Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: JG Naum, LiveSound et 25 invités

Toutes les enceintes HiFi

Enceintes FISCHER & FISCHER

Message » 29 Mai 2010 16:50

Bonjour à tous,

Importées depuis peu en France, ces enceintes n'ont pour l'instant pas fait beaucoup parlé d'elles mis à part un article dans la revue Haute Fidélité l'année dernière.
A la recherche de nouvelles enceintes, il se trouve que le magasin ou j'ai acheté ma paire précédente les distribue aujourd'hui.

Il s'agit du magasin Espace Cinéma, à Mouroux (77120). Le propriétaire du magasin, Fabrice MAZZOLENI est une personne particulièrement sympathique et disponible, je le remercie encore pour son accueil chaleureux, comme à chaque visite.

Je suis donc allé faire une écoute attentive de ces curieuses enceintes en ardoise dans le cadre de ma recherche et je vous livre ici mes premières impressions :

J’avais préparé deux compilations allant de la musique classique jusqu'à la techno afin d’apprécier les qualités des enceintes dans tous les domaines.

Je rappelle que mes écoutes personnelles se décomposent à peu près ainsi :

• 50% classique (principalement piano)
• 10% rock
• 20% musiques électroniques
• 20% variétés, pop,...

Et d’autre part, je suis à la recherche d’une esthétique sonore particulière ; je ne recherche pas « la vérité absolue » en termes de transparence ou d’autres critères. J’attends de trouver une enceinte ayant une bande passante la plus large possible mais dont les aigus ne m’agressent pas, les médiums soient plein et pourquoi pas colorés si c’est agréable et dont le bas du spectre soit intelligible sans proéminence ni trainage.

Les électroniques en place étaient issues de la gamme Audio Flight avec un ampli marchant en classe A. Selon Fabrice, c’était un ensemble neutre et linéaire ce qui s’est révélé, à la mesure des écoutes tout à fait vrai.

Les morceaux écoutés (je ne mets que les principaux et encore, je n’ai pu tous les écouter sur chaque enceinte sinon, il aurait fallu que je dorme sur place) :

Pour commencer, le classique :

J.S.Bach : Les suites pour violoncelle seul par Jean-Guihen Queyras
Chopin : Mazurkas op.33 et Valtzes op.34 par Maurizio Pollini
Chopin : les Polonaises par Maurizio Pollini
Vivaldi : les Quatre saisons par Guiliano Carmignola

Après, plus moderne:

Amy Macdonald: This is the life (acoustic version)
Céline Dion: Immensité
Dire Straits: Where do you think you’re going?
Izia: let me alone
Birdy Nam Nam: love yiour enemy
Los Hermanos: Lines of Nazca
Radiohead: Everything in Its Right Place (Josh Wink Remix)

Autres morceaux survolés: Nirvana unplugged, Rage against the machine, Kyo, Jean-Marc Luisada, Alexandre Tharaud…


En écoute donc, les Fischer & Fischer SN450:

Esthétiquement d’abord, je les trouve très belles.
Elles sont en ardoise brute (possibilité de les avoir en ardoise laquée).
Elles sont discrètes (dimensions modestes : H=1115mm, L=210mm, P=350) mais lourdes, très lourdes : 86Kg chacune !

Tweeter: Esotar 28mm (dôme en textile)
Mid-range: 177mm en magnésium
Boomer (latéral) : 220mm en fibre de carbone
Rendement modéré à 88db

Installé confortablement dans le canapé deux places de mon salon…euh… du magasin, la très belle et lourde télécommande en aluminium massif de l’Audio Flight en main, j’appui fébrilement mais motivé sur le bouton Play. A vrai dire, je ne sais pas à quoi m’attendre et je ne sais pas très bien non plus quelles sont mes espérances.
De ce fait et d’autre part, parce que jusqu’à maintenant, je suis formaté à un type de reproduction sonore particulier, il va me falloir un petit temps d’adaptation afin d’apprécier le changement que d’ailleurs je souhaite.

