Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: IxPo et 23 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Approche du branchement d'une installation

Message » 22 Mar 2007 13:55

Je vais tenter de faire une approche simplifiée du branchement correct d’une installation. Ce afin de regrouper dans un topic ce qui est déjà débattu dans d’autres.
Comme je peux faire des erreurs, merci de les signaler pour que je puisse faire la mise à jour en fonction.

1. Le secteur chez soi

Une prise normale devrait ressembler à celle-ci :

Image

La terre en haut, la phase à droite, le neutre à gauche.

Les installations modernes ont comme code couleur :

- le bleu sur le neutre
- le marron ou noir sur la phase (qui peut également être rouge ou autre couleur vive)
- jaune/vert sur la terre (déjà vu du jaune)

Phase et neutre sont toujours raccordés au tableau électrique : c’est la tension entre les deux qui permet l’alimentation d’un appareil. Cette tension ne varie normalement pas en fonction de la charge mais le courant qui va circuler entre le neutre et la phase lui va varier. Plus un appareil est puissant, puis il consomme du courant, je ne rentre pas dans le détail.

En France le neutre est à 0 et la phase à 220 - 240 V alternatifs.
Le courant boucle entre les deux, le neutre n’est donc pas une terre et ne doit pas être pris comme telle.

La terre n’est pas toujours raccordée. Il suffit de regarder derrière la prise pour s’en rendre compte. Il faudrait aussi regarder au tableau électrique si cette terre est bien connectée. Parce qu’on peut avoir un câble de terre branché à la prise mais pas au tableau.

Dans les appartements, il y a rarement des terres sur les prises normales, seulement sur les gros appareils électroménagers.

Et même si la terre est raccordée elle peut ne pas être de bonne qualité. On peut la tester, mais en imaginant que tout un tas d’appareils sont raccordés dessus, voisins compris, on peut comprendre qu’elle peut ramasser pas mal de saloperies…

Le problème vient que les appareils munis de prises de terre devraient être raccordé à la terre, mais on le verra par la suite, ce n’est pas sans inconvénient sur nos installations hifi ou HC. Il faudra prendre la décision de conserver ou pas la terre dans les raccordements…

Tester le sens de sa prise :

- avec un tournevis testeur de phase qu’on insère à tour de rôle dans les deux trous de la prise, on peut déterminer lequel correspond à la phase : c’est celui qui allume la lampe. Attention avec les prises de sécurité, ce n’est pas si facile à faire que ça.

- avec un multimètre. En le mettant en voltmètre alternatif on peut déterminer la tension entre chaque trou et la terre. Le trou qui permet l’affichage de 230 V (environ) est celui de la phase.

Avant toute opération d’optimisation, il convient de s’assurer que les prises sur lesquelles est alimentée notre installation sont dans le bon sens à savoir phase à droite. Parce que la majorité des appareils et des cordons secteur respecteront ce principe.

C’est facile à faire par soi-même, mais si vous ne le sentez pas, faites le faire par une personne compétente. Attention aussi aux disjoncteurs, ils devraient couper la phase pour isoler la prise, mais j’ai déjà vu des disjoncteurs qui coupaient le neutre : électrocution assurée si on touche le conducteur de phase alors qu’on a l’impression que plus rien n’est alimenté : les appareils ne s’allument plus. Je conseille donc à ceux qui veulent d’aventurer là dedans d’investir dans un multimètre, il servira par la suite (ça ne coûte pas cher).

Le multimètre :

Prendre un appareil qui peut au moins faire Ohmmètre et Voltmètre alternatif. La sensibilité du voltmètre est également importante. On va par la suite mesure des tension alternatives faibles, les modèles qui ne présentent que 200 et 600 comme valeur de mesure ne sont pas suffisant. J’en ai deux comme ça et je ne peux pas m’en servir pour la mise en phase des appareils.


2. Les appareils

Ils ont besoin d’une alimentation électrique, donc au minimum d’une entrée de la phase et du neutre.

En plus en fonction du schéma interne, l’appareil peut avoir un lien à la terre. Je ne rentre pas dans les détails des transfos d’isolement et autres conceptions interne

3 cas de figure sont possibles :

- prise à deux fiches, il n’y a donc pas de terre.
- prise à deux fiche + terre non raccordée en interne. Toujours pas de terre et ce cas n’est pas si rare. En apparence le cordon est bien un cordon avec prise de terre, mais elle ne sert à rien…
- prise à deux fiches + terre raccordée en interne. Le cas qui devrait être normal pour l’usage d’un cordon avec fiche de terre.

