Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Prise de son selon B. Neveu et G. Cabasse

Message » 04 Juil 2017 8:38

Je ne rentrerai pas dans la polémique sur les techniques d'enregistrement.
Mais un mot sur un enregistrement souvent cité ici, celui de The Deer's Cry (Arvo Part) par Igor Kirkwood. Cet enregistrement présente à l'écoute, à mon avis, une couleur sonore (apparemment placée dans le haut médium) qui "artificialise" les voix. Il est possible de repérer cette couleur sonore omniprésente dans l'extrait que proposent un des derniers Diapason ou Classica sur leur disque-échantillon (je ne sais plus de quel mois exactement)...


oso a écrit:Neumann TLM50
Image

Earthworth QTC 40
Image


La réponse à la remarque précédente est peut etre dans les graphiques ci-dessus. Ce sont les Neumann TLM50 qui ont été utilisés.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Juil 2017 8:38

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Juil 2017 9:43

oso a écrit:
cleriensis a écrit:Vous n'avez décidément rien compris... nous ne cherchobs pas à opposer les types de prise ou conceptions.. nous cherchons juste à vous dire qu'il n'y a pas d'absolu dand l'art de la prise et qu'un procédé n'est pas la vérité alors que les autres sont faux !! C'est une erreur que de le penser. La preuve tout les enregistrements qu'Igor a analysé présentent des qualités différentes bien qu'ils aient été realisés selon un même protocole de prise... j'y adhère sans réserve. Ce que noys essayons de dire c'est qu'il n'y a pas de recette miracle et on trouve du bon et du moins bon dans toutes les maisons.. chez Bernard Neveu Philippe Muller et ailleurs..

Il faut y mettre un peu d'ouverture d'esprit et de bonne volonté. Sinon on tourne en rond.



Si l'on veut savoir si la restitution est fidèle, il faut bien se confronter à un contrôle. C'est ce que vous ne voulez vraisemblablement pas comprendre. C'est une notion qui est à la base de tout raisonnement scientifique. C'est un prérequis.

Si l'on peut substituer de façon crédible une reproduction à l'enregistrement, en temps réel, alors c'est que la reproduction est fidèle. C'est sur ce critère là que se fondent des gens comme BN, PM, et quelques autres qui font de la captation "naturelle" (c'est le terme qu'emploie B. Neveu). Je ne fais qu'indiquer cette différence qui est la raison de ce fil.

Vous ne commentez pas les expériences que j'ai indiquées, c'est dommage, on éviterait effectivement de tourner en rond. La disposition habituelle de vos micros vous permettrait-elle de réussir ce type d'expérience?
Le fait d'assimiler les micros aux oreilles, d'utiliser des couples rapprochés améliore t il la fidélité de l'image reproduite? En quoi ces techniques sont elles supérieures à une captation "naturelle" qui tombe pourtant sous le sens? (1 micro = 1 enceinte; l'argument de la compatibilité avec le casque n'est pas recevable si on cherche le meilleur résultat possible sur enceintes).

Si j'insiste, c'est parce que les enregistrements "naturels" sont ceux qui me donnent la plus forte impression de réalisme, et de loin. Comme par hasard, c'est avec ce type d'enregistrements que des contrôles rigoureux ont été produits.



Mais bon sang !! Naturelle et fidèle pour qui ?? Déjà pour avoir un rendu optimal il faut des enceintes.. placées rigoureusement pour ce type de prise ! Et les autres ?? Ceux qui n'ont pas ce placement? Ceux qui écoutent au casque ? Écoutez donc une prise binaurale au casque !! Ce sera hyper réaliste.. et pour autant clamer que ce serait la seul méthode valable serait une imbécillité. Enfin bref... vos fameuses démonstrations ne sont que de la pub.. en rien valables pour la majorité des situations.. c'est pour ça que je ne les commente pas. Je note que le résultat des prises est variable comme avec n'importe quel type.. d'excellent à bon, parce que les gars derrières sont bons et que ce n'est pas une recette miracle. Lisez les commentaires très intéressants de sypher et tuanJ ils ont bien compris l'intérêt de la chose.

