Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Le consommateur profite très peu de la baisse du dollar

Message » 20 Mar 2008 17:07

A son lancement, à l'automne 2007, le Lumix FZ18 de Panasonic, un appareil photo numérique dont les caractéristiques étaient vantées par tous les magazines spécialisés, était commercialisé 450euros en France et 350 dollars (224 euros) aux Etats-Unis. Avec 1 euro valant 1,5 dollar, le consommateur européen payait l'appareil deux fois plus cher que son homologue américain.

Le magazine mensuel Que Choisir ? dans son numéro de décembre 2007 notait que sur tous les produits high tech ou de grande consommation, aucune entreprise ne tentait de faire bénéficier le consommateur européen d'un change euro-dollar favorable.

L'iPod Nano, vendu 149 dollars (96 euros) à New York, l'était à 159 euros à Paris, la Xbox 360 de Microsoft s'écoulait à 349 dollars (224 euros) aux Etats-Unis et à 300 euros en France, tandis que la suite Creative d'Adobe (retouche photo) affichait un prix de 1 200 dollars (771 euros) outre-Atlantique contre 2 500 euros dans l'Hexagone. Même le mythique Levi's 501 était commercialisé moins de 6o dollars (39 euros) à NewYork contre plus de 80 euros en France.

Les écarts de change semblent donc accaparés par le fabricant ou le distributeur. Ils ne bénéficient en tout cas pas –ou très peu – au consommateur. Certains chefs d'entreprise justifient ce bénéfice supplémentaire par les surcoûts structurels du marché européen.

"Les Etats-Unis sont un marché unifié, alors que l'Europe est un marché morcelé où les langues, les réglementations et les systèmes de distribution obligent les industriels à fabriquer des séries courtes", assure Eric Surdej, directeur général du coréen LG Electronics. Daniel Trachino, directeur de la division grand public du fabricant d'ordinateurs Acer, reconnaît que le "paiement des composants en dollars engendre une marge supplémentaire pour le fabricant". Mais il assure que le consommateur en profite partiellement : "Depuis deux ou trois ans, l'écart de prix entre l'Europe et les Etats-Unis s'estompe", dit-il.

LA PEUR DU YO-YO

En réalité, affirme Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS, "les entreprises ont peur du yo-yo euro-dollar. Elles craignent un retournement rapide du marché des changes et n'ont guère le désir de faire bénéficier le consommateur d'un écart de change en sa faveur. Elles conservent cette marge supplémentaire pour affronter sereinement une éventuelle baisse des prix réclamée par la distribution".

La captation de l'écart de change par le distributeur ou le fabricant rend plus criante encore l'évidence : la dépense du consommateur européen est structurellement plus élevée – à produits identiques– que celle de son homologue outre-Atlantique. Plusieurs raisons à cela. La première est la fiscalité. "La TVA est ici à 19,6 % contre 6 % à 8 % aux Etats-Unis", explique Laurent Abadie, PDG de Panasonic France. "Les coûts salariaux dans la distribution [charges sociales surtout] contribuent aussi à l'écart des prix entre les deux rives de l'Atlantique", ajoute-t-il.

La direction de Levi Strauss Europe ajoute que le "prix de location du mètre carré commercial en Europe est le double en moyenne de ce qu'il est aux Etats-Unis". Ce dernier se répercute aussi sur le prix des produits. En outre, ajoute le fabricant du Levi's, les "cinq plus grandes chaînes de distribution américaines offrent une surface commerciale douze fois plus large que celles de leurs homologues européens, ce qui leur donne une capacité de négociation des prix que les distributeurs européens n'ont pas".

Cela dit, l'écart de prix, qui peut aller du simple au double, entre les Etats-Unis et l'Europe pourrait être réduit "à condition que la concurrence entre les réseaux de distribution soit réellement mieux organisée. En France, les marges des distributeurs sont trop élevées", estime M. Askenazy. Selon lui, les transactions sur Internet sont deux fois moins importantes qu'en Grande-Bretagne et pas encore en mesure de peser sur les marges des distributeurs. En outre, l'ouverture des grandes surfaces spécialisées en centre-ville est soumise à autorisation. Si bien que la concurrence physique entre magasins est évitée.

