Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 17 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Vers la fin prochaine du CD ?

Message » 07 Fév 2010 18:24

Themisto a écrit:Ben j'avais un Onkyo à l'époque. A chier (passez-moi l'expression). :mdr:
Non, je ne voulais pas à 'époque de mettre plus sur un lecteur CD que mon Planar. C'était logique. ;)


Il y avait à l'époque des lecteurs SACD moins cher que, disons, un Marantz CD-50 ?

(je ne me rappelle plus le prix des Marantz. J'ai acheté avec ma première paye un Marantz CD-60 en 1992 je crois mais je ne me souviens plus combien il avait coûté... Il devait être en solde en plus)

EDIT : j'ai fait quelques recherches, on devait pouvoir trouver ces platines autour de 2000 francs à l'époque : un peu moins pour la CD-50, un peu plus pour la CD-60.
corsario
 
Messages: 2218
Inscription: 01 Fév 2005 18:39
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 07 Fév 2010 18:24

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 07 Fév 2010 18:40

Le premier qui entrait dans mon budget était un Cambridge un peu plus tard... :oops:
J'avais un peu décroché de la hifi, aussi, faut dire.
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 07 Fév 2010 20:20

Il y a 15 ans, c'est que le son enregistré en numérique (ou en en analogique puis converti en numérique, ce qui n'était pas tout à fait la même chose) utilisait des convertisseurs du genre "hachoir" qui "découpaient" la musique en "gros bouts" qui a fait que la majeure partie des CD de l'époque ou presque étaient des sacrés "m.rdes" au niveau "timbres" à côté de l'enregistrement analogique transcrit sur vinyl sans "hachoir". D'où la réaction sévère et négative des "fadas du son" à l'époque et de l'engouement pour le vinyle (qui a quand même d'autres défauts).
C'est là que j'ai plié ma chaîne (revendue).
A ce moment-là, le SACD est arrivé avec un suréchantillonnage à l'enregistrement bien plus performant. Donc, on a pensé et laissé penser les gens que la reproduction en SACD était supérieure puisque çà sonnait mieux... ben oui....
Alors que c'est à l'enregistrement que tout se passait.
Du coup, maintenant, voilà y a pas de différence entre les deux supports -en stéréo- du moment que c'est bien enregistré et transcrit en numérique avec des convertisseurs modernes.
jbpfrance
 
Messages: 6296
Inscription: 07 Fév 2006 10:25
  • offline

Message » 08 Fév 2010 3:19

Pour cette histoire de SACD, j'ai le coffret 15 disques de Bob Dylan ainsi que le Birthday Album d'Indo. Mon verdict est qu'ils doivent avoir saboté les pistes CD ou alors que ma platine ne lit bien que les SACD.
Danxter
 
Messages: 69
Inscription: 30 Nov 2008 14:21
Localisation: Bordeaux
  • offline

Message » 08 Fév 2010 8:48

Pour revenir au format, la seule différence qui me vient à l'esprit entre 44.1 et 96 (ou 192) est le crénelage.
Dire que le crénelage n'est pas audible, sous certaines conditions, est certainement également une vérité. Mais, aujourd'hui, compte tenu que les studios n'enregistrent pas en 44.1 et que le prix des médias de stockage ne fait que baisser, c'est dommage de se passer des formats 96kHz et plus.

Là-dessus, je ne suis pas au courant des différences PCM<->DSD à fréquence d'échantillonnage égale. Il en existe peut-être, mais je ne suis pas au courant.
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 08 Fév 2010 12:15

Voici les causes des défauts caractéristiques du numérique (PCM) :
Une fréquence d'échantillonnage trop faible, principale cause du manque ressenti à l'écoute du numérique, par rapport à l'analogique.

La quantification (mesure instantanée de l'intensité du son) qui, comme toute mesure, comporte des erreurs : c'est un hasard rarissime si la valeur d'un son à un moment donné est exactement égale à l'une des valeurs préétablies de l'échelle numérique

Le nécessaire mais brutal filtrage des fréquences aiguës qui provoque des rotations de phase et des irrégularités.(*)

Ces défauts sont la cause essentielle de la dureté inhérente au son numérique, et de son espace acoustique étriqué. La détestable mode actuelle, qui consiste à noyer le son dans une réverbération outrancière, au détriment du timbre, a été favorisée par la nécessité d'atténuer cette agressivité sonore, et d'augmenter artificiellement l'espace...

