Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tout sur la musique : CD, concerts, DVD musicaux, interprètes...

Le coin à tonton Georges: Brassens poête et chanteur

Message » 12 Déc 2005 20:32

Sans ses hanches solides
Comment faire demain
Si perds l'équilibre
Pour accrocher mes mains?

Et une superbe mélodie à la deuxième guitare…

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Annonce

Message par Google » 12 Déc 2005 20:32

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 12 Déc 2005 21:24

Il y a quand même toute une dimension que je ne retrouve pas chez lui.
Le côté sombre et torturé à la Jim, Gainsbourg...

Et j'avoue que ça me manque... ce qui fait que je ne peux l'écouter n'importe quand, dépend du moment et de l'humeur.
dofé
 
Messages: 912
Inscription: 08 Aoû 2003 13:06
Localisation: 974

Message » 12 Déc 2005 21:29

dofé a écrit:Il y a quand même toute une dimension que je ne retrouve pas chez lui.
Le côté sombre et torturé à la Jim, Gainsbourg...


Pas torturé pour un rond le tonton — l'angoisse existentielle ne semble pas son genre:
ni à mon dernier repas je sais que j'aurais peur une dernière fois
ni de petit trou, un dernier petit trou et on me mettra dans un grand trou où j'entendrai plus parler de trou

Je préfèrerais à l'extrême rigueur ne pas mourir du tout que d'être enterré à tombeaux ouverts, semble le mot d'ordre.

Cdlt :wink:
Dernière édition par dub le 13 Déc 2005 8:19, édité 1 fois.
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 12 Déc 2005 21:36

Sûr qu c'est assez loin du poinçonneur des Lilas...
Plus les mêmes trous... :lol:
dofé
 
Messages: 912
Inscription: 08 Aoû 2003 13:06
Localisation: 974

Message » 13 Déc 2005 8:26

Sur le chapitre de la mort, Brassens m'a toujours paru d'une sérénité souriante, contrairement à l'"abbé Brel", comme il l'avait surnommé:

Je mourrai pas à Montfaucon
Mais dans un lit, comme un vrai con
…/…
Et que j'emporte entre les dents
Un flocon des neiges d'antan

Evidemment:
S'il faut aller au cimetière,
J'prendrai le chemin le plus long
J'ferai la tombe buissonnière
J'quitterai la vie à reculon
…/…
Me v'là dans la fosse commune
La fosse commune du temps…

Et:
C'est pas demain la veille bon Dieu
De mes adieux!

rien de bien déchirant dans tout cela, effectivement.

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 13 Déc 2005 10:34

Dub, j'aimais mieux l'ancien titre du sujet.

Le nouveau est trop restrictif a mon sens.

Amitié.
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 13 Déc 2005 10:50

astrorock a écrit:Dub, j'aimais mieux l'ancien titre du sujet.

Le nouveau est trop restrictif a mon sens.

Amitié.


Ouaip — mais l'ancien n'attirait pas les foules!

Alors je compte le changer par édition façon "Qui? Police!" pour attirer le chaland

par exemple, j'ai prévu:

"révélation exclu: Brassens collabo?" — et ensuite on parlera des deux oncles! :mdr: :mdr:

Et j'avais aussi en réserve: "Le meilleur d'entre tous:: Brassens über alles" :lol:

Vous ne pouvez pas savoir à quels titres vous échappez et les efforts que je fais pour me retenir! :wink:

Sérieusement, en fait, ça faisait suite à une discussion en cours avec un autre copain et un peu pour relancer cette page.

A part ça: tu suggèrerais quoi comme titre?
«Le coin à tonton Georges: Brassens, poète et chanteur»? :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 13 Déc 2005 10:53

Je ne suggere rien, j'aimais bien, c'est tout.
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 13 Déc 2005 11:00

astrorock a écrit:Je ne suggere rien, j'aimais bien, c'est tout.


Faut-il que je sois "bon, serviable et doux parmi les hommes" comme disait l'autre pour te complaire à ce point! :mdr:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 13 Déc 2005 11:16

dub a écrit:
astrorock a écrit:Je ne suggere rien, j'aimais bien, c'est tout.


Faut-il que je sois "bon, serviable et doux parmi les hommes" comme disait l'autre pour te complaire à ce point! :mdr:


:mdr:
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 13 Déc 2005 12:19

Un petit passage, admirable dans la coupe et dans lequel je vois une tendresse du même ordre que “ris pas de la pauvre Vénus”:

Ajoutez à ça qu'aujourd'hui
La mani' de l'acte gratuit
Se développe,
Que des créatur's se font cul-
buter à l'oeil et sans calcul.
Ah! les salopes!
Ell's ôtent le bonhomm' de dessus
La brave horizontal' déçu',
Elles prenn'nt sa place.
De la bouche au pauvre tapin
Ell's retirent le morceau de pain,
C'est dégueulasse.

