Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Les physiciens au secours des vieux vinyles

Message » 25 Avr 2004 18:41

Voici une info trouvée sur cybersciences :

Les physiciens au secours des vieux vinyles

Une technique d'analyse optique développée pour les particules subatomiques pourrait sauver de l'oubli nos vieux disques vinyles. 

Etats-Unis 

20/04/2004 - Les enregistrements audio conservés sur des disques vinyles sont en voie de disparition ? Les physiciens des particules comptent bien les sauver : des chercheurs du Laboratoire national de Lawrence Berkeley, en Californie, ont détourné une technique d'analyse optique développée pour détecter les particules subatomiques afin de préserver nos vieux enregistrements.

De nombreux vinyles sont conservés dans différents fonds d'archives du monde entier. Mais ces enregistrements sont à la merci de la moindre dégradation. Le seul contact du diamant sur les sillons peut endommager sérieusement les vieux disques des années 50. Afin de déchiffrer ces enregistrements sans les abimer, les physiciens de Berkeley ont adapté une méthode très précise de lecture optique qui ne nécessite aucun contact entre le disque et l'instrument d'analyse. Ainsi, les disques sont préservés et les données enregistrées peuvent être sauvegardées sous d'autres formats, plus modernes.

L'instrument choisi par les physiciens de Berkeley a été mis au point il y a plusieurs années pour les besoins d'Atlas, le futur grand accélérateur de particules américain qui traquera les particules subatomiques comme le boson de Higgs. Lors de la construction d'Atlas, un système optique ultra précis a permis d'aligner les détecteurs de silicium destinés à diriger les particules subatomiques dans l'accélérateur.

Après quelques modifications, l'instrument est désormais prêt à visualiser au millième de millimètre près les microsillons d'un disque. Il analyse optiquement les données enregistrées sur le vinyle et les envoie vers une platine virtuelle. Les algorithmes chargés d'éliminer le « bruit de fond » créé par les particules subatomiques dans l'accélérateur Atlas chassent ici les bruits créés par les poussières et autres aspérités.

Chaque internaute peut juger des résultats de la méthode. Les chercheurs ont enregistré plusieurs clips audio, déchiffrements de vinyles réalisés au moyen d'un diamant classique ou grâce à la technique optique. Ces clips sont téléchargeables sur internet (voir liens ci-contre).

                                                  Isabelle Cuchet 



Les liens :

enregistrement de Goodbye Irene (1950, Huddie) après l'analyse optique 


enregistrement de Goodbye Irene (1950, Huddie) avant l'analyse optique 


Le site de reproduction du son du laboratoire de Berkeley


PS : Vous pouvez pelter vos platines Vinyle :lol:


         Max, adorable membre des    Image
Avatar de l’utilisateur
Maxwell Sheffield
 
Messages: 3763
Inscription: 14 Déc 2001 2:00
  • offline

Annonce

Message par Google » 25 Avr 2004 18:41

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 25 Avr 2004 18:54

Il existait une platine capable de lire les LP avec un rayon lumineux. Toshiba avait sorti ça et la démonstration à laquelle j'avais assisté n'était pas très concluante car ça soufflait un maximum ! Mais au moins, le problème du frottement du diamant sur le sillon était résolu de façon élégante. Elle a été vendue je crois et le prix n'était pas pharamineux. Toshiba ou Sharp ?

depuis, je crois qu'une platine lisant les LP avec laser existe aussi ! Mais chais pas comment ça marche.

En tout cas, là c'est du costaud... enfin quand je pourais cliquer sur les liens...

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49565
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 25 Avr 2004 19:17

Ca existe toujours, remis au gout du jour version laser il y a peu d ailleurs...
Ils n ont rien trouvé d autre pour justifier leurs depenses à Berkeley ? :)
nico-
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 11000
Inscription: 14 Mai 2001 2:00
  • offline

Message » 25 Avr 2004 20:00

C'est ELP Corporation qui avait mis au point le système de lecture optique par laser des vinyls en 1986 si mes souvenirs sont exacts.
10 500 US$ le bout quand même.