L’entrée d’un appareil hifi ou sa sortie se fait toujours à tension alternative constante. C’est le courant qui va varier.

Donc de la même manière que le secteur on va retrouver dans le cas le plus courant une référence qu’on appellera masse et un signal qu’on nommera point chaud. Ceci donc dans le cas du raccordement par prises RCA comme celles-ci :

Image

Mais il existe un autre type de raccordement, le raccordement symétrique.

Ca se fait par des prises XLR qui présentent trois conducteurs.
- le point chaud
- le point froid
- le blindage

Image

La tension d’alimentation entre deux appareils est donc la différence de potentiel entre point chaud et point froid qui ne sont plus tout et rien mais l’exact opposé l’un de l’autre (d’où le nom symétrique). Le blindage ne devrait être raccordé qu’à un seul des appareils reliés. Il n’y a donc pas de lien de masse possible ! C’est bien entendu la meilleure solution, mais elle est souvent pipée…

En effet la présence de prises XLR n’implique pas une liaison symétrique vraie. Une XLR peut se câbler comme une RCA ce qui fait que le point chaud et le point froid seront comme point chaud et masse de la RCA... tout l’intérêt est perdu. En plus on peut rajouter le problème du blindage qui peut être raccordé aux deux appareils et qui donc fait une liaison de masse qui peut-être néfaste.

Certains appareils ne sont donc pas de vrais appareils à liaison symétrique et utilisent à tord des liaisons XLR !!!

Autre cas possible : la liaison DIN comme sur les Naim
Image

Elle reprend le principe de la liaison symétrique avec le non raccordement des masses entre appareils.

On se retrouve avec 3 entités à prendre en considération pour un appareil :

- la terre
- la masse
- le signal d’entrée ou de sortie

Et on a déjà vu que le signal pouvait être lié à la masse (cas des RCA, des fausses XLR…). On va découvrir que la masse peut aussi être liée à la terre !

Et oui dans l’idéal on pourrait imaginer que les masses de chaque liaison lui sont propre, mais en pratique il en va parfois bien différemment : il peut y avoir raccordement interne des masses avec la terre, entre elles et avec les châssis.

Dans le cas d’un appareil qui relie toutes ses masses avec son châssis et la terre, il y a donc sur chaque connecteur une liaison de la même masse qui se fait. Dans le cas le plus simple : un appareil connecté et un cordon secteur avec terre branchée, la même masse est reliée :

- par la terre
- par le côté extérieur G d’une entrée/sortie RCA (ou fausse XLR)
- par le côté extérieur D d’une entrée/sortie RCA (ou fausse XLR)
- par un blindage raccordé aux deux appareils…

Quand il ne faudrait que faire passer un référent d’un appareil à l’autre, il peut y en avoir 4 !!! ce qui fait 3 de trop donc 3 boucles de masse.


De plus cette masse est bien réalisée avec l’alimentation secteur de l’appareil. On peut comprendre deux notions :

- on lie la masse à la terre et on s’expose à décharger dans la terre un courant.
- la masse n’est pas liée à la terre mais dépend du sens de la liaison phase/neutre à l’entrée de l’appareil

Ce qui veut dire qu’un appareil à un sens et celui-ci est donné par la meilleure qualité de la masse.

Comment déterminer le sens de l’appareil ? Et bien en mesurant s’il existe une différence de potentiel entre la masse et la terre. Si elle est nulle tant mieux mais elle ne l’est souvent pas. Elle varie alors selon qu’on alimente l’appareil dans un sens ou dans un autre, le meilleur étant donné par le sens qui donne la plus petite différence de potentiel mesurée entre masse et terre.


En résumé :

Les appareils ont un sens, de ce sens dépend la qualité du référent.
Les appareils peuvent mettre en commun entre eux le même référent par plusieurs liaisons.

Je fais une pause pour le moment :wink :
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Annonce

Message par Google » 22 Mar 2007 13:55

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 22 Mar 2007 18:55

Superbe! Très instructif!
Vynz100
 
Messages: 1935
Inscription: 09 Mar 2006 19:54
Localisation: Doha, Qatar

Message » 22 Mar 2007 20:33

La suite...

