Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Prise de son selon B. Neveu et G. Cabasse

Message » 27 Juin 2017 7:53

Bernard Neveu est un preneur de son qui dirige sa société de production de disque, BNL (et Syrius). Spécialiste de l'enregistrement "naturel" de musique classique (en stéréo de phase selon le principe de Huygens), la qualité de ses prises de son en fait une référence dans ce domaine. La plupart des revues de Hifi se sont servies un jour ou l'autre de ses disques pour mettre à l'épreuve le matériel testé, et beaucoup des disques qui constituent son catalogue ont été récompensés pour leurs qualités technique et musicale.

Mais surtout, l'activité professionnelle de Bernard Neveu se confond avec celle d'un certain G. Cabasse dont il fut le compagnon de route dès le milieu des années 50. En effet, les enregistrements utilisés dans les salons par l'équipe Cabasse pour démontrer les qualités de leurs productions étaient signés B. Neveu. Il a eu également un rôle important dans la validation des modèles mis au point par le célèbre constructeur.

Je suis très heureux qu'un homme tel que lui, dont la carrière se confond avec celle de G. Cabasse, mais aussi avec l'histoire de la HiFi depuis ses origines, ait accepté de témoigner, j'espère que cela interessera les lecteurs amateurs de haute fidélité au sens premier du terme.

Bonne lecture!

L’enregistrement stéréophonique

Dans les années 1880, des ingénieurs, experts en photographie, avaient imaginé et mis au point un procédé de prises de vues stéréoscopiques et l’un d’eux, Auguste Neveu, diplômé major de l’Ecole Centrale, leur avait emboîté le pas.

Les solutions les plus simples et les plus logiques aboutissant toujours aux meilleures réalisations, les appareils photographiques stéréo étaient composés de deux objectifs parallèles, d’un écartement comparables à celui des yeux humains, et la fixation des deux images se faisait sur une plaque de verre.
Après transfert en positif, la plaque était vue par transparence sur des visionneuses disposant d’un double oculaire de même écartement, seule solution disponible à l’époque.

Certaines d’entre elles avaient été prises pendant la construction de la Tour Eiffel et ces vues donnent le vertige tant le respect de la perspective, du relief et de la profondeur de champ est criant.
Elles ont malheureusement été dérobées à leur propriétaire. Disons au passage que ce centralien faisait partie de la quarantaine d’ingénieurs engagés par Eiffel (son nom est gravé sur une plaque dans la chambre du maître au dernier étage).

Pourquoi cet exposé préalable ? Seulement pour montrer le parallèlisme entre vision et audition.
En effet, aujourd’hui, la stéréoscopie est disponible par des moyens plus réalistes que permettent les progrès techniques et la prise de vue n’est plus basée sur la position des yeux mais, évidemment, sur celle d’un écran de vastes dimensions que l’on regarde au moyen de lunettes spéciales de sorte que la restitution est géométriquement plus conforme à la réalité. C’est ce dernier point qui conduit à la définition de la prise de son stéréophonique, destinée à être reproduite habituellement sur des enceintes acoustiques et non sur un casque.

A l’apparition des premiers 33 tours stéréo au milieu des années 50, les mélomanes et audiophiles (cela va généralement de pair) qui avaient acquis le matériel nécessaire à leur audition, pouvaient trouver
d’excellents enregistrements, vraiment stéréo, dont l’écoute était saisissante de vérité: largeur, profondeur, plans sonores, etc... Citons parmi elles: Decca, Westminster, Mercury, Capitol, etc... La plupart de ces enregistrements étaient, renseignements pris, réalisés à l’aide de deux micros omnidirectionnels disposés selon un écartement conséquent, plusieurs mètres, en homothétie avec la disposition généralement adoptée pour une écoute domestique.

