Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 30 invités

Toutes les enceintes HiFi

La SPHERE de CABASSE, la meilleure enceinte au monde ?

Message » 14 Juin 2012 13:04

Scytales a écrit:
wald a écrit:
Edit : si ma mémoire est bonne, les premières SCS, époque George, présentaient déjà cette caractéristique d'affaiblement mais moins notable que les derniers qu semblent être presque en défaut, notamment le BC17, sachant en revanche que le HP DOM des anciennes générations avait au contaire une pointe autour de 15 Khz mais chutaient ensuite très rapidement. Sa directivité en revanche était assez modérée dans mon souvenir. Si ça trouve je me plante completement :ko:


Je crains que tu te plantes complètement :) :wink: : les premières SCS (qui s'appelaient MC) présentaient une courbe de réponse en fréquences régulièrement ascendante dans l'axe, ce qui était visible non seulement sur les mesures en chambre sourde publiées par Cabasse, mais aussi sur les quelques mesures effectuées par des revues. A 30 °, la courbe de réponse était presque plate dans l'extrême aigu et à 45°, elle était décroissante.

Ces mesures sont visibles sur le Wikicabasse sur les colonnes Egéa, Iroise, Pacific.

Par contre, on notera que la courbe dans l'axe de la bibliothèque Goélette MC est plate à 0° et décroissante à 30° et 45°.


Comme disait (je crois) je ne sais plus quel grand ponte du journalisme,lazareff I presume, le démenti est aussi une information (je m'attends au pire vu les journaleux qui traînent dans le coin :charte: ).

Donc ça n'était pas du tout ça mais le contraire :ko: mais, justement (de l'art de rebondir, pas vu pas pris :mdr: ) pourquoi des caractéristiques si différentes entre les deux tri-axiaux, l'un montant, l'autre descendant, sachant qu'aucun au final ne relève du fil droit ?

Je ne connais pas beaucoup d'enceintes ayant une prétention à l'excellence qui présente une chute aussi significative dans l'axe après 12 khz....

Et quid de la directivité. De mémoire (je sais je sais :oldy:), le BC 17 présente une franche directivité dans le haut medium jusqu'au recoupement avec le tweeter, qui lui même est directif, moyennant quoi la courbe hors de l'axe est tourmentée
(ci après la courbe dans l'axe qui est déjà curieuse viewtopic.php?f=1031&t=29947988&start=120).
wald
 
Messages: 1918
Inscription: 07 Avr 2008 9:40
  • offline

Annonce

Message par Google » 14 Juin 2012 13:04

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

La Baltic II avec le caisson DD15

Message » 14 Juin 2012 18:32

syber a écrit:Je complète cette série de courbes mesurées, par celle de la Baltic II seule, réalisée chez Igor, en condition quasi anéchoïque (la baltic dégagée de tout obstacle à 2 mètres, micro situé dans l'axe à 1 mètre, hauteur du micro à 1,2 m en regard du tweeter, ce qui donne 350 Hz en gros et j'ai fait un fenêtrage à 3 ms en 1/6 d'octave pour pouvoir comparer avec les mesures précédentes ). Donc concrètement, cette courbe est valable à partir de 350 Hz :
Image

Effectivement elle est belle cette courbe de la Baltic II :wink: .
Deux remarques supplémentaires:

1/ Le caisson Vélodyne DD15 avait a l'époque été en niveau réglé trop faible par TMS (ce qui se voit sous 100Hz).

2/Le caisson DD15 semble descendre a 10 Hz sur ta courbe :o ....

nota: il faudrait connaitre pourquoi cette courbe ne serait valable qu'a plus de 350 hz :-?

wald a écrit: :wink:
Je ne connais pas beaucoup d'enceintes ayant une prétention à l'excellence qui présente une chute aussi significative dans l'axe après 12 khz....