3. brancher ses appareils dans le bon sens.

Je considère acquis que les appareils ont un sens de branchement. La phase et le neutre doivent donc rentrer dans le bon sens.

Alors le jeu consiste à mesurer la différence de potentiel entre la masse d’une entrée/sortie et la terre. S’il n’y a pas de terre ou si on pense que cette dernière est polluée, on prend la mesure par rapport à soi-même.

Oui, mais si les masses de mon appareil sont câblées à la terre, je ne vais rien mesurer ? Bien sûr que ça ne va rien donner, c’est pour ça qu’il va falloir brancher l’appareil sans le raccorder à la terre pour faire la mesure.

Car ce n’est pas la terre qui fait le référent, c’est l’appareil qui le fait. Sinon on ne pourrait jamais rien brancher quand on n’a pas de terre chez soi. Donc ce référent qui donne la masse va bien varier en fonction du sens de raccordement de l’appareil. Et c’est ce sens qu’il faut déterminer. Par la suite, si on raccorde l’appareil à la terre à nouveau, on ne va plus pouvoir rien mesurer, mais on saura qu’en interne, il se passera moins de mauvaises choses.

Et là deux méthodes voient le jour.

La première c’est celle d’Hifi câbles, je ne la détaille pas, libre à chacun d’aller faire un tour sur la page qui concerne le sens des appareils :
http://www.hifi-cables.com/Mise_en_phase_chaine.htm

Cette méthode me gêne un peu parce qu’elle est itérative, c’est-à-dire que chaque nouvel appareil est testé sur le précédent. Et qu’avec chaque branchement d’un nouvel appareil vient le risque de créer une boucle de masse et de mesurer n’importe quoi. Elle me gêne aussi parce que les terres branchées (même avec une multiprise Shuko qui permet l’inversion phase neutre mais conserve la terre), je ne vois plus du tout comment détecter le bon sens sur un appareil dont les masses de ses RCA sont liées à sa terre. A moins vraiment de considérer intrinsèquement la terre complètement polluée par l’appareil…

Je préfère donc mesurer chaque appareil indépendamment des autres et sans la terre. Quand chacun aura sa phase propre bien réglée, l’empilage sera forcément optimal, ou alors j’ai raté quelque chose…

Tout d’abord il faut pouvoir brancher un appareil sans la terre. Je ne force personne à le faire. Mais il faudra éventuellement plus tard supprimer cette terre pour faire la correction des boucles de masse et supprimer les ronflettes. Personnellement ça ne me pose aucun problème, mais il faut savoir qu’un appareil devrait être branché à la terre si c’est son schéma… Et comment fait-on dans un appartement sans terre ??? Donc c’est à vous de faire le choix.

Ca peut se faire :

- directement dans la multiprise si on a cassé l’ergot de terre d’une ou plusieurs des prises ou supprimé le raccord interne de terre sur tout ou partie de la barette. Cette solution dernière solution ne permet pas l’inversion du sens des prises, je préfère donc la première.

- avec un adaptateur qu’on trouve à moins de 2 euros chez Casto ou autres (et dont on cassera l’ergot détrompeur). Solution qu’il faudra également retenir si on n’a fait que supprimer la connexion terre dans la barette.
Image


La manip consiste donc à brancher l’appareil tout seul, les autres ni branchés au secteur, ni raccordés à celui qu’on mesure.

On place le multimètre sur la position voltmètre alternatif dans sa plus grande sensibilité. Pour les multimètres bas de gamme la valeur est 200.

L’appareil est donc branché. Attendre quelques secondes que l’alimentation soit stabilisée parce qu’au début ça varie pas mal.

Si on a une vraie terre, on va placer une des fiches du multimètre sur cette terre (par exemple un cordon branché en utilisant le trou du milieu). L’autre fiche du multimètre sera placée sur la masse d’une RCA de l’appareil (la couronne extérieure d’une des fiches de raccordement).

Si on n’a pas de terre, on va tenir une des fiches du multimètre dans une main et avec l’autre main on tient l’autre fiche qui va toucher la masse de la RCA.

Si on a des prises XLR, il y a normalement aussi sur l'appareil des prises RCA. Mais si ce n'est pas le cas il faut mesurer dans le trou du shield (voir photo en première partie). Je ne connais pas la prise DIN des Naim, mais il doit aussi y avoir un point de masse ou de blindage.