Les très rares preneurs de son ayant pu disposer d’un matériel permettant un tel enregistrement se sont tout naturellement dirigés vers cette pratique, ce qui fut le cas de l’auteur de ces lignes qui, s’appuyant en cela sur les conseils avisés d’un aîné célèbre en matière d’acoustique, Georges Cabasse, a acquis la certitude «mathématique» ou plutôt «géométrique» que pour reproduire l’image de la réalité sonore, il était nécessaire et - Ô combien - suffisant de considérer les deux enceintes acoustiques comme deux points d’espace correspondant le plus exactement possible à la disposition des micros et vice-versa.
Ainsi, tous nos enregistrements stéréo sont réalisés exclusivement à l’aide de deux micros omnidirectionnelstotalement linéaires et disposés selon un écartement de plusieurs mètres.
Pour l’heure, il n’existe chez nous - à notre connaissance - qu’un seul producteur professonnel utilisant cette pratique avec bonheur; il s’agit de Philippe Muller, propriétaire du label Passavant Music et du Studio Acoustique, dans le Doubs. Que l’on nous pardonne si nous en avons oubliés; ils ne manqueront pas de se faire connaître.

Parlant particulièrement musique classique, ceux qui, même pour un important dispositif d’orchestre,
multiplient le nombre des micros, utilisent des capteurs directionnels ou bi-directionnels, des «têtes artificielles» des «couples» ou, comble de l’horreur, des «micros stéréo», sont complètement à côté de la plaque (si l’on veut bien nous excuser cet argot).


Il est extrêmement triste de malheureusement constater que la plupart - pour ne pas dire la quasitotalité- des enregistrements est réalisée selon l’un ou l’autre de ces «procédés», quand ce n’est pas plusieurs «techniques» à la fois ! Vers la fin des années 50, une monstrueuse «hérésie» a contaminé l’enregistrement stéréophonique; nous voulons évoquer la «stéréo compatible», une vraie vermine, un virus, dirait-on en informatique.

Elle a pris jour dans le cocon d’un certain nombre de producteurs de vinyles parmi les plus grandes marques; pourquoi ? Tout simplement parce que presque tous les mélomanes de l’époque n’étaient encore équipés que de cellules de lecture mono ou de cellules stéréo de première génération
peu complaisantes en déplacement vertical.

Précisons ici qu’une gravure de vraie stéréo sur ce support vynile comporte des déplacements horizontaux et verticaux; ceci avait pour effet de faire «sauter» les lecteurs inadaptés. Catastrophe !,
commercialement parlant s’entend, à laquelle il fallait remédier mais surtout pas en cherchant à faire évoluer le client mélomane, d’où: finis les micros écartés et les omnidirectionnels - trop fidèles dans les graves - mais deux cardioïdes bien rapprochés pour éviter tout risque de «déphasage», cette qualité essentielle de la stéréo. On a même été jusqu’à inventer le «micro stéréo», 2 capsules superposées orientées à 90°, bravo ! Ça existe encore aujourd’hui... Entendons-nous bien: n’est évoqué ici que la prise de son de musiques classique, traditionnelle, jazz, etc..., où le «rendu» se doit d’être le plus naturel possible, le plus conforme à l’écoute en direct et où sont respectés le son des instruments et l’ambiance environnante, charge au preneur de son de faire le choix judicieux du lieu de l’enregistrement en parfaite adéquation avec le genre musical.

L’enregistrement de la musique dite «de variété» ne répond pas aux mêmes critères et les ingénieurs du son qui la pratiquent méritent le respect; il ne s’agit plus ici de restituer fidèlement l’ambiance sonore mais de la créer selon le désir des interprètes. Ce travail requiert un matériel spécifique et une expérience que nous n’avons pas. Il ne saurait en effet être question que notre orientation durement ciblée «classique» puisse nous faire taxer du moindre mépris envers nos confrères de la variété mais nous sommes moins tolérants envers ceux du classique qui procèdent comme eux !

