Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

les 10 plus gros mensonges en audio!!

Message » 28 Fév 2008 20:34

Ce qui est intéressant dans la catégorisation c’est qu’elle souligne les partis pris puisque cet exercice a très souvent comme résultat de définir une « bonne » catégorie pour ceux qui réfléchissent, une mauvaise pour ceux qui ne réfléchissent pas et en prime une troisième pour ceux qui oseraient hésiter…

Et, bien entendu, les suiveurs ou simples d’esprits applaudissent d’aise car cela évitent d’avoir à se poser des questions, le monde est catégorisé, simple et merveilleux, le monde des câbles, bien sûr…

Vous avez remarqué qu’une pétition de principe est émise, un câble à 500 € ou 1.000 € n’émet une différence qu’une fois sur 4 sans que cela ait pu être validé par un test ABX…

En fait je refuse d’acheter un câble à ce prix car cela dépasse ma compréhension sur le rôle actif d’un câble dans la chaine de restitution. Par contre je ne suis pas obtus et j’achète du fil de Litz, du câble argent, du Mogami et j’écoute des différences…Ces différences seraient-elles validées par un test ABX ? Je n’en sais rien puisque je n’ai pas fait ce test mais d’autres, visiblement savent qu’il n’y aurait de différence bien que n’en ayant pas fait le test non plus. Soit….

Pio2001 parle très bien des tests ABX, d’une autre manière de percevoir et de valider des différences et, surtout, d’interroger notre manière d’écouter… Simplement admettre que l’écoute ne dépend pas que de l’audition ou, dit autrement, que l’audition privée de des yeux et face au stress de devoir ne compter que sur elle offre très certainement une autre approche des différences.

Cette autre approche a un intérêt plus que certain mais de là à en faire la seule…

Ah, les vrais pragmatiques, n’ont même pas besoin de traiter quoique ce soit pour accéder à la musique, ils y parviennent quelque soit les conditions… En tout cas s’il faut traiter efficacement pour parvenir à la musique, on n’est pas sorti de l’auberge… :lol:

Cdt
:wink:
cohuelaz
 
Messages: 5697
Inscription: 16 Sep 2006 11:56
  • offline

Annonce

Message par Google » 28 Fév 2008 20:34

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 28 Fév 2008 20:50

PCHEVALIER a écrit:
PBL a écrit:tape "objectiviste hifi" dans google et tu en liras des tartines.....

pour moi ce sont ceux qui annoncent haut et foet que : en numérique tout sonne pareil, il n'y a que des 0 et des 1, que les câbles c'est de l'arnaque, que rien ne vaut une écoute ABX,...


PBL : Si les "objectivistes" pensent ce que tu dis ce sont des idiots. Je redoute que tu les "enfonce un peu trop (quand on veut noyer son chien on l'accuse de la rage).
Je n'ai entendu personne affirmer que "tout sonne pareil". Et contrairement à ce que tu laisse supposer, le numérique n'a rien à voir avec le sujet... on peut être ignorant et aimer le numérique. Deux exemples :
- Chacun sait qu'un CD de Stan Getz enregistré en 1960 ne sonne pas comme un CD du même enregistré en 1987. Le 2ème sonne mieux pour plein de raisons techniques entre autres (Stan se sentait mieux aussi) car c'est numérique de bout en bout.
- De la même manière, un égaliseur branché en analogique des deux côtés faisant 2 conversions A/D/A perd en qualité par rapport au même avec un branchement D/D/D. C'est rationnel à en être triste et ça s'entend en tournant le bouton. On entend la différence, on l'explique, on est rationnel. J'appelle cela une situation CLAIRE.
Autre situation : la situation MYSTERE : On entend la différence une fois sur 4 et on l'explique pas, alors c'est que la différence est très faible et qu'on ne pourra pas la reproduire puisqu'on ne sait pas d'où ça vient.

