Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

PRESTIGE AUDIO VIDEO Juillet 2005 CD Test N°3

Message » 20 Sep 2005 9:27

Scytales a écrit:Finalement, j'ai enfin écouté ce disque sur ma chaîne hi-fi le week-end dernier.

Personnellement, je trouve que les enregistrements sont effectivement de très bonne qualité. Il y a une chose qui m'impressionne: les plages enregistrées à Passavant présentent un son d'une texture et d'une qualité de timbre assez singulière. Je ne dirais pas du son qui en émanne qu'il est d'une grande finesse, car, au contraire, les timbres me parraissent si charnus, si pleins, qu'ils sont très roboratifs! C'est la bacchanale du son. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre!


Si je crois bien, et ce n'est pas idiot, j'ai réécouté et effectivement ce qui est roboratif, est sans doute exhaustif, mais semble moins surlucutant que certains bidules audiophiles. Effectivement il semble que la vérité ne soit pas toujours flatteuse.

Amicalement Loïc :D
lcartau
 
Messages: 4332
Inscription: 26 Oct 2004 17:40
Localisation: Paris Bordeaux !!
  • offline

Annonce

Message par Google » 20 Sep 2005 9:27

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 20 Sep 2005 9:41

Pour mes oreilles, ce n'est ni fin ni roboratif, c'est une fenêtre ouverte sur une scène où des musiciens jouent, une porte-fenêtre plutôt qu'une fenêtre tant la transparence à l'événement sonore me semble grande.

J'ai eu le sentiment d'entrer dans une salle de dimensions pas très très grandes mais joliment réverbérante qui, donne de la vie au son, ou des musiciens jouaient-travaillaient sans public. ça m'a fait cet effet très "madeleine" et je dois dire que ça m'a ému ce son "réel". Un peu comme quand on passe parfois de la cabine d'enregistrement au lieu ou les musiciens jouent. Mais là on entend la même chose chez soi que dans la salle d'enregistrement... ce qui est rarement le cas quand le disque sort....

Certaines plages sont "fines", d'autres "charnues", d'autres passent de l'un à l'autre de ses qualificatifs en cours de route ou le sont en même temps en fonction du spectre reproduit.

Il y a trois plages que j'aime moins : les deux d'orchestre (enregistrées dans des salles dont l'acoustique ne semble pas excellente) et le chabrier à deux pianos enregistré à une distance des instruments et dans une acoustique que je n'apprécie pas. Mais elles sont intéressantes quand même, car si elles sont écoutables, c'est que c'est bon !

Les deux orchestres sonnent lointain dans un cadre "compact" mais cette "image ressérée" d'un orchestre droit être propre dans ce cadre là. Chais pas si je me fais comprendre :oops: C'est pas évident à expliquer.

Le deux pianos n'a pas de couleurs (faut dire aussi que les deux pianistes ne sont pas non plus des rois de la couleur dans leur jeu) et lui aussi doit sonner propre sans mélanges mais un peu au loin.


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49565
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 21 Sep 2005 21:43

Certes Alain, tu as sans doute des moyens d'apprécier ces prises de son que je n'ai pas.

Il n'empêche que je trouve que la sonorité des prises faites à Passavant sont singulières. Je suppute que Philippe Muller nous préciserait que ce ne sont sans doute pas les micros ou le reste en aval, mais la couleur de la salle qui donne ce caractère singulier que je crois discerner, sauf à me tromper ou à être induit en erreur par une coloration propre à ma chaîne ou à ma pièce? Il faut dire aussi que je n'ai jamais pu maîtriser les mots pour décrire et en tout cas partager avec précision ce que j'entends.

En tout cas, je trouve la qualité du son très plaisante.

A propos des choeurs d'homme, pris non au studio mais dans l'église si j'ai bien tout suivi, je clappe des deux mains et loue l'acoustique du lieu. Elle me fait penser en aussi bien voire peut-être mieux (qui sais?) à celles des deux plus belles églises que je connaisse de ce point de point vue. Celle de Kintzheim (Bas-Rhin, à ne pas confondre avec Kientzheim) où malheureusement un orgue Silbermann est muet depuis un siècle, et Notre-Dame de l'Assomption, à Rouffach (Haut-Rhin), où se tient tous les étés une partie des concerts du festival Musicalta. Avec des rideaux de velours tirés pour masquer le coeur, un piano sous le transept y sonnait d'une de ces sublimes façons qui vous mènent aux anges :D C'était Hugues Leclère qui était au piano. Je ne sais pas si tu le connais. Je trouve qu'il avait un bon jeu, quoique impétueux et manquant sans doute de maturité.

Peut-être ces évocation aideront-elles à mieux faire comprendre ce que je cherche à dire en parlant de qualité singulière des timbres?
Dernière édition par Scytales le 21 Sep 2005 22:35, édité 1 fois.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10079
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 21 Sep 2005 22:06

Juste quelques mots pour vous saluer et vous dire que je suis passé le week end dernier à...Passavant, charmant petit village du Jura dans lequel Phillipe Muller dirige son studio accoustique...

