Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Rega vs Rega: Jupiter 2000 contre Jupiter/Io

Message » 22 Nov 2002 0:16

Lors du sympathique après-midi passé en compagnie d'autres forumeurs chez les Artisans du son dans le but de tester les réalisations d'Olivier, j'avais remarqué, avant de quitter les lieux, un Jupiter+Io d'occasion dans l'une des salles du rez-de-chaussée.

Là, je me suis dis: «C'est le moment ou jamais de faire la comparaison avec le nouveau. S'il est aussi bon, je le prend, au prix où il doit être!»


Chose faite cet après-midi, où le maître des lieux me donne carte blanche pour faire ce que je veux.

Je m'installe alors par commodité dans une des salles du rez-de-chaussée, où se trouve déjà tout ce qu'il me faut et bien plus. C'est une pièce parallèlipipèdique de 15 m2 environ, avec moquette+tapis, murs de pierres et poutres au plafond.

Je mets en marche le système branché là, à savoir un full Rega: ampli Mira (que j'ai déjà eu l'occasion d'éprouver sur mes Iroises), enceintes Ela et câblage maison de qualité (cela va sans dire :wink: ).

Je commence la séance en branchant là-dessus un Planet 2000 histoire de trouver quelques repères, puisque, même si j'ai l'ancien, j'ai aussi eu l'occasion d'écouter le nouveau au moment de choisir mes enceintes.

Je passe rapidement quelques plages du peu de disque que j'avais sur moi, à savoir le disque test du Diapason n°29 et mon inévitable enregistrement de l'orgue d'Ebersmunster pour vérifier la fidélité des timbres.

Premier constat dès avec le Planet: dans cette pièce, la chaîne marche très bien. Les timbres sont excellement bien rendus, mieux que tout ce que j'ai écouté lors de l'après midi des écoutes de l'Ogophon. Par contre, par comparaison avec les ProAc et les Atlantis, les enceintes ont des limites en terme de fermeté et d'ampleur du grave, de franchise des attaques, d'ouverture et de profondeur de la scène qui est, en outre formée au raz des pâquerettes. M'enfin, si j'avais eu à choisir, et même sans tenir compte de l'écart de prix, je n'aurais pas hésité...

Deuxième constat, en passant d'abord sur le Jupiter 2000 puis sur le Jupiter/Io: le Planet 2000 ne suis pas ses grands frères dans le bas du spectre. La plage de percussions (n°15) révèle immédiatement l'apport des systèmes Jupiter: le "coffre" des tambours devient perceptible. C'est d'ailleurs étonnant de la part de si petites colones. Rien à voir, néanmois, avec ce que des Cabasses Ibiza ont réussi à me sortir cette semaine, mais néanmois mieux que chez moi!! Aurais-je trouvé le responsable du manque d'assise qui caractérise ma chaîne?


Je décide de laisser là le Planet, qui confirme être meilleur que l'ancien qui est chez moi, étant beaucoup plus ouvert, subtile et naturel pour me concentrer, avec le disque Diapason, alternativement sur les deux Jupiters, que je n'ai pas réussi à départager sur les premières écoutes en rafale sur chaque lecteur.

Premier round: plage n°1. Les premières mesures suffisent pour constater que cette prise de son est décidément déplorable :lol: On passe!

Premier vrai round: plage n°13 (Les 4 saisons, l'Hiver, de Vivaldi). Les deux lecteurs font presque jeu égale. Pas grand chose à dire, si ce n'est que c'est bon. La subtilité de la dynamique, des phrasés, est très bonne. Les attaques aussi, ça mord. J'aime de plus en plus ces lecteurs.

Deuxième round: plage n°14 (percussions, petite formation ancienne, et choeur). Il y a des différences, c'est clair. L'accompagnement est moins ponctuellement localisable avec l'ancien système et la profondeur est quelque peu écrasée en comparaison du nouveau. Les couleurs des instrumens semblent plus soulignées avec le Io. Méfiance tout de même: prise de son très réverbérée et riche en bas-médium.

Troisième round: plage n°16 (Te Deum de Berlioz, Judex Credesis): belle ampleur de l'orgue, dans les deux cas, quoique il semble se détacher plus nettement avec le couple Jupiter/Io, bizarrement. Peut-être un peu exposer en avant. Je n'ai jamais compris pourquoi cette plage figure sur un disque de démo, sauf que les effectifs en jeu sont importants, mais sa qualité ne m'a jamais impressionné. Je passe

Quatrième round, plus intimiste, afin d'identifier les différences entre lecteurs, sur lesquels j'ai du mal à me concentrer: plage n°10, Patricia Petitbon. C'est bon, elle écrête toujours le micro lorsqu'elle pousse son organe dans ses derniers retranchements! Impression de plus de stabilité sur le Jupiter, de plus "d'air" aussi. L'accompagnement instrumental s'organise dans un espace plus profond, alors que la perspective est plus écrasée sur le Jupiter/Io, qui a toujours cette tendance à souligner les couleurs des instruments (to stress, comme dirais les anglais, terme qui reflète assez bien ma pensée).