On va mesurer alors la valeur de la différence de potentiel entre les points connectés au multimètre.

Avec le pauvre multimètre dont je parle (200 v alternatifs mini), la mesure va donner 0,1 à 0,3 v dans le meilleur des cas… donc pas vraiment de quoi mesurer correctement… mais j’ai une astuce : toucher avec la main qui tient la fiche vers la RCA le châssis de l’appareil. Dans ce cas on voit la valeur augmenter, particulièrement pour les lecteur CD. C’est un peu du n’importe quoi je vous l’accorde, mais je vous jure que ça fonctionne chez moi. Du coup au lieu des 0,1 v je mesure quelque chose comme 4 à 5 v pour un ampli et 10 à 20 v pour un lecteur CD.

Naturellement avec un multimètre plus sensible la mesure normale sera bien plus discriminative.

On note cette valeur (ou ces valeurs si vous considérez mon astuce avec un multimètre de base).

On retourne la prise de l’appareil mesuré. Ce qui correspond à une inversion de la phase et du neutre à l’entrée de l’appareil. On attend que l'alim soit stabilisée.

On refait les mesures. Si elles sont plus élevées que les précédentes, on inverse à nouveau le sens de la prise. Si elles sont plus faible, on est dans le bon sens. Quand le bon sens est repéré on ne le change plus !!! Mettez une gommette ou une repère si vous avez peur de l'oublier et faites gaffe au changement de cordons secteur, il peuvent inverser votre beau travail.

Chez moi la valeur mesurée pour l’ampli en direct est de l’ordre de 0,1 v dans les deux cas (on voit quand même hésiter la mesure entre 0 et 0,1 v pour la plus faible et bien rester à 0,1 v pour la plus forte…). Mais si j’utilise l’astuce de toucher le chassis, j’obtiens environ 4,5 v pour la plus basse et 5,5 v pour la plus forte. Ce qui me permet de déterminer le bon sens. Dans les mêmes conditions ma platine CD passe de 10 à 20 v selon le sens de la prise. Là encore le choix est vite fait.

Une fois tous les appareils mesurés et raccordés dans le bon sens, on a la base au branchement correct de l’installation. Cela suppose qu’on peut laisser les cordons dans le bon sens, sinon il faut trouver d’autres cordons (50% des cordons noirs sont branchés à l’envers…) ou laisser les adaptateurs casto ou avoir cassé les tétons de sa multiprise en nombre suffisants !


Quand on aura fait tout ça, on n’aura pas pour autant aura corrigé les boucles de masse éventuelles ni les ronflettes qui en découlent, mais on pourra déjà apprécier le résultat à l’écoute. S’il y a eu du changement dans le sens des branchements l’amélioration sera vraiment spectaculaire !


Prochaine partie : suppression des boucles de masse…
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 22 Mar 2007 23:13

merci !! enfin un bon recap ! vivement la suite :wink:
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 22 Mar 2007 23:20

Suite et fin

4. supprimer les boucles de masse.

A ce stade on a tout raccordé dans le bon sens au secteur, les appareils devraient être au top de leurs possibilités. Et pourtant on constate qu’il y a encore des ronflettes, des bourdonnements des bruits divers… Parfois c’est à peine audible, mais, dans certains cas, ça devient vraiment gênant, entêtant. On n’est pas content de son système, il nous fait mal à la tête à la longue, il est fatiguant.

C’est à ce moment là qu’on peut se préoccuper des boucles de masse.

On peut aussi s’y intéresser même sans les effets énoncés, parce que des petites duretés et des changements énormes d’un câble ou d’un cordon à l’autre peuvent être imputés aux boucles de masse.

Le pire c’est que ce n’est pas forcément logique de vouloir supprimer ces boucles. Pour la plupart, les installations industrielles et domestiques sont plutôt volontairement redondantes dans leur bouclage de masse. Parce que c’est plus sûr dans le cas d’appareils électroménager ou de divers équipements consommateurs de courant et qu’il faut protéger pour nous protéger… Du reste quand les masses sont raccordées à la terre ça peut-être une source non négligeable de pollution de cette dernière. Je vois bien en robotique des cas particulièrement fins de référence de signal (capteurs analogiques par exemple). Mais dans ce cas on s’occupe de l’entrée et de la sortie de manière autonome, on ne travaille pas sur une masse commune à tout le système.

