heure cette introduction. Voix réaliste, on ne peut s’empecher de danser un peu du corps : )
/14 years. Excellent enregistrement, on se répresente aisement le micro du chanteur.
/Knock.. On est dedans des les premières notes : un grave bien posé, les écarts de hauteur entre les notes prennent une véritable dimension sonore. Il n’y a guère que les voix un peu en retrait. Les petites poses d’aigus, souples, langoureuses et vivantes par le son clair font aimer une fois de plus la musique.
/Breakdown. Très belle intro, piano pas vraiment profond mais riche.
/ So fine. Maginifico. On frétille avec le chanteur. Batterie encore ultrarealiste (point fort des enceintes)
/ Estranged. Intonations de la voix audibles jusuq’au plus petit souffle. A écouter le passage calme :pas assez de mots.
/Don’t cry. Voix étrangement éparpillée, mais pour la première fois j’entends le chanteur non gueuler, même pas chanter, mais parler.


Madonna/Ray of light
/substitute for love. Belle electro, on se laisse immediatement envahir par la musique. voix aplatie contre un mur invisible et repartie sur toute sa surface. En s’écartant des enceintes, la voix se focalise et prend une sonorité crédible. La chanson se laisse écouter pour entendre la suite. Basses magnifiquement tendues, chaque note se libère, chaque modulation se fait entendre, elles nous envelloppent tout entier et ne nous laissent plus s’échapper de l’écoute.
/Swim. Musique organique, mais vraiment, vraiment trop de basses ! Seule la voix de Madonna ressort dans les médium et les aigus.
/Ray of light. Quelle belle respiration des instruments du début! Puis attaque puissante mais douce. Tous les effets ressortent super bien.
/Skin. Microbruitages magiques.
/Sky fits heaven. De la pure bombe. L’ampleur du son produit du début fait penser à des enceintes colonnes, l’attaque de basse ensuite perce la réalité. Le piano par-dessus réussit l’exploit d’être aérien et léger.
/Frozen. Pureté rare des sons.. Fait penser au ciel.
/The power of goodbye. Son de discothèque, les effets mirifiques : ils arrivent à percer l’océan de basses et viennent résonner dans la pièce en vagues sonores.
En general : meilleur cd de rodage par les basses )))


Queen/Innuendo.
/Innuendo. Batterie parfaitement naturelle, bien qu’un peu lointaine. Basses bien en place.
Guitare du passage calme : on pourrait la palper physiquement. Dynamique et punch. On y est, on ne peut plus y echapper, on est emporté par le flot de musique, tel un poisson dans une vague oceane. Voix douce, mais perçante sur une tranche du spectre sonore.
/dont try so hard. On ne peut s’empecher d’écouter jusqu’au bout. Voix forte, mais naturellement douce ; image ample ; basses nous accompagnent sans cogner ; passage fort reussi sans problement, c’est même la que les enceintes s’en sortent le mieux. Rhaah, lovely : ) Les enceintes sont deux blocs de pierre impassibles qui font apparaître le son quelque soit la difficulté devant elles.
/Ride to.. Voix un peu décevante, mais l’avalanche de batterie/basse est impressionante.
/Show must go on. Titre qui devrait être le plus impressionant.. qui ne l’est pas forcement ici, faute à une trop grande décomposition des sons. Ecoute chirurgicale certes, mais ici on en perd l’effet de grandeur recherché..


Soel/St Germain.
/1. Waouw, quel debut ! On y est tout de suite, et on n’est pas prêt de zapper face à cette dynamique rythmique savamment gerée ! voix criarde et guitare sourde neanmoins.
/2. Aie ! L’entrée en matiere est bluffante ! La batterie se rajoute piece par piece en creant une image stereo digne d’un mur sonore. Une des meilleures ecoutes pour l’instant.
/4. Le souffle de la vie serait-il entré dans ses enceintes ? On les entend respirer le son ! Difficile de faire beaucoup mieux..
6/goutelettes absolument pharamineuses – on les entend non seulement comme en vrai, mais avec l’effet 3d
/7. Ca y est, je suis amoureux. Des enceintes. Rien de remarquable pourtant au niveau de la musique, du son, mais cette fois-ci l’ensemble prend et nous fait une omelette royale. On n’entend pas 1 paire d’enceintes, mais 3 ou quatre, pour tous les instrus reproduits. Batterie,clochettes,voix et guitare,violons : chacun dispose d’une voie reservée


