Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 27 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Traitement acoustique pas à pas

Message » 02 Jan 2007 17:51

CATT acoustic 8 est également un excellent logiciel, pour PC uniquement.

Ce logiciel est distribué par une entreprise Française : Euphonia
Euterpe
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 2286
Inscription: 13 Fév 2005 16:40
Localisation: Québec-Canada

Annonce

Message par Google » 02 Jan 2007 17:51

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 02 Jan 2007 18:03

haskil a écrit:Certes, cependant pour les salles de concert : depuis que l'on aborde leur construction en faisant autre chose que suivre son intuition : le nombre de mauvaises salles a chuté de façon colossale.

En exemple ici au Québec nous avons Le Domaine Forget, école de musique reconnue à l’International, on y retrouve entre autres une des meilleures salles de concert au Canada et je crois bien la meilleure au Québec.

http://www.domaineforget.com/fr/salleFB/salleFB.shtml

http://www.domaineforget.com/index.asp
dante47
 
Messages: 117
Inscription: 24 Oct 2005 13:17
Localisation: Québec, Canada
  • offline

Message » 02 Jan 2007 20:58

A la la finale, c'est de mon point de vue, l'oreille qui aura raison, je parle ici pour une pièce d'écoute d'un particulier, aux dimensions domestiques, ce qui ne s'applique pas à une salle de concert, qui doit être étudiée avec soin grâce à la modélisation par ordinateur, le budget n'est pas le même non plus, il serait bon de revenir sur terre, les moyens employés pour la construction d'un concert hall sont titanesques ...


Il n'y a de ce point de vue aucune différence entre une salle de concerts et un salon d'écoute.

Si ce n'est que dans le premier on produit le son et dans le second on le reproduit. Ce qui contraint pour rendre une salle de concerts acoustique sonorisable par des enceintes à adopter un réglage acoustique différent car le TR n'est pas le même. Le TR étant le temps de réverberation.

Enfin, dans un chantier d'une salle de concerts, la part dévolue à l'acousticien est peanuts. Et pourtant, il fait souvent faire des économies en matériaux visibles l'acousticien... quand les architectes poussent à la roue parfois...

Et si nombre d'audophiles qui donnent dans le matériel de HDG et de THDG investissaisent dans leur acoustique le prix qu'ils mettent dans les cables de modulation, cables HP et cables secteurs.... ou disont 20 % du prix total de leur matériel... Ils éviteraient des dépenses inutiles.... et redescendraient parfois en gamme de matériel pour en acquérir qui soient adaptés à leurs conditions d'écoutes... mêmes arrangées de façon sérieuse dans les règles de l'art.

Qui irait dépenser 5 000 euros dans une vraie étude acoustique et modifications de sa salle d'écoute ? Et pourtant certains dépensent 10 000 euros dans un lecteur CD qui donne des résultats d'écoute à peine meilleurs qu'un à 4000 euros...

Et bien le lecteur à 1500 euros donnera de meilleurs résultats que celui à 4000, que celui à 10 000 euros s'il est placé dans une salle à l'acoustique qui ne crée par d'effets de masque qui ruinent les qualités des appareils...

Donc, pour nos "chères" salles d'écoutes rien ne vaut le bon sens, et l'application des quelques règles de base.


Les régles de base ne sont pas les mêmes quand on arrange une acoustique domestique d'une pièce qui existe déjà et celles à mettre en oeuvre pour en construire de zéro une nouvelle salle.

Dans le premier cas, si je dois faire en sorte que je n'ai pas de fluter échos dans le médium-aigu, il y en a plein de règles de base et elles sont réversibles.

Dans le second cas, construire de zéro.... il n'y en a pas beaucoup de règles de base... qui sont connues sauf quelques trucs bateau qui ne tiennent pas toujours la route.... genre mettre du bois partout...

Dans le cas d'une construction d'une nouvelle salle, il faut dès le départ partir sur des dimensions plausibles qui vont faire que des défauts de base liés aux modes propres par exemple seront éliminés dès la construction.

Et donc, par exemple commencer par bannir le plafond à 2,5 mètres....par bannir le nombre d'or, le bois partout, etc.


Si vous voulez aller plus loin, parfaire votre acoustique d'une façon plus "pointue" votre budget se doit d'être extentsible, l'aide d'un expert acousticien sera requise et comme le disait haskil, il ne sont pas nombreux.