Pour revenir à ce qui nous préoccupe, il me paraît intéressant - j’oserais dire fondamental – de citer un petit évènement qui remonte à bien des années, époque à laquelle l’auteur de ces lignes enregistrait pour son propre plaisir de nombreux concerts. Alors que, bien avant l’arrivée du public, j’étais en
train de procéder à la mise en place de mes perches dans une église, un «gamin» d’une douzaine d’années qui semblait captivé par ces préparatifs me pose une question inattendue: «pour votre stéréo, comment aller vous placer vos deux micros ?» - Je lui réponds par une autre question: «et toi, comment ferais-tu ?» - La réponse est arrivée du tac au tac: «je les mettrais comme mes haut-parleurs chez moi». Si tous mes chers confrères pouvaient raisonner ainsi... Quelle désolation d’entendre sans plaisir total les nombreux enregistrements achetés par les mélomanes pour l’intérêt de la musique qu’ils contiennent. Ils ne vont cependant pas pour cela se priver de magnifiques interprétations. Tout est écrasé sur le même plan, le petit hautbois de l’harmonie est au même niveau que les quatre-vingts autres instrumentistes, les solistes sont «proéminents» et vous chantent carrément dans les oreilles tandis que l’orchestre est à cent mètres derrière et pourtant l’auditeur, à qui personne n’offre rien de mieux - à l’exception de quelques dinausaures dont nous nous félicitons de faire partie - va les acquérir: la musique avant tout, nous ne saurions contredire cela.

Le pire de tout est que certains observateurs, «professionnels» avisés du monde musical, cautionnent à tours d’articles élogieux, dans certains supports spécialisés et complètement inféodés à la publicité - à de très rares exceptions -, ce qui au contraire devrait être durement sanctionné. Comme dans tous les domaines, n’y a-t-il pas là un sacré manque d’éducation et... d’honnèteté ? Nul doute qu’un tel exposé nous attirera les foudres du monde politiquement correct du disque, ce qui nous indiffère royalement. Si nous ne mettons pas les pieds dans le plat, qui le fera ? Que l’on se rassure à ce sujet, nous comptons heureusement un bon nombre de fidèles aficionados qui vont même beaucoup plus loin dans leur façon de s’exprimer sur le sujet.

Pour conclure, il faut savoir qu’à présent tous ceux du métier du son disposent du meilleur matériel possible. Ce n’est donc pas ce matériel qui est en cause mais son choix adapté et la manière de s’ens ervir. Quant aux fadaises qui consistent à affirmer haut et clair que l’audition d’un enregistrement en «haute définition» (24 bits/96Khz par exemple) est bien meilleure que celle du CD (16 bits/44,1 Khz), il y a de quoi se marrer: toutes les écoutes comparatives en aveugle effectuées sur divers matériels de très haut de gamme, réglages de niveau parfaitement au point, ont abouti à une impossibilité de détecter la moindre différence audible ! Des ingénieurs, accrocs du beau son aux Etats-Unis, ont d’ailleurs développé ce constat dans des ouvrages largement publiés, notamment sur Internet, pour parvenir aux mêmes conclusions. Si toutes nos prises de son sont effectuées dans ce format dit HD, c’est uniquement parce qu’il est moins fragile aux manipulations de la post-production, c’est-à-dire essentiellement le montage. Il y a par contre beaucoup à dire quant à la qualité des pressages ou des gravures et des diverses manipulations qui les précèdent, aussi bien qu’à celle des lecteurs CD.
A bon entendeur, salut !

L’enregistrement stéréophonique multicanal

Depuis plusieurs années, les enregistrements BNL et Syrius sont tous réalisés en multicanal, c’est à- dire, selon le cas, avec 4 ou 6 micros confortablement écartés et disposés selon une arc de cercle très ouvert. Nous avons abandonné définitivement le «micro central» qui ne sert strictement à rien, sauf à chagriner ceux qui entendent le soi-disant «trou dans le milieu», lequel n’existe pas dans la vraie prise de son stéréo telle que nous l’avons décrite.