Daft Punk/Homework. On va voir si les enceintes peuvent nous étonner sur ce CD archi connu
/Daftendirekt. Oui, on est etonné : on entend le mix original sans artifices, avec tous les effets en real live ! On est dans le studio du groupe, avec eux, on les voit chanter, triturer les boutons en meme temps, lancer la programmation de la batterie. D’un interet archeologique pourtant.
/Revolution. On entend l’air entre les sons, dynamique au point. Le corps du mix trop enfermé sur lui-même, dommage.
/Da funk. Sons propres et clairs ce qui les rend caracteriels, donc vivants.
/Around the world. Avez-vous deja reellement entendu la basse du mix ? Et les guitares d’effets qui accompagnent ce morceau ? J’en doute : )
/Rock N Roll. Fait litterallement bouger la pièce d’ecoute, pourtant le son est clair..
/Alive. Belle ampleur, les basses travaillent sans fioritures, elargissements stereo impeccables, piano d’accompagnement audible et necessaire. On ecoute et on prend du plaisir. L’ecoute pro confirme la bonne anticipation que j’avais eue à preferer ce morceau aux autres lorsque j’écoutais sur une chaine stereo d’antan.



Avril/Members only.
/Urban serenade. Les chuchottements font presque peur de realisme, de veridicité d’espacement sonore. Impression d’etre dans Ring.. Stupefaction sonore. La chanson en elle-même looks like viel compressed. En surmontant sa premiere minute, on arrive dans un pré-Paradis sonore d’une demi minute.
/Room/ Ambiance d’une bande sonore pour film, surprises sonores qui touchent toujours au but. Si c’est un test de bruitage, il est reussi, pour la chanson on reviendra : ensemble flottant et mal defini.
/Cant Stand. La sonnerie de porte est plus vraie que nature : je me suis levé pour aller voir qui c’etait : ) Le reste est un peu fatiguant à écouter.
/As the music stops. On entend l’artifice utilisé pour la voix, l’écho rajouté pour faire “enregistré en vrai”.
/Eve. On redecouvre ce beau morceau.. non, on ne redecouvre pas, on se dit, qu’on l’écoute pour la premiere fois. Abondance de details, foisonnement d’effets audibles, zoom sur le travail sur la voix.. Ce n’est plus de la musique, mais une autopsie, realisée par un grand maitre.
/Ronfless. Quel est donc ce bruit etrange ? La pliue, les voisins, les souris qui grattent ? non, c’est les percussions du disque. Dynamique réaliste par ensuite.


Serge Reggiani. C’est rare pour etre souligné : le niveau du son est limité par la voix, pas les guitares ou les basses.
/Le petit garcon. La voix semble provenir d’un excellent moniteur mono vintage : exactement au milieu, mono sans doute. Les instruments pas envahissants, très bien espacés, basse d’appartement. On ecoute et reflechit au texte.
/Il suffirait.. idem pour la voix. Vents magnifiquements placés, piano très bien aussi : separés des autres instruments par des cloisons invisibles, ils vivent leur propre vie. Excellent.
/Madame Nostalgie. Le chanteur semble tellement près, qu’on s’écarte volontairement par instinct ( et pour ne pas prendre le souffle de sa bouche dans son visage).
/Moi j’ai le temps. Vents ( ?) du debut naturels.
/Les loups. .. Joli piano, vrai dans ses imperfections, voix toujours aussi proche et mono.
/Votre fille.. On entend bien la difference d’enregistrement des cordes et du piano, des clochettes, de la guitare..
HM1848
 
Messages: 280
Inscription: 22 Sep 2006 21:31
Localisation: Saint Maur des Fossés
  • offline

Message » 05 Avr 2007 21:39

Très complet ton CR d'écoute ! Une petite photo pour mettre un visage sur ces enceintes.

Image
LGDS
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2513
Inscription: 14 Nov 2002 22:18
Localisation: Ile de France
  • offline

Message » 05 Avr 2007 22:51

KurtLil a écrit:De bonnes actives ont besoin d'une bonne source, les miennes montrent toutes les insuffisances du mp3, elles préfèrent le SACD :wink:


Piou ...... !!!!!! N'importe quoi ! :mdr:

@+
TJL
 
Messages: 1918
Inscription: 27 Déc 2001 2:00
Localisation: Pas de Calais
  • offline


Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message