Extrait de:

http://www.multimedia.algam.net/korg/le ... nmore.html

Depuis le temps que je le sais (intuitivement...)

La "double manipulation" et l'utilisation de filtres fait que le résultat est moins bon.

Lire l'article en entier, çà vaut vraiment le coup. Car les convertisseurs seraient excellents en PCM aussi...

(*) cà, c'est mortel chez moi à l'expérience de mon vécu compte tenu de mes oreilles... toute manipulation dans ces fréquences, je les rejette en bloc (Dolby, etc...)
jbpfrance
 
Messages: 6296
Inscription: 07 Fév 2006 10:25
  • offline

Message » 17 Fév 2010 15:37

Salut,

L'apport du multicanal en musique est une évidence. Croire que l'écoute stéréo est suffisante parce qu'on a que deux oreilles est une ânerie.
Nos oreilles écoutent et entendent dans toutes les directions y compris vers le haut ou le bas (une sphère de 360°).

Alors soutenir mordicus que 2 HP sont aussi bien que 5 ou 7 pour reproduire un concert (et toute l'acoustique de la salle qui va avec) est une aussi une ânerie. Pourquoi croyez-vous que certaines salles de concert sont réputées dans le monde pour leur acoustique (Musikverein de Vienne, Boston, Concertgebouw Amsterdam...) et d'autres non (Barbican à Londres par ex.) ? Tout simplement parce qu'il a une interaction entre la musique et la salle et que nos oreilles captent ça parfaitement. Le mieux est d'aller au concert écouter de la musique vivante pour s'en rendre compte.
Quand vous reproduisez en multicanal la musique ET l'acoustique de la salle au concert, vous ETES dans la salle ! en stéréo, vous êtes dans un studio en train d'écouter un orchestre qui joue dans une salle... c'est toute la différence.
Tous les autres critères sont également améliorés (acoustique, spatialisation, timbres, dynamique etc...)

Je suis d'accord avec Corsario, en SACD stéréo ou CD stéréo il est très difficile de faire la différence. J'avais fait un test il y a 2/3 ans en comparaison immédiate, sur les mêmes passages et avec la même valeur de sortie des deux lecteurs SACD SONY (2 V.), sur 5 SACD que j'avais en double, sur 3 je n'avais pu déceler aucune différence entre la couche CD et SACD stéréo (enregistrés en PCM), 1 sur lequel je pouvais percevoir de ci de là quelques timbres un peu plus charnus, des "forte" à peine plus nets (couches SACD en DSD) et 1 sur lequel il y avait une différence un peu plus sensible (la couche SACD était en 24b/96kHz), de marque ARTS MUSIC si mes souvenirs sont bons. C'est le genre de test à valider bien sûr par une écoute collective et en aveugle, ce que je n'ai pas fait... donc c'est sans valeur surtout que sur ce SACD "concluant", la couche CD était peut-être défaillante. Personnellement si les SACD n'étaient que stéréo, je continuerai à acheter des CD.

Pour ce qui est de l'installation, ceux qui peuvent investir dans un système home-cinéma peuvent faire "d'une pierre deux coups" et prévoir la musique multicanale pour le même prix. La règle essentielle étant d'avoir 5 enceintes identiques et la même amplification pour les 5 canaux (conditions qui sont compatibles avec le home-cinéma). Il ne vous viendrez pas à l'idée d'écouter de la stéréo avec une colonne et une bibliothèque sur deux amplis différents ? C'est pareil pour la musique en multicanal, il faut que ça soit homogène sinon ce n'est pas la peine.

