Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Les tribulations d'un audiophile au pays de la profondeur

Message » 28 Avr 2013 10:53

Episode 1 (rassurez-vous, il n'y en aura que deux…)

Dès l'adolescence, j'avais réussi à convaincre mes parents d'acheter une chaine hi-fi. Plus tard, mes premiers salaires furent l'occasion de me procurer une installation personnelle et, en particulier, un paire d'enceintes B&W DM6.

Image

L'argument de vente principal avancé par le constructeur était un positionnement des HP et un filtrage permettant d'obtenir le respect de la phase. La presse spécialisée de l'époque fit un accueil chaleureux à ce concept, jusque là inconnu ou négligé. Le mouvement fut suivi par d'autres constructeurs tels que B&O qui présenta un modèle au filtrage très particulier. Pour relier le tweeter au woofer, il était fait appel à un troisième HP faisant office de cellule de remplissage. L'argument, universellement utilisé pour vanter les mérites d'une bonne mise en phase était que celle-ci permettait d'obtenir une bien meilleure image sonore en profondeur.

Le résultat ne devait, sans doute, pas me satisfaire entièrement puisque je me mis à rêver de pouvoir m'offrir une paire d'enceintes "Perspective", la première création connue de Gilles Milot (LEEDH, je n'ai, malheureusement, trouvé aucune illustration). Cette réalisation avait une particularité unique qui, à ma connaissance, n'a plus jamais été reproduite depuis lors, même pas par Gilles Milot lui-même. La linéarité et la mise en phase étaient si poussées que cette enceinte était capable de reproduire une impulsion rectangulaire de manière quasi parfaite. Bien sûr, aujourd'hui, grâce au filtrage FIR et à la convolution, ce n'est plus un exploit mais, en filtrage passif, c'est assez unique. Je ne puis jurer de rien mais je ne crois pas que, par exemple, le filtrage à la mode Le Cléac'h y parvienne.

Pour découvrir les Perspective, j'étais allé jusqu'à Lille où j'étais tombé sur un revendeur typé "audiophile puriste". Sa démo, tenue dans un local de grandes dimensions, fut éblouissante. Toutefois, quel que fût mon enthousiasme, il me fallut attendre que se présente, bien plus tard, l'opportunité d'une vente en occasion pour pouvoir, enfin, réaliser mon rêve car le budget du neuf dépassait largement mes possibilités financières de l'époque.

Chez moi, le résultat oattendu ne fut pas immédiatement au rendez-vous. Pourquoi ? Je m'interrogeais. Les réflexions des parois proches de l'enceinte perturbaient-elles trop le signal direct et faisaient-elles, ainsi, perdre une grande part du bénéfice attendu du travail sur la phase ? Qu'à cela ne tienne, j'achetai quelques panneaux de mousse acoustique et les disposai à chaque point de réflexion primaire. Le résultat fut… catastrophique.

Je me mis, alors, à déplacer les enceintes dans tous les sens et m'aperçus que l'image 3D était optimale lorsque celles-ci étaient éloignée d'environ 1 m des murs latéraux et que les faces avant se trouvaient à une distance variant entre 1.40 m et 1.60 m du mur situé derrière les enceintes. La remise en place des plaques de mousse aux points de réflexion primaires faisait, automatiquement, perdre tout le bénéfice du travail de placement. Je pu aussi constater que, lorsque l'éloignement du mur du fond s'agrandissait au-delà des valeurs citées, l'mage perdait de sa consistance et la perception se rapprochait de ce que l'on peut ressentir au casque.

Les valeurs ainsi définies m'ont servi de guide dans des locaux de tailles diverses, avec, presque systématiquement, une excellente 3D à la clef.

A la même époque, j'étais tombé sur un article traitant l'acoustique des locaux sous un angle différent de qui m'avait été enseigné jusque-là. Je ne me souviens plus du nom de l'auteur et je n'ai, malheureusement, pas gardé la revue.