Non, ils ne sont pas nombreux. Nombreux en revanche sont ceux qui prétendent l'être et sont plus ou moins sérieux... y a meme des marchands de grigris qui prétendent améliorer l'acoustique d'un local. Ceux là faut les fuir d'office.

Le plus gênant et lourd à corriger dans une salle préexistante : ce sont les noeuds et ventre que l'on trouve dans le grave et qui sont liées aux dimensions de la salle et à leur rapport. Ils se mesurent et se corrigent à l'aide de bass trap, de cavitées accordées, de panneaux lourds et accordés qui agissent en opposition de phase avec le signal, etc. C'est pas sorcier, mais c'est lourd, encombrant et pas toujours joli...

Il y a aussi, et c'est l'avenir, la correction numérique. Mais là encore, ce n'est ni ne sera la panacée : il faut partir d'un truc sain pour ne pas imposer des corrections trop importantes aux enceintes et aux amplis....

Tous ne suivent pas la même idéologie, les résultats en fonction des choix des uns et des autres va être très différent, même si le but au départ est la correction acoustique, les moyens mis en œuvre sont parfois très surprenants.


Quand les gens sont sérieux et professionnels, il n'y a pas d'idéologie. Juste des problèmes et des solutions en fonction de la salle, de la place, de l'esthétique : dans un intérieur on ne pas tout avoir à la fois.

Si on peut faire une analogie, les meilleurs accordeurs de piano sont ceux qui travaillent encore à l'oreille et ce depuis des générations ... même si les appareils de contrôle sont des outils bien pratiques, ils ne servent généralement que de vérificateur, juste histoire de valider ce que l'humain a entendu.


Tous les accordeurs accordent avec leurs oreilles.... et quelques outils sans lesquels ils ne pourraient pas accorder les pianos....

Un diapason qui peut être électronique, des cales en cahoutchou pour coincer les cordes qui sinon vibrent par sympathie et une partition d'accord on ne peut plus sérieusement établie et scientifique !

Elle est fondée sur la justesse de certains intervalles, sur les battements d'autres... et l'accordeur compte avec ses oreilles les battements qu'il entend et que tout un chacun peut entendre d'ailleurs !

Il n'y a aucun mystère là dedans et beaucoup de science théorique. Car pour sonner juste un piano doit être faux en bien de ses notes prises isolément !

Si ce n'est que la qualité d'un accord, c'est l'habileté avec laquelle l'accordeur saura le caler(comment on bloque la corde accordée) pour qu'il tienne et se désaccorde de façon audible.


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 02 Jan 2007 23:18

Je ne savais pas tout ca sur l'accordage du piano :idee:
J'en savais rien du tout d'ailleurs :mdr:

Quand je parlais de mesure et d'analyseurs, il est clair que ce ne sont que des outils.
Les outils que l'on ne sait pas manier ne servent a rien au mieux, a de mauvais resultats au pire.
Sans les bons outils il est difficile de bien travailler :D

Bien sur l'oreille reste juge, mais elle n'est pas d'une fiabilité a toute epreuve, surtout quand on ne peut faire de comparaison A/B, et c'est le cas quand il s'agit de deplacer les enceintes, ou j'imagine quand il s'agit de placer des tubes traps, etc.

Ce qui ne remet pas en cause loin de la le bon sens et l'humilité = l'ecoute des conseils des gens d'experience :wink:
palm
 
Messages: 5731
Inscription: 30 Nov 2003 1:34
Localisation: Nord
  • offline

Message » 03 Jan 2007 0:17

bonsoir à tous
je vais vous décrire ma salle ainsi que les corrections que j'ai fait dans celle ci, cette pièce qui la mienne pour des écoutes haute-fidélité et aussi home-cinéma devait être multi usages , simple de mise en oeuvre en terme de traitement acoustique et pas cher
les dimensions 4.7 m de largeur, 8.5 m de long et 2.6 m de haut j'aurai pu faire plus haut mais dans le cas d'une construction les petits plus ammènent des gros plus financièrement , elle ouverte en son milieu sur une largeur de 3 m donnant sur une autre pièce de 45 m2

les murs sont fabriqués en parpaing , une épaisseur de 10 cm de laine de roche plus du ba13, attenant à l'autre pièce du parpaing avec platre, le sol est monté sur un vide sanitaire et le plafond est une dalle béton, bref une construction standarde.