Entendons-nous bien: seuls deux de ces 4 ou 6 micros sont utllisés pour la gravure en stéréo et leur disposition réglée sur place en conséquence.
Toujours à la recherche de la plus grande proximité possible entre l’auditon du concert en direct et celle de l’écoute sur une bonne chaîne HiFi, nous avons là aussi respecté la disposition micros/hautparleurs.
Une telle écoute en multicanal est presque asymptotique de la réalité et nous n’avons pas d’autre commentaire que celui-ci: on est pratiquement assis dans la salle de concert, l’auditorium ou l’église. Quelle bouffée de plaisir sonore musical ! (eh ! oui, la musique est avant tout basée sur le son).
Pendant deux années consécutives, nous avons sorti une quarantaine d’enregistrements en double version: stéréo et 5 canaux, les deux vendues au prix d’un.

Les ensembles pour écouter ces CDs en 5 canaux existent par dizaines dans le commerce et il s’en est vendu des dizaines de milliers. Malheureusement, ils étaient affligés de l’étiquette «home cinéma» -
nous n’avons rien contre le procédé - et, dans l’esprit du mélomane classique, cette épithète lui conférait une connotation «variétés». C’est du moins la raison que nous soupçonnons être la cause de l’insuccès total de l’expérieuce. Peut-être une sorte d’intolérance ? Actuellement, peu de mélomanes disposent de lecteurs et d’installations leur permettant de profiter du voyage mais nous stockons précieusement tous nos fichiers multicanaux pour le jour où...

Que l’on se rassure, l’auteur de ces lignes est un passionné de musique et n’exerce ce métier que pour cette raison, tant est grand le plaisir qu’il prend à cotoyer et accompagner les merveilleux musiciens qui lui font l’honneur de leur fidélité. C’est bien animé de cet état d’esprit que nous restons soucieux de
ne pas les trahir par une médiocre restitution de leurs prestations.

Il y a sur cette terre bon nombre de mélomanes qui sont autant attachés à la qualité et à l’esthétique «naturelle» des enregistrements qu’à la musique elle-même. Je veux dire par là qu’ils ont la conviction - souvent innée - qu’un total plaisir musical passe obligatoirement par un profond respect de ce qu’à voulu le musicien en contact étroit avec son «producteur» et le même respect de l’environnement sonore.
Comment expliquer autrement que depuis des lustres des facteurs d’instruments de tous genres se soient évertués à mettre au point et à fabriquer de si merveilleuses choses que des «ingénieurs du çon» (ou soidisant tels) s’ingénient à flanquer à bas, souvent en utilisant des moyens fort couteux et en s’appuyant sur des «théories» absurdes et indéboulonnables.

Je pense que nous ne sommes qu’une poignée au monde à bien avoir pris conscience de ce que doit être un enregistrement de musique classique et je me targue d’en faire partie. Je ne m’appuie pas sur mon seul avis pour être aussi affirmatif; pendant une quarantaine d’années, le fameux constructeur de matériel Hi-fi, Georges Cabasse (dont la réputation n’est plus à faire), a fait appel à moi pour les documents sonores destinés à la présentation de ses appareils et encore aujourd’hui, la maison, qui a changé de mains, continue d’utiliser mes disques. La non moins célèbre firme anglaise B & W (Bowers &Wilkins) les a utilisés dans quelques-uns de ses salons. Ceci est conforté par l’avis quasi-unanime des musiciens (et nombre d’entre eux enregistrent ou ont enregistré - avant - ailleurs que chez moi).
Pour les enregistrements, nous transportons avec nous un studio complet d’où l’esbrouffe est totalement absente. Le choix des divers éléments n’est pas forcément en rapport avec leur prix et leur taille mais plus souvent le fruit de nombreuses comparaisons, lesquelles réservent parfois de curieuses surprises. Nous n’en donnerons pas ici le détail mais: micros, câbles, enregistreurs multipistes haute définition, haut-parleurs de contrôle (4 ou 6), amplificateurs (surtout pas de casque !), etc..., font l’objet de choix rigoureux. Le principe qui nous a toujours guidés est celui-ci: moins il y a d’objets (j’oserais dire d’obstacles) entre la source musicale et l’auditeur du disque et mieux on se porte.
Il fut une époque - remontant à plus de vingt ans - où les grandes revues spécialisées comptaient dans leurs rangs des rédacteurs qui adhéraient totalement à cette conception de l’enregistrement et nous reconnaissaient ainsi par leurs articles élogieux. Ces temps sont révolus et - à l’exception de très rares supports - ces compliments vont exclusivement à ceux qui portent surtout leurs efforts financiers à l’insertion de pages entières de publicité, exploitant sans vergogne la naïveté d’un certain nombre de lecteurs.