Les derniers posts d'Igor sont extrêmement intéressants. Pour résumer, sur le système d'Igor, ses enregistrements sonnent très bien (cf le commentaire d'Alain Lompech), mais ceux de Passavant ou BNL souffrent généralement de problèmes au centre (ce que l'on retrouve au casque d'après Cleriensis).


Raté il écoute des enregistrements de P.Muller et Neveu... il faut lire les posts.. et comprendre qu'on est pas dans l'attaque.. on modère juste ce que l'on pourrait croire à vos oreilles comme la panacée absolue et irréfutable.

Moi, j'abandonne....
Dernière édition par cleriensis le 04 Juil 2017 10:03, édité 1 fois.
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2530
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 9:46

oso a écrit:
Je ne rentrerai pas dans la polémique sur les techniques d'enregistrement.
Mais un mot sur un enregistrement souvent cité ici, celui de The Deer's Cry (Arvo Part) par Igor Kirkwood. Cet enregistrement présente à l'écoute, à mon avis, une couleur sonore (apparemment placée dans le haut médium) qui "artificialise" les voix. Il est possible de repérer cette couleur sonore omniprésente dans l'extrait que proposent un des derniers Diapason ou Classica sur leur disque-échantillon (je ne sais plus de quel mois exactement)...


oso a écrit:Neumann TLM50
Image

Earthworth QTC 40
Image


La réponse à la remarque précédente est peut etre dans les graphiques ci-dessus. Ce sont les Neumann TLM50 qui ont été utilisés.


Ben oui. Haut medium aigu en avant... c'est bien ce que j'ai dit trois post plus haut. Les earthworks sont très linéaires comme tous les omnis petit diaphragme.
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2530
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 9:54

2) Vous me demandez à quoi sert la fidélité en considérant l'altération induite par la couleur de mon local; Ma réponse, c'est que mon local représente un cas parmi d'autres de la situation de l'auditeur par rapport aux musiciens. Est ce que lors de vos concerts, vous etes inquiet de ce que les auditeurs placés au centre de la salle, ou dans une loge, etc.., n'entendent pas la meme chose? Non? Moi non plus! :D


Vous oubliez juste que les micros auront pris soint d'enregistrer le lieu d'enregistrement avec une forte prédominance en un point donné et que votre acoustique se superposera à celle ci. Dans le cas des places dans une salle l'acoustique est homogène car elle correspond à 100% à l'endroit où vous êtes.. vos oreilles sont vos micros.
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2530
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 9:59

TuanJ13 a écrit:Il est incontestable que les enregistrements de BNL possèdent des qualités de timbres qui probablement doivent aussi aux qualités des omnis utilisés.

Il est aussi évident que les enregistrements BNL retranscrivent un espace sonore tout à fait convaincant notamment dans la retranscription des acoustiques des lieux et des réverbérations naturelles :

Exemple :
Image

Il est aussi évident que l'idée de la confrontation au réel est une problématique que tout ingénieur du son aborde à sa manière et selon ses exigences et possibilités.

Le principe de Huygens quand il s'agit de l'appliquer à la propagation d'une surface d'onde (lieu de l'espace ou à chaque l'instant, la phase de fonction sinusoïdale est identique) fonctionne lorsque que l'on tient compte de l'interférence de l'infinité des ondelettes produites par chaque point de la surface d'onde assimilé à une source ponctuelle.

Je veux dire par là que je m'interroge sur le principe de captation où chaque microphone positionné à une position assimilable aux enceintes peut être assimilé (en tout cas en basse-fréquence) à des fentes d'Young acoustique inversée dans le sens où la captation d'une source (instrument ou soliste) située à une position induisant une différence de marche qui fait que les enceintes produisent sur certaines configuration d'enregistrement (soliste) des déphasages qui peuvent s'avérer gênant.