Pour rebondir sur ce que disait le Chef d'orchestre Ivan Fischer: il a tout à fait raison et le chef est le seul dans la salle à TOUT entendre. C'est la philosophie de la marque de SACD/Blu-Ray audio 2L (http://www.2l.no) qui lors d'enregistrement d'orchestre en multicanal place l'auditeur à la place du chef. Ce Blu-ray audio en PCM 24b/192kHz (5.1) où vous êtes à la place du chef, c'est quand même une belle expérience :D : http://www.jpc.de/jpcng/SESSIONID/4bcebb395d5cd94f5849268d50c0856f/classic/detail/-/art/Trondheim-Soloists-Divertimenti-Blu-ray-SACD/hnum/7343786)

Si vous lisez un peu l'englische, voilà ce que le boss de 2L en dit (ceux qui ont le "Mirror Canon" savent de qui on parle :wink: :

Digital reproduction of analogue sound

"...At venue recording sessions our analogue to digital converters can do both the one-bit DSD and the multi-bit PCM formats. We can also listen directly to the analogue output from the microphones. Digital eXtreme Definition is a professional audio format that brings “analogue” qualities in 24 bit at 352.8 kHz sampling rate. DXD preserves 8.4672 Mbit/s (3 times the data of DSD) per channel. This leaves headroom for editing and balancing before quantizing to DSD for SACD or PCM for Blu-Ray.
All audio formats on The Nordic Sound are sample rate converted from the same DXD master. Comparing them in our studio we find only subtle differences from DXD down to 192kHz and 96kHz. The obvious degeneration is from 96kHz down to 48kHz. We find DSD, as used in the SACD format, somewhat different in colour from PCM; in some mysterious way DSD is softer and more beautiful but slightly less detailed. In DXD we find the shimmering brilliance from the original analogue source as directly from the microphones. Linear PCM is offered in addition to DTS HD Master Audio on this Blu-ray with the purpose of convincing audiophiles of the true lossless qualities of commercial encoding. The stereo layer of the SACD and the LPCM 2.0-stream on the Blu-ray are both full resolution mix from the original microphones. Mostly we find that the microphone placements used for the surround make a fine stereo. Occasionally we put up extra microphones dedicated for the stereo stream.
I personally prefer extremely high resolution PCM over the DSD and I would claim that DSD is not transparent. But it all comes down to what the sound from your speakers can do to your body and mind. I find that the placement of microphones has an infinite more important role in the final experience of music, than the difference between HiRes PCM and DSD. Sometimes a lie can be more beautiful than the truth!

Stereo versus multi channel surround sound – The quest of resolution

Double the investment in your stereo play-back system and you might experience a subjective increase in performance in the range from 10 to 20 %. Then spread the same investment over a 5.1 surround sound system and you get an objective 300 % increase of resolution and perspective! The fact that makes the above balance not materialize is that very few labels up to now have produced content that bring out the full potential of MCH. The approach of “rear for ambience only” is still feeding carbohydrates to the persistent claims of stereophiles.
When it comes to recording a solo instrument, a lot of conservative forces claim that surround sound can add nothing to a good stereo. This might be the case with a traditional dry "synthetic" multi-mono-sources studio recording. But to us it's not about the object itself; it's all about the landscape where the instruments perform. In real life a grand piano is not a point source; it's a three dimensional sculpture, and surround sound is our tool to bring forward that physical experience to the listener."
films UHD/4K
BenQ w1070, Lumene 200C, LG oled 65C7V, Oppo 203, Xbox One X, Denon AVR-4300H, Klipsch RP-250F x 2, RP-440C, RP-150M x 2, RP-140SA x 4, B&W PV1D x 2 (config. 5.2.4 - Dolby Atmos, DTS-X, Auro-3D)
Avatar de l’utilisateur
Domimag
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3115
Inscription: 16 Déc 2005 23:39
Localisation: Hauts-de-France
  • offline

Message » 18 Fév 2010 13:28

Les lecteurs pourraient comprendre qu'en multicanal, on approche du son absolu y compris la retranscription de l'ambiance de la salle. C'est vrai seulement pour l'ambiance, car çà ne résout pas tout.

1/ Ambiance/crédibilité:
Il est impératif de faire très, très attention au réglage des enceintes arrière qu'on ne doit surtout pas entendre. Or, mes essais en auditorium font qu'on perçoit souvent un son "émis". Et là, si tel est le cas, çà devient absolument horrible car çà ne correspond plus à la réalité. Tous les sons d'un orchestre symphonique sont émis de l'avant et les oreilles les perçoivent très directement en même temps que ceux réverbérés infimes mais de partout -avant et arrière- sans qu'il soit possible de localiser leur provenance.
On donne souvent la règle des 30 % direct et 70 % réfléchis. C'est énorme, 70 %, et pourtant si peu. Car les 30 % sont émis d'un point unique, et 70% grosso modo, c'est 35 % encore de l'avant et 35 % de l'arrière et du dessus et du dessous et de côté, soit en provenance d'un point unique quelque chose comme 0,00001 %, donc de provenance non "détectable" en fait...

