Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Indian Runner de Sean Penn

Message » 04 Sep 2004 4:12

INDIAN RUNNER

de Sean Penn (1991)
avec Patricia Arquette, Charles Bronson, David Morse, Viggo Mortensen


Deux frangins se retrouvent dans leur village natal, un bled paumé dans les profondeur des states. Tous les oppose, l'un est un policier très sympa à qui tout semble réussir, l'autre, Franck, a fait le vietnam et se complait dans les embrouilles.
Là, il sort justement de taule et son frangin vient le récupérer pour lui faire envisager une autre manière d'appréhender le monde. C'est plus difficile qu'il n'y parait.
Leur père est mort... la ferme familiale, plantée au milieu des champs de maïs sera le décor final pour une ultime explication.


Premier film du très sympathique Sean Penn.
Loin des productions typiques hollywoodiennes, Indian runner est ce que j'appellerais un portrait en clair/obscur de l'amérique post-vietnam.
Franck est un écorché vif, asocial par réaction et qui se réfugie dans la violence. Son frère représente tout ce en quoi il ne croit plus.
Leur père a été spolié par les banques (Charles Bronson aux antipodes de ses rôles habituels) et sa mort sera le trait d'union entre les deux frangins autour d'un mystérieux "message" ancestral indien.

Un film avec du rythme, énormément de sentiment, d'émotion et qui alterne entre optimisme et réalisme pessimiste.

Une des scènes qui m'a marqué :
Les deux frangins se promènent dans la voiture de police. C'est l'hiver, le paysage est blanc. Soudain une boule de neige atterit sur le parebrise. Des petis gamins sont en train de les prendre comme cible. Franck quitte le véhicule, se joint à eux et canarde son frère qui reste au volant et sourit.

C'est une scène banale comme celà qui me fait aimer le cinéma de Sean Penn. En un plan séquence il réussit à nous montrer que les deux ont une enfance commune et que l'un est un rebelle depuis toujours. Malgré leurs différences, ces deux là s'adorent mais on donc très tôt choisi leur camp...

Notons au passage que Sean Penn fut un des premiers acteurs à déclarer ouvertement son opposition à la guerre en Irak. Une forte tête qui s'implique à l'écran et dans la vie.
C'est assez rare de nos jours...
peg-harty
 
Messages: 660
Inscription: 01 Mar 2004 17:27
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Sep 2004 4:12

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Sep 2004 19:45

peg-harty a écrit:SPINAL TAPE
de Rob Reiner 1984


avec des acteurs... euh... inconnus


Il fut une époque où le cinéma s'interessait aux groupes de rock, à moins qu'il ne s'agisse du contraire. Nous avions eu droit à "The Last Waltz", "Woodstock" ou encore "the Wall".
C'est dans l'euphorie de cet engouement que rob Reiner décida de nous relater l'histoire d'une tournée de concerts d'un groupe incroyable mais pitoyable : les The Spinal Tape...

Filmé à la façon documentaire, comme dans Last waltz, ce chef d'oeuvre d'humour nous fait découvrir l'univers des loosers rock les plus déjantés de la planète. (tendance : moi j'ai un ampli dont le bouton de volume va jusqu'à 11"

Tout y passe : les embrouilles entre membres du groupe (à cause d'une fille, bien sûr, comme les Beatles), les concerts foireux, les désaccords pour le choix de la couverture du disque, les relations bizarres avec la maison de disque, la gloire, les caprices de stars, les interviews genre "on est pur, jamais on vendra notre âme", et trois milliards de gags qui feront pisser de rire ou de honte tous les musiciens rock de France ou de Navarre.

Explications : Ce petit bijou s'apparente sur bien des points au mythique "C'est arrivé près de chez vous". A savoir, à l'époque de sa sortie il n'a pas défrayé la chronique. Aujourd'hui, on s'échange un clin d'oeil complice quand on croise un de ceux qui le connait aussi.

Et c'est parti pour une heure de déconnade en se rappelant les meilleures scènes. L'un tue des vieilles mais l'autre, bizarrement doit expliquer aux journalistes pourquoi ils ont un nouveau batteur (c'est déjà le troisième, mais ils explosent tous !).

