Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Détails sur les éditions, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

Test : Le choc des titans (VF)

Message » 07 Juil 2012 18:41

Test en VF

HD1+CII+BD85

Image (Le) Choc des titans (2010)** (Warner Bros 2010) : A- (VC1) Format 2.40:1 Une très belle image avec une compression quasi parfaite et un très bon niveau de noir : le seul point faible réside dans la douceur de l'image, qui parfois fait perdre un peu en définition et surtout en piqué.
viewtopic.php?f=1382&t=29938691

Image

Genre: Héroïque fantaisie
Durée: 106 minutes
Zone:
Doublage: oui
Langues: anglais DTS HD MA 5.1, français Dolby Digital...
Sous-titres: anglais, français...
Images: Image
Son: Image
J'ai Aimé: Image
/

Bande son : la VF fait bien son travail mais manque tout de même d'ampleur : préférer la VO pour un enterrement de première classe ! :lol:

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-Notation :

- A : l'excellence en HD mais avec des nuances : A+ > A > A-
- B : Bon B+ à moyen pour B et B-
- C : Ça ressemble plus à du DVD qu'à de la HD, avec des nuances : C+ > C > C-
- D : comme détritus, de la merd;e quoi !

viewtopic.php?p=175044656#p175044656
JVC X70RB + Oppo 103 Audicom Signature ou Pana BT500B ou Pana BD85A + ISCANDUO. Tests BD (p13 à 20) Le Hobbit..................La désolation de Smaug.................Vive le home cinéma !
"The Ghost Voice"
opbilbo.
Administrateur Forum Œuvres
Administrateur Forum Œuvres
 
Messages: 37395
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac

Annonce

Message par Google » 07 Juil 2012 18:41

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Schizophrenia (FR)

Message » 07 Juil 2012 19:16

Image
Schizophrenia (Angst) - Gerald Kargl


Carlotta, 2012
BD-50, Zone B
1.77, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 35 Mbps
German / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 863 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 859 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
STF, amovibles

Hormis un 1er plan à la dolly peu attrayant (rayures, points blancs, définition limitée, voile grisâtre), le reste du film est très joliment rendu, malgré un master encore parsemé de points blancs à intervalles réguliers. Hormis cela, le transfert tient très bien la route, gère bien les scènes, toujours en mouvement, et n'est jamais mis en défaut même durant les scènes plus sombres.

La piste son VO mono est assez limitée : si elle ne présente aucun souffle ni craquement, la voix off récurrente sort assez crûment avec un rendu parfois agressif. Couplée à l'agressivité native de la langue de Goethe, cela peut gêner sur la longueur.

Côté bonus, l'édition est extrêmement bien fournie. Je n'ai pas tout regardé, uniquement le prologue et l'ITW de Gaspar Noé et les 2 sont loin d'être passionnants.
Le prologue est bien trop explicatif, et ruine l'atmosphère globale du film, qui justement prend le parti de ne jamais trop en dévoiler sur son protagoniste. Quant à l'ITW de Noé, elle dure 25 minutes sur lesquelles on a l'impression de n'avoir que 10 minutes de véritables discussions, et 15 minutes d'hésitation, le tout dans une mise en scène "arty" essayant vaguement de s'insérer dans les thématiques visuelles du film, en vain.

Image : 7.5/10
Son (VO mono) : 7/10
Film : 6/10
Dernière édition par tenia54 le 03 Oct 2012 22:19, édité 3 fois.
Mes tests Blu Rays

"To be is to do"-Socrate; "To do is to be"-Sartre; "Do Be Do Be Do"-Sinatra; "Scooby Dooby Doo"-Scooby Doo; "Yaba Daba Doo!"-Fred Flintstone
tenia54.
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 3345
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Test : Space Battleship (VF)

Message » 07 Juil 2012 20:37

Test VF

HD1+CII+BD85

Image Space Battleship (L'ultime espoir) (Wild Side Vidéo 2011) : A (MPEG4/AVC) Format 2.40:1 Une image argentique banale sans défauts particuliers.
viewtopic.php?f=1349&t=29967648

Image

Genre: SF / Space Opéra
Durée: 2H19 (oh putain !!! :hein: :ohmg: :ko: )
Zone: B
Doublage: oui
Langues: japonais DTS HD MA 5.1, français DTS HD MA 5.1
Sous-titres: français
Images: Image
Son: Image
J'ai Aimé: Image
/

C'est long, c'est chiant et mou du genou ! Un énorme navet ! :( :-?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-Notation :

