Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Rapport qualité prix ?

Message » 18 Aoû 2017 22:25

lukou31 a écrit:Mouais... On a beau avoir les mêmes composants, si l'architecture est mal conçue le résultat ne sera pas à la hauteur quelle que soit la gamme. J'ai vu des amplis vides à l'intérieur et d'autres où il n'y a pas un pet de place (Accuphase par exemple). Ils auraient une qualité équivalente???


Un exemple plus simple, ce sont les appareils "relookés", comme les amplis chinois Dussun. Mark Levinson a fait mettre une plaque frontale avec sa marque Red Rose, rien ne change derrière. Prix de vente sous la marque Dussun : 200 euros. Prix de vente sous la marque Red Rose : 4000 $.

Pareil pour le lecteur de Blu-ray Oppo revendu sous la marque Lexicon, qui passe de 400 euros à 2000, si je me rappelle bien.
Ils n'ont même pas changé le chassis ! Ils l'ont vissé dans un second chassis.

lukou31 a écrit:la façon de faire les soudures et j'en passe.


Houlà ! Le son des soudures ! Là tu abordes un sujet chaud-bouillant ! Je cours me mettre à l'abri.

lukou31 a écrit: Maque plus que les incrustations de diamants...


Là, tu retardes. Parce que le diamant comme matériau audiophile, ça existe déjà. B & W fait des tweeters en diamant !
Pio2001
 
Messages: 5783
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Annonce

Message par Google » 18 Aoû 2017 22:25

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 18 Aoû 2017 22:41

certains aspects du fonctionnement d un systeme Hi-Fi ou de ses composants sont difficiles (impossibles?) à mesurer.

Si ils sont impossible à mesurer, ils sont alors impossible à concevoir, ou alors tout à fait fortuitement.
pm57
 
Messages: 1505
Inscription: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • online

Message » 18 Aoû 2017 23:42

Candide2 a écrit:Comme ca a fini en problemes philosophiques, ce n est pas impossible que ce soit un faux problème ou plutot une question indécidable. Pourtant, je ne le crois pas.


Je ne le crois pas non plus.
La discussion dérive toujours vers des arguments philosophiques pour une raison bien simple : on ne se base pas sur des observations concrètes.
L'objectiviste parle du son des câbles sans les écouter, le subjectiviste parle du son des câbles sans essayer le test ABX.

Sans aucun point de départ expérimental, la discussion ne peut que se limiter à de la philosophie.

Il faut é-cou-ter ! Avec ABX et sans ABX. Discuter de choses qu'on n'a pas essayées ne peut pas mener bien loin.

Candide2 a écrit:si comme maxitonic le souligne certains aspects du fonctionnement d un systeme Hi-Fi ou de ses composants sont difficiles (impossibles?) à mesurer, comme les régimes transitoires,


EDIT : voir deux messages plus bas.

Le régime transitoire peut être déduit du régime sinusoïdal à une condition : qu'il n'y ait jamais d'intermodulation.
Si toutes le distorsions d'intermodulation possibles et imaginables sont nulles, alors le régime transitoire sera entièrement descriptible à partir du régime sinusoïdal.
L'intermodulation est en quelque sorte une mesure de la différence de comportement entre les deux régimes.

Les mesures d'intermodulation sont souvent extrêmement limitées, incomplètes. On prend deux fréquences, à un niveau donné, et c'est tout.
Il existe une mesure d'intermodulation beaucoup plus massive : tracer le spectre de réponse à un signal ayant un spectre "en peigne", c'est-à-dire un amas de dizaines ou centaines de fréquences additionnées, et pas seulement deux. On regarde alors s'il y a "quelque chose" entre les pics.


Candide2 a écrit:J insiste: les limitations des mesures qu évoque maxitonic sont un probleme Interessant, voire central.


Je n'en suis pas sûr. Je pense que c'est un piège rhétorique. On se persuade que si on pouvait tout mesurer, il n'y aurait plus de discussion.