Surement, pour cette raison, certains optent, en HIFI, pour un multicanal "avant" qui gère les "70 + 15" % avant, aucune des 5 enceintes n'étant sur l'arrière. De toutes façons, les 15 % arrière viendront aussi de la pièce d'écoute, comme de toutes façons, en multicanal, on aura la réflexion de la pièce d'écoute également. Dans le cas du 5.0 frontal, il faut, bien sûr, la prise de son qui aille avec...
Cà démontre aussi qu'il n'y a pas consensus en la matière. Prudence, donc.
Pour le cinéma, les enceintes arrière ont vraiment un intérêt, çà fait donc pencher la balance vers ce système, mais c'est tout.
Bon, la gêne sonore arrière, que j'ai rencontré lors des écoutes, est évitée par une bonne prise de son et un placement correct dans la pièce. Eventuellement, un réglage des volumes arrière. Ce n'est pas le problème N° 1.
Cà, c'est pour la retranscription de l'ambiance sonore.

2/ Timbres:
Mais pour les timbres... le multicanal ne résoud pas grand-chose:
- aucune enceinte ne peut prétendre au son absolu. Toutes ont un "son" qui n'est pas conforme à l'original. Il n'y a qu'à voir les nombre de fabricants et les écoutes. C'est dément. Les associations ampli-enceintes multiplient les problèmes. 5 enceintes identiques reviennent alors à "figer" encore plus le son dans cette "couleur" sonore. Ce n'est pas la pièce uniquement qui est responsable des timbres, mais la conception elle-même des enceintes.
On pourrait alors mettre dans le circuit un égaliseur (voir ACCUPHASE DG-48 par exemple) qui aura alors une influence certainement très bénéfique (même énorme) sur le résultat et la crédibilité sonore. Un égaliseur sur chaque canal ? :o
- aucune enceinte ne sort le 20-40 Hz sans distortion, ces fréquences sont aussi importantes pour la crédibilité, l'ajout de caissons (1 ou 2) fait faire un bond qualitatif très, très important à un système stéréo.
C'est pour cela que je mettrai en garde tout acquéreur de multicanal qui voudrait le son parfait. L'un n'est pas synonyme de l'autre. C'est bien plus complexe. Et les fabricants et revendeurs vont passer cela allégrement sous silence évidemment.

Qu'est-ce que chacun veut ?
Lors de mes écoutes avec collègues audiophiles, j'ai rencontré deux types vraiment distincts, ceux qui sont très "à cheval" sur la spatialisation et la cohérence sonore et ceux qui le sont sur les timbres (c'est mon cas). J'ai donc appris beaucoup des premiers (monde "inconnu" pour moi) tout en gardant mes convictions sur les timbres. Car l'un n'empêche pas l'autre.
La stéréo obtenue à partir d'enceintes à cohérence spatiale permet un bond significatif dans la restitution de l'ambiance, il n'y a pas que le multicanal: les concentriques genre SCS de chez Cabasse ou bien les bons montages en Appolito, P.E. Leon ou ProAc par exemple ou bien les enceintes "courbes" pour faire arriver les fréquences graves et aigues en cohérence à l'oreille, vous amènent une amélioration sonore assez remarquable.
De même les très bons casques peuvent amener une formidable crédibilité sonore. Avec les inconvénients, là aussi, inhérents à ce choix.
Dans le cas d'enceintes stéréo à cohérence spatiale, il restera aussi le problème des timbres à ajuster, éventuellement par un égaliseur jouant sur la réponse de la pièce et compensant les irrégularités de la courbe de réponse des enceintes, et un caisson pour compléter. Cà ira chercher loin de toutes façons.

