Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 33 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Caisson contre ondes stationnaires et distorsions des graves

Message » 10 Avr 2009 17:16

Ondes stationnaires et distorsions des basses fréquences, problématique double, commune à beaucoup d'entre nous !

Plutôt que d’utiliser un égaliseur, je vous propose le compte-rendu d’une petite expérience : au lieu de positionner la fréquence de coupure du caisson de façon à rejoindre pile-poil la bande passante de mes enceintes, je souhaite vérifier si le réglage d’une fréquence de coupure plus élevée ne va pas amener un gain notable sur ces problématiques.
Je tente l’expérience avec mon tout nouveau caisson Martin Logan Depth-i, reçu ce mardi. Dans le pire des cas si mon expérience échoue, j’ai accessoirement acquis ce caisson pour jouer les infra-graves qui manquent à mon système. (je plaisante, ce n’est pas du tout accessoire).

Voici ci-dessous les 4 problématiques auxquelles je souhaite apporter une amélioration en élevant la fréquence de coupure du caisson autour des 100Hz. J’y explique pourquoi je pense que ce réglage peut apporter un gain :
1 - Distorsion des notes en très basse fréquence :
Les enceintes ne sont clairement pas faites pour restituer du grave. Elles produisent effectivement du son en basses fréquences à un niveau honorable, ceci afin d’équilibrer l’écoute. Mais les toutes dernières notes que peut physiquement jouer l’enceinte (sans perte de niveau) sont fortement sujettes à distorsion, c'est-à-dire un peu brouillon.
--> Déléguer les fréquences les plus dures à jouer au caisson devrait diminuer leur distorsion, car ce dernier dispose d’une plus grande réserve de puissance et ses HP disposent d’un asservissement spécialement étudié pour limiter les distorsions.

2 - Lutte contre les ondes stationnaires :
Si vous êtes comme moi, et que vous n’êtes pas gagnant du loto, votre salon doit vraisemblablement être limité par les lois de la monétique, et faire moins de 40m², pour une zone d’écoute n’excédant sans doute pas les 25 m² et coïncidant souvent (phénomène troublant) avec votre salon, dans lequel une foultitude de meubles cherchent leur place.
Dans ce contexte, vous conviendrez qu’il n’est pas aisé de placer ses enceintes à 1 mètre du mur comme recommandé par votre revendeur préféré, ou par le manuel d’utilisation de vos enceintes. Et fatalement dans ce contexte de salon ridiculement petit, et d’enceintes mal placées, les ondes stationnaires foisonnent.
J’entends par ondes stationnaires, le renflement de certaines fréquences, et l’affaiblissement d’autres dans certaines zones de la pièce d’écoute, et dû aux réflexions d’ondes sur les murs de la pièce, et à leur croisement.
Pour ma part, le phénomène se fait ressentir à partir de 200Hz. Et si je positionne mes enceintes correctement pour éliminer les effets d’ondes stationnaires sur une tranche de fréquences donnée, je tombe inévitablement sur des problèmes d’ondes stationnaires dans une autre tranche de fréquences.
--> En séparant en 2 gammes de fréquences les graves de mon système, je devrais avoir moins de mal à trouver une position éliminant un maximum d’ondes stationnaires. Je pourrai positionner mes biblio pour que les ondes stationnaires soient les plus réduites possibles jusqu’à 100Hz. Je pourrais faire de même avec le caisson pour l’autre gamme de fréquences jusqu’à ~20Hz.

3 - Distorsions dues aux interférences :
Pour rappel, les fréquences basses sont généralement jouées par les 2 enceintes en même temps (quand c’est dur, on est jamais trop de 2). Certaines fréquences souffrent doublement des ondes stationnaires. Leurs renflements créent des interférences entre les ondes des 2 enceintes et les notes résultantes peuvent donner l’impression d’être désaccordées lorsqu’elles rentrent en résonance, ou bien qu’elles se renflent. Des phénomènes de distorsion sont donc induits par les interférences d’ondes stationnaires.
Pour illustrer cette interaction, voici une petite expérience que j’ai faite : je me suis fabriqué un CD de tests générant des fréquences synthétiques sur les 4 dernières gammes de Do. Il va de la gamme de Do2 à la gamme de Do-1, soient 28 notes enregistrées du plus aigue au plus grave du Si2 (246,94Hz) au Do-1 (16,35Hz), note la plus basse jouable par un instrument de musique (l’orgue d’église).
Sur ce CD, le Fa 1, c’est-à-dire 87,31Hz pose problème : à cette fréquence les ondes stationnaires donnent l’impression que la note est décalée de presque un quart de ton.
Cette distorsion disparaît si je ne fais jouer qu’une seule enceinte.
--> Le caisson étant une source unique, il devrait limiter les interférences des 2 enceintes dans cette gamme de fréquences.