En écoute en champ proche, notre perception ne pourrait-elle pas être trompée par une différence de temps "interaurale" artificielle (pas celle provoqué par la séparation oreille D et G mais celle provoqué par les micros G et D) inhérente à la séparation importante des microphones ? C'est la question que je me pose (ce n'est pas une affirmation) ?

C'est aussi la raison pour laquelle les prises de B. Neveu sont incompatibles avec une écoute casque car la différence de temps inter micro de la prise de son ne peut être imposée à nos oreilles comme une IDT proprement dite et stricte.

Une telle différence maximisée n'est-elle pas à l'origine d'une spatialisation ressentie comme très latéralisée notamment pour la captation d'une source située à droite ou à gauche de la scène sonore ?

Mon écoute du premier morceau de :

Image

me crée un trouble perceptif difficile à décrire.

Quand on capte une formation composée de multiples instruments dans leur champs interférent dans des conditions de champ diffus, là il est plus difficile de détecter quoique ce soit.

Pour finir compte tenu du fait qu'on discute de prises réalisées par des absents et que la discussion oppose des points de vue de pro, je vais me faire plus discret sur la filière et j'irais posé directement mes questions sur le forum Cabasse lorsqu'il s'agira d'être éclairé sur les techniques de prise de B. Neveu ou P. Müller.


Merci de faire avancer le débat et de souligner les compromis de ce type de prise comme tous les types de prise. :bravo: très intéressant
Je regrette que les auteurs des prises ne s'expriment pas. Car moi je m'intem'interroge sur le protocole de la prise. Il semble être une version fixe d'un AB large, mais je n'en suis pas sûr. Sinon ce ne serait qu'une technique AB classique que dans certains cas j'affectionne tout particulièrement.
Je tiens bien à preciser pour ma part que je ne suis pas opposé à ce type de prise bien au contraire ! Je le considère juste comme une option parmi d'autres en fonction de la situation
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2530
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 10:14

La lecture et la comprehension de quelques articles ne remplacera jamais l'apprentissage et la pratique d'un métier : ici la prise de son.
Je remercie les intervenants ici présents, pour m'avoir donné plus de culture générale sur le sujet.
Je retiens de cette discussion 2 choses :
- Que B Neveu et P Muller sont de bons ingénieurs du son : personne ne les a dénigré (après tout Mozart, n'a pas fait que des chefs d'oeuvre)
- que Toute technique de prise de son est un compromis, car la reproduction sonore est une interprétation du réel, même si on arrive à un niveau suffisant de nos jours , pour berner une immense majorité des auditeurs : il m'arrive moi et ma famille, quand un téléphone sonne de me demander d'où cela viens : de la télé ou de chez moi.
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4889
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 04 Juil 2017 10:28

@TuanJ13

Vos remarques sont très intéressantes. Il existe bien sûr des artefacts car les application sont souvent des réductions ou des approximation d'un modèle théorique. Il serait intéressant de vérifier comment le cerveau se comporte sachant que les défauts que vous indiquez seront peut etre "noyés" ou masqués dans les phénomènes qui se produisent lorsque le signal se propage dans la salle d'écoute.

C'est pour cela que le protocole qui confronte en temps réel la reproduction à l'original est important.

@Syber. Les documents que j'ai mis en ligne sont d'une probité exemplaire puisque le concepteur explique les limites du procédé. la remarque sur l'image est normale: qui irait prétendre que le fait d'etre très proche d'une enceinte ne détruit pas le résultat? Je ne comprends pas qu'on puisse se servir de telles évidences pour invalider la méthode.

Quant au conditionnement du public: j'imagine qu'il y avait aussi des gens avec des a priori négatifs qui veillaient au grain. L'expérience de Devialet n'est pas recevable car nous n'en connaissons pas les conditions. Celles que j'ai présentées sont décrites en détails.

Je rappelle que cette méthode était utilisée par le labo Cabasse pour mettre au point leurs productions. Auto conditionnés?

j'ai discuté très récemment avec B. Neveu qui m'expliquait comment G. Cabasse et lui même se livraient à des concours pour traquer les défauts de leurs propres prises de son, ce qui leur permettait d’affûter en permanence leur exigence en la matière. P. Muller continue à utiliser régulière ce type de protocole pour savoir "ou il en est" avec ses propres prises de son.

