Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 18 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur

Message » 20 Mai 2013 1:01

Cet immigré tchèque ne disposait que de très faibles revenus et il avait fait appel à un de ses compatriotes travaillant chez l'importateur belge d'une grande marque japonaise de haute-fidélité pour pouvoir acquérir une paire d'enceintes à prix réduit. Il se retrouva, donc, dans un show room où l'écoute débuta par le modèle le meilleur marché de la gamme. La démonstration ne fit appel qu'à un unique disque de clarinette dont mon ami n'avait pas vu la pochette. Le résultat sonore proposé par la première paire le laissa de marbre. Il en fut de même pour les autres modèles présentés par ordre croissant de prix jusque, y compris, le produit le plus cher de la gamme courante. En désespoir de cause quelqu'un eut l'idée de mettre en œuvre un ancien modèle équipé d'un woofer de 30cm et dont le médium et l'aigu faisaient appel à deux pavillons de dimensions différentes. L'engin n'avait connu aucun succès commercial et l'unique paire parvenue sur le sol belge trainait dans un coin, cachée sous une couverture de protection. Aussitôt branchées mon ami s'écria : "Mais c'est Brymer qui joue!"


Et j'ai perso assistée à une écoute en magasin en compagnie d'une chanteuse classique expérimentée. Elle trouvait l'écoute très neutre et naturelle. Moi je la trouvé colorée, trop belle, systématique.

C'était sur des enceintes dont les mesures font peur. Des petites linn.

Me méfie de l'argument d'autorité moi. Les artistes sont aussi influençables que nous.
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Annonce

Message par Google » 20 Mai 2013 1:01

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 20 Mai 2013 8:17

Mahler a écrit:
Cet immigré tchèque ne disposait que de très faibles revenus et il avait fait appel à un de ses compatriotes travaillant chez l'importateur belge d'une grande marque japonaise de haute-fidélité pour pouvoir acquérir une paire d'enceintes à prix réduit. Il se retrouva, donc, dans un show room où l'écoute débuta par le modèle le meilleur marché de la gamme. La démonstration ne fit appel qu'à un unique disque de clarinette dont mon ami n'avait pas vu la pochette. Le résultat sonore proposé par la première paire le laissa de marbre. Il en fut de même pour les autres modèles présentés par ordre croissant de prix jusque, y compris, le produit le plus cher de la gamme courante. En désespoir de cause quelqu'un eut l'idée de mettre en œuvre un ancien modèle équipé d'un woofer de 30cm et dont le médium et l'aigu faisaient appel à deux pavillons de dimensions différentes. L'engin n'avait connu aucun succès commercial et l'unique paire parvenue sur le sol belge trainait dans un coin, cachée sous une couverture de protection. Aussitôt branchées mon ami s'écria : "Mais c'est Brymer qui joue!"


Et j'ai perso assistée à une écoute en magasin en compagnie d'une chanteuse classique expérimentée. Elle trouvait l'écoute très neutre et naturelle. Moi je la trouvé colorée, trop belle, systématique.

C'était sur des enceintes dont les mesures font peur. Des petites linn.

Me méfie de l'argument d'autorité moi. Les artistes sont aussi influençables que nous.


Dans l'immense revue Diapason, est paru il y a quelques mois une interview de Pascal Dusapin. Cables et ML Sequel.
Alain Corneau lors du tournage de "Tous les matins du monde", rencontra les ML Quest. Son sytéme de l'époque était constitué de ML Quest Z et d'un Krell.
Les deux considérant leur systéme comme ce qui se rapprochait le plus de la réalité.

Les courbes de mesures ne sont pas influençables. mais il faut savoir les lire
dinococus
 
Messages: 3000
Inscription: 22 Déc 2012 18:31
  • offline

Message » 20 Mai 2013 8:39

La 3D a été réhabilitée,bravo!Quel chemin par rapport au début de ce post ou la tonalité moyenne était que la 3D ce n'était qu'un fantasme dans la tete de réveurs!!

Un petit désaccord avec mon cops frédo sur la 3D en "live"...Quand on écoute un groupe de jazz a proximité, la 3D apparait clairement,si le batteur est derrière, on ne l'entend pas devant(etc)!..... Quand on écoute un grand piano de concert,la sensation d'espace et de profondeur,à laquelle se melent evidemment les effets de réverbération naturelle,est très évidente aussi..Pour le chant également.

