Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Episode 5 : Il y a une vie après les HP.

Message » 24 Mai 2013 22:27

Episode 5 : Il y a une vie après les HP.

Les HP, c'est ma grande passion. Après en avoir décrit le choix et la gestion nous allons aborder les autres éléments constitutifs d'Anticonforme.

Pour ce qui concerne la source, j'ai opté pour la voie de la dématérialisation. Après avoir envisagé successivement l'achat d'une mécanique de lecture de lecture de CD traditionnelle, d'un serveur Linn Majik DS et d'un Black Note DSS30, j'ai fini par opter pour l'usage d'un "PC silencieux". Au départ, il s'agissait d'un pari qui me paraissait risqué, abordé sans réelle certitude de réussite. Avec le recul, je me réjouis, chaque jour davantage, du choix opéré. Le résultat est pleinement conforme à mes attentes.

Le signal digital délivré par la carte son Lynx AES16E est transmis directement au Behringer DCX2496 dans sa version modifiée par Selectronic.

La logique poursuivie est la suivante. Le signal d'origine, qu'il soit contenu dans les sillons d'un CD ou stocké sous forme "dématérialisée", est digital. C'est sous cette forme qu'il parvient à l'entrée numérique du DCX. Celui-ci effectue les traitements souhaités et répartit les fréquences vers les différentes voies. Ce n'est qu'après cette dernière étape que le DCX convertit le signal en analogique. Bien entendu, pour pouvoir agir sur le niveau général de l'installation, un préamplificateur capable de moduler, simultanément, l'ensemble des canaux de sortie du DCX doit être introduit entre celui-ci et les amplificateurs de puissance. Basé sur un Kit Selectronic, ce préampli six canaux a été profondément modifié par Olivier (le daim). Le cœur de la modification en est le remplacement du potentiomètre à pistes de carbone par un atténuateur fonctionnant sur base de résistances de précision.

Dans une telle configuration, les étapes à franchir par le signal ne sont pas plus nombreuses que dans un système minimaliste puisque l'un et l'autre ne comportent qu'une seule conversion DA et un seul étage de préamplification. Pour rappel, dans le cas d'une utilisation conventionnelle d'un filtre actif numérique, il y a trois étapes successives de conversion : DA – AD – DA. Ici, on en élimine deux ainsi qu'une étage analogique.

Limiter le nombre de traitements du signal est une bonne chose, encore faut-il que ceux-ci répondent aux exigences qualitatives requises. Les premières expériences menées, dans le cadre d'une installation précédente, en compagnie du DCX d'origine ne m'avaient pas convaincues. La firme Selectronic a entrepris de transformer profondément celui-ci pour tenter d'en faire un objet répondant aux exigences audiophiles. Non seulement toute la partie analogique d'origine est passée à la trappe mais la section digitale est, elle aussi, profondément modifiée avec, en particulier, une horloge très performante.

Je sais que, à la mesure, des études n'ont relevé aucun progrès mais la mesure dit-elle tout ? C'est un débat que je souhaiterais ne pas aborder, ici. Je compte consacrer, prochainement, un sujet spécifique à cette question et l'envisager sous un angle qui tente de s'affranchir des clivages habituels. Pour la suite de cette communication, je ne pousse personne à partager ma logique contre son gré mais je demande simplement aux sceptiques de respecter celle-ci. Merci d'avance pour votre fair-play.

Outre sa fonction de filtre actif, le DCX permet d'effectuer toutes les formes rêvées d'égalisation ainsi que d'agir sur la composante temporelle du signal par l'ajustement des délais. Cette pléthore de possibilités est probablement, pour une part, responsable de la médiocre réputation que certains ont attribuée au Behringer car il incite son propriétaire à jouer les apprentis sorciers. Pour m'y être brûlé les ailes, j'ai appris à quel point il convient d'être prudent en la matière. J'ai expliqué, précédemment, pourquoi et comment je me suis, dans le cadre du projet Anticonforme, fixé comme impératif de limiter l'égalisation au strict minimum. Chacun peut être d'accord, ou, non, avec les théories sous-jacentes, mais je peux vous garantir que, en termes de limpidité et de transparence, la différence est énorme par rapport à des réalisations précédentes, nettement plus égalisées.

