Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Yahoo [Bot] et 7 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

quelles sont vos CD pout tester un système

Message » 28 Déc 2003 22:39

LaurentD a écrit:pour le prochain, si tu peux essayer de faire un CD capable de mettre un peu plus à mal les systèmes, comme disque "test" cela serait plutot pas mal. J'ai trouvé le 1er, " un peu trop facile" . Il sonne bien certes, mais il ne va pas assez "loin" ... pour pousser un systeme dans ces dernier retranchements.

my 0.02 cents

Laurent


ta bien raison!!!!

Pour moi les meilleurs CD de test sont ceux qui mettent a mal les systemes, ou les plus degueux, sinon ce passer du Patricia Barber ou du Diana krall n apporte rien du tout en guise de test.

Philippe
BPhil
 
Messages: 8449
Inscription: 13 Juil 2001 2:00
Localisation: 95
  • offline

Annonce

Message par Google » 28 Déc 2003 22:39

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 28 Déc 2003 22:44

A part le fait de nous rassurer sur la bonne tenue de cette écoute avec ces propres disques que l'on écoute au quotidien...

Parce que les disques de démo, hein... :roll:
tazz
 
Messages: 4906
Inscription: 08 Fév 2001 2:00
Localisation: Au près de mon arbre...

Message » 29 Déc 2003 1:17

BPhil a écrit:
LaurentD a écrit:pour le prochain, si tu peux essayer de faire un CD capable de mettre un peu plus à mal les systèmes, comme disque "test" cela serait plutot pas mal. J'ai trouvé le 1er, " un peu trop facile" . Il sonne bien certes, mais il ne va pas assez "loin" ... pour pousser un systeme dans ces dernier retranchements.

my 0.02 cents

Laurent


ta bien raison!!!!

Pour moi les meilleurs CD de test sont ceux qui mettent a mal les systemes, ou les plus degueux, sinon ce passer du Patricia Barber ou du Diana krall n apporte rien du tout en guise de test.

Philippe


Mouais... pas convaincu...

Fais-tu du stock-car avec une voiture que tu essayes ? pour tester les air-bags ? :wink:

Pour moi, amha, la hi-fi apporte la musique dans mon salon, comme si j'étais au concert... Quelque soit le type de musique.
Donc Nightclub de Patricia Barber mettra autant à mal un système (pour reprendre tes mots) que Wagner ou encore IAM...
Tout est question d'ambiance.

Après, il est clair qu'il est important d'écouter plusieurs types de musiques. Et surtout les musiques que l'on écoute... rien ne sert de balancer du rap, de la techno ou de l'opéra si on n'en écoute pas.
En revanche, si on écoute de tout ça (c mon cas), il faut un système polyvalent... et ce n'est pas si simple que ça à trouver.
ganymede44
 
Messages: 5974
Inscription: 05 Juil 2003 17:07
Localisation: Naoned - Breizh
  • offline

Message » 29 Déc 2003 11:12

ganymede44 a écrit:

Mouais... pas convaincu...


on parle de disque "test". Cela veux dire qu'avec 4 ou 5 disques et 1 heure, tu dois pouvoir te faire un bonne idée de l'élément ou du systeme que tu écoute. Et c'est loin d'etre si évident. Alors autant pas perdre trop de temps à tourner autour du pot.

ganymede44 a écrit:
Fais-tu du stock-car avec une voiture que tu essayes ? pour tester les air-bags ? :wink:


Les airbag, je prefère pas essayer en effet. Mais quand je teste un truc, un voiture si tu veux, je vais au max ( de ce que je peux en faire, ou de ce qu'elle peut donner ). Je teste quoi !

ganymede44 a écrit:
Pour moi, amha, la hi-fi apporte la musique dans mon salon, comme si j'étais au concert...


ca c'est un autre sujet ;-)

ganymede44 a écrit:
Quelque soit le type de musique.
Donc Nightclub de Patricia Barber mettra autant à mal un système (pour reprendre tes mots) que Wagner ou encore IAM...
Tout est question d'ambiance.