Comme dans bien des domaines, seul l’argent compte !
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Juin 2017 7:53

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Juin 2017 8:46

Merci pour cet interview

Difficile pour moi de commenter, n'étant pas ingénieur du son, mais il me semble que rien n'interdit de faire une bonne prise de son multicanal pour la transposer en bicanal de façon naturelle à condition que le ttt informatique tienne compte des delay et des divers emplacements des micros, comme avec le système 4D de DG (a moins que ces derniers aient abandonné cette tecnoloie)
Sinon je suis en accord avec leur philosophie : en musique classique, retranscrire l'expérience auditive d'un auditeur de concert
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4808
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 27 Juin 2017 10:08

Powerdoc a écrit:Merci pour cet interview

Difficile pour moi de commenter, n'étant pas ingénieur du son, mais il me semble que rien n'interdit de faire une bonne prise de son multicanal pour la transposer en bicanal de façon naturelle à condition que le ttt informatique tienne compte des delay et des divers emplacements des micros, comme avec le système 4D de DG (a moins que ces derniers aient abandonné cette tecnoloie)
Sinon je suis en accord avec leur philosophie : en musique classique, retranscrire l'expérience auditive d'un auditeur de concert



J'y reviendrai plus tard car j'en ai discuté très précisemment avec B. Neveu et Ph. Muller. L'introduction de delay n'est pas compatible.

Bernard enregistre tout en 6 canaux. Il extrait 2 canaux pour faire les CD 2.0. Aucun traitement n'est nécessaire dans son cas.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 27 Juin 2017 12:56

oso a écrit:
Powerdoc a écrit:Merci pour cet interview

Difficile pour moi de commenter, n'étant pas ingénieur du son, mais il me semble que rien n'interdit de faire une bonne prise de son multicanal pour la transposer en bicanal de façon naturelle à condition que le ttt informatique tienne compte des delay et des divers emplacements des micros, comme avec le système 4D de DG (a moins que ces derniers aient abandonné cette tecnoloie)
Sinon je suis en accord avec leur philosophie : en musique classique, retranscrire l'expérience auditive d'un auditeur de concert



J'y reviendrai plus tard car j'en ai discuté très précisemment avec B. Neveu et Ph. Muller. L'introduction de delay n'est pas compatible.

Bernard enregistre tout en 6 canaux. Il extrait 2 canaux pour faire les CD 2.0. Aucun traitement n'est nécessaire dans son cas.


Il serait interessant d'avoir l'avis d'Igor sur le sujet, mais vu de très loin, même si je respecte la formidable expertise de la personne interviewé, j'ai peur que des propos aussi tranchés : 2 voies sinon rien, me font penser à des propos un peu sectaire. En régle générale, la technique n'est qu'un moyen et jamais le but
Après je suis toujours preneur de très belles prises de son
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4808
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 27 Juin 2017 13:33

Pourquoi "2 canaux sinon rien"? Bernard enregistre en 6 canaux!

Les prise de son sont vérifiées sur place, non pas avec un casque, mais avec....6 enceintes. C'est sur que ça fait plus transpirer, mais ça permet de valider sur place ce qu'on fait (en 2 ou 6 canaux d'ailleurs). Qui dit mieux? Je trouve dommage l'accusation de sectarisme lorsque des gens se donnent la peine d'aller jusqu'au bout d'une démarche qui a la physique pour elle, à défaut de la facilité.