Au niveau de l'amplification, celle de l'extrême grave fait appel à une solution susceptible d'évoluer très prochainement. Je ne m'y attarderai donc pas. Le JBL 2123 bénéficie des services d'une vielle gloire puisque l'ampli qui lui est associé est un Electrocompaniet "The Two Channel Power Amplifire" âgé de près de trente ans. Vu le rendement extrêmement élevé de cette voie, les 2 X 20 Watts classe A suffisent et les qualités dynamiques de mon vieil Electro ainsi que son naturel m'enchantent chaque jour davantage.

Pour la voie médium aigue, l'ampli sélectionné est le Van Der Veen UL40-S2P. Il a bénéficié des dernières évolutions et l'option "pure triode" a été choisie. La puissance est, dès lors, limitée à 2 X 13 Watts mais les comparaisons nous ont montré la nette supériorité subjective de cette solution. Cet amplificateur représente, à mes yeux, la clef de voûte subjective de l'installation.

Les moyens mis en œuvre et la conception globale d’Anticonforme vous sont, désormais, connus. Au cours de notre prochain et dernier épisode, nous aborderons les aspects subjectifs de sa mise au point.

Une question m'a été posée quant au budget d'Anticonforme. Comment répondre ? En matière de HP, le seul élément neuf est le tweeter. Cela pourra faire sourire, mais je vous avouerai que le point de départ de mon projet est le fait que les 46cm RCF, les 25cm JBL et les 20cm Focal traînaient depuis belle lurette dans mon grenier et que l'idée m'est subitement venue qu'ils pouvaient se compléter merveilleusement. Seul les RCF sont encore produits tandis que la production des Focal a été abandonnée depuis plus de 20 ans...

Pour l'électronique, le PC audio avec sa carte Lynx, l'ampli Van Der Veen (kit +/- 2000€) et le Berhringer modifié (1000€) sont les éléments neufs. Le PC, conçu aussi pour pouvoir faire du traitement vidéo est inutilement performant pour de l'audio pure. La carte Lynx se trouve à moins de 700€. Le reste est constitué d'éléments recyclés sans réelle valeur marchande mais certainement pas choisis au hasard.

Je remercie Igor d'avoir classé mon installation dans le "TTHG". Pour la qualité d'écoute, sur base de tout ce que j'ai pu entendre en quarante ans de passion audiophile, je ne réfute pas ce jugement. Par contre, au niveau du budget :o :lol: :lol:. N'oublions tout de même pas le local et l'huile de coude pour la réalisation…

Cordialement,

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Annonce

Message par Google » 24 Mai 2013 22:27

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Mai 2013 22:45

wuwei a écrit:Paul pourrait peut-être nous communiquer le coût global de son système ?
À comparer à celui dIgor et de Bphil qui l'ont donné il me semble.
Un ensemble de reproduction sonore qui ne me semble pas si anticonformiste que cela finalement


jamais, car tout est d''occase, donc sans grand intérêt.... :oops:
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 25 Mai 2013 9:18

En dehors de toutes considérations sur les performances hifi, le budget accordé, dépensé, doit être connu.
C'est une question que je pose toujours surtout pour une installations faite "maison" ce qui n'est pas le cas de celle de Bphil
L'occasion reste la solution la plus raisonnable pour du matériel "clef sur porte" :wink:
Concernant L'installation de Paul, en dehors de l'aménagement de la pièce, le prix est peu élevé, :o bien moins que pour le "Diy Haut rendement" que j'ai vue et entendues.
wuwei
 
Messages: 2726
Inscription: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 25 Mai 2013 10:21

Je suis toujours très admiratif devant autant de passion qui pousse d’atteindre un tel niveau de performance.

Igor

S’il te plait, il serait fort intéressant que tu nous parle du reste comme la transparence, la finesse, les timbres, ou tu est resté un peu trop discret, fait nous encore rêver…..
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 25 Mai 2013 10:36

Passe du rêve à la réalité... vas-y et tu pourras nous raconter... :wink:
LeBienHeureux
 
Messages: 3100
Inscription: 06 Déc 2007 22:15
Localisation: 02
  • online

Message » 25 Mai 2013 11:17

jfacoustics a écrit:Episode 5 : Il y a une vie après les HP.



