Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD] 127 Heures

Message » 30 Mar 2011 11:25

J'ai pas accroché du tout, je trouve le film ultra linéaire, et l'ennui arrive trés vite, de plus M Boyle est ultra surestimé, quand à James Franco il cabotine à mort, pas sûr d'avoir une telle attitude dans les mêmes circonstances, un film du dimanche soir à voir une fois...pas plus! :wink:
LINK1976
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4647
Inscription: 25 Déc 2005 17:29
Localisation: Troyes/Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 30 Mar 2011 11:25

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 31 Mar 2011 19:06

Oui, pas terrible, je m'attendais à mieux :-?
Ecran: 3m 2.35 transonore Reference 4K+WB / VP: HC6000 / Préamp: Nakamichi 7.1 / Amplis: Yamaha 2*P2500S-P5000S-P7000S/ Source: PCHC
/ Egaliseur: Behringer DCX2496 / Enceintes: 7 GKF Eva-Sat avec surrounds doublées/ Caissons: 2*JBL 4645C
kbil69
Staff Installations
Staff Installations
 
Messages: 37774
Inscription: 09 Nov 2003 1:52
Localisation: 69
  • offline

Message » 15 Juin 2011 15:36

Up du coup :thks:
[VulCain
 
Messages: 4661
Inscription: 13 Jan 2007 1:45
Localisation: Normandie
  • offline

Message » 19 Juil 2011 23:24

Je viens de le visionner, j'ai trouvé l'image superbe pour ma part, et autant je peux regarder les divers Saw sans ressentir la moindre gêne, autant là j'ai été mal à l'aise (pendant les phase de délire du principal interessé), et à fond avec le protagoniste. J'ai vraiment aimé.
xav83
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 2072
Inscription: 04 Aoû 2009 9:18
  • offline

Message » 20 Juil 2011 19:41

Testé aujourd'hui par PPG sur LesNums ;)
The Dji
 
Messages: 1054
Inscription: 25 Jan 2010 12:14
  • offline

Message » 21 Juil 2011 22:44

Vu également ce soir, très bonne image et très bonne VO (en plus en 1080p!!)
Pour le film, j'ai trouvé ça vraiment bien réalisé malgré le peu d'action...on ne s'ennuie pas!

A certains moment il rappelle Into The Wild mais je dois avouer avoir préféré Into The Wild à 127h.

Par contre, en France ce film est donné pour tout public, un conseil, ne mettez surtout pas vos jeunes enfants devant ce film!!!

++ Mat
_Mat
 
Messages: 673
Inscription: 27 Oct 2003 14:54
Localisation: Mulhouse
  • offline

Message » 28 Déc 2011 1:52

The Dji a écrit:Testé aujourd'hui par PPG sur LesNums ;)

:wtf: :hehe:
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 05 Juin 2012 18:23

127 Heures(FR)

Image

Configuration---> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre-----------> Aventure, Drame
Durée-----------> 1h34
Zone------------> B
Editeur---------> Pathé
Langues--------> Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA 5.1
Sous-titres-----> Français
Images--------->Image
Son------------->Image
Scénario------->Image
Scénario------->Image Avec la fin alternative
Plaisir Ciné---->Image

Image

Réalisé par Danny Boyle

Résumé: Le goût du risque
Individualiste et solitaire jusqu'au bout des ongles, Aron Ralston (James Franco) passe son temps libre à marcher, courir, grimper, escalader tous les obstacles naturels que la Terre peut lui offrir. En 2003, il décide de s'engager dans une course contre la montre pour battre son record de marche et d'escalade dans le canyon de Moab, Utah.
Descendant une faille sans précaution particulière, il prend appui sur un rocher qui s'écroule et l'entraine dans sa chute. Sa main droite est bloquée entre l'énorme pierre et la paroi. Il doit survivre en attendant les secours.
Un autre compte à rebours démarre... .

