Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: guss 33, j_yves, Jipe31, minicos, speed29, Verbal-Kint et 37 invités

Toutes les enceintes HiFi

Stradivarius

Message » 04 Déc 2017 20:40

padcost a écrit:Le bois aussi vieillit (vibrations différentes), les vernis


Les violons Stradivarius sont aussi composés de bois vieilli, pourtant je ne déteste pas :ane:
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7092
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Déc 2017 20:40

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Déc 2017 20:47

Tss,tss, tss, allez dire ça à Brigitte Macron.

:ane:
pm57
 
Messages: 1708
Inscription: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • offline

Message » 04 Déc 2017 20:56

pm57 a écrit:Tss,tss, tss, allez dire ça à Brigitte Macron.

:ane:

C'est l'archet qui fait tout! :grad:
A+
Robert
...la raison est une frêle chandelle... pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille: "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux"
(H. Broch)
Avatar de l’utilisateur
Robert64
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4216
Inscription: 12 Sep 2006 15:40
Localisation: Sud Ouest
  • offline

Message » 04 Déc 2017 21:04

C'est l'art chèque, y fait tout ! (Rothschild)
Clad 7
 
Messages: 1377
Inscription: 05 Aoû 2008 13:07
Localisation: 73
  • offline

Message » 04 Déc 2017 21:12

syber a écrit:Wald concluant son post sur la multiplicité des causes qui ont peu à peu fait que Cabasse a perdu de son aura, je voudrais porter à l'attention des lecteurs ces éléments d'analyse.

- une incapacité d'exporter le "concept Cabasse" qui a fait que Cabasse ne fut à l'époque de sa splendeur qu'un constructeur franco-français. Lorsque je parle de splendeur, les plus jeunes d'entre nous ne peuvent pas imaginer l'état de révérence qu'une partie de la clientèle d'alors - dont je faisais partie - portait à cette marque et à son discours. Cabasse, c'était le Vatican. Aucune marque actuelle, même B&W, même les plus puissantes commercialement, n'a le même impact.

- des investissements hasardeux, particulièrement dans un outil de production qu'il fut difficile de rentabiliser.

- une perte progressive de présence dans le secteur audio professionnel qui a - en ce qui me concerne - rendu moins audible et crédible le discours de la marque.

Néanmoins, pour avoir écouter une très grande partie des Cabasse actives et passives de la Brigantin III des années 70 jusqu'aux Sphère, il est indéniable que la qualité sonore des gammes actuelles est toujours dans la lignée des anciennes. Quand à la faible qualité de certaines ébénisteries de la période 90/2000 (on pense aux gammes MT 200), c'est aujourd'hui du passé. Les dernières Murano présentent une qualité perçue absolument hors de tout critique (en échange d'un certain prix, il est vrai).


En voilà un post qui ouvre des sujets dans le sujet.

J'avais remarqué l'absence quasi totale de Cabasse en Grande Bretagne dans les années 80 (si ce n'est vaguement cité dans quelques revues) et la marque était inconnue aux États Unis. Mais j'ai l'impression que c'était propre aux marques françaises, sauf Focal dans les années 90-2000 je crois. Je ne sais pas pourquoi Cabasse est demeurée sur son seul marché national quand les anglais - massivement dès les années 70 - , et même les allemands sortaient de leurs frontières (en plus bien sûr des japonais, relativrment présents en accompagnement de leurs électroniques, et évidement des américains - JBL, Bose, Acoustic Research, Infinity ou Martin pour les premiers qui me viennent à l'espri, mais ces deux pays industriels avaient de longue date une ambition mondiale).

La rigueur de Cabasse, nous la devinions d'abord à travers ses "livrets", distribués dans les salons et, on y revient, abec les démonstrations en live (L'anglais QUAD avait une approche similaire d'ailleurs). J'ai lu plus tard des interviews de Georges Cabasse, qui racontaient son indifférence aux modes, et bien plus tard encore ce que décrit par exemple Philippe Muller, collaborateur d'une période enchantée, lequel tient toujours à citer aussi les ingénieurs François Bellec et Joël Richard, ou Bernard Neveu qui n'appartenait pas à l'entreprise mais qui complétait une approche, je dirais éthique, en ce que la recherche de la fidélité était le seul dogme.

On est aux antipodes des conceptions plus ou moins exotiques qui ont pignon sur rue depuis plus de 20 ans :hein: et je crois que ce qui rapproche les "fidèles," qui se reconnaîssent sur ce fil (Scytale, Syber, Robert64 ou Igor et j'en oublie, mille excuses), c'est cet ancrage là, et aussi le refus des allégations sans preuve qui ont oxydé notre objet commun de passion(s).

Pas de hasard, les cabassistes vieillissants (ou non), mais biberonnés aux leçons du maître, se sont aussi rencontrés bien des années après sur l'ABX. Je ne crois pas que G.Cabasse en ait jamais parlé, mais l'esprit est là, à mon avis.