Cinquième round: plage n°3 (Schuman, op 102). L'affaire commence à s'éclaircir sérieusement... Le piano du Jupiter/Io sonne curieusement de façon un peu gonflé. Il donne l'impression d'émettre des sons évanescents, flous, comme entouré d'un halo de réverbération. Sur le modèle 2000, il sonne franchement, et plus finement. La dynamique n'est pas estompée par ce curieux ajout de réverbération sur le Jupiter/Io. Quant au violoncelle, disons-le clairement: il apparaît coloré avec le couple drive+converto. Sur le nouveau système, il est beaucoup plus libre, plus naturel et, lorsqu'il descend sur ses plus basses octaves, il descend vraiment au lieu de gonfler.

Sixième round: plage n°4 (hautbois+cordes): là, on apprécie vraiment la subtilité, la finesse du hautbois et le relief de la prise de son sur le nouveau lecteur.


Conclusion: Jupiter 2000 vainqueur aux points.

Si je devais résumer, je dirais que le duo drive+convertisseur tend à schématiser les sonorités en les saturant, à écraser le relief, et à entourer les instruments d'une réverbération diffuse qui estompe la dynamique fine.

Finalement, comme d'habitude, Robert, le patron, avec qui je m'entretiens des deux lecteurs avant de reprendre ma route, trouve le mot qui va bien au Jupiter 2000: il est fait preuve de plus de finesse. Il y a un an, quand déjà je lui demandais de me dire ce qu'il pensait des deux lecteurs, il avait estimé le nouveau préférable au vétéran. Encore un coup au but pour le maître des lieux qui, jusqu'ici, ne m'a jamais détrompé.

Après avoir tirer la conclusion qui s'impose («Ne sort pas ton chéquier, et laisse ce Jupite/Io ici, quelque soit le prix qu'il en demanderait»), je me retire en songeant à quoi je pourrais bien l'opposer dans la boutique d'ici à quelque moi.

En terme de prix, c'est clair que ce n'est pas donné (1950 €, 12800 Fr). La différence avec l'ancien Jupiter/Io n'est pas trop exagérée (1640€ 10800 Fr) ou du moins, j'ai vu pire. Mais il faut voir à le comparer, ce que je ne me priverais pas de faire.

Un dernier point: le Jupiter 2000 est plus joli (surtout en gris argent), et le capot manuel plus doux à utilisé et plus solide aussi. Il cloisonne aussi hermétiquement le baquet du CD, ce qui fait toujours de la poussière en moins à l'intérieur.

The End
Dernière édition par Scytales le 22 Nov 2002 23:09, édité 2 fois.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10078
Inscription: 31 Mar 2002 2:00

Annonce

Message par Google » 22 Nov 2002 0:16

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 22 Nov 2002 2:43

Oui mais si tu vires le io (tu le vends pas cher ça part tout seul) et tu mets un converto style Alchemist touiké comme le mien et si en plus tu mets des cônes à la place des pieds en sorbothane, et bien là tu enterres literalement le jupiter 2000 et pour nettement moins cher...

A+
PNicolas
 
Messages: 7467
Inscription: 05 Oct 2001 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 22 Nov 2002 10:41

Scytales a écrit:
Conclusion: Jupiter 2000 vainqueur aux points.

The End


Je partage tout à fait ton point de vue et les conclusions de ton CR. Ayant posséder pendant 6 mois un Planet 2K et possèdant maitenant le Jupiter 2K je peux témoigner qu'il s'agit de deux machines dont l'esthétique et la veine sonores sont complétement différentes contrairement à ce qu'affirment beaucoup de revues sur ces machines. Le jupiter surclasse (ou dépasse) la planet en dynamique, en tension, en rapidité sur les transitoires, en restitution du grave, en détails en aération, en relief et en séparation instrumentale. Tu gagnes aux deux extrémités du spectre mais également au milieu avec un médium plus respectueux des timbres et de la dimension des instruments ou des voix.
Le mira est insuffisant pour rendre pleinement la mesure de ce qu'apporte le Jupiter par rapport au Planet. Il n'en demeure pas moins que le planet est une excellente machine transcrivant un parti pris évident du constructeur pour ce qu'il considère être la musique : naturel, chaleur, musicalité et rythme sans excès de surdéfinition.