C’est parti avec le violoncelle :
Les premières notes sont agréables, les cordes ont du corps, elles sont « grasses » et la musique est fluide, il n’y a aucune rugosité. On distingue le bruit des doigts frappant les cordes, un peu moins l’archet. La respiration de l’artiste est audible par moment aussi.
Le grave est très présent mais pas envahissant, c’est puissant sans être agressif, l’instrument occupe une belle scène sonore.

Le piano :
Les polonaises par Pollini comme les Mazurkas (par Pollini toujours) mais dans une moindre mesure, expose un enregistrement un peu trop dur à mon gout et souvent, ça s’entend sur les enceintes donc, malgré la virtuosité de Pollini sur ces disques, le rendu n’est pas toujours exceptionnel.
Sur les Fischer, grosse surprise, ça passe très bien, très très bien même. C’est toujours détaillé, on entend quelques bruits d’ambiance (respiration, chaise, doigts) mais l’ensemble est léger, raffiné, fluide, c’est la première fois que je ressens ces morceaux caresser mes oreilles de cette façon.

Le violon :
Le tweeter isotar fait ici aussi des miracles, il ne dispense aucune agressivité, le clavecin que l’on distingue en arrière-plan est dans le même registre que le violon : raffiné ; la musique « coule » comme de l’eau, c’est naturel, je pourrais rester des heures à écouter ce disque sans aucune fatigue auditive.

Amy Macdonald en acoustique :
Bel effet holographique, la chanteuse et sa guitare parait à quelques mètres, pile devant moi. Les enceintes se sont totalement effacées. Le morceau est équilibré, les timbres sont neutre, pas d’enjolivement de la voix ni de la guitare mais toujours cette absence d’agressivité, cette douceur naturelle, je ne sais pas si c’est le réglage du filtre ou le tweeter en lui-même qui sonne comme ça mais je dois avouer que, si ça peut ne pas plaire à tout le monde, je suis personnellement complètement sous le charme.

Le reste des écoutes a confirmé les premières impressions : j’ai toujours ressenti cette grande lisibilité, cet aigu défini sans être agressif, des basses biens présentes mais pas proéminentes et pas d’effet boomy.


Un petit défaut tout de même : Je trouve que le choix de porter sur le côté le boomer est risqué ; je ne sais pas si c’est psychologique ou pas mais comme je n’ai pas vraiment ressenti de pression acoustique, je me dis que la cause est que le déplacement du Hp de grave est latéral et non à l’avant. En effet, pas de déplacement d’air en face de soi donc pas de poussée sur les poumons.
D’autre part, sur la cohérence de l’ensemble des registres : vers la fin de mes écoutes, une impression de découpage du spectre sonore s’est dégagée : les graves d’un côté, présents mais contenus ; de l’autre, des aigus mis en valeur et enfin, les médiums un peu transparents au milieu.

Je me rendrai compte plus tard qu’en fait, c’était dû à la grande lisibilité de chacune des parties du spectre qui permet une lecture différenciée de celles-ci mais sans nuire à la cohérence de l’ensemble. En phase d’écoute ou plutôt d’analyse dans ce cas-là, on a tendance à se focaliser sur les détails et à décortiquer un maximum d’éléments afin de mettre des notes positives ou négatives sur tous les points qu’on arrive à distinguer.
Remis dans un contexte d’écoute domestique, le cerveau se relâche pour se détendre et prend la musique comme un ensemble non plus à analyser mais à vivre ou plutôt se laisser vivre…

En conclusion, je pense que c’est une enceintes très neutre, relativement douce qui a permis sur cette écoute de laisser transpirer toutes les qualités de la classe A, c'est-à-dire cette relative douceur, cette impression de naturel déconcertant, ce délié caractéristique.

Evidemment, ce CR est complètement subjectif car j’ai des attentes particulières et ces enceintes en ont comblé une très grande partie. Je vais poursuivre mes écoutes mais ces Fischer & Fischer sont d’ores et déjà dans ma short list, elles sont exceptionnelles.