4 - problème de puissance des biblio
Mon système audio est bâti autour d'enceintes Contour S1.4, que j'adore, et qui n’en finissent pas de me faire frissonner de plaisir.
Plusieurs raisons me font préférer les biblio ; je pourrai en parler plus tard si ça vous intéresse. Mais juste pour dire qu’il n’est pas question pour moi d’en changer pour des colonnes (en tout cas pas pour l’instant :wink: ). Je cherche donc à résoudre un petit problème de tenue en puissance de l’ampli et des biblio, qui ont un peu de mal à haut régime.
--> En déchargeant ampli et enceintes des fréquences les plus consommatrices de puissance, je devrais leur donner de l’air, et au passage je devrais pouvoir monter le volume drastiquement plus fort, puisque le caisson supportera mieux la charge.

Enfin, bien entendu, le caisson devrait me permettre de jouer des fréquences sub-spatiales, jusque là inconnues dans ma galaxie. Les 1.4 descendent allégrement jusqu’à 45Hz sans baisse de niveau, ce qui est fort honnête pour des biblio, mais il me manque quelques notes, et notamment l’octave de la gamme du Do-1, qui s’étale entre 16,35Hz (Do-1) et 30,87Hz (Si-1). Le Depth-i est vendu pour s’arrêter à 20Hz, nous verront ce qu’on peut faire de lui.

Le système :
Principales : Contour S1.4
Arrière : Contour SR.
Pas d'enceinte centrale : l'émulation en shadowing fonctionne à merveille étant donné la faible largeur d’écran de ma télé.
Un intégré Thule AV120, drive tout ça. Il dispose d’un paramétrage complet qui permet un réglage des enceintes aux petits oignons, ainsi qu’un bon bass management.

Première étape : déballage.
Le Depth-i c’est du très lourd ; presque 32 kilos. Difficile à déplacer sans se casser le dos. Il est muni de 2 poignées en alu bien pratiques. La présentation est magnifique : forme hexagonale qui a pesé lourd dans son choix de par son esthétique. Ca change des gros cubes. Il est de conception anti-sismique : de jolies grilles en métal remplacent avantageusement les habituels caches en tissus. Ayant deux furets à la maison (je veux dire, en plus de mes enfants), les tissus à même le sol n’auraient pas fait long feu. Je le conseille à ceux qui ont des chatons.
Les connecteurs sont plaqués or et la platine de réglage est élégamment cachée par une plaque en métal brossé noire sur le dessus du caisson. Une fois la platine de réglage cachée, le caisson est très sobre.
Outre les réglages classique de la phase (0, 90, 180 et 270), de niveau, et de fréquence de coupure du passe bas du caisson, on notera la présence d’un réglage de fréquence de coupure passe haut, opérationnel seulement lorsqu’on utilise le filtre actif du caisson quand on le branche par les connexions de puissance ; seulement 2 positions ; ce bouton est un peu décevant. Et enfin un bouton de réglage des fréquences en dessous de 50Hz, permettant d’appliquer un filtrage de plus ou moins 12dB par octave dans le bas du spectre. Simple mais efficace. Très bonne idée ce filtre !
Question HP, il y en a 3. Je ne ferai pas la pub du Balanced force qui repose sur ces 3 HP, et breuveté par Martin Logan. C’est en tout cas ce choix technique qui lui donne sa forme esthétique et sa relative compacité au regard de ses performances.