- A : l'excellence en HD mais avec des nuances : A+ > A > A-
- B : Bon B+ à moyen pour B et B-
- C : Ça ressemble plus à du DVD qu'à de la HD, avec des nuances : C+ > C > C-
- D : comme détritus, de la merd;e quoi !

viewtopic.php?p=175044656#p175044656
JVC X70RB + Oppo 103 Audicom Signature ou Pana BT500B ou Pana BD85A + ISCANDUO. Tests BD (p13 à 20) Le Hobbit..................La désolation de Smaug.................Vive le home cinéma !
"The Ghost Voice"
opbilbo.
Administrateur Forum Œuvres
Administrateur Forum Œuvres
 
Messages: 37395
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac

Test : Dark City (Version cinéma en VO)

Message » 08 Juil 2012 10:05

Tests : viewtopic.php?p=173885759#p173885759

--------------------------------
Test en VO, Édition Allemande.

HD1+CII+BD85

Dark City, version cinéma (New Line / Warner Bros 2012) : B+/A- (VC1) Format 2.35:1 Une image type argentique et très sombre, mais qui manque parfois de naturel, probablement à cause de l'usage de l'accentuation des contours (EE) : Ceci dit, l'absence quasi totale de DNR (contrairement à la version Metropolitan) donne dans l'ensemble une image la plupart du temps homogène et assez bien définie (on échappe pas à quelques arrières plans un peu flous de ci de là). La compression est quasi invisible (rare banding à la limite du visible), et le niveau des noirs est souvent très bon...
viewtopic.php?p=173885759#p173885759

Image

Genre: SF
Durée: 100 minutes
Zone:
Doublage: oui (pas de VF)
Langues: anglais DTS HD MA 7.1, allemand Dolby Digital MA 5.1
Sous-titres: anglais et allemand SDH (pas de STF)
Images: Image
Son: Image
J'ai Aimé: Image
/


--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-Notation :

- A : l'excellence en HD mais avec des nuances : A+ > A > A-
- B : Bon B+ à moyen pour B et B-
- C : Ça ressemble plus à du DVD qu'à de la HD, avec des nuances : C+ > C > C-
- D : comme détritus, de la merd;e quoi !

viewtopic.php?p=175044656#p175044656


---------------------------


J'ai testé cet après midi et comparé avec la version Metropolitan :

1/C'est meilleur effectivement : quasiment peu ou pas de DNR : Donc la définition est meilleure et l'image un peu plus naturelle.
2/Il y a tout de même toujours du EE, mais c'est moins gênant sans le DNR (quoique).
3/La bande son VO m'a semblé moins pêchue que sur la version Metropolitan (c'est subjectif).
4/J'ai revue à la baisse la note de la version Metropolitan (B au lieux de B+): j'ai été un poil trop généreux.

maxbond a écrit:Quelques grabs de la version allemande. Enfin une image "normale" sans DNR ... et du grain.....des visages sans effets de cire..... :thks: :ohmg:
Image Image Image Image
Image Image Image Image
JVC X70RB + Oppo 103 Audicom Signature ou Pana BT500B ou Pana BD85A + ISCANDUO. Tests BD (p13 à 20) Le Hobbit..................La désolation de Smaug.................Vive le home cinéma !
"The Ghost Voice"
opbilbo.
Administrateur Forum Œuvres
Administrateur Forum Œuvres
 
Messages: 37395
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac

Message » 08 Juil 2012 12:33

De qui est le film Schizophrenia ?
Il faudrait mettre un lien vers la page Imdb (ou autre) pour éviter les confusions, je trouve plein de films portant ce nom.
Il était temps que je change de signature.
arnuche.
 
Messages: 23051
Inscription: 09 Déc 2004 12:10
Localisation: Bruxelles
  • offline

Message » 08 Juil 2012 12:55

ImageDos au mur de Asger Leth:

Blu-ray Disc Région B Français.
Éditeur: StudioCanal.


- Pistes sonores: Anglais et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
- Sous-titres: Français.


Critique support: BBBBB
-Image: Le transfert HD aurait été parfait si les scènes en basse lumière n'avaient tendance à fourmiller car la définition est tranchante, les détails sont multiples, la profondeur de champ est vertigineuse, les couleurs métalliques sont accrocheuses, les contrastes sont puissants et les noirs sont solides.
-Audio: Des pistes sonores à l'enveloppe acoustique efficace dont la BO stressante sur l'ensemble des canaux, les effets d'ambiances réalistes (le déplacement des véhicules) et les basses bien senties permettent une immersion complète.


