Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Jusqu'où faut-il aller dans la recherche de la musicalité ?

Message » 01 Jan 2006 11:29

J'ai lu ce fil avec beaucoup d'intérêt même s'il est vrai que l'on s'est peut être éloigné de ce que voulait dire Barbarella.

Pour en revenir à son propos, je crois que pour ressentir une certain effet 3D (holographique) avec seulement deux enceintes, certes la qualité des enceintes a quelque chose à y voir mais il faut ensuite tenir compte du local, du placement etc... J'ai mis pas mal de temps pour mettre en oeuvre mes enceintes (plus de 20 ans dans l'absolu mais disons que j'y ai vraiment bossé que depuis l'an dernier une fois m'être géographiquement vraiment stabilisé) que ce soit du point de vue conception (il s'agit de DIY) que du placement mais aussi de l'emplacement (choix du local).
Par exemple, contre toute attente de bien meilleurs résultats ont été obtenus dans un local de 15m² (ancienne chambre) avec très peu d'écho et de réverbération que dans mon salon (au moins 40m²) très réverbérant et plein d'échos parasites. Pourtant on ne peux pas considérer que mes enceintes sont de petites biblios :lol: .. J'ai aussi peaufiné le support des enceintes en les posant sur des parpaings en bétons.. C'est la meilleure solution que j'ai trouvé dans mon cas... En fait ces blocs de béton font parti intégrante des enceintes. Sans cela je perd en largeur et en stabilité d'image, en profondeur, en détails car, par exemple, le grave devient omniprésent et occulte pas mal de trucs sans ces artifices.. Bon bien sûr après j'ai retravaillé le filtrage et le bass reflex, notamment, mais bon je pense être arrivé à quelque chose de correct.

Donc je crois que si l'on veut gagner en détails, en image et sensation 3D il faut passer un bon moment à la mise en oeuvre des enceintes y compris du commerce sans se sentir obligé de changer et encore changer et etc ...parce que image pas assez large, pas assez de détails, trop ou pas assez de basses, pas assez de profondeur...
Je suis convaincu qu'avec des enceintes modeste, on peut déjà arriver à des choses intéressantes.

En ce qui me concerne, je peux faire le constat suivant. Sur mon système ancien (jusqu'à l'an dernier), je n'écoutais que du rock, de la pop ou de l'électro. Par contre pratiquement pas de classique ou de jazz. Non pas que cette musique ne me plaisait pas car j'écoutais avec plaisir ce genre de musique en concert mais simplement je n'arrivais pas à y rentrer dedans en l'écoutant sur ma chaîne. Par contre depuis que je me suis plus sérieusement équipé et que j'ai optimisé tout ceci, je m'achète plein de CDS de musique classique et de jazz car j'arrive à retrouver l'émotion ressentie en concert.. Je pense donc que c'est bon signe :wink: .

Donc sur jusqu'où faut-il aller? Ben jusqu'à ce que le système que l'on possède nous donne envie d'écouter et d'écouter encore avec émotion toutes les musiques que l'on aime...

Sur ce, bonne et heureuse année avec plein de HIFI, de musiques nouvelles et enrichissantes et d'images 3D et tout et tout...
Le Dom
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3993
Inscription: 17 Juil 2004 9:22
  • offline

Message » 01 Jan 2006 14:44

Le Dom a dit:
"Donc sur jusqu'où faut-il aller? Ben jusqu'à ce que le système que l'on possède nous donne envie d'écouter et d'écouter encore avec émotion toutes les musiques que l'on aime""

Bien avec toi la dessus. En fait quand j'écoute et pour être heureux il me faut:
1/ ne pas percevoir de défaut gênant (surtout en médium aigu dans mon cas)
2/ ressentir une émotion.
Dans ces cas je garde mon système ...

Un autre point sur la nécessité d'entendre exactement chez soi, ou au plus près, ce qu'on entend au concert, ce qui serait la définition de la haute fidélité.
Permettez moi de ne pas partager cet aspect des choses, non que je le trouve déplacé ou non recevable mais:
1/pour le commun des mortels il est plus que rare de pouvoir faire la comparaison
2/quand les yeux participent, l'audition peut changer, et j'éprouve souvent plus de plaisir chez moi qu'au concert (que ce soit au Zénith ou au Corum d'ailleurs) et en tout cas des plaisirs toujours différents.
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline

Message » 01 Jan 2006 15:20

filip-63 a écrit:
blounote a écrit:....
quant à dire que les micros captent autre chose que l'oreille dans un concert, c'est une inexactitude totale.
...


je ne suis pas sur que dans une salle de concert, même d'acoustique exceptionnelle, on entendrais Glen Gould chantonner quand il joue les Goldberg. La haute fidélité de l'enregistrement sur ce point ne traduit que la localisation très artificielle des micros comparée à celle de nos oreilles dans une salle.
Ceci n'enlève ni n'ajoute rien, ni au génie de l'interprétation, ni à la musicalité de la chaîne hifi.
8)



Même dans une mauvaise salle, on entend le pianiste grogner et son siège grincer... et le moindre papier de bonbon déplié s'entend d'un bout de la salle à l'autre dans les passages calmes...

A noter : le micro qui est bête captera, en fonction de ses caractéristiques, les bruits comme s'ils étaient de la musique. Il ne choisit pas.

L'oreille qui est intelligente peut baisser le volume :wink: sur les bruits qui la gênent ou au contraire les suramplifier pour n'entendre qu'eux...

Pas le micro...


Une autre chose, pour avoir plus d'une fois, enregistré en catimini, pour mon usage personnel ou celui des artistes, des récitals de piano d'où j'étais : une chose est certaine : l'oreille peut élever le niveau de ce qu'elle entend et, en tout cas, annihiler la distance entre elle et le musicien pour faire une sorte de travelling sonore... pas le micro qui donne toujours un son beaucoup plus lointain et dont le rapport son direct/son de salle est toujours favorable au second...

D'ou le fait et philippe qui fait de la prise de son ne me contredira pas : dans une bonne salle un couple de micro placé à 2,5-3 mètres du piano, en hauteur et orienté vers le couvercle ouvert est une éloignement qu'il ne faut pas trop dépasser....


tu mets un orchestre sur la scène, la distance du couple est augmentée : le champ acoustique est plus large (ils sont nombreux sur scène).


Pour le piano, le couple sera accroché à une perche posée sur la scène...

Pour l'orchestre, le couple sera accroché à une perche posée dans la salle vers le 5e rang, voire plus loin si la salle est un peu sèche... Ou accroché à un cable suspendu en travers de la salle.

Le multimicro, c'est autre chose : c'est de la multimono... sauf quand par un artifice intelligent on applique des lignes de retard à chaque micro pour que le son des instruments capté chaque fois par un micro mettent le temps qu'il mettrait s'il était capté par un seul couple de micro...

reste quand même un truc qui ne marche pas, quand bien même ce type de prise de son multimicros évolués donne des résultats splendides parfois, qu'un instrument capté de très près par un micro sonne... comme un instrument capté de très près par un micro... et non de loin par un couple (le timbre n'est pas le même du tout !). Mais l'artifice est trompeur et le relief convaincant.

certains CD de Karajan ont ainsé été remixés par DGG qui avait conservé dans ses archives le plan des micros dans la salle d'enregistrement !!!) et la différence entre les éditions microsillons et les CD ainsi réédités (lignes de retard sur chaque micro) étaient le jour et la nuit : les CD écrasaient les LP et pas qu'un peu ! De même que les premières éditions CD faites avec les bandes mixées autrefois sans ses lignes de retard.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49565
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline


Retourner vers Discussions Générales