J'ai découvert il y a peu, sur le forum consacré à la marque, cette interview :

https://www.forumcabasse.org/wiki/Inter ... es_Cabasse

Évidement, on comprend, après l'avoir lue, pourquoi les principes d'alors peuvent, après le départ de son créateur, avoir donné l'impression de se diluer, sans doute injustement, dans une autre conception, plus soumise au marché. Je note toutefois que Syber rappelle souvent que, selon lui, qui pratique en quelque sorte des verticales millésimées, la qualité ne s'est pas dégradée avec les annéees.

Édit : en 2006, Philippe Muller avait observé que le successeur de Francois Bellec ne partageait "pas du tout" les principes de Georges Cabasse et aussi que, dans les années 90, le labo aurait déjà perdu progressivement la fin de ses effectifs.
wald
 
Messages: 1920
Inscription: 07 Avr 2008 9:40
  • offline

Message » 04 Déc 2017 21:46

Kelinac une autre marque français bien moins connue que Cabasse fait également de la musique vivante la référence pour concevoir leurs enceintes.
Voici un extrait de leur site qui rappelle la marque bretonne à l'époque de sa splendeur :
La musique vivante est chez nous l'ultime référence, c'est pourquoi les enceintes KELINAC sont à la fois vivantes, neutres et surtout fidèles à la source enregistrée. Cependant, une enceinte idéale doit aussi bien savoir reproduire un piano, un orchestre symphonique qu'un hélicoptère au décollage… que ce soit dans un système traditionnel de Haute-Fidélité stéréophonique ou une installation "Home-Cinema" & "Home-Concert".

http://www.kelinac.com/philosophie-kelinac
Sources : Jriver, APTV 4K ; Amplification : Marantz SR7012 -SMSL AD18 ; Enceintes : Tannoy Definition DC8, Kef T301, BK Electronics XLS200-DF MK2.
Avatar de l’utilisateur
vindermere
Staff Installations
Staff Installations
 
Messages: 6040
Inscription: 06 Déc 2006 19:26
  • offline

Message » 05 Déc 2017 0:48

vindermere a écrit:Kelinac une autre marque français bien moins connue que Cabasse fait également de la musique vivante la référence pour concevoir leurs enceintes.
Voici un extrait de leur site qui rappelle la marque bretonne à l'époque de sa splendeur :
La musique vivante est chez nous l'ultime référence, c'est pourquoi les enceintes KELINAC sont à la fois vivantes, neutres et surtout fidèles à la source enregistrée. Cependant, une enceinte idéale doit aussi bien savoir reproduire un piano, un orchestre symphonique qu'un hélicoptère au décollage… que ce soit dans un système traditionnel de Haute-Fidélité stéréophonique ou une installation "Home-Cinema" & "Home-Concert".

http://www.kelinac.com/philosophie-kelinac


Le discours de Kelinac n'est qu'une pétition de principe à laquelle peu de fabricants ne souscriraient pas (même une marque comme Yamaha avec son ancien label "Natural Sound" se réclame de la musique vivante).

Ce que pratiquait Cabasse et que je suis malheureusement trop jeune pour avoir pu connaître n'était pas une pétition de principe rédigée sur le papier glacé d'un catalogue ou sur un site Internet. C'était une vraie démonstration ainsi menée :

1. Prendre un ensemble musical avec des instruments puissants (piano, batterie) et y ajouter du bonus (clarinette, violon, ...).

2. Le placer dans une bonne salle devant un public composé de plusieurs centaines de personnes.

3. Enregistrer l'ensemble et reproduire l’enregistrement in situ sur des enceintes Cabasse devant les spectateurs en alternant la formation réelle et la bande enregistrée.

Le défi étant d'arriver à bluffer le public pour qu'il n'entende pas de différences évidentes entre les instruments réels et leur enregistrement diffusé sur les enceintes Cabasse.

A ma connaissance, aucune autre entreprise que Cabasse n'a pris le risque de mener ce genre de démonstrations avec une telle constance pendant plusieurs décennies.

Ces démonstrations ont malheureusement cessé au cours des années 90, quand l'entreprise a perdu sa voilure (Cabasse a aujourd'hui un personnel quatre fois moins nombreux qu'il n'en a eu par le passé lorsqu'il était au fait de sa gloire). Mais il faut bien avoir conscience que toute l'aura qui entoure encore le nom Cabasse n'est que l'écho du lointain souvenir de ces démonstrations qui ne pouvaient qu’asseoir l'autorité de la marque.

Allez expliquer que les Cabasse manquent de grave, ont un médium pas assez fruité ou un aigu trop lumineux et pour tout dire manque de musicalité à des personnes qui viennent d'assister à de telles démonstrations qu'aucune autre marque ne prenait le risque de pratiquer... Les détracteurs se rendraient plus ridicule qu'autre chose, sauf à se mettre en danger de la même façon que Cabasse.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10124
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 05 Déc 2017 1:23

Le percheron a écrit:C'est un peu le Linn français.