Désolé, mais avec ce genre, j'accroche pas :oops: ; Et je ne pense vraiment pas que cela puisse servir de "référence" pour "tester" les qualités/défauts d'un systeme. Mais si tu y arrives c'est là l'essentiel pour toi.

ganymede44 a écrit:
Après, il est clair qu'il est important d'écouter plusieurs types de musiques. Et surtout les musiques que l'on écoute... rien ne sert de balancer du rap, de la techno ou de l'opéra si on n'en écoute pas.
En revanche, si on écoute de tout ça (c mon cas), il faut un système polyvalent... et ce n'est pas si simple que ça à trouver.


En effet, mais certaines fois - hors des tests - j'aime bien passer des trucs que je n'ai pas l'habitude d'écouter; ca débouche un peu les oreilles :wink:
LaurentD
 
Messages: 2115
Inscription: 27 Fév 2002 2:00
Localisation: Dpt 78
  • offline

Message » 29 Déc 2003 11:37

Pour commander le cd test de BW, il suffit d'envoyer un chèque de 15 euros à cette adresse (à l'odre de B&W)
B&W Loudspeaker France
Domaine des Algorithmes
Immeuble Esope
91190 Saint-Aubin
France


Voilà... :wink:


Charles
moirasc
 
Messages: 2813
Inscription: 11 Déc 2001 2:00
Localisation: (Balle de) 6-3
  • offline

Message » 29 Déc 2003 13:53

Concernant les disques à emporter : un mélomane possède une discothèque fournie ; aucun problème pour lui : il n'a qu'a choisir.

Le choix de l'un ne convient pas nécessairement à l'autre. Il existe trop de chapelles musicales pour que l'on puisse déterminer une sélection universelle. En musique rock, il existe un nombre de courants phénoménal et je pense que tout le monde n'aime pas tout. En jazz, c'est tout aussi difficile (quel rapport y a-t-il entre Count Basie, Carla Bley, John Coltrane...). En musique classique, il existe trop de styles, de périodes et de sensibilités. Il y a des mélomanes qui ne supportent ni la musique baroque ni la musique symphonique. La 5ème de Mahler ne leur conviendra pas. Il y a ceux qui ont leurs orchestres fétiches : Berlin ou Vienne ou Amsterdam ou Boston... et qui ne supporteront pas d'en écouter d'autres. Il y a de nombreux amateurs de piano qui trouvent qu'Hélène Grimaud en fait des tonnes, d'autres qui ne jurent que par elle ; ceux qui espèrent un jour tirer le plus d'informations de leurs vieux enregistrements d'Yves Nat... Et puis il y a, aussi, ceux qui recherchent la fidélité la plus absolue : entendre le piano comme s’ils étaient dans la salle de concert ou comme si le piano était dans leur salon. Avec ceux-là, on ne triche pas ; ils connaissent trop bien le son des vrais instruments, ne supportent pas qu’un preneur de son ajoute de la réverbération ou utilise un compresseur, savent très bien qu’un chanteur lyrique ne produit pas la même chose à 10 mètres qu’à quelques dizaines de centimètres d’un micro (cela ne les intéresse pas d’entendre les amygdales s’entrechoquer)... En jazz, il y a ceux qui ne fréquentent que les grands festivals et qui n’entendent les musiciens qu’à travers une sonorisation ; d’autres ne fréquentent que des très petits clubs dans lesquels il n’y a ni micro ni sonorisation ; d’autres encore fréquentent les deux...