Cela ne fonctionne pas, parce qu'on ne pourra jamais tout mesurer. Mathématiquement, on peut définir le problème de façon assez complète, mais en pratique, les mesures sont soumises à des contraintes qui introduisent des taches aveugles.
Par exemple, quelle mesure permet de détecter de la compression de dynamique ?
Autre exemple, le bruit de quantification échappe à la plupart des mesures, car il disparaît dès qu'il n'y a plus de signal.
La compression mp3 est à classer dans le même panier. C'est un bruit parasite qui n'a lieu que lorsque certains signaux sont présents dans le contenu musical.

Pourtant, nous savons très bien mesurer l'amplitude d'une compression de dynamique. C'est facile. A condition qu'on nous demande de la mesurer. Sinon, on n'y pense pas.
Pareil pour la réverbération. S'il y en avait dans un ampli, elle échapperait à toutes les mesures (réponse en fréquence, distorsion, bruit... peut-être qu'on verrait quelque chose sur la phase, mais minime), tout en étant archi-audible.

Un clic qui se produit toutes trois minutes pourrait également échapper aux mesures, tout en étant insupportable à l'écoute.

J'ai une platine vinyle qui a un noise gate intégré dans sa sortie ligne. Essayez un peu de détecter ça à la mesure ! Tant que le banc de mesure envoie des signaux, le noise gate ne se déclenche pas. Il n'est activé que lorsqu'il détecte une queue de réverbération.
Eh bien à l'écoute, c'est assez horrible.

Candide2 a écrit:j aimerais deja qu on arrive à cerner quantitativement par des ensembles de mesures l ampleur des differences entre deux systemes différents disons seulement par une source numérique ou un cable. Je ne nie pas qu elles puissent exister, au moins de façon subtile, même si je n en entends guère et je pense qu elles existent (et sont corrélables à des mesures) entre amplis et dacs.


Ca on sait faire.
Pas parce qu'on a un analyseur universel, ou une série de mesures qui nous dirait tout, mais parce qu'avec une certaine connaissance du monde de la hifi, on sait déjà quoi chercher.
Par exemple, on ne va pas mesurer la distorsion harmonique d'un câble d'enceinte, on sait que c'est inutile. Par contre, on sait que la mesure devra obligatoirement être prise en fonctionnement, aux bornes de l'enceinte, et pas en reliant une source de référence à l'appareil de mesure avec ledit câble.

Candide2 a écrit:Parce que si jamais on ne pouvait pas mesurer des differences soniques objectives faisant abstraction de la perception individuelle, on conclura légitimement que la source des differences perçues se situe dans la perception elle-même (tant que des méthodes expérimentales nouvelles ne viennent pas les objectiver) et donc en dehors du systeme de reproduction sonore lui-même (dont les composants Hi-Fi font partie).


A confirmer par des comparaisons en ABX.

Je rappelle le principe (Haskil, si tu nous lis, ne vas pas croire qu'on a fait ça pendant les 4 ans où tu n'étais pas là, ce doit être la première fois depuis 4 ans que le principe est rappelé sur le forum !).

L'auditeur peut écouter librement le système A et le système B.
Un troisième choix, appelé X, lui est présenté. Il doit déterminer s'il s'agit de A ou de B.
L'expérience est répétée un certain nombre de fois, avec X tiré au sort à chaque fois.

Si X est bien deviné, à partir d'un certain nombre d'essais, on pourra en conclure que ce n'est pas le hasard. La différence n'est pas dans la tête de l'auditeur.
Si X n'est pas deviné mieux que le hasard, c'est que l'auditeur se trompe. C'est une nouvelle observation qui permet d'aller plus loin dans la comparaison du son de A et de B : pourquoi l'auditeur se trompe-t-il ?