En hifi on cherche les moindres détails, le plus d’aération possible. Tout ce qui est forcé n’est pas bon. Et pourtant on se sert des masses comme élément clef du transport du signal, puisque c’est la référence dans la plupart de cas. Trop de masses à la terre ou de masses redondantes et c’est l’équilibre qui est perturbé. En plus on raccorde entre eux des appareils très différents dans leur fonctionnement ce qui ne facilite pas les choses. Et pire : il n’y a aucune norme commune aux appareils, on peut se retrouver à raccorder des appareils qui confondent masse et terre et d’autres qui chiadent particulièrement les masses de référence des signaux.


Pour véhiculer un signal on a vu qu’il y avait un point chaud et un point froid. Pour la RCA, liaison la plus commune le point chaud c’est le centre et le point froid le pourtour, la masse.

Imaginons le cas le pire : un appareil dont les masses des RCA droite et gauche sont communes et commune à la terre. Si on lui raccorde un appareil identique, on a trois connexions de la masse, une par la terre dans la multiprise (ou dans le réseau électrique), une par la RCA gauche et une par la RCA droite. Pour une liaison suffisante on se retrouve avec 2 redondantes, donc deux boucles de masses inutiles. Dans ce cas on pourrait couper les masses des deux RCA, la référence se ferait encore par le lien de terre. On peut aussi supprimer le lien de terre et celui d’une RCA et ça fonctionnerait encore parce qu’un lien est conservé sur l’autre RCA.


Donc il faut caractériser ses appareils pour déterminer s’il y a des liens redondants possibles et décider de leur manière de les supprimer ou non.

Ce n’est pas compliqué. Il suffit de mesurer les liens entre les entrées/sorties et la terre de l’appareil.

Avec le multimètre en ohmmètre et l’appareil sous tension mais isolé des autres on va prendre les mesures suivantes :

- Extérieur de RCA gauche sur extérieur de RCA droite
- Extérieur de RCA gauche sur terre de l’appareil (à la sortie du cordon) si l’appareil a bien une vraie terre raccordée.

Une mesure d’une résistance à 0 ou très faible, c’est qu’il y a lien.
Une mesure d’une résistance infinie ou très forte, c’est qu’il n’y a pas de lien

Les différents cas (5) :

L’appareil n’a pas de terre (ou une terre non raccordée en interne)
- A. les masses des deux RCA sont communes
- B. les masses des deux RCA sont séparées

L’appareil a une terre (raccordée en interne
- C. les masses des deux RCA sont communes mais séparées de la terre (cas de ma Sony)
- D. les masses des deux RCA sont communes et communes à la terre (cas de mon Jadis)
- E. les masses des deux RCA sont différentes et séparées de la terre

On peut aussi considérer le lien entre les masses de RCA et la masse du châssis de l’appareil, mais c’est un cas qui nous intéresse moins en hifi : à part quelques cas particuliers on ne raccorde pas les châssis. Enfin s’il faut le détailler par la suite, je pourrais le faire.


Les cas B et E sont les cas idéaux : pas besoin de faire quoique ce soit. Tout appareil dans ce cas peut-être raccordé à un autre de n’importe quel type sans qu’il y ait une redondance dans les masses. Toutes les masses de RCA peuvent être raccordées ainsi que la terre si elle est présente. Un appareil dans ce cas ne peut-être à l’origine d’une ronflette.

Les cas A et C ne présentent pas de risque de lien redondant par la terre. Il n’y a donc pas lieu de chercher à supprimer la terre de ces appareils. Pas de risque de ronflette par la multiprise.
En revanche de tels appareils raccordés à des appareils de type A, C et D ont deux liens de masse identiques sur leurs RCA. C’est ce que j’ai chez moi entre deux appareils C et un appareil D. J’ai supprimé la masse sur une des RCA, donc sur un des cordons qui lie l’ampli et la platine CD et sur un des cordons qui lie le tuner à l’ampli.