Si on ne l'explique pas on cherche l'explication. Ce qui est mystère peut devenir clair. Ou alors on cherche mais pas trop si c'est négligeable. et c'est là que je voulais en venir (en empruntant le même chemin qu'Olivier) et donner moi aussi ma petite typologie simple à 3 types :

1/ Les Mystérologues : par ex. ils achètent un câble à 500 ou 1000 euros pour lequel on entend la différence une fois sur 4, on sait pas pourquoi, on sait pas même décrire ou reproduire la situation. On refuse de comparer. Le mystère est dedans le matériel. C'est tout juste si le matériel ne se voit prêté quelqu'humaine qualité. On communique avec le câble, avec la lampe, avec l'analogique plein de matière quasi humaine, parce qu'indiscible. Malheur aux "objectivistes" qui ne savent pas "écouter" le câble (probablement parcequ'ils ne connaissent pas le langage dudit câble !) et voudraient le rabaisser au rang de matière !

2/ Les pragmatiques, rationalistes. Ils préfèrent mettre leur temps et leur argent sur ce qui est CLAIR d'abord (par exemple filtrer les pics de fréquence qui écrasent 1/4 du spectre) et s'attaquer au mystère s'ils ont le temps. Ils préfèrent réserver le mystère et la subjectivité à la création, l'interprétation, la perception de cette musique avec toutes les illusions et erreurs possibles, humaines... l'art en résumé. S'ils voient mystère c'est dans l'humain pas dans l'artefact. Ils savent bien que le matos est important. Il faut traiter la question efficacement pour parvenir à la musique.

3/ Les girouettes qui sont perdus et qui prétendent qu'on ne peut rien dire que tout dépend, qu'il faut pas être trop affirmatif, qu'il faut faire attention mais pas trop... qu'ils voient claire mais aiment le Mystère et ont peur de se transformer en machine etc.

J'espère n'avoir blessé personne, mais j'arrive pas à mélanger matériel et humain. Peut-être est-ce parce que j'ai travaillé l'histoire des technologies ou que j'ai appris tout petit que le matériel a été créé par des humains, que si A) il est le produit de la Société pas du hasard ni de Dieu il n'a pas pour autant, B) la personnalité de la main ou du cerveau qui l'a créé.

Glisser de A à B ça peut mener à s'agenouiller devant n'importe quoi.



Pourquoi pas sauf sur un point précis, en l'occurrence le deuxième :

Grosse confusion (mais très habituelle) entre le pragmatisme et le rationalisme... qui historiquement et surtout épistémologiquement, on tendance à être

- au mieux apposés (jamais confondus)

- au pire opposés.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que le pragmatique fonde son jugement sur l'action, et pas autre chose, le rationaliste sur l'analyse. En d'autres termes, très simples, le pragmatique se fiche des tenants et des aboutissants, et en ce sens peut être rattaché à la catégorie des "mystérologues".

"Ca fonctionne, tant mieux, je prends" pourrait être la maxime du pragmatique.

Le pourquoi du comment ne se pose pas et le rationalisme n'est qu'une option, absolument secondaire et non première (donc l'inverse exact du rationaliste).

Par conséquent, il s'agit doncde deux démarches absolument distinctes, au mieux apposées... au pire opposées.

En ce qui me concerne, je fais partie des pragmatiques (empiristes... je teste, j'essaie, après j'agis) qui ensuite posent l'option rationaliste.

S'il existe une explication rationnelle (voire scientifique... là encore le mot "scientifique" désigne des méthodes et des protocoles, le rationalisme un mode de pensée puis seulement récemment une épistémologie constituée), je suis preneur.

Sinon... ben c'est pas bien grave !!

La girouette... ça peut aussi être le pragmatique du coup... qui change son fusil d'épaule au gré de ses expériences.

Ah ! l'empirie résiste à toutes les tentatives de catégorisation !! :mdr: :wink:

Mais le pragmatique n'en a cure. Il prend ce qui lui convient.

Oui, finalement, le vent n'aura que peu d'importance.

