Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD] (L') Homme qui tua Liberty Valance

Message » 08 Juil 2012 20:07

L'homme qui tua Liberty Valance(FR)

ImageImage

Configuration-----> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre--------------> Western
Durée--------------> 2h03
Année-------------> 1963
Editeur------------> Paramount
Langues-----------> Anglais Dolby-True HD 5.1, Français Mono 1.0,...
Sous-titres--------> Français, Anglais,...
Zone---------------> B
Format------------> 1.78:1
Encodage---------> AVC
Fréquence 24p---> 23.976 (la norme)
Images------------> Image
Son----------------> Image
Histoire-----------> Image
Plaisir Ciné-------> Image

Cliquez sur les images pour les voir en taille réelle

Image Image Image Image Image Image

Réalisé par John Ford

Résumé:
Le sénateur Ransom Stoddard (James Stewart) arrive en toute discrétion dans la petite ville de Shinbone. Il vient rendre un dernier hommage à un ami récemment décédé. Tom Doniphon (John Wayne). Il se remémore qu'en route vers l'Ouest, il fut sauvagement agressé par un bandit de grand chemin. Tom Doniphon lui porta alors secours. La foi de Stoddard, homme de loi et idéaliste, se cogna à la réalité d'une ville tourmentée par la violence d'un homme de main. Liberty Valance (Lee Marvin).

Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Le film:
Si je devais choisir deux westerns, ce serait "Rio Bravo" et "The man who shoot Liberty Valance". J'aime et admire Sergio Leone. Je ne peux que constater la force narrative et la maitrise absolue de la mise en scène de ces deux géants du cinéma. Howard Hawks et John Ford. Il y a tant de choses à dire sur Liberty. Après la Seconde Guerre Mondiale, Ford n'est plus Ford. La Guerre dans le Pacifique l'a marqué. Il était au cœur de la propagande alliée et des bombes de la bataille de Midway. Il a touché du doigt le cynisme de la realpolitik des US. C'est un irish yankee aux illusions perdues qui revient de ce conflit. Liberty est un examen critique du réalisateur sur la glorification de l'acte héroïque. Il détruit le mythe. Celui du héros reconnu. La vie est faite d'accidents perpétuels. Seuls les opportunistes saisissent leur chance et se construisent un destin. On vous le raconte. On vous le montre. Et pourtant la machine à fabriquer des héros écrase tout. La star made in Ford, John Wayne, ne fut pas incorporée pour WWII. James Stewart était pilote pendant la Guerre avec plus de 400 heures de vol. Dans "Liberty", Ford prend la gloire de l'un pour la rendre à l'autre. Il achève le portrait de John Wayne. Ringo Kid et Tom Doniphon sont les parenthèses du mythe créé par Ford. Marion Robert Morrison, né à Winterset en Iowa, le 26 mai 1907, est pour l'éternité la légende du western. La légende fordienne du cinéma hollywoodien.

Image Image Image Image Image Image

Le BD:
D'abord un petit carton blanc (exclusion temporaire au rugby pour les néophytes). Sur la jaquette du Blu-Ray n'apparait pas le nom de John Ford. Pour rester poli, c'est une grossière erreur. Aux gens responsables de cet oubli, je rappellerai seulement la phrase de Orson Welles: "pour faire mes films je regarde Ford".
L'IMAGE. Le transfert HD de Paramount n'est pas transcendant. On aurait pu espérer le même traitement que "Casablanca" par la Warner. Il ne s'agit pas d'un film de fond de catalogue. Ce classique rate le rendez-vous de la HD. J'ai remarqué un léger boost du contraste. La définition est juste correcte. La copie est propre. Le noir est très bon. Sur un grand écran, la définition est vraiment insuffisante.
LE SON. La piste Anglaise Dolby-True HD 5.1 est moyenne. Je n'ai pas aimé cette fausse spatialisation des voix et des effets. La dynamique est molle. Je suis passé en mono pour retrouver un peu de pêche. C'était aussi plus cohérent avec l'ambiance du film.

Image Image Image Image Image Image

Avis ultime: un des tous meilleurs films tout genre confondu qui rate le coche de la haute-définition.
Dernière édition par kepassa le 08 Juil 2012 21:37, édité 1 fois.
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Annonce

Message par Google » 08 Juil 2012 20:07

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 08 Juil 2012 20:29

Perso, j'attends l'édition US, histoire de voir s'il y aura des bonus ou non, vu que Paramount nous les refuse en Europe (Chinatown, To Catch A Thief).
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 08 Juil 2012 21:41

J'ai noté "sévère" parce que c'est un classique qui méritait un traitement à la "Casablanca" deuxième édition...
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 11 Juil 2012 0:58

kepassa a écrit:J'ai noté "sévère" parce que c'est un classique qui méritait un traitement à la "Casablanca" deuxième édition...


Casablanca est un classique incontournable pour le public américain, façon La Vie est belle ou La Mort aux trousses, un film que tout le monde a forcément vu et revu.

L'Homme qui tua Liberty Valance est une production (relativement) à petit budget, un projet perso pour John Ford, qui dut, de plus, se résoudre à tourner ça en noir et blanc, parce que sinon John Wayne et James Stewart étaient ridicules avec le maquillage destiné à les rajeunir pour les flashbacks. C'est un western pour cinéphiles. Et n'oublie pas que dans les années 50 et au début des années 60, il y avait une grosse guerre de tranchées entre cinéphiles français autour de Hawks et de Ford. Le clan pro-Hawks comportait beaucoup de gens qui publiaient aux Cahiers du cinéma et il a eu une grosse influence sur la critique internationale, grâce au retentissement de la Nouvelle Vague. Les Cahiers ont en fait longtemps été "hawksiens" et ont découvert Ford sur le tard.

