Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tout ce qui touche la Haute-Fidélité numérique

BMC-2 : un petit joyau accessible à tous !

Message » 27 Oct 2015 3:07

Effectivement pour le circuit AKM, le 192 est atteint en multipliant l'horloge par 4. Ils ont dû assurer le coup en limitant à X2...

Pour l'alimentation du BMC-2 j'ai surtout voulu limiter le nombre de prises ! :mdr:
Ceci étant, c'est presque indépendant car c'est le 12v auxiliaire d'une SMPS Meanwell, c'est un autre transfo de sortie. Une batterie, je trouve ça contraignant eu égard d'une différence que je ne suis pas sur d'entendre...

Et pour le préamplificateur, c'est justement le BMC-2 qui remplie cette fonction (contrôle volume et conversion) en attaquant directement l'étage de puissance (transparence garantie), d'où mon souhait d'intégration pour que les appareils ne fassent plus qu'un. Les modules sont effectivement en asymétriques mais le BMC-2 s'adapte encore une fois trés bien et l'utilité d'une liaison symétrique en interne n'a plus d'intérêt, surtout si on évite les transformations...
anthonylm3
 
Messages: 1469
Inscription: 24 Mar 2006 12:09
Localisation: Antilles
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Oct 2015 3:07

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Oct 2015 12:03

anthonylm3 a écrit:Effectivement pour le circuit AKM, le 192 est atteint en multipliant l'horloge par 4. Ils ont dû assurer le coup en limitant à X2...
Pour l'alimentation du BMC-2 j'ai surtout voulu limiter le nombre de prises ! :mdr:
Ceci étant, c'est presque indépendant car c'est le 12v auxiliaire d'une SMPS Meanwell, c'est un autre transfo de sortie. Une batterie, je trouve ça contraignant eu égard d'une différence que je ne suis pas sur d'entendre...

Et pour le préamplificateur, c'est justement le BMC-2 qui remplie cette fonction (contrôle volume et conversion) en attaquant directement l'étage de puissance (transparence garantie), d'où mon souhait d'intégration pour que les appareils ne fassent plus qu'un. Les modules sont effectivement en asymétriques mais le BMC-2 s'adapte encore une fois trés bien et l'utilité d'une liaison symétrique en interne n'a plus d'intérêt, surtout si on évite les transformations...

Ok pour l'alimentation si elle est bien dimensionnée, stabilisée et filtrée.

Pour la dé-symétrisation, effectivement, les circuits internes du BMC2 étant asymétriques, le mieux est de ne pas les symétriser pour les re-symétriser !

Par contre, j'ai un problème avec l'utilisation du BMC2 pour régler le niveau d'écoute. L'adaptation se fait sur le code numérique. Si, à partir de la position 0dB, on veut diminuer le niveau, la profondeur du code en est dégradée.

Dans mon cas, le BMC2 est suivi d'un "préampli" passif Rotel Michi RHC10 pour atténuer le niveau. J'ai pu essayer plusieurs réglages du BMC2. La restitution en position 0dB est, à l'évidence, la plus neutre, naturelle, réaliste, c'est très net avec une chaîne hautement résolvante. Pour moi, lorsque la meilleure qualité est recherchée, mieux vaut utiliser le DAC en position 0dB et oublier le rôle préamplificateur.

Rotel_RHB-RHC10_06.jpg

Un de mes amis, électronicien de talent et passionné, équipé d'un DAC pro Apogee, a acheté un BMC2 après un petit tour à ma "cabine". Il m'adresse un mail ce matin, dont voici un extrait : "L'Apogee va donc prendre sa retraite façon de parler (rejoindre les petites annonces), mais le petit, par la taille, TC Electronic après moult retouches sur le Mac mini a mis le feu aux poudres."

Tous mes amis qui ont écouté de nombreuses chaînes de haut niveau, et en possèdent une eux-même, se demandent quel budget mettre pour un DAC faisant mieux!
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline

Message » 28 Oct 2015 13:54

JACBRU a écrit:
Par contre, j'ai un problème avec l'utilisation du BMC2 pour régler le niveau d'écoute. L'adaptation se fait sur le code numérique. Si, à partir de la position 0dB, on veut diminuer le niveau, la profondeur du code en est dégradée.