Mais bon, je ne fis qu'y passer sur la route de la Sibérie française (Mouthe)

A+

Mav :wink:
Maverick
 
Messages: 5417
Inscription: 04 Juil 2002 12:58
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 23 Sep 2005 22:56

Il n'empêche que je trouve que la sonorité des prises faites à Passavant sont singulières. Je suppute que Philippe Muller nous préciserait que ce ne sont sans doute pas les micros ou le reste en aval, mais la couleur de la salle qui donne ce caractère singulier que je crois discerner

Il n'est pas facile d'expliquer quoi que ce soit dans la mesure où il faut que je comprenne en quoi le résultat est singulier.

Peut-être est-ce parce que je n'écoute les enceintes qu'au dernier moment et pas longtemps pour garder en mémoire aussi longtemps que possible le son de l'orchestre et l'espace qu'il occupe dans la réalité (fondamental chez moi) ?

Maintenant, si ce phénomène touche tous les enregistrements de Passavant et pas les autres, on ne pourra que responsabiliser la salle, les techniques et matériels employés étant très voisins pour toutes les plages, y compris celles de Bernard Neveu.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 23 Sep 2005 23:42

Philippe Muller a écrit:Il n'empêche que je trouve que la sonorité des prises faites à Passavant sont singulières. Je suppute que Philippe Muller nous préciserait que ce ne sont sans doute pas les micros ou le reste en aval, mais la couleur de la salle qui donne ce caractère singulier que je crois discerner

Il n'est pas facile d'expliquer quoi que ce soit dans la mesure où il faut que je comprenne en quoi le résultat est singulier.


Eh bien, ce que je trouve singulier, c'est la qualité du son.

Je sais, ce n'est pas facile de me comprendre. Je suis jeune et peu voyageur. Je j'ai jamais été que dans trois salles de concert et deux théâtres dans ma vie, plus quelques lieux à priori non conçus à l'origine pour accueillir les artistes ou les orchestres qui s'y sont produits.

J'aime bien l'orchestre symphonique, et j'allais ou vais à la salle Erasme à Strasbourg, au Palais des Sports, à Bordeaux et à l'Arsenal, à Metz. L'orchestre de Strasbourg a joué une fois aux Tanzmatten, à Sélestat, qui est une petite salle comparée à Erasme. Enfin, bref, tout ça pour dire que j'ai essentiellement la pratique de lieux où les instrumentistes doivent jouer relativement fort, à mon avis. Je n'ai pas l'expérience des petites salles, des petits ensembles (en-dehors de quelques concerts dans des églises, justement). Je pense ce manque de repères n'est pas étranger à ma plaisante impression sur le son de "tes" enregistrements. Il y a dedans un petit "plus", que l'on me pardonnera j'espère de ne pouvoir décrire avec précision, faute de vocabulaire, mais à la réflexion, ce que dit Alain plus haut en réponse à un des mes messages me parrait assez juste. Et puis, peut-être que dire, "j"aime bien", "je trouve ça joli", "plaisant", ça ne peut pas trop s'expliquer, car ça reste très subjectif.

J'ai trop rarement la même qualité de son venant de ma discothèque. Je dois quand même dire que je dois avoir trois ou quatre disques provenant de petits labels et que je qualifierais de perles.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10079
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Message » 24 Sep 2005 6:36

Cela tient à la salle elle-même et un peu à la prise de son.

Depuis près de 25 ans, les microphones que j'utilise sont des omnidirectionnels, très sensibles à l'ambiance.

Je n'ai pas voulu d'un studio amorti mais d'une pièce vivante qui prolonge les instruments. C'est pour cela qu'elle est un peu conçue comme un instrument. Puisqu'une salle résonne, autant le faire de manière aussi jolie que possible.

Les études et la réalisation furent assez longues, auxquelles il faut ajouter un facteur chance indéniable car nous aurions pu avoir une bonne salle vide qui devienne mauvaise avec le public ou l'inverse et ce n'est pas ce qui s'est passé. L'église: c'est le bâtiment qui se trouve à côté (20 mètres). On peut rester dans la régie et placer les musiciens dans l'église. Nos conditions de contrôle restent les mêmes et, alors que beaucoup d'églises de villages ne sont pas bonnes du tout, celle-ci est agréable. Il ne reste plus qu'à s'attaquer à la restauration de l'orgue (13 jeux, deux claviers et un pédalier) et nous disposerons d'un outil assez complet (l'orgue se limitera à l'accompagnement car ce n'est pas un instrument de haute facture mais il a de beaux jeux de fond).

Nous pouvons même envisager de placer les musiciens dans notre studio et de "recycler" la réverbération de l'église. C'est tout à fait faisable et incomparablement plus naturel.

Le plus étonnant est la sensation que la salle s'améliore au cours des années. Je ne peux pas expliquer pourquoi parce que les facteurs sont vraisemblablement nombreux mais, puisque j'ai comparé cette salle à un instrument de musique, l'impression que les choses se bonifient est évidente, comme s'il s'agissait d'un bon instrument à cordes. Certaines couleurs sonores un peu ternes et grises ont totalement disparu pour laisser place à une couleur plus douce, plus chaude tandis que la réverbération ne cesse d'évoluer vers quelque chose qui sonne plus grand. Pour le moment, l'imprévisible dépasse les espérances.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message