Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD3D & BD] John Carter

Message » 19 Juin 2012 16:44

MISE A JOUR DU TEST POUR HCFR L'HEBDO N°9
Image


-Titre : JOHN CARTER 3D :
-Version : US region Free
-Audio : VFF 5.1 Dolby Digital
-Format : 2.40:1

Appréciation globale : BON !

Critique du film : Image
Andrew Stanton qui est à l’origine de Wall-E s’attaque ici à un scénario suprême à l’origine même du genre space opéra comme nous l’avons connu, puisque écrit par Edgar Rice Burroughs en 1912 ! Cela tombe bien pour faire suite au test du film hommage à Jules Verne de la semaine dernière.
John Carter propose une aventure épique incroyable, mélange d’univers de western, d’univers SF comme Star Wars, Dune, Stargate et Avatar ou antiques comme Gladiator. Le film demande rapidement un effort de la part du spectateur pour pénétrer dans sa mythologie et son contexte politique complexes. Si vous y arrivez, vous avez de fortes chances d’apprécier ce voyage singulier orchestré de manière brillante, renforcé par une débauche d’effets spéciaux numériques dont l’intégration avec les éléments réels forcent le respect ! Les symphonies de la BOF qui lorgnent lointainement vers celles de J. Williams sont un plus dans l’immersion.

Image

Image & profondeur : ImageImageImageImageImage
Au préalable il faut rappeler que Stanton a préféré pour son 1er film d’aventure esquiver l’utilisation technique et contraignante de caméras 3D. La 3D a donc été traitée en post-production. Que les sceptiques se rassurent, le traitement de ces effets est simplement exceptionnel. Evidemment il faut admettre que le film usant en majorité d’images numériques autour de quelques personnages réels, cela a simplifié la problématique dans l’ensemble et permet un résultat impressionnant. En effet, la profondeur est très bonne pendant tout le film, voire exceptionnelle sur de nombreuses scènes : la post production de celle-ci a pousse les perspectives des plans lointains à des niveaux rarement atteints dans un blu-ray 3D jusqu’à maintenant. Les Paysages de Mars deviennent somptueux, et cette profondeur de champ admirable célèbre la beauté des décors. Encore plus impressionnant demeure le niveau de détachement entre les personnages, objets et décors. Il est véritablement un des plus forts que j’ai expérimenté jusqu’à ce jour : il suffit de voir les hordes de Tharks, dans les scènes de combats au sol ou massés dans les tribunes de l’arène pour réaliser l’extrême précision de ce détachement : on prend conscience d’une infinité de plans intermédiaires et calques étalés jusqu’à l’horizon, et on est capable de percevoir naturellement et sans artifice la distance spatiale entre chaque personnage et objet. Depuis Raiponce 3D (autre Disney) et Avatar, je n’avais pas ressenti aussi fortement cet effet. Les scènes de vol ou de combats entre vaisseaux spatiaux impressionnent aussi par leur niveau de détail et détachement dans des décors qui n’en finissent plus. Pour finir une balade en pirogue 3D dans les canyons martiens va vous rappeler inévitablement la beauté de scènes homologues dans le superbe IMAX Grand Canyon 3D.

Image

Jaillissements : ImageImage
Autant casser le suspense rapidement, le film n’en propose que très peu et donne dans le service minimum. Le jaillissement le plus impressionnant demeure celui d’un énorme saut de John filmé du dessus, en jaillissement permanent, pendant son combat dans l’arène. D’autres petits jaillissements sont moins réussis car flous dans leurs visuels. Par contre le film est très généreux en ce qui concerne les débordements d’écran, les têtes des personnages, divers objets, fumées ou particules sortent assez souvent de l’écran. Cela permet d’ajouter un peu de fantaisie technique dans la mise en scène 3D.