En cas de fort pincement des enceintes, un tweeter à la position d'écoute ne monte guère au delà de 12 kHz.
Par contre on évite ainsi le "trou" dans l'aigu au centre de l'image sonore;
Dernière édition par Igor Kirkwood le 14 Juin 2012 18:48, édité 6 fois.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6749
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 14 Juin 2012 18:32

cette courbe est valable à partir de 350 Hz :
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 14 Juin 2012 22:24

wald a écrit:
Donc ça n'était pas du tout ça mais le contraire :ko: mais, justement (de l'art de rebondir, pas vu pas pris :mdr: ) pourquoi des caractéristiques si différentes entre les deux tri-axiaux, l'un montant, l'autre descendant, sachant qu'aucun au final ne relève du fil droit ?


Voici ce que m'a affirmé Philippe Muller a propos des Pacific MC/SCS : « Leur courbe dans l'axe est régulièrement montante, comme celle des Atlantis. Cela les destine aux pièces plutôt vastes dans lesquelles la récupération de la puissance totale rayonnée, grâce aux réflexions et à la réverbération, permet d'obtenir un résultat très équilibré ».

Ces informations m'ont permis de mieux comprendre comment exploiter mes propres Iroise SCS, avec un certain succès.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10079
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 15 Juin 2012 6:43

Igor Kirkwood a écrit:
syber a écrit:Je complète cette série de courbes mesurées, par celle de la Baltic II seule, réalisée chez Igor, en condition quasi anéchoïque (la baltic dégagée de tout obstacle à 2 mètres, micro situé dans l'axe à 1 mètre, hauteur du micro à 1,2 m en regard du tweeter, ce qui donne 350 Hz en gros et j'ai fait un fenêtrage à 3 ms en 1/6 d'octave pour pouvoir comparer avec les mesures précédentes ). Donc concrètement, cette courbe est valable à partir de 350 Hz :
Image

Effectivement elle est belle cette courbe de la Baltic II :wink: .
Deux remarques supplémentaires:

1/ Le caisson Vélodyne DD15 avait a l'époque été en niveau réglé trop faible par TMS (ce qui se voit sous 100Hz).

2/Le caisson DD15 semble descendre a 10 Hz sur ta courbe :o ....

nota: il faudrait connaitre pourquoi cette courbe ne serait valable qu'a plus de 350 hz :-?

wald a écrit: :wink:
Je ne connais pas beaucoup d'enceintes ayant une prétention à l'excellence qui présente une chute aussi significative dans l'axe après 12 khz....


En cas de fort pincement des enceintes, un tweeter à la position d'écoute ne monte guère au delà de 12 kHz.
Par contre on évite ainsi le "trou" dans l'aigu au centre de l'image sonore;


Et bien comme je l'ai mentionné, il s'agit de la mesure de la Baltic II seule en conditions quasi anéchoïques. :D Micro à 1 mètre, hauteur de la Baltic égale à 1,2 mètres. L=1/F x 343, donc pour une distance d'un mètre, cela donne grosso modo 350 Hz.



NB : Je précise qu'il s'agit là de mesures de néophyte réalisées avec un micro non calibré. Je me décide à les poster pour faire réagir les lecteurs de ce topic sur deux points :
- on peut faire dire ce que l'on veut à des mesures quand on ne sait pas dans quelles conditions elles ont été faites.
- le local, bourdel ! Le local ! Il forme un couple avec l'enceinte ! :wink:
syber
 
Messages: 10307
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 15 Juin 2012 7:40

Scytales a écrit:
wald a écrit:
Donc ça n'était pas du tout ça mais le contraire :ko: mais, justement (de l'art de rebondir, pas vu pas pris :mdr: ) pourquoi des caractéristiques si différentes entre les deux tri-axiaux, l'un montant, l'autre descendant, sachant qu'aucun au final ne relève du fil droit ?


Voici ce que m'a affirmé Philippe Muller a propos des Pacific MC/SCS : « Leur courbe dans l'axe est régulièrement montante, comme celle des Atlantis. Cela les destine aux pièces plutôt vastes dans lesquelles la récupération de la puissance totale rayonnée, grâce aux réflexions et à la réverbération, permet d'obtenir un résultat très équilibré ».

Ces informations m'ont permis de mieux comprendre comment exploiter mes propres Iroise SCS, avec un certain succès.