Cordialement,
David.
Dernière édition par DaveStarWalker le 28 Fév 2008 20:52, édité 1 fois.
DaveStarWalker
 
Messages: 8844
Inscription: 25 Aoû 2006 11:08
Localisation: Système solaire (pour l'instant)
  • offline

Message » 28 Fév 2008 20:52

abricot a écrit:Bref, il te reste à prouver que l'effet psychoaccoustique peut bien expliquer les différences "entendues". Bien entendu que ça n'exclu pas définitivement l'autre hypothèse :wink:

Ouaip! Il a bon dos l'effet psychoacoustique. :wink: :mdr:

pour certains lecteurs qui sont unanimement qualifiés de doux (ou mous) et d'autres de dynamiques et droits (ou clairs), ça doit être parce qu'il y a une image subliminale sur la façade du lecteur qui nous impose d'avoir ce ressenti.

pour quelqu'un qui rentre dans une pièce sans savoir ce qui a été changé et qui trouve exactement la même différence de sonorité que celui qui sait, ça doit être la transmission de pensée (ou le hasard qui a bon dos aussi).

pour trouver un cable à 15€ meilleur qu'un à 50€, ça doit être une petite crise d'esprit de contradiction.

Et enfin, fondant les plus grands espoirs en changeant un élément persuadé que ce serait la panacée, lui trouver un défaut auquel on n'avait pas pensé, ça doit être à cause d'un battement d'aile de papillon aux antipodes.
mcarre1
 
Messages: 5987
Inscription: 24 Mai 2003 22:14
Localisation: 06
  • offline

Message » 28 Fév 2008 21:27

cohuelaz a écrit:En fait je refuse d’acheter un câble à ce prix car cela dépasse ma compréhension sur le rôle actif d’un câble dans la chaine de restitution.


Mais non, tu refuses parce que tu n'as pas les moyens! :lol:

Combien de conducteurs (j'fais une comparaison sur les bagnoles parce qu'ici, c'est la mode, entre ça et le pinard*, j'y reviendrai un autre jour) achètent des grosses bagnoles, des bagnoles sportives, sans pouvoir les garer, sans pouvoir les maitriser (contrairement à ce que le kéké pense, c'est rouler lentement qui est difficile, pas l'inverse). Pour une bagnole, ce n'est pas bien grave, on a fait les voituriers et les chauffeurs. Pour la hifi par contre... :mdr:

Bref, j'voulais juste dire qu'on (je ?) achète aussi dans ses moyens. Et souvent, ça ne va pas plus loin. Ensuite, on trouve les raisons qui justifient l'achat!

Pour reprendre ce qui a été dit plus haut. Quand on achète un ampli x euros et qu'on achète des cables pour x/10 euros, où est le mal? Je veux dire que même si le cable à x/10 euros est super cher, ça ne fait guère que 9% du budget (10/(100+10)) et après tout, qu'est-ce que 10% d'un budget (ah non, 9% !), aussi phénoménal soit-il, comparé à la marge du distributeur? Hein? J'vois pas où est le problème, ni pourquoi traiter ces gens là d'idiots, qu'ils entendent ou pas la différence. Objectivement, c'est un budget cohérent et ça, même le plus pingre des comptables pourra le confirmer. Non? :P
raoudoudou
 
Messages: 827
Inscription: 25 Mar 2003 22:35
Localisation: Montrouge

Message » 28 Fév 2008 21:33

raoudoudou a écrit: (contrairement à ce que le kéké pense, c'est rouler lentement qui est difficile, pas l'inverse).


et tu sais ce qu'il te dis le kéké ......................... :evil: :mdr: :wink:
Avatar de l’utilisateur
kéké 26
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 6853
Inscription: 03 Juin 2007 17:15
Localisation: sud-est
  • offline

Message » 28 Fév 2008 21:49

raoudoudou a écrit:
cohuelaz a écrit:En fait je refuse d’acheter un câble à ce prix car cela dépasse ma compréhension sur le rôle actif d’un câble dans la chaine de restitution.


Mais non, tu refuses parce que tu n'as pas les moyens! :lol:

Combien de conducteurs (j'fais une comparaison sur les bagnoles parce qu'ici, c'est la mode, entre ça et le pinard*, j'y reviendrai un autre jour) achètent des grosses bagnoles, des bagnoles sportives, sans pouvoir les garer, sans pouvoir les maitriser (contrairement à ce que le kéké pense, c'est rouler lentement qui est difficile, pas l'inverse). Pour une bagnole, ce n'est pas bien grave, on a fait les voituriers et les chauffeurs. Pour la hifi par contre... :mdr:

Bref, j'voulais juste dire qu'on (je ?) achète aussi dans ses moyens. Et souvent, ça ne va pas plus loin. Ensuite, on trouve les raisons qui justifient l'achat!