J'évite volontairement de parler de nombre d'essais (trop souvent brandi comme preuve suffisante. Une publication scientifique dans un journal à comité de lecture n'a jamais constitué une preuve définitive (sauf en maths)) et de durée des essais (trop souvent brandie comme faille rhédibitoire. Certains tests ABX ont duré plusieurs jours) pour poser le principe en toute généralité.
Dernière édition par Pio2001 le 19 Aoû 2017 1:18, édité 1 fois.
Pio2001
 
Messages: 5783
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 0:39

:mdr:

intéressant ce sujet, vous aurez une meilleure écoute sur un système lowcoast de grande surface dans une pièce traité phoniquement qu'un système à 50 000 € dans une pièce merdique pleine de réverb, autant que je sache l'électronique audio (ampli) est maîtrisé depuis au moins 40 ans, j'ai encore mon vieux TA 4650 Vfet 0.003 % de distorsion et une BP de 2Hz à 100 Khz pour un rapport signal/bruit > à 100 db ( 2x35 w) le phono est lui à 60 db de S/B, alors les amplis de 50 Kg de ferraille qui chauffe a en plus pouvoir et surtout bien cher me fond doucement rigolé, maintenant avec des enceintes anémiques, il faut des ampli monstrueux de 200 W pour avoir même pas 100 db de qualité au moins avec une BP 50 Hz à 20 Khz , 40 Hz réel obtenu pas à - 10 db ! sont carrément absent et sitôt qu'arrive la bass à 5 cordes et ces 30 Hz, c'est mort !! ensuite vient la distorsion des enceintes rarement en dessous de 1 % à 90 db , une BP chaotique genre Phantom et si nous revenions aux fondamentaux de l'acoustique. :wink:
le beau, le brillant, le design , on s'en tape un peu non ?

cdt
gils83
 
Messages: 28
Inscription: 07 Aoû 2017 23:42
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 1:15

Pio2001 a écrit:Le régime transitoire peut être déduit du régime sinusoïdal à une condition : qu'il n'y ait jamais d'intermodulation.
Si toutes le distorsions d'intermodulation possibles et imaginables sont nulles, alors le régime transitoire sera entièrement descriptible à partir du régime sinusoïdal.
L'intermodulation est en quelque sorte une mesure de la différence de comportement entre les deux régimes.


OUBLIEZ ce que j'ai écrit ci-dessus, c'est complètement faux en pratique !! :oops:

Le compresseur de dynamique des radios FM en est un contre exemple flagrant : il réagit avec un délai de, disons, 50 ms. On pourra mesurer toutes les intermodulations qu'on veut, une fois le signal établi, on aura zéro intermodulation.
Par contre, entre le régime sinusoïdal et le régime transitoire, c'est le jour et la nuit. Les transitoires déclenchent le compresseur, et on a ce qu'on appelle l'effet de "pompage" : les voix reculent à chaque percussion.
En régime sinusoïdal, le gain du compresseur reste fixe, et le son est parfait.
Pio2001
 
Messages: 5783
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 9:26

Candide2 a écrit:
padcost a écrit:Pas « d'écoutes libres objectives », certes.
Mais pourquoi une écoute subjective serait-elle par définition fausse, et une écoute "objectivée" tant bien que mal, vraie ?
C'est l'émotion ressentie (subjective) qui rend performante toute perception (auditive p.ex.).
C'est pourquoi une écoute à l'aveugle, au cours de laquelle on cherchera à écarter tout parasitage émotionnel, est aussi peu performante.
Émotion ressentie faible (faible subjectivité) = perception (auditive p.ex.) approximative.
Émotion ressentie forte (forte subjectivité) = perception (auditive p.ex.) précise.
Penser à l'expression : « être aux aguets » p.ex...

La question objectivité/subjectivité de l'écoute est un faux problème, en hifi tout au moins...


Je le discute car jai eu un jour une discussion difficile (mais courtoise) avec des audiophiles adeptes du hdg qui affirmaient la possibilité d écoutes libres objectives à condition d être effectuées par des "experts". Ils me semblent être le contraire d idiots ou d incultes, d ailleurs la discussion s est arrêtée au moment où le débat à ete réduit à des considérations épistémologiques sans que les positions n évoluent.... Comme ca a fini en problemes philosophiques, ce n est pas impossible que ce soit un faux problème ou plutot une question indécidable. Pourtant, je ne le crois pas.