Le signal digital délivré par la carte son Lynx AES16E est transmis directement au Behringer DCX2496 dans sa version modifiée par Selectronic.



Bonjour, qu'apporte la carte Lynx par rapport à la sortie Spdif d'un PC?

Merci
gouet
 
Messages: 2268
Inscription: 14 Oct 2004 17:37
Localisation: env. de RENNES
  • offline

Message » 26 Mai 2013 21:19

gouet a écrit:
jfacoustics a écrit:Episode 5 : Il y a une vie après les HP.



Le signal digital délivré par la carte son Lynx AES16E est transmis directement au Behringer DCX2496 dans sa version modifiée par Selectronic.



Bonjour, qu'apporte la carte Lynx par rapport à la sortie Spdif d'un PC?

Merci


Bonsoir gouet,

En fait la réponse avait été donnée ici : http://www.homecinema-fr.com/forum/mise-en-oeuvre-haute-fidelite/les-tribulations-d-un-audiophile-au-pays-de-la-profondeur-t30035798-75.html
Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur 4

Cordialement,

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Episode 6 : Conclusion.

Message » 26 Mai 2013 21:43

Comme déjà dit, mon petit "feuilleton" n'est qu'une adaptation d'un texte paru sur un site disparu. Le sixième épisode était consacré à la mise au point subjective et, en le relisant, je me rends compte qu'il n'apporte pas grand chose de plus que ce que j'avais exprimé dans le cadre de mon sujet : "Les tribulation d'un audiophile au pays de la profondeur". Comme il me semble que ceux qui me suivent ici sont les même que ceux qui avaient marqué de l'intérêt pour la 3D, je ne leur ferai pas l'injure de me répéter. Pour ceux qui auraient zappé, c'est ici : http://www.homecinema-fr.com/forum/mise-en-oeuvre-haute-fidelite/les-tribulations-d-un-audiophile-au-pays-de-la-profondeur-t30035798-75.html

Je souhaite simplement ajouter que les "couples subjectifs antagonistes" sont bien plus nombreux que celui qui oppose un espace sonore large et profond à la sensation d'intimité et de proximité. Je me contenterai de deux exemples. Le premier met face à face le désir d'obtenir un grave profond et qui a du poids et le souhait de le voir nerveux, rapide et dynamique tandis que le second concerne l'éternel débat entre le choix d'un aigu aux timbres fidèles, comparables à ce que l'on entend au concert, ou un aigu plus "hi-fi" qui séduit facilement le néophyte par son caractère artificiellement attirant.

Quel est, en ces matières la part de liberté qu'il convient d'accorder à chacun pour répondre à ses goûts personnels ?

Un vieux débat oppose ceux qui entendent rester fidèle à l'étymologie de l'expression "haute-fidélité" et ceux qui considèrent que tout est affaire de goût et que "peu importe le flacon, pour peu qu'on ait l'ivresse". A ce qu'il me semble, la musique, par elle-même, nous montre la voie. Personne ne confond une fausse note avec un choix d'interprétation.

Ainsi, aussi séduisante qu'elle puisse paraître à première écoute, toute coloration qui altère le timbre des instruments et des voix et imprime sa marque répétitive à la matière sonore est à considérer comme un défaut et doit être combattue à l'égal d'une fausse note. Dans le cadre de l'évolution personnelle propre à tout parcours d'audiophile, les colorations finissent toujours par lasser par leur répétitivité. Il convient, toutefois, d'éviter de les confondre avec certains choix de priorités subjectives qui sont, eux, parfaitement légitimes. Dans les conditions d'écoute naturelles du concert non amplifié, les variations induites par l'acoustique du lieu et par la position de l'auditeur peuvent être telles que la "vérité" peut prendre des formes différentes dont aucune ne peut être considérée comme de l'ordre du "faux" ou de "l'artificiel". Certains sont attachés à la précision du premier rang tandis que d'autres apprécient davantage le côté fusionnel de l'écoute en fond de salle. Ces préférences personnelles me semblent appartenir au même ordre que la liberté que s'octroie tout musicien pour définir ses choix d'interprétation.