Critique complète...http://www.leloupceleste.fr/article-dos-au-mur-107914832.html
Mon Blog : Le cinéma du loup
- Diffuseur vidéo 4K : Samsung UE55HU8500 (138 cm) - Sources : Oppo BDP-103D (région B) / Oppo BDP-93EU (multi-régions) / Xbox One / Wii U
- Ampli : Onkyo TX-SR608 - Enceintes : Focal Sib XL, Sib & Cub 2 (7.1)
le loup celeste.
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 3667
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Dans un monde et des temps immémoriaux

Message » 08 Juil 2012 13:14

arnuche a écrit:De qui est le film Schizophrenia ?
Il faudrait mettre un lien vers la page Imdb (ou autre) pour éviter les confusions, je trouve plein de films portant ce nom.


Gerald Kargl.
MP pour le reste, car je viens de tester, il est extrêmement facile de trouver le bon film. :idee:
Mes tests Blu Rays

"To be is to do"-Socrate; "To do is to be"-Sartre; "Do Be Do Be Do"-Sinatra; "Scooby Dooby Doo"-Scooby Doo; "Yaba Daba Doo!"-Fred Flintstone
tenia54.
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 3345
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 08 Juil 2012 14:00

ImageSafe House (Sécurité rapprochée) de Daniel Espinosa:

Blu-ray Disc Région B Anglais.
Éditeur: Universal Pictures.


- Pistes sonores: Anglais DTS-HD Master Audio 5.1; Français (VFF), Italien, Allemand et Espagnol DTS 5.1.
- Sous-titres: Français, Italien, Allemand, Espagnol, Néerlandais et Portugais; Anglais pour malentendants.


Critique support: BBBBB
-Image: Ce transfert HD sublime à la définition parfaite, à la profondeur de champ imposante et à la palette colorimétrique chaleureuse à souhait, respecte scrupuleusement les choix artistiques du réalisateur et de son chef opérateur avec un grain artistique omniprésent qui texture l'image avec style et avec des contrastes hyper poussés.
-Audio: Une VO à la dynamique redoutable et aux effets « maous » qui fusent dans tous les sens avec une énergie dévastatrice pour une immersion de folie. A son niveau, la VF ne démérite pas mais manque de punch.


Critique complète...http://www.leloupceleste.fr/article-safe-house-107914931.html
Mon Blog : Le cinéma du loup
- Diffuseur vidéo 4K : Samsung UE55HU8500 (138 cm) - Sources : Oppo BDP-103D (région B) / Oppo BDP-93EU (multi-régions) / Xbox One / Wii U
- Ampli : Onkyo TX-SR608 - Enceintes : Focal Sib XL, Sib & Cub 2 (7.1)
le loup celeste.
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 3667
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Dans un monde et des temps immémoriaux

Test : Bliss (VF)

Message » 08 Juil 2012 20:34

Test en VF

HD1+CII+BD85

Image Bliss** (Metropolitan 2010) : A+ (MPEG4/AVC) Format 2.35:1 Une image argentique sans défauts particuliers, si ce n'est à de rares occasions une mise au point approximative.
viewtopic.php?p=177072698#p177072698

Image

Genre: Comédie
Durée: 1h51
Zone: B
Doublage: oui
Langues: anglais et français DTS HD MA 5.1
Sous-titres: français
Images: Image
Son: Image
J'ai Aimé: Image
/

Le film : une comédie formidable et rafraichissante : j'adore ce film ("un film de nanas !!!) !

Image

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
-Notation :

- A : l'excellence en HD mais avec des nuances : A+ > A > A-
- B : Bon B+ à moyen pour B et B-
- C : Ça ressemble plus à du DVD qu'à de la HD, avec des nuances : C+ > C > C-
- D : comme détritus, de la merd;e quoi !

viewtopic.php?p=175044656#p175044656
JVC X70RB + Oppo 103 Audicom Signature ou Pana BT500B ou Pana BD85A + ISCANDUO. Tests BD (p13 à 20) Le Hobbit..................La désolation de Smaug.................Vive le home cinéma !
"The Ghost Voice"
opbilbo.
Administrateur Forum Œuvres
Administrateur Forum Œuvres
 
Messages: 37395
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac

Pina (FR)

Message » 08 Juil 2012 20:58

Image
Pina - Wim Wenders


France Télévisions, 2011
BD-25, Zone B
1.85, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 26.3 Mbps
Multiple languages / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 1916 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
STF, amovibles

Vu en 2D uniquement.