Plus facile à critiquer qu'à réussir je pense.

Je suis auto référent: bien sûr! Mais je suis-je beaucoup plus que ceux qui ne confrontent pas leurs enregistrements à l'évènement sonore en direct (mémoire auditive labile)?

En ce qui me concerne, je ne fais que mettre en parallèle deux constatations:

1) Les prises de son "naturelles" sont celles qui m'apportent le plus grand sentiment du "direct".
2) ces enregistrement "naturels" sont crédibles face à l'évènement sonore vécu en direct.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 04 Juil 2017 10:36

Powerdoc a écrit:La lecture et la comprehension de quelques articles ne remplacera jamais l'apprentissage et la pratique d'un métier : ici la prise de son.
Je remercie les intervenants ici présents, pour m'avoir donné plus de culture générale sur le sujet.
Je retiens de cette discussion 2 choses :
- Que B Neveu et P Muller sont de bons ingénieurs du son : personne ne les a dénigré (après tout Mozart, n'a pas fait que des chefs d'oeuvre)
- que Toute technique de prise de son est un compromis, car la reproduction sonore est une interprétation du réel, même si on arrive à un niveau suffisant de nos jours , pour berner une immense majorité des auditeurs : il m'arrive moi et ma famille, quand un téléphone sonne de me demander d'où cela viens : de la télé ou de chez moi.


A l'heure actuelle, il n'est pas difficile de se faire piéger car les 2 types de sonneries sont réalisés par des HP (celui de la télé, celui du téléphone. En serait il de même avec les anciens timbres des téléphones de notre jeunesse (un marteau qui frappe violament un timbre)? Dans quelle mesure un HP serait il capable de vous piéger avec ces anciennes sonneries? Si vous aviez tous les moyens à votre disposition, comment procéderiez vous pour déterminer si votre chaine est capable de vous faire confondre l'un et l'autre?

La réponse à ces questions permet de définir le sens de "haute fidélité". Quels sont les moyens à mettre en oeuvre pour avoir l'impression que l'évènement sonore n'est pas lié au fonctionnement d'un HP?
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 04 Juil 2017 11:08

Cette discussion est passionnante.

Je partage à 100 % le point de vue de cleriensis. Il n’y a pas de technique d’enregistrement universelle. Quand on écoute, par ex, la 3e de Mahler par Temirkanov enregistré par Kavi Alexander pour Water Lily (technique Blumlein) on ‘’voie’’ une scène sonore exceptionnelle de réalisme sur un grand orchestre, mais à condition de respecter la disposition des enceintes préconisées pour ce type d’enregistrement (écoute sous un angle proche de 90°) ! une écoute de ce type et sous cette angle ne sera pas compatible avec d’autre technique et donc très exclusive.

Les quelques démonstrations Cabasse auxquelles j’ai pu assister (ça remonte fort loin !) m’ont toujours laissé dubitatives. Mais cela n’enlève pas le fait que les enregistrements BNL et Passavant peuvent être tout à fait remarquable … mais pas toujours et je partage complétement l’analyse d’Igor sur ceux-ci : remarquable sur un grand orgue moins convaincant sur un piano.

La remarque de Padcost sur l’artificialisation de la voix sur l’Arvo Part pourrait aussi être dû au fait que je trouve qu’il y a une tendance actuelle des enceintes à trop relevé l’aigu. Je n’entends pas ce caractère chez moi … mais à mon âge je dois être un peu sourd, au contraire je trouve cet enregistrement exceptionnel de réalisme et je comprends le prix obtenu ! ... même si je ne suis pas très fan de cette musique

