Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD] Scarface

Message » 26 Aoû 2011 20:11

Sledge, ce n'est pas la 1ere fois, mais le master n'est-il pas le résultat du scan des éléments originaux (négatif, interpositif, etc), duquel, une fois la compression et l'encodage effectué, on obtient un transfert (soit BR, soit DVD) ?

Ce qui ferait la justesse des expressions "tiré d'un master HD, "le transfert BR éclate le transfert DVD", ou "Criterion ont repris notre master mais ils ont fait deux-trois bricoles dessus dans leur MTI."

Quant au VC-1, c'est loin d'être un codec particulièrement mauvais, il faut juste l'utiliser sur un débit élevé pour en tirer pleinement parti. Là, l'AVC aurait clairement été plus efficace, car meilleur à faible débit.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Annonce

Message par Google » 26 Aoû 2011 20:11

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Aoû 2011 21:19

Le transfert désigne plutôt une opération physique (il y a la notion de déplacement), comme la numérisation, qui est le passage de l'analogique au numérique.

Et ensuite, il y a master et master. Je rappelle ce qu'il y a en audio : les masters multipistes (avant mixage), les masters stéréo (après mixage, quoi...), les masters de production ou de duplication (avec égalisation des fréquences, mise à niveau des différents morceaux, compression ou limitation, etc.).

Master, en fait, ça désigne simplement la version de référence qu'on retient à une étape du processus de production. Et comme le terme "maître" est plus valorisé que "transfert", ça fait systématiquement plus cool de dire que ça été remastérisé (Power !) que transféré à nouveau (passionnant comme un communiqué d'énarque). Dans "Magnum", c'est Robin Masters, pas Robin Transfers.

Mais au niveau de la production de DVD ou de Blu-ray, on a d'abord un gros fichier qui n'est ni en VC-1, ni en AVC. Le Digital Cinema Package destiné aux salles de cinéma représente par exemple plusieurs centaines de giga-octets parce qu'il y a de la compression simplement image par image.

http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_Cinema_Package

Mais je ne sais pas si les masters numériques stockés dans les studios sont à cette qualité ou s'ils sont encore plus gros (du style du PNG au lieu du JPEG 2000).

Mais bon, l'important c'est qu'à partir du stade où c'est numérisé puis éventuellement restauré quand le film le demande (retouches manuelles, combinaison de sources différentes, etc.), tout ce qui se passe va consister à modifier ce fichier de référence dont on conserve précieusement la copie dans un coin.
On recopie ça sur un disque dur, et là on modifie la colorimétrie, on fait ceci, on fait cela.
Et c'est au moment de l'encodage, la dernière étape que l'on passe à l'AVC ou au VC-1. C'est également le mastering vidéo pour le DVD ou le Blu-ray. Je ne sais pas si on applique simultanément le DNR, l'EE, etc. ou bien si ça se fait aussi avant, sur le gros fichier, ce que je sais c'est qu'on ne passe à la compression concernant plusieurs images consécutives (MPEG, AVC, etc.) qu'à la toute fin du processus, parce qu'une fois qu'on a basculé dans cet univers, c'est beaucoup plus compliqué de corriger quoi que ce soit. On peut encore modifier les codecs audio, l'architecture du disque lui-même, les sous-titres, et là on passe à l'authoring/mastering du disque.

C'est pour ça que je pense qu'Universal a repris un vieux master provenant d'un vieux transfert mais que l'encodage a aussi eu lieu il y a un an, deux ans minimum. Le projet est ensuite resté dans les cartons le temps d'attendre le bon créneau. Dans un cas quasi-identique comme The Big Lebowski, ils ont dû là aussi utiliser un vieux transfert, repartir de l'état original (le master, strict aux sangsues) ou bien avec les filtres qui avaient déjà été appliqués pour la version HD DVD, rajouter encore une couche de filtres, et encoder ça en VC-1 parce qu'ils bossaient toujours à l'époque en VC-1.