Avec le déplacement des enceintes lors des sessions d'enregistrement (à travers l'Europe), Bernard peut vérifier que la transcription sur enceinte sera conforme à la réalité, en termes de timbres et de géométrie. N'est ce pas une garantie que peu de preneurs de sons sont capables d'offrir?

Il ne faudrait pas confondre rigueur et sectarisme. :wink:

Aucune prise de son multimicro, binaurale ou même avec un couple rapproché de saurait approcher autant la réalité. Mais pour le savoir, il faut l'avoir expérimenté. Bernard est, avec G. Cabasse, un pionnier dans ce domaine. Si vous etes habitué des concerts classiques, vous comprendrer très vite ce que je veux dire en comparant une enregistrement BNL (ou passavant: même école) au tout venant.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 27 Juin 2017 16:24

oso a écrit:Pourquoi "2 canaux sinon rien"? Bernard enregistre en 6 canaux!

Les prise de son sont vérifiées sur place, non pas avec un casque, mais avec....6 enceintes. C'est sur que ça fait plus transpirer, mais ça permet de valider sur place ce qu'on fait (en 2 ou 6 canaux d'ailleurs). Qui dit mieux? Je trouve dommage l'accusation de sectarisme lorsque des gens se donnent la peine d'aller jusqu'au bout d'une démarche qui a la physique pour elle, à défaut de la facilité.

Avec le déplacement des enceintes lors des sessions d'enregistrement (à travers l'Europe), Bernard peut vérifier que la transcription sur enceinte sera conforme à la réalité, en termes de timbres et de géométrie. N'est ce pas une garantie que peu de preneurs de sons sont capables d'offrir?

Il ne faudrait pas confondre rigueur et sectarisme. :wink:

Aucune prise de son multimicro, binaurale ou même avec un couple rapproché de saurait approcher autant la réalité. Mais pour le savoir, il faut l'avoir expérimenté. Bernard est, avec G. Cabasse, un pionnier dans ce domaine. Si vous etes habitué des concerts classiques, vous comprendrer très vite ce que je veux dire en comparant une enregistrement BNL (ou passavant: même école) au tout venant.



Les 6 micros c'est pour les enregistrements multicanaux , si c'est une piste CD c'est une selection de 2 canaux sur les 6.
Pour le sectarisme, je ne fait pas référence au fait d'aller juste au bout de sa démarche , ce que je trouve très bien, c'est de dénigrer les autres et de dire qu'en dehors de sa manière de travailler pour le classique point de salut. Cela ne rement en rien la qualité de leur travail que je ne critique aucunement.
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4808
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 27 Juin 2017 16:39

Ce qui est en jeu, c'est le fait que ces gens là ont comparé les différentes méthodes en se référent toujours au direct.

Ils ont choisi la technique qui permet de rapprocher au plus près la copie de l'original. il l'ont fait non seulement pour contrôler leur travail au jour le jour (conception d'enceintes pour G. Cabasse, edition musicale pour B. Neveu; Philippe a travaillé chez Cabasse, puis BW et dirige maintenant son propre studio et label), mais également pour des démo en publique. Je pense que ça donne le droit de porter un jugement sur l'état de l'art.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 27 Juin 2017 17:31

oso a écrit:Ce qui est en jeu, c'est le fait que ces gens là ont comparé les différentes méthodes en se référent toujours au direct.

Ils ont choisi la technique qui permet de rapprocher au plus près la copie de l'original. il l'ont fait non seulement pour contrôler leur travail au jour le jour (conception d'enceintes pour G. Cabasse, edition musicale pour B. Neveu; Philippe a travaillé chez Cabasse, puis BW et dirige maintenant son propre studio et label), mais également pour des démo en publique. Je pense que ça donne le droit de porter un jugement sur l'état de l'art.



