Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur

Message » 03 Mai 2013 11:49

beaucoup de gaz alors, il me semble que cette configuration LEDE est prévue pour des salles acoustiquement grande ?
lapaille
 
Messages: 2108
Inscription: 29 Sep 2007 16:23
Localisation: Eslapion du 93
  • offline

Annonce

Message par Google » 03 Mai 2013 11:49

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 03 Mai 2013 12:15

NOIR a écrit:l'écoute multicanal pentaphonique était aussi mise en avant par Cabasse avec des démonstrations plutôt convaincantes.

Il y avait un vrai plus en terme de crédibilité .


Les écoutes en quadriphonies que j'ai pu faire, il y a fort longtemps dans le studio de Georges Kisselhoff, un preneur de son célèbre à l'époque qui travaillait pour Calliope, étaient bluffantes de réalisme, sans pour autant qu'il y ait le moindre effet sonore voulu à la prise de son : il enregistrait ainsi le piano, le quatuor à cordes, l'orgue... avec une tête artificielle.


Lors des démonstrations, sur des enceintes K+H faites à partir des bandes : la coupure des canaux arrières retiraient une grande part de la richesse sonore de ce que l'on écoutait, même si la prise de son restait assez exceptionnelle !

A noter qu'Alfred Brendel chez Philips enregistrait tous ses disques en quadriphonie : mais ils ne sont jamais sortis que stéréphoniques !
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 03 Mai 2013 12:25

Les écoutes dans la cabine du grand Ingénieur du Son Georges Kisselhoff :thks: en tête artificielle 4,0 étaient tout à fait probantes :D en ce qui concerne l'effet 3D....et avec de petites enceintes K&H, sans caisson :o .

Mais obtenir un véritable effet 3D en stéréophonie pure est autrement plus difficile qu'en multicanal (très rare cas: l’installation de BPhill).

Mon questionnement était de savoir par quels moyens divers arriver a cet effet 3D en stéréo....Le multicanal etant une réponse, à la fois un peu compliquée parce qu'elle nécessite des enceintes surrounds et frustrante, car seules des sources multicanal (SACD ou BR) donneront ce fameux effet 3D.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6754
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 03 Mai 2013 13:34

lapaille a écrit:beaucoup de gaz alors, il me semble que cette configuration LEDE est prévue pour des salles acoustiquement grande ?


non pas forcement, des petites cabines de studio peuvent etre petites avec ce type de traitement, maintenant pour une credibilité "grandeur nature" de la scène sonore, mieux vaut effectivement de l'espace
Un changement de laine de verre s'entend bien plus qu'un changement de câble !
Sujet: Projet de traitement acoustique de mon installation
Steph-Hifi
Administrateur Forum Haute-Fidélité
Administrateur Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 5197
Inscription: 10 Nov 2002 2:55
  • offline

Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur 2

Message » 03 Mai 2013 20:55

Episode 2

Avant toute autre considération, je tiens à remercier tous ceux qui ont manifesté de l'intérêt pour ce sujet. Puisse-t-il se poursuivre dans une ambiance cordiale et respectueuse de l'opinion des autres.

En rédigeant ce deuxième opuscule, je me suis trouvé confronté à un cruel dilemme. Lorsque j'allais jusqu'au bout de ma pensée, la longueur du texte était incompatible avec les règles de bienséance d'un forum. Un élagage drastique me permettait, certes, d'en revenir à des normes acceptables mais la schématisation donnait à ma pensée un caractère péremptoire qui ne me correspond pas.

J'ai, dès lors, du me résoudre à ne pas tenir ma promesse de me limiter à deux épisodes. En fait, il y en aura… 4. :oops: :mdr: :wink:

Igor Kirkwood a écrit:
jfacoustics a écrit:Chez moi, le résultat attendu ne fut pas immédiatement au rendez-vous. Pourquoi ? Je m'interrogeais. Les réflexions des parois proches de l'enceinte perturbaient-elles trop le signal direct et faisaient-elles, ainsi, perdre une grande part du bénéfice attendu du travail sur la phase ? Qu'à cela ne tienne, j'achetai quelques panneaux de mousse acoustique et les disposai à chaque point de réflexion primaire. Le résultat fut… catastrophique.