Dans mon cas, le BMC2 est suivi d'un "préampli" passif Rotel Michi RHC10 pour atténuer le niveau. J'ai pu essayer plusieurs réglages du BMC2. La restitution en position 0dB est, à l'évidence, la plus neutre, naturelle, réaliste, c'est très net avec une chaîne hautement résolvante. Pour moi, lorsque la meilleure qualité est recherchée, mieux vaut utiliser le DAC en position 0dB et oublier le rôle préamplificateur.



Pour une utilisation de tous les jours, je n'ai aucun problème avec l'atténuation numérique du BMC-2. Et puis il reste toujours la possibilité de le laisser à 0dB si la source est variable (Mac par exemple). Personnellement je préfère une atténuation numérique plutôt qu'un pré-ampli passif.
Aussi bon soit-il, électroniquement parlant c'est "moche" (Contacts supplémentaires, impédances variables, bruit des composants, fiabilité...).

Mais je ne suis que simple utilisateur et je ne bosse pas avec. Je n'ai pas forcément des oreilles de lynx ! :wink:
anthonylm3
 
Messages: 1469
Inscription: 24 Mar 2006 12:09
Localisation: Antilles
  • offline

Message » 28 Oct 2015 15:13

anthonylm3 a écrit:
JACBRU a écrit:
Par contre, j'ai un problème avec l'utilisation du BMC2 pour régler le niveau d'écoute. L'adaptation se fait sur le code numérique. Si, à partir de la position 0dB, on veut diminuer le niveau, la profondeur du code en est dégradée.

Dans mon cas, le BMC2 est suivi d'un "préampli" passif Rotel Michi RHC10 pour atténuer le niveau. J'ai pu essayer plusieurs réglages du BMC2. La restitution en position 0dB est, à l'évidence, la plus neutre, naturelle, réaliste, c'est très net avec une chaîne hautement résolvante. Pour moi, lorsque la meilleure qualité est recherchée, mieux vaut utiliser le DAC en position 0dB et oublier le rôle préamplificateur.


Pour une utilisation de tous les jours, je n'ai aucun problème avec l'atténuation numérique du BMC-2. Et puis il reste toujours la possibilité de le laisser à 0dB si la source est variable (Mac par exemple). Personnellement je préfère une atténuation numérique plutôt qu'un pré-ampli passif.
Aussi bon soit-il, électroniquement parlant c'est "moche" (Contacts supplémentaires, impédances variables, bruit des composants, fiabilité...).
Mais je ne suis que simple utilisateur et je ne bosse pas avec. Je n'ai pas forcément des oreilles de lynx ! :wink:

Chez moi, il y a une nette différence en neutralité en faveur du 0dB, ce qui est logique et correspond, sur du matériel à visée professionnelle, à la norme du signal analogique symétrique. De toutes façons, l'atténuateur passif ou le préampli analogique ont, effectivement, aussi leurs avantages et inconvénients.

Mais écoute bien, j'ai fait de très longues comparaisons, avec des configurations variées, depuis cinq ans.
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline

Message » 29 Oct 2015 0:22

Oui logique pour le 0db.
mais une question me taraude, il me semblait avoir lu que l'atténuation numérique du BMC-2 était sans perte ???
anthonylm3
 
Messages: 1469
Inscription: 24 Mar 2006 12:09
Localisation: Antilles
  • offline

Message » 29 Oct 2015 12:42

anthonylm3 a écrit:Oui logique pour le 0db.
mais une question me taraude, il me semblait avoir lu que l'atténuation numérique du BMC-2 était sans perte ???

Le bouton rotatif permet une variation des niveaux de sortie entre -72dB et +12dB. Le manuel utilisateur indique, je cite : "Sauf si la touche Alt est activée, le bouton rotatif contrôle la sortie analogique des moniteurs L/R. Si vous sélectionnez Alt, les sorties analogiques sont coupées et la roue règle le niveau de de la sortie numérique assignée à Alt (voir aussi section « 7- ALT )."

Au point de vue utilisation, n'oublions pas que la fonction officielle du BMC2 est de gérer des moniteurs actifs, incluant leur amplification et le filtrage qui peut être passif ou actif (multi-amplification). En cas de filtrage numérique, le moniteur dispose, logiquement, d'une entrée numérique. Dans ce cas le DAC du BMC2 n'est pas utilisé, le signal sortant est un code binaire. La seule solution pour gérer le niveau est de dégrader le code par des algorithmes rectifiant la profondeur du signal... Pour les enceintes en filtrage passif, le plus logique est de simplement placer les puces de conversion après le réglage de niveau.

