Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Rusty 09 et 20 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

SACD vs VINYL

Message » 22 Sep 2003 10:13

Bbill a écrit:
JB14 a écrit:Et que ceux qui pensent différemment se sont fait abuser par le disque ceci, l'enregistrement cela, leur moindre expérience, etc, etc.
Cool !


pour avoir chez moi des lecteurs CD, DVD et SACD (mais plus de LP depuis quelques mois...), il me semble que sur l'ensemble d'une collection de disques de tous formats, on ne puisse déclarer qu'un format soit toujours supérieur à un autre ! ... tout dépend de l'enregistrement et du pressage

- pour un même enregistrement historique, le CD est parfois supérieur au SACD et au LP...
- rare sont les enregistrements SACD ou DVD-A de bonne qualité ! (contenu et qualité d'enregistrement surtout en multi canaux)
- par contre la FNAC est remplie d'enregistrements CD de qualité et investir dans un bon lecteur CD reste aujourd'hui le meilleur choix !
- je vais donc liquider le SACD comme déjà fait pour le LP en attendant la confirmation d'un nouveau format et un choix intéressant et suffisant de disques chez mon marchand favori ! (par ex 50% au moins des Diapason d'Or du mois!)

bbill


La sagesse qui nous vient d'outre-Quiévrain, ça fait respirer un bon bol d'air. Je ne connais pas du tout le SACD : j'attends qu'il y ait un catalogue sortable et des prix honnêtes, d'ici là je ne vois pas trop l'intérêt. D'autant que chaque année sort la nouvelle machine a'chtement mieux que la précédente, et deux fois moins cher.
Visiblement, à te lire, il n'y a donc toujours pas urgence !
L'écoute de très bons CD récemment, que ce soit sur mon brave ch'tit Sicomin ou sur le grand Orpheus montre que l'on peut vraiment se régaler à leur écoute, ce qui n'était pas le cas il y a 20 ans, c'est peu de le dire.

Le vinyle, sur de bons disques, lus sur une platine convenablement réglée, c'est plutôt à mon goût plus musical, dynamique et réaliste dans les timbres et la présence des instrumentistes.
Et il y a les inconvénients connus, le pire étant pour moi de se lever pour changer de face.
Mais cela n'est jubilatoire de se bagarrer là dessus qu'avec des bretteurs qui ne se prennent pas trop au sérieux, sinon, ça tourne vite à la comparaison d'amateurs de bagnoles du dimanche, ce qui peut intéresser, mais bon...

Maintenant, tu as bien fait de virer ta platine. Surtout si tu me dis où sont passés tes disques. Et tu es toujours le bienvenu dans les collines.
Bonnes écoutes.
JB
JB14
 
Messages: 335
Inscription: 14 Jan 2002 2:00
  • offline

Annonce

Message par Google » 22 Sep 2003 10:13

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 22 Sep 2003 11:30

alors pour info, la Fnac Forum semble commencer à faire quelques efforts sur le SACD : deux hauteurs de rayon, mais ce qui est trompeur, c'est que ça doit être tout leur stock, et certains SACD comme les Cecilia Bartoli de Decca sont en dizaine d'exemplaires, donc forcément, ça fait du volume.

il reste encore quelques Sony non hybrides qui commencent à jaunir sérieusement, mais qui sont toujours vendus au prix de 28 euros et plus, du sandale à l'état pur.

on y trouve aussi les derniers DG, notamment la deuxième de Mahler par un chef inconnu au bataillon (Kaplan, enfin inconnu de moi) : double SACD au prix vert d'un SACD, mais le premier SACD fait 28' !!!!

quant à Bastille, Alain a tout à fait raison, ils se foutent de la gueule du monde : toujours les mêmes 20 SACD et autant de dvd-audio qui eux aussi commencent à moisir. D'ailleurs la production de dvd-audio classique récente semble avoir été figée dans les glaces du grand nord, plus rien de rien, c'était déjà pas folichon avant !!!!!!
Invité
 