Deuxième étape : test des connectiques.
J’installe mon caisson tout d’abord en vrac à droite de la chaîne. Je branche les entrées RCA droite et gauche en réglant la fréquence de coupure pour rejoindre les biblio à 45Hz.
Je choisi quelques CD riches en graves : Tracy Chapman, Katie Melua, David Gilmoor, Bach (Toccata et fugue), Dire Strait, un peu de techno (pour les attaques), le premier volet du seigneur des anneaux pour sa légendaire descente dans le grave.
Quelques écoutes plus tard, un premier réglage de volume ressort. Mais je voudrais décharger un peu le boulot des biblio et cette configuration ne me le permet pas.
Je débranche, et je connecte maintenant uniquement la prise LFE. Le Thule dispose d’une option qui permet d’envoyer les graves au caisson via la connectique LFE ; j’ai le choix de filtrer ou non le résiduel envoyé aux enceintes. Cette solution s’avère plus souple.
Je ne testerai pas la connexion du caisson par les câbles de puissance : il n’y a que 2 choix possibles pour la fréquence de coupe du filtre passe haut sur le caisson. C’est trop peu. De plus je trouve cette solution inélégante. Elle m’oblige à ajouter 2 câbles de puissance, alors que je peux envoyer le signal par la prise LFE qui doit de toute façon rester branché pour le 5.1.
Je retiens donc pour l’instant la solution connexion par la prise LFE en utilisant le bass management du Thule. C’est la solution la plus simple, la plus propre et la plus souple.
C’est à peu près là que se termine la première journée de mon caisson.

Troisième étape : Réglage du niveau
Le lendemain, toute la famille est debout, je vais pouvoir faire bouger les murs et régler le volume :D
Je choisi une fréquence de coupure volontairement élevée pour que le caisson joue du son audible. C’est plus simple pour régler le volume. Je garderai par la suite cette fréquence le plus haut possible, pour remplir les objectif de mon expérience
Je galère une bonne partie de la matinée à régler le niveau, jusqu'à ce que je comprenne que le réglage en stéréo sur le Thule est 12dB plus bas en multi-canaux qu’en stéréo. D’où des allers-retours sur le réglage.
Ma technique pour régler le volume est la suivante : je coupe les fréquences en dessus de 50Hz à -12dB par octave sur le caisson grâce au bouton prévu à cet effet. De cette manière le caisson ne jouera pas plus bas que mes enceintes (coïncidence heureuse !). Ainsi il ne me donnera pas de fausses impressions en jouant un spectre plus large. Partant de là, et le caisson jouant très haut (jusqu’à 110Hz), il est assez simple de comparer alternativement le rendu des enceintes entre 50 et 110Hz, avec celui du caisson. Je passe une bonne partie de la journée à le régler pile poil. J’ai eu un peu de mal à obtenir un bon résultat, et j’ai un peu perdu espoir. Le positionnement du caisson y était pour beaucoup ; mais finalement, quelque réglage de phase plus loin, je me retrouve à 180°, avec un niveau impeccable. Désormais, caisson et enceintes ont le même niveau.

Quatrième étape : tests sur la distorsion
Je mets mon CD de tests de fréquences pour voir si le caisson règle mes problèmes de distorsion. Le résultat est sans appel : le caisson joue les notes parfaitement justes quelque soit la fréquence. Sur les infra-basses, rien d’étonnant, c’est son job ; j’obtiens un très bon résultat. Mais comme je l’espérais, les fréquences les plus hautes sont plus justes lorsqu’elles sont jouées par une source unique. La comparaison du Fa 1, à 87,31Hz est sans appel : la note est parfaitement juste alors que si je fais jouer les Contours, elle est presque décalées d’un quart de ton à cause des interférences.
Je testerai plus tard l’impact de baisser un peu la fréquence de coupure sur les distorsions. Il me faut beaucoup plus de temps pour tout tester. La 2ieme journée touche à sa fin (je suis en vacances, je précise) et je vais écouter un peu de musique !
Mais pour l’instant j’su bin content !