Le seul hic, c’est le prix : 11700€ ! Quand on regarde les enceintes et leur gabarit modeste, on se demande quand même si ce n’est pas du platine à la place de l’ardoise…
L’écoute passée, on comprend déjà un peu mieux et de plus, la relative discrétion des enceintes est un signe très favorable à l’acceptation de ces belles dans un salon (il faut juste ne pas mentionner le prix !).

Voilà ma petite contribution, je ne suis pas un pro du CR mais j’espère que je vous aurais donné envie d’aller prendre le temps d’écouter ces Fischer & Fischer qui se révèlent être des enceintes incontournables !
Par contre, comme elles ne sont pas démonstratives, il faut prendre quelques disques à soi bien connus et faire une écoute attentive afin de se rendre compte de ses très nombreuses qualités.

@+
Dernière édition par laurentgauth le 30 Mai 2010 1:29, édité 1 fois.
laurentgauth
 
Messages: 996
Inscription: 22 Nov 2004 18:59
Localisation: 15
  • offline

Annonce

Message par Google » 29 Mai 2010 16:50

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 29 Mai 2010 17:26

+100 Fabrice est super, le déplacement à Mouroux vaut le coût : http://www.hificine.com/, pour les enceintes oui elles sont tres waf compatible.
invite8
Broker.
Broker.
 
Messages: 3098
Inscription: 15 Aoû 2009 17:38
  • offline

Message » 05 Jan 2018 15:52

Je suis un peu surpris qu'il n'y ait pas eu plus d'interventions sur ce fil dédié à une marque dans son entier même si ici, il est question d'un seul CR relatif à un seul modèle...

La tendance est à ... l'inertie dans les modèles... Il n'y a tout de même pas que Magico qui en a le monopole ?

Lucus, qui a eu, il me semble des Fischer & Fischer est appelé convoqué à la barre pour nous parler du modèle qu'il a eu (il me semble !)...
Bien sûr que ça n'est pas raisonnable ! Mais en HI-FI est-ce le but ? Mario RICCI.
Je ris très peu mais j'apprécie beaucoup l'humour.
yijing
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 13178
Inscription: 08 Mai 2005 23:56
Localisation: Paris 15
  • offline

Message » 15 Jan 2018 20:05

Ouh là, convocation qui n'est pas arrivé jusque chez moi... :lol:
En fait, je possède toujours les SN510, donc les "monitor" de la marque. Si on peut appeller ça des monitors: Elles font 90Kg l'enceinte (avec le socle), mas ce sont les seuls que l'ont peut "couper en deux" parties, socle et enceinte etant détachable.
Je possède ces enceintes depuis bientôt 4 ans (un record chez moi). Je les accompagne avec un caisson coupé bas (env.50Hz), et elles me donnent totalement satisfaction: Elles sont completement neutres (aucun bruit de caisse), le tweeter Esotar fait des merveilles, et elles ont un peu plus de sensibilité que les autres modèle de la marque. J'ai voulu ce modele pour pouvoir gerer les basses comme je l'entendait, avec plus ou moins de volume sur le caisson.
Ces enceintes sont imperturbables sur tout type de musique, même si le jazz et le classique sont leur point fort. En plus, je les trouve belles dans leur livrée de granit/ardoise noire. Elles laissent transparaitre le moindre changement en amont avec neutralité et précision. Bref, une super enceinte, malheureusement plus fabriquée.
J'aime moins leur nouveaux modèles avec le tweeter ruban: J'ai l'impression qu'ils ont cédé à la mode, et qu'ils ont aussi voulu diversifier leurs approvisionnements. Je trouve que le ruban "déséquilibre" un peu l'enceinte, le nouveau boomer aussi. L'integration est moins bien réussie que l'association magnesium + esotar
Lucus
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1276
Inscription: 14 Jan 2006 19:58
Localisation: Entre la Seine et le Rhône
  • online



Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message