Concernant l'écoute "objective" ou "subjective", il n'y a que des humains, je ne vois pas l'interet de cliver en catégories, mais plutot l'interet de comprendre la notion d'"émulation de l'émotion",émulation qu'il faut prendre au sens de "déclenchement" ou "amorce".
Chacun d'entre nous a sa facon personnelle d'émuler son émotion...C'est d'ailleurs pourquoi il existe des hyperémotifs et,au contraire,des calmes dont le coeur s'accélère beaucoup moins facilement lors de la perception d'un évènement exceptionnel.
Pour certains, l'émotion peut etre émulée seulement par un "symbole" imparfait de la réminiscence historique de l'émotion originelle,pour d'autres il leur faut revivre en détails ce qui a de l'effet sur leur systeme nerveux.
Il ne peut pas y avoir de règle en la matière car nos sytemes nerveux ont des architectures différentes et ils ont été programmés différemment par notre propre passé.
Ainsi peut on facilement comprendre que pour certains l'émotion artistique de l'oeuvre ou de ses exécutants peut les toucher en écoutant leur radio-réveil, alors que pour d'autres, différents,il leur faut chez eux un son presque parfait d'un système élaboré pour pouvoir déclencher leur "chair de poule".
Il n'existe aucun niveau de valeur entre les deux, je dirais meme que les premiers ont le mérite de ne pas nécessiter de maniaquerie particulière pour accéder à leurs émotions, alors que les seconds sont bien souvent d'un caractère beaucoup plus axé sur la manie, mais aussi,dit autrement, sur le "perfectionnisme".
On remarquera que cette analyse est loin de concerner seulement la musqiue, elle touche toutes les émotions sans exception,l'amour inclus.
En intégrant et acceptant l'existence de seuils et de conditions personnelles de déclenchement des émotions,il n'existe plus aucun interet a se poser sur des notions d'objectivité ou d'absence d'objectivité, dont la réalité, dans l'appréhension de la notion meme de ce qui estobjectif ou ne l'est pas, est subjective...
maxitonic
 
Messages: 1790
Inscription: 26 Jan 2010 9:58
Localisation: Marseille
  • online

Message » 20 Mai 2013 8:52

c'est clair :wink:

au moins ca avance dans le bon sens :ko:
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 20 Mai 2013 9:01

Maxi, tout ce que tu racontes n'a rien a voir avec les écoutes objectives versus subjectives.


TOUT LE MONDE écoutent sa chaîne de la même façon : subjectivement (forcément, on est en âme et chair, pas en métal) et avec ses propres émotions.

L'écoute objective n'a qu'un but, confirmer une impressions subjective qd il y a un doute (avant de dépenser xxx euros ds un câble par ex). On fait une écoute en aveugle pour ça. Juste pour ça. De façon exceptionnelle.

:wink:
Dernière édition par Mahler le 20 Mai 2013 10:49, édité 1 fois.
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 20 Mai 2013 9:24

dinococus a écrit:Les courbes de mesures ne sont pas influençables. mais il faut savoir les lire

Excellente phrase, c'est ce petit "il faut savoir les lire" qui nous manque la plupart de temps. :thks:
Et, aussi en ce qui me concerne, la plupart du temps il m'est impossible de trouver les mesures nécessaires et suffisantes pour pouvoir me faire une première idée.
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 20 Mai 2013 9:27

Themisto a écrit:
dinococus a écrit:Les courbes de mesures ne sont pas influençables. mais il faut savoir les lire

Excellente phrase, c'est ce petit "il faut savoir les lire" qui nous manque la plupart de temps. :thks:
Et, aussi en ce qui me concerne, la plupart du temps il m'est impossible de trouver les mesures nécessaires et suffisantes pour pouvoir me faire une première idée.


c'est tout à fait vrai. Malheureusement :(
NOIR
 
Messages: 21774
Inscription: 21 Déc 2004 18:31
  • offline

Message » 20 Mai 2013 9:35

il existe des audiophiles parmis lesquelles je m'insére qui n'ont pas besoin de systéme perfectionnés pour écouter de la musique. Par contre ces mêmes audiophiles, s'ils désirent écouter la musique avec un beau son ou un son réaliste, sont conscient qu'il faille y mettre les moyens : enceintes / piéce / correction ou/et EQ.
dinococus
 
Messages: 3000
Inscription: 22 Déc 2012 18:31
  • offline

Message » 20 Mai 2013 10:03

@ maxitonic ..jc ..je préfère parler de relief sonore ( le mot 3d est trop galvaudé ) ..tu est aussi musicien .tu sait donc de quoi tu parle ...un effet 3d réaliste n'est pas a la porté de n’importe qui ..il ne s'obtient pas seulement avec 2 enceintes judicieusement positionnées ..un vrai effet tridimensionnel vas être efficace ou que tu te trouve dans la pièce d'écoute non pas a un point bien précis ..
fredoamigo
 
Messages: 2910
Inscription: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: aix en provence
  • online

Message » 20 Mai 2013 10:12

Je mets "à mon avis " en facteur commun, comme ca on n'en parle plus!
La profondeur(telle qu'entendue sur un système de repoduction,évidemment) est liée aux temps de propagation de groupe.
Il est "amusant" de constater que si on pousse un peu la zone de présence au moyen d'un equalizer paramétrique, on fait "avancer" la chanteuse ou les musiciens.Ou reculer l'ensemble si on creuse un peu les médiums.(essayez -1,5dB vers 1K sur 2 ou 3 octaves)
On peut constater aussi que dans le cas de certains mauvais réglages,on peut "couper une voix en deux" avec le grave apparaissant lointain et les aigus rapprochés(encore un pb de temps de propagation de groupe)
On peut aussi constater qu'à l'allumage du système l'impression de profondeur n'est pas la meme,et se modifie progressivement au fur et a mesure que les électroniques se stabilisent,encore un pb de temps de propagation de groupe.
Toute modification de courbe de réponse acoustique modifie la profondeur percue car en général nous sommes dans une corrélation amplitude-phase.("phase minimale")
Donc, bien sur, les reflections viennent perturber un paramètre compliqué..surtout hors axe.
Pour l'instant nous sommes encore dans un paramètre complexe et mal maitrisé,y compris quand la sensation d'espace est exagérée et que les voix ou instruments perdent leur ponctualité et deviennent trop volumineux et donc loin de la réalité.
maxitonic
 