Pour un scientifique, c est un vrai probleme (de physique appliquée au moins) si comme maxitonic le souligne certains aspects du fonctionnement d un systeme Hi-Fi ou de ses composants sont difficiles (impossibles?) à mesurer, comme les régimes transitoires, car enfin l acoustique, l électronique et le traitement du signal sont des domaines balisés, mais je ne me suis pas frotté à la mesure de ces aspects qui demandent à priori une plate forme expérimentale sérieuse et des gens sachant l utiliser.

J insiste: les limitations des mesures qu évoque maxitonic sont un probleme Interessant, voire central.

Que les mesures *conventionnelles* de ses composants ne permettent pas de caracteriser entièrement un systeme Hi-Fi est une faille dans l approche "objectiviste"(à laquelle je souscris avec quelques nuances). Et dans cette faille il y a assez de place pour que s y engouffrent les promoteurs de l ésotérisme ou du "je ne sais quoi" audiophiles justifiant alors des prix excessifs.

Mon réflexe dans cette situation est de me poser la question de comment remédier à cette incomplétude de la mesure. D ailleurs je suis beaucoup plus modeste, j aimerais deja qu on arrive à cerner quantitativement par des ensembles de mesures l ampleur des differences entre deux systemes différents disons seulement par une source numérique ou un cable. Je ne nie pas qu elles puissent exister, au moins de façon subtile, même si je n en entends guère et je pense qu elles existent (et sont corrélables à des mesures) entre amplis et dacs.

Parce que si jamais on ne pouvait pas mesurer des differences soniques objectives faisant abstraction de la perception individuelle, on conclura légitimement que la source des differences perçues se situe dans la perception elle-même (tant que des méthodes expérimentales nouvelles ne viennent pas les objectiver) et donc en dehors du systeme de reproduction sonore lui-même (dont les composants Hi-Fi font partie).

Dans la banale pratique audiophile, la question des mesures est secondaire pour ne pas dire sans aucun intérêt.

Cernons ce qui fait débat ici. Les "rationalistes" de ce forum affirment sur tous les tons que l'être humain, entièrement sous l'empire de ses sentiments — produits par divers états émotionnels tout au long de sa vie comme l'écoute banale d'un système hifi entre autres choses — est par-là dans l'incapacité de se prononcer rationnellement : au moment de prendre la bonne décision p.ex. (une décision rationnelle). Cette affirmation, ils ne l'ont jamais démontrée...
padcost
 
Messages: 923
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 9:39

RQP..
Pourquoi un tel écart de prix entre appareils si la différence réelle de qualité n'existe pas forcément..?

L'un d'entre nous met en doute cette question en argumentant que les ingénieurs concevant le haut de gamme ne sont pas des incapables, et donc que l'écart de prix DOIT correspondre à un écart réel de qualité..

Il importe en effet de regarder avec attention si les écarts de prix correspondent à une vraie nécessité technique apportant un réel (+). Dans certains cas, la réponse est OUI, mais dans beaucoup d'autres elle est "pas forcément"... Quelques exemples:

-Un premier exemple assez drôle est donné par WEISS Eng, qui vendait le même dac soit sous l'appellation DAC2 pour les pros, soit sous l'appellation "Minerva" pour les audiophiles, avec un "look" légèrement différent... Il a été obligé d'arrêter la supercherie, car..quand même.. elle était un peu grosse, sachant que le second était vendu approximativement au double du prix du premier..

-Un deuxième est de comparer la quantité (apparente) de composants d'un ampli Accuphase en classe A ou AB avec la simplicité APPARENTE d'un ampli IRAUDAMP conçu et fabriqué par IR (International Rectifier) avec d'énormes moyens de R&D,et une fab en série bénéficiant de moyens industriels importants ,(comparables à TI),et dont nombre de spécialistes ont reconnu la qualité remarquable des performances obtenues. D'un seul coup d'oeil, la fab de l'IRAUDAMP va couter 10 fois moins cher que la première, car le principe est très différent, et que le mode de fab est plus économique. Sera t il moins "bon" pour autant? Les performances mesurées par les spécialistes disent le contraire.