C'est une question de puissance rayonnée si j'ai bien compris. Chaque enceinte se comporte différemment dans un local donné et malheureusement cette information - connue des constructeurs sérieux - n'est pas communiquée car assez difficile à comprendre et briseuse du rêve consistant à s'acheter le matériel le plus gros possible. Combien de fois ai-je lu sur les forums que tel ou tel avait acheté les Majorca ou les iroise au lieu des Java ou des Egea ... parce que pour à peine plus cher on avait deux boomer de 21 cm au lieu de deux de 17 cm ! :roll: :lol: Mais si on leur fait la remarque, il répondent que "qui peut le plus, peut le moins", ce qui en l'espèce n'est pas forcément vrai.

En fait, la bonne démarche serait de choisir les enceintes en fonction de la taille de son local d'écoute. Je pense que celui qui a cette démarche doit pouvoir trouver la bonne info en contactant directement les-dits constructeurs.
syber
 
Messages: 10307
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 15 Juin 2012 8:22

Mahler a écrit:C'est une zone pleine de perturbations, une zone où celle-çi sont plus audibles, surtout dans les pièces communes. N'est ce pas mon poète ? :adieu:


Yessssss

Combien de fois ais je dit qu'un système commence toujours par le milieu, l'extrême grave et l'extrême aiguë c'est largement secondaire, quand c'est pil poile réglé au millimètre, on se passe tous les CD, même les plus pourris, plus besoin de caisson de graves, pour donner plus d'ampleur et cacher la misère.

Philippe
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 15 Juin 2012 8:34

BPhil a écrit:
Mahler a écrit:C'est une zone pleine de perturbations, une zone où celle-çi sont plus audibles, surtout dans les pièces communes. N'est ce pas mon poète ? :adieu:


Yessssss

Combien de fois ais je dit qu'un système commence toujours par le milieu, l'extrême grave et l'extrême aiguë c'est largement secondaire, quand c'est pil poile réglé au millimètre, on se passe tous les CD, même les plus pourris, plus besoin de caisson de graves, pour donner plus d'ampleur et cacher la misère.

Philippe



Méfiance ! C'est la première étape du renoncement qui conduit à ne plus faire la différence entre un autoradio toupourri et de la véritable HiFi ! :lol: 8)
syber
 
Messages: 10307
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 15 Juin 2012 9:13

j'avoue que depuis un certain temps je ne sais plus faire la différence entre une chaîne hi-fi et la véritable musique, je me sent perdus, par contre comme je déteste les voitures je ne possède pas autoradios, mais un truc son et image ou mon gros bébé velodyne s'y sent à merveille.

Un jour tu comprendra ça parfaite inutilité.

Cdt Philippetu
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 15 Juin 2012 11:33

syber a écrit:
Scytales a écrit:
wald a écrit:
Donc ça n'était pas du tout ça mais le contraire :ko: mais, justement (de l'art de rebondir, pas vu pas pris :mdr: ) pourquoi des caractéristiques si différentes entre les deux tri-axiaux, l'un montant, l'autre descendant, sachant qu'aucun au final ne relève du fil droit ?


Voici ce que m'a affirmé Philippe Muller a propos des Pacific MC/SCS : « Leur courbe dans l'axe est régulièrement montante, comme celle des Atlantis. Cela les destine aux pièces plutôt vastes dans lesquelles la récupération de la puissance totale rayonnée, grâce aux réflexions et à la réverbération, permet d'obtenir un résultat très équilibré ».

Ces informations m'ont permis de mieux comprendre comment exploiter mes propres Iroise SCS, avec un certain succès.


C'est une question de puissance rayonnée si j'ai bien compris. Chaque enceinte se comporte différemment dans un local donné et malheureusement cette information - connue des constructeurs sérieux - n'est pas communiquée car assez difficile à comprendre et briseuse du rêve consistant à s'acheter le matériel le plus gros possible. Combien de fois ai-je lu sur les forums que tel ou tel avait acheté les Majorca ou les iroise au lieu des Java ou des Egea ... parce que pour à peine plus cher on avait deux boomer de 21 cm au lieu de deux de 17 cm ! :roll: :lol: Mais si on leur fait la remarque, il répondent que "qui peut le plus, peut le moins", ce qui en l'espèce n'est pas forcément vrai.