L'image est absolument magnifique. Personnellement, c'est le plus beau Blu Ray que j'ai pu voir cette 1ere moitié d'année. Le débit n'est pas forcément au top du support (la faute à un disque utilisé qu'aux 2/3 de sa capacité), mais cela n'empêche nullement le transfert d'être magnifique de bout en bout. Les séquences hors du théâtre sont particulièrement belles, dotée d'une précision et d'un détail impressionnants, avec un rendu naturel au possible.

Le son, lui, est plus timoré. La seule piste ici proposée ne fait clairement pas dans la démonstration de force, est mixée un peu bas, et reste assez fluette dans l'ensemble. La musique profite des 5 canaux, le caisson se réveille régulièrement lorsque les pistes musicales le nécessitent, mais ça s'arrête là. Il est clair que si l'image force le respect, la piste son n'est clairement pas faite pour impressionner.

Image : 10/10
Son : 8/10
Film : 7.5/10



Conçu comme un hommage à la chorégraphe moderne Pina Bausch à travers une recréation de son oeuvre, Wim Wenders transpose ses nombreuses chorégraphies dans des décors parfois scéniques, parfois urbains, alternant ainsi les compositions comme elles ont été créées (c'est à dire, pour être jouées sur scène) mais aussi comme elles ont été pensées : quelque chose d'universel et transposable partout, depuis le Bergisches Land au monorail suspendu de Wuppertal.

Ainsi, si la 1ere (longue) séquence est intégralement jouée sur scène, le cinéaste se détache régulièrement de ces décors clos pour aller exposer la danse-théatre de Bausch au grand air, pour ce qui constitue probablement les plus belles séquences du film, notamment cette époustouflante danse au milieu d'une industrie désaffectée.

Cependant, au milieu de ces ballets magistralement filmés par Wenders, il y a cette volonté de tout rendre artistique. Ainsi, lorsque Wenders interviewe des collaborateurs Bausch, c'est en voix off qu'ils s'expriment, filmés pourtant de plein front, créant une sensation de "sur-artistisation" dont on se passerait bien, d'autant plus que ces passages, répétitifs, ne sont qu'éloges sans réserves et ramènent le film dans le carcan des documentaires traditionnels.

De plus, l'absence totale de narration ou de fil rouge limite l'évolution du film, qui pourrait tout aussi bien durer 2h30 tant il fait parfois catalogue. Il faut aussi signaler que les chorégraphies de Bausch pourront en rebuter plus d'un, qui risquent alors de décrocher très rapidement.

Cependant, pour un peu que l'on accroche à ces ballets à la fois fluides et hachés, beaux et violents, Pina devrait pouvoir facilement satisfaire le spectateur en quête de grâce.

(A noter que le film a été tourné nativement en 3D, et que l'utilisation qui en est faite a été plus d'une fois couverte d'éloges. Cependant, n'ayant vu le film qu'en 2D, je ne pourrai me prononcer personnellement sur ce sujet)
Dernière édition par tenia54 le 03 Oct 2012 22:19, édité 4 fois.
Mes tests Blu Rays

"To be is to do"-Socrate; "To do is to be"-Sartre; "Do Be Do Be Do"-Sinatra; "Scooby Dooby Doo"-Scooby Doo; "Yaba Daba Doo!"-Fred Flintstone
tenia54.
Staff Œuvres
Staff Œuvres
 
Messages: 3345
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 09 Juil 2012 0:25

L'homme qui tua Liberty Valance(FR)

ImageImage

Configuration-----> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre--------------> Western
Durée--------------> 2h03
Année-------------> 1963
Editeur------------> Paramount
Langues-----------> Anglais Dolby-True HD 5.1, Français Mono 1.0,...
Sous-titres--------> Français, Anglais,...
Zone---------------> B
Format------------> 1.78:1
Encodage---------> AVC
Fréquence 24p---> 23.976 (la norme)
Images------------> Image
Son----------------> Image
Histoire-----------> Image
Plaisir Ciné-------> Image

Réalisé par John Ford

Résumé:
Le sénateur Ransom Stoddard (James Stewart) arrive en toute discrétion dans la petite ville de Shinbone. Il vient rendre un dernier hommage à un ami récemment décédé. Tom Doniphon (John Wayne). Il se remémore qu'en route vers l'Ouest, il fut sauvagement agressé par un bandit de grand chemin. Tom Doniphon lui porta alors secours. La foi de Stoddard, homme de loi et idéaliste, se cogna à la réalité d'une ville tourmentée par la violence d'un homme de main. Liberty Valance (Lee Marvin).