Pour situer le contexte, j’écoute sur un système tri-amplifié, dans une pièce d’un peu moins de 50m2, base d’écoute ~3,90m distance ~3,70 donc angle légèrement supérieur à 60°, enceintes dipôles placées dans les diagonales (à 1,35m des angles), convergence devant la position d'écoute,réglage de l’ensemble mesures rigoureuses + écoutes : courbes régulièrement descendante de 30 à 20 KHz à la position d’écoute.
Mais, bien sûr, le système m’étant destiné il correspond à mon goût et ne prétend aucunement à l’universalité !!
jyval
 
Messages: 29
Inscription: 01 Avr 2009 9:37
  • offline

Le mysticisme et la mauvaise foi

Message » 04 Juil 2017 11:22

cleriensis a écrit:... et pour autant clamer que ce serait la seul méthode valable serait une imbécillité. Enfin bref... vos fameuses démonstrations ne sont que de la pub.. en rien valables pour la majorité des situations.....
.

Les "Cabasso compatibles" ont eu....la révélation :ohmg: que seule leur méthode de prise de son serait valable, j'appelle cela du mysticisme .

En ce qui concerne la courbe avec relevé en aigu du NeumannTLM 50 la remettre en cause s'apparente à la mauvaise foi.

En effet j'ai déjà expliqué, plusieurs fois :roll: :roll:

-que les Neumann TLM 5O ne sont pas étudiés pour l'usage en Studio.

-Le relevé d'aigu a été pour le micro Neumann M50 à lampe (prédécesseur du TLM 50) calculé par les Ingénieurs de la firme TELDEC pour compenser les réverbérations des églises... (les réverbérations elles n'ont pas une courbe droite 20/2000 Hz ! !).
C'est la taille de la Sphère, ou se trouve la capsule (de 12mm :wink: ) qui a été fixé, après bien des essais, à 4mm, résonance vers 4000 Hz, et avec le bonus de gagner 6 dB en bruit de fond

-L'avantage des TLM 50 (cf mes enregistrements pour ECM record de Vox Clamentis) c'est de pouvoir reculer les micros davantage en favorisant la clarté de la prise de son et le cadrage


cleriensis a écrit:... Moi, j'abandonne....

Pense cleriensis que Jean Luc Ohl... a insisté :wink:
Dernière édition par Igor Kirkwood le 04 Juil 2017 11:55, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6572
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • online

Message » 04 Juil 2017 11:30

oso a écrit:
Powerdoc a écrit:La lecture et la comprehension de quelques articles ne remplacera jamais l'apprentissage et la pratique d'un métier : ici la prise de son.
Je remercie les intervenants ici présents, pour m'avoir donné plus de culture générale sur le sujet.
Je retiens de cette discussion 2 choses :
- Que B Neveu et P Muller sont de bons ingénieurs du son : personne ne les a dénigré (après tout Mozart, n'a pas fait que des chefs d'oeuvre)
- que Toute technique de prise de son est un compromis, car la reproduction sonore est une interprétation du réel, même si on arrive à un niveau suffisant de nos jours , pour berner une immense majorité des auditeurs : il m'arrive moi et ma famille, quand un téléphone sonne de me demander d'où cela viens : de la télé ou de chez moi.


A l'heure actuelle, il n'est pas difficile de se faire piéger car les 2 types de sonneries sont réalisés par des HP (celui de la télé, celui du téléphone. En serait il de même avec les anciens timbres des téléphones de notre jeunesse (un marteau qui frappe violament un timbre)? Dans quelle mesure un HP serait il capable de vous piéger avec ces anciennes sonneries? Si vous aviez tous les moyens à votre disposition, comment procéderiez vous pour déterminer si votre chaine est capable de vous faire confondre l'un et l'autre?