Malgré cela, je reste persuadé qu'une vraie grande installation est celle qui parvient à transcender toute notion de compromis et à rendre limpide les intentions du preneur de son. Je suis, toutefois, bien conscient que cette notion garde, en elle-même, sa part de subjectivité.

Il y a près de quarante ans, le premier revendeur que j'ai fréquenté assidument m'avais dit : "Paul, tu es terriblement perfectionniste et exigeant mais ce qui est agréable avec toi et qui te distingue de la plupart de ceux qui partagent ta passion, c'est que tu n'as pas besoin de t'auto-persuader que ton installation est la meilleure du monde." Je n'ai pas changé sur ce point.

Il existe de nombreuses manières de vivre sa passion pour la haute-fidélité et si la notion de compétition est dans l'air du temps, pour ma part, je laisse cette maladie du siècle à ceux que cela amuse. Si quelqu'un obtient mieux que moi sur tel ou tel paramètre, je m'en réjouis pour lui. Eventuellement, si j'en éprouve le besoin, j'essaie de comprendre comment il est parvenu à un tel résultat et je m'en inspire. En aucun cas, le motif de mon action ne sera basé sur la jalousie mais, uniquement, sur le désir d'accroître encore mon plaisir d'écoute.

Pour d'autres comme Igor, un système de reproduction doit répondre à des exigences professionnelles pour lesquelles la notion d'outil fiable pour juger une prise de son prime sur la recherche du plaisir, l'un n'excluant pas l'autre, bien entendu.

Ma motivation est d'un autre ordre. C'est à l'adolescence que j'ai, pour la première fois, assisté à un concert de musique vivante. Je m'en souviendrai toute ma vie. Maurice André était à la trompette et Marie-Claire Alain à l'orgue. Le concert s'était déroulé à l'église des Carmes à Bruxelles. Les sonorités puissantes et cristallines de la trompette et la majesté de l'orgue eurent l'effet d'une révélation et me transportèrent d'enthousiasme. J'avais, déjà à ce moment là, convaincu mes parents d'acheter un chaine hi-fi, excellente pour l'époque, et je me précipitai chez un disquaire pour acheter un disque réunissant les deux interprètes. Eh bien les amis, quelle douche froide ! La soi-disant haute-fidélité ne m'est jamais apparu représenter une telle trahison que lors de l'écoute de ce disque. Pendant longtemps, même si mon installation avait atteint un niveau fort apprécié, après avoir assisté à un concert acoustique, l'écoute de musique enregistrée m'apparaissait insupportable durant plusieurs jours (parfois plusieurs semaines).

Je suis toujours surpris lorsque des audiophiles déclarent qu'ils préfèrent l'écoute de leur installation à la vérité du concert. Suis-je fait différemment des autres ? Ai-je une forme de sensibilité particulière ? Je peux pourtant comprendre ce que ressentent ces audiophiles car, comme l'avait souligné haskil il y a peu, l'écoute au concert est souvent moins brillante et plus sombre que ce que nous offrent la plupart des installations de haute-fidélité. En particulier lorsque je n'ai pas la chance de pouvoir obtenir une place dans les premiers rangs, je dois avouer que, même pour moi, les premiers instants de l'écoute peuvent me laisser perplexe. Ensuite, mon oreille parvient à apprivoiser progressivement l'acoustique du lieu et même les timbres plus doux obtenus à plus grande distance m'apparaissent d'une richesse inégalable. Les nuances de l'interprétation ainsi que la matière dont sont faits les instruments ressortent avec une acuité qu'aucune chaine hi-fi ne peut réellement égaler. Lorsque le processus d'adaptation est venu à son terme, j'ai vraiment l'impression de faire corps avec la musique et c'est la possibilité d'obtenir un ressenti semblable dans ma salle dédiée qui motive l'essentiel de mes recherches. Je crois que, ai fil des années, j'ai fait de très grands progrès pour me rapprocher de l'illusion du vrai mais la confusion parfaite entre le réel et le reproduit n'est toujours pas pleinement à l'ordre du jour.