Le film:
Si je devais choisir deux westerns, ce serait "Rio Bravo" et "The man who shoot Liberty Valance". J'aime et admire Sergio Leone. Je ne peux que constater la force narrative et la maitrise absolue de la mise en scène de ces deux géants du cinéma. Howard Hawks et John Ford. Il y a tant de choses à dire sur Liberty. Après la Seconde Guerre Mondiale, Ford n'est plus Ford. La Guerre dans le Pacifique l'a marqué. Il était au cœur de la propagande alliée et des bombes de la bataille de Midway. Il a touché du doigt le cynisme de la realpolitik des US. C'est un irish yankee aux illusions perdues qui revient de ce conflit. Liberty est un examen critique du réalisateur sur la glorification de l'acte héroïque. Il détruit le mythe. Celui du héros reconnu. La vie est faite d'accidents perpétuels. Seuls les opportunistes saisissent leur chance et se construisent un destin. On vous le raconte. On vous le montre. Et pourtant la machine à fabriquer des héros écrase tout. La star made in Ford, John Wayne, ne fut pas incorporée pour WWII. James Stewart était pilote pendant la Guerre avec plus de 400 heures de vol. Dans "Liberty", Ford prend la gloire de l'un pour la rendre à l'autre. Il achève le portrait de John Wayne. Ringo Kid et Tom Doniphon sont les parenthèses du mythe créé par Ford. Marion Robert Morrison, né à Winterset en Iowa, le 26 mai 1907, est pour l'éternité la légende du western. La légende fordienne du cinéma hollywoodien.

Le BD:
D'abord un petit carton blanc (exclusion temporaire au rugby pour les néophytes). Sur la jaquette du Blu-Ray n'apparait pas le nom de John Ford. Pour rester poli, c'est une grossière erreur. Aux gens responsables de cet oubli, je rappellerai seulement la phrase de Orson Welles: "pour faire mes films je regarde Ford".
L'IMAGE. Le transfert HD de Paramount n'est pas transcendant. On aurait pu espérer le même traitement que "Casablanca" par la Warner. Il ne s'agit pas d'un film de fond de catalogue. Ce classique rate le rendez-vous de la HD. J'ai remarqué un léger boost du contraste. La définition est juste correcte. La copie est propre. Le noir est très bon. Sur un grand écran, la définition est vraiment insuffisante.
LE SON. La piste Anglaise Dolby-True HD 5.1 est moyenne. Je n'ai pas aimé cette fausse spatialisation des voix et des effets. La dynamique est molle. Je suis passé en mono pour retrouver un peu de pêche. C'était aussi plus cohérent avec l'ambiance du film.

Avis ultime: un des tous meilleurs films tout genre confondu qui rate le coche de la haute-définition.
kepassa.
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 09 Juil 2012 0:26

Chico & Rita(FR)

ImageImage

Configuration------> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre--------------> Animation (passion)
Durée--------------> 1h33
Langues-----------> Espagnol DTS-HD MA 5.1 & 2.0, Français DTS-HD MA 5.1& 2.0
Sous-titres--------> Français
Editeur------------> Studio 37 (Orange)
Zone---------------> B
Format------------> 1.85:1
Encodage---------> VC1
Fréquence 24p---> 24.00 (pas la norme)
Images-----------> Image
Son---------------> Image
Histoire----------> Image
Plaisir Ciné------> Image

Réalisé par Fernando Trueba & Javier Mariscal

Résumé:
Cuba avant la "revolución castrista". Lui. Jeune pianiste qui court les petits cachets quand il en trouve. Il rêve de remporter un concours de la chanson pour enfin vivre de sa passion. Elle. Jeune et libertaire. Elle chante et joue les poupées de luxe pour les ricains. Le grand amour n'a pas encore sonné à sa porte. Il s'appelle Chico. Elle, Rita. Ils vont s'aimer malgré eux, malgré leur vie d'artiste qui ne fera que les séparer.

Le film:
C'est un très beau film d'animation qui rend hommage avant tout au cinéma et au jazz. L'histoire d'amour de Chico et Rita sert de prétexte pour écouter Parker, Gillepsie, Pono et voir des bouts de "West side story", "Singing in the rain", "Casablanca" ou "Buena vista social club". Chico & Rita s'aiment éperdument mais leur fierté maladive les éloigne constamment. On est rarement surpris par le déroulement de l'intrigue. L'histoire d'amour emprunte trop souvent les chemins du cliché pour nous émerveiller et nous toucher réellement. On suit leur relation amoureuse comme dans un rollercoaster au ralenti. Par moment, Chico & Rita apparaissent comme des intermèdes entre les hommages jazzy ou cinématographiques. Le jazz semble être le vrai moteur du film pour les deux réalisateurs. Trueba et Mariscal se sont également appliqués à restituer avec grande précision La Havane, New-York, Paris, etc. Les grands yeux et les grandes bouches des personnages vous rappelleront sans doute les dessins pop art de Roy Lichtenstein. Les deux grandes réussites du film sont les décors et les couleurs. Le traitement par ordinateurs magnifie ces deux éléments primordiaux pour tout film d'animation. Quelques éléments de foule en 3D dans les rues de La Havane se déplacent de façon approximative et mécanique. J'ai relevé un passage où la 2D se télescope maladroitement avec les images de synthèse. On voit un bus en CGI transporter Chico et d'autres passagers. Les têtes des personnages apparaissent aussi plats que des pièces de monnaie au travers des vitres du bus. Ce sont les seules petits défauts de ce sublime film d'animation.