En fait, la bonne démarche serait de choisir les enceintes en fonction de la taille de son local d'écoute. Je pense que celui qui a cette démarche doit pouvoir trouver la bonne info en contactant directement les-dits constructeurs.


Je ne comprend pas bien

1. Qu'est-ce que la puissance rayonnée ?
Je crois avoir une petite idée mais j'ai peur de faire fausse route.

2. En quoi la récupération de cette puissance rayonnée permet d'équilibrer une courbe montante ?
Je suppose - mais s'agit-il bien de cela ? - que la récupération de la puissance rayonnée décroît aux fréquences les plus élevés.

3. Pourquoi le phénomène de récupération de puissance rayonnée serait différent dans une pièce plus petite ?

4. Pourquoi la sphère semble-t-elle procéder d'un principe exactement contraire (courbe descendante), alors qu'elle est pareillement a priori destinée aux grandes pièces ? Est-ce qu'on additionnne pas les contraintes ?

5. Sur l'observation d'Igor, selon laquelle le pincement des enceintes (i) permet d'améliorer l'image mais (ii) va de toute manière faire décroître les fréquences au-delà de 12 Khz en rayonnement direct :

- l'amélioration de l'image est-elle un constat seulement subjectif ou bien est-elle corrélée par une explication " technique" ?

- intuitivement, surtout avec une enceinte fortement directive, on comprend le phénomène de diminution dans les fréquences extrêmes aiguës en cas de pincement des enceintes. J'avais cru comprendre toutefois que la réflexion sur les parois latérales compensait le phénomène. Je me trompe ?

Quoi qu'il en soit, quelle justification à une enceinte qui en définitive atténuerait la partie la plus haute au risque d'altérer le timbre en supprimant des harmoniques ? (peut-être que statistiquement celà n'a pas d'importance ou en tout cas pas pour un type qui comme moi n'entend plus grand chose au delà de 12/14 Khz :oldy:).
wald
 
Messages: 1918
Inscription: 07 Avr 2008 9:40
  • offline

Message » 15 Juin 2012 11:58

Salut Louis

A l'évidence l'écoute sera la plus montante sur deux enceintes entendues dans l'axe exact donc avec un pincement relativement faible.

Si le pincement est très fort (cas de l'écoute au Studio) le tweeter ne sera pas entendu de face mais avec un certain angle par rapport a l'axe des tweeters. Donc dans ce cas une certaine chute dans l'extrême l'aigu sera inéluctable pour l'auditeur central :( .
Mais avec un sweet spot élargi qui évite aussi un surcroit de réflexions sur les murs Et cela c'est un facteur important de qualité auditive :D .

L'expérience prouve que parfois c'est globalement mieux ainsi (très fort pincement). Le mérite d'avoir trouvé cela appartient à TMS :D .

pour François OK pour les 350 Hz :wink:
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6749
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 15 Juin 2012 13:31

Bonjour,
voilà des questions qui méritent qu'on s'y attarde ! :wink:
wald a écrit:...
Je ne comprend pas bien

1. Qu'est-ce que la puissance rayonnée ?
Je crois avoir une petite idée mais j'ai peur de faire fausse route.
C'est la somme de l'émission sonore de l'enceinte dans toutes les directions (techniquement: l'intégrale de l'intensité acoustique sur une boule).