Pour reprendre ce qui a été dit plus haut. Quand on achète un ampli x euros et qu'on achète des cables pour x/10 euros, où est le mal? Je veux dire que même si le cable à x/10 euros est super cher, ça ne fait guère que 9% du budget (10/(100+10)) et après tout, qu'est-ce que 10% d'un budget (ah non, 9% !), aussi phénoménal soit-il, comparé à la marge du distributeur? Hein? J'vois pas où est le problème, ni pourquoi traiter ces gens là d'idiots, qu'ils entendent ou pas la différence. Objectivement, c'est un budget cohérent et ça, même le plus pingre des comptables pourra le confirmer. Non? :P


Désolé mais avec ce genre de raisonement, on va pas vraiment avancer :roll: ...

Ou tu as vu que je traitais quelqu'un d'idiot parcequ'il avait des câbles à 500 ou 1.000 € ?

Je dis que je n'achèterais pas des câbles à ce prix pour des raisons précises qui sont miennes et cela finit par "c'est parce que tu n'as pas le fric" :roll:

Vous vous relisez de temps en temps ?

Cdt :wink:
cohuelaz
 
Messages: 5697
Inscription: 16 Sep 2006 11:56
  • offline

Message » 28 Fév 2008 21:57

san-antonio a écrit:Ne qualifie-t-on pas de Lumières les Philosophes du XVIIIe siècle, de par leur remise en question de ce qu'ils estimaient comme irrationnel car non-explicable? [...] la recherche du rationnel aurait du justement les libérer de cette forme d'obscurantisme….


Exemple intéressant, l'Europe occidentale au XVIIIè: exactement comme ici, se juxtaposent alors deux pulsions contradictoires (et parfois chez les mêmes personnes):
- la soif de rationalité, que tu soulignes très bien;
- mais aussi, l'émergence parallèle de tout un mouvement esotérique de rejet du rationalisme: développement de la franc-maçonnerie spéculative et émergence demouvements rosicruciens, théorie du magnétisme de Mesmer en Allemagne etc.

Là où je me permets de différer d'avec ton propos, c'est que ce débat ne m'apparaît pas comme particulièrement franchouillard. D'une part, il fait rage au UK et aux US, au moins autant qu'ici, et sans doute par ce qu'il soulève des questions profondes; d'autre part, cette manie de la mesure est beaucoup plus prononcée chez les anglos saxons que chez nous, et particulièrement chez les américains, peuple rationel et pragmatique s'il en est...
sanfrancisco
 
Messages: 129
Inscription: 28 Mai 2006 12:11
Localisation: Paris
  • offline

Message » 28 Fév 2008 22:09

abricot a écrit:Un exemple ? La gravitation de Newton est plus simple que celle d'Einstein. Et pourtant...
:wink:


Yes Sir, mais les deux sont falsifiables. Le rasoir d'Occam est surtout destiné à guider le praticien lorsqu'il navigue les eaux troubles du non-falsifiable (métaphysique, perception etc.)


abricot a écrit:Bref, il te reste à prouver que l'effet psychoaccoustique peut bien expliquer les différences "entendues". Bien entendu que ça n'exclu pas définitivement l'autre hypothèse :wink:


Je ne crois pas qu'on puisse le "prouver", et c'est bien le problème. Les deux positions sont toutes deux infalsifiables.

Au final, ce thread m'a convaincu (merci les gars! :wink: ) de la robustesse de l'attitude du pragmatique sceptique: il faut essayer les deux types d'écoutes et se forger sa propre opinion. :idee: On peut en discuter jusqu'à ce que les vaches rentrent du pré, mais ça ne changera rien.