Aux Etats-Unis, explique M. Askenazy, "les marges des distributeurs se sont effondrées. Dans certains réseaux spécialisés [high tech, photo…], la commission du vendeur est remise en cause par le distributeur". Le commerce sur Internet menace les magasins de centre-ville : "Les clients essayent les vêtements en boutique et achètent sur Internet à un prix moins élevé." Pour M.Askenazy, le modèle de distribution de part et d'autre de l'Atlantique est transitoire et condamné à évoluer. L'un pour retrouver des marges capables d'assurer sa subsistance, l'autre pour redonner du pouvoir d'achat au consommateur.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/03/20/le-consommateur-francais-profite-tres-peu-de-la-baisse-du-dollar-face-a-l-euro_1025269_3234.html
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Annonce

Message par Google » 20 Mar 2008 17:07

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 20 Mar 2008 17:15

Oui, c'est a se demander qui se goinfre au passage? :roll:
PAT 94
 
Messages: 12212
Inscription: 05 Oct 2005 18:29
Localisation: Le Plessis Trévise/94France
  • offline

Message » 20 Mar 2008 21:59

en fait, ceux qui vendent aux revendeurs....dans le cas de la hifi...les marques ou les importateurs
NOIR
 
Messages: 21774
Inscription: 21 Déc 2004 18:31
  • offline

Message » 20 Mar 2008 22:10

C'est pas une nouveaute. Tous ceux qui ont achete ou achetent des instruments de musique savent de quoi je parle : quand le dollar monte, le prix des guitares monte en Europe, quand le dollar baisse, le prix des instruments stagne....

Une lueur d'espoir dans ce vol organise : la mort petit a petit des oligopoles et le developpement du commerce sur le web, ou la la concurrence fait vraiment rage.


Du liberalisme, pourquoi pas, mais appliquons-le aussi en faveur du consommateur...
san-antonio
 
Messages: 1588
Inscription: 17 Avr 2007 0:51
  • offline

Message » 20 Mar 2008 22:13

reste l'achat de matos d'occaz aux states , vu le rapport $ / Euros actuel.

il y a de grosses affaires en perspective , vu sur audiogon cette semaine une paire de revel ultima studio à 4500 dollars ça nous fait les betes à 2960 euros sans les FDP !!!!! :o :o :o bon apres faut avoir le palpitant bien accroché pour faire traverser l'atlantique à une paire de studio !!!

mais sur un ampli ou une source je dis pas !!! :wink:
bernardi
 
Messages: 4557
Inscription: 25 Jan 2006 21:39
Localisation: dans le maquis du 2.8 !

Message » 20 Mar 2008 22:40

bernardi a écrit:faut avoir le palpitant bien accroché pour faire traverser l'atlantique à une paire de studio !!!

Yes, l'Amérique est en solde

Faut surtout être patient, car par bateau c'est +/- 1 mois (le temps qu'il a fallu à mes petites Tekton design)

Lorsque l'objet n'est pas trop lourd, je ne rechigne pas à payer un transport par avion

Exiger un trés bon emballage (double, voire triple), et souscrire une assurance couvrant la valeur d'achat

Vu le poids des Ultima studio, le transport sanglé sur palette s'impose (les acheteurs soigneux conservent ces emballages s'ils ont envisagé la revente, aux States les distances sont comparables à la largeur de l'océan Atlantique, et les transporteurs ne sont guère plus soigneux qu'ici)

On peut parfois obtenir des emballages neufs en s'adressant chez le fabricant
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 20 Mar 2008 22:54

Merci Zeroundemi, ton thread est très interessant !

Habitant l'amérique du nord je suis ébobi par le prix pratiqué en france sur le matos hi-fi.

Importateur = un métier très lucratif en ce moment !
<i>Invité</i>
 
Messages: 1580
Inscription: 19 Jan 2007 21:20
  • offline

Message » 20 Mar 2008 23:00

Une autre réalité bien franco française, l'entente tacite ou explicite pour ne pas répercuter les baisses... Il suffirait que quelques un le fassent et cela obligerait les autres à le faire mais personne ne le fait...

J'ai bien peur que l'achat par Internet devienne le juge de paix pour certaines pratiques dans les années à venir...

Cdt :wink:
cohuelaz
 
Messages: 5697
Inscription: 16 Sep 2006 11:56
  • offline

Message » 20 Mar 2008 23:05

samuel33 a écrit:Importateur = un métier très lucratif en ce moment !

A dire vrai, je ne sais pas comment se partage la marge entre importateurs et revendeurs

L'article m'a paru intéressant car il me semble équilibré dans sa présentation des faits

Et, effectivement, ça fait mal quand je vois le prix US de certains objets de désir audiophile, et le $ à 0,65 €, même avec le transport, l'assurance et la TVA, il reste de la marge ...

D'autant que je fréquente assidument 6moons, Stereophile, et suis admiratif devant le travail effectué

Mais, sois rassuré ! Je craque de temps à autre :wink:
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline


Retourner vers Discussions Générales