Leur avis est tout à fait légitime (pour ce qui est de Philippe Muller, j'ai son disque de démo de son studio Passavent) , mais instinctivement je me méfie des avis trop tranchés c'est tout.
Pour ce qui est des normes CD versus HD, j'abonde tout à fait dans leur sens
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4808
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Témoignage

Message » 27 Juin 2017 18:08

Powerdoc a écrit: serait interessant d'avoir l'avis d'Igor sur le sujet, mais vu de très loin, même si je respecte la formidable expertise de la personne interviewé, j'ai peur que des propos aussi tranchés : 2 voies sinon rien, me font penser à des propos un peu sectaire. En régle générale, la technique n'est qu'un moyen et jamais le but
Après je suis toujours preneur de très belles prises de son


Bien volontiers Powerdoc (intoxiqué au Béryllium :wink: ).

Comme je l'ai écris dans mon post, chaque technique d'enregistrement (2 micros et variantes, multi micros.....) peut aboutir au meilleur :D ou au pire :mdr: .

Tout dépend de la qualité de la salle d'enregistrement joint au talent de l'Ingénieur du Son.

J'ai entendu quelques prises de son de Bernard Neuveu, je les ai trouvé fort bonnes, une petite anecdote à ce sujet, une organiste pour qui j'ai réalisé un magnifique enregistrement pour Calliope sur le Cavaillé Coll de Lyon me disait "Dans le milieu des organistes les 2 Ingénieurs du Son considérés comme les meilleurs sont Bernard Neuveu et Igor Kirkwood".
Et pourtant la technique d'enregistrement n'est pas la même.
Voilà Powerdoc qui doit relativiser certains propos...disons excessifs.

Un souvenir aussi, vers 1993, Bernard Neuveu m'a appelé au téléphone à propos de difficultés de mises en œuvre du premier logiciel de montage informatique le Sound Designer II de Digidesign, à l'époque je réalisais mes enregistrements directement sur ordinateur avec une sauvegarde numérique; je l'ai aidé à résoudre son problème .
Ingénieur du Son
Yamaha NS-1000x actives FIR powered by Ohl....
general-haute-fidelite/le-systeme-d-igor-kirkwood-ep-i-ep-viii-episode-ii-t30037828.html
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6451
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 27 Juin 2017 18:20

Igor Kirkwood a écrit:
Powerdoc a écrit: serait interessant d'avoir l'avis d'Igor sur le sujet, mais vu de très loin, même si je respecte la formidable expertise de la personne interviewé, j'ai peur que des propos aussi tranchés : 2 voies sinon rien, me font penser à des propos un peu sectaire. En régle générale, la technique n'est qu'un moyen et jamais le but
Après je suis toujours preneur de très belles prises de son


Bien volontiers Powerdoc (intoxiqué au Béryllium :wink: ).

Comme je l'ai écris dans mon post, chaque technique d'enregistrement (2 micros et variantes, multi micros.....) peut aboutir au meilleur :D ou au pire :mdr: .

Tout dépend de la qualité de la salle d'enregistrement joint au talent de l'Ingénieur du Son.

J'ai entendu quelques prises de son de Bernard Neuveu, je les ai trouvé fort bonnes, une petite anecdote à ce sujet, une organiste pour qui j'ai réalisé un magnifique enregistrement pour Calliope sur le Cavaillé Coll de Lyon me disait "Dans le milieu des organistes les 2 Ingénieurs du Son considérés comme les meilleurs sont Bernard Neuveu et Igor Kirkwood".
Et pourtant la technique d'enregistrement n'est pas la même.
Voilà Powerdoc qui doit relativiser certains propos...disons excessifs.

Un souvenir aussi, vers 1993, Bernard Neuveu m'a appelé au téléphone à propos de difficultés de mises en œuvre du premier logiciel de montage informatique le Sound Designer II de Digidesign, à l'époque je réalisais mes enregistrements directement sur ordinateur avec une sauvegarde numérique; je l'ai aidé à résoudre son problème .


Merci pour cette intervention :bravo:
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4808
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 27 Juin 2017 19:30

Je m'en tiens à ce que j'observe chez moi: les prises de son selon les principes développés par Cabasse sont à la fois très larges, profondes et provoquent une impression de "grandeur nature". Avec deux micros rapprochés, c'est toujours très centré au milieu et l'impression d'espace n'intervient qu'on ressert de beaucoup le triangle (c'est saisissant, on a alors l'impression de rentrer dans une bulle). AU casque, ça marche aussi, et ce n'est pas étonnant.