Messages: 1790
Inscription: 26 Jan 2010 9:58
Localisation: Marseille
  • online

Message » 20 Mai 2013 10:22

maxitonic a écrit:...On peut aussi constater qu'à l'allumage du système l'impression de profondeur n'est pas la meme,et se modifie progressivement au fur et a mesure que les électroniques se stabilisent,encore un pb de temps de propagation de groupe...

C'est exactement la remarque que je me faisais hier !

En allumant ma chaîne, le centre de "l'image sonore" est légèrement décalé sur la droite (ou sur la gauche :o ). Avec le temps de chauffe (je n'ai jamais fait attention au temps qu'il fallait...), l'image se stabilise et le centre de "l'image sonore" reprend sa place !

Est-ce que tu peux expliquer un peu plus ce qu'est ce temps de propagation de groupe, svp ?
Merci.

P.S. : peut-être que ce phénomène rencontré chez moi n'est pas du tout le même que celui dont tu fais état... :roll:
LeBienHeureux
 
Messages: 3100
Inscription: 06 Déc 2007 22:15
Localisation: 02
  • offline

Message » 20 Mai 2013 14:15

Mahler a écrit:
Cet immigré tchèque ne disposait que de très faibles revenus et il avait fait appel à un de ses compatriotes travaillant chez l'importateur belge d'une grande marque japonaise de haute-fidélité pour pouvoir acquérir une paire d'enceintes à prix réduit. Il se retrouva, donc, dans un show room où l'écoute débuta par le modèle le meilleur marché de la gamme. La démonstration ne fit appel qu'à un unique disque de clarinette dont mon ami n'avait pas vu la pochette. Le résultat sonore proposé par la première paire le laissa de marbre. Il en fut de même pour les autres modèles présentés par ordre croissant de prix jusque, y compris, le produit le plus cher de la gamme courante. En désespoir de cause quelqu'un eut l'idée de mettre en œuvre un ancien modèle équipé d'un woofer de 30cm et dont le médium et l'aigu faisaient appel à deux pavillons de dimensions différentes. L'engin n'avait connu aucun succès commercial et l'unique paire parvenue sur le sol belge trainait dans un coin, cachée sous une couverture de protection. Aussitôt branchées mon ami s'écria : "Mais c'est Brymer qui joue!"


Et j'ai perso assistée à une écoute en magasin en compagnie d'une chanteuse classique expérimentée. Elle trouvait l'écoute très neutre et naturelle. Moi je la trouvé colorée, trop belle, systématique.

C'était sur des enceintes dont les mesures font peur. Des petites linn.

Me méfie de l'argument d'autorité moi. Les artistes sont aussi influençables que nous.


Je m'en méfie énormément. Dans le cas présent, un bon clarinettiste intéressé par le travail de ses confrères reconnaîtra Jack Brymer sur un autoradio ou une chaine vraiment ordinaire.

jfacoustics écrit Il ne me semble, toutefois, pas illégitime de penser que l'émotion potentiellement véhiculée par une exécution musicale puisse perdre de son intensité lorsque la reproduction gomme une partie des informations porteuses de la richesse des timbres, de la qualité de facture des instruments ou des subtiles interactions entre l'énergie sonore émise et l'acoustique du lieu d'enregistrement.

Pour moi, l'ensemble de ces informations participe à la sensualité de la musique telle que je la vis au concert et leur absence lors de la reproduction donne à celle-ci une forme de stérilité qui me conduit à une rapide lassitude. Il m'arrive d'envier ceux qui sont capables de faire fi d'une telle contrainte mais je crois que la création d'une barrière intellectuelle entre le contenu musical et la qualité de sa reproduction n'est pas sans danger. J'en veux pour preuve l'anecdote suivante.


Il ne s'agit pas de "légitimité" ou pas de la pensée, mais "à la vérité"... l'émotion potentiellement véhiculée par une exécution musicale peut tout au contraire de ce que tu dis gagner en intensité lorsque justement la reproduction gomme une partie des informations porteuses de la richesse des timbres, de la qualité de facture des instruments ou des subtiles interactions entre l'énergie sonore émise et l'acoustique du lieu d'enregistrement...
Comme une photographie couleurs sépias, noir ou blanc ou abîmée par le temps peut être beaucoup évocatrice et par là faire remonter des émotions au premier plan que la parfaite qualité de reproduction ne permet pas.

Il faut donc vraiment ne pas se laisser dominer par ses émotions quand on veut évaluer du matériel (ce qui n'a rien a voir avec se laisser aller à l'écoute de musique).
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message