Il y a donc

Les vénus de la vieille école, celles qui font l'amour par amour (au passage, ça vaut bien le coeur aimant à aimer de saint Augustin!) — et l'alexandrin (à élisions populaires, j'entends bien mais quoi?! Queneau en donna avant lui l'exemple, et d'autres n'en sont pas loin) relancé par un écho "par amour" me paraît renouer avec le genre le plus pur de la poésie médiévale et post-médiévale: Villon, sans doute, mais également Charles d'Orléans (que calligraphia Matisse)

Les pemières (heureux celui-là qui, à l'âge où s'amuser tout seul ne suffit plus, reçu de l'amour sa première leçon d'une telle première: s'il la prit dans ses bras, elle est la dernière qu'il oubliera), les plus belles, Bécassine, Ninon, Fanchon, Mimi la blanche caille, les Clairette, toutes en leur printemps et sachant éventuellement dire merde à Cormeille, sont suivies de près par "les bell's vénales,
Cell's qui font l'amour par profit" —
Les braves filles voisinent les filles de joie que seule leur misère distingue des précédentes: il ne s'en faut que d'un client pour les différencier — et il s'en fallut de peu qu'elles fussent nos mères. Elles se vendent aux croquants et ne sont telles que par l'ignomnie des hommes — mais savent se donner à qui savent les aimer:

La fille à tout l'monde a bon coeur
Ell' me donne, au petit bonheur,
Les p'tits bouts d'sa peau, bien cachés,
Que les autres n'ont pas touchés

La fille à cent sous vaut bien la bourgeoise bécheuse — fausse vierge, fausse pudeur, fausse fièvre, simulateurs, c'est anges arificiels venus d'un faux septième ciel. Capables tout au plus de donner une heure authentique de vrai bonheur? Pas même certain, car si elle donne "toute licence, le coeur hélas! n'[est] pas dans le coup, le feu sacré brill[ant] par son absence", de sorte que la déception semble plutôt poindre alors.

Les concurrentes déloyales, lesquelles voisinent à coup sûr avec celle qui "veut être à la page" et qui n'aime que parce "que c'est la mode et qu'elle est snob" (j'admets que la rime de "snob" avec "robe" est un peu légère, car en son élision même, la féminine est ici forcée de s'accoupler à la rime avec une masculine, mais baste!): celle pour qui, "la chair est triste hélas, et j'ai lu tous les livres" — mais pourrait-on dire en termes iconoclastes, sans la préciosité chichiteuse d'un symbolisme à la grammaire contournée. En d'autres termes, l'amour libre ne l'est pas forcément, dans la mesure où il en est qui cèdent "sans coeur, sans lucre, sans plaisir"

Éventuellement les garces cruelles — à qui l'on apporte un bouquet (certes périssable mais à tout le moins volé dans quelque par-terre): on a couru tout chose au rendez-vous de l'adorée et là surprise!
«La bell' disait: "j't'adore' à un sal' typ' qui l'embrassait
Avec mon bouquet de fleurs j'avais l'air d'un con
- Ma mère!»

Et qui ressuscite après être morte quand on les voulait trucider! Et comment leur en vouloir? Pas de quoi, en tous les cas, pisser ou pleure sur les femmes infidèles. Elle vous ravage votre Amandier, vous pique la technique des ricochets, — éventuellement, elles ne sont que belles et chavirantes à défaut d'autres qualités ("Si seul'ment elle était jolie, je dirais: «tout n'est pas perdu…»" — "mais pour l'amour", que demande-t-on?), elles "[font] la belle et […] vous attache[nt], puis [elles] vous mène[nt] par le bout du coeur" — mais sont en réalité de jolies fleurs dans une peau de vache, de jolies vaches déguisées en fleur.
Difficile, en effet, dans le dépit amoureux, de distinguer la déception de la tromperie, les épines dont s'ornent les roses des griffes des cruelles (qui font aux hommes ce qu'habituellement les hommes leurs font)

J'ai oublié: le grillon du foyer, femme d'Hector ou Pénélope qui les maternent tous et raccommode nos malheurs, (Vénus ou Héra, la déesse reconnaîtra les siennes), les fées bienfaisantes, la Nonne qui remplace le chevalier par un sanglier (sous la cornette se cache donc un tempérament volcanique), les biches (anti-thèse de celles de Brel) qui remplacent leur beau cerf par un sanglier, les disgraciées ou les timides qui n'attendent qu'un Don Juan dans leur coeur qui n'avait jamais chanté saura trouver l'amour d'une reine, — et sans oublier les érotomanes grandioses, "ancienne enfant d'Marie-salope", cul-béni si l'on veut, mais "aux culs bénis de cett' manière, Aucune espèce de salut".