On peut traverser le BMC2 sans intervention de la fonction de réglage de niveau : "Si vous utilisez un instrument de mesure de niveau ou de loudness externe, avec BMC-2, il est essentiel que la roue de contrôle soit exclue du flux de signal. Les mesures externes doivent alors être faites sur des sorties numériques non assignées à ALT. ». Les sorties inutilisées pour ALT passent la source en entrée de manière bit-transparente, ce qui est requis pour une mesure externe."

Il faut noter un produit très intéressant chez TC Electronic, le Level Pilot, pour optimiser le niveau de sortie : "Level Pilot is a stylish, high-resolution volume solution that fits into any active speaker setup quickly and easily and with a minimum of clutter and wires. This results in convenient and high-precision control over your levels where you would ideally want it: right at your fingertips." http://www.tcelectronic.com/level-pilot/

TCE_LevelPilot_01.JPG

Pour 70€ environ, le Level Pilot permet une adaptation analogique et stéréophonique des niveaux sans perte. Je ne l'ai pas testé, mais probablement une solution à envisager avec le BMC2.
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline

Message » 29 Oct 2015 14:12

Les évaluations du Level Pilot sur le site de Thomann sont plutôt mitigées...


JACBRU a écrit:
anthonylm3 a écrit:Oui logique pour le 0db.
mais une question me taraude, il me semblait avoir lu que l'atténuation numérique du BMC-2 était sans perte ???

Le bouton rotatif permet une variation des niveaux de sortie entre -72dB et +12dB. Le manuel utilisateur indique, je cite : "Sauf si la touche Alt est activée, le bouton rotatif contrôle la sortie analogique des moniteurs L/R. Si vous sélectionnez Alt, les sorties analogiques sont coupées et la roue règle le niveau de de la sortie numérique assignée à Alt (voir aussi section « 7- ALT )."

Au point de vue utilisation, n'oublions pas que la fonction officielle du BMC2 est de gérer des moniteurs actifs, incluant leur amplification et le filtrage qui peut être passif ou actif (multi-amplification). En cas de filtrage numérique, le moniteur dispose, logiquement, d'une entrée numérique. Dans ce cas le DAC du BMC2 n'est pas utilisé, le signal sortant est un code binaire. La seule solution pour gérer le niveau est de dégrader le code par des algorithmes rectifiant la profondeur du signal... Pour les enceintes en filtrage passif, le plus logique est de simplement placer les puces de conversion après le réglage de niveau.

On peut traverser le BMC2 sans intervention de la fonction de réglage de niveau : "Si vous utilisez un instrument de mesure de niveau ou de loudness externe, avec BMC-2, il est essentiel que la roue de contrôle soit exclue du flux de signal. Les mesures externes doivent alors être faites sur des sorties numériques non assignées à ALT. ». Les sorties inutilisées pour ALT passent la source en entrée de manière bit-transparente, ce qui est requis pour une mesure externe."

Il faut noter un produit très intéressant chez TC Electronic, le Level Pilot, pour optimiser le niveau de sortie : "Level Pilot is a stylish, high-resolution volume solution that fits into any active speaker setup quickly and easily and with a minimum of clutter and wires. This results in convenient and high-precision control over your levels where you would ideally want it: right at your fingertips." http://www.tcelectronic.com/level-pilot/

TCE_LevelPilot_01.JPG

Pour 70€ environ, le Level Pilot permet une adaptation analogique et stéréophonique des niveaux sans perte. Je ne l'ai pas testé, mais probablement une solution à envisager avec le BMC2.
phabaudio
 
Messages: 298
Inscription: 27 Déc 2009 23:31
  • offline

Message » 29 Oct 2015 20:33

C'est un produit sympa, mais qui pêche à très faible volume, comme la plupart des potentiomètres, avec un déséquilibre entre les voies. Cela dit, à 70Euros et à partir d'un volume "normal", il fait le job, avec un look bien sympa en plus :wink: .
KW55
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 578
Inscription: 13 Juin 2009 21:04

Message » 30 Oct 2015 4:11

JACBRU a écrit: Le manuel utilisateur indique, je cite : "Sauf si la touche Alt est activée, le bouton rotatif contrôle la sortie analogique des moniteurs L/R. Si vous sélectionnez Alt, les sorties analogiques sont coupées et la roue règle le niveau de de la sortie numérique assignée à Alt (voir aussi section « 7- ALT )."