La réponse à ces questions permet de définir le sens de "haute fidélité". Quels sont les moyens à mettre en oeuvre pour avoir l'impression que l'évènement sonore n'est pas lié au fonctionnement d'un HP?


oui c'est vrai, ce sont des HP ... mais les HP de a télé doivent être suffisaments fidèles car 2 HP ne sonnent pas de la même façon (leurs défauts ne sont pas identiques)
Un autre point, est sur le respect d'une expérience live : si je suis entièrement d'accord sur le respect du naturel des instruments (et les instruments qui m'interessent le plus sont les instruments acoustiques et pas l'electro) , pourquoi forcément pour un orchestre reproduire dans son salon une salle de concert. Une salle de concert à pour but de faire profiter dans de bonnes conditions un spectacle musicla, avec un son aussi bon en avant qu'en arrière, et pour cela les relfexions secondaires sont très importantes, alors que je pourrai préférer une scène à l'air libre, placé comme auditeur à l'endroit idéal, ou bien être placé au même endroit que le chef d'orchestre. (être à la place d'un musicien n'est pas une bonne place)
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4889
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 04 Juil 2017 11:31

jyval a écrit:Cette discussion est passionnante.


Merci jyval :D

jyval a écrit:Je partage à 100 % le point de vue de cleriensis. Il n’y a pas de technique d’enregistrement universelle. Quand on écoute, par ex, la 3e de Mahler par Temirkanov enregistré par Kavi Alexander pour Water Lily (technique Blumlein) on ‘’voie’’ une scène sonore exceptionnelle de réalisme sur un grand orchestre, mais à condition de respecter la disposition des enceintes préconisées pour ce type d’enregistrement (écoute sous un angle proche de 90°) ! une écoute de ce type et sous cette angle ne sera pas compatible avec d’autre technique et donc très exclusive.

Les quelques démonstrations Cabasse auxquelles j’ai pu assister (ça remonte fort loin !) m’ont toujours laissé dubitatives. Mais cela n’enlève pas le fait que les enregistrements BNL et Passavant peuvent être tout à fait remarquable … mais pas toujours et je partage complétement l’analyse d’Igor sur ceux-ci : remarquable sur un grand orgue moins convaincant sur un piano.

padcost a écrit:Je ne rentrerai pas dans la polémique sur les techniques d'enregistrement.
Mais un mot sur un enregistrement souvent cité ici, celui de The Deer's Cry (Arvo Part) par Igor Kirkwood. Cet enregistrement présente à l'écoute, à mon avis, une couleur sonore (apparemment placée dans le haut médium) qui "artificialise" les voix. Il est possible de repérer cette couleur sonore omniprésente dans l'extrait que proposent un des derniers Diapason ou Classica sur leur disque-échantillon (je ne sais plus de quel mois exactement)...


La remarque de Padcost sur l’artificialisation de la voix sur l’Arvo Part pourrait aussi être dû au fait que je trouve qu’il y a une tendance actuelle des enceintes à trop relevé l’aigu. Je n’entends pas ce caractère chez moi … mais à mon âge je dois être un peu sourd, au contraire je trouve cet enregistrement exceptionnel de réalisme et je comprends le prix obtenu ! ... même si je ne suis pas très fan de cette musique

Pour situer le contexte, j’écoute sur un système tri-amplifié, dans une pièce d’un peu moins de 50m2, base d’écoute ~3,90m distance ~3,70 donc angle légèrement supérieur à 60°, enceintes dipôles placées dans les diagonales (à 1,35m des angles), convergence devant la position d'écoute,réglage de l’ensemble mesures rigoureuses + écoutes : courbes régulièrement descendante de 30 à 20 KHz à la position d’écoute.
Mais, bien sûr, le système m’étant destiné il correspond à mon goût et ne prétend aucunement à l’universalité !!


Je rappelle à Padcost que lors de l'enregistrement de Deer's cry (ECM records 2016) il y a eu un "duel" entre le micro TLM 50 et le micro DPA (courbe plate en aigu) .
La Directrice artistique de l'enregistrement Helena Tulve, le chef Jan-Eik Tulve, et le compositeur Arvo Pärt ont préférés le rendu du TLM 50, le DPA sonnant plus sourd .
Mais il est vrai que les aigus des sopranos en séance d'enregistrement à Tallin "chatouillaient" les oreilles.
Et à propos dans Diapason le Deer's Cry est le seul enregistrement à avoir 4,5/5 en cote technique (argument à relativiser bien sur)
Dernière édition par Igor Kirkwood le 04 Juil 2017 16:57, édité 4 fois.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6572
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • online