Cinquième étape : tests sur la localisation du sub
3ieme jour. De peur que la fréquence de coupure à 110Hz génère des problèmes de localisation du son, je remets mon CD de test, et je joue les différentes notes.
Je pensais déchanter un peu sur les fréquences les plus hautes, autour de 110Hz. Contre toute attente, je suis bien incapable de localiser le caisson. Il s’intègre parfaitement. Super ! Ca ne remet pas en question mon expérience !
Je décide donc de rester à 110Hz pour l’instant.
Je me passe quelques CD pour vérifier tout ça sur de la musique, notamment Money for nothing. Sur ce morceau, il y a un magnifique roulement de drum qui passe de droite à gauche.
Il passe nickel ! Impossible de détecter le caisson.
Idem pour le solo de batterie du concert de Genesis "The way we walk, volume 2".
Il faut dire que le réglage de volume est aux petits oignons !
J’ai l’intention de me fabriquer un petit CD de test, avec une alternance droite gauche de plusieurs fréquences, afin de vérifier de manière scientifique quelles notes sont localisables. Il va me falloir un peu de temps !

Sixième étape : réglage de l’attaque
Le niveau est nickel, et mes tests sur la fréquence de coupure élevée sont plutôt concluants. Je décide donc de passer à l’attaque ! Ou autrement dit, à l’impact des basses.
Pour être concluant, l’impact du caisson doit coïncider avec l’attaque des enceintes.
Je décide de tester ça sur de la techno : des attaques régulières avec de forts niveau de basse seront parfaits pour ce réglage. Je choisi Rollercoaster sur l’album Electrolüx de Human Blue.
L’attaque y est très violente, le basse qui suit l’attaque est très chargée, et se syncope rapidement (ça permettra de vérifier la tenue du haut parleur du caisson) ; ça envoi du bois ; ça sera parfait.
C’est partit mon kiki !
Et là c’est le drame !!! Je n’ai pas d’autre mot.
La basse est légèrement en retard par rapport à l’attaque. Cela donne un effet brouillon et un boum boum insupportable.
En plein désespoir j’en cherche l’origine. Je décide de tenter de déplacer le caisson. Après un peu de tâtonnement je trouve rapidement qu’il faut absolument que le caisson soit juste à coté de mon enceinte droite.
Ce déplacement implique un nouveau réglage de la phase, et un ajustement du niveau. Je me retrouve à 0°. Je sais pas pourquoi mais ça me plait d’être en phase avec les enceintes.
Et là, impeccable. L’impact est phénoménal avec le sub. Il est maintenant en phase avec l’attaque des enceintes, mais beaucoup plus profond.
Je me demande d’où est venu ce problème. Le positionnement bien sûr, mais je soupçonne que le réglage de la phase y est pour quelque chose. Peut être que le réglage de phase est adapté au home cinema, mais pas à la hifi. Des retours d’expériences ?
La nouvelle position du caisson parait plus cohérente pour une attaque optimum : les HP du caisson fond boum en même temps que les enceintes, et dans la même direction.
Je décide de figer la position du caisson en réaménageant un peu les meubles et les enceintes.
Après quelques réglages, je me régale : les enceintes ainsi libérées des graves semblent mieux respirer ; les effets d’aigues sont plus aérés. J’ai l’impression que mes enceintes de surround fonctionnent alors que je suis en stéréo ! J’entends de nouveaux détails dans le haut du spectre. Tiens mais au fait, j’étais pas en train de rajouter des BASSES moi ??? (pas des aigus)
J’espérais beaucoup cette aération. Alors je me demande si je ne me fais pas un film. Je fais quelques comparaisons, et en fait objectivement les aigus n’ont pas vraiment changé. Mais lorsque je refais une écoute subjective, j’ai à nouveau cette impression.
Un petit moment d’orgasme sonore plus tard, je conclu que c’est le coté plus enveloppant des graves qui donnent cette impression de diffusion plus aérée. La scène sonore est beaucoup plus enveloppante grâce à la profondeur des graves, et les effets d’aigus doivent en profiter.
Mais c’est l’écoute subjective qui est la plus importante !
Je pense pouvoir améliorer encore un peu la cohérence de l’attaque et de l’impact, mais je ferai ça à l’usage, en déplaçant légèrement le sub par tatonnement.