2. En quoi la récupération de cette puissance rayonnée permet d'équilibrer une courbe montante ?
Je suppose - mais s'agit-il bien de cela ? - que la récupération de la puissance rayonnée décroît aux fréquences les plus élevés.
D'abord, pourquoi cette notion a-t-elle une importance: car ce que l'on entend lorsqu'on est dans une pièce et à une certaine distance de l'enceinte, c'est la somme du "champ direct" (i-e ce qui est émis par l'enceinte et qui parvient directement aux oreilles) et du champ réverbéré (ce qui est émis par l'enceinte et revient aux oreilles après un ou plusieurs "rebonds" sur les parois du local, sol et plafond compris.
Le champ réverbéré décroit en hautes fréquence car les parois "habituelles" ont tendance à plus absorber dans l'aigu que dans le grave, parce qu'il en est de même de l'air (avec une variation non négligeable en fonction des conditions d'humidité), mais aussi par le fait qu'une enceinte est généralement de plus en plus plus directive dans l'aigu, ce qui fait que la puissance est majoritairement rayonnée dans l'axe.
La conjonction de ces trois phénomènes dont deux sont assez variable en fonction de l'enceinte et du local, explique pourquoi les courbes de réponse en fréquence relevée à la position d'écoute montrent presque toujours une décroissance dans l'aigu, mais décroissance qui peut présenter un profil assez différent en fonction donc de la directivité de l'enceinte et de l'absorption des parois.
Ce qui explique donc indirectement, pourquoi viser une "courbe cible" n'a pas beaucoup de sens en milieu domestique, alors que la notion s'applique en cinéma ou tant l'absorption de la salle que la directivité des enceintes sont normées.


3. Pourquoi le phénomène de récupération de puissance rayonnée serait différent dans une pièce plus petite ?
Le champ réverbéré est différent dans une petite pièce pour plusieurs raisons:
- il parvient à l'auditeur après un parcours moyen plus court, et donc avec une intensité supérieure (puisqu'il subit de toutes façons une atténuation de 6dB à chaque doublement de la distance parcourue);
- mais aussi après avoir rencontré plus de parois, et donc avec une intensité inférieure....
On comprend donc que le champ réverbéré est structurellement (direction, intensité, fréquence) très dépendant de la position d'écoute et de la nature du local, c'est pourquoi une adaptation fine est toujours nécessaire pour obtenir des résultats cohérents.

4. Pourquoi la sphère semble-t-elle procéder d'un principe exactement contraire (courbe descendante), alors qu'elle est pareillement a priori destinée aux grandes pièces ? Est-ce qu'on additionnne pas les contraintes ?
Difficile de répondre à cela, d'autant que la Sphère est destinée à être calibrée par rapport au local qui l'héberge, sa courbe de réponse n'est donc pas strictement définie dans l'absolu. Les mesures publiées le sont par rapport à un contexte particulier ayant entraîné une calibration particulière.

5. Sur l'observation d'Igor, selon laquelle le pincement des enceintes (i) permet d'améliorer l'image mais (ii) va de toute manière faire décroître les fréquences au-delà de 12 Khz en rayonnement direct :

- l'amélioration de l'image est-elle un constat seulement subjectif ou bien est-elle corrélée par une explication " technique" ?
Le pincement des enceintes avec croisement devant l'auditeur produit un renforcement de la première réflexion en provenance du mur opposé à l'enceinte en question. D'après Earl Geddes c'est la cause de cette amélioration de l'image.

- intuitivement, surtout avec une enceinte fortement directive, on comprend le phénomène de diminution dans les fréquences extrêmes aiguës en cas de pincement des enceintes. J'avais cru comprendre toutefois que la réflexion sur les parois latérales compensait le phénomène. Je me trompe ?
Tu confonds peut-être avec le fait que ce pincement "excessif" produit une compensation naturelle de la différence de niveau entre les enceintes G/D qui apparait lorsqu'on s'écarte latéralement du sweet spot idéal.

Quoi qu'il en soit, quelle justification à une enceinte qui en définitive atténuerait la partie la plus haute au risque d'altérer le timbre en supprimant des harmoniques ? (peut-être que statistiquement celà n'a pas d'importance ou en tout cas pas pour un type qui comme moi n'entend plus grand chose au delà de 12/14 Khz :oldy:).
Je ne pense pas qu'il puisse se trouver une justification valable en dehors d'un couple enceintes/local particulier.
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse

Message » 15 Juin 2012 20:54

Denis31 a écrit:Bonjour,
voilà des questions qui méritent qu'on s'y attarde ! :wink:
wald a écrit:...
Je ne comprend pas bien

1. Qu'est-ce que la puissance rayonnée ?
Je crois avoir une petite idée mais j'ai peur de faire fausse route.
C'est la somme de l'émission sonore de l'enceinte dans toutes les directions (techniquement: l'intégrale de l'intensité acoustique sur une boule).

