Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: HAKEM et 14 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[EDITEUR] Universal

Message » 06 Nov 2013 11:27

Barton fink je n'ai regardé que le début (c'est vrai que la copie n'avait pas l'air de premiére fraicheur,mais j'ai vu bien pire comme The fly), et vu le massacre de The Big Lebowski ,ça restait potable a mes yeux

En faite c'est en voyant The Big Lebowski diffusait sur Arte HD que j'ai voulu comparer avec le blu ray,tellement c'était moche,ca sens a plein nez une copie faite au début de la HD , elle a été faite en 2007 !

Pas mal d'éditeurs ont fait un peu n'importe quoi en HD DVD, avec Warner on avait de l'alaising ,chacun avait sa spécialité !

On pense a tord que la HD est arrivé avec le HD DVD,c'est un peu faux les supports " HD" existait bien avant avec comme une version du D VHS

Je n'ai jamais vu ce que ca pouvait donner,mais ca ne devait pas être glorieux non plus,mais vu ce qui était visible a l'époque ca devait étre sensiblement meilleur
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8138
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 06 Nov 2013 14:47

Pour Universal, il y a de toute façon un "truc" utile, c'est de voir si un Blu-ray récent en VC-1, comme c'est le cas de Monty Python Le Sens de la vie, d'Un vrai schnock/The Jerk ou de quelques titres du coffret Hitchcock. Il y a de fortes chances alors que ce soient les masters du HD-DVD ou des masters déjà confectionnés pour le HD DVD puis mis de côté le temps de basculer sur le Blu-ray.

Le problème d'Universal, c'est qu'ils ont tendance à se rabattre sur des masters HD qui n'étaient destinés qu'à servir d'intermédiaire vers de la SD. À la fin des années 90 et au début des années 2000, on scannait les films en 2K ou en 1080p, mais c'était pour avoir des masters numériques intermédiaires, à partir desquels on pouvait obtenir facilement un DVD en 480 ou en 576 lignes, donc avec une diffusion où les éventuels défauts du transfert se voyaient moins. Ce ne sont pas des masters au niveau pour une projection au cinéma ou un encodage Blu-ray, ils étaient en revanche potables pour une diffusion câble ou satellite HD, vu que la compression vidéo va y être de toute façon élevée.
Ensuite, les gens du marketing, qui décident de quel titre va sortir, quand et avec quelle promo ne doivent apparemment pas être en contact avec les gens du service technique qui savent dans quel état est tel master pour tel film et de combien on aurait besoin pour reconstituer un master à la hauteur.
C'est la principale différence avec Warner. Quand Warner communique sur un nouveau titre tiré du catalogue qui bénéficie d'une édition spéciale, on peut être à peu près sûr que le transfert va être récent et que le mastering sur le titre va être "propre". Pour des sorties destinées à alimenter le fond de catalogue, ça peut être un transfert plus ancien (mais généralement plus récent que chez Universal) avec le bruit vidéo lié aux scanners "d'époque" mais pas de DNR ou d'EE à outrance. Le marketing écoute ce que raconte le service technique et en tient compte. Chez Universal, on a l'impression que le marketing a le numéro du service technique mais pas l'inverse et que les gens du marketing appellent les autres uniquement pour savoir quoi faire quand il y a une levée de bouclier dans la presse contre un titre particulier, façon Gladiator ou Out of Africa.
Sledge Hammer
 
Messages: 3043
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 06 Nov 2013 23:00

Sledge Hammer a écrit:Le problème d'Universal, c'est qu'ils ont tendance à se rabattre sur des masters HD qui n'étaient destinés qu'à servir d'intermédiaire vers de la SD. À la fin des années 90 et au début des années 2000, on scannait les films en 2K ou en 1080p, mais c'était pour avoir des masters numériques intermédiaires, à partir desquels on pouvait obtenir facilement un DVD en 480 ou en 576 lignes, donc avec une diffusion où les éventuels défauts du transfert se voyaient moins. Ce ne sont pas des masters au niveau pour une projection au cinéma ou un encodage Blu-ray, ils étaient en revanche potables pour une diffusion câble ou satellite HD, vu que la compression vidéo va y être de toute façon élevée.

C'est la principale différence avec Warner. Quand Warner communique sur un nouveau titre tiré du catalogue qui bénéficie d'une édition spéciale, on peut être à peu près sûr que le transfert va être récent et que le mastering sur le titre va être "propre". Pour des sorties destinées à alimenter le fond de catalogue, ça peut être un transfert plus ancien (mais généralement plus récent que chez Universal) avec le bruit vidéo lié aux scanners "d'époque" mais pas de DNR ou d'EE à outrance. Le marketing écoute ce que raconte le service technique et en tient compte. Chez Universal, on a l'impression que le marketing a le numéro du service technique mais pas l'inverse et que les gens du marketing appellent les autres uniquement pour savoir quoi faire quand il y a une levée de bouclier dans la presse contre un titre particulier, façon Gladiator ou Out of Africa.


Très bien résumé.
Leur gros problème, c'est d'être radins, et de lésiner sur des restaurations récentes, en se contentant de recycler des trucs pas du tout au niveau.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message