Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD] (Le) Faucon Maltais

Message » 24 Nov 2014 12:17

"Le Faucon Maltais " / “ The Maltese Falcon ” 5051889038863

Un film de John Huston (1941 )

Image

Avec :


Humphrey Bogart
Mary Astor


Durée : 101 min (1h41min)

WARNER (origine du disque Française)

Synopsis jaquette : Dans son obsession visant à percer le meurtre de son partenaire, le détective privé Sam Spade se retrouve les traces du Faucon Maltais, un joyau incrusté de pierres précieuses. Mais il n’est pas le seul à la recherche de cet inestimable bijou ; bon nombre de faux-semblants ne reculeraient devant rien pour le possèder.


Caractèristiques techniques : Format 1.37 :1, Noir et blanc, 1080/24p, VO DTSHDMA 1.0, DD 1.0 Allemand, Portugais, Espagnol. ST FR , espagnol, portugais, danois, suédois, finnois, grec,norvégien, malentendants : Anglais/Allemand

Suppléments:

Commentaire de Eric Lax, Biographie de Humphrey Bogart+Documentaire le Faucon Maltais : un oiseau merveilleux+Bétisier : Breakdowns of 1941+Essais de maquillage+Prochainement : Les Bandes Annonces de Humphrey Bogart, une soirée Warner au cinéma (1941, Actualité, Comédie Musicale : « the gay Parisian), 2 dessins animés classiques : Hawatha’s Rabbit Hunt & Meet John Doughboy, Ba du film « sergent York » (1941) et Satant meets Lady (1936) une adaptation cinématographique du Faucon Maltais.
Bonus audio : 3 retransmissions d’emissions radio dont deux avec les acteurs du film original et l’un avec Edward G.Robinson en vedette.

Du coté de l'image :

Compte tenu de l’âge du film, 73 ans, le transfert proposé et un transfert de qualité, on notera quelques légères variations de pellicule ici ou là, mais rien de bien dérangeant. Les noirs et les contrastes sont solides.


Image Image Image Image/ 5

Coté son (volume d'écoute - 12dB,VODTSHDMA1.0 (pas de VF) , Malgré la présence constante d’un léger souffle, les dialogues conserveront une grande clareté. Delta important entre musique et dialogue.


Image Image Image/ 5

le film :
Un autre incontournable, "qui traine parfois" en longueur.


ImageImageImage/ 5

Spéc. tech (matériel et zone d'écoute) : le matériel est mentionné dans ma signature. 7.1, La centrale est offsetée volontairement de + 3dB. Le surface sonorisée est de 7m². Mes réglages: quand la piste sonore est présentée en DTSHDMA 1.0 le format de sortie reste le même, DTSHDMA 2.0 (mono ou stéréo) le format de sortie est en 'DTS NEOX : Cinema' (parfois je laisse G et D,ça dépend), quand la piste est en DTS 5.1 le format de sortie est en DTS 7.1, quand la piste est en DTSHDMA 5.1 le format de sortie est en DTSHDMA 7.1, DTSHRA 5.1 sortie en DTSHRA 7.1, quand la piste est en DD5.1 ou DolbyTrueHD le format de sortie est en DDEx
xav83
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 2072
Inscription: 04 Aoû 2009 9:18
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Nov 2014 12:17

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Nov 2014 12:23

L'image est effectivement très bonne. En revanche que ce film est lent et bavard...
Je l'avais acheté par que c'était un classique que je ne connaissais pas mais je n'ai pas compris ce qui en faisait son intérêt.
coincarre
 
Messages: 1714
Inscription: 12 Sep 2011 20:36
  • offline

Message » 24 Nov 2014 12:27

D'où mon "qui traine en longueur"... (sans compter le jeu /que je respecte/ d'acteur de l'époque, dans les séquences de bagarres qui laissent pantois). Ca reste un classique à voir.
xav83
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 2072
Inscription: 04 Aoû 2009 9:18
  • offline

Message » 24 Nov 2014 12:38

Pour visionner ce genre de classiques "Naphtas" il faut impérativement faire la démarche de se resituer à l'époque de tournage, soit par vécu soit par effort culturel, sinon on a forcement du mal à appréhender les qualités du métrage...
Chaque époque possède ses spécificités de techniques de tournage, de style de jeu d'acteur et forcement de mode de vie et d'environnement.... :wink:
JCL83
 
Messages: 1012
Inscription: 26 Sep 2006 19:00
Localisation: Var
  • offline

Message » 24 Nov 2014 12:44

Oui c'est vrai, mais là c'était trop (ou alors j'étais fatigué). J'ai plus un souvenir de théâtre filmé que de film d'ailleurs (alors que ce point ne m'a dérangé pour Le Crime était presque parfait par exemple).
Je suis peut-être passé à côté de quelque chose mais en toute sincérité je n'ai pas compris quoi...
coincarre
 
Messages: 1714
Inscription: 12 Sep 2011 20:36
  • offline

Message » 24 Nov 2014 12:59

Après même si c'est un classique reconnu, on a tout à fait le droit de ne pas l’apprécier, ce n'est pas un crime.... :wink:
JCL83
 