Brassens me semble-t-il célèbre l'amour sous toutes ses formes — de la fleur bleue aux flamme les plus rouges — sans s'inquiéter de quelque éternité:

On les r'trouve en raccourci, dans nos p'tits amours d'un jour, tout's les joies, tous les soucis des amours qui durent toujours
C'est là l'sort de la marine et de tout's nos p'tit's chéries. On accoste. Vite! Un bec pour nos baisers, l'corps avec.
Et les joies et les boud'ries, les fâch'ries, les bons retours, il y a d'tout en raccourci, des grands amours dans nos p'tits.
On a ri, on s'est baisés sur les neunoeils, les nénés, dans les ch'veux à pleins bécots, pondus comme des oeufs tout chauds.
Tout c'qu'on fait dans un seul jour! et comme on allonge le temps! Plus d'trois fois dans un seul jour content, pas content, content.
Y'a dans la chambre un odeur d'amour tendre et de goudron. Ça vous met la joie au coeur, la peine aussi et c'est bon.

On n'est pas là pour causer, mais on pens' mêm' dans l'amour. On pens' que d'main il f'ra jour, et qu'c'est un' calamité.
C'est là l'sort de la marine, et de tout's nos p'tit's chéries. On s'accoste, mais on devine, qu'ça s'a pas le paradis.
On aura beau s'dépêcher, faire, bon Dieu! la pige au temps, et l'bourrer de tous nos péchés, ça n's'ra pas ça; et pourtant:
Tout's les joies, tous les soucis des amours qui dur'nt toujours, on les r'trouve en raccourci dans nos p'tits amours d'un jour.

A vos plumes et à vous de trouver d'autres figures féminines chez le tonton.


(Tout ça tiré, on les aura bien reconnues, de
Concurrence déloyale
Le Mouton de Panurge
Les amours d'antan
La mauvaise herbe
Si seul'ment elle était jolie
… et bien d'autres, j'ai pas la mémoire des noms.)

Cldt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 13 Déc 2005 22:19

Les dragons de vertu n'en prennent pas ombrage,
Si j'avais eu l'honneur de commander aù bord,
A bord du Titanic quand il a fait naufrage,
J'aurais crié:"Les femm's adultères d'abord!"

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière ...

Car, pour combler les vœux, calmer la fievre ardente
Du pauvre solitaire et qui n'est pas de bois,
Nulle n'est comparable à l'epouse inconstante.
Femmes de chefs de gar', c'est vous la fleur des bois.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Quant à vous, messeigneurs, aimez à votre guise,
En ce qui me concerne, ayant un jour compris
Qu'une femme adultère est plus qu'une autre exquise,
Je cherche mon bonheur à l'ombre des maris.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

A l'ombre des maris mais, cela va sans dire,
Pas n'importe lesquels, je les tri', les choisis.
Si madame Dupont, d'aventure, m'attire,
Il faut que, par surcroit, Dupont me plaise aussi!

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Il convient que le bougre ait une bonne poire
Sinon, me ravisant, je détale à grands pas,
Car je suis difficile et me refuse à boire
Dans le verr; d'un monsieur qui ne me revient pas.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Ils sont loins mes débuts ou, manquant de pratique,
Sur des femmes de flics je mis mon dévolu.
Je n'étais pas encore ouvert à l'esthétique.
Cette faute de gout je ne la commets plus.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Oui, je suis tatillon, pointilleux, mais j'estime
Que le mari doit être un gentleman complet,
Car on finit tous deux par devenir intimes
A force, à force de se passer le relais

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Mais si l'on tombe, hélas! sur des maris infames,
Certains sont si courtois, si bons si chaleureux,
Que, même apres avoir cessé d'aimer leur femme,
On fait encore semblant uniquement pour eux.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

C'est mon cas ces temps-ci, je suis triste, malade,
Quand je dois faire honneur à certaine pecore.
Mais, son mari et moi, c'est Oreste et Pylade,
Et, pour garder l'ami, je la cajole encore.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Non contente de me dé plaire, elle me trompe,
Et les jours ou, furieux, voulant tout mettre à bas
Je cri:"La coupe est pleine, il est temps que je rompe!"
Le mari me suppli':"Non ne me quittez pas!"

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Et je reste, et, tous deux, ensemble on se flagorne.
Moi, je lui dis:"C'est vous mon cocu préféré."
Il me réplique alors:"Entre toutes mes cornes,
Celles que je vous dois, mon cher, me sont sacrées."