2. En quoi la récupération de cette puissance rayonnée permet d'équilibrer une courbe montante ?
Je suppose - mais s'agit-il bien de cela ? - que la récupération de la puissance rayonnée décroît aux fréquences les plus élevés.
D'abord, pourquoi cette notion a-t-elle une importance: car ce que l'on entend lorsqu'on est dans une pièce et à une certaine distance de l'enceinte, c'est la somme du "champ direct" (i-e ce qui est émis par l'enceinte et qui parvient directement aux oreilles) et du champ réverbéré (ce qui est émis par l'enceinte et revient aux oreilles après un ou plusieurs "rebonds" sur les parois du local, sol et plafond compris.
Le champ réverbéré décroit en hautes fréquence car les parois "habituelles" ont tendance à plus absorber dans l'aigu que dans le grave, parce qu'il en est de même de l'air (avec une variation non négligeable en fonction des conditions d'humidité), mais aussi par le fait qu'une enceinte est généralement de plus en plus plus directive dans l'aigu, ce qui fait que la puissance est majoritairement rayonnée dans l'axe.
La conjonction de ces trois phénomènes dont deux sont assez variable en fonction de l'enceinte et du local, explique pourquoi les courbes de réponse en fréquence relevée à la position d'écoute montrent presque toujours une décroissance dans l'aigu, mais décroissance qui peut présenter un profil assez différent en fonction donc de la directivité de l'enceinte et de l'absorption des parois.
Ce qui explique donc indirectement, pourquoi viser une "courbe cible" n'a pas beaucoup de sens en milieu domestique, alors que la notion s'applique en cinéma ou tant l'absorption de la salle que la directivité des enceintes sont normées.


3. Pourquoi le phénomène de récupération de puissance rayonnée serait différent dans une pièce plus petite ?
Le champ réverbéré est différent dans une petite pièce pour plusieurs raisons:
- il parvient à l'auditeur après un parcours moyen plus court, et donc avec une intensité supérieure (puisqu'il subit de toutes façons une atténuation de 6dB à chaque doublement de la distance parcourue);
- mais aussi après avoir rencontré plus de parois, et donc avec une intensité inférieure....
On comprend donc que le champ réverbéré est structurellement (direction, intensité, fréquence) très dépendant de la position d'écoute et de la nature du local, c'est pourquoi une adaptation fine est toujours nécessaire pour obtenir des résultats cohérents.


Ça fait sens. 8)
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10079
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

L'avantage d'un fort pincement des enceintes.

Message » 18 Juin 2012 10:28

Denis31 a écrit:Bonjour,
voilà des questions qui méritent qu'on s'y attarde ! :wink:
wald a écrit:...
5. Sur l'observation d'Igor, selon laquelle le pincement des enceintes (i) permet d'améliorer l'image mais (ii) va de toute manière faire décroître les fréquences au-delà de 12 Khz en rayonnement direct :

- l'amélioration de l'image est-elle un constat seulement subjectif ou bien est-elle corrélée par une explication " technique" ?
Le pincement des enceintes avec croisement devant l'auditeur produit un renforcement de la première réflexion en provenance du mur opposé à l'enceinte en question. D'après Earl Geddes c'est la cause de cette amélioration de l'image.


Je ne connaissais pas cette explication de Earl Geddes sur l'avantage d'un fort pincement des enceintes, merci Denis 8) .
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6749
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 18 Juin 2012 10:57

Merci Denis, je n'avais pas vu ta réponse, très complète.

PS : Par parenthèse j'ai pincé les enceintes chez moi ce WE (sans voir ta réponse) mais dans ma pièce un peu particulière, l'écoute dans l'axe est plus favorable a priori (mon point d'écoute est en effet au milieu de la pièce (5,5 X 8 X 3.3), à 4 m du mur arrière, appart hausmannien dont les portes entre deux pièces ont été enlevées, ce qui laisse à mi-longueurs, de part et d'autres, deux cloisons de 1 m, entre lesqueles j'écoute....pas le choix.
wald
 
Messages: 1918
Inscription: 07 Avr 2008 9:40
  • offline


Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message