Septième étape : écoute subjective et musicalité
L’appui des basses du caisson profite beaucoup aux musiques intimistes et au jazz. La basse des morceaux de Tracy Chapman joue plus en longueur ; elle résonne plus longtemps, et le son est plus profond. Pareil pour la basse de Katie Melua. Je profite du sub même à niveau sonore réduit. Le jeu de basse est plus limpide, les notes sont plus précises et mieux tenues. Je découvre certaines notes que je n’avais jamais entendu dans certains disques, ou gimmick de basse que je ne percevais que partiellement.
En terme de tenue du niveau, comme prévu, je peux faire fonctionner la chaine beaucoup plus fort. Je n’ai pas poussé aux limites, mais rien qu’avec quelques tests, j’ai noté que je pouvais mettre le volume 10dB plus fort. En fait, je ne suis pas sûr d’aller plus loin, car on arrive aux limites du supportable, et j’ai peur de décrocher un tableau :wink: .
La pression acoustique du sub est phénoménale. Il donne l’impression de ne pas avoir de limite. L’impact est énorme et les basses sont très bien tenues : pas de traînage, pas de boum boum. Tout’il est parfait !
Que du bonheur quoi.

Bilan, point par point :
1 - Le sub m’a permit de supprimer les distorsions des notes les plus graves jouées auparavant par mes enceintes
3 - Le fait d’avoir une source unique supprime bien les interférences entre les enceintes.
4 - Quand à la libération de puissance de l’ampli, elle est flagrante. Je peux monter le volume beaucoup plus haut. Mais je ne pense pas que cela ai généré l’aération des aigus que j’ai obtenu. Je pense que l’élargissement de la scène sonore est causé par l’effet plus enveloppant des basses, et un meilleur équilibre du spectre dans son ensemble. Le bilan subjectif sur ces points est toutefois totalement positif !

Carton plein sur ces 3 points.
Reste le problème le plus épineux :
2 - Les ondes stationnaires. Bilan plus mitigé sur ce point. Si j’ai pu les atténuer, je dois faire un bilan plus précis. J’ai toujours un creux à 60 Hz, que je joue la note via les enceintes ou via le sub. Les problèmes de réglage que j’ai rencontré ne m’ont pas permit de m’occuper de tester différents placements. Je vais tenter de repositionner légèrement les enceintes et le sub.

Quand au boulot premier du sub, à savoir jouer les infra-basses, je n’ai rien à ajouter : c’est musicalement un régal.

Je verrai à l’usage si je peux baisser la fréquence de coupure sans perdre mes acquis.
Je vous tiens au courant !
N’hésitez pas à me donner vos avis ; je ne suis pas encore venu à bout de toutes mes ondes stationnaires alors j’ai besoin de conseils !

Futurs tests dans le tuyau :
- vérifier à nouveau la localisation des fréquence en éditant un petit CD de test
- modifier la position des enceintes et du sub pour éliminer ce creux à 60Hz
- mettre mes Contour SC à l’avant pour voir comment elles s’en sortent.
Sardion
 
Messages: 11
Inscription: 14 Nov 2002 1:57
Localisation: Toulon
  • offline

Annonce

Message par Google » 10 Avr 2009 17:16

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 10 Avr 2009 17:46

super post ! :wink:

Ilustration de la difficulté de régler un caisson en hifi 2.1 et illustration, donc, de l'interêt du sms 1 ou autres égaliseurs avec "ecran de controle"....pour les féniacs come moi... :mdr:
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 10 Avr 2009 18:01

Sardion a écrit:....Plein de chose intéressantes, et au milieu....
La comparaison du Fa 1, à 87,31Hz est sans appel : la note est parfaitement juste alors que si je fais jouer les Contours, elle est presque décalées d’un quart de ton à cause des interférences.