Pour conclure, il faut donc bien réfléchir avant de s'engager dans ces voies qui sont bien différentes. Ce que je souhaite surtout, c'est ne faut pas laisser comprendre aux lecteurs de passage qu'un système fait tout. Un jour ou l'autre, on le sait, on s'en rend compte, çà n'est qu'une question de temps.
Pour un vrai audiophile, d'aller au concert, comme le fait Domimag, de le faire sur une année par exemple, et puis de choisir sa solution sonore sera probablement le mieux qu'on puisse recommander.
Quant aux personnes qui se savent très exigeantes sur la qualité sonore, l'écoute en concert et un bon petit système peut suffire. Ce dernier aura ses limites et au moins, on saura pourquoi.
Certains recommandent aussi un petit système stéréo avec enceintes à 1 m, çà "raccourcit" les problèmes de propagation du son, et permet parfois une belle cohérence sonore (je l'ai expérimenté, c'est aussi très bon).
Il y a beaucoup de solutions finalement, le tout est de savoir que chacune a son défaut et de savoir s'en accommoder.
Or c'est ce que la plupart des audiophiles ne savent faire parce que personne ne leur dit par avance qu'ils vont, un jour ou l'autre, rencontrer leurs limites, car l'oreille, contrairement à ce qu'on croit, avec le temps et même avec l'âge, s'éduque au fur et à mesure des écoutes et impose en permanence de nouvelles exigences.
Constat d'un vécu.
jbpfrance
 
Messages: 6296
Inscription: 07 Fév 2006 10:25
  • offline

Message » 19 Fév 2010 12:46

Bonjour

Plusieurs réflexions:
Pour le point 2, les timbres:
Un égaliseur ne résoudra pas des problèmes de timbres; juste des problèmes de linéarité de réponse en fréquence en un point d'écoute donné, avec le défaut d'augmenter généralement les irrégularités de réponses en dehors du point fixe d'écoute et de mesure.

Par ailleurs, le multicanal musical n'a pas la prétention de proposer le son parfait. Seul un présomptueux qui n'a rien compris pourra prétendre à une telle chose, et les fabricants sérieux indiquent volontiers spontanément leur éloignement de la retranscription parfaite.
Mais le multicanal musical peut avoir la prétention de pousser plus loin certaines critères de retranscription et de rapprochement des conditions de la musique vivante, autant sur une spatialisation plus poussée que par une importance diminuée de l'influence de la salle d'écoute, et une meilleure adaptabilité aux difficultés acoustiques de ladite salle.

Attention aussi, Jean Bernard, à ne pas généraliser ou projeter sur les autres tes vécus et ton parcours autour d'un système de retranscription:
Tes attentes te sont très personnelles, et tes exigences aussi.
Je ne veux pas du tout les exclure; juste témoigner, pour en être constamment le témoin, que les attentes sont assez variées, et que les tiennes sont, sur de nombreux aspects, assez singulières. Encore une fois, pas pour te le reprocher, loin de là et au contraire, mais juste pour dire la manière très personnelle et JBPienne d'aborder ces problématiques.

Un élément d'illustration: les dispositifs que tu es amené à adopter parfois. Tu ne nieras pas qu'ils sont pour le moins exceptionnels, et d'une complexité de mise en oeuvre et de réglages peu ordinaires.Avec des résultats très poussés sur certains critères. Mais complètement inhabituels, C.Q.F.D.

Même les nouvelles exigences que tu indiques comme étant inéluctables ne sont pas "étendables" universellement.

Je te rejoins sur le fait de les relier à l'Audiophile, c'en est même une définition parlante et réaliste.
Mais pour qui a la musique en objectif premier, ce stade d'insatisfaction progressive n'est pas systématique. Il n'est que de voir les installations de musiciens et de mélomanes pour s'en rendre compte.
Les premiers écoutent souvent sur des systèmes que nous jugerons catastrophiques, grâce à leurs capacités de restitution et par les critères qu'ils attendent de la restitution (dire une mélodie, une interprétation, avant la justesse et la transparence d'un son ou d'effets acoustiques),
Les deuxièmes arrivent à se constituer assez rapidement des systèmes correspondant à leurs attentes musicales, et susceptibles d'évolution, mais toujours en rapport avec leurs moyens de finances et de temps.
Et savent se satisfaire d'un système pendant des années ou décennies sans avoir besoin de la moindre modification.