Une jupiter 1ere version en drive et un converto est également une solution à envisager. J'écoute souvent le système d'un ami Jupiter + DAC 2 de Bel Canto. On gagne en présence, en définition mais en terme de musicalité (qualités subjectives) l'a rien n'est évident.
TuanJ13
 
Messages: 1892
Inscription: 05 Nov 2002 16:43
  • offline

Mon avis...

Message » 22 Nov 2002 14:47

Salut,

Je n’a pas d’expérience envers les produits Rega. Mais il y a peu de temps, j’ai comparé des platines CD affin de trouver celle qui me convenait le plus. J’ai écouté une Rega Planet 2000 est je dois avouer que j’ai été assez déçu en la comparant au autres platines (Cambridge D500SE, Arcam CD72T, Linn Genki). Voici ce que j’avais écrit dans le topic Compte-rendu écoutes CD Cambridge, ARCAM, REGA, LINN

Laurent Balloy a écrit:Viens ensuite la Rega Planet (999 €). On monte en prix mais j’ai était déçu. Les basses ont disparues. Et le spectre me paraît resserré comme quand on met Dynamic Range du Dolby Digital sur minimum pour ne pas déranger les voisins lorsqu’on regarde un film la nuit. Ce n’est pas que le son qui en sort est pas beau, c’est qu’il manque l’ampleur, la chaleur et les basses que j’ai tant appréciées lors de l’écoute de l’Arcam. Par contre, je trouve la Rega Planet très mignonne ;)


Voilà, je n’ai pas écouté la Juipiter 2000 mais j’aimerai bien le faire pour savoir si je ressentirai la même impression au pas.

Laurent Image
Laurent B.
 
Messages: 6282
Inscription: 13 Mai 2001 2:00
Localisation: ° Mars °

Oops

Message » 22 Nov 2002 14:51

Oops désolé :oops:
Je n’avais pas vu le message de Gilles qui répond à mes questions ;)

Laurent Image
Laurent B.
 
Messages: 6282
Inscription: 13 Mai 2001 2:00
Localisation: ° Mars °

Message » 22 Nov 2002 18:06

Très intéressant ton post, merci Scytales !

Il y a quelques mois j'ai emprunté les Jupiter 2000 et le Naim CD5 pour essayer chez moi face au Planet 1ère génération. Evidemment les deux machines le battaient sur tous les plans, tout en restant dans une même famille sonore. Le seul moment où je pouvais donner avantage au Planet c'était sur des CD pourris, très mal enregistrés et très agressifs, pour le reste yavait pas photo. Par contre, les différences entre le Naim et le Jupiter étaient assez subtiles. In fine, je dirais que j'ai préféré le Naim... mais pas de beaucoup. Celui-ci étant aussi plus cher... mais pas de beaucoup, chaque chose est à sa place :-)

Dans une semaine ou deux je vais acheter des cones et les foutre sous le Planet, j'ai hâte d'essayer !
CalvinHobbes
 
Messages: 861
Inscription: 03 Sep 2002 12:57
Localisation: BXL
  • offline

Message » 22 Nov 2002 20:22

Pour avoir comparé avec LaurentV et Boudze, le couple Jupiter/io et le Naim, j'en ai conclu ceci :

Le jupiter/io était plus vivant, plus charnu de son, descendand moins bas et montant moins haut que le Naim, mais l'écoute était plus accrocheuse, dans le bon sens du terme, avec toutefois cette sorte d'écho dans le médium... que les cones ou des tasses à café mises sous le drive évacue de façon nette.

Le naim éloignait les plans sonores derrière les enceintes, rapprochait les plans sonores les uns des autres dans le sens de la profondeur, mais avait une scène sonore large. Le son était moins vivant, plus lisse, mais d'une jolie couleur. Il montait plus haut, descendait un peu plus bas, sans cette redondance parfois insistante du couple Rega sans ses tasses.

Impression confirmée, il y a quelques jours, chez Boudze ou nous avons comparé Primare et Rega Jupiter/io (avec et sans ses pieds new look et raides).

Le primare l'emportait par un son ouvert, net, transparent et doux, d'une qualité admirable qui ne souffrait pas le reproche.
En comparaison Jupiter/io sur ses pieds était un peu grassouillet et surtout avec cet effet d'écho qu'a entendu Scytales comme si les réverbérations étaient suramplifiées dans le médium... Sur les tasses, il était plus proche du Primare sans cette sensation de liberté, cette ouverture prodigieuse, cette transparence et soyeux du Primare... qui est un lecteur de DVD!


Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message