Image

Bilan : ImageImageImageImage
Vous l’avez deviné, la projection du film en 3D m’a enthousiasmé plus que je l’aurai imaginé. Sceptique initialement à la vue d’une 3D en post-production, je me suis retrouvé à oublier cet aspect pendant tout le film, à jubiler du niveau de profondeur, et surtout celui du détachement spatial entre les personnages et les objets, à oublier l’absence de jaillissements par le biais d’une mise en scène très immersive et d’une histoire très riche en rebondissements. L’autodérision portée par le héros, le design du bestiaire, les mélodies jouées, la maîtrise du numérique rapprochent fortement du plus célèbre des space opéra : Star Wars. Néanmoins Stanton a certainement eu des difficultés à détailler tous les éléments scénaristiques dans 2h20, et le découpage du film en 2 volets aurait permis de mieux développer tous les personnages. A sa décharge, le rythme du film est endiablé et l’histoire dense, c’est indéniable. Version série B de la mythlogie de Lucas, JOHN CARTER 3D est une bonne surprise et un divertissement familial idéal.

Nb: Concernant la note globale de 4/5, elle renvoie à la qualité de cette conversion et au plaisir subjectif que j'ai eu lors des multiples visionnages nécessaires pour ce test : cette note permet d'encourager les futures productions converties 3D dans ce sens.

**Tous mes tests de Blu-Ray 3D ici :
http://parodiesaffichesfilms.blogspot.c ... ay-3d.html
Dernière édition par Alex322 le 20 Aoû 2012 12:20, édité 6 fois.
Alex322
 
Messages: 446
Inscription: 23 Aoû 2011 15:16

Annonce

Message par Google » 19 Juin 2012 16:44

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Juin 2012 16:49

Il faudrait d'abord que je le reçoive par mp...

Belle pub pour l'Hebdo, merci !
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 19 Juin 2012 17:00

yes ;)
Alex322
 
Messages: 446
Inscription: 23 Aoû 2011 15:16

Message » 19 Juin 2012 17:24

pffff VF en DD :hein: :ko:
y'en à marre sérieux là..........
ludovic62
 
Messages: 3278
Inscription: 24 Aoû 2008 11:40
Localisation: Pays des 7 Vallées dans le 62
  • offline

Message » 19 Juin 2012 18:23

Vu la version dispo aux US (multi-zones ABC) en 2D.

L'image fait HD mais en étant plutôt douce et manquant parfois de piqué.
Les noirs sont bien débouchés par contre.
Les couleurs sont correctes sans être flamboyantes.

Côté son c'est bien (pas de sensation d'être compressé) mais on pouvait s'attendre à encore mieux.
A noter que j'ai quelques saturations en décodant en lpcm dans l'Oppo mais pas en bistream.

Sinon le film se suit mais est quelque peu compliqué avec trop de noms à retenir en peu de temps.
C'est ce film qui a inspiré certaines scènes de Star Wars et non le contraire mais certaines images rappellent trop Lucas, sans son génie.

Pas aussi catastrophique qu'annoncé, correct, se regarde pour une soirée sans être la démo non plus pour son système.
Ha-Dê
 
Messages: 5413
Inscription: 23 Avr 2007 16:11
  • offline

Message » 19 Juin 2012 18:24

Oh, le briseur d'exclu pour l'Hebdo...
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 19 Juin 2012 23:18

Je n'ai pas encore vu ce film,mais les derniers films DIsney étaient souvent bien au dessus de la moyenne avec parfois une prise de risque,mais le public ne suit pas toujours,faire un film qui se passe en Iran comme PRINCE OF PERCIA,c'était plus que risqué de plus il était bien plus violent que les 3 LOTR réunis !

Etrange de voir que Disney produit des films assez réaliste sur la violence avec parfois une bonne pointe d'érotisme ,alors que la vague actuelle des films mainstream fait tout le contraire ,le fameux "no gore no sex"

John Carter a été un gros bide qui a fait perdre de l'argent au studio .

John Carter qui peux faire des énormes bonds sur Mars,ca a été surement repris par les auteurs de Superman qui a l'origine ne volait pas

Dans le Roman Dejah Thoris n'est habillé que de ses bijous et est complétement nue ,c'est sur que le film n'a pas repris cela ,ils sont tellement puritains que les héritiers de E.R.Burroughs ont attaqué des auteurs de comics qui l'ont montré nue !

C'est des martiens donc ils ont d'autres us et coutumes,pas difficile a comprendre quand même :ane:
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8144
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 20 Juin 2012 6:46

jhudson a écrit:Je n'ai pas encore vu ce film,mais les derniers films DIsney étaient souvent bien au dessus de la moyenne avec parfois une prise de risque,mais le public ne suit pas toujours,faire un film qui se passe en Iran comme PRINCE OF PERCIA,c'était plus que risqué de plus il était bien plus violent que les 3 LOTR réunis !