Messages: 1455
Inscription: 23 Mar 2000 2:00
  • offline

Message » 22 Sep 2003 12:24

BrunoLev a écrit:alors pour info, la Fnac Forum semble commencer à faire quelques efforts sur le SACD : deux hauteurs de rayon, mais ce qui est trompeur, c'est que ça doit être tout leur stock, et certains SACD comme les Cecilia Bartoli de Decca sont en dizaine d'exemplaires, donc forcément, ça fait du volume.

il reste encore quelques Sony non hybrides qui commencent à jaunir sérieusement, mais qui sont toujours vendus au prix de 28 euros et plus, du sandale à l'état pur.

on y trouve aussi les derniers DG, notamment la deuxième de Mahler par un chef inconnu au bataillon (Kaplan, enfin inconnu de moi) : double SACD au prix vert d'un SACD, mais le premier SACD fait 28' !!!!

quant à Bastille, Alain a tout à fait raison, ils se foutent de la gueule du monde : toujours les mêmes 20 SACD et autant de dvd-audio qui eux aussi commencent à moisir. D'ailleurs la production de dvd-audio classique récente semble avoir été figée dans les glaces du grand nord, plus rien de rien, c'était déjà pas folichon avant !!!!!!


Kaplan est un Américain qui dirige une fondation qui porte son nom. Il est prof à la Juilliard Scholl. Et c'est un grand spécialiste de l'oeuvre de Mahler : pour tout dire, il en est toqué au point de mettre beaucoup de sous dans la collection des sources et autographes disponibles : une sorte d'Henri Louis de La Grange américain, sauf que Kaplan peut diriger un orchestre ce que ne peux pas faire le Français.

Cette Deuxième Symphonie qui vient de sortir chez DGG est le premier enregistrement mondial de la nouvelle édition chez Universal-Fondation Kaplan de cette oeuvre. Elle est aujourd'hui la partition officielle de cette oeuvre selon la Société internationale Gustav Mahler !

Bon enregistrement du point de vue de l'interprétation... mais on peut peut-être attendre qu'un chef plus passionnant que Kaplan s'y colle. De toutes façon, les différences entre anciennes éditions et la nouvelle ne sont pas non plus capitales au point de changer le visage de l'oeuvre !

Le premier CD fait 28' : l'interprétation dure 85 ' 48 " et que ça ne peut pas je crois tenir sur un seul SACD ... et c'est le seul endroit ou couper de façon logique dans cette oeuvre puisque ce premier mouvement à une histoire autonome dans une version un peu différente. Et surtout Mahler souhaitait qu'on fasse une pause de 5' après lui avant d'attaquer la suite qui elle peut difficilement être scindée.

28 euros le SACD Universal ou Sony : 184 F, donc, ce n'est pas donné et surtout cela sent le prix entendu (interdit !).

Pas donné surtout quand on peut acheter chez le même éditeur pour

11 euros une superbe réédition sur CD de la Truite de Schubert et du Quintette de Schumann par Serkin à Marlboro et pour

8 euros un disque Prokofiev avec Szell, Mitroupoulos et Ormandy se partageant Roméo et Juliette, Lieutenant Kijé et L'amour des trois oranges...

Le catalogue SACD s'enrichit chaque jour de nouveautés et de rééditions de premier plan du point de vue artistique. Personne ne peut savoir aujourd'hui si ce nouveau support va prendre ou pas. Depuis des mois que nous en parlons, on est plutôt nombreux à penser que non. Cela étant, il faut dire que la politique de Sony disque et des marques du groupe est ahurissante (SACD simple couche) et celle d'Universal assez ridicule (SACD double couche publiés en même temps que la version CD !). Peut-être le prix du pressage et surtout la capacité des usines expliquent-elles encore cela. Et peut-être cette capacité va-t-elle grandir (le nombre d'unités de pressage est en nombre grandissant) et les prix baisser et alors les grandes majors feront elles comme certains... petits éditeurs aujourd'hui : ne sortir que des hybrides ! :lol:

Car la double gestion est couteuse ! Bref on est encore dans le brouillard ! Et on y restera longtemps encore ! Le DVD-A : qui connaît des références en 24/192 Khz ? Ce que l'on connaît surtout ce sont des multicanaux en 24/96 : sont-ils supérieurs à du DTS ?