Pour l'anecdote, ce film australien a néanmoins permis au groupe Spinal Tape d'exister réellement. Pas longtemps, certes, mais ils ont fait quelques tournées avant de splitter lamentablement et comme il se devait. (faut pas non plus déconner, ce n'était qu'un groupe de hard rock tendance Scorpion)

Aaaah, ces fameux pantalons moule-machins et argentés siouplait...
Aaaah, le fameux Black album...
Aaaah, le labyrinthe pour monter sur scène...
Aaaah, les accessoires qui marchent jamais...
Pfffff, c'est inracontable, il faut le voir pour le croire. (j'oubliais les solos de guitare interminable)
trois vannes par seconde, garanti sur facture (j'oubliais les décors de scène ambiance préhistorique). Quel dommage, je crois qu'il n'a pas été réédité en dvd, faudra se rabattre sur la K7 vidéo qui doit exister en VF ou peut-être mieux en VO ST. (j'oubliais les différentes époques du groupe alors qu'ils affirment haut et fort qu'ils n'ont jamais changé)...

Bref. Débrouillez-vous pour trouver ce petit chef d'oeuvre d'humour par n'importe quel moyen.
Vos rires seront ma récompense


J'adore ce film, j'ai rigolé pendant des heures. Mais sinon les acteurs sont pas des stars mais des gars connus dans le milieu. Le blond était le patron dans la série cultissime Dream On, le grateux qui " oui mais moi je peux mettre à 11" est acteur (Princess Bride, cultissime aussi) et réalisateur (Bete de scène). Quand au groupe il s'agissait aussi d'un gag, mais avec des musiciens sérieux (Joe Satriani par exemple) avec des paroles à priori bien débiles. Enfin un collector fantastique est sorti, un peu disproportionné par rapport au public susceptible d'étre intéressé : un coffret en forme de Marshall (à tube j'espère :lol: :mdr: )
Dans le genre il y a Still Crazy qui m'a plu, moins déjanté, moins second degré mais excellent.
:wink:
Nael Schon
 
Messages: 1977
Inscription: 05 Juil 2002 21:34
Localisation: 34
  • offline

Message » 04 Sep 2004 20:21

Les Guerriers de la Nuit de Walter Hill

Cyrus, le charismatique leader d’un des plus grand gang new-yorkais décide de fédérer les bandes les plus influentes de la ville et expose ses plans pour diriger cette révolution devant le plus grand parterre de délinquant jamais réuni. Chaque bande influente et respectée pour sa propension à foutre le bordel est présente, en nombre.
Durant son «discours» il est abattu par le chef d’un gang encore plus frappadingue que les autres, Luther, chef des Rogues.
Après le joyeux bordel créé par cet assassinat, Les Warriors, tenus pour responsable suite à une magouille pas gentille du tout formentée par Luther, sont traqués alors qu’ils essaient de regagner leurs pénates, et plus particulièrement leur territoire.

Voyage moins initiatique que cause de sciatique pour les Warriors, ce film m'a assis. Il ne pouvait que me plaire d’ailleurs fasciné que je suis par les scénario montrant quelques gars assaillis par des hordes vindicatives. Il diffère par le mouvement. Au lieu d’être confiné dans un 2 mètre carrés, les Warriors sont au contraire trop libre, il leur faut retourner dans leur prison, leur quartier pourri, mais après les pavés dans la tronche y a la plage.

:wink:
Nael Schon
 
Messages: 1977
Inscription: 05 Juil 2002 21:34
Localisation: 34
  • offline

Message » 07 Sep 2004 17:12

:idee: Aguirre, la colère de Dieu........Encore :

Image

Anecdotes : Bizarre mais c'est écrit...!
La veille du premier jour de tournage, Herzog et son équipe voient leurs réservations dans l'avion qui doit les emmener dans les Andes annulées sans motif par la compagnie aérienne. Ils apprendront plus tard, avec stupeur, que cet avion, qu'il n'ont donc pu prendre, s'est écrasé avec 94 passagers à son bord. Une jeune femme de 17 ans est la seule rescapée de ce crash au milieu de la jungle. Il a consacré à cette dramatique ironie du sort un documentaire : Wings of hope.

Pour le DvD :http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?PRID=1531776&SubjectId=0&Origin=FRANCEDRIVERS&OriginClick=yes

ou pour comparer les prix et les éditions :http://www.touslesprix.com/comparer/fiche34986.asp
WATTS
 
Messages: 911
Inscription: 27 Sep 2002 23:38
Localisation: Sur le chemin du retour !
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message