Ca paraît un peu évident comme conclusion, toute cette philo pour en arriver là, mais c'est un peu moins trivial lorsqu'on s'aperçoit que tout le monde ne partage pas ce point de vue...
Bon, je vais aller m'inscrire au forum Chaud7, moi, tiens... :)
sanfrancisco
 
Messages: 129
Inscription: 28 Mai 2006 12:11
Localisation: Paris
  • offline

Message » 28 Fév 2008 23:22

sanfrancisco a écrit:Je ne crois pas qu'on puisse le "prouver", et c'est bien le problème. Les deux positions sont toutes deux infalsifiables.

Il y a quand même des gens sérieux qui bossent sur la perception, sur le cerveau au bout des oreilles... Bon certes ce n'est pas directement sur des problématiques futiles d'audiopathes ;°) Et la psychologie, et le marketing qui joue avec les acquis des précédents... Est-ce que tu ne t'avances pas un peu en * croyant * simplement que c'est improuvable, ou bien as tu perdu toute foi en la science (ou je n'ai pas compris ce que tu voulais dire). Si ce n'est déjà fait (de prouver que l'ouie peut être sujette à influence et illusion), avec quelques efforts pourquoi ça serait infaisable de prouver ou infirmer ?

Après, pour être plus pragmatique, est-ce bien la peine de prouver que tel truc marche mieux qu'un autre, du moment que ça plait 8)

PS: le rasoir d'Occam m'aide tous les jours dans mes recherches en bio; ça m'intéresse que tu ai la gentillesse de m'expliquer ce que tu entends par (in)falsifiable.
abricot
 
Messages: 695
Inscription: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse

Message » 29 Fév 2008 0:14

abricot a écrit:Est-ce que tu ne t'avances pas un peu en * croyant * simplement que c'est improuvable, ou bien as tu perdu toute foi en la science (ou je n'ai pas compris ce que tu voulais dire). Si ce n'est déjà fait (de prouver que l'ouie peut être sujette à influence et illusion), avec quelques efforts pourquoi ça serait infaisable de prouver ou infirmer ?


J'ai dû mal m'exprimer, je vais essayer de clarifier ce que j'ai dans le crâne... Ce qui est sûr, c'est que je n'ai pas perdu foi en la science!

Tout dépend de ce que tu entends par "prouvable". L'accumulation d'expériences fait qu'aujourd'hui, on peut effectivement dire qu'il est "prouvé" que l'effet placebo existe (et pas seulement en audio, évidemment). De quelle type de "preuve" s'agit-il? Il s'agit d'une indication statistique, répétée, vérifiable et reproductible dans le contexte d'un protocole rigoureux. Par exemple, on donne des pillules (médicaments dans certains cas, sucre enrobé dans d'autres, en double aveugle) après avoir expliqué aux "cobayes" les effets thérapeutiques attendus au cas où ils auraient pioché le médoc, et on constate régulièrement que (je prends des chiffres au hasard) 20% des gens qui ont eu le sucre présentent quand même les symptômes thérapeutiques attendus s'ils avaient eu le médicament. Cela prouve-t-il que l'effet placebo existe? Le consensus est que oui. Il y a un effet positif et mesurable.

Si quelqu'un en écoute normale entend une différence entre deux codecs (par ex. un 15 bits et un 16 bits), dont on sait qu'ils sont différents, puis réussit mettons 30/32 identifications à l'aveugle, eh bien il y a un effet positif (et statistiquement significatif) qui indique, au delà du doute, que la différence est audible (l'exemple est tiré d'un post décrivant une situation réelle, dans le cadre du travail de Pio2001).

Mais ici, c'est l'inverse qui se produit, en quelque sorte: il n'y a pas de test réussi. Prennons deux câbles correctement conçus . Les mesures entre les deux câbles indiquent des propriétés electro-physiques identiques, ou du moins très proches. Lors d'une l'écoute critique "normale", certains entendront une différence. A ce stade, il peut donc s'agir rationnellement d'un effet placebo, ou bien d'une réalité physique objective qui n'est simplement pas décrite par les mesures des propriétés electriques desdits câbles. On fait un test à l'aveugle, et les différences disparaissent. Comment "prouver" si c'est un effet placebo? L'audiophile têtu pourra toujours arguer de la combinaison des facteurs suivants: (i) les mesures (résistance, impédance etc.) sont inadaptées: la "preuve", elles ne capturent pas adéquatement la différence manifeste entre ces deux câbles; et (ii) les écoutes aveugles affectent la perception/ne sont pas applicables à l'audio/tout autre raison qui fait que la différence perçue en écoute "normale" disparaît. Note que les deux hypothèses (i) et (ii) sont nécessaires.