Au point de vue utilisation, n'oublions pas que la fonction officielle du BMC2 est de gérer des moniteurs actifs, incluant leur amplification et le filtrage qui peut être passif ou actif (multi-amplification). En cas de filtrage numérique, le moniteur dispose, logiquement, d'une entrée numérique. Dans ce cas le DAC du BMC2 n'est pas utilisé, le signal sortant est un code binaire. La seule solution pour gérer le niveau est de dégrader le code par des algorithmes rectifiant la profondeur du signal... Pour les enceintes en filtrage passif, le plus logique est de simplement placer les puces de conversion après le réglage de niveau.

On peut traverser le BMC2 sans intervention de la fonction de réglage de niveau : "Si vous utilisez un instrument de mesure de niveau ou de loudness externe, avec BMC-2, il est essentiel que la roue de contrôle soit exclue du flux de signal. Les mesures externes doivent alors être faites sur des sorties numériques non assignées à ALT. ». Les sorties inutilisées pour ALT passent la source en entrée de manière bit-transparente, ce qui est requis pour une mesure externe."



Je ne suis pas certain de tout saisir, mais je comprends que le contrôle volume sur le BMC-2 est numérique sur toutes les sorties, c'est même fait sur 48-bit d'après TC...http://support.tcelectronic.com/entries ... -explained

Je veux bien qu'on soit obliger de dégrader le code pour un appareil de traitement numérique qui serait branché après et dépourvu d'atténuateur, mais si on utilise comme moi les sorties analogiques, son atténuation est faite numériquement en amont et la conversion est bien faite après le réglage de niveau ???

Dans ce cas uniquement, je ne vois pas l'intérêt d'un level pilot analogique, qui sera forcément moins précis que le BMC-2 lui même, en plus de faire doublon...
Je ne vois d'utilité à la position 0dB (bit transparent) que pour transiter sans perte et traiter le signal en aval, sans utilisation de ses sorties analogiques...

Après c'est une histoire de compromis en fonction des exigences de chacun, mais je serai curieux de trouver un RHC-10 pour voir si les inconvénients analogiques sont moins pire que la dégradation numérique... :wink:

Mon système n'alimente que des JBL 4312E et mes oreilles ! à voir pour le maillon faible... :mdr:
anthonylm3
 
Messages: 1469
Inscription: 24 Mar 2006 12:09
Localisation: Antilles
  • offline

Message » 30 Oct 2015 13:20

anthonylm3 a écrit:Je ne suis pas certain de tout saisir, mais je comprends que le contrôle volume sur le BMC-2 est numérique sur toutes les sorties, c'est même fait sur 48-bit d'après TC...http://support.tcelectronic.com/entries ... -explained

Je veux bien qu'on soit obliger de dégrader le code pour un appareil de traitement numérique qui serait branché après et dépourvu d'atténuateur, mais si on utilise comme moi les sorties analogiques, son atténuation est faite numériquement en amont et la conversion est bien faite après le réglage de niveau ???

Dans ce cas uniquement, je ne vois pas l'intérêt d'un level pilot analogique, qui sera forcément moins précis que le BMC-2 lui même, en plus de faire doublon...
Je ne vois d'utilité à la position 0dB (bit transparent) que pour transiter sans perte et traiter le signal en aval, sans utilisation de ses sorties analogiques...

Après c'est une histoire de compromis en fonction des exigences de chacun, mais je serai curieux de trouver un RHC-10 pour voir si les inconvénients analogiques sont moins pire que la dégradation numérique... :wink:

Mon système n'alimente que des JBL 4312E et mes oreilles ! à voir pour le maillon faible... :mdr:

J'ai voulu exprimer les choses dans leur généralité. L'inconvénient est théorique ou théorique, pratique et subjectif, je ne veux pas ici entrer dans le débat, est une limitation de la richesse potentielle de la norme du codage binaire (en profondeur de la quantification, pas en fréquence) utilisé. Seul le niveau 0dB conserve le code du fichier restitué. Pour y pallier, certains DACs convertissent le code, 16 ou 24 bits, en les upgradant à 32 bits. d'où l'intérêt des convertisseurs qui annoncent 32, et parfois 64 bits en mode PCM. Il ne fait aucun doute, dans ce cas, que la dégradation potentielle du signal, niveau dépendante, se fait beaucoup plus progressivement.
Petite remarque, si je lis bien les caractéristiques publiées par TCE, le BMC2 utilise une fréquence interne de 48kHz pour la synchronisation interne des horloges. Il ne s'agit pas de profondeur de quantification (48 bits) mais de fréquence d'échantillonnage.