Cela étant, quand on achète un disque pour le garder longtemps et l'écouter parfois des dizaines et des dizaines de fois... ce prix actuel de 184 F est certes élevé, trop élevé, mais le disque reste encore un des accès les moins couteux à la culture. Les grands lecteurs qui achètent des livres savent combien il leur en coute de lire des romans, essais, biographies, etc. qui seront moins souvent relus que les disques ne sont réécoutés !

Et en ville, il reste toujours les discothèques et bibliothèques de prêts !

Alain
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 22 Sep 2003 12:48

haskil a encore sévit un peu plus haut dans ce forum...en dénigrant le vinyle et l'emt.. :evil: le pire c'est qu'il reconnait ne pas avoir entendu une emt !!!! :evil: pour la niéme fois cher haskil je pretends et j'assume que la lecture d'un bon vinyle par une emt est trés proche de la fameuse bande master et bien plus lumineuse que le fameux sacd qui est décrié partout pour sa froideur ha mais :evil: j'appelle au secours mattera et cristobal devant de telles affirmations ....les petits jeunes du forum ne vont plus rien comprendre ... :o
bornert
 
Messages: 3231
Inscription: 09 Déc 2002 22:28
Localisation: alsace
  • offline

Message » 22 Sep 2003 13:48

bornert a écrit:haskil a encore sévit un peu plus haut dans ce forum...en dénigrant le vinyle et l'emt.. :evil: le pire c'est qu'il reconnait ne pas avoir entendu une emt !!!! :evil: pour la niéme fois cher haskil je pretends et j'assume que la lecture d'un bon vinyle par une emt est trés proche de la fameuse bande master et bien plus lumineuse que le fameux sacd qui est décrié partout pour sa froideur ha mais :evil: j'appelle au secours mattera et cristobal devant de telles affirmations ....les petits jeunes du forum ne vont plus rien comprendre ... :o


Papy ! je n'ai pas dit un mot de l'EMT c'est un adepte du microsillon qui l'a un peu mise en doute...

Si tu veux avoir une idée de la différence entre une bande master et un bon LP, un LP tout court et un CD : je te conseilles d'écouter un vieux microsillon des Discophiles français ou un vieux Ducretet gravés en présence du sieur Charlin qui apportait des corrections importantes à ses enregistrements lors de la gravure pour la production des microsillons. Puis d'écouter une édition faite par EMI sur LP puis sur CD... et tu verras et entendras surtout des choses surprenantes.

Charlin est mort, personne n'a noté ses corrections (ou tout le monde s'en fout !) et quand on réédite ses bandes sur microsillon comme sur CD : le son des disques de Nat, de Marcelle Meyer s'évanouit...

Papy le SACD est décrié partout pour sa froideur : où ?

Ce que je sais, c'est qu'il est dénigré a priori par des gens qui ne l'ont pas entendu ici et chez certains revendeurs de hifi qui ne font pas de marques de lecteurs qui produisent des lecteurs de SACD ! Attends que les p'tits anglais s'y mettent :wink: Là, le SACD deviendra intéressant. Comme le CD l'est depuis que Rega s'y est mis, sans doute !


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 22 Sep 2003 14:03

je reprend le debat (tres interessant) en cours apres un petit WE de pause ..

Bbill a écrit:
duc page 2 a écrit: Cela veut il dire que Souvent le SACD ou LP sont supérieurs au CD ?