Linn est très loin d'avoir une notoriété fondée sur les même bases que celle de Cabasse. C'est très différent.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10124
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 05 Déc 2017 7:17

Ben en fait si, une approche rationnelle fondée sur l'ingénierie, une grande qualité de fabrication industrielle, le refus des idées reçues et de l'approche magique de la hifi. Après, la démarche était différente (au sujet du rôle de la source etc...) mais c'est bien la même famille de PME.
Le percheron
 
Messages: 897
Inscription: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Message » 05 Déc 2017 11:11

Wald pour reprendre sur son sujet ! il est bien évident que nous nous sommes laissés submerges par les produits outre atlantique , et que bien entendu l'industrie du disque et autres étant principalement du même coté , bon nombre de sociétés française de très haut niveau n'ont pu accéder au marché internationaux ! surtout ne l'oublions pas avec le protectionnisme de ce coté là , et tjr de rigueur . sachant qu'aujourd'hui , la panoplie Bruxelloise , ainsi que l'europe ,(avec un petit e) dsl n'est qu'un rallongement de l'état américain pour faire plus ou moins digérer leur dette !
Etienne91
 
Messages: 1489
Inscription: 06 Déc 2006 19:57
  • offline

Message » 05 Déc 2017 12:11

ce ne serait pas tout simplement une signature sonore trop spécifique à la marque ? un peu comme Triangle...

C'était loin d’être de tout repos comme écoute...
jeoffrey59
 
Messages: 2065
Inscription: 30 Mai 2011 20:55
  • online

Message » 05 Déc 2017 14:43

jeoffrey59 a écrit:ce ne serait pas tout simplement une signature sonore trop spécifique à la marque ? un peu comme Triangle...

C'était loin d’être de tout repos comme écoute...


L'argument tombe dès lors que si on compare la réalité (un orchestre) avec l'enregistrement de cette réalité reproduit par des enceintes, ni l'une ni l'autre n'ont "une signature sonore trop spécifique".

Dans ce cas, si on trouve une "signature sonore trop spécifique", en tout bonne logique, elle ne peut être imputée à l'enceinte, qui a prouvé qu'elle n'en a pas, mais à la technique d'enregistrement ou de production de la bande-son qu'on écoute, ou à un problème extrinsèque à la chaîne.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10124
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Médaille d'argent

Message » 05 Déc 2017 17:07

Scytales a écrit:
jeoffrey59 a écrit:ce ne serait pas tout simplement une signature sonore trop spécifique à la marque ? un peu comme Triangle...

C'était loin d’être de tout repos comme écoute...


L'argument tombe dès lors que si on compare la réalité (un orchestre) avec l'enregistrement de cette réalité reproduit par des enceintes, ni l'une ni l'autre n'ont "une signature sonore trop spécifique".

Dans ce cas, si on trouve une "signature sonore trop spécifique", en tout bonne logique, elle ne peut être imputée à l'enceinte, qui a prouvé qu'elle n'en a pas, mais à la technique d'enregistrement ou de production de la bande-son qu'on écoute, ou à un problème extrinsèque à la chaîne.


Oui et non

J'ai testé longuement pendant 1 mois dans différents locaux, et sur des copies de Masters38 cm /seconde de certains de mes enregistrements plus d'autres des enceintes Cabasse 135, des Quad électrostatiques, des Yamaha NS-1000x par rapport à mes Monitors du moment: les Technics SB 10 .
Les meilleures étaient les Cabasse 135 et les NS-1000x, hélas :( le niveau en aigu de la 135 était très excessif (presque 20000 Hz à la position d'écoute :o ). Et sans réglage du niveau d'aigu comme la 1000x.
Vous connaissez mon choix final :wink:
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7092
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 05 Déc 2017 18:25

jeoffrey59 a écrit:ce ne serait pas tout simplement une signature sonore trop spécifique à la marque ? un peu comme Triangle...

C'était loin d’être de tout repos comme écoute...


Lorsque l'on écoute un simple Steinway en concert, en fonction des partitions des compositeurs et selon les interprètes, la sonorité du piano peut aller d'un son qui se rapproche d'instruments à vents, jusqu'à ressembler à des cloches sonnant à toutes volées, des tuyaux d'orgues les plus graves qui soient, en passant par des sons d'une sècheresse et d'un impact ressemblant à des silex que l'on frapperait l'un contre l'autre.

Si une chaine n'est pas suffisamment fidèle pour reproduire correctement toutes ces subtilités allant de la douceur à la violence, le hifiste passe à côté des intentions voulues par les artistes. Passer à côté de ces intentions, c'est passer à côté de la compréhension des œuvres.
syber
 
Messages: 10687
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • online

Message » 05 Déc 2017 18:36

C'est pas "joli" la musique acoustique. Et la Hifi ce n'est pas faire du "joli" son.

J'ai vu Roland Pidoux en concert en sueur et en apnée sur son violoncelle lors d'une interprétation. Il n'était pas là sur scène pour faire "joli". Il était dans l'instant présent au maximum de ses forces et de son énergie, comme un sportif de très haut niveau. Je ne veux pas d'une chaine Hifi qui transforme sa prestation en quelque chose de "joli", ce serait une insulte envers lui. Je veux une chaine HiFi qui fasse son boulot : une reproduction de Haute Fidélité.
syber
 
Messages: 10687
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • online



Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message