Le film: Running time
Avant "Slumdog millionnaire", Dany Boyle envisageait déjà l'adaptation pour le grand écran de la vraie histoire d'Aron Ralston. Le projet fut jugé trop risqué et dû être abandonné. Après sa moisson d'oscars pour "Slumdog", Boyle ne tourne pas les talons et s'engage dans ce pari osé. Bien lui en a pris. On entre très vite dans la peau du personnage pour ne le quitter qu'à la toute fin avec un certain blues. Le récit est haletant alors que le personnage reste immobile les 3/4 du temps. Le spectateur, que je suis, en est sorti éprouvé. Je crois être passé par tous les stades émotionnels possibles.
Le sujet est traité sans sensationnalisme. C'est du bon cinéma de divertissement, et un peu plus.
Cette histoire est une belle piqûre de rappel sur le caractère éphémère et inestimable de la vie.

Les bonus: Un sans faute
"127H, une vue extraordinaire": c'est un bon making of dans lequel on suit avec application le travail de Boyle et Franco ainsi que leur étroite collaboration. La séquence filmée de la faille, dans laquelle Franco reste coincé, a duré 2 mois.
On sent une ambiance tendue dans les coulisses. L'acteur utilise la "Méthode" de l'Actor's Studio. Boyle n'hésite pas à le pousser dans ses retranchements pour en tirer le meilleur. On voit Franco se donner de vrais coups de couteaux et s'infliger de vraies blessures! Je vous rassure, elles sont superficielles. On n'est quand même pas loin de la folie douce.(45 mins en HD)
"Recherches et secours": c'est un très bon reportage qui raconte l'organisation des secours pour retrouver Aron Ralston. On apprend une info importante qui aurait du être dans le film à mon avis. (13mins en HD)
Spoiler : cliquer pour lire

C'est l'hélico des secours qui retrouve Aron Ralston. En se coupant l'avant-bras, il va perdre 2 litres de sang. Selon les services médicaux qui l'ont pris en charge, il ne lui restait plus que 45 à 60 mins avant d'avoir des complications et de tomber dans le coma.


Les scènes coupées: on a 12 min de scènes plus longues qui ne changent pas la compréhension de l'histoire.
En revanche on a une fin alternative de 22 min assez différente et peut-être meilleure que celle du film.
En tout cas, je la préfère. Elle est plus complète et plus forte... (total: 34min en HD)
Rencontre avec Aron Ralston: c'est une interview avec la presse. Son épreuve l'a profondément changé. Avant il voulait prouver qu'il était le meilleur. (5 mins en HD)
Spoiler : cliquer pour lire

En se séparant de sa main, il n'a pas l'impression d'avoir perdu quelque chose. Il ajoute même qu'il a gagné l'estime de soi et qu'il est enfin heureux aujourd'hui, beaucoup plus qu'avant l'amputation.


Court-métrage primé aux oscars en 2011: "God of love" de Luke Matheny. Le film est très plaisant. C'est l'histoire d'un chanteur, Raymond Goodfellow qui devient cupidon. À coup de lancers de fléchettes, il déclenche l'élan amoureux sur ses cibles désemparées. Ça m'a rappelé un peu Jamursh, Allen. Très sympa.
Bande-annonce et 1min30 de photos.

Le BD: Mi-figue, mi-raisin
Une petite remarque cocasse: tous les bonus sont en 23.976, alors que le film est en 24.00. Je n'adhère pas à 100% sur le choix de filmer en rupture sans stabilité. Je n'ai pas tellement apprécié l'écran splitté: on regarde à gauche, à droite, à gauche. Heureusement que ce sont de courtes séquences présentes seulement au début.
La multiplication des plans tournés à la vidéo correspond à l'histoire, c'est cohérent. Boyle ne se cherche pas à faire de belles images (il y en a quand même). Il recherche avant tout l'efficacité. Dans ces conditions, les couleurs, le contraste et le piqué de l'image sont bons. C'est même très bon en ce qui concerne les textures et les matières qui présentent un simili relief. La fluidité des images est correcte malgré la mauvaise fréquence du 24p à 24.00. Je n'ai pas vu de saccades.
La piste audio anglaise DTS-HD MA 5.1 est plus que satisfaisante. Elle est subtile et précise dans les moments calmes.
Elle se montre également dynamique avec de bons graves pendant la fameuse chute et les passages musicaux.
Elle accompagne parfaitement les images, sans nous distraire.

Avis ultime: Âmes sensibles ne pas s'abstenir SVP
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message