:o
:lol: :lol: :lol:

La grosse blague que ce Prince of Persia, avec des décors CGIsés, Ben Kingsley en mode "je fronce les sourcils, ça suffira" et Gyllenhaal qui se contente de sauter partout en montrant ses pecs et sa mèche de beau gosse.
A côté de ça, t'as une intrigue digne de série B (en JV, ça passait encore mais ça faisait déjà bien marrer. Au ciné, c'est juste risible), et une mise en scène pourrie à la limite de l'illisibilité pendant les combats et complètement à côté de la plaque le reste du temps (mon dieu, le final).

jhudson a écrit:John Carter a été un gros bide qui a fait perdre de l'argent au studio.


John Carter a fait $72M en domestique, pour un budget de $250M, ce qui est effectivement un flop.
Sauf qu'au total, en additionnant l'étranger, le film a fait $282M, et est donc rentabilisé. A cela s'ajouteront les ventes en vidéo de par le monde.
Au total, JC n'a donc absolument pas fait perdre d'argent au studio.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 20 Juin 2012 7:49

ludovic62 a écrit:pffff VF en DD :hein: :ko:
y'en à marre sérieux là..........


le DD en VF est normal vu que c'est l'édition US, l'édition française devrait avoir une VF HD comme les autres disney.
christophed83
 
Messages: 2018
Inscription: 27 Aoû 2006 13:49
Localisation: Eyguières (13)
  • offline

Message » 20 Juin 2012 11:41

A noter que mon compte rendu était avec la bande VO (HD).
Ha-Dê
 
Messages: 5413
Inscription: 23 Avr 2007 16:11
  • offline

Message » 20 Juin 2012 13:34

tenia54 a écrit:
jhudson a écrit:Je n'ai pas encore vu ce film,mais les derniers films DIsney étaient souvent bien au dessus de la moyenne avec parfois une prise de risque,mais le public ne suit pas toujours,faire un film qui se passe en Iran comme PRINCE OF PERCIA,c'était plus que risqué de plus il était bien plus violent que les 3 LOTR réunis !


:o
:lol: :lol: :lol:

La grosse blague que ce Prince of Persia, avec des décors CGIsés, Ben Kingsley en mode "je fronce les sourcils, ça suffira" et Gyllenhaal qui se contente de sauter partout en montrant ses pecs et sa mèche de beau gosse.
A côté de ça, t'as une intrigue digne de série B (en JV, ça passait encore mais ça faisait déjà bien marrer. Au ciné, c'est juste risible), et une mise en scène pourrie à la limite de l'illisibilité pendant les combats et complètement à côté de la plaque le reste du temps (mon dieu, le final).

jhudson a écrit:John Carter a été un gros bide qui a fait perdre de l'argent au studio.


John Carter a fait $72M en domestique, pour un budget de $250M, ce qui est effectivement un flop.
Sauf qu'au total, en additionnant l'étranger, le film a fait $282M, et est donc rentabilisé. A cela s'ajouteront les ventes en vidéo de par le monde.
Au total, JC n'a donc absolument pas fait perdre d'argent au studio.


j'ai lu sur web aprés avoir écris mon messages ,que les ventes du DVD et blu ray sont un succès

Parcontre pour les rentrée,il parait qu'il faut prendre en compte ce qui reviens aux salles de cinema ,et souvent le budget marketing n'est pas pris en compte dans le budget

Il y a des films bien pire que Prince of persia qui ont marché,le film ne se voulait pas du tout réaliste ,alors que dans des films qui se veulent bien plus réaliste ,on meurt sans la moindre goutte de sang a l'écran et ca se prend tellement au sérieux que ca en deviens risible ,j'en ai franchement marre de tout ces films qui joue sur la violence sans jamais en montrer les conséquences !

Tu crois que Douglas Fairbanks est devenu célèbre a l'époque plus par son jeu que par son coté beau gosse qui saute partout ! :mdr: ,je pense qu'il a été une des références pour le film !

un réalisateur comme Paul greengrass réalise des scènes d'action tellement sur découpé que c'est souvent incompréhensible ce qui se passe a l'écran,prince of percia est aussi limite mais tout les film d'action abusent de ce procédé ,greengrass est même devenu une référence pour certains :hein:

Si tu veux un film mainstream qui ne soit pas un peu crétin de nos jours et ne lorgne pas vers la série B...