comme le signale Haskil, le plus difficile à corriger est les basses fréquences les noeuds de pression et de dépression, pour celà j'utilise une solution radicale: le plancher sablé, celui-ci est constitué de solives posées sur la dalle béton ,d'une dizaine de centimètres créant des alcoves qui sont remplies de sable sec, sur les solives sont fixées des plaques d'agglo de 22 mm sur lequel en parti j'ai posé du jonc de mer pour les enceintes et de l'autre du parqué sur le lieu d'écoute.

l'intéret du sable est de tranformer l'énergie vibratoire en chaleur et de la dissiper , et ce comporte remarquablement bien sur des basses frquences .

pour les murs, je voulais conserver une pièce vivante et j'ai aboli quasiment tout aborbant type laine de roche, tybaude ou autre qui sont des tueurs de salle

pour éviter les ondes stationnaires, tous les angles sont coupés soit par des étagères soit par les caissons eux même du système, j'ai aussi disposé quelques étagères très lourdes rempli de vyniles

pour les ondes réfléchissantes, j'ai disposés sur les murs des claustras utilisés dans les jardins avec derrière chaques panneaux un panneau de laine de roche de 1cm d'épaisseur, dans la salle il y en a 4, un sur le mur avant , sur le mur arrière et deux sur les murs de cotés au niveau des enceintes

le cout de cette correction acoustique est d'environ 150 euros pour les murs et 350 euros pour le sol

j'envisage de faire une petite correction sur le plafond mais très léger et encore, avoir en faisant quelques tests

la salle est très vivante sans aucune tonique désagréable, pas de son de tonneau, le son "respire"

mon système : le 4 éléments de pascal louvet composé de 2 caissons de grave de 4*25cm chaqun et de baffle plan pour le médium rendement 96-97db alimenté par le "petit topaze" jean luc B
en home-cinéma, j'utilise le système principal piloté avec un "vieux" rotel 965 , pas de voie centrale (après plusieurs esssais celà fait une sacrée merde et puis c'est couillon d'envoyer 60% du message sur une voie qui est 3 à 4 fois moins performante que les enceintes latérales), les voies arrières sont des petites pascal louvet maximum, et le caisson de grave est un caisson jensen avec le 18lx60 de beyma

résultat: en hifi; il n'y a pas de système, je n'écoute pas de fréquence car la reproduction est spontanée, la musique vient à vous et non pas le contraire, l'image est holophonique et quelque soit votre positionnement la scène sonore ne bouge quasiment pas
en hc, j'ai réussi à intégrer le grave avec le 4 éléments et donc conserver les contrates que j'ai en hifi, le bas est là puissant, physique mais avec beaucoup d'air et de dynamique, ce qui me permet d'obtenir un son cinémascope avec des voix en 3d et qui me semble etre naturelle, je visionne pas mal de concert

l'image est donnée à un piano 3200 et un lecteur thulé modifié sur un écran de 2.40 m

bref j'ai une installation qui me procure beaucoup de plaisir, simple mais très très musicale , les éléments sont exceptionnels et la pièce acoustiquement bonne

mes améliorations prochaines:
la finition du caisson de grave et quelques petites modifs
un écran de 3m avec un sony pearl et un futur lecteur hd mais ce n'est urgent

je n'ai pas de photos, mais si des gens peuvent m'en diffuser je le ferai volontier sur les 2 ou trois trucs de ma pièce
ACVotre
 
Messages: 1571
Inscription: 05 Déc 2002 22:10
Localisation: Tours Amboise

Message » 03 Jan 2007 0:17

palm a écrit:Je ne savais pas tout ca sur l'accordage du piano :idee:
J'en savais rien du tout d'ailleurs :mdr:

Quand je parlais de mesure et d'analyseurs, il est clair que ce ne sont que des outils.
Les outils que l'on ne sait pas manier ne servent a rien au mieux, a de mauvais resultats au pire.
Sans les bons outils il est difficile de bien travailler :D

Bien sur l'oreille reste juge, mais elle n'est pas d'une fiabilité a toute epreuve, surtout quand on ne peut faire de comparaison A/B, et c'est le cas quand il s'agit de deplacer les enceintes, ou j'imagine quand il s'agit de placer des tubes traps, etc.