Le BD:
L'IMAGE. Studio 37 (Orange) a choisit l'encodage désuet de Microsoft, le VC-1. La galette est en 24.00, donc mal cadencée. On peut apercevoir un défaut de compression à plusieurs reprises. Sur un fond uni, on voit une grille très fine avec des traits serrés se superposer aux dessins. Il faut que le plan dure plus de 2 secondes et qu'il soit fixe pour le déceler. Sinon, c'est tout simplement sublime au niveau des couleurs, du noir, du contraste et du piqué de l'image. La fluidité n'est pas exemplaire même en utilisant un système 100 Hz ou l'équivalent. La rémanence est assez visible dans les déplacements des personnages en 2D. C'est un défaut récurrent de ce type d'animation que l'on retrouve souvent dans les anciens Disney.
LE SON. La piste Espagnole DTS-HD MA 5.1 est dynamique et subtile à souhait. L'équilibre est parfait entre les graves, les médiums et les aigus. Les dialogues portent bien vers l'avant. Leur spatialisation est assez faible. Le doublage manque légèrement de naturel et de vitalité. Les voix des acteurs sont sensuelles à perdre la raison, spécialement celle de Rita aka Limara Meneses. Les passages musicaux sont de vrais extraits de concert dans votre salon.

Avis ultime: un film suave pour les amoureux du jazz (grand public) et des comédies musicales hollywoodiennes.
kepassa.
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 09 Juil 2012 0:27

Le Kid de Cincinnati(FR)

ImageImage

Configuration------> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre--------------> Drame
Durée--------------> 1h42
Langues-----------> Anglais DTS-HD MA 1.0, Français DD 1.0
Sous-titres--------> Français, Anglais
Editeur------------> Warner
Zone---------------> B
Format------------> 1.85:1
Encodage---------> AVC
Fréquence 24p---> 23.976 (la norme)
Images-----------> Image
Son---------------> Image
Histoire----------> Image
Plaisir Ciné------> Image

Réalisé par Norman Jewison

Résumé:
À la Nouvelle-Orléans, le kid (Steve McQueen) est un joueur professionnel de poker dont la réputation n'est plus à faire. Il joue avec des malfrats de seconde zone quand il doit se refaire et rembourser ses dettes. Son ami, Shooter (Karl Maden) veut le sortir de ce milieu où il risque sa vie à chaque gain empoché. Lancey, un des meilleurs joueurs américain de poker, débarque et demande à Shooter qu'on lui organise des parties avec des mises élevées...

Le film:
«Le Kid...» est bancal à cause de certains points que je n'impute pas seulement au réalisateur. Il a dû gérer la star montante McQueen, les volontés des producteurs et respecter l'adaptation du roman homonyme de Richard Jessup. Je fais cette analyse en m'appuyant sur le second film que McQueen et Jewison feront ensemble trois ans plus tard: "l'affaire Thomas Crown". Le principal défaut est l'action parlée. Ce travers ralentit le rythme et diminue l'intensité dramatique. Les dialogues nous font sortir de l'histoire en étant trop descriptifs. Le deuxième gros problème est l'erreur de casting concernant Shooter et Lancey. Pas de malentendus ici. Edward G. Robinson est un acteur exceptionnel, tout comme Karl Maden. J'aime vraiment leur jeu et leur présence. Les films Warner des années 30 de G. Robinson sont des films à voir pour les passionnés de cinéma. Cependant, le choix de l'ancienne star de la Warner est malencontreux. Jewison le filme en ne cachant aucun de ces défaut physiques (embonpoint et âge avancé). On dirait une vengeance de la part d'un réalisateur à l'égard de ses producteurs qui lui auraient imposé ce cast. Il ressemble plus à un gros matou qu'on a envie de caresser qu'à un félin-prédateur à l'affut de ses proies.