Messages: 1012
Inscription: 26 Sep 2006 19:00
Localisation: Var
  • offline

Message » 24 Nov 2014 14:21

Le contexte, c'est que jusqu'à ce film, Humphrey Bogart était abonné aux rôles de psychopathes ou de truands, avec ceci dit un peu plus de nuance sur ses films de 1940, comme Une femme dangereuse ou La Grande Évasion (High Sierra), déjà écrit par John Huston. Dans le rôle de Sam Spade, un type cynique et désabusé, mais le héros tout de même, il a crevé l'écran, redéfini ce qu'était la masculinité à Hollywood et tout type qui doit depuis jouer un détective privé doit se définir par rapport à ce qu'a fait Bogart dans ce film. Il ne faut pas oublier qu'en trois ans, Bogart va faire Le Faucon maltais, Casablanca, Le Port de l'angoisse et Le Grand Sommeil, ce qui est quand même plutôt pas mal pour un ancien acteur de genre...

C'était ensuite la troisième adaptation du roman de Dashiell Hammett, après deux semi-échecs artistiques (dont l'un qui était une comédie) chez Warner. John Huston, dont c'était la première réalisation et qui était surtout connu jusque là à la rubrique people (fils de Walter Huston et alcoolique mondain) et fait divers (il avait tué une piétonne en la percutant avec sa voiture), s'était battu pour faire le film et avait obtenu un petit budget plus Bogart pour un film auquel personne au studio ne croyait.

Le Faucon maltais est peut-être pour nous un peu en décalage avec l'image que l'on se fait du film noir, tout simplement parce que c'est un des tout premiers films noirs et qu'il a justement posé des jalons qui se sont ensuite combinés à d'autres. Mary Astor n'est certainement pas une femme fatale à la façon d'Ida Lupino ou de Lauren Bacall, la réalisation est encore un peu théâtrale (le budget y contribue), mais on retrouve déjà l'accent qui porte plus sur l'atmosphère, les personnalités obsessionnelles des protagonistes ou le fatalisme foncier que sur l'intrigue ou l'enquête proprement dite.
Le truc marquant dans le film (et qui est aussi une marque de fabrique de John Huston dans Le Trésor de la Sierra Madre, L'Homme qui voulut être roi, voire Plus fort que le diable), c'est qu'on a des protagonistes qui montent des chateaux en Espagne et qui s'entretuent pour une chose qui est censée donner du sens à leur vie, mais qui fait qu'ils deviennent l'esclave d'une quête qui s'avère le plus souvent vaine, le tout sous les yeux du privé blasé par les événements.
Là, cette vision très pessimiste de l'humanité est typique de Dashiell Hammett, ce que les premières adaptations avaient totalement négligé. Si vous lisez ses deux autres grands romans, La Clé de verre et surtout Moisson rouge, vous verrez que c'est le type qui fait des histoires autour de personnages ambigus voire amoraux qui n'agissent peut-être pas directement, mais parviennent à dresser deux camps l'un contre l'autre en jouant sur leurs obsessions afin de les neutraliser, en assistant ensuite comme spectateur au massacre. Dit comme ça, c'est abstrait, mais c'est une énorme influence sur les frères Coen (Miller's Crossing), Akira Kurosawa (Yojimbo) et, par Yojimbo, sur le western spaghetti (Pour une poignée de dollars) et Mad Max 2. Et Brick, le premier film de Rian Johnson, est un hommage direct au Faucon maltais, transposé dans le cadre d'un lycée américain.

En tout cas, quand on se plonge un peu dans l'esthétique du film noir, le Sam Spade de Bogart est quand même assez différent de son Philip Marlowe dans Le Grand Sommeil, parce que Dashiell Hammett et Raymond Chandler ont simplement une sensibilité assez différente. Marlowe est plus un romantique ou un masochiste (dans toutes ses aventures, son enquête progresse quand il se fait tabasser par un truand), Spade est plus désabusé, avec quelques vulnérabilités (les femmes ou son code de l'honneur), avec une écriture plus sèche et froide, ce que le film traduit bien.
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 24 Nov 2014 14:26

Merci pour cette belle illustration de l'effort culturel..... :ohmg: :bravo: :thks:
JCL83
 
Messages: 1012
Inscription: 26 Sep 2006 19:00
Localisation: Var
  • offline

Message » 24 Nov 2014 15:20

Oui, respect :thks:
coincarre
 
Messages: 1714
Inscription: 12 Sep 2011 20:36
  • offline

Message » 28 Nov 2014 18:01

Merci pour les précisions. Impressionant en connaissances. :D
xav83
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 2072
Inscription: 04 Aoû 2009 9:18
  • offline

Message » 28 Fév 2016 8:18

Toujours pas de VF ? Pourtant elle existe ! Qui sont ces distributeurs qui pensent pour nous et qui savent eux ce qui est bon ?