Au moins le coté to munch était voulu dans Prince ,ils essayaient de reprendre le film genre "1001 nuits" (le jeu n'étant qu'un prétexte ) après avoir repris le film de pirate,en ce moment ils produisent un Western avec Johnny Depp ,un genre bien mort de nos jours et enterré !

Ils voulaient même avoir une vrai actrice iranienne pour Prince,mais son gouvernement n'a pas voulu qu'elle quitte le pays!
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8144
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 20 Juin 2012 13:52

Pour les rentrées d'argent en salle, il faut divisé par 2 quand c'est un film distribué et produit par le même studio. Il faut soustraire la part de l'exploitant de salles + les taxes. Et effectivement dans le budget du film, on ne tient pas compte des dépenses marketing (pub télé).

Si à l'étranger, il fait 282, il faut au moins divisé par 2. Ensuite déduire les participations éventuelles des acteurs et la part qui revient au(x) pruducteur(s). Ce qui fait 100 grand maximum pour Disney.

Des 72 domestiques, on retient 30. En tout, la carrière en salles rapporte 130 pour 250 + marketing. Disney a bien bu la tasse sur ce coup-là. Dans un 1er temps, le dvd et le Blu-ray ne boucheront pas ce trou. Peut-être que dans 4-5 ans, ils auront récupéré l'argent investi, et encore...
kepassa
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 20 Juin 2012 20:50

jhudson a écrit:Il y a des films bien pire que Prince of persia qui ont marché,le film ne se voulait pas du tout réaliste ,alors que dans des films qui se veulent bien plus réaliste ,on meurt sans la moindre goutte de sang a l'écran et ca se prend tellement au sérieux que ca en deviens risible ,j'en ai franchement marre de tout ces films qui joue sur la violence sans jamais en montrer les conséquences !


Comparer la peste au choléra... :mdr:
Evidemment, on pourra toujours dire que Prince of Persia est mieux que cette raclure de bidet de La momie 3, mais c'est pas parce que c'est mieux que ça atteint un niveau décent pour autant. :idee:

jhudson a écrit:Tu crois que Douglas Fairbanks est devenu célèbre a l'époque plus par son jeu que par son coté beau gosse qui saute partout ! :mdr: ,je pense qu'il a été une des références pour le film !


Je t'invite à lire le chapitre qui lui est consacré dans le livre La parade est passée. Fairbanks était tout sauf un beau gosse sans cervelle. Et derrière lui, il avait Griffith, Dwan, Walsh et compagnie.
C'est pas Gyllenhaal, Newell et Bruckheimer...

jhudson a écrit:Si tu veux un film mainstream qui ne soit pas un peu crétin de nos jours et ne lorgne pas vers la série B...


... faut pas regarder de Bruckheimer. :mdr:
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 20 Juin 2012 23:47

"Bruckheimer" Moi si je regarde (Pas ses derniers qui sont effectivement très mauvais, mais une bonne partie).
foxneil
 
Messages: 5193
Inscription: 27 Oct 2008 10:28
  • offline

Message » 22 Juin 2012 10:14

Image


-Titre : JOHN CARTER 3D :
-Version : US region Free
-Audio : VFF 5.1 Dolby Digital
-Format : 2.40:1

Appréciation globale : BON !

Critique du film : Image
Andrew Stanton qui est à l’origine de Wall-E s’attaque ici à un scénario suprême à l’origine même du genre space opéra comme nous l’avons connu, puisque écrit par Edgar Rice Burroughs en 1912 ! Cela tombe bien pour faire suite au test du film hommage à Jules Verne de la semaine dernière.
John Carter propose une aventure épique incroyable, mélange d’univers de western, d’univers SF comme Star Wars, Dune, Stargate et Avatar ou antiques comme Gladiator. Le film demande rapidement un effort de la part du spectateur pour pénétrer dans sa mythologie et son contexte politique complexes. Si vous y arrivez, vous avez de fortes chances d’apprécier ce voyage singulier orchestré de manière brillante, renforcé par une débauche d’effets spéciaux numériques dont l’intégration avec les éléments réels forcent le respect ! Les symphonies de la BOF qui lorgnent lointainement vers celles de J. Williams sont un plus dans l’immersion.