Au contraire , je trouve qu'il y a de plus en plus de SACD de bonne qualité , notamment ( en jazz domaine que je connais bien ) Je ne généralise pas pour toutes les musiques .


le "meilleur choix" est un bon lecteur cd/sacd

si ton marchand favori est la F**C , tu risques d'attendre longtemps qu'il y ait un bon choix ds un nouveau format


tu veux démontrer quoi ????
-une statistique sur les quelques bons SACD ?
-qu'à part des rééditions "pour la Xième fois" il n'y a rien de nouveau en SACD ?
- que la FNAC ne connait pas le marché du disque ?
- que, à tout prendre, autant avoir un lecteur bi normes ?

sans doute...


tu veux démontrer quoi ????

Y aurait il un soupcon d'agressivité dans cette question??? :wink:

Je ne veux rien demontrer du tout mais reagir quand je lis des généralités "un peu trop générales" ( selon moi bien sur )

-une statistique sur les quelques bons SACD ?


le "quelques" me gene un peu quelque part , cette generalisation que tu fait n'est pas tres objective , tu semble juger l'ensemble du catalogue SACD toutes categories confondues ( soit 1000 references environ )
( ce n'est pas une critique , c'est peut etre du a un manque d'infos )

je citerai aussi Haskil (p 3 de ce post )
haskil a écrit:D'avoir consulté encore relativement récemment une grande partie de la liste des SACD double couche ou simple couche disponibles : je pense au contraire qu'artistiquement il y a nettement moins de mauvais SACD que de CD ! En tout cas dans la musique classique c'est une évidence !


et je rajouterai aussi dans le domaine du jazz !!!

-qu'à part des rééditions "pour la Xième fois" il n'y a rien de nouveau en SACD ?

Pour certaines personnes dont je fais partie , une reedition en SACD est une nouveauté meme si c'est un fond de catalogue ( que ce soit Miles Davis , les Rolling Stones ou Bob Dylan ... ) et cela ne me gene pas
( toutes proportions gardees bien sur ) de me racheter un cd que je possede en sacd (surtout si la version que je possede date d'un quinzaine d'annees, les traitements numeriques - masterisation- de l'époque )etant completement depasses) . Sinon je conseille la lecture
de http://www.highfidelityreview.com pour les news . Il n'y a pas que des reeditions .

- que la FNAC ne connait pas le marché du disque ?

La FNAC connait le marché du CD mais pas celui des formats haute-resolutions . Peut on encore parler d' "agitateur culturel" ou la FNAC
n'est elle qu'un "supermarché de la culture" .
Aux etats-unis , les gens ( pas specialement les audiophiles ) consomment du sacd sans se poser 36 questions , il y a un (plus ou moins important) rayon sacd dans des magasins "physiques"

- que, à tout prendre, autant avoir un lecteur bi normes ?

Chacun est libre de s'engager selon ses preferences , mais auparavant
bien comparer les 2 catalogues dans les 2 formats (SACD / DVD-Audio )



ogobert (p 3) a écrit:Or je reprends duc :



duc a écrit:Au contraire , je trouve qu'il y a de plus en plus de SACD de bonne qualité , notamment ( en jazz domaine que je connais bien ) les enregistrements "direct DSD" de performances Live chez TELARC ou d'autres editeurs ...
Pour les amateurs de jazz , domaine dont le fond de commerce est
surtout analogique ( bandes masters des annees 30 a 70 ) , le transfert
de ces bandes en DSD apporte beaucoup et SANS CONTESTATION possible au moins par rapport au CD . Je ne généralise pas pour toutes les musiques .