Il y a de nombreuses raisons pour préférer les VF au VO que je considère snob à moins de vouloir étudier la langue :

1) avec une VF tous peuvent regardez et écoutez le film (enfant, vieux, malvoyants)

2) avec une VF on peut se concentrer sur l'image et pas sur le bas de l'écran pour suivre les sous-titres souvent condensés par rapport aux dialogues.

3) les accents étrangers sont souvent insupportables (se rappeler que les Français détestent l'accent québécois ou belge, mais adorent les accents nasillards américains c'est tellement chic, hein ?)

4) si le sous-titrage c'est le nec plus ultra, pourquoi avoir inventé le parlant ?

5) les films bien doublés ont souvent de meilleures voix que les originaux (on sélectionne de bonnes voix dans les doublages, des belles gueules à la plastique intéressante dans les VO).

Bref, j'en veux beaucoup aux distributeurs actuels qui imposent titres en anglais et VO (c'est meilleur marché) et qui font gober la chose aux franchouillards en flattant leur snobisme (ils voient l'oeuvre originale dans la langue d'origine comme si c'était du Shakespeare intraduisible!)
louismandrin
 
Messages: 1
Inscription: 28 Fév 2016 8:03
  • offline

Message » 28 Fév 2016 13:16

Le Faucon maltais est un film de 1941, qui n'est sorti en France qu'en 1946.

Pour quelle raison ? Bah, ça s'appelait l'Occupation. De fait, tous les films américains avaient été interdits en France dès 1939.

À la Libération, il y a eu quelque chose comme six ans de films américains inédits prêts à sortir en France, alors que le cinéma français était mal en point au niveau des structures de production et de financement.

Ça n'est qu'à partir des accords Blum-Byrnes de mai 1946 que les films américains ont pu à nouveau être distribués en France :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_Blum-Byrnes

Si tu regardes L'Armée des ombres, le personnage de Paul Meurisse donne d'ailleurs les deux raisons pour lesquelles il veut que la France soit libérée : pour retrouver Le Canard enchaîné et pour voir Autant en emporte le vent.

Quand il y a eu des bides commerciaux comme Citizen Kane, le film n'a simplement pas été doublé en français. Le Faucon maltais a connu un certain succès commercial, mais il était déjà dépassé par rapport aux Bogart plus récents comme Casablanca. Warner a voulu tout de même le sortir en VF, mais celle dont le studio disposait avait été faite par des acteurs francophones réfugiés en Amérique. Les accords Blum-Byrnes prévoyaient, pour des raisons de protectionnisme, que le doublage devait impérativement avoir été réalisé en France. Donc, ce doublage a été "enterré". Il a peut-être été utilisé au Canada, mais il n'a jamais été exploité en France. D'ailleurs Wikipedia ne donne pas la liste des doubleurs français sur ce film, alors qu'elle donne celle de ceux qui ont fait Casablanca (sorti en 1947).

http://www.objectif-cinema.com/blog-dou ... es-en-vrac

D'autres Bogart plus récents comme Le Port de l'angoisse n'ont d'ailleurs pas non plus de doublage français, alors que Le Grand Sommeil en a un. C'est vraiment au cas par cas, et dans le cas du Faucon maltais, c'est la faute au protectionnisme français, plutôt qu'aux raisons que tu invoques...
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 02 Mar 2016 14:07

louismandrin a écrit:Toujours pas de VF ? Pourtant elle existe ! Qui sont ces distributeurs qui pensent pour nous et qui savent eux ce qui est bon ?

Il y a de nombreuses raisons pour préférer les VF au VO que je considère snob à moins de vouloir étudier la langue :

1) avec une VF tous peuvent regardez et écoutez le film (enfant, vieux, malvoyants)

2) avec une VF on peut se concentrer sur l'image et pas sur le bas de l'écran pour suivre les sous-titres souvent condensés par rapport aux dialogues.

3) les accents étrangers sont souvent insupportables (se rappeler que les Français détestent l'accent québécois ou belge, mais adorent les accents nasillards américains c'est tellement chic, hein ?)

4) si le sous-titrage c'est le nec plus ultra, pourquoi avoir inventé le parlant ?

5) les films bien doublés ont souvent de meilleures voix que les originaux (on sélectionne de bonnes voix dans les doublages, des belles gueules à la plastique intéressante dans les VO).

Bref, j'en veux beaucoup aux distributeurs actuels qui imposent titres en anglais et VO (c'est meilleur marché) et qui font gober la chose aux franchouillards en flattant leur snobisme (ils voient l'oeuvre originale dans la langue d'origine comme si c'était du Shakespeare intraduisible!)


Je pense que tu t'es trompé de topic ,c'est ici qu'il vaut mieux écrire !

oe-blu-ray-dvd-et-programmes-3d/vo-versus-vf-le-debat-t29875766-285.html
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8161
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 02 Mar 2016 15:32

Non, dans le cas présent, il n'y a pas de VF sur le disque, parce que la VF qui avait été faite ne pouvait pas être exploitée en France à l'époque et a été retirée de la circulation.
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message