-la troisième est de parler des alims. Qu'une alim d'ampli AudioResearch soit plus chère s'explique par les précautions exceptionnelles prises,= regardez donc le total de la capacité de filtrage,et le nombre de condos, assez incroyable! Comparez la avec les 2 à 4 petits condos de filtrage qui se courent après dans la plupart des alims ,Devialet compris. Eh bien un surcout pour AudioResearch est justifié, il ne l'est absolument pas pour la grande majorité des autres marques, qui font le "minimum syndical"..Une alim linéaire, même avec bonne marge de sécurité,très stable, coute peu. Sauf cas exceptionnel comme AR ou l'écart de prix est justifié, nous faire gober d'énormes écarts de prix ,stratosphériques pour le "haut de gamme", ne correspond pas à une réalité.

-la quatrième est de parler des dacs. Leur prix bénéficie du développement de nouveaux circuits complexes intégrés.Chute verticale des couts. Croyez vous donc que les studios qui font nos masters, mixant 50 voies, utilisent 50 convertisseurs ADC à 6000 Euros chacun? vous plaisantez?? Nous faire croire aujourd'hui qu'il faut nécessairement mettre une somme astronomique dans un dac pour avoir un résultat mesurable très bon, ne correspond pas à la réalité pratique.

CONCLUSION? Les progrès techniques permettent souvent de faire aussi bien en résultat, avec des moyens (schémas, composants) plus réduits en complexité et en cout. La fab avec de gros moyens réduit aussi drastiquement les couts ,comparée au semi-artisanal. Rajoutons la politique marketing, le look, et concluons que pour les appareils electroniques, la seule chose qui compte, c'est la vraie performance obtenue, croire qu'un prix élevé la rend meilleure est un raccourci largement exploité par les vendeurs.
maxitonic
 
Messages: 1580
Inscription: 26 Jan 2010 9:58
Localisation: Marseille
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 12:42

A part le blanchiment de l'argent de la drogue, un autre intérêt de la Hifi THDG, c'est la défiscalisation :ko: :

Il faut comprendre que les gars qui achètent pour 300 000 € de de matos, le font la plupart du temps au travers de société : par exemple créer un auditorium dans une salle de réception. La société va acheter le matériel à un revendeur/installateur qui lui même fait importer le produit. La société qui vend le produit le fait fabriquer en chine pour 2000 € en prenant une très grosse marge : elle est fiscalisée dans un pays clément. Si l'acheteur est aussi le propriétaire de la société défiscalisée, quand il fait acheter par sa société française un système à 300 000 €, il défiscalise 300 000 - 2000 - la marge du revendeur : c'est pratique et ça permet de faire vivre son copain spécialiste en HIFI (le revendeur) et accessoirement d'avoir un auditorium avec du matos clinquant dans sa maison, ou l'on fait des réception avec ces clients impressionnés par le matos.

Toujours strictement rien a voir avec les mesures... C'est juste le fonctionnement habituel de l'industrie du luxe ou de tout ce qui permet de faire des grosses marges sur...rien.
La question n'est pas de savoir si l'objet vaut ce qu'on le paye mais plutôt de réfléchir d'où vient et où va l'argent. :idee:
robob
 
Messages: 5597
Inscription: 21 Mar 2007 19:23
Localisation: 95 (coté campagne)
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 13:23

L'argent va du portefeuille du petit peuple vers le compte en banque de l'élite, jamais dans l'autre sens, ça au moins c'est prouvé scientifiquement.