Ce qui ne remet pas en cause loin de la le bon sens et l'humilité = l'ecoute des conseils des gens d'experience :wink:


...Et quand la forme devient fond !
Merci Haskil et Euterpe pour toutes ces nuances très intéressantes... 2007 devrait être un bon cru !

Frédéric. :wink:
fredfish
 
Messages: 4025
Inscription: 04 Sep 2005 15:27
  • offline

Message » 03 Jan 2007 9:12

ACvotre a très bien résumé les choses en nous parlant de son installation personnelle.

La hauteur, malheureusement trop faible mais comme il le dit ce sont des problèmes d'argent qui l'ont empêché de construire plus haut, est là quoi qu'on fasse. C'est irréversible.

Raison pour laquelle si l'on construit de zéro, cette foutue hauteur DOIT impérativement être prise en compte dans les calculs. Tant pis si on peut pas aller à 4 mètres... Mais au moins on sait.


Ensuite, le plancher : ça ne change rien aux modes propres de la pièce, mais ça ajoute moins de résonnances excitées par sympathie.


Les murs : alterner surfaces lisses et bibliothèques ou discothèques de préférence pas remplies de façon uniforme est une chose excellente, tout comme un sol absorbant, semi absorbant en fait.

Et les claustra avec laine de roche derrière : impeccable si le waff accepte... On peut aussi pour le coup faire des paravents absorbants recouverts de tissus qui auront le même effet.

En général il faut que le mur face aux enceintes soit absorbant/diffusant, que les murs latéraux à proximité des enceintes soient absorbants comme le sol juste devant elles ainsi que le plafond juste au dessus d'elles... pour absorber un peu les premières réflexions.

Derrière les enceintes : diffusant (biblio par exemple ou absorbant grand tapis accroché au mur. C'est à essayer. L'un comme l'autre fonctionnent avec un résultat différent.

Mais le grave et l'extrême grave (notamment le room gain : pas rare d'avoir + 10 dB à 16 hz dans une pièce avec une paire d'enceintes qui ne descendent pas sous 35 hz...) c'est une autre paire de manches, il doit être réglé indépendemment des enceintes car les modes propres sont là de par les rapports de dimensions de la pièce. Il faut les casser, absorber avec bass trapp, etc.

Mais maintenant, il apparait des caissons de graves qui fonctionnent à l'envers ! Ils sont accordés sur une fréquence, voire deux, et les éliminent dans la pièce en créant une onde en opposition de phase (j'imagine car je n'ai pas encore pu lire le descriptif...).

Ce sont des bass trapp électroniques...

Sinon, quoi qu'en disent certains, les égaliseurs paramétriques, les Tact et autres appareils du genre, Trinov, logiciel Ina/TMS par exemple peuvent réaliser de vrais miracles s'ils sont bien utilisés... Et tout le problème est encore là...

Un simple Beringher optimisé et utilisé avec compétence là où il doit l'être est transparent d'un point de vue audiophile, n'apporte pas de colorations, pas de dégradation, mais transfigure une chaine mise dans une salle dont les modes propres dans le grave sont pénibles.


Les matériaux : le bois a une réputation usurpée pour cet usage.

C'est bon pour faire des instruments.

ça l'est beaucoup moins pour faire des salles de concerts... et surtout pour faire une salle d'écoute à la maison.

Des murs recouverts de boiseries sublimes peuvent être une cata apportant une tonique ou être une bénédiction car ils vibrent hors phase et annulent une mauvaise résonnance : mais ce n'est pas le matériau qui prime alors, c'est le poids... et c'est complétement aléatoire !

Il est vraiment dommage qu'il n'existe pas un livre simple d'accès qui donne de vrais conseils pour l'acoustique des salles d'écoutes, donnent des abaques pour la construction de zéro d'une salle pour écouter de la musique et qui traiterait des problèmes liés à l'amélioration des pièces déjà construites.

Plutot que parler de cables et d'accessoires les revues devraient prioritairement parler de cela. Reconnaissons à la NRDS d'en parler de temps à autre et d'une façon toujours compétente. Mais ce n'est pas assez... Et surtout reconnaissons aussi le fait que la NRDS ne fait pas de banc d'essais de cables...

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 03 Jan 2007 22:44

Salut à tous et tout d'abord je vous souhaite une excellente année 2007

Voilà une discussion qui prend bien forme !