Image
LaurentV
 
Messages: 11729
Inscription: 04 Mar 2002 2:00
Localisation: du coté de Versailles
  • offline

Message » 25 Avr 2004 20:24

bof emt uber alles... :o
bornert
 
Messages: 3231
Inscription: 09 Déc 2002 22:28
Localisation: alsace
  • offline

Message » 25 Avr 2004 20:35

C'était plus tôtt encore ! C'était une platine Toschiba ou Sharp avec un bras apparent par un mange disque :lol:

le rayon était rouge, c'était une diode laser mais plus grosse que celle d'un CD...

C'était une boule au bout du bras (de mémoire). ca marchait mais ca soufflait beaucoup.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49565
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 25 Avr 2004 20:39

haskil a écrit:ca marchait mais ca soufflait beaucoup.


C est toujours le gros pb apparement : on entend plus de choses qu avec une platine normale et ca inclut le souffle...
nico-
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 11000
Inscription: 14 Mai 2001 2:00
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:08

Mais là c'est le contraire, écouter les extraits, le bruit de surface du 78 T à presque disparu (avec pas mal d'aigüs... :( ).
Dans l'article:
http://www-cdf.lbl.gov/~av/JAES-paper-LBNL.pdf
on voit que le concept va beaucoup plus loin que les appareils pour lire ses disques sans les user, car ici c'est carrement une reconstitution du sillon en imagerie numérique puis calcul des mouvements du stylet dont il s'agit! ça s'applique aussi bien sur des disques rayés ou même cassés, et le calcul efface les défauts!!
Sinon ça travaille à l'echelle sub-micronique et non sub-atomique, faut pas exagérer...
cdlt,
GBo.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:19

nico- a écrit:Ils n ont rien trouvé d autre pour justifier leurs depenses à Berkeley ? :)


Il y a un peu de ça... Parce que si leur technique fonctionne, ce n'est pas pour autant qu'elle aura une application commerciale... Qui a besoin de sauvegarder des vyniles? Quel budget ont ces gens ou ces entreprises? Très peu de personnes ont les même moyens financiers qu'un site d'accélarateurs de particules. Or ils parlent bien d'utiliser les systèmes de détection et de calcul numérique de l'éccélérateur.... Ca coûte combien?

En bref, est-ce que ce n'est pas prendre un rocher pour tuer une mouche?

En bref aussi, ça ressemble à une idée farflue d'un physicien de l'accélérateur qui a abusé de l'apéro (celui qui est gardé dans le frigo derrière les échantillons, et bu dans des Becher! ;) )
vincent128
 
Messages: 6312
Inscription: 05 Déc 2001 2:00
Localisation: France
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:25

:lol:
bornert
 
Messages: 3231
Inscription: 09 Déc 2002 22:28
Localisation: alsace
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:27

Honte sur toi Vincent! (de nico- ça m'étonne moins :wink: ): c'est à mettre en parallèle avec les restorations de film abimés, ça concerne le patrimoine de cylindres et au autres matrices ou disques uniques de valeur historique inestimables qu'on ne peut (cassé) ou veut (pour préserver) lire de façon mécanique!
Et l'idée de traiter les défauts de surface non pas par le traitement du son mais par le traitement de l'image est GENIALE!
cdlt,
GBo.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:35

Si ça marche, c'est absolument génial GBO !

Génial ! On pourra entendre Johannes Brahms jouant lui même sa première danse hongroise sans l'abominable friture qui accompagne son jeu.

Décrypter un grand nombre de 78 tours en acétate un peu mangés par les champignons et dont certains sont des documents artistiques ou historiques inestimables.

Idem peut-être aussi de certains microsillons mal conservés ou dont le papier qui les protège, voire le plastique a mal vieilli et entraine des problèmes de conservation du disque lui même.

Il existe des disques dont les bandes originelles ont été perdues et qui sont des trésors inestimables de la culture occidentale.