Je me mis, alors, à déplacer les enceintes dans tous les sens et m'aperçus que l'image 3D était optimale lorsque celles-ci étaient éloignée d'environ 1 m des murs latéraux et que les faces avant se trouvaient à une distance variant entre 1.40 m et 1.60 m du mur situé derrière les enceintes. La remise en place des plaques de mousse aux points de réflexion primaires faisait, automatiquement, perdre tout le bénéfice du travail de placement. Je pu aussi constater que, lorsque l'éloignement du mur du fond s'agrandissait au-delà des valeurs citées, l'image perdait de sa consistance et la perception se rapprochait de ce que l'on peut ressentir au casque.

Les valeurs ainsi définies m'ont servi de guide dans des locaux de tailles diverses, avec, presque systématiquement, une excellente 3D à la clef.



Mais Paul pourrais tu nous dire si ta quête de l' effet 3D ne concerne que le positionnement de l'enceinte, avec un certain type de traitement acoustique ou l'enceinte elle même également...? :-?

Ces dernières lignes pourraient amener a penser que le positionnement de l'enceinte serait plus important que l'enceinte elle même.



Pour certaines personnes qui ont acquis des convictions profondes, le fait d'être confrontées à un événement ou à une expérience qui contredit leurs certitudes est ressenti comme une défaite personnelle.

En ce qui me concerne, je crois que si, dans le cadre de ma passion pour la haute-fidélité comme dans d'autres domaines, j'ai pu atteindre quelques modestes résultats, je le dois, essentiellement, au fait que je réagis exactement à l'inverse. Loin de prendre ombrage d'un fait qui me bouscule dans mes convictions, j'y ai toujours vu une formidable opportunité pour progresser et ouvrir de nouveaux champs d'investigation.

Igor, sur base de ce que tu liras dans cet épisode et dans les suivants, tu comprendras que rien ne me laissait présager que la courbe de convolution"11" puisse apporter un tel coup de baguette magique à ton installation. Je compte bien investiguer ce mystère mais, en attendant, je poursuivrai, de manière aussi précise et honnête que possible, le récit que j'avais entamé. Tu y trouvera la réponse à ta question.

Les expérimentations relatives au positionnement des enceintes et à la polarisation acoustique du local avaient été menées sur base des "Perspective" dont la mise en phase avait fait l'objet d'une étude très poussée. Dans le séjour de dimensions modeste de ma garçonnière, j'avais, en les associant à une platine et à une électronique de qualité, obtenu des résultats très appréciés qui me valurent, à Bruxelles, une petite notoriété.

Pour raisons familiales, je déménageai dans une maison dont le séjour avait des dimensions nettement plus grandes. Dès le départ, un traitement acoustique assez light mais efficace y avait été apporté. Plus tard, ce local me prouva ses excellentes qualités mais, hélas, mes Perspective ne s'y plurent jamais. La raison n'en était pas difficile à comprendre. Le perfectionnisme accordé à l'étude de la phase avait un double coût. Le rendement n'était que de 80 dB/w/m et, surtout, les pentes de filtrage du premier ordre soumettaient le tweeter et le médium à des contraintes que leur constitution avait du mal à supporter. Dans un local beaucoup plus grand que précédemment, la dynamique ne suivait pas.

Les priorités familiales ayant fortement réduit les budgets disponibles pour la hi-fi, l'achat d'enceintes du même niveau était inenvisageable. La seule solution consistait à mener à bien un projet murement préparé. Depuis de nombreuses années, je nourrissais le désir de créer mes propres enceintes. Je m'étais abondamment documenté et le moment était venu de passer à l'acte.

Au départ, en fonction de mon attachement à la notion d'image sonore en profondeur, le respect de la phase me semblait un must. Mes premiers prototypes s'appuyaient, dès lors, sur un filtrage du premier ordre. Rapidement, toutefois, le résultat n'étant pas à la hauteur de mes attentes, je me résolus à explorer d'autres pistes.