:lol:
pm57
 
Messages: 1505
Inscription: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • online

Message » 19 Aoû 2017 18:00

padcost a écrit:Cernons ce qui fait débat ici. Les "rationalistes" de ce forum affirment sur tous les tons que l'être humain, entièrement sous l'empire de ses sentiments — produits par divers états émotionnels tout au long de sa vie comme l'écoute banale d'un système hifi entre autres choses — est par-là dans l'incapacité de se prononcer rationnellement : au moment de prendre la bonne décision p.ex. (une décision rationnelle). Cette affirmation, ils ne l'ont jamais démontrée...


Comme rationaliste j affirme que les choix économiques de l audiophile sont partiellement rationnels et partiellement non rationnels (c est à dire non contrôlés consciemment). La part de non rationnel dépend des individus. Et l audiophile est soumis à des déterminismes plus puissants que ses émotions.

Démonstration: La biologie et l éthologie nous enseignent que notre comportement est déterminé par des facteurs physiologiques hors de notre contrôle. La sociologie nous enseigne que notre comportement y compris économique est soumis à des déterminations sociales, idéologiques et culturelles que nous ne contrôlons pas. L économie nous enseigne que l inefficience d un marché libre trouve son origine dans l irrationnalité des agents ou du moins dans le fait qu ils ne disposent pas d une information parfaite (sur laquelle repose l hypothèse de rationalité des agents économiques).
L audiophile n échappé pas aux lois les plus solides de la sociologie, le marché de la Hi-Fi n échappé pas aux lois économiques régissant les marchés. Donc l audiophile est soumis à des déterminations puissantes dont il n a pas conscience et la rationalité de son comportement ne peut être que relative et l inefficience du marché de la Hi-Fi constatée ici permet de conclure qu une partie des agents économiques agit de façon irrationnelle.
C.Q.F.D.

Remarque: l hypothèse que la part d irrationnalité dans les comportements humains peut être considérable est confirmée par nos expériences les plus triviales.

Remarque: on pourrait convoquer le concept psychanalytique d inconscient pour expliquer comment des déterminations puissantes nous travaillent à notre insu.
Candide2
 
Messages: 247
Inscription: 10 Déc 2016 10:24
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 18:16

Sans compter que pour beaucoup, la Hifi fait office de maitresse, de petit train électrique, d'échappatoire, de divertissement. Terrains encore plus propices aux comportements dénués de toute logique.

Tel professionnel parfaitement reconnu dans son métier de pilote de ligne, d'avocat, d'ingénieur, de médecin ou autres métiers moins prestigieux, adoptera une logique totalement erratique dès qu'il s'adonnera à sa passion, exprimant là un visage inconnu de ses collègues de travail.
syber
 
Messages: 10216
Inscription: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

"banale pratique audiophile"

Message » 19 Aoû 2017 18:43

padcost a écrit:Dans la banale pratique audiophile, la question des mesures est secondaire pour ne pas dire sans aucun intérêt.


Les mesures en électronique Haute fidélité ont l'avantage de fédérer une large communauté de HiFistes pour qui ces mesures signifient un consensus sur la qualité auditive d'un produit concerné. :idee:

Quid pour "les audiophiles " ?

D'ailleurs il ne faudrait pas dire "les" audiophiles mais "l'"audiophile. En effet face à une communauté qui communique entre elle via des mesures, des tests aveugle.... l'audiophile est un homme seul. Ce qu'il pense "vrai" il ne peut hélas :( le partager avec d'autres puisque "a chacun sa vérité"....qui ne sera pas nécessairement la vérité de l'audiophile voisin.

Le seul objet qui relie tous les audiophiles c'est..... le dénigrement de tous les non audiophiles :lol:
Dernière édition par Igor Kirkwood le 20 Aoû 2017 8:21, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6571
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 18:53

MOD ON

Holà tout le monde

Je veux bien qu'on aborde les questions métaphysiques et existentielles de l'audiophilie.
Mais attention à ne pas déraper ... :hein:

MOD OFF
Micro Seiki - Marantz - McIntosh - Phase Linear - JBL
CR installation by HcFr Team : http://issuu.com/homecinema-fr.com/docs ... 81/9959588
Pour les autres photos, voir dans la rubrique "Installations Haute Fidélité"
Avatar de l’utilisateur
itofa
Administrateur Forum Haute-Fidélité
Administrateur Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 7193
Inscription: 14 Déc 2007 23:31
Localisation: Montpellier area...
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 21:49