Entre théorie et pratique n'oublions pas aussi d'être raisonnables.

Une salle idéale, nous avons été et seront beaucoup à en rêver, mais après il y a la réalité.
Ceux qui font marcher leur système dans un salon (avec ce que celà implique...)
Ceux qui ont la chance de disposer d'une salle dédiée (au moins on peut essayer de travailler...)

Mais déjà il ne faut pas tenter de faire marcher coûte que coûte de trop grosses enceintes dans un volume inadapté, il est plus judicieux de se demander au départ si il y a adéquation ou pas,
des enceintes générant un grave important vont exiter tous les modes propres d'un petit volume et le résultat sera calamiteux (et là je parles par expèrience),question donc à se poser avant d'être dos au mur.
Car c'est bien le grave qui nous pose les plus gros problèmes, en tous cas les plus difficiles à solutionner du fait des longueurs d'ondes en jeu.
sans vouloir nullement négliger les autres fréquences elles sont plus faciles à traiter car les moyens à mettre en oeuvre sont moins lourds.

Comme une enceinte, une salle est aussi le résultat d'un compromis, le tout étant d'en trouver un qui soit au final acceptable et qu'on y trouve du plaisir à l'écoute.

Les acousticiens "à domicile" en quelque sorte, les spécialistes des petites salles (car je reste persuadé que dans un grand volume de concert les contraintes et les objectifs sont différents des nôtres) je n'en connais pas et lorsque j'avais pris conseil sur plans auprés de l'un d'entre eux il ne m'avait rien dit que je ne sache déjà concernant mon problème.
Il y a quelques salles "clé en main" où tout a été pensé comme un tout avec souvent du haut rendement, des hp de grave avec pavillon faisant partie intégrante de la structure mais je n'ai jamais pu en écouter.

Les corrections electroniques sont peut-être quelquefois le derniers recours, mais elles sont très difficiles à utiliser pour un non spécialiste et le remède peut s'avérer pire que le mal.

Les "manuels" d'acoustique susceptibles de nous interesser je n'en connais pas réellement:
c'est vrai, la revue du son avait publié quelques textes de vulgarisation rédigés souvent par Rinaldo Bassi, interessants et très accessibles, c'est ça être intelligent, non ? Se mettre à la portée de non spécialistes.
Sinon je peux citer:
-"Le livre des techniques du son" tome 1, collectif d'auteurs, éditions Eyrolles (technique mais interessant et accessible néanmoins)
-"Acoustique des salles et sonorisation", Jacques Jouhaneau, collection CNAM, éditions lavoisier (difficile d'abord pour un non spécialiste)
-"Initiation à l'acoustique", Antonio Fischetti, éditions belin sup sciences (un cd rom, des exercices pour étudiants mais une partie cours avec quelques bons aspects abordables)
-"Manuel d'acoustique,concepts fondamentaux et acoustique des salles" de F.Alton Everest, LA BIBLE pour beaucoup mais pas édité en français à ma connaissance, et là il y a de la théorie et de la pratique...quel dommage.
Sinon on peut aussi glaner des infos dans des ouvrages comme
-"Techniques des haut-parleurs et enceintes acoustiques" de Pierre Loyez éditions Eyrolles, mais centré surtout sur l'objet du titre, ne parle d'acoustique des salles que vers la fin quand il évoque l'adaptation à l'environnement acoustique, donc c'est un peu bref.

Mais ce constat un peu amer ne fait que confirmer notre situation,
nous en sommes là car nous sommes un "micro-marché" à qui on veut vendre d'abord des produits (appareils enceintes caissons cables etc...). Dans le domaine de l'acoustique certains s'y sont mis (avec plus ou moins de bonheur car il ont flairé les sous à faire facilement, je ne parles pas bien entendu des gens sérieux comme RPG et quelques autres vrais pros de ce genre d'accessoires)
(je crois aussi que les systèmes 2 et multi voies n'ont pas les mêmes éxigences acoustiques mais c'est une autre histoire)
Et c'est pour celà qu'un tel forum est réellement essentiel pour partager les compétences, les expèriences, les trucs, les erreurs à éviter etc...

Qu'il soit bien actif et fourni pour 2007
@ +
van.alstine
 
Messages: 7423
Inscription: 01 Nov 2006 19:13
Localisation: france
  • offline

Message » 04 Jan 2007 2:33

van.alstine a écrit:... nous en sommes là car nous sommes un "micro-marché" à qui on veut vendre d'abord des produits (appareils enceintes caissons cables etc...)...