Sur le plan pratique, l'appauvrissement du code se traduit par une limitation de la dynamique disponible, pas de la bande passante. Il est évident que si l'atténuation est recherchée pour obtenir de faibles niveaux d'écoute, pas de problème. Si c'est pour adapter le niveau de sortie du convertisseur aux caractéristiques des étages d'entrées de l'amplificateur. Ils peuvent avoir un gain important, ce qui peut imposer une limitation de la dynamique du signal, tout en recherchant une restitution réaliste de cette dynamique réaliste. Il y a problème...

Ceci dit, le réglage du niveau par un circuit électronique analogique a aussi ses inconvénients, bruit de fond, distorsions en tous genres. Je l'ai démontré depuis longtemps, tout élément inutile , ou peu utile, dans la chaîne électro-acoustique de restitution (électronique analogique, active, passive, ou numérique), a un potentiel destructeur du signal source à restituer. La solution à un problème est toujours un compromis entre des conditions et des solutions souvent contradictoires. Le but, qu'il soit le meilleur possible...

Le BMC2 est un appareil exceptionnel en rapport qualité/prix, mais aussi dans l'absolu. Comme tout appareil performant, il est discriminant, donc exigeant pour son environnement, d'où l'attention portée à son alimentation (et sa solution royale, la batterie) et, quand elle est nécessaire, sa dé-symétrisation. Il est aussi très exigeant pour le lecteur qui précède et l'amplification qui suit.

Le cahier de charge de ma chaîne reprend le principe cité plus haut, tout élément inutile est dangereux, subjectivement, pour la restitution. Ce choix concerne les émetteurs acoustiques (ma spécialité depuis quelques dizaines d'années...) et l'amplification. C'est pourquoi j’utilise depuis une vingtaine d'années l'atténuateur passif Rotel RHB10 Michi. Mais les "préamplis" passifs, à atténuateur ou à transformateurs, posent leurs problèmes, en particulier pour l'adaptation aux entrées des amplis qui suivent. L'impédance de sortie de l'atténuateur varie avec le niveau ce qui n'est pas évident pour l'ampli. De plus,l'amplificateur doit avoir une accessibilité très large en sensibilité. Le Level Pilot est tout simplement un atténuateur passif, potentiométrique. J'en parle parce qu'il existe, je pourrais en proposer d'autres, comme le Palmer Audio Tools Monicon qui évite même la dé-symétrisation. Son prix est très comparable au TC Electronic.

Palmer_AT_PAPassif_02.JPG

L'amplification créée pour cette configuration Michi, Le Rotel RHC10 Michi (double mono 2x250W, dont 2x50W en classe A) est forcément compatible. Par contre, cette électronique n'apprécie pas une dé-symétrisation "rustique". Une atténuation passive est généralement difficile à optimiser. Par contre, si elle est de haute qualité, l'adaptation électronique analogique de niveau, dans le cadre d'un préamplificateur, est généralement une excellente solution, la meilleure ?

Lorsque je ne fais pas appel à l'atténuation passive, dans le cadre de ma configuration, le réglage 0dB donne la réponse subjective la plus réaliste avec des différences évidentes selon la position proposée. L'écoute est la plus conforme aux caractéristiques du message à restituer. On écoute toujours globalement une configuration électro-acoustique. Chaque cas est particulier, il appelle un compromis spécifique. Mon seul objectif ici, faire réfléchir à la question.
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline

Message » 02 Nov 2015 21:19

Tu fais bien de faire réfléchir à la question car c'est avant tout l'adaptation des niveaux entre les appareils qui est importante.

Si le BMC-2 gère son atténuation sur 48bits, cela laisse normalement une bonne marge avant que la dégradation soit présente et audible. Disons que suivant la source (16 ou 24 bits), il ne devrait pas y avoir de pertes audibles avant de grosses atténuations. Donc l'idée étant d'accorder au mieux le couple DAC/Ampli pour une utilisation en "direct".

Mon cahier des charges est similaire au tiens, dans le sens ou je voulais un système le plus transparent et neutre possible, donc en limitant au maximum les intermédiaires, les connexions analogiques, les résistances de contacts...