La fameuse 3D dont il a été tant question de ces derniers temps représente, pour moi, une simple exigence de base dont je domine les paramètres depuis assez longtemps pour qu'elle ne me procure plus d'émotion particulière. L'essentiel de mon énergie de metteur au point, je la consacre au respect des couleurs sonores des instruments et des voix, aux sensations de matière, à la transparence et, peut-être plus que tout, à la cohérence des registres. Lors de la "journée découverte" que j'avais organisée en novembre dernier, un audiophile m'avait dit : "Chez toi, on n'écoute pas du grave, du médium et de l'aigu, on écoute de la musique. Celui là même parlait, dans son CR (disparu avec le site sur lequel il était publié) de "téléportation sur le lieu de l'enregistrement". Chaque visiteur pourra, en fonction de sa sensibilité et de ses exigences, juger du degré de réussite que j'ai atteint pour chacun des paramètres cités plus haut mais, au moins, vous connaissez les objectifs que je me suis fixés.

Le point commun entre Anticonforme et certaines installations bien plus "minimalistes" que j’avais peaufinées par le passé est le feedback positif reçu de la plupart de mes visiteurs sur l'ensemble de ces critères. En compagnie des installations plus "raisonnables", toutefois, le processus de plongée au cœur de la musique me paraissait régulièrement interrompu. A tel moment, un forte butait sur une aptitude à encaisser la dynamique un peu trop limitée. A un autre, le grave manquait de rapidité ou l'extrême grave se révélait un peu court. Plus tard, l’aigu ne me semblait pas assez aérien … Mon oreille était sans cesse sur le qui vive et, plutôt que de m’abandonner mollement aux délices de la musique, j’étais, plus ou moins consciemment, en perpétuelle attente du prochain couac…

Outre des qualités plus "audiophiles", Anticonforme me procure, surtout, un énorme sentiment de sérénité. Je ne suis pas fou et j’ai bien conscience du fait que, par son essence même, la stéréo ne permettra jamais une reproduction qui soit un clone parfait de la réalité. Cette fois, cependant, le processus cérébral qui, au concert, me permet "d’oublier" l’environnement sonore et de me sentir en prise directe avec la musique se reproduit sans qu’aucun accident ne vienne l’interrompre. Sans prétendre aucunement à l’identité sonore, le plaisir et l’émotion ressentis sont extraordinairement proches de ce que je vis au contact de la musique vivante…

Je vous remercie tous d'avoir eu la patience de me suivre jusqu'ici.

Cordialement,

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Message » 26 Mai 2013 22:05

Alors Paul, toi le perpetuel insatisfait, que penses-tu vouloir améliorer dans ton système actuel ?
Sent from my PC
Rif hi-fi
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 5451
Inscription: 25 Jan 2008 0:39
  • offline

Message » 27 Mai 2013 8:37

Si tant est qu'il y ait quelque chose à améliorer...

Ce fut un réel plaisir de lire ces 6 épisodes ! Merci de nous avoir fait partager la raison, les fondements, les caractéristiques et les spécificités techniques de cette mise en oeuvre...

Bien belle journée à toi, l'ami belge ;-)
LeBienHeureux
 
Messages: 3100
Inscription: 06 Déc 2007 22:15
Localisation: 02
  • online

Message » 27 Mai 2013 13:47

jfacoustics a écrit:
gouet a écrit:
Bonjour, qu'apporte la carte Lynx par rapport à la sortie Spdif d'un PC?

Merci


Bonsoir gouet,

En fait la réponse avait été donnée ici : http://www.homecinema-fr.com/forum/mise-en-oeuvre-haute-fidelite/les-tribulations-d-un-audiophile-au-pays-de-la-profondeur-t30035798-75.html
Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur 4

Cordialement,

Paul :wink:


Merci :D J'ai lu mais il m'est difficile de comprendre ce que peut apporter la Lynx par rapport au mumérique que sort la CM :-?

Cdlt

Gouet
gouet
 
Messages: 2268
Inscription: 14 Oct 2004 17:37
Localisation: env. de RENNES
  • offline

Message » 27 Mai 2013 14:17

gouet a écrit:
jfacoustics a écrit:
gouet a écrit:
Bonjour, qu'apporte la carte Lynx par rapport à la sortie Spdif d'un PC?