Et puis, il y a des notions toutes relatives et très personnelles de ce qu’est un timbre (pas en classique parce que les timbres de référence sont définis par le son naturel des instruments) ou la dynamique. En rock où il n’existe aucun disque qui ne soit compressé (ou alors si peu), la notion de dynamique est toute différente et purement subjective alors qu’en musique strictement acoustique, la dynamique correspond à une notion scientifique précise. Un disque qui a une sacrée pêche n’est pas nécessairement un disque dynamique au sens scientifique du terme. Voilà pourquoi, il faut faire très attention au vocabulaire employé ; le mieux est de s’en tenir au sens exact des mots, ce qui limite les erreurs d’interprétation. Mais tout n’est pas simple : quand on est preneur de son, on apprend vite que pour un musicien et un technicien, certaines choses ne sont pas référencées de façon comparable. Le médium de la hifi est centré sur 1kHz, parce que sur l’échelle logarithmique allant de 20 à 20 kHz, cette fréquence se situe au milieu. Pour un pianiste, le médium se situe à 440 Hz parce que le LA correspondant se situe au centre du clavier.

L’orgue est un instrument puissant mais pas très dynamique dans l’absolu, pourtant il peut être monstrueux ; un piano offre une richesse dynamique beaucoup plus élevée. Pour matérialiser la dynamique, il existe une façon très simple de procéder. Prenez votre ordinateur et un logiciel de gravure. Importez de nombreux exemples très différents et comparez les représentations graphiques des fichiers sur votre écran. Les musiques les plus dynamiques sont celles qui présentent les courbes les plus tourmentées. Vous remarquerez très vite que beaucoup de morceaux dits pêchus ne modulent presque pas et se maintiennent à un niveau permanent situé très près de la ligne de crête, preuve qu'il y a très forte compression. De toutes façons, il y a une chose qui ne trompe pas : un enregistrement réellement dynamique a un niveau de gravure moyen assez bas obligeant à augmenter fortement le volume de reproduction, parce qu’il faut laisser suffisamment de marge à la dynamique. Je vous recommande, si vous possédez le Cd B&W vol.1, d’observer les crêtes présentes sur les pistes 15 et 16 pour voir ce qu’est la dynamique non compressée au sens physique du terme. Les crêtes les plus élevées parviennent au 0dB, tandis que la valeur moyenne reste très basse. Voilà pourquoi, il faut augmenter très fortement le volume de la chaîne pour les écouter. Certains logiciels, comme WaveLab, permettent même de chiffrer les valeurs exactes telles que : niveau efficace et niveau crête. Attention de ne pas inclure de passages vides dans l'analyse, cela fausserait inutilement la mesure.

Attention ! il ne faut pas confondre disque de démo et disque d’évaluation. Un disque de démo est fait pour mettre en valeur un matériel avec des choses qui passent bien dessus. Un disque d’évaluation est un outil de travail qui doit permettre d’évaluer les qualités d’un matériel. Le disque B&W fait partie de cette catégorie. Il ne s’adresse pas aux amateurs de rock ou de sensations fortes (j’espère qu’ils ont des disques personnels pour cela) mais à ceux qui recherchent la fidélité des timbres acoustiques réels et à retrouver, sur un seul disque, un certain nombre d’exemples pratiques. C’est aussi un disque d’initiation pour ceux qui découvrent la haute-fidélité. Les guitares sont enregistrées en véritable acoustique, avec des micros ; ce ne sont pas des électroacoustiques branchées dans une console. Même la guitare Jazz amplifiée a été enregistrée avec des micros. Ce disque n'a pas été prévu pour satisfaire ceux qui écoutent de la musique amplifiée pour lesquels tout existe déjà. L'intérêt de posséder un disque non compressé est qu'il permet de pister de nombreux problèmes comme le traînage ou un très lèger déséquilibre. Il a un seul gros défaut : il faut être un habitué de la musique strictement acoustique non sonorisée pour pouvoir l'utiliser à bon escient sinon, je comprends que l'on puisse se demander à quoi il peut bien servir.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 29 Déc 2003 14:06

oui, c'est en cela que je disais plus haut qu'il "sonnait" bien. Il est assez fidèle sur les timbres, et en cela il peut faire un bon disque de test ou d'évaluation ( et un grand nombre d'instruments y sont présents ). Toutefois, il faudra qqs autres CDs pour mener une évaluation plus en profondeur sur d'autres critères.

voilou
L
LaurentD
 
Messages: 2115
Inscription: 27 Fév 2002 2:00
Localisation: Dpt 78
  • offline

Message » 29 Déc 2003 14:13

Merci Philippe pour tes commentaires très justes et très intéressants.
ganymede44
 
Messages: 5974
Inscription: 05 Juil 2003 17:07
Localisation: Naoned - Breizh
  • offline

Message » 29 Déc 2003 14:25

Toutefois, il faudra qqs autres CDs pour mener une évaluation plus en profondeur sur d'autres critères.