Les modules amplificateur Gemincore ont un gain de 32,4dB et surtout une sensibilité d'entrée définie comme suit :

( V × 0,94 ) / 42 = Vp

Exemple :
Pour V = 30 V, sensibilité d’entrée = 0,67 Vp
Pour V = 40 V, sensibilité d’entrée = 0,89 Vp
Pour V = 48 V, sensibilité d’entrée = 1,074 Vp soit 0,775 V RMS (0dB)
Pour V = 50 V, sensibilité d’entrée = 1,12 Vp
Pour V = 55 V, sensibilité d’entrée = 1,23 Vp

Le BMC-2 à un niveau de sortie max de -5dbU (à la position 0dB avec DIM activé), soit 0,430 V RMS.
Pour un niveau d'écoute qui commence à être réaliste chez moi, le potentiomètre est aux alentours de midi (-18dB) soit environ 60mV RMS, qui correspond à un peu moins de 1W d'amplification dans mon cas. Ce qui tombe bien, c'est à partir de ce niveau ou les caractéristiques des Gemincore sont les meilleures.
A 0db ce sera environ 50W de disponibles et dans ce cas, le niveau d'écoute est déjà très soutenu avec des JBL 4312E.

En conclusion, je pense que si on utilise le potentiomètre de ce DAC avec une atténuation modérée, la perte doit être nulle ou inaudible...
D'ailleurs j'ai lu quelque part, ou des essais d'enregistrements avaient été réalisés avec le BMC-2 à différentes positions du bouton rotatif. En mettant ensuite les pistes en oppositions de phases il me semble qu'il n'y avait aucun bruit ajouté, mais je n'ai pas les détails du protocole de tests...

Tout ça pour dire qu'il faut donc s'intéresser à toutes les caractéristiques des appareils, car si on atteint le maxi de l'ampli, potentiomètre à 9h, il sera en effet préférable de contrôler le volume différemment.
anthonylm3
 
Messages: 1469
Inscription: 24 Mar 2006 12:09
Localisation: Antilles
  • offline

Message » 31 Déc 2015 15:14

Bonjour à tous. Je viens d'acheter ce petit convertisseur mais je voudrais être certain de bien comprendre car voyez vous, je suis meilleur pour acheter des CD et apprécier la musique que pour en comprendre tout les ressorts techniques !
Je suis équipé d'une vieille platine CD Rega Planet (1er modèle), d'un intégré Pioneer A 717 construit comme un tank, le must dans les années 90) et de JMR Opus 2. A noter que j'écoute également du vinyle sur platine Pro-ject RPM5 cellule Pearl (sumiko) et pré Graham slee.
Mon but étant de dépoussiérer la lecture CD de la Rega qui au demeurant est un bon drive.
Ma question est sur les branchements et la mise en œuvre. Je ne souhaite pas utiliser le BMC2 comme préampli car cela (sauf erreur) m'oblige à passer mon intégré en ampli de puissance et supprime donc la partie pré dont j'ai besoin pour l'entrée vinyle (vous me suivez ?)
Le BMC devra donc être utilisé comme DAC. J'ai acheté des adaptateurs RCA/XLR pour brancher la Rega au Dac et si je comprends bien, je repars du DAC vers l'ampli en RCA classiques (oui je sais, je suis une buse !) Pourriez vous me confirmer la pertinence de ce branchement.
Autre question concernant la mise en œuvre, car plus il y a de boutons plus je flippe ! Celle ci est elle difficile (apparemment le manuel d'utilisation est mince). Eu égard à l'utilisation que je souhaite en faire, pourriez vous m'indiquer les réglages à prévoir ? Et enfin, étant curieux, pourriez vous me dire si vous pensez que cela va apporter plus de lisibilité et de naturel à la restitution sonore globale ? Ouf... j'ai fini ! D'avance merc !
batman84
 
