Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Atoll am200: je l'aime, mais moi non plus (amplificateur)

Message » 26 Jan 2006 13:54

yijing a écrit:Euh pour une fois ma question était sérieuse !!!

Techniquement (branchement ?) quelle est la différence ?


EN revanche, l'opinion d'aurel — un ampli bridgé marche moins bien que non bridgé — n'engage que lui et ceux qui le suivent.
Je reste sceptique à ce propos, dans le cas de l'am100 en tout cas, qu eje n'ai pas entendu moins bien sonner en mode bridgé sur ma central qu'en fonction un seul canal — il sonnait mieux au contraire.
Donc, dans le mode bridgé — parlons français: ponté (bridge/pont), un bloc stéréo est transformé en bloc mono (généralement ça double la puissance). Encore faut-il que le bloc en question soit pontable — tous ne le sont pas.
Cf. plus haut les photos.

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 28976
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Annonce

Message par Google » 26 Jan 2006 13:54

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Jan 2006 15:17

Je n'invente rien Dub! :wink:
Le fait que l'ampli soit moins bon après être bridgé est vérifiable aux mesures! on en a parlé plusieurs fois sur le forum!
Pose la question à Philippe Muller en MP! il te l'expliquera bien mieux que moi!



:wink:
aurel
 
Messages: 11072
Inscription: 19 Mar 2003 23:42
Localisation: Rennes
  • offline

Message » 26 Jan 2006 18:47

aurel a écrit:Je n'invente rien Dub! :wink:
Le fait que l'ampli soit moins bon après être bridgé est vérifiable aux mesures! on en a parlé plusieurs fois sur le forum!
Pose la question à Philippe Muller en MP! il te l'expliquera bien mieux que moi!
:wink:


Je ne dis pas que tu l'inventes
J'ai le plus profond respect pour ce qui dit Philippe Muller (et j'ai déjà lu ces posts auxquels tu fais allusion).
Simplement il se trouve que j'ai écouté les blocs d'Alain — et que je n'ai pas eu ce sentiment — mais sans faire de comparaison en direct
et que chez moi, j'ai pu comparer — mais seulement sur la centrale — le passage d'un canal de l'AV100 à l'emploi d'un am100 ponté:
et si tant est que je puisse comparer comme cela, c'est mieux avec un am100 ponté.
Je ne peux pas en dire plus… Ça me paraît encore l'un de ces mystère insondables de la hifi, du genre ou je préfère dire que je n'en sais rien, que je n'ai aucune certitude, mais des expériences contraires et des avis différents. Sinon, en dehors de mon impression contraire (dans des circonstances très particulières!) je veux bien te croire.
C'et aussi pour ça que je serais intéressé par le résultat qu'obtiendra Alain s'il arrive à comparer.

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 28976
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 06 Nov 2007 11:48

Sans la qualité, la quantité n'est rien !

Il est impensable et réducteur de ramener les qualités d'un ampli à sa seule puissance, car cette dernière peut-être obtenue au détriment de la cohérence et de la précision du signal. Il suffit pour s'en convaincre de bridger un amplificateur stéréo en mono pour constater qu'à l'écoute, dans la plupart des cas, ce qui est gagné d'un côté en énergie brute est perdu de l'autre en subtilité et en musicalité. C'est particulièrement vrai sur une voix : le grain, la douceur, le timbre de cette dernière semblent un peu masqués, moins homogènes, et à la limite, le résultat apparaît moins expressif, moins modulé. Dans l'absolu, l'étage de puissance devrait être constitué d'un minimum de composants actifs sur le trajet du signal pour ne pas risquer de le détériorer. L'alimentation, élément déterminant s'il en est de l'amplificateur, doit avoir été calibrée pour excéder la capacité des transistors de sortie, de manière à ce que l'étage de puissance puisse répondre instantanément à une attaque, sans s'écrouler sur la suivante, battu en brèche par le retour de la force contre-électromotrice des haut-parleurs ou la chute d'impédance à certaines fréquences, créant immédiatement une distorsion particulièrement désagréable à nos oreilles. Dans ces conditions la sensation subjective d'énergie est intimement liée à la capacité de l'ampli à " tenir " l'enceinte et non pas seulement à pousser les transducteurs. Une rapide comparaison entre un amplificateur de grande marque d'un peu plus de 100 Watts et le fameux Naim NAP 500, donné pour 140 Watts traduit facilement cette différence. Alors que le premier s'essouffle à suivre le tempo, le NAP 500 délivre une énergie instantanée considérable qui donne l'impression d'avoir affaire à un appareil trois fois plus puissant alors qu'il n'affiche que quarante watts de plus. Sa grande capacité en courant, la simplicité apparente du schéma et l'extrême transparence de ses circuits d'entrée font merveille, et ce malgré une puissance mesurée qui n'a rien d'exceptionnel à ce niveau de gamme
leborgne
 
Messages: 1431
Inscription: 13 Mai 2005 15:07
Localisation: 72400
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message