La conception "française" de l'acoustique (dixit l'auteur, je n'ai plus jamais retrouvé cette terminologie ailleurs…) était confrontée à celle communément admise dans les pays anglo-saxons. La première visait une polarisation du local respectant les règles suivantes :
• Les absorbants était placés autour de l'auditeur.
• Le mur situé derrière les enceintes était dépourvu de traitement absorbant de manière à lui garder son caractère réfléchissant. Tout au plus était-il conseillé d'éviter les revêtements trop lisses.
• Les parois latérales bordant les enceintes étaient équipées de structures diffractantes visant à lutter contre les flutter echoes.

Tout au contraire, la "polarisation à l'anglo-saxonne" entourait les enceintes de matériaux absorbants tandis que, pour éviter un son trop "mort", elle plaçait l'auditeur au milieu de surfaces plus réfléchissantes.

L'auteur de l'article marquait une préférence évidente pour la polarisation "à la française". Selon lui, celle-ci permettait l'obtention d'une meilleure image sonore ainsi qu'une sensation globale de naturel nettement supérieure.

La lecture de cet article était postérieure aux expérimentations décrites plus haut mais ses conclusions confirmaient largement les expérimentations que j'avais menées avec les mousses absorbantes. Depuis lors, en sus des prescriptions classiques des traités d'acoustique (Helmholtz & CO…), j'ai toujours tenu compte des lignes directrices de la "polarisation à la française" pour les traitements effectués pour mon compte personnel ou pour d'autres. Cette disposition m'est toujours parue très favorable à l'obtention d'une bonne tridimensionnalité et, ainsi que le décrivait l'article susmentionné, elle me semble procurer des sensations plus naturelles que la polarisation inverse. (1) Je fus encore renforcé dans cette conviction par une discussion avec un importateur d'une marque d'enceintes anglaise qui m'avait raconté à quel point il haïssait les démonstrations faites à la maison mère où les enceintes étaient littéralement engoncées dans de l'absorbant.

Il y a-t-il une base scientifique à tout cela ? Pas à ma connaissance. Voilà bien un domaine où la psycho-acoustique ferait bien de se démener un peu. En attendant, je ne puis me baser que sur la seule hypothèse qui me paraisse à peu près plausible.

J'ai toujours été frappé par le contraste entre une écoute faite au départ d'enceintes positionnées selon les critères définis plus haut et la perception, spatialement, totalement irréaliste, obtenue au casque. Ce fait me laisse à penser que, dans le cadre d'une reproduction stéréophonique, pour situer un objet sonore, notre cerveau utilise les premières réflexions issues des parois entourant les enceintes comme une sorte de "point d'appui" qui lui sert de cadre de référence. Les temps de retard de ces différentes ondes par rapport à l'onde directe semble jouer un rôle significatif.

Je le reconnais volontiers, il ne s'agit là que d'une hypothèse qui restera sans valeur scientifique aussi longtemps qu'elle n'aura pu être validée par des études de laboratoire. Au niveau perceptif, toutefois, ne dit-on pas qu'un fait est plus important qu'un Lord Meir ?

Et la phase dans tout cela ?

La suite au prochain épisode…

Paul :wink:

(1) A titre d'illustration j'ai republié dans la section acoustique la quasi intégralité d'un texte écrit, il y a deux ans, pour un autre forum. Le spécialistes me pardonneront le caractère plus didactique que scientifique de l'abord. Les participants à ce forum n'avaient, pour la plus grande part, que des connaissances techniques très élémentaires. C'est ICI : http://www.homecinema-fr.com/forum/post177585899.html#p177585899
jfacoustics
 
Messages: 181
Inscription: 10 Juin 2001 2:00
Localisation: Soignies

Annonce

Message par Google » 28 Avr 2013 10:53

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 28 Avr 2013 11:28

Alors là... :o :o :o

(ça va raviver mon sens d'expérimentation, c'est sûr, et ce sera de ta faute ! :mdr: )

Merci Paul. ;)
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 28 Avr 2013 12:29

Superbe CR!

N.B. Gilles Millot: un grand concepteur! J'ai d'excellents souvenirs de mes anciennes "Auditor"

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 28990
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 28 Avr 2013 14:13

Merci pour ce début d'histoire qui promet !

Que de souvenirs ! Si je fais appel aux miens, la mise en phase mécanique des HP, par décalage physique des points émissifs, et filtrage adapté, n'était pas inconnue ou négligée au milieu des années 1970, quand est sortie cette BW DM6.