Comment "prouver" qu'il a tort? Je ne crois pas que l'on puisse prouver. On peut avoir une opinion, c'est tout... :-?
Mais le débat n'est pas futile pour autant: certains vont peut-être essayer un de ces jours, voir s'ils peuvent faire la différence... Certains ont l'esprit ainsi disposé qu'une fois le doute installé, il est dur de s'en défaire (je sais de quoi je parle! :) )

abricot a écrit:Après, pour être plus pragmatique, est-ce bien la peine de prouver que tel truc marche mieux qu'un autre, du moment que ça plait 8)


Eh oui, c'est une possibilité, ça! Ca rejoint ce que j'appelai plus haut l'attitude de "l'imbécile heureux" (encore une fois, aucune connotation péjorative ici). On ne peut pas prouver. Essayer de convaincre est lassant pour les uns et les autres, et sans doute futile. Reste la possibilité de tester, et voir ce qu'il en ressort! Messieurs, à vos câbles, prêts...
:mdr:

sanfrancisco
sanfrancisco
 
Messages: 129
Inscription: 28 Mai 2006 12:11
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Fév 2008 0:42

abricot a écrit:PS: le rasoir d'Occam m'aide tous les jours dans mes recherches en bio; ça m'intéresse que tu ai la gentillesse de m'expliquer ce que tu entends par (in)falsifiable.


C'est pas moi, c'est Karl Popper qui a trouvé ça... :idee:
En gros, ce que dit Popper, c'est qu'il y a plein de théories sur tout, et que le critère pour savoir si une théorie appartient au domaine scientifique est qu'elle soit falsifiable. "Falsifiable" n'est pas une très bonne traduction, mais c'est le terme consacré...
Qu'entend-il par là?
Prends la relativité d'Einstein-Poincaré. A sa publication, en 1905, vraie ou fausse, comment savoir? Eh bien, Einstein s'est creusé la tête pour trouver des expérimentations observables où les prédictions de sa théorie seraient en contradiction avec celles de la mécanique newtonienne (voir l'excellent article Wikipédia: "Tests expérimentaux de la relativité générale"). Autrement dit, il a permis qu'on vérifie expérimentalement qui a raison. Il a rendu sa théorie "falsifiable": on peut mesurer et constater.
Résultat: les prédictions se sont avérées exactes. Cela prouve-t-il la théorie de la relativité? Non. On ne peut pas prouver qu'elle est exacte: c'est une théorie, rien de plus. En revanche, cela en fait une théorie scientifique (qui s'est avèrée féconde) et qui, pour l'instant, n'a pas été "falsifiée". C'est un outil qu'on utilise, jusqu'à ce qu'un chercheur trouve mieux.

Prenons maintenant une autre théorie: celle, par exemple, dévelopée dans le film "The Matrix" (nous sommes tous maintenus dans un sommeil artificiel, et l'énergie de notre corps est utilisée par des robots - pour faire court... :mdr: ). Eh bien, cette théorie n'est pas falsifiable. Prouve-moi que ça n'est pas vrai! (bonne chance) Cette théorie n'est pas scientifique. Elle est spéculative- en l'occurence du domaine métaphysique. On pourrait multiplier les exemples: voir le gars qui pense que la terre a quatre coins:
http://www.timecube.com/

Voilà, c'est simplement un test pour savoir si une théorie peut être considérée comme scientifique ou pas. Si on ne peut pas démontrer qu'elle est fausse, elle n'est pas scientifique, elle est spéculative.