:wink:
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 19 Fév 2010 16:17

Tu essayes de m'isoler comme ayant des demandes "singulières", or je suis loin d'être le seul. Beaucoup d'amateurs de beau son et de musique ont des demandes aussi fortes que les miennes. J'en ai vu pas mal sur ces forums.
Peut-être, tu ne t'en rends pas compte car, en tant que représentant de matériel sonore, tu vois beaucoup d'acheteurs potentiels plus intéressés par l'esthétique que par les performances sonores réelles. C'est exact sur l'ensemble de la population, mais inexact si on se base sur ceux qui viennent sur des sites comme celui-ci. C'est une autre clientèle. Beaucoup de forumeurs me demandent d'ailleurs en privé ici ce que je pense de ceci, et de cela, parce qu'ils ont compris mon honnêteté et mon indépendance de vue, car je ne représente rien. Un représentant de matériel n'a pas forcément des idées totalement indépendantes du matériel qu'il vend. Même avec la meilleure volonté.
Quand on dit du bien sur tel ou tel matériel, ou de telle ou telle technologie, il est impératif, de mon point de vue, de faire apparaître la fache cachée. On est loin effectivement des revendeurs de matériel dont on a vu les prouesses dans "Invité Spécial" hier.
Si j'ai une demande d'exigence au-dessus de la moyenne (de la population, car sur ces forums, je le répète, il y a nettement aussi "exigeant" que moi), c'est tout un historique, je ne sors pas çà "de mon chapeau". J'ai, d'abord, étudié le piano pendant 10 ans comme dans les familles amateurs de musique. Cà éduque l'oreille, et pas qu'un peu. Puis j'ai été "preneur de son" amateur. J'ai eu, de mémoire, 6 magnétophones dont un DAT en final, j'ai énormément enregistré entre 15 et 25 ans et mon oreille s'est finement exercée à la recherche de la performance. J'ai vécu les améliorations sonores, fréquence par fréquence, au fur et à mesure que l'analogique progressait. Puis, la période que nous avons vécu a été un enfer pour les audiophiles, l'électronique "grand public" associé au transistor et le numérique associé aux convertisseurs. L'analogique avait ses défauts, ses distortions, mais le numérique, c'était aussi "pire", car en plus, il prétendait être meilleur (en tout). On nous a fait avaler la "pilule" (les revues s'en sont donnés à coeur joie) du matériel "hors normes" qu'on s'empressait d'enterrer l'année suivante et de démolir, en annonçant une nouvelle génération à nouveau "hors normes", etc...
On est encore dans la fin de ce cycle, mais, heureusement, on sort du tunnel, et même en beauté.
Alors faudrait maintenant enterrer le CD sous prétexte qu'il serait à l'origine de tous nos maux. Il faut arrêter. Avec le CD, il y a eu une énorme différence de qualité sonore ces dernières années. Et çà s'entend. Rien qu'à suivre les évolutions des preneurs de son, qui font "valser" le matériel d'enregistrement ces temps-ci et reste sur le CD (essayez le CD d' "Anna Vinnitskaya" enregistré par Nicolas Bartholomée, on comprend très vite).
J'ai aussi versé dans le SACD dont on disait le plus grand bien, je ne suis pas un conservateur de nature, quand je sens l'amélioration, j'y vais. Mais je me suis aperçu assez vite que la technologie de reproduction n'était pas vraiment à l'origine de nos maux.
Il faudrait vraiment s'attaquer aux problèmes restants pour une bonne écoute. Si on reprend l'origine de cette discussion:
Juge Fulton a écrit:Les fichiers 24 bits accessibles sur ordinateur, les supports HD laissent présager une prochaine et inévitable disparition du CD. Il est même surprenant que cela ne se soit pas produit plus tôt. Quand on compare à l'écoute un CD standard et un disque HD, on remarque des différences qualitatives importantes. On peut pondérer toutefois ce point par le fait que les enregistrements sur CD ont fait des progrès ces cinq dernières années (poussés par la concurrence d'autres supports). Mais le support montre aujourd'hui ses limites évidentes.
Un vendeur FNAC avec qui j'en discutais ce midi me disait que le pas qualitatif n'a pas été franchi pour le moment en raison du coût d'une installation de qualité (ex : SA-CD). La plus-value du SA-CD n'a pas été déterminante pour le plus grand-nombre.