Candide2 a écrit:
padcost a écrit:Cernons ce qui fait débat ici. Les "rationalistes" de ce forum affirment sur tous les tons que l'être humain, entièrement sous l'empire de ses sentiments — produits par divers états émotionnels tout au long de sa vie comme l'écoute banale d'un système hifi entre autres choses — est par-là dans l'incapacité de se prononcer rationnellement : au moment de prendre la bonne décision p.ex. (une décision rationnelle). Cette affirmation, ils ne l'ont jamais démontrée...


Comme rationaliste j affirme que les choix économiques de l audiophile sont partiellement rationnels et partiellement non rationnels (c est à dire non contrôlés consciemment). La part de non rationnel dépend des individus. Et l audiophile est soumis à des déterminismes plus puissants que ses émotions.

Démonstration: La biologie et l éthologie nous enseignent que notre comportement est déterminé par des facteurs physiologiques hors de notre contrôle. La sociologie nous enseigne que notre comportement y compris économique est soumis à des déterminations sociales, idéologiques et culturelles que nous ne contrôlons pas. L économie nous enseigne que l inefficience d un marché libre trouve son origine dans l irrationnalité des agents ou du moins dans le fait qu ils ne disposent pas d une information parfaite (sur laquelle repose l hypothèse de rationalité des agents économiques).
L audiophile n échappé pas aux lois les plus solides de la sociologie, le marché de la Hi-Fi n échappé pas aux lois économiques régissant les marchés. Donc l audiophile est soumis à des déterminations puissantes dont il n a pas conscience et la rationalité de son comportement ne peut être que relative et l inefficience du marché de la Hi-Fi constatée ici permet de conclure qu une partie des agents économiques agit de façon irrationnelle.
C.Q.F.D.

Remarque: l hypothèse que la part d irrationnalité dans les comportements humains peut être considérable est confirmée par nos expériences les plus triviales.

Remarque: on pourrait convoquer le concept psychanalytique d inconscient pour expliquer comment des déterminations puissantes nous travaillent à notre insu.
Toutes les raisons (essentiellement psychologiques) que tu invoques sont recevables, mais loin d’être suffisantes.
Et ce faisant tu écartes le fond de la question : l’émotion (et toutes celles mémorisées par tout individu pour quelque objet que ce soit), la subjectivité, les sentiments qui font l’histoire individuelle de chacun, etc. sont la condition même de la capacité de jugement, son efficience. L’émotion précède l’action.
Les mesures techniques sont un déterminisme parmi d’autres. Prétendre les substituer à l’écoute empirique pour échapper à toute subjectivité n’a pas de sens dans la banale réalité...
Ce n'est que mon avis, bien sûr...
padcost
 
Messages: 923
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 19 Aoû 2017 23:07

pm57 a écrit:
LiveSound a écrit:Non c'est zero !


Merci pour l'argumentation

C'est une réponse qui contrebalance l’ânerie de dire qu'un PC c'est " PARFAIT" :roll:
tu crois quoi !? que tu es le 1er a tester du matériel au fil des années, y compris un PC ? Il faut pas mal d'optimisations pour en faire une source juste acceptable. Il n'y a rien a argumenter, si un jour tu peux comparer une source très pure face à un PC sur un système lui même de qualité, tu évitera peut-être ce genre de déclaration toute faite :oldy:

Donc à moins que ce soit une boutade que j'aurais lu trop vite, c'est une simplification qui n'aidera personne à avoir une chaîne de bon niveau.

Un PC ça dépanne, c'est tout. Je vois même pas en quoi on l'inclurait dans une proposition au bon rapport qualité/prix, un simple lecteur réseau à 500€ fait beaucoup mieux.
LiveSound
 
Messages: 111
Inscription: 09 Fév 2014 14:28
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message