Ensuite, on rentre en terrain glissant. De nombreuses théories spéculatives s'affrontent et proposent des explications alternatives aux mêmes phénomènes. Comment faire le tri? C'est là que je pense que le rasoir d'Occam est un outil puissant (et manifestement toi aussi!)

sf
sanfrancisco
 
Messages: 129
Inscription: 28 Mai 2006 12:11
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Fév 2008 1:18

sanfrancisco a écrit:Qu'entends-tu par "entendre"?
:)

Le verbe entendre ne fait pas la distinction entre un phénomène réel et un phénomène psycho-acoustique.


Percevoir dans sa tête, quelle que soit l'origine de cette perception.

C'est la définition qui est adaptée à la fois au point de vue objectiviste et au point de vue subjectiviste.
L'autre définition, percevoir une différence physique existant en dehors de notre audition, n'est pas adaptée au point de vue subjectiviste, car elle présuppose que l'origine de la différence a été déterminée par un test en double aveugle. En utilisant cette définition, on peut affirmer qu'il est impossible d'entendre une différence entre deux câbles secteurs, par exemple, ce qui est une formulation qui va bloquer toute discussion avec les personnes qui les perçoivent.

Tandis qu'en disant qu'on peut entendre, au sens de percevoir, une différence entre deux câbles secteurs, on parle la même langue que ceux qui les perçoivent, et le dialogue peut se poursuivre.

sanfrancisco a écrit:Il est indéniable qu'on "entend" tous des différences, la question est de savoir si ces différences existent.

Si on est dans ton cas 2.1, où l'auditeur entend une différence en écoute normale, mais que cette différence disparaît en aveugle, deux cas sont possibles (me semble-t-il):
a) la différence existe bien, mais l'écoute aveugle la gomme, pour une raison ou une autre (argument connu du stress etc.)
b) la différence n'existe pas, et ce que l'on entend est le fruit de l'auto-suggestion.

Si tu as un moyen de dépasser cette dialectique stérile, je suis avide de l'entendre.


C'est simple : il faut pratiquer des tests en aveugle. Je dis bien pratiquer, et non parler de.

En effet, dans le cas a), on n'entend pas de différence pendant l'ABX, et on se retrouve bien embêté pour dire si X=A ou si X=B, tandis que dans le cas b), généralement, l'auto-suggestion se poursuit pendant le test, et on peut répondre X=A ou X=B. Des erreurs surviennent alors tôt ou tard.

Parfois, ce n'est pas aussi tranché. Je suis resté longtemps perplexe devant l'ABX entre ma platine vinyle et celle de mon père, après compensation des vitesses et des niveaux d'enregistrement. J'ai bien failli abandonner, avant de trouver d'un coup le détail qui fait la différence. J'ai alors fait un ABX 24/24 sans problème.

Ce qui veut dire qu'un seul ABX qui échoue ne suffira pas forcément à un auditeur pour savoir si ce qu'il entend est de l'auto-suggestion ou s'il n'a pas su mener l'ABX assez bien.
Mais en pratiquant de façon régulière, petit à petit, l'alternative est de mieux en mieux résolue. Si aucun succès statistique ne vient, à force d'essayer, l'hypothèse du stress qui empèche le succès implique à chaque fois que la différence, si elle est réelle, est de plus en plus ténue. Si on rate à chaque fois, on finit par se rende compte que cette différence, même si elle est réelle est tellement insignifiante qu'elle n'a absolument aucune importance pour la qualité de reproduction du son.

Comme je le disais dans une ancienne discussion, si on va d'échec en échec, alors que la différence est extérieure à l'auditeur, alors l'hypothèse que le test ABX induit un stress qui nous empèche de réussir est progressivement remplacée par celle que masquer la source à la vue rend l'auditeur complètement sourd !

Ceci est valable pour un auditeur donné, en raison de l'expérience qu'il acquiert à force d'essayer, car tout auditeur est inexpérimenté, au début, et si un grand nombre d'auditeurs ratent tous un même test, cela peut très bien s'expliquer par le fait qu'ils étaient tous surpris par la procédure.
Pio2001
 
Messages: 5909
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 29 Fév 2008 1:23

DaveStarWalker a écrit:En ce qui me concerne, je fais partie des pragmatiques (empiristes... je teste, j'essaie, après j'agis) qui ensuite posent l'option rationaliste.