Je ne généraliserai même pas au niveau du genre musical.
Oui, il y a de bon et de mauvais CD/LP/SACD...
Et oui, un bon CD donnera un meilleur résultat qu'un mauvais SACD.
Mais un bon SACD donnera un résultat très nettement supérieur à un bon CD. Et dans ces conditions, on touche à "l'exceptionnel" dont je parlais plus haut.


je vais nuancer un peu plus mes propos

quant on part de la bande master originale , qu'on la transfere en DSD
et qu'on fait la masterisation en DSD ou sur 20 ou 24 bits ,
la "down-conversion" en PCM 16 bits ( CD ) ne peut etre qu'inferieure
( enfin il me semble ) a la version SACD .


qu'est qu'un "mauvais" sacd : c'est un sacd dont la remasterisation est ratee ...
exemple ou le SACD est inferieur au LP ou CD
http://www.audaud.com/audaud/MAR00/SACDs/SACDs.html
BILLIE HOLIDAY - Lady in Satin
je ne vois pas trop l'interet de faire un sacd a partir d'un master completement pourri sauf raison marketing .


En fait , pour eviter une derive de vocabulaire il est plus precis de dire que
la masterisation transcrite sur tel support est "superieure" a telle autre sur tel support .

quant on compare 2 masterisations sur 2 supports differents ...
on ne compare rien du tout en fait :wink:

haskil a écrit:Le catalogue SACD s'enrichit chaque jour de nouveautés et de rééditions de premier plan du point de vue artistique. Personne ne peut savoir aujourd'hui si ce nouveau support va prendre ou pas.


Je suis plutot d'accord avec Haskil pour la premiere partie .
Pour la 2e partie , je suis plus confiant qu'Haskil .

Il y a le point de non retour :

    est il atteint ou pas pour le hard ? ( càd y a t il assez de constructeurs
    qui produisent des lecteurs sacd de toutes gammes ( qu'ils soit universels , cd/sacd ou cd/dvd/sacd ) pour faire decoller le marché )
    la masse critique de sacd dispo sur le marché est elle atteinte ( cad y a t il assez de references diverses en sacd pour interesser 95% des gens par ex ) ce deuxieme point est bien sur plus subjectif ...


pour moi c'est oui ...

Qqs mots au sujet de la F**C , elle n'est pas absolument pas la reference ( vus les prix et le maigre choix ) , l'amateur de SACD devra ( hélas ) et je suis le premier a le regretter acheter aux USA ou le prix d'un SACD hybride est souvent de l'ordre d'un cd en france ... ( parfois moins )

Un petit mot pour les accros du vinyle ( je tiens a preciser que je ne suis absolument pas detracteur de ce format ) :
je ne sais pas comment vous faites pour les nouveautes , mais je n'en vois pas beaucoup en vinyle ...

On pourrait lancer un autre debat :wink:
"l'audiophile francais est il plus
*intellectuel ou
*conservateur" ?
que l'audiophile americain , allemand ou anglais ...
vues les differences de perception d'un pays a l'autre devant les
nouveaux formats comme sacd ou dvd-audio ...
duc
 
Messages: 480
Inscription: 04 Jan 2002 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 22 Sep 2003 14:13

qu'est qu'un "mauvais" sacd : c'est un sacd dont la remasterisation est ratee ...
exemple ou le SACD est inferieur au LP ou CD
http://www.audaud.com/audaud/MAR00/SACDs/SACDs.html
BILLIE HOLIDAY - Lady in Satin


Exemple plutôt mal choisi : le SACD écrase justement le CD : il arrondit les sifflantes du micro qui sont intégrées au chant et ne sont plus des parasites difficilement supportables; il apporte de l'air à la restitution et l'on entend beaucoup plus distinctement le son du studio d'enregistrement et les musiciens qui jouent dedans !

Le son est à la fois plus défini et plus doux, plus naturel.

C'est même l'un des SACD qui prouve la supériorité de ce support sur le CD avec le moins d'ambiguité possible. De nombreux forumeurs ont entendu chez Ogobert les différences : elles sautent aux oreilles !