Le cas D est le plus préoccupant. S’il n’y a aucun autre appareil de type D dans le système, on peut le considérer comme le cas précédent, donc le laisser à la terre et décider ou non de supprimer les redondances de liens de masses de RCA avec les appareils de type A et C.
En revanche si au moins deux appareils de type D sont raccordés, il faut impérativement faire quelque chose. C’est le cas numéro 1 des ronflettes. 3 liens de masse par les deux RCA et la terre. Il faudrait en supprimer un de la terre et éventuellement corriger la boucle de masse d’un côté. Supprimer un des appareils de la terre ne pose pas de problème puisque la terre sera quand même raccordée par l’intermédiaire d’une des RCA à la terre de l’autre appareil.

Comment isoler une masse de RCA ?

Supprimer le fil de masse d’un cordon (pas les deux hein, juste un côté) :
Image

Isoler un des côté d’une RCA d’un appareil (qu’un seul côté, droit par exemple et sur un seul appareil). Ici avec du téflon en ruban de plomberie :
Image


A lire pour encore plus d'infos la page de Dominique Pétoin :
http://petoindominique.fr/php/cable.php
vous y trouverez des schémas, des avis...
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 23 Mar 2007 7:37

Bravo N.d.B
Avatar de l’utilisateur
bobim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 25383
Inscription: 05 Mar 2002 2:00
Localisation: ici et ailleurs
  • offline

Message » 23 Mar 2007 8:42

Mais alors un grand merci, c'est trés instructif, trés bien détaillé, ça va m'occuper ce soir. :D
juan66
 
Messages: 868
Inscription: 14 Jan 2004 10:43
Localisation: le sud
  • offline

Message » 23 Mar 2007 9:28

Bravo

Voilà de la lecture "saine et instructive" pour le week end :wink:

Pierre
Pure classe A
 
Messages: 252
Inscription: 10 Mar 2004 15:05
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 23 Mar 2007 11:07

Complément 1 : le cas des cordons secteur.

On a vu l'importance du raccordement d'un appareil dans le bon sens. Une fois ce sens respecté il ne faut plus y toucher. Mais on peut avoir envie de tester de nouveau cordons secteurs. D'autre part quand on fait les premiers branchements on prend ce qu'on a sous la main, généralement des cordons noirs tout simple.

De plus quand on a fait tout un tas d'optimisations avant de faire les raccordements dans le bon sens et d'optimiser les boucles de masse, on a forcément utilisé des cordons qui amélioraient par le passé l'écoute (ou plutôt la modififait). Il est important alors de revenir à des solutions simples, à des bases pour pouvoir remettre en question ce qui avait été fait...

Une approche pas si stupide est de remettre les cordons noirs d'origine. Oui mais il faut bien faire attention à ce qu'on fait !

Car les cordons noirs ne sont pas normalisés et on peut se retrouver avec certains qui inversent la phase. C'est probablement également vrai pour des cordons plus chers.

Donc avant de brancher un nouveau cordon il convient de vérifier son sens.

Voici un cordon secteur noir qui respecte le sens phase/neutre à chaque extrémité. On teste la résistance au multimètre, ici sur le neutre supposé.
Image

Celui là en revanche va inverser neutre et phase entre son entrée et la sortie :
Image

On ne peut donc pas comparer les deux, puisque le deuxième vas mettre l'appareil relié dans son mauvais sens de fonctionnement.

Ne peut-on pas l'utiliser quand même ???

Ben si, à condition d'inverser la prise au branchement secteur...

Sur 4 cordons noirs testés au hasard chez moi, 50% sont inversés, ce qui montre la probabilité de survenue du problème
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 23 Mar 2007 11:29

Complément 2 : le cas des convertisseurs et des préamplis

C'est un cas un peu plus complexe puisqu'on retrouve des RCA à l'entrée et à la sortie.

Il convient donc de traiter l'entrée sortie de ces appareils comme étant 2 appareils différents pour voir s'il y a un lien de masse à travers l'appareil et donc un risque de propager une boucle de masse.

Il faut alors tester le lien entre la masse des RCA en entrée (ou de la RCA dans le cas d'un convertisseur) avec les RCA de sortie.

- soit les masses sont séparées et il n'y a pas de risque de lien entre l'appareil en amont et l'appareil en aval. Reste à voir le lien entre la masse d'entrée ou de sortie et la terre, comme pour les précédents appareils.

- soit les masses sont confondues et il faut analyser l'appareil en aval et l'appareil en amont comme ayant un lien de masse continu. Appliquer alors la méthode décrite précédemment.