La difficulté avec les termes provient du fait qu'on utilise toujours le vocabulaire hérité de l'analogique et de l'argentique dans la production et qu'il y a toujours eu beaucoup d'approximations, même chez les pros. D'où le fait qu'on parle encore de master à toutes les sauces alors qu'avec le numérique, la distinction original/copie n'a plus lieu d'être.
Et puis de toute façon, on a tous encore aujourd'hui tendance à dire qu'on va voir un film. Même s'il serait souvent plus juste de dire qu'on va voir un disque dur.
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 27 Aoû 2011 3:33

Sledge Hammer a écrit: Je ne sais pas si on applique simultanément le DNR, l'EE, etc. ou bien si ça se fait aussi avant, sur le gros fichier, ce que je sais c'est qu'on ne passe à la compression concernant plusieurs images consécutives (MPEG, AVC, etc.) qu'à la toute fin du processus, parce qu'une fois qu'on a basculé dans cet univers, c'est beaucoup plus compliqué de corriger quoi que ce soit. .

L"application du DNR ou EE peut être fait avant et après, d'où parfois les spécialistes disent "baked in the master". Je n'ai plus la liste exacte des films qui sont dans ce cas ou l'inverse...
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 27 Aoû 2011 12:55

"Baked in the master", ça serait pendant, pas après que l'encodage a été fait. Pour générer le fichier vidéo final, on applique quelques paramètres à l'encodage. Mais une fois que c'est encodé dans un format "grand public" pour la diffusion ou la consommation, on ne peut donc pas retoucher ou on revient à un format moins compressé, qui sert pour la production en interne.

Je m'explique.
L'encodage et la compression créent des artéfacts plus ou moins perceptibles, ça personne n'en doute.
Quand tu veux par exemple manipuler un fichier MP3, tu peux faire un truc comme en couper une section et les données restent sinon identiques. Mais si tu veux appliquer un filtre quelconque, l'ordinateur ne peut travailler qu'en PCM (du WAV, par exemple) et il a besoin de décompresser d'abord les données, d'appliquer l'opération vectorielle dessus en PCM et de réencoder ensuite le son en MP3. Donc on se retrouve avec un fichier encodé deux fois et comme on l'expliquait dans "Mes doubles, ma femme et moi", une photocopie de photocopie c'est moins net que l'original. Sans parler de la perte de temps à décompresser et recompresser un fichier dont on aurait toujours la version pleine sur un disque dur.
Ça serait pire si on prenait un fichier MP3 et qu'on le réencodait ensuite en WMA ou en AAC. Mais ça ne sert à rien d'augmenter ensuite le débit par rapport au MP3 d'origine ou à le faire passer en lossless parce que les informations détruites au premier encodage resteront détruites.

Maintenant, revenons à la vidéo.
C'est un domaine bien plus gourmand en puissance processeur que le son. Donc, ils ne risquent pas de partir d'un master vidéo HD DVD ou Blu-ray de quelques dizaines de Go, de le décompresser, d'appliquer des filtres et de le réencoder. Ça serait du niveau de qualité du traitement d'image d'un lecteur Blu-ray (les upscalers ne gèrent pas le flux AVC ou VC-1 mais les images décompressées en temps réel), ça prendrait plus de temps et l'amélioration qu'on escompte du côté aspect vidéo serait contrebalancée par la dégradation due à deux encodages consécutifs.

Et revenons donc à Scarface ou à The Big Lebowski.
Parfois les explications les plus simples sont les meilleures. Universal a pratiquement renoncé à l'encodage en VC-1 depuis bien longtemps, en particulier pour les films les plus récents. Leurs studios doivent maintenant être standardisés en AVC, moins pour des raisons de qualité intrinsèque des deux formats que parce que l'AVC est devenu le standard (l'iPhone ou le Flash l'utilisent intensivement par exemple, il est nécessaire de toute façon pour les Blu-ray 3D) et que du coup les éditeurs de solutions d'authoring optimisent désormais leurs algorithmes AVC plus que ceux du VC-1.
Donc l'encodage doit être relativement ancien, avant le basculement d'Universal vers l'AVC. Scarface doit certainement provenir d'un projet de HD DVD dans les cartons mais annulé à la dernière minute tandis que The Big Lebowski doit être légèrement remanié par rapport aux paramètres qu'ils avaient foutus avant sur le HD DVD. Les deux masters vidéo finals étaient restés inédits quelques temps mais on les a sortis du placard et de la naphtaline pour en faire la nouvelle édition "de référence" des films.