Toute chose à un début, régulièrement des "posts" sur l'acoustique émergent avec de plus en plus de pertinences et cohérences, espérons que cela débouchent sur la démocratisation des solutions de corrections acoustique mais cela reste quand même destinées aux pièces dédiées.
Ce qui rassure, c'est la prise de conscience de l'intéret de la pièce en tant que premier maillon de la chaîne musicale et qu'il ne suffit pas d'agiter le chéquier pour avoir une écoute de qualité.
Le facteur limitant dans l'expension des traîtements reste la compétence, le conseil, peut être le nouveau challenge de nos vendeurs. :lol:
Mais je peux témoigner qu'un traîtement de base apporte de grandes améliorations et pour pas cher.

Au plaisir
Mouss :wink:
HAKEM
 
Messages: 2984
Inscription: 04 Juil 2002 7:39
Localisation: CLERMONT FERRAND
  • offline

Message » 04 Jan 2007 8:18

Bonne année à tous :)
Ces derniers messages me réconcilient avec le post :mdr: :wink:
Pour en revenir avec le sujet de départ ,je suis surpris par la position d'écoute d'euterpe collée au mur arriere.Y a t il quelques recettes sur cette distance ou l'empirisme est il de règle?
Sinon, haskil,tu évoques, concernant les bosses dans le grave liées à la piece,la solution du caisson travaillant en "opposition de phase",si j'ai bien compris :oops:
J'avoue etre largué sur ces notions de phase, decallage temporel et spatial,d'autant que les avis divergents de gens trés pointus en physique, sur ou en dehors du forum,ont semé le doute dans mon esprit(c'est pas dur) :oops: :roll:
Franck(alias profilbas.... :) )
vl87
 
Messages: 314
Inscription: 19 Déc 2005 21:55
Localisation: limousin
  • offline

Message » 04 Jan 2007 9:29

+ 0, 95 avec Van Altsine :wink:

Les corrections electroniques sont peut-être quelquefois le derniers recours, mais elles sont très difficiles à utiliser pour un non spécialiste et le remède peut s'avérer pire que le mal.


Ce n'est pas pire, que se lancer dans des modifications en dur de son salon ou dans la construction en dur d'une salle dédiée en employant des recettes glanées ici ou là sans les comprendre et sans aucune compétence.

Les correcteurs électroniques ont au moins un mérite : une touche magique qui s'appelle by pass permet de comparer avec et sans corrections. Un beringher coute dans les 400 à 500 euros et ce genre d'appareil se prête facilement et est un outil formidable pour apprendre et comprendre. Si ce n'est que l'ergonomie de la machine : :mdr: :evil:



Nous en sommes encore aux balbutiements de la correction dans le domaine numérique pour des raisons liées essentiellement à la complexité des manipulations de ces machines par des audiophiles qui n'ont pas de notions d'acoustiques, de rapport corrections en dB/puissance exigées de l'ampli, qui les rejettent par apriori audiophilement correct, comme ils refusent au nom de la sacro sainte transparence le moindre correcteur de tonalité alors qu'ils ont chez eux des effets de masque effroyable provoqués par les modes propres de leur pièce d'écoute dont l'effet de brouillage est supérieur à celui provoqué par la mise en action d'un correcteur de tonalité bien fait (genre Mac, Quad, Marantz des temps anciens) qui va "abimer" de 5% la transparence de leur électronique, mais améliorer de 50 % la restitution de leurs enceintes dans leur pièce :lol:

Quand je mets le nez dans l'égaliseur automatique ou manuel (c''est comme on veut) de mon Yamaha 2600 et que je vois, plutôt j'entends, le résultat des corrections, je me dit que si Yamaha ou Pioneer lançaient pour le prix d'un de leurs intégrés HC (1500 euros) un correcteur qui ne ferait que cela et serait plus fin encore dans l'analyse et les possibilités que celui intégré actuellement dans leurs appareils... Et l'avenir est aussi de ce côté.

Ou quand je me plonge dans le Tact (moins convivial d'utilisation :lol: ) et que j'entends les résultats...