S'il existe une explication rationnelle (voire scientifique... là encore le mot "scientifique" désigne des méthodes et des protocoles, le rationalisme un mode de pensée puis seulement récemment une épistémologie constituée), je suis preneur.

Sinon... ben c'est pas bien grave !!

La girouette... ça peut aussi être le pragmatique du coup... qui change son fusil d'épaule au gré de ses expériences.

Ah ! l'empirie résiste à toutes les tentatives de catégorisation !! :mdr: :wink:

Mais le pragmatique n'en a cure. Il prend ce qui lui convient.

Oui, finalement, le vent n'aura que peu d'importance.

.


Pas mal du tout cette catégorie là, me va bien :P :wink:
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline

Message » 29 Fév 2008 13:46

cohuelaz a écrit:Ce qui est intéressant dans la catégorisation c’est qu’elle souligne les partis pris puisque cet exercice a très souvent comme résultat de définir une « bonne » catégorie pour ceux qui réfléchissent, une mauvaise pour ceux qui ne réfléchissent pas et en prime une troisième pour ceux qui oseraient hésiter…

Et, bien entendu, les suiveurs ou simples d’esprits applaudissent d’aise car cela évitent d’avoir à se poser des questions, le monde est catégorisé, simple et merveilleux, le monde des câbles, bien sûr…


Edifiante catégorisation de la catégorisation...


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Fév 2008 15:18

expertdoc a écrit:
DaveStarWalker a écrit:En ce qui me concerne, je fais partie des pragmatiques (empiristes... je teste, j'essaie, après j'agis) qui ensuite posent l'option rationaliste.

S'il existe une explication rationnelle (voire scientifique... là encore le mot "scientifique" désigne des méthodes et des protocoles, le rationalisme un mode de pensée puis seulement récemment une épistémologie constituée), je suis preneur.

Sinon... ben c'est pas bien grave !!

La girouette... ça peut aussi être le pragmatique du coup... qui change son fusil d'épaule au gré de ses expériences.

Ah ! l'empirie résiste à toutes les tentatives de catégorisation !! :mdr: :wink:

Mais le pragmatique n'en a cure. Il prend ce qui lui convient.

Oui, finalement, le vent n'aura que peu d'importance.

.


Pas mal du tout cette catégorie là, me va bien :P :wink:


Finalement, la vie est simple.

C'est quand il faut passer à la caisse que ça se gâte !

Parfois... :wink: :mdr:

Plus sérieusement, je crois, je pense surtout qu'il faut essayer, et après, si c'est concluant, si c'est pertinent (pas du style, des câbles à 3000 euros pièce pour une chaine à 300... :roll: :mdr: , ça c'est mon côté rationnel), et enfin si on peut se le permettre, pourquoi pas.

Mais tout en gardant les yeux et les oreilles ouverts. Il faut vraiment que ça apporte quelque chose de décisif, sinon, c'est pas la peine. Tout simplement.

C'est toujours cette démarche qui a guidé mes choix (avec mon porte monnaie, qui lui est tout à fait rationnel pour le coût :wink: :mdr: )

Un vrai gros mensonge de la hifi (mais pas seulement, c'est très général), je crois :

faire croire que la qualité musicale d'un produit audio (electro-acoustique) se mesure, ou plutôt est corrélée positivement à la qualité des mesures.

Les contre-exemples affluent tandis que la plupart des chiffres avancés, même exacts, servent d'abord à remplir les brochures publicitaires.

Qu'on m'explique pourquoi un Halcro à X pouillèmes de distorsion résiduelle sonne moins bien qu'une 300B qui distordra à 4% (exemples extrêmes aux deux extrémités de l'échelle de l'amplification, je le reconnais sans mal. Mais... je pense que l'idée est claire).

Bon maintenant attention, il ne faut pas tomber dans l'excès inverse jusqu'à devenir "mystérologue" non plus. Sinon, on peut tomber dans le relativisme radical (tout est dans tout).

Cordialement,
David.
DaveStarWalker
 
Messages: 8844
Inscription: 25 Aoû 2006 11:08
Localisation: Système solaire (pour l'instant)
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message