Alain :wink:
Dernière édition par haskil le 22 Sep 2003 16:11, édité 1 fois.
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 22 Sep 2003 14:52

+1 c'est flagrant sur ce disque !
J'aurais voulu être un artiiiiiiiiiiiste .... ouillllllle
Finalement la HiFi c'est pas mal ;-)
Avatar de l’utilisateur
Kador
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3409
Inscription: 14 Mar 2002 2:00
Localisation: 31 cassoulpif

Message » 22 Sep 2003 16:29

Kador a écrit:+1 c'est flagrant sur ce disque !


Ce qui serait intéressant se serait de comparer différentes éditions microsillons d'un disque : celui-ci ou un autre. Et l'on s'apercevrait de différences qualitatives énormes entre LP, selon le pays où ils ont été gravés et pressés et selon la bande utilisée pour faire la gravure.

Et évidemment différentes éditions CD du même disque, là encore on aurait des surprises... il y a des transferts numériques plus ou moins réussis, certains franchement ratés, d'autres superbement bien faits !

J'ai ainsi en deux versions EMI le même Deuxième de Rachmaninov par Benno Moïseiwitsch, une prise stéréo de 1954 : l'une d'elle dans la série "Great recording of the Century" première version de la série. L'autre dans une série "Golden Triomphe" ou quelque chose comme ça ! La première est splendide, la seconde effroyable. Faudra que je remette la main la dessus dans ma discothèque campagnarde : dix fois plus de CD qu'à Paris, juste mieux rangés mais quand même !

D'autres enfin que l'on pense ratés et qui, d'après les maisons de disques sont meilleurs ! cf. cette histoire de la série Gold Ancerl : tout habitué aux CD jusque là fabriqués en Tchécoslovaquie (Supraphon) et au Japon (par Denon) aura trouvé la nouvelle édition Supraphon Gold éteinte, terne, mate, avec une dynamique compressée, bizarre.

Cela a été écrit dans la presse par JC Hoffélé et contredit le mois suivant par le patron de Supraphon dans Diapason : il a écrit que le son des nouveaux CD remastérisés en 24/96 était plus proche des bandes originales analogiques que la précédente édition sur CD. De mémoire, il dit aussi que l'ingénieur du son de l'époque a surpervisé le transfert (au bas mot, il doit avoir entre 65 et 80 ans!).

Evidemment, il n'allait pas écrire le contraire, mais les maisons de disques prennent si rarement la plume que...

Si c'est exact : la précédente édition moins fidèle est plus vivante et plus agréable à écouter que la nouvelle !

Surtout Peter77 garde la Nouveau Monde en pressage japonais que je t'ai donnée : elle est introuvable, c'est un Collector !

Autre doute : l'intégrale Strauss par Kempe chez EMI. Les LP est allemands sonnaient excellement. Les LP anglais ternes. Les LP gravés en DMM (Direct Metal Mastering : la dernière amélioration connue apportée à la gravure des LP, amélioration contestée du reste par certains) et vendus par EMI dans des boitiers à tirette plus vivants mais assez durs et vrillants. Les CD ? selon les oeuvres on passe du meilleur au terne et un poil sale. Alors que la prise de son est de toute beauté.

Etc., Etc.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 22 Sep 2003 18:02

JB14 a écrit:. Et tu es toujours le bienvenu dans les collines.

oui, je voudrais bien passer !
on doit organiser cela...
bbill
Bbill
 
Messages: 390
Inscription: 21 Mai 2002 22:59
  • offline

Message » 22 Sep 2003 19:27

haskil a écrit:
qu'est qu'un "mauvais" sacd : c'est un sacd dont la remasterisation est ratee ...
exemple ou le SACD est inferieur au LP ou CD
http://www.audaud.com/audaud/MAR00/SACDs/SACDs.html
BILLIE HOLIDAY - Lady in Satin


Exemple plutôt mal choisi : le SACD écrase justement le CD : il arrondit les sifflantes du micro qui sont intégrées au chant et ne sont plus des parasites difficilement supportables; il apporte de l'air à la restitution et l'on entend beaucoup plus distinctement le son du studio d'enregistrement et les musiciens qui jouent dedans !