DOnc deux types prises de son, mais pas équivalentes en terme de résultat.

Quels sont les avantages de la prise de son avec des micros séparés de quelques dizaines de cm seulement, en comparaison avec des micro omni, droits, séparés de plusieurs metres, comme les enceintes?

Powerdoc: réécoutez les Passavant en comparaison avec d'autres type de prises de son et vous verrez que la différence est.... tranchée :wink:
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 27 Juin 2017 22:28

La technique d'Igor se rapproche plus de celle de Kisselhof - stéréo de Phase - que celle de BNL / Ph. Muller.
L'avantage me semble être un plus grand respect de la dimension des instruments dans leur environnement acoustique.
Et les BNL présentent quelque fois une proximité plus marquée, moins d'aération, même si les timbres sont somptueux (diversité).
ABF
 
Messages: 83
Inscription: 01 Jan 2007 20:36
Localisation: Alsace
  • offline

Message » 27 Juin 2017 22:50

c'est justement l'aération qui me séduit beaucoup chez eux. Les enregistrements réalisés au studio Passavant par exemple "respirent" beaucoup en comparaison avec des tas d'autres pour lesquels le medium me semble toujours un peu accentué, et la scène ramassée au centre, parfois embrumée par des excès de réverberation.

De même, le respect de la taille des instruments, du mouvement des interpretes font que j'ai toujours du mal à retourner à autre chose. C'est difficile d'écrire sur les sensation auditives, mais c'est une impression très forte quand je passe ces CD chez moi.

Il est vrai que j'ai des enceintes plutot linéaires et peu directives qui sont conçues pour etre le prolongement de ce type d'enregistrements très "droits". D'accord avec vous sur l'extraordinaire palette de timbres, sans oublier la dynamique que l'on ne retrouve que très difficilement ailleurs.

Je ne crois pas me tromper en avançant que PM et BN enregistrent en stéréo de phase jusque dans le grave (écartement important).
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 27 Juin 2017 23:21

Oui mais peut-on encore parler de stéréo de phase lorsque l'écartement des deux micros est bien supérieur que les logururs d'onde dans le medium ?
ABF
 
Messages: 83
Inscription: 01 Jan 2007 20:36
Localisation: Alsace
  • offline

Message » 27 Juin 2017 23:49

Discussion o combien intéressante pour un preneur de son que je considère comme l'un des plus grands. Mais je regrette un point de vue trop étroit. Nous pratiquons dans notre label la prise de son stereophonique. Je suis un grand fan de la prise AB quoique dans ma pratique une trop grande distance entre les micros donne une précision hasardeuse des sources en gros l'écartement dépendra de la situation de la largeur de la scène sonore de la quantité de reverb etc etc.. on obtuent de très bons résultats avec un petit AB à 60 cm selon les cas.. en fait on doit garder au maximum la philosophie d'un nombre minimal de micros... et deux c'est largement suffisant pour 95% des cas. J'aime aussi beaucoup la technique de phase et d'intensité et je regrette qu'elle soit balayée d'un revers... peut-être que même B. Neveu ne la maitrise pas ? Dans un acoustique très reverberante avec un petit ensemble des micros sur mesure ayant une linéarité proche voire similaire aux omnis (excepté dans le grave) je demande à entendre plus approprié... que dire également de la prise decca tree qui a aussi fait ses preuves et bon nombres de prises multimicros qui sont fort bien réalisées. Au sujet de P.Muller je n'adhère pas à toutes ses productions qui sont souvent remarquables d'un point de vue timbral mais incohérente d'un point de vue image.. surtout au casque. Une bonne prise doit être crédible aussi bien au casque qu'aux enceintes.
Soyons ouverts et écoutons le résultat. . Ils y a des grands dans toutes les techniques.
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2419
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message