C'était même devenu un classique chez les Français : Cabasse, chez DKR (plus certain de l'acronyme), chez Elipson, Audax (kit Bex 40, par exemple) et d'autres encore. Chez les Anglais, en revanche, c'était moins le cas... Mais BW était une nouvelle marque... dont il me souvient que son modèle haut de gamme : une rampe électrostatique posée sur un caisson de grave n'était pas très réussie... Kef dominait les anglais de la tête et des épaules.
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49557
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Effet de profondeur par le positionnement ?

Message » 28 Avr 2013 16:06

jfacoustics a écrit:Chez moi, le résultat attendu ne fut pas immédiatement au rendez-vous. Pourquoi ? Je m'interrogeais. Les réflexions des parois proches de l'enceinte perturbaient-elles trop le signal direct et faisaient-elles, ainsi, perdre une grande part du bénéfice attendu du travail sur la phase ? Qu'à cela ne tienne, j'achetai quelques panneaux de mousse acoustique et les disposai à chaque point de réflexion primaire. Le résultat fut… catastrophique.

Je me mis, alors, à déplacer les enceintes dans tous les sens et m'aperçus que l'image 3D était optimale lorsque celles-ci étaient éloignée d'environ 1 m des murs latéraux et que les faces avant se trouvaient à une distance variant entre 1.40 m et 1.60 m du mur situé derrière les enceintes. La remise en place des plaques de mousse aux points de réflexion primaires faisait, automatiquement, perdre tout le bénéfice du travail de placement. Je pu aussi constater que, lorsque l'éloignement du mur du fond s'agrandissait au-delà des valeurs citées, l'image perdait de sa consistance et la perception se rapprochait de ce que l'on peut ressentir au casque.

Les valeurs ainsi définies m'ont servi de guide dans des locaux de tailles diverses, avec, presque systématiquement, une excellente 3D à la clef.



Mais Paul pourrais tu nous dire si ta quête de l' effet 3D ne concerne que le positionnement de l'enceinte, avec un certain type de traitement acoustique ou l'enceinte elle même également...? :-?

Ces dernières lignes pourraient amener a penser que le positionnement de l'enceinte serait plus important que l'enceinte elle même.

Hélas dans mon studio ta disposition ( 1,40/60 m des murs arrières et 1m des murs latéraux) n'est pas possible....Vu la présence de la porte vitrée il serait impossible dés lors de rentrer dans le local d'écoute. :(

Je n'avais alors d'autre choix que la théorie du "trou noir acoustique" décrite par Philippe Muller 8) à l'arrière des enceintes pour tenter de réussir.

Mais le succès total dans cette de l'effet 3 D ne fut obtenu que très tardivement avec la mise en œuvre de la convolution a phase linéaire par Jean Luc Ohl et un ajustement de la courbe cible relevant nettement le niveau du grave.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6749
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 28 Avr 2013 16:29

Igor Kirkwood a écrit:Je n'avais alors d'autre choix que la théorie du "trou noir acoustique" décrite par Philippe Muller 8) à l'arrière des enceintes pour tenter de réussir.

Le "trou noir acoustique" chez toi, qu'est-ce que ça signifie quant au positionnement de tes enceintes ?
Sent from my PC
Rif hi-fi
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 5451
Inscription: 25 Jan 2008 0:39
  • offline

Message » 28 Avr 2013 16:33

haskil a écrit:Merci pour ce début d'histoire qui promet !

Que de souvenirs ! Si je fais appel aux miens, la mise en phase mécanique des HP, par décalage physique des points émissifs, et filtrage adapté, n'était pas inconnue ou négligée au milieu des années 1970, quand est sortie cette BW DM6.

C'était même devenu un classique chez les Français : Cabasse, chez DKR (plus certain de l'acronyme), chez Elipson, Audax (kit Bex 40, par exemple) et d'autres encore. Chez les Anglais, en revanche, c'était moins le cas... Mais BW était une nouvelle marque... dont il me souvient que son modèle haut de gamme : une rampe électrostatique posée sur un caisson de grave n'était pas très réussie... Kef dominait les anglais de la tête et des épaules.