Le son est à la fois plus défini et plus doux, plus naturel.

C'est même l'un des SACD qui prouve la supériorité de ce support sur le CD avec le moins d'ambiguité possible. De nombreux forumeurs ont entendu chez Ogobert les différences : elles sautent aux oreilles !

Alain :wink:



Je confirme absoluement. C'est un des premiers SACD que j'ai acheté.
et quand les gens qui passait à la maison me posait l'inévitable question "et alors le SACD, c'est vraiment meilleur" ;-) je faisais la comparaison avec une version CD pourtant pas "deg" ( remasterisée 20 bits et tutti quanti "audiophile" ). Supériorité écrasante du SACD...
audaud.com ? Encore un site de moins à lire...
Adhérez à l'assoc pour que le site soit indépendant : http://www.homecinema-fr.com/l-association-hcfr/
(Ce compte ne répondra pas à vos messages privés)
Avatar de l’utilisateur
ogobert
Fondateur et Membre d'honneur
Fondateur et Membre d'honneur
 
Messages: 48682
Inscription: 04 Juil 2000 2:00
Localisation: France (78)
  • offline

Message » 22 Sep 2003 23:15

Un autre dans le même genre : la Valse de Ravel par Boulez. les premières mesures, pianissimo dans l'extrême grave sont une sorte de brume sur le CD, sur le SACD on entend distinctement les archets aller et venir, pianissimo, sur les contrebasses.

L'espace sonore, la profondeur, la hauteur et la largeur sont également plus patents sur la version SACD que sur la version CD.

Sur le LP, le début de cette oeuvre, dans cette interprétation, est difficilement audible si l'on laisse le réglage de niveau qui restera le bon jusqu'à la fin.

Idem de l'inachevée de Schubert et la cinquième de Beethoven par Walter en enregistrement analogique d'origine : le CD est plus étroit que le SACD, le son est moins libre. Et le son sur le CD est plus ouvert, plus rond, moins crispé que sur le LP. Cela étant pour être précis, mon LP est un américain donc nettement plus mauvais coté pressage qu'un exemplaire européen.

tiens encore un autre : la sonate funèbre de Chopin par Horowitz: pas photo entre CD et SACD, différence aussi grande qu'avec le disque Holliday. LP assez mauvais. Là encore, avec la réserve que les LP CBS américains sont globalement mauvais comme pressage.

Contre exemple : l'intégrale du clavecin de Rameau par Scott Ross est en LP (sublime) totalement inapprochée par le CD qui est terne et sans vie. D'autres disques de clavecin sont comme ça : sans doute la richesse harmonique époustouflante de cet instrument, très peu dynamique, ne tient pas dans le CD même gravé près du 0 dB.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 23 Sep 2003 17:30

Je crains que le debat ne s'arrete faute de combatant.
Il n y a pratiquement plus de studio qui enregistre en analogique. Les LP sont donc des pressages qui intègrent les distorsions des deux traitements.
Les qq maisons qui cherchent à realiser de l analogique complet présentent souvent des interpretations medicocres.
Le LP restera sur les anciennes interpretations. Qui conservent toutes leurs qualites.
Les SACD actuels sont rarement de vrais SACD. Le plus souvent les materiels de studio numeriques utilisent du 20/ou 24 bits 96 khz. Pas du DSD
Là aussi difficile de se faire une idee.
antonyantony
 
Messages: 4022
Inscription: 06 Juin 2003 15:16
  • offline

Message » 23 Sep 2003 18:09

antonyantony a écrit:Il n y a pratiquement plus de studio qui enregistre en analogique.

Bonjour,

Une grande partie des studios enregistrent encore sur bande ! Evidemment, il peut y avoir des reports sur Pro-tools par la suite, pour les éditions, ou de l'enregistrement direct en numérique en parallèle, pour certains instruments... Mais la bande est beaucoup plus utilisée qu'on le croit :wink:

Sur le dernier album de Cox par exemple, Rien à perdre, toutes les prises ont été faites sur bande, exceptées les voix. Il y a même eu du montage au rasoir et au scotch !

antonyantony a écrit:Le plus souvent les materiels de studio numeriques utilisent du 20/ou 24 bits 96 khz.