Bien entendu, je ne commente pas la qualité artistique des films, juste l'appellation de classique, qui est plutôt un terme destiné au grand public. Et la postérité ne fait pas de Liberty Valance un classique, comme par exemple La Prisonnière du désert ou Rio Bravo. C'est en revanche un film culte !

Et j'attends moi aussi l'édition US, surtout que Paramount sous-titre copieusement les suppléments en français.
Sledge Hammer
 
Messages: 3043
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 11 Juil 2012 1:21

Pour ceux qui aiment la VF, il faut surtout indiquer que la version française a été refaite avec des voix éloignées au plus haut point des originales françaises... Une véritable horreur...
charade
 
Messages: 164
Inscription: 18 Déc 2008 16:28
  • offline

Message » 11 Juil 2012 8:24

Sans doute mon Ford préféré.
Arsenic
 
Messages: 4500
Inscription: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 11 Juil 2012 13:57

Je viens de le regarder....chouette de film....Format 1.85 en plus....je confirme qu'en VF les doublages ne sont pas agreables ....mais bon ce genre de film est à regarder en vo (et sous titré pour moi) bien que jaurais aimé quand meme le visionner en VF d'abord, avec les voix habituelles...
didche
 
Messages: 375
Inscription: 07 Sep 2011 23:06
  • offline

Message » 11 Juil 2012 20:37

Sledge Hammer a écrit:
kepassa a écrit:J'ai noté "sévère" parce que c'est un classique qui méritait un traitement à la "Casablanca" deuxième édition...


Casablanca est un classique incontournable pour le public américain, façon La Vie est belle ou La Mort aux trousses, un film que tout le monde a forcément vu et revu.

L'Homme qui tua Liberty Valance est une production (relativement) à petit budget, un projet perso pour John Ford, qui dut, de plus, se résoudre à tourner ça en noir et blanc, parce que sinon John Wayne et James Stewart étaient ridicules avec le maquillage destiné à les rajeunir pour les flashbacks. C'est un western pour cinéphiles. Et n'oublie pas que dans les années 50 et au début des années 60, il y avait une grosse guerre de tranchées entre cinéphiles français autour de Hawks et de Ford. Le clan pro-Hawks comportait beaucoup de gens qui publiaient aux Cahiers du cinéma et il a eu une grosse influence sur la critique internationale, grâce au retentissement de la Nouvelle Vague. Les Cahiers ont en fait longtemps été "hawksiens" et ont découvert Ford sur le tard.

Bien entendu, je ne commente pas la qualité artistique des films, juste l'appellation de classique, qui est plutôt un terme destiné au grand public. Et la postérité ne fait pas de Liberty Valance un classique, comme par exemple La Prisonnière du désert ou Rio Bravo. C'est en revanche un film culte !

Et j'attends moi aussi l'édition US, surtout que Paramount sous-titre copieusement les suppléments en français.


On peut étre critique cinéphile et con,car HAWKS et Ford ont peu de chose en commun a part d'avoir fait tout les 2 des westerns ,les comparer est ainsi stupide

Chez Hawks l'histoire est assez secondaire,ce qui l’intéresse c'est les personnages et les interactions entre eux !

c'est a cause de cela qu'il a massacré The front page de Ben Hecht,dans " La dame du vendredi ",le coté subversif de la piéce passant a la trappe,c'est surement pour cela que Wilder en a fait un remake
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8144
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • online

Message » 13 Juil 2012 16:55

@ Sledge Hammer

Je voudrais réagir à tes propos sur l’appellation du mot classique concernant les films. Le grand public n'a jamais décidé et ne décidera jamais quel film est un classique. La raison est simple. Il ne voit pas assez de films. Il faut connaitre pour avoir un avis crédible en la matière. Il ne suffit pas d'aimer (malheureusement). Qui décide alors? Des gens d'origines différentes et de tout âge. Un(e) prof, un(e) employé(e), un(e) critique, un(e) cinéphile, un(e) spécialiste du genre. Il faut pouvoir juger de l'apport réel du film en terme d'écriture cinématographique, de trouvailles scénaristiques et de performance des acteurs. Peu importe son budget. Psychose est un classique pour les raisons évoquées précédemment. Son succès en salle s'est évanoui au fil du temps. L'aspect culte du film est la traduction d'une côte d'amour.

Pourquoi je me permets de penser que "Liberty Valance" est un classique? Comme je n'ai pas vu tous les westerns, mes connaissances seules ne suffisent pas. J'ai un critère et un truc.

Le critère est l'aspect indémodable du film. "Liberty" n'a pas vieilli. Le temps n'a pas de prise sur lui. L'action semble se dérouler devant nos yeux. Mon truc. J'essaie de voir ce que le film apporte de neuf et surtout s'il change en profondeur le genre auquel il appartient.

Si je retire "Liberty", je constate que l'émergence et l'importance du western spaghetti ne peuvent pas être les mêmes. Pas seulement à cause des trench-coats. Dans ce film, on a le méchant qui est descendu par un homme moralement irréprochable mais caché. C'est l'équivalent d'une exécution sommaire ou d'un tir dans le dos. Dans "Liberty", il n'y a pas de héros. Sergio Leone va s'engouffrer dans la brèche ouverte par Ford et nous "pondre" un "héros" qui tue sans foi ni loi, un personnage amoral. Donc oui, "Liberty" est un classique. Il a grandement contribué au western, en plus d'être un très bon film de divertissement aux qualités techniques et artistiques excellentes.

Ce n'est bien sûr que mon avis. J'ai tenu à argumenter un peu plus pour préciser les choses non pas pour convaincre mais pour me faire comprendre.
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message