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
Je suis derrière...

Et je reste et, parfois, lorsque cette pimbeche
S'attarde en compagni' de son nouvel amant,
Que la nurse est sorti', le mari à la peche,
C'est moi, pauvre de moi! qui garde les enfants.

Ne jetez pas la pierre à la femme adultère.

Celle-ci, je l'adore.

La langue est magnifique, l'hommage certain.
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 14 Déc 2005 7:03

Ce passage en particulier:
Je cri:"La coupe est pleine, il est temps que je rompe!"
Le mari me suppli':"Non ne me quittez pas!"

eût-il ajouté "laisse moi devenir l'ombre de ton ombre" et l'allusion était complète…

Dans le même genre, il y aussi Le cocu dont les paroles sont réjouissantes. :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline

Message » 16 Déc 2005 15:34

Premonitoire de ce qui nous arrive.

Du temps que régnait le Grand Pan,
Les dieux protégaient les ivrognes
Des tas de génies titubants
Au nez rouge, à la rouge trogne.
Dès qu'un homme vidait les cruchons,
Qu'un sac à vin faisait carousse
Ils venaient en bande à ses trousses
Compter les bouchons.
La plus humble piquette était alors bénie,
Distillée par Noé, Silène, et compagnie.
Le vin donnait un lustre au pire des minus,
Et le moindre pochard avait tout de Bacchus.

{Refrain:}
Mais en se touchant le crâne, en criant " J'ai trouvé "
La bande au professeur Nimbus est arrivée
Qui s'est mise à frapper les cieux d'alignement,
Chasser les Dieux du Firmament.

Aujourd'hui ça et là, les gens boivent encore,
Et le feu du nectar fait toujours luire les trognes.
Mais les dieux ne répondent plus pour les ivrognes.
Bacchus est alcoolique, et le grand Pan est mort.

Quand deux imbéciles heureux
S'amusaient à des bagatelles,
Un tas de génies amoureux

Venaient leur tenir la chandelle.
Du fin fond du champs élysées
Dès qu'ils entendaient un " Je t'aime ",
Ils accouraient à l'instant même
Compter les baisers.
La plus humble amourette
Etait alors bénie
Sacrée par Aphrodite, Eros, et compagnie.
L'amour donnait un lustre au pire des minus,
Et la moindre amoureuse avait tout de Vénus.

{Refrain}

Aujourd'hui ça et là, les cœurs battent encore,
Et la règle du jeu de l'amour est la même.
Mais les dieux ne répondent plus de ceux qui s'aiment.
Vénus s'est faite femme, et le grand Pan est mort.

Et quand fatale sonnait l'heure
De prendre un linceul pour costume
Un tas de génies l'œil en pleurs
Vous offraient des honneurs posthumes.
Et pour aller au céleste empire,
Dans leur barque ils venaient vous prendre.
C'était presque un plaisir de rendre
Le dernier soupir.
La plus humble dépouille était alors bénie,
Embarquée par Caron, Pluton et compagnie.
Au pire des minus, l'âme était accordée,
Et le moindre mortel avait l'éternité.

{Refrain}

Aujourd'hui ça et là, les gens passent encore,
Mais la tombe est hélas la dernière demeure
Les dieux ne répondent plus de ceux qui meurent.
La mort est naturelle, et le grand Pan est mort.

Et l'un des dernier dieux, l'un des derniers suprêmes,
Ne doit plus se sentir tellement bien lui-même
Un beau jour on va voir le Christ
Descendre du calvaire en disant dans sa lippe
" Merde je ne joue plus pour tous ces pauvres types.
J'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste. "
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 16 Déc 2005 15:40

Une question que je me posais aussi, était de savoir si tonton Georges pourrait encore chanter de nos jours:

Mort aux vaches! mort aux lois!
Vive l'anarchie!

sans se faire intenter un procès?

Ça me semble pourtant un excellent équivalent du "nique la p*****" (pas de gros mots sur hcfr :wink:) — ce qui d'ailleurs prouve que certains jeunes chanteurs de maintenant suivent une noble tradition et, entrant dans la carrière quand leurs ainés n'y sont déjà plus, y trouvent la poussière et la trace de leur vertu…

Je sais pas vous, mais moi, ça me rassure sur les vertus civiques de ces jeunes français. :wink:

PS prémonitoire en quoi? au fait? pour moi, j'avais eu plutôt l'impression que tous les dieux étaient morts, et pas seulement ceux de l'Olympe — exception faite des Aphrodites callipyges. :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 29147
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline



Retourner vers Musique

 
  • Articles en relation
    Dernier message