Messages: 3
Inscription: 31 Déc 2015 14:58
  • offline

Message » 31 Déc 2015 19:25

batman84 a écrit:Bonjour à tous. Je viens d'acheter ce petit convertisseur mais je voudrais être certain de bien comprendre car voyez vous, je suis meilleur pour acheter des CD et apprécier la musique que pour en comprendre tout les ressorts techniques !
Je suis équipé d'une vieille platine CD Rega Planet (1er modèle), d'un intégré Pioneer A 717 construit comme un tank, le must dans les années 90) et de JMR Opus 2. A noter que j'écoute également du vinyle sur platine Pro-ject RPM5 cellule Pearl (sumiko) et pré Graham slee.
Mon but étant de dépoussiérer la lecture CD de la Rega qui au demeurant est un bon drive.
Ma question est sur les branchements et la mise en œuvre. Je ne souhaite pas utiliser le BMC2 comme préampli car cela (sauf erreur) m'oblige à passer mon intégré en ampli de puissance et supprime donc la partie pré dont j'ai besoin pour l'entrée vinyle (vous me suivez ?)
Le BMC devra donc être utilisé comme DAC. J'ai acheté des adaptateurs RCA/XLR pour brancher la Rega au Dac et si je comprends bien, je repars du DAC vers l'ampli en RCA classiques (oui je sais, je suis une buse !) Pourriez vous me confirmer la pertinence de ce branchement.
Autre question concernant la mise en œuvre, car plus il y a de boutons plus je flippe ! Celle ci est elle difficile (apparemment le manuel d'utilisation est mince). Eu égard à l'utilisation que je souhaite en faire, pourriez vous m'indiquer les réglages à prévoir ? Et enfin, étant curieux, pourriez vous me dire si vous pensez que cela va apporter plus de lisibilité et de naturel à la restitution sonore globale ? Ouf... j'ai fini ! D'avance merc !

Tu doit savoir que le DAC BMC2 et la carte son Konnect 6 de TC Electronic ont beaucoup de points commun. Nous avons discuté leurs connexions sur un autre fil :
post178732345.html#p178732345

Sinon, il est difficile de reprendre toute la discussion, il faut donc un peu de courage pour relire les pages qui précèdent. Tu pourras ensuite poser des questions précises, nous y répondrons avec plaisir.

En attendant, pour quelques heures encore, bonne fin d'année 2015 !
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline

Message » 01 Jan 2016 13:23

Ouf ! J'ai presque tout lu donc pour le branchement si j'ai bien compris je rentre en RCA depuis mon lecteur CD et je ressort en XLR avec adaptateur RCA pour revenir su l'entrée CD de mon ampli intégré.
Concernant le BMC2, je éloges commence en 2009 et nous sommes en 2016 ! Bonne année d'ailleurs ! Son intérêt est-il toujours d'actualité ? Se performances n'ont elles pas été dépassé par des produits récents à bon prix ?
batman84
 
Messages: 3
Inscription: 31 Déc 2015 14:58
  • offline

Message » 02 Jan 2016 12:50

batman84 a écrit:Ouf ! J'ai presque tout lu donc pour le branchement si j'ai bien compris je rentre en RCA depuis mon lecteur CD et je ressort en XLR avec adaptateur RCA pour revenir su l'entrée CD de mon ampli intégré.
Concernant le BMC2, je éloges commence en 2009 et nous sommes en 2016 ! Bonne année d'ailleurs ! Son intérêt est-il toujours d'actualité ? Se performances n'ont elles pas été dépassé par des produits récents à bon prix ?

Bien sûr que son écoute est toujours d'actualité, tu ne trouveras rien de mieux à ce prix. Seule limitation, il ne lit pas les fichiers PCM 24/192k ni, bien sûr, le DSD. Je l'utilise tous les jours depuis plus de cinq ans, essentiellement pour la conversion de mes CDs et des programmes issus de mon module télévision FreeBox.

As-tu lu le second fil que je t'ai indiqué ? Il conseille des dé-symétrisations plus respectueuse de la subjectivité.

N'oublie pas, puisque tu n'utilises pas le BMC2 pour établir le niveau d'écoute, de fixer le réglage à 0dB. Le manuel utilisateur donne tous les détails. Le résultat n'est pas, lui, un détail subjectif...

J'ai aussi proposé une stratégie plus facile à mettre en route. Elle utilise un boîtier actif Samson S-Connect. je peux t'assurer que le résultat est tout à fait audible et intéressant. Dernière chose, comme pour tout circuit électronique, la qualité en quantité, filtrage et stabilité de l'alimentation doit être prise en compte. Pour bien faire, au total, le supplément d'investissement (dé-symétrisation + courant) est d'environ 100€. C'est de l'argent bien placé pour tes "étrennes" !

Bonne année 2016...
Avatar de l’utilisateur
JACBRU
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3030
Inscription: 04 Mai 2006 11:52
Localisation: 01300 BELLEY
  • offline



Retourner vers Source dématérialisée et DAC

 
  • Articles en relation
    Dernier message