Mais en tout ças, si les fichiers vidéo ne correspondent pas en taille sur deux éditions différentes alors que l'image est très proche, ils ne proviennent probablement pas d'un encodage AVC ou VC-1 refiltré et réencodé ensuite de nouveau en AVC ou VC-1. Les deux dérivent au mieux d'un même master vidéo de plusieurs centaines de Go auquel on a appliqué un encodage plus ou moins différent.
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 28 Aoû 2011 12:16

Sledge Hammer a écrit:"Baked in the master", ça serait pendant, pas après que l'encodage a été fait. Pour générer le fichier vidéo final, on applique quelques paramètres à l'encodage. Mais une fois que c'est encodé dans un format "grand public" pour la diffusion ou la consommation, on ne peut donc pas retoucher ou on revient à un format moins compressé, qui sert pour la production en interne.

.

Je n'ai jamais dit que "baked in the master" voulait dire que le DNR ou le EE étaient appliqué après l'encodage, au contraire...
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 02 Sep 2011 4:36

le test DVDBEAVER :wink:
yous
 
Messages: 2003
Inscription: 07 Mai 2009 8:58
Localisation: nord
  • offline

Message » 02 Sep 2011 12:52

Je n'arrive à trouver l'info nulle part : est-ce que l'édition steelbook simple comprendra le film de 1932 de Hawks ? Elle n'est mentionnée ni dans la version steelbook ni dans la version "luxe" sur les descriptifs des principaux sites de vente en ligne...
petitrex
 
Messages: 308
Inscription: 06 Avr 2005 21:31
Localisation: 92
  • offline

Message » 02 Sep 2011 13:02

petitrex a écrit:Je n'arrive à trouver l'info nulle part : est-ce que l'édition steelbook simple comprendra le film de 1932 de Hawks ? Elle n'est mentionnée ni dans la version steelbook ni dans la version "luxe" sur les descriptifs des principaux sites de vente en ligne...

Normal, le film de 1932 n'est dispo que sur l'édition U.S.
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 02 Sep 2011 13:03

:( Merci !
petitrex
 
Messages: 308
Inscription: 06 Avr 2005 21:31
Localisation: 92
  • offline

Message » 02 Sep 2011 18:09

Photo du Steelbook Benelux de Scarface sur Deep-Blu.com : http://2.bp.blogspot.com/-cbPkYaSfByk/T ... 011_03.jpg
Le DVD de la version de 1932 y est inclus.

Sur le forum blu-ray.com il y aussi des photos de l'édition UK : http://forum.blu-ray.com/blu-ray-movies ... ost5150834
Jojos
 
Messages: 397
Inscription: 18 Nov 2008 16:22
Localisation: Belgique
  • offline

Message » 04 Sep 2011 8:32

Le steelbook était dispo hier à Auchan Aubagne (pour ma part commandé l'édition collector sur amazon)
xav83
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 2072
Inscription: 04 Aoû 2009 9:18
  • offline

Message » 04 Sep 2011 12:18

Salut à tous

J'ai obtenu hier mon collector de Scarface a la Fnouc :ohmg:

Premiere impression

Le Collector est léger, très leger, ça inspire un peu la méfiance... on est loin du poids de la malette Inception.

Le revetement imitation "Croco" est agreable.

Je suis pour ma part un poil déçu du contenu de la malette, pour un film de cette trempe il aurait pu mieux faire (poster, artbook, dossier de presse, etc...) et surtout ils auraient pu mettre le Steelbook !!!! :x

Je vais allez de ce pas revendre le BR pour me faire un super collector avec le SteelBook :mdr:

Deballage du collector

Image
Image
Image
Image
Littlebigbox
 
Messages: 1633
Inscription: 11 Fév 2004 20:35
Localisation: Au fond à gauche
  • offline

Message » 04 Sep 2011 12:47

Wow ! Le pseudo dollar fait méchamment cheap.
Riffhard
 
Messages: 2946
Inscription: 04 Nov 2010 19:35
  • offline

Message » 04 Sep 2011 12:49

Riffhard a écrit:Wow ! Le pseudo dollar fait méchamment cheap.

C'est vrai, même la carte d'identité. Et Universal aurait pu mettre le Steelbook direct, pour le prix que les gens payent pour leur collector
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 04 Sep 2011 12:51

Mouais... Mais merci pour les photos :wink:
Blondin.
 
Messages: 1218
Inscription: 14 Déc 2009 15:37
Localisation: Marseille
  • offline


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message