Certes on peu mal les utiliser ces appareils, ça ne fait aucun doute et l'on peut même casser ses enceintes si l'on applique des corrections trop violentes. Mais bon, on n'a pas attendu les égaliseurs graphiques, paramétriques analogiques ou numériques pour casser des enceintes...

Oui, tout cela est vrai, cependant si l'on veut réellement obtenir chez soi un son le plus beau possible, si l'on est un audiophile passionné, il faut oublier le côté "je branche et ça marche", oublier le côté "biologique" de l'audiophilie post moderne pour aller vers une démarche plus active, plus consciente des problèmes à résoudre et des solutions à apporter.

Raison pour laquelle je suis toujours un brin agacé par les ténors du "seule l'écoute compte et je me fous de connaître les spécifications des appareils que j'ai". Viens un moment où si l'on ne cherche pas à comprendre, pas à apprendre, pas à étudier on ne mérite pas la chaine que l'on a.


Les acousticiens "à domicile" en quelque sorte, les spécialistes des petites salles (car je reste persuadé que dans un grand volume de concert les contraintes et les objectifs sont différents des nôtres) je n'en connais pas et lorsque j'avais pris conseil sur plans auprés de l'un d'entre eux il ne m'avait rien dit que je ne sache déjà concernant mon problème.


C'est vraiment dommage qu'il n'y en ait pas et que des acousticiens ne soient pas intégrés dès l'origine dans la conception des habitations neuves qui sortent de terre chaque jour... car une pièce bien conçue du point de vue sonore est une pièce plus facile à vivre, moins fatiguante... En fait, ils ne le sont que pour faire respecter la transmission du bruit d'un appartement à l'autre.... or, le CSTB (Centre scientifque et technique du batiment) dispose à Grenoble d'une équipe d'acousticiens de toute première grandeur...

Mais il faut savoir que les acousticiens sont la dernière roue du carosse même quand il s'agit de construire une salle de concerts :o Même de nos jours ! Ils sont très souvent pieds et mains liées sous la domination des architectes qui n'ont aucune compétences dans ce domaine. Les acousticiens doivent donc se battre... un groupe d'acousticiens américains a eu l'idée de se constituer en un tout très solide et combatif qui a réussi à s'imposer (Artec). Ils font du bon boulot et sont reconnus comme entité par les architectes qui sont dès lors contraint d'en passer sous les fourches caudines de ces acousticiens.


Sinon, comme je le disais, bien sur que les impératifs d'une salle de concert et d'un salon d'écoute ne sont pas les mêmes : dans une salle de concerts on produit le son, dans un salon on le reproduit.

Le temps de réverbération d'une salle de concerts doit être plus long que celui d'une salle d'écoute et l'étalement en fréquences du temps de réverbération n'est pas non plus le même.

Cependant, les rêgles de base sont semblables. Et un piano joué dans une salle, à la maison, à l'acoustique trop réverbérante est insupportablement fatiguant pour ceux qui écoutent plus encore que pour celui qui joue. Les modes propres sont secondaires car celui qui joue... joue avec ses oreilles et donc adapte la puissance de son jeu dans le grave à la réponse (le retour) du local.

c'est vrai, la revue du son avait publié quelques textes de vulgarisation rédigés souvent par Rinaldo Bassi, interessants et très accessibles, c'est ça être intelligent, non ? Se mettre à la portée de non spécialistes
.

C'est exactement cela. Cependant, ces articles sont rares. Et au milieu des reproches qu'on peut lui faire, comme je le rappelais reconnaissons que la NRDS est la seule de nos revues à avoir publié et à publier encore de temps à autre (Hiraga fait ça parfois très bien) des articles sur ces problèmes ou a en parler dans des papiers plus généraux.



Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 04 Jan 2007 9:52

vl87 a écrit: [...]
Sinon, haskil,tu évoques, concernant les bosses dans le grave liées à la piece,la solution du caisson travaillant en "opposition de phase",si j'ai bien compris :oops:
J'avoue etre largué sur ces notions de phase, decallage temporel et spatial,d'autant que les avis divergents de gens trés pointus en physique, sur ou en dehors du forum,ont semé le doute dans mon esprit(c'est pas dur) :oops: :roll:
Franck(alias profilbas.... :) )


Salut vl87,
A quelles divergences fais-tu allusion en physique? les ondes stationnaires dans les graves me semblent au contraire bien expliquées, mesurées etc...; elles peuvent être génantes dans les pièces de dimensions modestes car les premiers modes des pièces amplifient et font trainer des fréquences qui correspondent en plein aux fondamentales des notes graves des instruments reproduits par notre chaîne (de 20 à 200 Hz disons).