Image

Image & profondeur : ImageImageImageImageImage
Au préalable il faut rappeler que Stanton a préféré pour son 1er film d’aventure esquiver l’utilisation technique et contraignante de caméras 3D. La 3D a donc été traitée en post-production. Que les sceptiques se rassurent, le traitement de ces effets est simplement exceptionnel. Evidemment il faut admettre que le film usant en majorité d’images numériques autour de quelques personnages réels, cela a simplifié la problématique dans l’ensemble et permet un résultat impressionnant. En effet, la profondeur est très bonne pendant tout le film, voire exceptionnelle sur de nombreuses scènes : la post production de celle-ci a pousse les perspectives des plans lointains à des niveaux rarement atteints dans un blu-ray 3D jusqu’à maintenant. Les Paysages de Mars deviennent somptueux, et cette profondeur de champ admirable célèbre la beauté des décors. Encore plus impressionnant demeure le niveau de détachement entre les personnages, objets et décors. Il est véritablement un des plus forts que j’ai expérimenté jusqu’à ce jour : il suffit de voir les hordes de Tharks, dans les scènes de combats au sol ou massés dans les tribunes de l’arène pour réaliser l’extrême précision de ce détachement : on prend conscience d’une infinité de plans intermédiaires et calques étalés jusqu’à l’horizon, et on est capable de percevoir naturellement et sans artifice la distance spatiale entre chaque personnage et objet. Depuis Raiponce 3D (autre Disney) et Avatar, je n’avais pas ressenti aussi fortement cet effet. Les scènes de vol ou de combats entre vaisseaux spatiaux impressionnent aussi par leur niveau de détail et détachement dans des décors qui n’en finissent plus. Pour finir une balade en pirogue 3D dans les canyons martiens va vous rappeler inévitablement la beauté de scènes homologues dans le superbe IMAX Grand Canyon 3D.

Image

Jaillissements : ImageImage
Autant casser le suspense rapidement, le film n’en propose que très peu et donne dans le service minimum. Le jaillissement le plus impressionnant demeure celui d’un énorme saut de John filmé du dessus, en jaillissement permanent, pendant son combat dans l’arène. D’autres petits jaillissements sont moins réussis car flous dans leurs visuels. Par contre le film est très généreux en ce qui concerne les débordements d’écran, les têtes des personnages, divers objets, fumées ou particules sortent assez souvent de l’écran. Cela permet d’ajouter un peu de fantaisie technique dans la mise en scène 3D.

Image

Bilan : ImageImageImageImage
Vous l’avez deviné, la projection du film en 3D m’a enthousiasmé plus que je l’aurai imaginé. Sceptique initialement à la vue d’une 3D en post-production, je me suis retrouvé à oublier cet aspect pendant tout le film, à jubiler du niveau de profondeur, et surtout celui du détachement spatial entre les personnages et les objets, à oublier l’absence de jaillissements par le biais d’une mise en scène très immersive et d’une histoire très riche en rebondissements. L’autodérision portée par le héros, le design du bestiaire, les mélodies jouées, la maîtrise du numérique rapprochent fortement du plus célèbre des space opéra : Star Wars. Néanmoins Stanton a certainement eu des difficultés à détailler tous les éléments scénaristiques dans 2h20, et le découpage du film en 2 volets aurait permis de mieux développer tous les personnages. A sa décharge, le rythme du film est endiablé et l’histoire dense, c’est indéniable. Version série B de la mythlogie de Lucas, JOHN CARTER 3D est une bonne surprise et un divertissement familial idéal.

Nb: Concernant la note globale de 4/5, elle renvoie à la qualité de cette conversion et au plaisir subjectif que j'ai eu lors des multiples visionnages nécessaires pour ce test : cette note permet d'encourager les futures productions converties 3D dans ce sens. En occultant le plaisir global, et sur un aspect purement technique, la note finale aurait pu être 3,5/5, surtout si le film avait été tourné en natif.
Alex322
 
Messages: 446
Inscription: 23 Aoû 2011 15:16


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message