Si cette machine peut les sauver : fantastique !

après tout, on dépense des fortunes pour faire passer des IRM à des tableaux pour voir s'ils sont vrais (alors même qu'on les admirent pour leur beauté depusi des années et des années), des fortunes pour conserver les livres dont le papier et l'encore se détruisent à cause de l'acidité, etc.

Pourquoi pas les disques... qui ne font pas moins partie du patrimoine de l'art occidental pour certains d'entre eux.

J'écouterais demain !

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49565
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:45

haskil a écrit:Si ça marche, c'est absolument génial GBO !

Génial ! On pourra entendre Johannes Brahms jouant lui même sa première danse hongroise sans l'abominable friture qui accompagne son jeu.


C'est exactement à Brahms auquel j'ai pensé en lisant ceci... 8) Et il y en a tellement d'autres qui existent et qui sont totalement inaudibles à cause de la friture dont tu parles... que personne ne les connaît... forcément... :roll: Finalement, grâce à cette nouvelle technologie, on va peut-être finir par les écouter ? :P

         Max, adorable membre des    Image
Avatar de l’utilisateur
Maxwell Sheffield
 
Messages: 3763
Inscription: 14 Déc 2001 2:00
  • offline

Message » 25 Avr 2004 21:49

Bien sûr s'il y a une application réelle de cette technologie pour sauvegarder de vieux disques, tant mieux! Mais encore faut-il que les possesseurs de ces vieux disques aient les moyens de payer la prestation de Berkeley pour sauver les vieux disques!

donc oui à une technique de sauvegarde des vieux disques, mais bof à une technique dérivée d'un accélérateur de particules, qui sent à plein nez le besoin de valoriser un matos hors de prix!

Et pour ce qui est de sauvegarder et redécouvrir de vieux enregistrements, allez voir ce que fait ce gars avec une simple carte son et quelques appareils d'époque! Je vous recommande notamment ses extraits de cylindres de cire du début du siècle : un vrai voyage dans le temps!
http://perso.wanadoo.fr/jlf/accueil.htm
vincent128
 
Messages: 6312
Inscription: 05 Déc 2001 2:00
Localisation: France
  • offline

Message » 25 Avr 2004 22:03

vincent128 a écrit:[...]
Très peu de personnes ont les même moyens financiers qu'un site d'accélarateurs de particules. Or ils parlent bien d'utiliser les systèmes de détection et de calcul numérique de l'éccélérateur....
[...]

Re-
Dans le pdf en anglais il est juste dit qu'ils se sont inspirés de méthodes d'analyse informatique de physique nucléaire voire d'outils métrologiques utilisés pour le controle de matériel de physique; comme je le disais, c'est une erreur dans le texte français du premier post que de parler d'échelle sub-atomique, il "suffit" d'une caméra sub-micronique et d'ordinateurs, pas de détecteur de particule!!!

L'interet du traitement d'image, c'est que ça peut lire des supports tordus, usés jusqu'à la corde, carrement cassés, bouffés par les champignons, ou trop précieux/fragile pour être lu mécaniquement etc...après c'est au talent du programmeur en traitement d'image de s'exprimer!
Et même dans le cas où la lecture mécanique est possible, on peut aller plus loin par traitement d'image que par du traitement classique sur le son, ce qui est logique vu la nature géométrique des imperfections: par exemple le stylet qui rencontre une rayure va être perturbé mécaniquement pendant un laps de temps supérieur à la durée du "klok": dissimuler le klok par traitement sur le son n'empechera pas les artefacts suivants sur le signal; alors que par calcul des mouvements du stylet suivant l'image digitalisée du sillon "réparé", là c'est nickel!

Il n'y a pas d'interet financier pour le moment, c'est un travail de chercheurs présenté à l'AES pour prouver que le concept marche, et que les moyens métrologiques, informatiques et intellectuels sont désormais disponibles pour un travail de reconstitution d'oeuvres abimées d'interet historique:

http://www-cdf.lbl.gov/~av/JAES-paper-LBNL.pdf
http://www-cdf.lbl.gov/~av/LBL-RPM-V4-nI.pdf

cdlt,
GBo.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline


Retourner vers Discussions Générales