Cas de la liaison unique d'un câble coaxial numérique. C'est comme une RCA. Le référent est bien la masse extérieure. Il m'est arrivé de constater qu'un convertisseur fonctionnait moins bien quand il était coupé de la terre. Oui mais si sa masse d'entrée est liée à la terre, on peut avoir une boucle de masse très néfaste par le cordon numérique et par la terre avec le lecteur CD. Chez moi, non seulement ça donnait une ronflettre mais j'avais des pertes de signal, le convertisseur devenait muet. J'ai alors supprimé le lien de masse du câble coaxial puisque j'avais déjà le référent par la terre et ça fonctionnait. Mais cela suppose de bien analyser le problème des boucles de masse entre les appareils en amont et en aval...


Complément 3 : le cas des blocs mono et des lecteur CD en drive.

Dans les deux cas on se retrouve à une extrêmité. Une seule RCA est concernée, soit celle d'entrée (bloc mono) soit celle de sortie (lecteur CD).

La seule possibilité de boucle de masse est alors donnée par le lien existant entre la masse de la RCA et la terre de l'appareil. Si le lien existe il faut considérer le risque de boucle de masse avec l'appareil directement connecté.
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 23 Mar 2007 11:44

On peut aussi imaginer répertorier le sens idéal de branchement de nos appareils une fois vérifié. Ca m'étonnerait que le constructeur change ses habitudes dans la fabrication d'un même appareil.


JADIS DA60 modèle luxe (avec shunt possible du préampli) :

- branchement inversé (phase à gauche) dans le cas d'une utilisation en intégré.
- branchement normal dans le cas d'une utilisation en ampli sans préampli.
- toutes masses de RCA confondues et liées à la terre
(appareil de type D).

Il paraît que les Jadis DA60 en version normale sans shunt possible du préampli ont une alimentation normale, à confirmer.


Sony SCD XA9000ES :

- branchement normal (phase à droite).
- masse des RCA commune mais séparées de la terre
(appareil de type C)


Tuner Hartley VR4 :

- branchement normal, sans terre.
- masses de RCA communes
(appareil de type A)


Solution retenue pour supprimer les boucles de masse :

- pas de boucle par la terre, on peut donc au choix l'utiliser ou non.
- suppression des masses sur un côté des RCA de l'ampli par isolation Téfon dans un cas et suppression du lien de masse d'un cordon dans l'autre.


Attention !

Quand je dis phase à droite, c'est au sens de la prise femelle, donc soit la prise secteur, soit de l'extrémité du cordon d'alimentation vers l'appareil. Donc si on regarde la prise de l'appareil (mâle), la phase rentre à gauche.

Pour le cas du tuner Hartley, sans cordon amovible, c'est la fiche secteur qui est concernée. Un côté est non marqué, l'autre a des inscription. Le sens correct c'est côté non marqué vers le haut dans une prise avec terre en haut et phase à droite.
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 23 Mar 2007 14:23

Après première lecture rapide, plusieurs affirmations de n.d.b. m'apparaissent discutables. J'y reviendrais s'y j'en trouve le temps.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10079
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 23 Mar 2007 14:32

Scytales a écrit:Après première lecture rapide, plusieurs affirmations de n.d.b. m'apparaissent discutables. J'y reviendrais s'y j'en trouve le temps.


Ne te gêne pas, la première phrase était écrite pour :wink:

Je me doute du point fondamental que tu vas discuter à savoir ce qu'est la phase dans un appareil... j'ai décidé de ne pas en parler, parce que l'approche de mise dans le bon sens se fait sur le test de la masse et non de la phase réelle. J'ai donc plus conduit l'approche sur cette masse.

Je me doute aussi que tu vas discuter du concept même de masse. J'ai simplifié, parlant parfois de référent au lieu de masse. Je pense que laisser un niveau simple permet de mieux comprendre les implications sans pour autant aller au fond de la technique.
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 24 Mar 2007 20:32

Je prends des nouvelles, j'éspère que personne n'est collé à son armoire électrique... :mdr:

Sans rire, faites quand même gaffe.
n.d.b
 
Messages: 2076
Inscription: 19 Mar 2003 23:44
  • offline

Message » 25 Mar 2007 8:34

:mdr: j'ai exploser ma multiprise ( à 10 euros) pour enlever un ergot de terre...je compte sur christian pour une petite nlle production de bessebarette secteur..mais chuttt :wink:
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message