A priori ce n'est pas possible: quand une même fréquence jouée par deux sources, au point d'écoute il peut y avoir déphasage, problème de niveau, mais pas de décalage en fréquence. Bizarre bizarre...
Peut-être que tes biblio distordent tellement à cette fréquence que ça en fausse la perception du ton ? ce serait quand même étonnant, à moins que le niveau sonore ne soit vraiment élevé.
Pour en avoir le coeur net: PC, carte son, micro, logiciel analyseur de spectre...
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse

Message » 10 Avr 2009 18:51

Denis31 a écrit:A priori ce n'est pas possible: quand une même fréquence jouée par deux sources, au point d'écoute il peut y avoir déphasage, problème de niveau, mais pas de décalage en fréquence. Bizarre bizarre...
Peut-être que tes biblio distordent tellement à cette fréquence que ça en fausse la perception du ton ? ce serait quand même étonnant, à moins que le niveau sonore ne soit vraiment élevé.
Pour en avoir le coeur net: PC, carte son, micro, logiciel analyseur de spectre...

C'est pas faux ! Maintenant que tu le dis. Je ne comprend pas bien pourquoi j'ai ce phénomène.
Je viens de remettre un coup le CD, et effectivement le volume joue un rôle. J'ai l'impression que je dois entendre autre chose que la note ; je ne sais pas ; peut-être que la pièce résonne, mais c'est une note assez désagréable. Ca vibre et ça prend la tête.
Tout compte fait, en insistant bien j'arrive parfois à avoir la même impression de désaccord avec le sub. Quand je me déplace dans la pièce, j'ai l'impression que la note change :o
Je crois que je vais vomir alors j'arrête !
Je crois que ma pièce n'aime pas cette note.
Et pi moi non plus !
Sardion
 
Messages: 11
Inscription: 14 Nov 2002 1:57
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 11 Avr 2009 12:45

Hier soir, j'ai testé le branchement des enceintes murales (les Contour SR) à l'avant, avec le support du caisson.
Le renfort de basse du caisson est bien là, mais les bas médium joués par les enceintes murales procurent beaucoup moins de plaisir à l'écoute que les biblio. Pourtant la scène sonore est plus ample que je ne m'y attendais. Les aigues sont splendides. L'effet de spacialisation est également un régal. Mais le bas du spectre n'est pas équilibré.
Test peu concluant donc. J'ai rebranché mes biblio, et je n'échangerai pas mon baril d'omo contre 2 barils de lessive X.

Aujourd'hui je vais m'interesser un peu plus aux hauts graves joués par le caisson dans la configuration avec fréquence de coupure élevée. Je m'interroge sur la capacité du caisson à jouer des notes trop hautes.
J'ai tenté d'affiner le réglage de l'attaque et de l'impact des basses. J'ai testé plusieurs changements de phase et de niveau, et je n'arrive pas à trouver un réglage idéal. J'obtient toujours une meilleur cohérence avec les enceintes seules, ou bien en baissant la fréquence de coupure.
Je ne sais pas si cela vient d'un mauvais réglage de phase, ou bien si c'est un problème de localisation trop importante dans les fréquences élevées.
Par ailleurs, j'obtiens toujours de moins bonnes cohérences lorsque je choisi des phases de 90, 180 ou 270°.
En fait je comprend bien à quoi est censé servir la phase, mais je ne comprend pas le principe. Est-ce que quelqu'un connait le principe de fonctionnement de ce réglage ? La rotation de phase s'effectue par rapport à quelle fréquence ?
Sardion
 
Messages: 11
Inscription: 14 Nov 2002 1:57
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 19 Avr 2009 13:25

Petit épilogue à cette expérience.
J'ai poursuivi mes tests de placements d'enceintes ces deux dernières semaines. J'ai trouvé un lien très intéressant dans le forum : http://www.lafontaudio.com/criteres.htm.
On y parle de tout un tas de choses intéressantes concernant les ondes stationnaires.
J'ai finalement trouvé une configuration enceintes/caisson qui fourni de bien meilleurs résultats. La fréquence de coupure élevée du caisson m'a permit de jouer plus "facilement" sur les creux et bosses du spectres au dessous de 130Hz.
Il subsiste un léger creux à 100Hz, et une bosse à 50Hz. Pour les éliminer, il me faudrait une pièce plus grande pour éloigner mes enceintes des murs, et repositionner mon point découte :( .
Mais voilà il faut faire avec ce que l'on a :wink: .