C'est exactement ce qu'il faut faire d'autant plus qu'aucun disque, dont le mien bien entendu, ne peut prétendre à la plus absolue perfection et, pourtant, Dieu saît que nous y avons passé du temps.

La question était simple : qu'est-ce que les gens n'ont pas nécessairement chez eux et que pouvons-nous leur apporter ? De ce point de vue, je pense que nous avons au moins le mérite d'avoir réalisé quelque chose qui ne fait pas doublon.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 29 Déc 2003 15:02

M'sieur Muller : chapeau pour les explications et pour ton insistance à vouloir utiliser le mot juste, car les revues de hifi à force d'user de mots détournés de leur sens ont fini par brouiller les pistes : le mot dynamique, par exemple, utilisé à tord et à travers, comme médium et aigu du reste...

Juste un tout petit truc le la 440 n'est pas au centre du clavier du piano : il se trouve plus à droite.

Pour un pianiste, :wink: le médium c'est à peu près du fa sous la serrure au si qui suit celui dont vous parlez et se trouve à droite de la serrure ... qui est déjà très aigu rapporté à la voix humaine !

Pour qualifier le piano, je parlerais aussi des attaques qui sont terribles sur cet instrument dont la puissance dépend de la vitesse avec laquelle le marteau frappe la corde, les deux ou les trois cordes selon la hauteur de la note. Peu d'instruments de musique ont des attaques aussi violentes à part les percussions... mais le piano est un instrument de percussion...

De nombreux pianistes oublient du reste, le conseil de Debussy : jouer en faisant oublier que le piano à des marteaux...


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Déc 2003 15:15

D'accord pour le LA à droite mais cette note évoque beaucoup plus de choses pour le non initié et la différence entre 440 Hz (valeur symbolique mais n'entrons-pas dans le débat du 441 ou 442 Hz) et 1kHz est tellement énorme qu'elle permet déjà d'imaginer quelle importance il faut accorder à la précision. Là, je l'avoue, j'ai utilisé une imprécision assez grossière pour en illustrer une autre. Bien vu et honte à moi !
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 29 Déc 2003 15:41

Philippe Muller a écrit:D'accord pour le LA à droite mais cette note évoque beaucoup plus de choses pour le non initié et la différence entre 440 Hz (valeur symbolique mais n'entrons-pas dans le débat du 441 ou 442 Hz) et 1kHz est tellement énorme qu'elle permet déjà d'imaginer quelle importance il faut accorder à la précision. Là, je l'avoue, j'ai utilisé une imprécision assez grossière pour en illustrer une autre. Bien vu et honte à moi !


On pourrait dire aussi : le La 440 c'est la tonalité du téléphone filaire.

Quant au diapason ! Il monte depuis assez longtemps ! Avant et après guerre les orchestres anglais jouaient un peu plus haut que nous qui étions à 439... comme nos pianos à queue français !

C'est rien un ou deux Hz... sauf que...

Par exemple quand la Philharmonie de Berlin vient à Paris, ça pose des problèmes pour l'accord du piano s'il y a un soliste... car cet orchestre joue avec un diapason élevé (environ 442) alors qu'à Paris c'est plutot plus bas ! Et nos pianos sont habitués à un accord calé sur un Diapason. Et surtout plus le concert avance plus le diapason de l'orchestre grimpe et parfois pas qu'un peu!

Tandis que le piano ne bouge pas ou se désaccorde insensiblement.