En lisant les écrits théoriques sur les questions de filtrage, j'avais toujours été frappé par la tendance des auteurs à ne décréter la supériorité d'une technique que sur la seule base de développements mathématiques. Pas un seul ne songeait à expérimenter, de manière pratique, le fruit de ses élucubrations et, encore moins, à le comparer à d'autres. C'est sur cette piste que décidai de m'aventurer. La même combinaison de HP fut ainsi associée à des filtres du premier, du deuxième et du troisième ordre et, au sein de ces trois catégories à plusieurs configurations se rapprochant, autant que possible, des modèles théoriques. J'avais conçu deux paires identiques (hormis le filtrage, bien entendu) et chaque résultat meilleur que le précédent était confronté à un nouvel "adversaire".

A ma grande surprise, les techniques les moins performantes en matière de phase ne fournissaient pas, systématiquement, une moins bonne 3D. L'interaction entre la mise en phase et l'obtention d'une scène sonore profonde m'apparut bien moins systématique que ce à quoi je m'attendais. A l'époque, j'avais même cessé de croire qu'il y ait le moindre lien entre les deux.

Pour clore ce chapitre consacré à la phase, je dirai que ma dernière installation m'a permis de noter un bénéfice ténu mais réel lorsque les HP sont positionnés de telle sorte que, par l'alignement temporel des pieds d'impulsion, les HP démarrent en parfaite symbiose.

Enfin, dernière pièce à verser au dossier, je n'oublie pas l'effet quasi miraculeux de la convolution chez Igor… Je dois, toutefois, l'avouer, durant toute la période durant laquelle j'ai construit des enceintes de manière professionnelle, la phase fut loin d'être mon souci premier. Cela ne m'a jamais empêché de séduire une bonne part de ma clientèle grâce à la qualité de ma 3D…

L'image sonore est-elle encore influencée par d'autres paramètres ? Oui, j'en distingue au moins deux autres de grande importance qui feront l'objet des épisodes 3 et 4 mais, avant de clôturer celui-ci, je voudrais creuser une question qui a déjà fait débat parmi vous.

Qu'est qu'une bonne image 3D ? Il n'y a pas unanimité sur la question. Certains recherchent, surtout, une image très profonde. D'autres sont plus attirés par les sensations d'intimité et de présence proche (la chanteuse sur les genoux).

Le même dilemme se pose au niveau de la largeur. Préférez-vous une image large ou plus étroite et mieux focalisée ? L'écartement des enceintes ou, plus précisément, l'ouverture de la triangulation, joue, en ce domaine, un rôle capital et, comme le disait jadis un de mes professeur, "choisir, c'est sacrifier".

Alors, le haute-fidélité ne doit-elle se définir que comme un compromis entre des valeurs antagonistes pour lesquelles chacun a droit à sa propre interprétation ? Cette question apparaîtra en filigrane tout au long de mes deux prochaines interventions.

Paul :wink:
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Message » 03 Mai 2013 21:07

:o :roll:
Bien sûr que ça n'est pas raisonnable ! Mais en HI-FI est-ce le but ? Mario RICCI.
Je ris très peu mais j'apprécie beaucoup l'humour.
yijing
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 12636
Inscription: 08 Mai 2005 23:56
Localisation: Paris 15
  • offline

Message » 03 Mai 2013 21:31

:thks:
Gort'h
 
Messages: 10401
Inscription: 25 Juin 2004 14:36
Localisation: 33670
  • offline

Message » 03 Mai 2013 21:41

Une image 3D ne serait-elle pas la représentation de la réalité tout simplement...
Pas celle que l'on croit voir ou entendre mais bel et bien une représentation dans l'espace de musiciens ou chanteurs ou tout autre artiste qu'une partie du cerveau sera capable d'animer sans affect, froidement en reconstituant des données.
Tout cela demande des moyens de mise en œuvre pas toujours à la hauteur de ses espérances...alors une autre partie du cerveau ajoute des données de correction, des émotions, du "semblant". Des effets de loupe....de la distance... des exagérations ou des frustrations!