Merci


Bonsoir gouet,

En fait la réponse avait été donnée ici : http://www.homecinema-fr.com/forum/mise-en-oeuvre-haute-fidelite/les-tribulations-d-un-audiophile-au-pays-de-la-profondeur-t30035798-75.html
Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur 4

Cordialement,

Paul :wink:


Merci :D J'ai lu mais il m'est difficile de comprendre ce que peut apporter la Lynx par rapport au mumérique que sort la CM :-?

Cdlt

Gouet


Le fonctionnement d'une carte son est indissociable de ses drivers. Drivers qui se doivent d'être stables, objet d'une démarche d'amélioration continue, pourvus d'un suivi et correction des bug.
dinococus
 
Messages: 3000
Inscription: 22 Déc 2012 18:31
  • offline

Message » 27 Mai 2013 17:58

gouet a écrit:
jfacoustics a écrit:
gouet a écrit:
Bonjour, qu'apporte la carte Lynx par rapport à la sortie Spdif d'un PC?

Merci


Bonsoir gouet,

En fait la réponse avait été donnée ici : http://www.homecinema-fr.com/forum/mise-en-oeuvre-haute-fidelite/les-tribulations-d-un-audiophile-au-pays-de-la-profondeur-t30035798-75.html
Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur 4
Cordialement,

Paul :wink:


Merci :D J'ai lu mais il m'est difficile de comprendre ce que peut apporter la Lynx par rapport au mumérique que sort la CM :-?

Cdlt

Gouet


Il n'y a rien a y comprendre mais tout à écouter. Ce n'est que mon avis bien sur, un avis parmi d'autres. Cordialement Olivier
La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 178
Inscription: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 27 Mai 2013 20:13

Rif hi-fi a écrit:Alors Paul, toi le perpetuel insatisfait, que penses-tu vouloir améliorer dans ton système actuel ?


Eternel insatisfait, moi ? :hehe: :mdr: :D Je n'ai, de ma vie, jamais autant éprouvé de plaisir à écouter de la musique enregistrée qu'actuellement.

Une chose est d'avoir la naïveté de croire qu'on atteint l'ultime perfection et l'autre est d'éprouver un véritable besoin d'amélioration. Ce sentiment, je ne le ressens absolument pas pour le moment. Le résultat obtenu est le fruit d'un énorme travail et, ne fut-ce que pour une question d'équilibre familial, j'éprouve le besoin de faire une pause, probablement assez longue.

L'envie me prendra bien un jour de reprendre le bâton de pèlerin et, alors, j'irai peut-être voir s'il est possible d'aller encore un peu plus loin au niveau de la focalisation et de la rapidité du médium.

Cordialement,

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Message » 27 Mai 2013 20:19

LeBienHeureux a écrit:Si tant est qu'il y ait quelque chose à améliorer...

Ce fut un réel plaisir de lire ces 6 épisodes ! Merci de nous avoir fait partager la raison, les fondements, les caractéristiques et les spécificités techniques de cette mise en oeuvre...

Bien belle journée à toi, l'ami belge ;-)

Je suis heureux que, malgré ma propension à écrire des textes censés être beaucoup trop longs pour convenir à un forum, certains ont le courage de me lire jusqu'au bout et je les en remercie.

Comme déjà dit, je ne demande pas que ce que j'exprime soit pris comme parole d'évangile. Mon seul but est de partager un vécu dont chacun est libre de s'inspirer à sa guise.

Un des seuls points pour lesquels j'ai acquis un conviction que je sais irréversible est le fait que, en matière de qualité sonore, l'enceinte et le local ne peuvent s'envisager en tant qu'entités indépendantes. Le résultat ne peut être le fruit que de leur interaction mutuelle.

Si ce message que, par "confort commercial" un certain monde de la haute-fidélité cherche à nier, pouvait avoir été perçu plus clairement par certains d'entre vous, je n'aurai certainement pas perdu mon temps.

Bien amicalement,

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies


Retourner vers Discussions Générales