Maden, lui, ne porte aucune ambigüité. Il nous sert les répliques de façon plate. Il n'a pas l'once d'un esprit immoral ou tortueux. Le couple qu'il forme avec Ann-Margret (la "bye bye birdie" ressortie par "Mad Men") est peu crédible. On n'imagine pas une seule seconde qu'il peut être dangereux ou malveillant envers elle. Ann-Margret peut vivre paisiblement toutes les histoires amoureuses qu'elle veut. McQueen n'est pas encore la méga star de "Bullit". On le voit timide, souriant benoîtement et hésitant. La cool attitude est bien là. Le feu intérieur qui va habiter tous ses personnages à partir de "Bullit" ne transparait pas complètement dans son regard.La mise en scène est peu inventive. Le montage n'est pas assez dynamique. J'ai eu envie de revoir "la couleur de l'argent" pour (re)goûter au brio du maestro Scorcese après cette semi-déception...

Le BD:
L'IMAGE. Le transfert alterne le bon et le moins bon en terme de rendu d'image. Le piqué est moyen dans les scènes extérieures. Par contre, les scènes de studio sont belles et riches en détail. Les couleurs suivent ce même principe au niveau de leur éclat. Les noirs sont très bons. Le contraste est solide et procure une belle profondeur à l'image. La copie est propre. Je n'ai pas remarqué de scratchs ou de poussières gênantes. Le film date un peu. Un nouveau master HD aurait été le bienvenu.

LE SON. La piste anglaise DTS-HD MA 1.0 varie selon les lieux de tournage. En extérieur, les dialogues sont postsynchronisés (ajoutés en studio d'enregistrement). Les voix sont trop "posées", calmes. Ça sonne "studio". En intérieur, la qualité de la bande son s'améliore. Les voix sont naturelles. L'ambiance est plus détaillée et vivante. Le choix du DTS-MA Mono, par souci économique certainement, est pertinent. La piste conserve une bonne dynamique tout au long du film.

Avis ultime: un transfert HD moyen, à voir pour la présence de McQueen.
kepassa.
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 09 Juil 2012 0:30

Chronicle(FR)

ImageImage

Configuration------> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Editeur-------------> 20th Century Fox
Genre--------------> Science-fiction, Action
Durée--------------> 1h24
Zone---------------> B
Langues-----------> Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS 5.1
Sous-titres--------> Français
Format------------> 1.85:1
Encodage---------> AVC
Fréquence 24p---> 23.976 (la norme)
Images----------->Image
Son--------------->Image
Histoire---------->Image
Plaisir Ciné------>Image

Réalisé par Josh Trank


Résumé:
Andrew Detmer (Dane DeHaan) est en dernière année de Lycée quand il décide de filmer sa propre vie. Il veut capter le rejet de ses camarades de classe et ses difficultés familiales. Son mal-être est profond. En marge d'une rave party, Matt (Alex Russell), Steve (Michael B. Jordan) et Andrew vont découvrir par accident une forme extraterrestre. De nouveaux pouvoirs vont apparaitre chez ces trois adolescents. Andrew est le plus doué. Il devient la coqueluche du lycée. Sa transformation est forte et rapide. Elle modifie radicalement ses traits de caractère. Il veut exploiter pleinement ses super-pouvoirs sans aucune règle...

Le film:
Je n'attendrai pas dix ans pour penser que ce film est un petit bijou de SF/Fantastique. Tourné en caméra subjective, il possède de grandes qualités techniques et narratives. C'est un plongeon dans l'univers de la jeunesse white trash américaine. Le réalisme des scènes et le jeu des acteurs (DeHaan, Jordan et Russell) sont très convaincants. Le rythme est l'atout principal de ce film low budget. Le montage très cut, par ellipse, permet de maintenir une tension dramatique jusqu'à la dernière seconde. L'ensemble de la CGI est de haute volée à part quelques effets spéciaux un peu maladroits et visibles (comme la suspension dans les airs où l'on devine les harnais). C'est la seule larme de réserve dans un océan de plaisir ciné. Un excellent divertissement efficace et intelligent.

Le BD:
La Fox nous gratifie d'un magnifique transfert HD. Le rendu de l'image est celui d'une vidéo avec des coupures impromptues, des images dégradées volontairement. Il n'empêche, la définition est superbe. Elle révèle une image précise et détaillée. Le simili-relief est bien présent. La fluidité est parfaite. Je n'ai pas décelé de problèmes de compression (j'ai visionné une fois le film). Les couleurs sont naturelles et les noirs sont très corrects.
La piste Anglaise DTS-HD MA 5.1 possède une très belle dynamique. Elle accompagne les défauts de l'image. Des scratchs polluent habilement la bande sonore. On note quelques saturations qui renforcent l'idée d'un reportage "live". Le caisson de grave réagit avec vigueur. Il tremble même à l'occasion avec une distorsion jouissive. Les voix sont bien mises en avant. L'effet stéréo des dialogues est peu important.