Mes problèmes de cohérence d'attaque et d'impact venait en fait d'un réglage de volume un peu élevé, conjugué avec un positionnement du caisson qui créait un renflement. Ce problème est donc également réglé. Je m'en suis rendu compte en gravant un DVD Audio en AC3 avec une piste contenant seulement une piste pour le Sub.

Voilà ! Je profite maintenant pleinement de mon caisson. :D
Sardion
 
Messages: 11
Inscription: 14 Nov 2002 1:57
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 19 Avr 2009 13:29

Démarche intelligente ! :wink:
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 19 Avr 2009 17:07

Je me suis donné du mal !!!
Dis moi Malher : j'ai faillis acheter un DD15 à la place du ML Depth. Notamment parce qu'il embarque un SMS.
J'ai finalement opté pour le Depth pour son esthétique plus à mon gout, pour la robustesse de ses grilles de protection (j'ai petites bêtes à la maison), et pour son prix plus avantageux par rapport aux DD.
Je suis sûr que tu est content du tiens, mais concrètement, est-ce que les paramétrages de frequences que t'amènent le SMS sont efficasses ?

Je te demande ça parce qu'il y a plusieurs écoles concernant la correction d'acoustique. Et j'ai surtout entendu des arguments de gens plutôt contre la correction par l'électronique (comme notamment sur le site de Lafond, qui précaunise cette solution en dernier ressort).
Comment vis-tu ton système au quotidien ? Qu'est ce qui t'as amené à cette solution ? Des contraintes de place dans ta salle d'écoute ? Une conviction ?
Sardion
 
Messages: 11
Inscription: 14 Nov 2002 1:57
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 19 Avr 2009 17:21

Sardion a écrit:Je me suis donné du mal !!! oui :mdr:
Dis moi Malher : j'ai faillis acheter un DD15 à la place du ML Depth. Notamment parce qu'il embarque un SMS.
J'ai finalement opté pour le Depth pour son esthétique plus à mon gout, pour la robustesse de ses grilles de protection (j'ai petites bêtes à la maison), et pour son prix plus avantageux par rapport aux DD.
Je suis sûr que tu est content du tiens, mais concrètement, est-ce que les paramétrages de frequences que t'amènent le SMS sont efficasses ?

Aprés avoir trouver la bonne place pour le DD, si tu n'es pas un fou de la courbe parfaitement droite..alors oui l'équalisation du DD est utile pour fignoler..mais ce n'est pas l'essentiel. (je parle pour la hifi en 2.1, pour le hc c'est plus utile je trouve, c'est trés facile de réduire les bosses des modes propres de la pièce).
Il faut y aller molo avec l'equalisation. Par contre le réglage de phase est trés utile.


Je te demande ça parce qu'il y a plusieurs écoles concernant la correction d'acoustique. Et j'ai surtout entendu des arguments de gens plutôt contre la correction par l'électronique (comme notamment sur le site de Lafond, qui précaunise cette solution en dernier ressort). Je pense que c'est surtout pour le medium-aigue.
Comment vis-tu ton système au quotidien ? Pour le moment, j'ai pas encore reçu mon nouvel ampli de puissance :evil: , le caisson apporte un plus qui va de "leger" à "assez important" selon le type de musique. J'ai pas mal de souçis d egrave dans ma pièce, d'où le DD.(et puis en hc..... :mdr: :mdr: ).

Qu'est ce qui t'as amené à cette solution ? cf le post du vélodyne dd12 partie audio. (j'en ai fait des pages et pas le courage de reprendre). En, bref c'est pour limiter une bosse à 40kz et combler un gouffre à 63 hz.

Des contraintes de place dans ta salle d'écoute ? oui, la place d'écoute est fixe et pas assez loin des enceintes car il faut de la place pour madame et pour le bébé. :wink:

Une conviction ? oui, l'immobilier c'est mort pour des années, les banques sont en faillite virtuelle, achetez un peu d'or en en ce moment, faire des reserves de pâtes. :mdr:

Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 20 Avr 2009 6:20

Mahler a écrit:
Sardion a écrit:Une conviction ? oui, l'immobilier c'est mort pour des années, les banques sont en faillite virtuelle, achetez un peu d'or en en ce moment, faire des reserves de pâtes. :mdr:



:mdr:
syber
 
Messages: 10308
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message