Malheureusement, il est impossible de remonter le temps, d'être sur le lieu de l'enregistrement...mais combien de fois j'aurais voulu y être...La "téléportation" ne verra pas je jour dans un avenir proche...alors allons écouter de la musique avec nos systèmes haute fidélité avec corrections d'erreurs et soyons heureux de pouvoir encore le faire!
tonton flingueur
 
Messages: 2029
Inscription: 31 Oct 2011 13:37
  • offline

Message » 03 Mai 2013 21:42

Enfin.. la 3D généralement en fermant les yeux ça s'entend ! quand il n'y a pas de 3D on les ouvre de nouveau.. :)
wuwei
 
Messages: 2726
Inscription: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 03 Mai 2013 21:44

Merci Paul pour ce deuxième opus :thks:
alexandre10
 
Messages: 1095
Inscription: 11 Oct 2009 19:16
Localisation: asnieres sur seine
  • offline

Message » 03 Mai 2013 22:07

...
Dernière édition par jpHiFi le 19 Mai 2013 15:10, édité 1 fois.
jpHiFi
 
Messages: 667
Inscription: 31 Jan 2011 13:47
  • offline

Message » 03 Mai 2013 22:08

Bonsoir,
wuwei a écrit:Enfin.. la 3D généralement en fermant les yeux ça s'entend !

Voilà une remarque qui fait mouche. Je n'ai croisé pour l'instant aucune expérience d'évaluation de "sensation 3D" réalisée en aveugle, et j'en serais vraiment très curieux.
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse

Message » 03 Mai 2013 23:50

Au sujet de la ponctualité des sources ( intimement lié à l'effet 3D pour avis perso), il semble y avoir consensus pour dire que selon l'effet de Haas, on doit en priorité éviter toute réflexion primaire à moins de 1ms suivant le signal direct.

Les réflexions venant par la suite ne dépassant pas une trentaine de ms ne modifient la perception spatiale du signal direct...tant que ces réflexions ne s'additionnent pas dans une plage de fréquence restreinte pour donner une "coloration" atteignant 1 dizaine de dB supérieur à cette même plage de fréquence du signal direct...donc des réflexions spéculaires s'additionnant peuvent potentiellement influencer l'image sonore.

Avec le sol, murs et plafond nus et réfléchissants on est mal parti.

Mon avis est que la combinaison d'enceintes avec une bonne RI et phase ne fait pas tout, trouver le bon équilibre entre absorption et diffraction des réflexions est le point le plus diffiçile a travailler...la directivité des enceintes est un point important!

Paul, tu évoques une différence entre petite pièce et grande pièce, mais le niveau spl Max fourni par tes enceintes a ce moment la brider tes travaux.
Est ce que les prochains épisodes traiteront des différences de mise en œuvre entre neafielfd, midfield et farfield? As tu realisè des tests en plein air?

La question de Denis est intéressante.
Avatar de l’utilisateur
STRA
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 6780
Inscription: 28 Jan 2010 3:41
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 04 Mai 2013 0:05

Le sujet de salle LEDE avec des enceintes "in wall" ( cas de nombreux studio de mixage) est très intéressante aussi...
Avatar de l’utilisateur
STRA
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 6780
Inscription: 28 Jan 2010 3:41
Localisation: Toulouse
  • offline

Bon voyage

Message » 04 Mai 2013 9:43

jfacoustics a écrit:Igor, sur base de ce que tu liras dans cet épisode et dans les suivants, tu comprendras que rien ne me laissait présager que la courbe de convolution"11" puisse apporter un tel coup de baguette magique à ton installation. Je compte bien investiguer ce mystère


Le mystère est simple Paul , et tient en 1 mot: la courbe cible mais sa mise en œuvre est délicate, j'avais depuis longtemps constaté qu’augmenter le niveau du grave augmente la profondeur de l'image sonore...mais au détriment de la clarté du médium et même parfois de la focalisation .
Il a fallu des années de progrès général dans l'installation pour que le médium/grave soit suffisamment clair pour qu'une remontée dans le grave ne nuise a la définition de l'image sonore.
Il y a une certaine antinomie entre clarté du médium et profondeur du grave....Il convient de la dépasser.
Cela a été constaté par Jean Luc Ohl lors d'une après midi complète d'écoute sur ses sources....Il a eu des lors la riche idée :D d'augmenter le niveau du grave dans la courbe cible....

jfacoustics a écrit:Qu'est qu'une bonne image 3D ? Il n'y a pas unanimité sur la question. Certains recherchent, surtout, une image très profonde. D'autres sont plus attirés par les sensations d'intimité et de présence proche (la chanteuse sur les genoux).


Et pourquoi pas les deux? :-? la chanteuse sur les genoux et les moines au fond de la nef.....La prise de son intervient aussi. :idee:
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6754
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message