Haskil ,
je pense plutôt que tu voulais parler de marque HRC et ses modeles DK3 DK4 qui utilisait la mise en phase mécanique des HP, par décalage physique des points émissifs, que j'ai eu 'occasion d'ecouter à de nombreuses reprises chez Fasfreddy qui en a encore une paire en trés bon etat et qui marchaient de façon remarquable et dont justement ce qui m'avait toujours frappé à l'ecoute sur un Cayin 500 etait la phenoménale profondeur de scene !!!! :o

David 8)
bernardi
 
Messages: 4557
Inscription: 25 Jan 2006 21:39
Localisation: dans le maquis du 2.8 !

Message » 28 Avr 2013 17:06

bernardi a écrit: Haskil ,
je pense plutôt que tu voulais parler de marque HRC et ses modeles DK3 DK4 qui utilisait la mise en phase mécanique des HP, par décalage physique des points émissifs, que j'ai eu 'occasion d'ecouter à de nombreuses reprises chez Fasfreddy qui en a encore une paire en trés bon etat et qui marchaient de façon remarquable et dont justement ce qui m'avait toujours frappé à l'ecoute sur un Cayin 500 etait la phenoménale profondeur de scene !!!! :o


Merci !! oui c'est HRC !

J''ai deux amis qui ne se connaissaient pas et en avaient une paire chacun : des enceintes absolument remarquables ! Timbres justes, scène sonore profonde et large, aucun effet de projection du son. L'un d'eux avait des électroniques Audiotech : préampli et ampli de puissance...
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49557
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Le contraire de Paul

Message » 28 Avr 2013 18:31

Rif hi-fi a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:Je n'avais alors d'autre choix que la théorie du "trou noir acoustique" décrite par Philippe Muller 8) à l'arrière des enceintes pour tenter de réussir.

Le "trou noir acoustique" chez toi, qu'est-ce que ça signifie quant au positionnement de tes enceintes ?


Dans la mesure ou du fait de contraintes quasi incontournables je ne pouvais, au mieux, que positionner mes enceintes à 90 cm du mur arrière et à 50 cm et 1 mètre des murs latéraux...j'étais quasiment obligé d'opter pour un fort amortissement du matériaux acoustique sur le mur arrière = "le trou noir acoustique", et ce sur la totalité de la surface (sauf écran plasma au centre): Sémaphon absorb 13 mm monté à l'envers + toile fine .
Le but étant de minimiser les premières réflexions.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6749
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 28 Avr 2013 18:48

Salut à tous

J’ai fais exactement le contraire de vous, derrière les enceintes il n’y a aucun traitement, il est fait en partie au point d’écoute.
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Message » 28 Avr 2013 19:09

BPhil a écrit:Salut à tous

J’ai fais exactement le contraire de vous, derrière les enceintes il n’y a aucun traitement, il est fait en partie au point d’écoute.

"A la française", donc ! ;)
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 28 Avr 2013 19:11

Bin oui.

Je me pose aussi des questions sur l'intérêt de l'absorption intense des 1eres réflexions. Surtout si elle n'est pas homogène dans le spectre sonore.
Mahler
 
Messages: 12951
Inscription: 19 Mar 2006 18:27

Message » 28 Avr 2013 19:22

Oui mais faut les enceintes éloignées suffisemment des murs :-?
Sent from my PC
Rif hi-fi
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 5451
Inscription: 25 Jan 2008 0:39
  • offline

Message » 28 Avr 2013 19:30

BPhil a écrit:Salut à tous

J’ai fais exactement le contraire de vous, derrière les enceintes il n’y a aucun traitement, il est fait en partie au point d’écoute.


Suite a différent essais je prend finalement cette piste Philippe, avec quelques petites variantes à valider
alexandre10
 
Messages: 1095
Inscription: 11 Oct 2009 19:16
Localisation: asnieres sur seine
  • offline

Message » 28 Avr 2013 20:43

60, 80 cm du mur cela suffit à se sortir du room gain, le fait de ne pas traiter le mur arrière donne de l’espace et permet au tweeter de bien mieux s’exprimé.

De toutes les façons se n’est pas bien de collé les enceintes prêt du mur arrière, c’est mieux d’essayer de les décollé le plus possible si l’on peut, mais pas de trop.
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message