Sur les caissons, je pense qu'Haskil fait référence au bass trap actif présentés à l'AES cette année sous le nom d'E-TRAP par la marque audio pro BAG END (sous licence DEICON)?
Si oui voici un petit film pris sur le vif du salon montrant le produit et ce qu'il fait sur un exemple (en anglais):
http://www.gearwire.com/media/bagend-etrap.wmv
http://www.gearwire.com/media/bagend2.wmv
Le document de données pdf:
http://www.bagend.com/bagend/downloads/E-Trap.pdf
Image

=> En gros, c'est une sorte de caisson de basse électroniquement actif (avec microphone intégré et électronique dédiée) que l'on doit régler au préalable pour qu'il traite les pics de fréquence que l'on veut amoindrir dans sa pièce d'écoute (ou d'enregistrement si c'est un home studio, ou de pièce de monitoring de studio).
L'appareil traite jusqu'à 2 pics de résonance (dans la zone des 30 Hz à 70 Hz me semble t'il d'après les exemples, c'est peut être plus), qu'il amoindrit de quelques dB.
Une fois réglé, il est complètement indépendant de l'ordinateur de réglage ou de sa chaîne, il suffit de l'allumer pour qu'il soit en fonction. Il faut bien comprendre que ça traite l'acoustique de la pièce, de façon autonome, et non le signal audio de la chaîne qui lui reste intouché.
Et l'avantage par rapport à un bass trap acoustique passif, dont il copie le fonctionnement par les mouvements de la membrane du HP du E-trap, c'est qu'il est:
- beaucoup plus compact (voir la taille d'un bass trap passif qui absorbe un pic dans les 30 Hz!!!)
- réglable, donc si on avait un pic à génant à 35 Hz dans son salon, mais à 43 Hz suite à un déménagement, on peut réutiliser l'appareil, il suffit de le re-régler. Les bass trap passif eux ne sont pas réglables...

cdlt,
GBo
GBo
 
Messages: 3377
Inscription: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 04 Jan 2007 10:10

C'est pile poil ça GBO, je ne me souvenais plus ou j'avais vu ce caisson d'un genre nouveau : ne pas faire boom boom mais avaler les boom boom...

Et c'était dans une revue sur le son professionnel qui parlait dans ses actus de la présentation de ce caisson à l'AES... Audio Engineering Society...

Si c'est pas la ruine et que ça marche : c'est génial !
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 04 Jan 2007 10:38

haskil a écrit:Si c'est pas la ruine et que ça marche : c'est génial !


995$
Ulysse21
 
Messages: 1870
Inscription: 28 Oct 2002 12:10
Localisation: Angers (49)
  • offline

Message » 04 Jan 2007 11:34

haskil a écrit:Raison pour laquelle je suis toujours un brin agacé par les ténors du "seule l'écoute compte et je me fous de connaître les spécifications des appareils que j'ai". Viens un moment où si l'on ne cherche pas à comprendre, pas à apprendre, pas à étudier on ne mérite pas la chaine que l'on a.


- 1 !
Perso, je trouve cette partie du discour très limite !
Sommes nous tous obliger de s'investir technologiquement pour pouvoir prendre plaisir de ce que nous offre le marché de consommation.
Je ne mérite pas de rouler en bagnole car je ne suis pas mécanicien ?
Je ne mérite pas d'avoir des gosses par ce que je n'ai pas les référence de Françoise Dolto ! (même si dans certain cas je me pose la question)
Je ne mérite pas d'aller manger dans un resto de renom car je ne cuisine pas ?
Je ne mérite pas d'écrire sur HCFR parceque je ne maitrise pas parfaitement la langue française ? (M*erde, je suis foutu !)

C'est vraiment le mot "mériter" qui me pose problème.

D'accord pour dire qu'un investissement minimum est indispenssable pour bien profiter de certaine chose. Mais il ne faudrait pas exagérer non plus.

Fred.
:wink:

PS : ceci est un point de vue et non une agression à l'égard d'Haskil, évidemment !
fredfish
 
Messages: 4025
Inscription: 04 Sep 2005 15:27
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message