Message » 04 Juil 2017 11:49

En réalité toute ces questions je me les suis déjà plus ou moins posées lorsque j'ai voulu enregistrer mon propre système (comme la vidéo figurant dans ma signature) dans ma pièce d'écoute (certains concéderont que c'est stupide comme idée mais je veux bien assumer cette stupidité) sur la constatation navrante que beaucoup d'audiophiles ou de semi-pros présentent sur youtube des enregistrements et des vidéos de leur système ou de démos de salon avec des moyens (micro caméra, smartphone ou couples de microphones) parfois indignes du prix des éléments qui sont enregistrées ou montrés (à quelques exceptions près).

Bref à titre perso, j'ai réalisé des prises avec des microphones omnis (dpa 4060 de mémoire) en proximité des enceintes (micros scotchés à des pailles alimentaires :mdr:) faisant face aux enceintes : résultat terrible sur les timbres, le rendu de la dynamique, la véracité effaçant complètement les imperfections de l'acoustique de ma pièce (par masquage car rapport intensité acoustique directe/diffus est complément au détriment du diffus) dont à la fois très satisfaisant à amener une prise de son à l'exclusion de l'acoustique de mon lieu chez un autre auditeur mais complètement décevant quant à refléter mes propres ressentis d'écoute dans mon acoustique.

J'ai réalisé des prises avec des micro cardioïdes (Neumann km184 : les seuls micros que je possède en dehors de micros voix de scène) en A/B, XY et en ORTF en constatant les inconvénients de la directivité (qui est assumée pour assurer un différence en intensité) et non linéarité des micros : parler et se déplacer, frapper des mains et se déplacer de part et d'autre et entre les enceintes) , la difficulté à rendre compte de la largeur de la scène sonore imposée par le positionnement des enceintes, la difficulté à rendre compte d'un timbre uniforme suivant la position azimutal de ma personne parlant et se déplaçant entre les enceintes, la difficulté à rendre compte d'une stéréo crédible au regard de ce que j'entends.

Bref, j'ai fini par choisir la solution (sorte de couple AB) la moins pire pour ce que j'attendais de ce que l'on voulait montrer et qui n'a donc pas un caractère universel et absolu.

Mon sentiment est qu'il faut avoir une position conciliante. En France, je trouve que les réalisation faites par de nombreux ingénieurs du son, de nombreux studios, selon différentes approches sont extrêmement qualitatives et qu'il faut s'enrichir de cette diversité et non s'appauvrir d'une telle situation par des querelles ou polémiques inutiles.
TuanJ13
 
Messages: 1887
Inscription: 05 Nov 2002 16:43
  • offline

Message » 04 Juil 2017 11:50

je l'avais dis, une véritable anguille celui-là... :zen:

déjà 8 pages de lasagnes...
jeoffrey59
 
Messages: 1554
Inscription: 30 Mai 2011 20:55
  • offline

Message » 04 Juil 2017 11:52

oso a écrit:Je suis auto référent: bien sûr! Mais je suis-je beaucoup plus que ceux qui ne confrontent pas leurs enregistrements à l'évènement sonore en direct (mémoire auditive labile)?


Tu es simplement subjectif comme tout le monde ou presque,

... sous des habits d'objectivité car cet état de subjectivité ne te plait pas :wink:

Nous sommes tous dans le même bain : nous ne savons pas ce qui est enregistré sur le CD.

Pour en revenir à la stéréo deux canaux, elle permet de bien reproduire les timbres et la dynamique de nos jours si on est bien au sweetspot et que les enceintes sont bien réglées. Mais vouloir reproduire un espace avec une ligne passant par deux enceintes, c'est un peu anti-géométrique, non ?

Si l'AB large fonctionne si bien avec l'orgue, il y a peut-être une raison ...
syber
 
Messages: 10216
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message