Trivia: On peut considérer le film comme une extension de Ziggy Stardust. Placée au milieu du film, la chanson traduit fidèlement la situation de Andrew Detmer. Ziggy, à l'instar du jeune ado, est un "weird", un"nazz", un "leper messiah". Un seul regret, le passage musical est trop court. Josh Trank aurait dû la jouer "Tarantino" sur le coup...


Avis ultime: un film divertissant et émouvant avec une très belle HD, une rareté dans le genre SF/ Fantastique/ Action...

NB: pas de DTS-HD Master Audio pour la VF contrairement aux descriptions du flyer.
kepassa.
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline

Message » 09 Juil 2012 0:33

L'arnaque (The sting)(FR)

ImageImage

Configuration------> PTAE-5000 + Oppo 93 + Écran 2.40m de base
Genre--------------> Comédie dramatique
Durée--------------> 2h09
Zone---------------> B
Editeur------------> Universal
Langues-----------> Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS mono 2.0
Sous-titres--------> Français
Encodage---------> AVC
Fréquence 24p---> 23.976 (la norme)
Images----------->Image
Son--------------->Image
Histoire---------->Image
Plaisir Ciné------>Image

Réalisé par George Roy Hill

Résumé:
Johnny Hooker (Robert Redford) est un petit escroc sans envergure qui joue les pickpockets avec son ami Luther.
Un jour, ils touchent le jackpot en subtilisant l'argent des paris illégaux. Hooker le flambe en une soirée et retrouve Luther gisant sur le sol. Le parrain de Chicago, Doyle Lonnegan (Robert Shaw) s'est vengé. Il veut en faire un exemple pour sauver sa réputation de boss sans foi ni loi. Au lieu de fuir et de raccrocher, Hooker part à la recherche du grand Henry Gondorf (Paul Newman) pour monter le "court-circuit", un stratagème pour déplumer les parieurs invétérés.
Qui sera le pigeon? Le redoutable Doyle Lonnegan!

Le film:
Tapez ces 4 lettres dans google: "t", "h", "e" espace "e". Quel est le mot suggéré par le moteur de recherche?
The entertainer! Cette popularité est le principal héritage de "l'arnaque" ("The sting").
En 1973, George Roy Hill fait découvrir au grand public Scott Joplin et son Ragtime.
Les mélodies du pianiste ont souvent accompagné les films muets à la télé, jamais pour une nouvelle production hollywoodienne. Grand succès public et critique, "l'arnaque" conserve toute sa fraicheur malgré ses quarante ans d'existence. Les acteurs ont plaisir à jouer ensemble et cela se voit. Une ambiance de troupe de théâtre plane sur le film. Il y a tant de choses qui restent en nous à la fin. La musique bien sûr, le "you follow" de Robert Shaw, le signe du doigt qui effleure le nez, le coup du "court-circuit"... Et on rêve de partager au moins une fois le regard complice de Redford et Newman, comme Mia Farrow et Jeff Daniels dans "La rose pourpre du Caire".

Le BD:
Universal rend un bel hommage à ce classique intemporel. L'image HD est superbe. La copie est propre, nette et détaillée. Les couleurs sont vives. Les noirs sont très bons. Le contraste procure une belle perspective. Le simili relief (sensation 3D) est tout le temps présent à l'image ou presque. Il y a quelques plans où l'on sent que le cameraman ajuste sa mise au point, mais c'est furtif. Je n'ai pas observé de problème de compression. Universal a appliqué légèrement du EE (renforcement des contours). Il faut scruter les plans fixes pour s'en apercevoir.
La piste anglaise DTS-HD MA 5.1 est une belle réussite. Les voix sont claires et dynamiques. La musique est bien répartie entre les enceintes avant et arrière. Le grave sonne un peu creux et manque de profondeur pour les petits sons. Les rares interventions du caisson de grave restituent fidèlement le vacarme d'une locomotive par exemple.

Trivia: Ce film révéla au grand public le ragtime et Scott Joplin. C'était un choix du réalisateur qui ne correspond pas à l'époque du film (musique: années 1900-1910, film:années 1930).

Avis ultime: Un classique à redécouvrir en HD...
kepassa.
 
Messages: 1888
Inscription: 21 Nov 2009 17:06
Localisation: les yvelines
  • offline


Retourner vers Blu-ray & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message