Là par contre, je vais en dégouter pas mal, mais si la quantification 24 bits est généralement adoptée, l'échantillonage à 96 kHz n'est pas si répandu ! Pour ma part, j'ai toujours vu travailler le Pro-tools en 44.1 kHz.
Pacaya
 
Messages: 1883
Inscription: 30 Déc 2001 2:00
Localisation: Paris

Message » 23 Sep 2003 20:07

Bizarre, le post de GBo s'est effacé :o


GBo a écrit:Le dernier Jonasz aussi non? alors que l'avant dernier sûrement pas!

Je ne suis pas très calé sur Jonasz :wink: Quel est le nom de son avant-dernier album ? Je peux me renseigner.

GBo a écrit:est-ce que l'on continue à enregistrer sur bande analogique, ou plutôt est-ce un RETOUR à ce support pour profiter de ses qualités?

Pour beaucoup, c'est un retour sur bande, même si les ingénieurs du son que je connais n'ont jamais délaissé l'analogique. Aujourd'hui, il y a une réelle complémentarité entre ces deux technologies. Sur bande, on enregistre généralement la base rythmique... Après, c'est au bon vouloir de l'ingénieur et du musicien. Les voix se font généralement en numérique, pour pouvoir droper le plus rapidement possible voire éditer en temps réel.

GBo a écrit:Sur basse/batterie, j'ai l'impression qu'on a plus facilement un "gros" son (compression naturelle magnétique???).

La notion "gros son" est pour moi assez floue... On choisit le son que l'on veut (gros, clair, gras?) et ensuite seulement, on se demande sur quoi on va l'enregistrer. Il est vrai qu'une bande va encaisser plus facilement une batterie. Il est également vrai que la vitesse de défilement de la bande et son réglage offrent une plus grande liberté.

Car ne croyez pas que toutes les bandes sont utilisées à 30 ips (76 cm/s). Certains préfèrent le 15 ips, que ce soit pour une raison artistique, ou économique. Ensuite, il y a la manière d'entrer sur la bande... et là, effectivement, il est question de magnétisme. Par exemple, on décrira d'une bande qu'elle a été utilisée à 15 ips en 250 nW/m+5.

Et des Dieux savent quels réglages vont sonner comment, et vont jouer avec la saturation des entrées etc...

Il y a également un retour aux bandes à cause du numérique paradoxalement. En effet, avec toutes ces normes qui se battent en duel (44.1, 48, 88.2, 96 kHz et 16/20/24 bits), la compatibilité doit être assurée entre les appareils d'aujourd'hui... mais également avec ceux du futur ! C'est pour cela que depuis le début des années 90, les ventes de bandes n'ont cessées d'augmenter. Les ingés, méfiants, se disent qu'on pourra toujours s'en sortir avec une bande analogique !

GBo a écrit:Dur! Et en amérique du nord?

Je ne sais pas. Il n'est pas simple de savoir quelle est la configuration numérique utilisée par les ingés son.

GBo a écrit:Avais-tu lu l'article trouvé par E. Piat prouvant que la partie ultra son étaient bien perçue par le cerveau

Non, je ne l'avais pas vu celui-là :wink: Je pense de toutes façons que le 96 kHz sera la base d'échantillonage quand les disques durs couteront moins cher. Parce qu'échantilloner en 24 bits, ce n'est après tout que 50% de place supplémentaire par rapport au 16 bits. Et cela permet une grande manoeuvre pour le mixage et le mastering. Par contre, pour le 96kHz, c'est le double de place !
Pacaya
 
Messages: 1883
Inscription: 30 Déc 2001 2:00
Localisation: Paris


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message