C'est rien un hz ! Sauf que le piano tiens moins bien l'accord si on le tire un peu, et que ses quintes et ses octaves se mettent à déconner, sauf que ça "bat" avec le reste de l'orchestre... c'est rien, c'est énorme et ça s'entend !

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 30 Déc 2003 12:35

Sur le piano, ce sont souvent les unissons qui se défont et, bien plus rapidement qu’on l’imagine. Le résultat est tout à fait comparable et donne très rapidement l’impression que le piano est totalement faux.

Lors d’un enregistrement, la grande maladie de trop de musiciens est d’abuser du montage, chose contre laquelle je me bat chaque fois. Quelques rustines sont admissibles mais l’excès de montages tue l’élan général et donc la musicalité. Avant l’enregistrement, ils sont tous contre le montage mais en cours de route, quand ils comprennent ce que l’on peut faire, ils se jettent à corps perdu dans la cuisine. Comme il s’agit de raccorder des bouts de prises distants parfois de plus d’une heure, les unissons ne sont jamais totalement superposables malgré la présence permanente de l’accordeur. Cela ne s’entend pas forcément beaucoup, sauf si l’accordeur est très mauvais mais, incontestablement il se passe quelque chose de subliminal qui tue le plaisir d’écoute. Le pire est qu’au concert, comme il n’y a pas de montages, le résultat sera forcément différent du disque.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 30 Déc 2003 12:50

Une question que fg44 et moi nous sommes posés hier en utilisant le CD B&W pour écoutes chez moi :

Les plages avec l'orgue (en Stéréo puis en DTS) ont elles été enregistrées simultanèment ? ou à deux reprises ?
On a noté des détails dans la prise DTS qu'on n'a pas remarqué dans la prise stéréo (quelqu'un qui tousse légèrement entre autres).

De plus, dans l'ensemble on a été moyennement satisfait des plages DTS. Une impression de perte de qualité sonore... en effet, la spacialisation de l'image sonore est impressionnante (reverberations de l'orgue par exemple), mais ça s'arrête là. L'écoute stéréo nous a beaucoup plus emballés quand à la reproduction "vraie" et naturelle du son. J'espère que je suis clair :-? .

A vrai dire sur le multicanal, il n'y a que le SACD qui pour l'instant nous plait à tous les deux...
Le DTS restant à nos oreilles un peu trop compressé et surtout perdant beaucoup de détail sur certains types d'instruments.
ganymede44
 
Messages: 5974
Inscription: 05 Juil 2003 17:07
Localisation: Naoned - Breizh
  • offline

Message » 30 Déc 2003 13:30

Les plages stéréo et dts ont été réalisées en même temps.

Nous aborderons la question du multicanal en profondeur mais un peu plus tard. Pour le moment, je déconseille formellement l'utilisation d'enceintes placées à l'arrière. Un arc de cercle de 180° me semble être un maximum qui ne doit pas être dépassé avec 5 canaux.

La technique employée ici oblige à utiliser cinq enceintes identiques ou totalement compatibles car les canaux appelés "improprement" canaux d'ambiances ne sont pas décorrélés.

Tout le monde est d'accord, le SACD ou le DVD-A sont de meilleure qualité que le dts. Dans le cas du CD B&W, l'idée était d'insérer des plages qui doivent être considérées comme une introduction au multicanal. Un SACD aurait obligé le possesseur du disque à disposer d'une machine spéciale. Le DTS permet à tout possesseur d'un système home-cinéma de qualité de découvrir le multicanal avec le matériel dont il dispose.

Mais ne jugeons pas si vite le dts. Quand le décodeur est excellent, les résultats sont plus convaincants qu'on ne le pense (même si SACD et DVD-A restent potentiellement supérieurs). J'invite ceux qui comprennent l'allemand à se procurer l'édition suisse de la revue Audio (numéro en cours). Dans ce numero se trouve un article relatant sur six pages une expérience vécue par un journaliste opposé au multicanal, à partir d'enregistrements encodés en dts.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message