Il faut pondérer énormément: ce n'est pas le CD qui est en cause, mais l'enregistrement numérique qui n'est/n'était pas à la hauteur.

Et pour revenir aux problèmes sonores, les deux autres maillons faibles de la HIFI sont:
- l'acoustique des pièces d'écoute
- les enceintes elles-mêmes
comme le décrit Stéréo Prestige et Image, page 32 du n°40.
jbpfrance
 
Messages: 6296
Inscription: 07 Fév 2006 10:25
  • offline

Message » 19 Fév 2010 16:31

nb a écrit:Ce n'est pas le CD qui est mort, ce sont les supports disques optiques qui sont préhistoriques ou moribonds.
Ils sont encombrants, fragiles, très peu performants (lecture ou écriture), trop contraignants en écriture (comparer graver un DVD avec copier sur un disque dur ou une clé usb ...)
Même l'avenir du Bluray est très incertain.

J'ai plusieurs CD du commerce hors d'usage après 10 à 15 ans.
(Environ 1% de ma discothèque, et je ne m'en serais probablement pas rendu compte si je n'avais pas tout rippé).

.



Tiens, étonnant ça ! Les 2 premiers CD que j'ai achetés en 1984, je les ai encore, un best of de Jacques Brel et le Stabat mater de Dvorak (un disque ébouriffant !), eh bien ils marchent encore du feu de Dieu, enfin disons que je ne perçois aucune différence de qualité avec mes autres cd.
DD sur Freebox NAS /SMSL AD 18/ Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 6312
Inscription: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 19 Fév 2010 16:42

Oui, 25 ans c'est rien. J'ai encore des cassettes de 74 qui marchent super et des LP de 70. Et je suis sûr tout cela marchera bien après que tes CD deviennent illisibles. ;)

Mais ce que nb dit en l'occurrence, c'est que le support était bien pour son époque. Mais aujourd'hui ce support commence à être un tantinet dépassé dans son domaine (numérique).
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 19 Fév 2010 16:49

Themisto a écrit:
Mais ce que nb dit en l'occurrence, c'est que le support était bien pour son époque. Mais aujourd'hui ce support commence à être un tantinet dépassé dans son domaine (numérique).


Oui, le MP3 est mieux !! :lol:

Non, ce qui dérange c'est qu'il est facilement "gravable" !!!
fargo
 
Messages: 7624
Inscription: 15 Avr 2005 23:01
Localisation: Tolosa
  • offline

Message » 19 Fév 2010 16:59

Sérieux, il vendraient des CD en mémoire SD, ce serait aussi bien.
Ou mieux : donner un bon de téléchargement. Mais ça viendra. ;)
As with amplifiers, you cannot judge a CD player by analyzing its specifications. (Ken Ishiwata)
Avatar de l’utilisateur
Themisto
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4367
Inscription: 16 Mai 2008 14:02
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 19 Fév 2010 17:22

Jean Bernard, tout ce que tu expliques confirme encore plus, encore une fois sans te le reprocher, la singularité de ta démarche. Non, les mélomanes comme les audiophiles n'ont pas la même démarche que la tienne, et leurs attentes de rendu de musiques sont quasi aussi variées qu'il y a d'individus.

Je n'ai jamais dit que ta démarche n'était pas justifiée, ni qu'elle n'était pas légitime. Je dis juste que contrairement à ce que tu expliquais dans ton précédent message que tes attentes, tes aspirations ne sont pas partagées par tous ou la majorité.

Et personne ne remet en cause ton honnêteté, comme il me semble personne ne peut remettre en cause la mienne, sauf à penser que mes choix et opinions sont dictés par des intérêts financiers, et d'être en mesure de l'illustrer, quand déjà tant d'exemples contraires peuvent être trouvés dans ce forum même.
Ne dévoyons pas le débat sur ce qu'il n'a pas lieu d'être. On parle simplement d'attitudes face à la Hifi, aux matériels, à la musique, et à la manière de conjuger l'ensemble.
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message